Skip to main content

Full text of "Additions et éclaircissements à l'Histoire de la Géorgie depuis l'antiquité jusqu'en 1469 de J.-C."

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



3to I^HlJjpOBaîI KOHHÎI KHHFH, XpaHHmeftca ^H HOTOMKOB Ha CHÔJlHOTeMHblX HOJIKdX, UpeXiflfi MCM 66 OTCKaHHpOBaJIH COTpV/lHHKM 

KOMHaHHH Google B paMKax HpoeKia, ijenb Koroporo - cflCJiaTb khiiph co Bcero MHpa ^ocTyHHbiMH nepes HniepHeT. 

riponijio flocTaTOHiio MHoro EpeMenii fljia Toro, ito5m cpOK fleftCTBiia asTopCKHx HpaB Ha 9Ty KHHry hctck, h ona Hepeiujia b CBoSo^nbift 

flOCTyii. KHHra iiepexo^HT b CBo6oflHbiiî flOCTyH, ecjiH na née ne Ôhjih HOflanti asTOpCKHe npasa hjih cpOK flCfiCTBiia aBTOpCKHx npaB 

iiCTeK. Ilepexofl khhfh b CBoSoaHwfî aocTyn b pa3HBix CTpaHax ocymecTBJiaerca HO-pasHOMy. Kniirii, Hepemefliuiie b CBOÔoaHbift ^ocTyH, 

3TO Hain KJiioM K HpomjioMy, K 6oraTCTBaM iicTopiiH H KyjibTypbi, a TaiŒîe k 3HaHHaM, KOTopbie ■ïacTO TpyflHO HaftTH. 

B 3T0M ijjaiijie coxpanaTCfl Bce HOMeTKiî, iipiiMeiaHHa h flpyrne saHHCa, cymecTByiomiie b opHrHnajibHOM HS^aTTHir, xax TianOMHTiaTTHC 

TOM flOjirOM HyTH, KOTOpbiH KHHra Hpoiujia OT H3flaTejifl flo ÔHÔJiHOTeKH II B KOneiHOM HTOre flo Bac. 

npaBHJia HcnojiBSOBaniia 

KoMHaiiHH Googlo rop^HTCH tom, hto coipy^imnaoT c ÔHÔjiHOTOKaMH, htoSli iiopOBOCTH Kiiiirn, HCpciiio^mHO b CBo6ofliii.iH flOCivH, b 
i^HiJjpoBOfl (J)OpMaT H CflejiaTb Hx uiHpoKo^locTyHHbiMH. Khhfh, HepemefliiiHe b CBoGoAHbifl ^ocTya, HpHHa,iiJie^taT oGmecTBy, a Mbi JiHiiib 
xpaHHTejiH 3TOro flOCTOaHHs. TcM ne Menée, 3th khhfh aocTaTOHHO aoporo ctost, HoarOMy, -iTOÔbi h b ^ajibneftiueM HpeaocTaBJiHTb 
3TOT pecypc, Mbi HpeflHpHHflJiH HeKOTopbie fleficTBHa, iipeflOTBpamaioiiipe KOMMepMecKoe HCHOJibsoBaHHe KHHr, b tom HHCJie ycTanoBiiB 
TexHHiecKHe orpaHHieHHa na aETOMaxiinecKHe saHpocbi. 
Mi,T xaKîKe ïîpociîM Bac o ciie;iyH)n];eM. 

• He HciiojibsyHTe 4)aiiJibi b KOMMepnecKHX uejisix. 

Mbi paapaëorajiH iiporpaMMy ITohck khhf Google /i^in bcex Ma'ibBOBarejieH, MOsroMy iiciiojibsyiÎTe stm (J>aiijibi rojibKO b jiH4Hbix, 
neKOMMepHecKHx itejiHx. 

• Ho OTiipaBjiHHTe asTOMaTH^ecKHe saHpocM. 

He oriipaBJiflftTe b ciicreMy Google asTOMaTH^iecKiie 3anpoci.i jiioGoro BH;ia. Ecjih Bm aaHHMaeTeci. HayienKeM chctcm MamnHHoro 
HepesOfla, OKTH'ieCKOro paCHOSnaBannsi chmbojiob hjih /ipyrnx o&nacTeft, r;ie ^ocTyn k QojibinoMy KOJiHMecTBy TeKCTa Mo>KeT 
OKasaTbCfl Haie^HbiM, csaxîHTecb c naMH, /Lia 3thx iie^iefi mm peKOMen^yeM HCH0Jib30BaTb MaTepHajibi, Hepeuie^niHe b CBo6o;iHbifl 
aocTyn. 

• He yaajiafiTe aTpiiSyTbi Google. 

B KajK^OM 4>aiiJie ecTb "Bo;yiHofl snaK" Google. Oh iiosBonaeT HOJibsoBaiejiaM ysnaib 06 stom iipoeKie m MOMOiaer mm HafiiM 
AOHOjiHHTejibHbie MaTepHajibi HpH HOMOiipi HporpaMMM HoHCK KHHr Googlc. Hc y;iajiHHTC cro. 

• ^ejiaiiTe aro saKonno. 

HesaBHCHMO ot tofo, hto Bi>i HCHOiibSyHTO, 110 :ia6y^i.T0 HpOBOpHiL :ïaKOiHiocTL cbohx ^iohctbhh, :^a KOTOpLic Bli Hoceio nonnyio 
OTBeTCTBeHHOCTb. He ayMaflTe, hto eoiii KHiira iiepenuia b cboôoahmh ;;ocTyn b CUIA, to ee na 9tom ocHOBaniiH Moryr 
HCHOJibaoBaTb iiHTaTejiH h3 flpyrHX CTpaH. ycnoBiia ji^a Hepexo^a khiiph b CBOôoflHbifl flocTyii b pasHbix CTpanax pasjiH'ïHbi, 
H03T0My HCT efliiHbix HpaBiui, HOBBOJiflioiDHX OHpeflCJiHTb, M03(H0 jiii B OHpeflejieHHOM cny^iae HCH0Jib3OBaTb oiipejiejieHHyio 
KHiiry. He ;^'MaflTe, hto ecuii KHiira HoaBHjiacb b IIoHCKe khiif Google, to ee mojkho HCHaibsOBaib KaK yio^HO m l-^c yro^no. 
HaKasaniie sa napyiiieniie aBTOpCKiix HpaB mo^kct 6biTb omchb cepbesHHM. 

O nporpaMMe IIohck Knnr Google 

Miicciisi Google cocTOHT b tom, HToGbi opramisoBaTb MHpoByio HH4>opMamiio h cflejiaxb ee BcecTopoHHe ;iocTyHHofi h iiojiesHofl. 
npoi-pa.MMa HoiiCK khhf Google iiOMOiaer Ma'ibBOBaTejisiM naiiTM khhiii co Bcero Mwpa, a asTopaM h Hs^iaTejiHM - hobblx Hinaxejiefl. 
nojiHOTOKCTOBbiH HOHCK HO 3TOH KHHFC MO^îHO BLiHaniiHTL uii CT]>aHHiic |http ; //books . google . com/ 1 



i 



i 




ADDITIONS ET ECLAIRCISSEMENTS 



L'HISTOIRE DE LA GÉORGIE 



DEPUIS L'ANTIQUITE JUSQlJ'IiN H69 DE J.-C. 





n. BROSSKT, 

Mcnilirc do l'AraJpmif Inipérialt' < 



ST.-PÉTBBSBODBG. 

.'iHPRrMKHIli nr. l.'ACtDl'.MIK IMI'(:HUI.E DRK KHIKNCKK. 

1831. 



Se vtml L-hri MM. Rfigor» d Camp., libraires, GimmiMioniiniriti il<> l'Acvlrinln , r< A Ij-J|izio, rliex 
M. I.cnpatri Voia. 



Prii: 5 Rbl. «rg. - 5 Thlr. 17 \eT. 




^Mm\ 



ADDiïlONS IT ÉGLAIRGISSmTS 



L'HISTOIRE DE LA GÉORGIE 



DEPUIS ^ANTIQUITÉ JUSQITEN 1469 DE J.-C 



9AU 



Membre de rieadémie Impériale des teiéneet. 

û 




) ^' ' * 3 




IT.-PimSNDM. 

Dl L^mrSIMiaiB de L'ACAOillIB IMPAbIALB DBS iCIBBCBS. 

1891. 



Se «Mid «kw MIL Bf fer* et Gomp., Ubnrfre*, CommiMhmaeirw de i'Acadteye, et à Leipite, cbei 

ILLéopoU Yois. 

Mk: s bu. aq. — B TUr. 17 Mgr. 



i>* 



r 









4 « ■ 



i ï' r- 



r: . 






1 
• * 



r 







• r 1 ; 






I 



PUBLIÉ PAR ORDRE DE L'ACADÉMIE 

■* Le Secrétaire perpétuel P.-//. Fiiss, 



En fieptembre 1851. 



^ 'f i 






■• ■ 



• ■ i 



. I î I ■ 



. ■» • 



- ■ . ■■- • 



J .. 



•t » 



I . :«;'»; J • i : ■ .j r" ; ;^ ' . .1 . 



r • « 



I 



.--.. ^ \ '.V ^ ■-' i M. 



1 ' •'■ 



/■ Ti .''11*' «". - .-I". .M*r r. :/n1 



AVIS. 



La publication de L'HISTOIRE ANCIENNE de la Géorgie pounait être 
considérée comme terminée, si je ne m'étais proposé d*y joindre une Introduction 
et l'Index des matières que j'ai promis dès la première livraison. Mais une oph- 
thalmie opiniâtre^ qui m'a même empêché de relire les dernières épreuves des 
feuilles 60, 61 et 62 de ce volume, m'oblige à surseoir indéfiniment à ce tra- 
vail. Si je réussis un jour à reprendre la publication de L'HISTOIRE MO- 
DERNE, ces deux appendices nécessaires trouveront là une place convenable. 



Br osseL 



1" septembre 1851. 



mSTOmE DE Uk GÉORGIE 



CHRONIQUE ARMÉNIENNE. 



L'antiquité de cet ouvragée, souvent cité dans les Notes de la^ traduction des Anna- 
les , me paraissant lui donner une grande autorité , je me détermine à le traduire pure- 
ment et simplement y en indiquant le rapport des pages à celles du texte ^ afin que Ion 
puisse en faire la confrontation et profiter des variantes. 



IVous raconterons que les Arméniens, les Géorgiens » les Raniens, les Movcaniens i 
les Héraniens , les Lecs , les Covcasiens et les Egériens eurent un même père , nommé 
Tborgom^ fils de Thiras, fils de Gbamir, fils de Japheth, fils de JVoé : c'était un homme 
brave , * un géant. Lors de la destruction de la tour , de la division des langues , de la 
dispersion des hommes sur la terre , il vint entre les monts Masik et Aragadz ; il avait 
beaucoup de femmes , des fils et des filles de ses enfants des deux sexes, et vécut 600 
ans. La terre ne suffisant pas à l'immensité de leur bagage, ils s écartèrent et étendirent 2 
leurs limites de la mer du Pont à celle de Héreth et des Gaspiens , et jusqu'au mont 
Caucase. Entre les fils de Thorgom , huit furent choisis , qui se distinguaient par leur 
bravoure: 1. Ilaïc; 2. Karthlos ; 3. Bardos; ^. Movcan ; 5. Lécan; 6. Héros; 7. Cov- 
cas; 8. Egrès; mais Haïe, qui n^eut point son pareil sur la terre, ni avant le déluge, 
ni depuis, jusqu'au temps présent, l'emportait par son énergie et par sa valeur. Lorsqu'il 
leur fit le partage de son pays , Thorgom en donna une moitié à Haïe , l'autre à ses 
sept fils , suivant leur mérite. 11 donna à Karthlos le pays ténébreux ^) du nord , limité 
à TE. par la rivière Berdahodch; à 1*0., par la mer du Pont; du côté ténébreux, par le 
mont Caucase ; des confins de Clardjk et de Taïk , jusqu'aux monts Lekh. ^) 

*] Le nord , en géorgien , s'appelle • pays de Tombre , » U^^^^^m*u, 

*) Lisez Likh. ^ 

Àddit. et écl. 1 



A»»1TI03^S ET CCLâlBClSSEflC5iT€ 

A Bu^dos, le pajs depuis la waètDt riTîèrf BcrdabcKlcb, le long du Cour, jusqiia la 

ou se jettent lEraskli et le Coor reiuiis. Il fut le fondateur de b viDe de Bardav^ 
imtt d'après lai; 

A Mo^caD , le pays sur la rire sepimtnooale do Cour . depuis la tête de TAlazan, 
jttsqu à b mer : oeloi-ci bâtit b TîUe de Mo^cnetli ; 

A HercfS, le paj^s à b tête*; de lAbzan , jusqu'au lac de Maîr'^ auj<Mird hui 
BCMumë Gaçligagii : celui-ci coostruisît au confluent des deui fleuTes une ville, qui] ap- 
pela , de son non . Ileretli , aigoard'bui Eiiorastba ; 

A Egros, depvs Fai^ que forme b ser an momig Ukh, jusqnan ften^e de Rba- 
zaretb, à l'angle occidental de b ser, en scPiie qull demeure jusqu'à présent trtirt b 
mer et le Caucase: celui-ci construisit b ville nommée d'afiTcs fan Egris, appelée main- 
temant Bédia. 

Comme b voix de lliamme ne se faisait pas entendre dans le mont Caucase . jus- 
qu'au grand fleuve Gboumec , Tborgom le donna à ses dcui fils Covcas et Lecan , de 
qui il porte le nom jusqu'à ce jour. 

Pour Haïe , il posséda tous les t3onaines paternels , avec les limites dnlessiis dites ; 
9 était le prince de ses sept Crêres, et avec eux obéissait au géant Nêbrotb, roi de 
toute b terre. 

Quelques années s étant écoulées , Haïe rassembb ses frères et leur dit : c Ecoutez- 
moi, vous qui êtes de mon sang : voilà que Dieu nous a donné b force, jiHnte à une mul- 
litode considérable. Maintenant, au nom de la divine misériconle envers nous, ne servons plus 
un étranger , mais le Dieu véritable. • Tous furent de cet avis , se révoltèrent , c/-ssérent 
de paver le tribut , et attirèrent à eux les nations du voisinage. A cette iKNive!!e Ne- 
hrolh , eourroQoé . fit un grand rassembl^nent de géants et de toutes sortes de nations ; 
3 s avança eonCfe les rebelles, et vint dans rAtrapacacan. Comme Haïe restait avrc les 
STBS as pied des wêooês Mxak , Nébrotb envova 60 géants arec vme troupe considérable. 
n 5 e«t entre c«x un dioc furieux , épouvantable , comme b voix du tonnerre dans les 
K le carnage des deux côtes fut immense. Uaîc se tenait derrière les siens, les 
les en comage amt ; lui - même , avec ses gms , s'élançait de tous eûtes . comme 
b iMdre , autour des géants , et grâces à Dieu , restés jusqu'à b fin sains et saufs , lui 
et nés sept frères , ik glorifièrent le Tout - Puissant , leur sauveur. Extrteement boule- 
vetié par ces nouvelles , ^iébrotb marcba en p er son ne contre Haïe , qui , n arai^ P^s des 
faices égales aux siennes, se fortifia dans les gorges des vallées du Masik. Cependant 
^iéfcrotb , prol^ de b tête aux pieds pr une armure de fer battu, s*avanra au pied 
d'un plateau, d*oà il convu Hatc à lui <rfiéir comme par le passé; mais celui-ci, au lieu 




\ Qnoique oetle ex prr tno n dût plutôt opùfier • b source ^ > b fiMve des choses obli^ de loi donaer 



T- 



Traduction Ainssi géoigi e n Tqé-Tba, qui sigaifie -forêt -bt. • 



Chronique ahii(é>i 



de répondre, dit à ses frt^res : o Soutenez - moi par-derrière pendant que je descendrai 
contre Nébroth ; d puis il poussa en avant , s'approcba de lui et lui décocb» une flèche 
dans les lames qui couvraient le coeur; lancée avec force, la flèche ayant pénétré l'ar- 
mure où se reflétait le soleil , IVébroth rendit l'âme après quelques convulsions. Toute 
son armée tomba comme lui. La maison de Thorgom jouissant d'un calme exempt d'in- \ 
quiétudes , Ilaïc régna sur ses frères et sur toutes les nations voisines. 

Gepandant Kartblos alla sur la montagne nommée Amraz , où il se construisit une 4 
maison et une citadelle, en sorte que, d'après lui, le nom de Karthl fut donné au pays, 
de Kbounan à la mer de Sper. Là il bâtit Orbeth , aujourd'hui Chamcboté , et la cita- 
delle de Ghounan , «jui était en briques. Après avoir vécu de longues années, il mourut, 
laissant cinq flls courageux: Mtzkétbos , Gardbos , Cakhos , Coghkis ') et Katchîs. 

Mtzkbéthos , qui était l'ainé , enterra son père sur le mont Armaz , à l'entrée du ' 
Karthl. Cependant la femme de Kartblos butit IVlaïraberd ^) et la ville nommée Rhicba ou 
Partizakagbak ') ; après le partage du pays qu'elle fit entre ses enfants , Gadchios bâtit 
la ville de Gadchen ; Cakhos , Tchelth et Cakhetb. De son côté Mtzkbèthos construisit 
la ville de iMtzkhétba et régna sur ses quatre frères. 11 eut trois flls primant les antres: < 
Opblos , Olzrkhos et Dchavakhos , auxquels il donna ses domaines héréditaires. Otzrkhé 
construisit les deux villes fortes dOlzrkbé et de Thoukbris ; Dchavakhos , les deux pe- 
tites villes avec citadelle , de Dzanda et d'Artahan , nommée précédemment Kailclints^ 
Kaghak. Pour Ouphlos , il bâtit Ouphlis-Tzikhé , Ourbois et Casp. Ses domaines , Jusqu'i { 
la Porte do Taïk, étaient nommés Nerkin-Kartbl, oh Karthl-Intéiieur *). Les Tborgomiam J 
construisaient ces forteresses par crainte des Ncbrotbidcs , qui les inquiétaient pour ven-- ] 
ger le sang de leur père, mais qui ne purent, Jusqu'à la mort de Mtzkbétha *) , triom- ' 
pher d'eus , à cause de leur union. Mais lorsque Mlzkbét]i.-i fut mort , la mésinlelligonce 
se mit dans toute la maison des Kartiiles , au point qu'ils ne vouhirent plus voir régner 
sur eux Oulphalos, que leur père*) Kartblos avait établi leur maître, La guerre dura 
longtemps : tantôt des hommes sensés faisaient renaître entre eux la concorde , tantôt I 
gitation recommençait. 

Dans ce temps - là la ville de Mtzkhétha s'agrandit et eut le titre de métropole de 6 
la maison de Karltil ; le prince qui y résidait s'appelait tanouter ; le maître de ce pays , 
n'était ni roi ni prince ; on ne lui donnait nul autre titre honorifique , indiquant supé- 

'] Le Coukhoi âen Géorgiens. 

*) Traduction du géorgien Dèda - Tzikhé . ■ mère - citadelle. > 
') La ville des Jardins ; Iradudiun du géorgien Bottan-Kalah. 
*) Le« mois soulignés sont njonlés par mni 

') 1. e. de Mukhélhos : je laisse li dessein &itb«ister ces variâmes , et n'en reparlerai plus. 
, Il y a ici omission deji mots - MlzkUéthos , fils de Karihloi. >• 



h Additions et iCLiiRGissEBiENTS. 

riorité. Après cela, oubliant Dien, leur créateur, ce peuple adora le soleil, la lune et 
sept autres astres ^) : il jurait aussi par le tombeau de son père Kartbios. 

La nation des Kbazars qui, dans ce temps -là, était devenue puissante, faisait la 
guerre à celle des Lecs et de Cavcas; ceux-ci, réduits à rextrémité, prièrent les six 
nations de Tborg;om , jouissant alors des douceurs de la paix , de venir à leur secours. 
Les six nations le Grent avec plaisir, et ayant traversé en grand appareil le mont Cau- 
case , sous la conduite de Doutzouc , fils de Thirétbis , qui avait réclamé leur secours , 
portèrent l'esclavage au sein de la Kbazarie. Après cela les Kbazars, rassemblés à leur 
tour et s'étant donné un roi , formèrent un grand camp et marcbèrent contre Tborgom 
par la porte de Darband. Comme ils étaient fort nombreux, ils portèrent l'esclavage et 
la mort jusque dans la plaine de l'Ararat et de Nasik : il n'écbappa que les villes fortes 
ténébreuses (i. e. du nord ^) la métropole ') de Kbounan , Samcboïlde , Dabi et TEgris ; 
mais les Kbazars ayant trouvé une autre porte, celle dite de Dariagh, multiplièrent leurs 
incursions et expéditions contre Tborgom , qu'ils soumirent à un tribut. Cependant le roi 
des Kbazars donna à son fils Rboubos les captifs pécédemment enlevés cbez les Armé- 
niens et les Géorgiens , ainsi que la portion du Caucase entre le fleuve Gbamec et Tex- 
trémité occidentale des montagnes. Rbobos donc, avec sa famille, peupla le pays aujour- 
7 d*bui nommé Oseth. En même temps un certain Dertzouc , bomme distingué parmi les 
fils de Covcas , alla se fortifier dans les gorges de la montagne , tout en payant tribut 
au roi des Kbazars, et, de son nom, appela le pays Dourtzcetb. Le même roi des Kba- 
zars donna au fils du frère de son père la partie du pays de Lécan , comprise entre la 
mer de Darband , à TE. , jusqu'au fleuve , à 1*0. , et en outre les prisonniexs faits dans 
le Ran et le Movcan : ce personnage établit là sa demeure. De son côté Kbouzouni , Tun 
des fils de Lécan, entra dans les aspérités de la montagne, et y construisit une ville, 
nommée d*aprés lui Kbouzounikb. Il se passa beaucoup de temps, durant lequel toutes 
les nations du nord furent tributaires des Kbazars. 

Après cela la race de Nébrotb s*étant accrue du côté de l'orient, il parut dans son 
sein un certain Abridon, de qui on dit qu*il attacha avec des cbafnes de fer, sur le 
mont désert de Raïs , le prince des serpents , nommé Birasp , ainsi qu'il est écrit dans 

^) En arménien 1^7 se confond facilement avec b- 5 •- de là cette variante , qui pourtant ne manque 
pas d'importance. 

') C'est moi qui ajoute cette parenthèse. 

'] Au lieu de Jlujptu^pt^^ mire-ciiadeUe^ métropole , traduction du géorgien Deda-Tzihhi ^ ainsi que 
je l'ai dit plus haut , l'auteur se sert du mot insolite Jnfupmp,lrpt^ ^ qui signifierait à la lettre • villa de 
cendre , > ou • ville cendrée , grise. • Bien que la bizarrerie de cette dénomination la rende inadmissible , 
je crois que Tauteur a été conduit à l'employer par l'analogie qu'elle forme avec les mots itnul^uêjh 

fJrpq.iu,puquÊ^p^ " Ics forteresscs ténébreuses ,* ou « du nord , » et par la bizarre variante qui se voit 
dans le texte géorgien , p. 4 , 6 , 10 , etc. ^c>xfi*^ oJ>o " citadelle de la poussière. » 



Chroniquearm^nienne. 5 

les Annales de la Perse. Cet Abridon soomit à an tribut beaucoup de nations^ commanda 
à la maison de Perse et envoya au pays des Géorgiens son général Adrama, du sang de 
Nébroth. Celui - ci , à son arrivée , ravagea les villes et les- forteresses , massacra tout ce 
qu*il rencontra de Khazars et subjugua le pays. Il construisit aussi, sur le bord de la 
mer , Darouband , i. e. Ferme - la - Porte. Ce même Adarmos bâtit Mtzkhétha en pierres 
liées avec de la chaux, et tira un mur depuis le mont Amraz jusqu'au fleuve Cour ; jus- 
qu'à lui la maison de Géorgie ou de Karthl ignorait lart d'employer la chaux avec la 
pierre. 

Lorsque Abridon partagea ses domaines entre ses trois fils, il donna la Perse et la 
Géorgie à celui qui se nommait larédérakh. Adarmos vécut et gouverna durant de lon- 
gues années ; après lui, quatre commandants se succédèrent en son lieu et place. Après cela 
la guerre s'étant allumée entre les fils d'Abridon , les deux frères d'Ariadarekh s'entendit 
rent pour le tuer ; les Géorgiens , profitant de loccasion , firent venir les Osses à leur 
secours , tuèrent le commandant persan , occupé a se divertir , et ayant massacré toutes 
ses troupes , se virent sans inquiétudes du côté des Perses. Toutefois les pays de Ran et 8 
de Héreth restèrent k ces derniers. 

Après cela Kécapos , roi de Perse , étant de nouveau devenu puissant , alla dans le 
Movcan et dans le Héreth : pendant qu'il se proposait de passer dans le Léceth , le sei*^ 
gneur des Lecs , un descendant de Khouzanikh , qui était magicien , aveugla par ses en- 
chantements Kécapos et ses soldats ; ils ne recouvrèrent la vue qu'après leur retraite , et 
partirent lorsqu'ils eurent rendu les Géorgiens tributaires. 

Dans ce temps - là se répandit l'étonnante nouvelle , que Moïse , favori du grand 
Dieu, avait fait passer la mer Rouge aux douze tribus, formant six myriades *), qui étaient 
alors dans le désert de Sina, se nourrissant de manue, pain descendu du ciel. Ce qn'ap* 
prenant les gentils, ils louèrent le Dieu d'Israël et crurent en lui. 

Dans ce temps - là toute la race de Thorgom , unie avec les Arméniens et séparée 
des Perses , vivait dans ses villes et châteaux fortifiés. Kécapos indigné envoya contre 
eux , avec beaucoup de troupes , son général Pharaborot , qui , ayant marché contre les 
Arméniens et 4es Géorgiens , les roncontra dans l'Atrpatacan ; il fut battu , perdit beau- 
coup des siens et s'enfuit avec un petit nombre. Cécaphos furieux fit partir son petit -fils 
Kvékhosrov , né du beau Bionab ^) , son fils , tué par les Turks. Les Arméniens et les 
Géorgiens, n'ayant pu lui résister^ furent tous foulés aux pieds des Perses. Kvékhosrov 
leur imposa des gouverneurs et construisit dans l'Atrpatacan une maison de prières, sui- 
vant sa religion, après. quoi il retourna dans son pays et se mit à guerroyer contre les 

*) Ce chiffre n*e<t pas conforme à celui qui se trouve au livre des Nombres, ch. I, v. 46, se montant 
à 603 , 550 individus capables de porter les armes , de 20 ans et plus : il faudrait , en nombre rond , au 
moins 60 myriades ^ ^h^C4^* 

^) Lisez du moins Chouach. 



,^ 



6 ^Additions et éclaircissements. 

Turks^ meurtriers de son père. De ceux-ci vingt- huit familles s^eofuirent devant lui et 
allèrent auprès du tanouter de Mtzkbétba , à qui ils demaudèrent une caverne dans le 
9 rocher situé à TE. de la ville. L'ayant fortiGce d'une muraille, ils en firent leur demeure 
et la nommèrent Saraciné, ce qui signifie Mine de fer^). Comme Kvékhosrov ne pouvait 
alors tourner son attention du côté des Arméniens et des Géorgiens, ceux-ci tuèrent les 
commandants persans et pourvurent les citadelles. 

Dans ce temps -là il venait en Géorgie des émigrants grecs, assyriens, kbazars, 
fuyant devant leurs ennemis : ils étaient accueillis , comme auxiliaires contre les Perses. 
Dans le même temps il vint aussi des Juifs , échappés à Nabuchodonosor , qui avait pris 
Jérusalem; ils demaudèrent au tanouter de Mtzkbétba un lieu, pour lequel ils paieraient 
tribut. Celui - ci leur accorda , au voisinage de l'Arag , la source de Zanav , aujourd'hui 
Kherc , moyennant redevance. 

Jusqu'alors les Géorgiens faisaient usage de la langue arménienne; mais à cette épo- 
que la diversité des nations habitant au milieu d'eux amena des altérations qui firent un 
mélange de tous les idiomes, et de cette fusion résulta la langue géorgienne actuelle. 

Après cela les Géorgiens adoptèrent une religion et des moeurs plus impies et abo- 
minables que celles d'aucune autre nation ; car dans les mariages ils n*avaient aucun égard 
à la parenté , ils mangeaient toute espèce de reptile , même les vers et les morts ^j , et 
n avaient point de sépultures. 

Après cela un autre roi de Perse, Spandiar, fils de Vachtabich, marcha de nouveau 
contre les Arméniens et les Géorgiens. Comme il arrivait dans l'Atrapatacan , on apprit 
la triste nouvelle que les Turks avaient tué le frère de son père , et il se retira dans le 
Tourkistan , laissant respirer les Arméniens et les Géorgiens. Après cela régna sur les 
Perses Vahram , ou Artacbès , fils d'Ispandiar , qui , plus puissant que tous les rois de 
Perse , prit Babylone et rendit tributaires TAssyrie , la Grèce et la Géorgie. 

Dans ce temps - là on parlait en Géorgie toutes sortes de langues : Tarménien , le 
khazar , le syrien , l'hébreu , le grec et le géorgien, qui s*est formé de la fusion de tous. 
10. Dans ce temps-là s éleva Alexandre-le- Grand , fils de Nektauib TEgyptien , du pays 

de Macédoine, qui conquit par son bras les trois coins de la terre. Venant de 1*0. au N., 
après avoir parcouru lorient, il pénétra dans le pays Ténébreux et, par le mont Caucase, 
entra dans la contrée des Géorgiens, et s'étonna de leur abominable genre de vie. Voyant 
la multitude de leurs forteresses , il fatigua ses troupes durant six mois pour prendre 
Dzounda , Kherthis ; Ountzrkhé , bâti sur le rocher de Ladas ; Thoughars , sur le fleuve 
de Sper, nommé Djorokh ; Ourbnis , Cash, Oublis-Tzikhé, i. e. la citadelle du Seigneur; 



1 , 



^) Cette interprétaCion du nom géorgien montre que la Chron. armén. est une traduction et non un 
original. 

*) De la manière dont la phrase est construite , on peut comprendre que les Géorgiens 6e nourris- 
ii! «aient d* animaux mortà ou de cadavres humains : il y a ambiguïté. 



il 



ClIROPilQl'EAHHÉPilENNE. 7 

■Mtzbbclha , le canton de Snracina ; Tzikbc-Did , i. c. la Grande -Citadelk> ; Zaran , babi- 
Itation des Juifs; Hbicha , Maïralierd , ou ta mère -citadelle ') , Cliamchoiult ; la citadelle 
I au Cour , ou Kbounan. Vojanl quSl y avait de braves guerriers , il distribua ses troupes 
[ autour de toutes ces pl;ices et se porta lui - même à Astaki. Toutefois il n'attaqua point 
I les citadelles de Tbougbais et de Khounan, tiuî étaient imprenables, mais il assi<^g«a ceux 
1,'rfc Saraciné pendant douze mois. Comme ceux-ci l'avaient insulté, il leur refusa la paix, 
f si bien qu'ils percèrent le tuf mou de leur caverne, d'un autie côté, et s'enfuirent tous, 

nuitamment , dans le Caucase. Partout ailleurs il se Ht un grand carnage , les femmes et 1 1 
j les enfants innocents, au-dessous de 15 ans, furent faits prisonniers, et un certain Azon, 
[Macédonien, fut établi patrice ou commandant du pa;s. Alexan<!rc lui donna 100,000 
hommes, des Protitosics, guerriers braves et impétueux, qui, dans leur pays, inquiétaient 
extrêmement les Grecs , et que , pour cette raison , il en avait fait sortir , pour les con- 
fier à Azon. Ce dernier cboisit parmi eux des commandants pour toutes les provinces de 
la Géorgie. Alexandre oidonna à Azon d'honorer le soleil , la lune et les cmy *) étoiles . 
et de servir le Dieu unique, qui voit tout, et qui a créé le ciel et la terre: il imposa la 
même loi à tout l'univers , car il n'y avait dans ce temps-là aucun prédicateur de la vé- 
rité. Cependant Azon ruina toutes les forteresses de la contrée , n'en laissant que quatre 
à la porte de la Géorgie, qu'il remplît de soldats; il rendit tributaires les Lecs, les 
Osses , les Kliazars , et commanda à tout le pays , depuis le llérelb et la Derdaliodch , 
jusqu'à la mer de Sper. En douze années le roi Alexandre soumit l'univers , et dans la 
12e il renvoya dans leurs pays les otages qui étaient à son service. Il partagea son em- 
pire entre quatre de ses parents : à Antiok , qui bâtit Antiocbe , il donna l'Assyrie ; à 
llromos, qui bâtit une ville nommée comme lui, la Grèce occidentale; à Biouzantios , 
fondateur de Byzance, la Thrace, la Bithynie et la Géorgie : Azon reçut par écrit l'ordre 
d'Alexandre, de lui obéir; Platon fut envoyé en Egypte, et reçut la ville d'Alexandrie, i-> 
après quoi Alexandre mourut. Ensuite Azon, oubliant la religion imposée par ce prince, 
iit et adora deux idoles d'argent, nommées Gatsim et Ga'i'm '^. Cet homme violent et 
sanguinaire était soumis a Biouzand ; il enjoignit aux siens que cbacuu eût à tuer tout 
Géorgien opulent, de belle taille et adroit, que l'on renconlrerait, et à s'emparer de 
ses richesses -, l'ordre concernait *J également les Grecs, dont il Qt périr un grand nombre. 



I 



') J'ai ajouté les mots soulignés. 
') Ce mol est écrit en lettres. Cf. sup, p. k, a. 1. 

'] D'après Waktioucbt , p. 17 , Galz était d'or et tjaïm d'argent Azon permit aux (jéorgiens de leur 
inunoler leuru enfants. Cf. iofra, p. 51. 

') J'ai ajouté les mots souli^és jiarce que le leste est extrêmement concis, et que j'en ai fixé le sens 
A'sprès l'interprétation du géorgien , ainsi que d'après Wakfaoucbt , p. 2\. Le texte arménien dit seule- 
oient : ntàipluiL. '^ jni.iutg, je lis ifuii-Xfruji^ • derechef, par contre. . 




8 Additions et kclaiecissements. 

Dans ce temps - la fut choisi un certain Pbaraavaz , desceadaot de Mtzkhith , né 
d'une mère persane , dlspahan , soeur de Samaros ^ qui était tanouter de Mlzkbith \ 
lors de la venue d'Alexandre ^ et avait été tué. Ce Pharnavaz , homme intelligent et 
chasseur habile, se Gt connaître d'Azon. Sa mère lui disait de ne pas s*ouvrir avec Azon : 
« Emmène-moi plutôt , ajoutait-elle , à Ispahan , auprès de mes frères , et saove-toi ainsi 
que moi ; » mais Pharnavaz ne conientait pas à quitter sa patrie. Il se vit , en songe » 
renfermé dans une maison très étroite, et cherchant, mais sans succès, i en sortir. 
Tout-à-coup un rayon de soleil perça par la fenêtre^ Fenveloppa par le milieu da corps 
et l'entraîna au-debors. En sortant, il se vit tout près du soleil, essuya sa sueur et s'en 
frotta le visage. A son réveil il fut dans l'étonnement et pensa en lùi-méme : • Si je vais 
à Ispahan , il m'en arrivera du bien ; » il se résolut donc à partir. 

13 Etant sorti seul, ce jour-là, pour chasser, il aperçut une bête au bord du ravin 

de Tiflis, et lui décocha une flèche, qiii la fît tomber dans une gorge de rochers, où il 
se précipita après elle. Le soleil s'étant couché , il passa là la nuit ; mais une pluie mê- 
lée de neige étant survenue , comme il cherchait un abri , il rencontra une ouverture 
bouchée anciennement avec des pierres , alors écroulées , qu'il dégagea , et aperçut une 
spacieuse caverne, remplie de trésors dor et d'argent façonné. Plein de joie et se j'appe*- 
lant son rêve , il alla appeler sa mère et ses deux soeurs qui , la même nuit, déblayèrent 
ces richesses et les déposèrent en diverses cachettes , à portée de leur main. Il envoya 
dire à Koudchis : f J'ai beaucoup ^) de mouton ; si tu veux , j'irai près de toi , et nous 
te l'apporterons pour en parler. Maintenant il est ennemi d'Azon, et nous avons bon es- 
poir : il nous procurera le triomphe. » Joyeux de ces nouvelles , Koudchis répondit : 
<« Viens vers moi ; avec ton mouton nous amasserons des tronpes contre Axon. La joie 
ranimera la maison de Géorgie, et le^ Grecs, contre qui Azon est en révolte, nous prê- 
teront assistance. a Phamavax, avec 9ts amis, s'étant rendu chez Koudchi, celui-ci le 
reçut gaiement et lui dit : c Ta es de la famille des anciens tanouters géorgiens , tu es 
donc maintenant mon seigneur, et moi ton esclave, a Quand ils donnèrent ensuite avis de 
cela aux Lecs et aux Osses, ceux-ci, qui étaient accablés d'impôts par Azon^ se rassem- 
Mèrent d'un commun accord ; il se joignit à eux un nombre considéraUe de cavaliers , 
TEgerie ^Mingrélie) même leur envoya des renforts, Azon ayant, à cette nouvelle, réuni 
ses troupes, un millier de soldats, c'étaient des Grecs, se séparèrent de lui et passèrent 

1^ à Pharnavaz. Perdant alors toute confiance dans le reste de son armée , il s'enfuit dans 
les citadelles du Clardjeth. Cependant Pharnavaz vint à Mzkhitha, s'en empara, ainsi que 
des quatre forteresses du voisinage , et de toute la Géorgie , dans l'espace d'un an. Il 



V Le mot ^MCMccn, que je rends par le mot souligné, m*est absolument incomiu. Serait-ce un nom 
propre ^ têêm^ jW ^cju#i.«> «Cavot lui dit ^i Koudchis}?- mais comme le nom de l'envoyé de Phamawaz 
n 6il pas indiqué , je trouve qa'il paraîtrait trop brusqueamit en prenant pour un nom propre le mot 
qui n>nibarrasse. 



cnvoja alors na exprès^ avec beaucoup de pti^scnts, <i Aotiocbus, et le pria de le se- 
courir contre les Grecs, promeLtant , de son côté, de lui obi^Jr. Aotiochus accueillit avet 
joie ses propositions , le nomma son iils , et non content do lui envoyer une couronne , 
ordonna aux commandcints de l'Arménie de le soutenir. .<] 

L'aOni^e suivant** Azon , s'étaut eut^odu avec les Grecs ot. ayant rassemblé un graad 
nombre de cavaliers pour attaquer Pharnavaz, celui-ci réunit ég-alement ses troupes: il loi ' 
vint aussi des renforts de la part d'Antiocbus. Il devança Azon sous les murs et dans tb 
pays d'Artahan, alors nommée kadchals-Kaghak. Dans une rencontre qui eut lieu là oiitrB 
tox , Azon fut vaincu et resta mort sur le cbamp de bataille , et les troupes grecques 
furent défaites. Pharnavat passa sur les terres des Grecs et s'empara d'AnIzi , d'Antzotrir 
et d'Ekcatsik; par le Glardjeth , qu'il conquit, il revint à .Mtzkbétha , comblé de joifl/j 
mit la main sur tous les trésors d'Azon , et devînt exti-êmcmcnt puissant. 

11 maria l'une de ses soeurs au roi des Osses , et l'autre à Koudchis , à qui il ac* j 
corda tout le pays mitoyen entre Garédcbour d'Eriyan et la grande montagne ; là sonl 
les Egératsik et les Souk. It fut alors sans inquiétudes du côté de ses ennemis. KoudchI 
construisit une citadelle nommée comme lui. Four Pbarnavaz , il établit huit gouvernean 
de provinces et un spurapet. 

Un gouverneur , dans les monts Likh , qui bâtit les deux citadelles de Charan et de 
Dimk; 

Un second fut envoyé dans le Gakhcth. 

Un troisième , dans le pays entre la Bcrdabodch , Tiflis et Gadchenk , ce qui est le J 
Gardaban. 

Un quatrième, envoyé à Chamchoïté , reçut le pays depuis Scaconreth jusqn'au Ta- 15 
cbir et à l'Achotsk. ') 

Un cinquième , k Tsoundis , eut depuis le lac Pharavan jusqu'à la source du Cour 
et à Artahan , ce qui est le Djavakhetli. 

Un sisième , à Ountzrkliis , recul le pays depuis la Ta'ik ') jusqu'à Arsîan , depoU 
l'entrée d'Ostan ') jusqu'à la mer , i. e. le Samtzkbé et l'Adjara. 

Un septième, dans le Clardjeth , eut le pays depuis Arsian jusqu'à la mer. 
" Un htritiëme , dans le Koudcbaelfa *) et l'Eger. 
-.1. :-, 

"^ ') L'AchotaV , dont le nom remplace ici celui d'Abotz , du texte géorgien, était un canton de la pro- 
vince d'Araral , en Arménie. L'erreur du copiste est d'aulant plus excusable qu'en caractères ecclésias- 
tique* les mois ii-uujin et >fruafm ont la plus grande analr^le; il en serait de même dans l'écriture vul- 
gaire flnrsive. 

') Le traducteur arménien confond de nouveau une localité géorgienne , TasU-Car , avec un canUni 
arménien , la Taïk. 

■) Voyez Im Annales géorgiennes. viJ«oe w iHipinMU (' 

*) I. e. le pays de Kondcbi , ce qui tait redondance avec le mot saivant, . iioij ;if ..^'Ai^MiMyi p 
àddit. et Éd. 9 



tO A D D I r ro^R tf et et h k^i% c'xt s s W e r t s. 



Un 8pan9>eî fat êtaKIi dans le phys idtpiiiB Tiflto et VAtBffvil jMq«rt to Forte de 
Taïk; ou Kartbli*liytérieiir« Tom pajèreot tribut et sb OHMlrèireat seiuibk & ifl>royâMé. * 
^ On donM pour feiMie i( FlialmâTas vne Doordzouqué^ > * de' la' race* dtaCov^aa» et'^ié 
pays fut organisé sur le modèle dil toyaame de Perse^ Lès Greeé l' tnqfOiéléâ' alors >*'fittr'^ les 
Romaint^ ri^ firent àuconé opposition.' PharnaTaz' entoura de iflura là ^illé de MldAiétha 
et les forteresses ruinées par Aleiatfdré ; Il fit «ùe gi'artde ' idote , : liomnéo «omoiè loi 
iInnaE, car* en persan le roi sf'appeliiit ^ de là sorte ', et réri^ea' à- rentrée de Karthlo^; 
qui, encore anjoord'^hili , aé nommé la montagne d*AMiaàs. Ag^' de 25-^)' ana lorsq</41 
deyint roï, il régna 65 ans^ el Técut au* sein de la pait et de la^joiè,''Wvanl le Ml 
Antiochus. Il passait l'automno el lé printemps à Mtzkhétfaa , Vété' dalis le Dcliavakhe^ 
et llitver d^na lec Gandchenk ; en temps ^ heure, il entrârît datls le Ciardjk èl rfigriaj 
et s*occupait de faire du bien au pays,' car c'était un '^personnage' sensé et ^tblligenli 
Qvant àvK mille hommes qui aviaiient quitté Azon pour liii, H les dissémliiai dans leë pro- 
Irinces de la Géorgie , les nomma Azonatsi et les traita bien. . i. » 

!il> ^-Tôutei la maison de Géorgie faisait de^ sacrifices à l'idole et disait: '» Louée soH 
mtre ' oonGancoi nous avons obtenu un roi de la race de'Kartblos, nôtre aneAtrê.a Pbar^ 
16 navaz eut un fils, qu*il nomma Saïourmac; pour lui , il fut .le preMier foi de hi' race 
da Karihtos'; il ordonna à tovl le pays de '.parler la langne géOi^leaiife ;< potir iaqtièlle il 
fit des caractères. Lorsqu'il mourut , on Tenterra devant son idole d*Aramaz. 



.:M •*». . M, 



Son fils Saourmac étant devenu roi après lui , dans la même année , le^ iprinc^s 
; géergiens tentèrent de le tuer, aiin de ne^ pas obéir à 4iii homme d^ kur irajc^j, pniis au 
premier étranger qui lèverait la tète. Saourmac les devina, et prenant sa im^re ,t;S*WSlIh 
^Um Iç DourdzoueeUi, chez ses oacle^ maternels. Cependant, ^es guerriers azomens s étant 
rendus auprès de lui, par reconnaissance des bienbits de sop pèrç^ il .app^^ encore .i| 
aon secours le roi des Osses-,- se qut en marche et conquijt façilejoaenjt le pays. U lexter- 
mina ses ennemis, non sans: pardonner à quelques-uns, éleva U^ Aconiens^ abaissa les 
Géorgiens y vt ayant attiré lsi population très nombreuse des descendants de Cavcasc^ > la 
domicilia toute entière dans le Mthiouleth ou Sva^ieth y y choisit ^ea , pnnfçipani f^jUCtion- 
naires et les nomma ses confidents. Il plaça aussi quatre ^) idoles ^ celles d'Aïnina et de 
Uadana , sur la route de Mtzkhitti. |1 épousa un^ .Persane , fille du commandant de Par- 
tav , die; qui . il eut deux: filles : Tune fyt donnée ; à ^n Perse , . fils de Ja tante paternelle 
de sa fenunie, qu'jl adopt»;.. J'outre, au fils de^Koudchi, fiU 4e sa propre tante pater* 
17 nelle. Après avoir vécu de longues années , Saourmac mourut , et Mrvan devint roi en 

sa 



^) Quoique ce nombre soit en toutes lettres . il me parait qu*!! t a èmur. ▼. le géorgien, 
f) mfmÊm^fm ^; peut-éti% inH «il ajouter aifZ'deak ici no i n mfu celles dè4ïaCs et de <SaIm. 



, I 



■^■i C'était un h'>ïnmu intelligeat, brav» et- d'nnlbri extériearJ CopendanG les Dounhoucs, 
onbliant leurs engagcmouts , sorliroirt de leur pays ,i: '.et s'élant entendm avpc les Tchwi \ 
Itials , babitant du Caucase,' Brent des prisonniers dans le Cakbeth vl dans le BazaletUt { 
Mrvan donc, réunissant ses lidùles, cavaliers et fantassins, marcha contre les DourdzooRij 
qni furent défaits et battus dans un combat sang-lant , pénétra dans leur pajs , s'en ren- 
dit niaîlre , ainsi que df Djailthal et de la porto de Crazm, qui était Darbala ') ; '.'t 

et revint avec joi(^ à MtzkbcUi. A^tiocbus, roi de Syrie et de Babylone, mourut, et, Ar- 
bac régna en Artni-oic. AIrvai) donna sa ûlle au TlIs de Varbac. Après la mort de Mrvao 
foa,,^s |*b^DadctxpuiQ,,£ut fvi. , , . ,. 

11 ,■.,(• ■ ',i -U ^i- , ■ ^^^— -^ _ ^,^^;^^^ 

■■^ . Ayant construit, ja ,^,îtfi(lelle d'Uaden , Pharnadchoum y érigea une idole ; il eo^slrtit* oj; 
sit aussi la ville. de IN'écrcs dans le Cakiieth. Après cela il honora les mages pratiquapt 
la religion persane ot bâtit pouf , ea\ un lieu encore nommé Mogtba *) ; ceux-ci ayant 
élevé, un lemplij du feu . les Géorgii-ns irrités ^prièrent Varbac , roi d'Arménie, de leur 
donner pour roi son lîls. «Noire r(|i . dirent -ils., i.est .^tcvcnu Persan, et oubliant la foi *8 
de son pays, ne suit plus la rcligion_^pat(M;nelIe, Le roî d'Arménie congédia avec satis- 
faction les envoyés. Cfpendngt à celte nouvelle l'haniadclioum fit venir des tronpes de 
Perse et de Ions les lieux d'où il put en tirer et marcha contre le roi d'Arménie. Pour 
Varbacès , avec les Arméniens et les Géorgiens, il livra bataille à Pharnadchom , dans la 
prbviûce de Tachîr , le tua, détruisit entièrement son armée et plaça sur le IrCnc de 
Géorgie son fils Arbac , marié h la fille de Mr>an. ') 



Celui - ci r^gna heureusement , construisit beaucoup de citadelles et fortifia les mors 

dé* la VtlTi'de' Tsbtintla , dans le Dcliavakhetb. Là mort seule mit lia à ses prospérités. , 
(rt.iin II-. I-. .i-.-."" ^-iL . -:i'Mi .. ^^___^___ . I ,. . . *^-,ri., .,„ii j 

"*'^'*_ll'yï'ii#'Ùne'i>hraM'qurme p^^^ iniiilelligiblc. Voici le IcXle: ^u.». i^^bl^J^I.^. t. '^Ï«,^j3.1.|* :^ 
£l àaot-Ah tftuio!^ nn Ififjp tu%auinuin pffifj. Si je DB me Irompe, Crazm ou Crazmti serait le nom i 
de la vallée de Tzkhra/.mii , dans le Mthiotilelh ; quani aux muts qui suivent, je n'y vois pas de sent ' 
possible , soit qi^'un lise nn li^-jp aAi'i tuiimpaaiiiuj ou roéme qtuppaiiaij ^ pour retrouver le Daro«- 
bal (bi lexte (;éi)rg1en! La phrase géorgienne est : V'* 3"^ k-'-i'^"' '<' ^iW' ''"hv-i i?>''-'i-v ; l'Idée expiï- '' 
méé pàt le verbe >j^^' manque entièrement' dans l'armémen , qur au lien â« construction d'une porte . et- 
primo la pme de celte porte ; le s^ns de Ji-.j-^— - en pierre et chaux , se trouve en partie dans 1» nWt 
If^mifXi , dont les trois dernières lettres forment nn composé indécliiffrable , d'oij j'ai été conduit à ^ 
supposer le, nom propre Tzkbrazms Poar les deux derniers mots, je crois bien j voir le Daroubal d^ 
géorgiea, mais ^ns pouvoir e|) déduire un sens raisonnable.; En tout c-as , M. S.-Marlin (Mém. Il , Wi)f 
p^alt croire que le ^aruubal est l'origine du nom de Uariéla, puisqu'il attr)t>ueà Mirman ou Uirvap 
la fondation de cette porte. Cela n'est pas rigoureusement exact , d'après ce que j'ai dit à plutieurtt n- ' 

prises. 

*) Le i du géorgien '-j-j-" ne se prononce pas. 

*) Le lexle porte Vrotian , pour Mrotan ou JWrai». .nbitA ^J (' 



tS A D D I Ti VO^B* -KT tf C t A 1 « G 1 • 8 I II E R T 8. 

^ ; Son fils Artae'pé|:iM deai ail8 8iir'l8 Oéût^e. Dé Éon-Uaofi Iw* Pênes étaM ^enos 
p#ar tenger le saag: de PbariKidcfalom.,' il ne put réststeir à leur multitade et se ctatenta 
de 8e fortifier; pour 4oi, ilis^ prirent tevt ce qui se trtm?» duos les lieux ourerts et par-^ 
tarent.' • '! 



19 - Après Artae régna son fils Barton. Cependant le fils de Phamadchom , qof était 
htmrri en Perse, ayant ramassé dés auxiliaires, marcha contre Barton et envoya on cour* 
rfët^ ponr engager les .Géorgiens à se séparer de ce prince. Au lieu de Técouter^ ceux-d 
se battirent contre lui durant un mois , ^u voisinage de Khounan ; pourtant Hs furent 
vaincus et Barton tué dans un combat. Gomme il n'avait pas de fils, mais une fille, il 

20 Vâvait donnée en mfariage au fils de Roudcbi , pour qa\\ devînt son héritier: ce qu'il 
àtàït fait pour plaire aux Géorgiens , qiii ne Tonlaient pas de roi. d'une famille étrangère, 
mais seulement du sang de Phamavdz. Toutefois ce pribce , nommé Rartbam', fut tué 

dàhsie même combat. Sa femme, fille de Baitom , qui était enceinte, s'en-allà en Ar- 

• • * .. 

teéoiie et accoucha d*un fils^ qu'elle ' nomma Andri.^) 



I 






Cependant Jifroyan, étant entré en Ciéçrgie» s'empara de vive force de tout le pays, 
soumit ceux qui se défendaient dans les châteaux.. engag:ea par ses serments, à sortir, 
ceux qui étaient dans les places imprenables, .et enfin avant tiré de Ghamchoudé la femme 
de Bartom , épousa cette princesse , • qui était elle - même, de la famille des A|i>ac|4es. Il 

-- • . * ' . . . . 1 ■ '■-••■■il- 

en eut un uls, qu'il nomma Arbac^ et mourut quelques années après. 

■ • t ' ' '■ • • . 1 ' ■ ' 

-'I' ' 1 /*' -î j *'ij'''' "■■..■ .. '• ' . i . Il •■■.'■' 

Son fils Arbac devint roi. Andric. ^levé en Arménie^ était devenu an bomine d'ac- 
tion et de tétei en prenant part aux combats des Arméniens et des Syriens et en tuant 
à ceux-ci plusieurs géants., Il.prjit .avec^ lui ..des troupes arméniennes et combattit contre 
rbac> au pays de Tnrég|hik, c'est à dire de Dzagick. Dans un engagement qui dura 
tout ,un jour , beaucoup d'entre eux toml>èrent .soiis ^ le fer , liiàis ni run ni l'autre ne 
^o^a :1e dos. Apres le repos de la jQuit^ ils combattirent le lepdem^tn, jit[eC; idies.nfa^es 
21 .^p./fr.seip|)labies à dès ihartèaiïx de forgerons qi^i fi*apj>en^ 

çijsta^H celif^ ^<^S /4sW.Wr^pS jrp#tfi^i îp^ et lîri^reftt, ïm 

42antlle,i4lut^eî.;|A9d|^jpo4|tteig^i|,.j|)l^i p^trin^, Arbac, ^^èir^^df rsainèrey) ^ la tua^r.e^ 
les ifiéoi^ieBs pjriÉrelM; Jatiultëi) l4k)i»»<Jùadriei!8Bi'nHÉ>^^^^ 
'j^ihift^4é 'ihaBMoreriie8'>OéorgkM^>«Gffioe8*l'nPèavi>'ile«r d^ 




plus qu un seul pctipu 



/'r^.: . 



*) Lifi» Andric. .«totiV. un HusonV. 'im^t , mntM'l uiv*t\ •♦»/•»! •».! 



» 



C II II «'N'IiQ'n B' *'« Bréîl PE'lf'Iil'E 



II 



Couronoé roi à 30 ans, Andric en ré^» ^5 ') sur les Gêorg;ieDs et épousa la QUe ^ 
do roi d'Arménie. Jésus-Christ étant né à lietliléhem , en Judée « dans la première anni^ 
d« ce prince , le bruit se répandit paiini les Juifs tJo Mtrkbélha , que des rois venus d« 
Perse avaient pris Jérusalem : ce dont ils furent uflligés. Deux ans après, on sut que ces 
rois étaient rt^nus , non pour prendre Jérusaiem , mais pour offrir des présents à ua en- 
fant né d'une viciée , et leur tristesse se changea en une grande joie. Trente ans plus 
tard, des députés venus dans le IV, E. annoncèrent que renfant qui avait reçu les présents 22 
des Mages était arrivé à lago d'homme parfait et se donnait pour le fils de Dieu: «MaÏQ- 
teuant donc , disaient - ils , que ceux de notre nation qui se distinguent par leur sagesse 
et par la connaissaDCc de notre loi viennent tous ctiseoible , afin que nous discutions 
cette affaire. » A cotte nouvelle Elios de Wtzkhélha et Louncianos de Carsan se mirent 
eo roule. Leur voyage terminé, ils ..... .*) le jour du graad- vendredi , pour la pas- 
sion du Seigneur , ot apportèrent à Mtzkhétlia sa chemise. 

Au temps du roi Andric, ileui des apôtres, André et Sïmon-le-Cananéen, vinrent en 23 
Aplikhazie et dans TEgris ; saint Simon mourut dans la ville de INicophis, a la frontière 
des Grecs. Pour saint André , ayant converti l'Egris , il passa dans le Clardjk. 

A cette nouvelle Andric, irrité, envoya des gens qui ramenèrent l'Egris à l'idolâ-' 
trie : la croix et l'image de la croix *) furent cachées , et le gouverneur de Clardjk rén- 
primandé d'avoir laissé S. André opérer paisiblement. 

Dans ce temps - là les Perses se révoltèrent contre les Macédoniens ol choisireut 
pour leur roi Ajian - le - Sage. Cependant Andric donna la couronne à ses deux lils , et 
partagea son pays entre eus: il donna à Bartos le Karthli avec ses limites, et à Kartham 
le pays d«puis Khounan jusqu'au Clardjeth ; après quoi il mourut. 

Sous leur règne Spasianos, empereur de Rome, ayant pris Jérusalem, tes fugitlfli 1 
juifs qui arrivèrent se joignirent à leurs compatriotes de Mtzkhétfaa. Parmi eux se trou* 
vaient les fils de Barablia. ce voleur que les Juifs avaient réclamé de Pilate en place Aé *' 

N.-S. Barton et Kartham *) ' 

. , . . étaient sous la dépendance dos rois arméniens, depuis le temps d'Aderc ; notamj 
ment leS rois d'Armaz secouraient les Arméniens contre leurs ennemis. Après cela régna 
en Arménie le grand Erovaod , qui enleva arux Géorgiens Artan et le pays jusqu'au Cour 
et ta ville de Dzomia ; il y domicilia des hommes en commerce avec les Divs et nomma 
ce lieu Kadchatourt. Les rolS géorgiens Pharsman et Caïos moururent dans l'afllidJon. 



^l' Les chiffres sont en toutes lettres (tans le texte , maïs i^uv^Ht brén aVoîr'etè' îiïA t'rennit'ï^ |)li'l^' tM 
copiste ; car le texte géorgien donne à Aderc 57 ans de règne. 

*) Ici un mol indéchiffrable. ' "'" ' ' ' \ 

») Cette laiilnlogie est ridicule. Cf. AnnaW, p. 28. "" ^' "''i ''*'"'" " 

•) il y a évidemment ici une lacune , pour laquelle il faut recourir-«u tCxWgéWglill^.'''' '-•< ' 



Il- A D D I TilrX^'niB /S'il' :itC K: lTl<ft(GrI<B S S M E If T S. 

30 **'-'• O^pènûmi SeaJbàti fili dé Bîeurdt, ayant tué EroVaiid ,. plaça sur le t trAae -«on > f rère 
Aitabat - Dans > xe ' temps - la ' les rois . géor§;iens , Azood : «t ■- Azinaièp , appelèrmt **à ' leiir ae^ 
ebara tes rbis des Lecs .et des Osses, dèu frères:, noÉÉmés Bawuc et Anhasoocî fireirt 
irenir prës< d*eiU'les<;Padclianics, lea Dchikh^. les I>ertzouc et les 'Didos. Aimi néuntes^ 
les' troupes géorgveBDes fondirent ; à Improtriste siir rArménie, qui n était -pas^ifiréparée , 
c<niqilirent ' le Chirac et le Yanand , jo8i^*aio Baseo, revinrent dans la plaine de iVakh* 

-- dèlièTaii ^) , oà ils 'firent beaucoup de butin, passèrent par la Porte ; de PkhrMsos^'iet slè-^ 
tUÉft- 'hàtéS'dè traverser le Cour, allèrent • camper sor Tior, dans le^^pays^ de' GaadbèddL 
Be son eôtè Sembat, roi d'Arménie ^)^ ayant rassemblé ses troupes ^ les pourséivit juo^ 
qtf*aù Gônr et envoya des exprès^ leur dire: «Rendez vivant ce que voiis>;avez.!vivantJa 
Gem-ei; cédant à on excès* dWgneil',iirépondirent: cQn'ils allaient) revenir' povr le pron- 
dt^ Ini-iiême.)» EAlendant cela^ Sembat passa le Cour • et marclia 'C^nlve eux.îconMno nn 
lion. Cependant Bazonc , roi des Osaes , -lui ayant proposé un ^![embiat singulier) 'inoanit 

"^^ de sa main ^ atteint d'une flèche ^'^di loi ressortit d'une coMée iderrièrei;fa^dotf; son 
fipèrèi'Aibazouc^ qm combattit égalemant contre Sembat,- mourut aussi d'un : coup çKe 

31 flèche. «Que en- soit', dît Sembat; Ja vengeance des lefnmes^. et des enfantât arméniens:, 
pair »*vobs massacrés !» Alors les deux armées * se mêlèrent avec ^ une forie* effiiOyablè , et 
déS detiï <;ôtés il y > eut Jusqu'au soir un nctariire considérable i de, victimes; /VahiGas, les 
gens du nord prirent la fuite, massacrés impitoyablement et tombant soos. le fer de^ 
Améàiens /en •9Àrte que très peo ' échappèrent, là -la faveilr des ténèbi^esv Les roi»:géor- 
giens se ^sauvèrent blessés et se jetèrent dans Mtzkhétjia.' - -i - ii ':■/ 
''nr.riPoBP- Sembat ',11 entra en vainqofené dabs le Karthli , saccagea le pajsi eticonatniisit 
dans le territoire d'OunIzrkhé. là icitadette de SamtzUié'^' opr'i î|[ (laissai des'itroépes pour 
appuyer ceux de Tsounda , qui s*étaient s o M mi a» à lui. Cependant les rois géorgiens Ar- 
Vamif^i 4|uzier / prienant Jj/es -Çhs^ avec ^ox,» it^ulta/^i^t \^ f^rr^j^r^^^rmé^ffifi sur^a ri- 
vif!»rfi dfi Noustéiet pi^ès du Parkhar^ cjest - à t dire dans JL^^j^aiik,. j^t ^^Ja^.^^^ d*A.« 

32 cbo^JjL^ji. .ArU|bf(a»'Totd-4'^o^oie, qaarcha.cg^^^ les Créi^rgi^s. et;, resta ^ous, , le . mùr^ de 
Mtzkhétha durant cinq mois, ravageant de là la contrée^ au pQint,que,i réd^^f' au dév; 
etfWi les^tOéergiens et Ifss^Q/ifefi li^i dem^dèçenj; Ujj.pa^.et siengagière^ àj^^^j^vir. Il 
^fKwiV^ileMrs proposiliQoyB,, Qt,.partili,|ifprè^^lqur ayoii;. imposé un. tribut, (^ il se djé- 
«Jwfp^V. CQBAre.lt?^ Grec? i^t ïfs fef(^, \ei, Géargi^as„et le» jÇ|ssfs^ ^i^e^t .p^tte, occa-r 
MMi.pPPrt ^;riév4)i||ter)Coa(r«..Ani: j1,^n;rjo;j> d«ifnç;:çoatrVe!lu soa; Gis w^eh , Jt><WM^e ,JHias 

Les Osses voulaient le tuer, pour venger» J« sMtg 4e leurs rois; mais les Géorgiens, qui se 



'h >i./i \i. ■•':, ': ' ..iioî' . ' .'.•If^ .'.: .,.■ JÎ •* M.) ; •,>.! •».•, 



*) V. le texte géorgien, ..M m:;.}.,-.!. ,. nf 

*) Il n avait pas ce titre. ,. ,^ ^,.,^,^,,, ,-, ,x,,,^^! u. ' mJ;o!* r-n/'O-O . 

) V. le tex|ie»9épi^en/<p. (S^fjnifoc.'j imfi n '.ll^uji»;! mm»,» ' nn-ifil •♦Mil i-)i Uvmw*", >Wir\ r ' W ' 



C B B o N I Q' s "i%1rï'ii î« n-n S.' 



«S 



niens , s'; opposèrent , et le mirent prisonnier à Dnlar. Après trois années passées sans 
faire de tentative, du côt<> des Armi^niens , Sembat, avec les fils du roi, Artavaz et 
Tigran. et toutes les troupes arméniennes, vint au pays de Tlireghk. Les rois de Géorgie 
se rortifièrent , firent émigrer les populations et demandi^reat la paix , en rendant avec 
honneur le fils du roi et promettant ohéissaiicc en ces termes: « Qu'ils frapperaient mon- 
naie au nom el à l'eFfigiie du monar(|ue arménien; que si un euncmî venait l'attaqueri 33 
les deux rois de Géorgie vivraient et mourraient avec lui ; que s'il entreprenait une guerre '■■' 
contre une autre nation , ils feraient marcher avec lui dix mille auxiliaires, u Ajant ac}- 
cédé à cela , les Arméniens rendirent les territoires enlevés à la Géorgie ; Dzonda; 
Dmouis , le Dchoskhetti et Artahan. Arméniens, Osses et Géorgiens, ne formèrent plus 
qu'un seul pays. ■ ■ ■< 

Les rois géorgiens sus-nommés eurent pour successeurs, après leur mort, Hamzasp 
a Armaz. Dérouc dans le Karlhli , et ensuite Pharsman et Mihrdat. ' 



Ce Mihrdat épousa une femme du sang royal de Perse , et à l'instigation des Per- 
ses , détesta Pharsman , au point de vouloir l'empoisonner chez lui , avec du vin. Phars- 
man , qui en fut instruit , ne répondit pas à son invitation , et tout s'étant découvert , 
Ils devinrent ennemis réciproques. Pharsman était hon , beau de visage et de taille , mi- 
séricordieux , brave dans les combats , comme s'il n'eût point eti de corps ; les Géorgiens . 
l'aimaient autant qu'ils haïssaient Mirdat , qui fut forcé par - là de s'enfuir en Perse , 
Pharsninn mit en sa place son général Pharnavaz , son frère de lait , de môme âge qut 
lui, homme d'une bravotire extrême. Ayant rassemblé des Perses , Mihrdat marcha contre ,lt 
Pharsman ; celui - ci (it venir des troupes d'Arménie et marcha à sa rencontre à Ilnnsf 
KhéoQ ') , i. e, Ercatha-Tzor, la vallée de fer. Défiés par les Perses à un combat sio- 34 
gulier, Pbarsman et son général tuèrent, l'un dix-sept, l'autre vingt-trois d'entre eux. 
Il y avait chez les Perses un géant d'une taille démesurée , nommé Djévanclier , qui pro- 
voqua Pharsman ; le roi sortit avec joie contre lui: leur rencontre fut comme un choc ds 
nuages et dura plusieurs heures. EnGn le beau guerrier Pharsman frappa le lâche géant^ 
le renversa et le tua. «Mes braves! cria-t-il alors à ses troupes, allons, lions endormis*)) 
fondez sur ces moutons maltraités par la grélc .' n Aussitôt Arméniens et Géorgiens font 
couler sans pitié des flots de sang persan sur la face de la terre, et Mihrdat, prenant la 
fuite, va chercher un asyle en Perse. 

L'année suivante ce prince marcha de nouveau contre Pharsman , avec une anné« 
nombreuse, et vînt à Mtzkhétha , on il s'arrêta. Des volontaires perses défièrent dei 
noaveau Pharsman et son général, qni tuèrent, le roi douze et Pharnavaz seize d'en- 

') Pour llrcinis-KhcDU ; v. le ti-ile géor^en. 

*) L'auleur arménien parait avoir lu ^c<"'|, au lieu de ^^^^j*^] qui se Irouvu dans mes deux M-ilfi géor- 






H A DD 1 .1 I <M| $ /ftl' ;i;G l4i]l.B|ÇV3j|S.P.1l E N T S. 

Iitt-'eiuv tprèft 4pMir'{>ortMt )e désbrdre H™* ^W ^^^ ^^^ l^igoé^.idA.fioincie, Phw9r 
feian cn:fit pa grafod <ianii^, et oblige» Mibrdat;&.is>n{îiir en Perse. GepeQdmt Ift ir»n 
l^haraman et $es mflipea ann^nienoes porUient le ravage ^t la idiya^tation chez les ff<na|W; 
Miu-ci reoouraot à la ruse^ envoyèrent yn cuisini^ • . • . « ^uqf^kï Uft donn j^epti iWi pob* 
MO morte], afin qu'il prit: son temps» pour Caire; périr Pbarsmao : ce qui eut |iei| ^f^^j^tfet^ 
car il tua d*une flècbe^) le brave toujours victorieux et plongea dans le ileuil Aa^ffaingi) 
35 d(a Géorgie^ depuis, le plus petit : jusqu'aux plus grands. Pharuavaz, général de PlJHtfitinaQ^ 
frit sa ferooie ^t ^b fils, et s'en -alla en .Arménie. Aveo le sec<^qrs dejs Arm^epf ^ 9 
plaça i Annaz et dans tout Tapanage , de t son maître des gouverneurs de provinces ^ 
demeurèrent fidèles à Pharsipan. Pour Mibrdat, ayant pris, des troupes persanes, il vwt 
en Géorgie et rentra dans ses domaines. *) 

Le roi d'Arménie , ayant Cait sa paix avec les Grecs et mardié contre les, Perses et 
contre Mibrdat, les rencontra sur la rivière Likb, tua Mibrdat et le commandant persan, 
et plaça sur le trône de Géorgie le fils de Pbarsman, nommé Admu 



Ce prince mourut trois ans après., laissant un fils en bas âge , avec lequel la femme 
de Pbarsman gouverna la Géorgie. 



Après lui régna Hamazasp son petit - fils (de Pbarsman) , homme brave et goerrier. 
De son temps nne multitude considérable d'Osses, étant sortie & l'improviste par la roufe 
du Dvaletb, vint camper, sur la rivière de Liakh, oè elle se reposa durant buit joarii 
36 après quoi ils vinrent camper autour de Mtzkbétba. Hamazasp , avec 16,000 cavaliers et 
30,000 fantassins, savânça contre eux; décocbant de loin ses flèches, il abattit, de aoll 
tfc vigoureux, quinze de. leurs braves les plus distingués; le lendenuin il coucha par 
terre un des Osses, nommé Khonakbvâ, et mit le désordre dans leurs rangs. Le troi* 
sième jour , du consentement ,des gnerriers géorgiens , il y eut entre l'es deux partis on 
engagement , où les Osses furent vaincus et massacrés , leur roi tné, et le reste de leurs 
troupes s'enfuit dans son pays. L'année suivante, Hamazasp franchit la montagne des 
Osses , s'empara de la contrée et revint ensuite chez lui. Après cela Hamazasp devint 
fier, se révolta contre les ArÉnéniens , versa le sang de ses principaux sujets et mit sa 
confiance dans lés Perses. Gosune il s'était attiré par-là la haine des Géorgiens , ceux-ci 
demandèrent au roi d'Arménie, pour le placer sur le tr6ne, Vroïn, fils de ce prince et 
de la soeur d'Hamasai^ Le roi d'Arméme accéda à leurs propositions^ et entra en Géor- 

t,'}) n j a îd qoelfiMi aioU que je.pe sais comment ^^aduire*. mmlu^L (iMCji^||{Ayv&) «■jp.,.^ 

. *J Cette variante est bizarre : Umhu. 
•) V. le texte géorgien. 



CnRONIQtlElIRMK TIENNE. f7 

gic , OÙ les cinq commanda nls de la partie occideotale se rendirent près de lui ; ceux 
d'Ountzrkhcth et de Tzounda firent également venir des troupes de l'Osetb , qui accou- 37 
nirent avec Joie, pour venger le sang que leur devait Hamazasp. Celui-ci appela à son 
secours la maisoa de Perse ; il s'ensuivît un rude comltat où il fat vaincu et tué , et 
les troupes de Perse anéanties. 

Vîron (Rew) qui régna ensuite sur la Géorgie , fit venir de Grèce et épousa la fille 
de Logathals , nommé Séphélia , qui amena l'idole d*Aphrodité et l'élevi à l'entrée de 
Mtzkhétha. Ce roi était clément et prenait la défense des opprimés. Connaissant un peu' 
la religion de fV. - S: , il aimait le Christ et défendît en Géorgie les sacrifices humains; 
toutefois il adorait les idoles et permettait de leur offrir des boeufs et des brebis. On le 
nommait Rew , ce qui signifie vainrjueur. 

Il eut pour successeur son fils Vatcheï. ') 



Dans ce temps-là régna en Perse Karsé Charpbon'), fils de Sasan, qui fit disparaître 38 
les Arsacides , nommés Ardbiouroïk *). Khosrov , roi d'Arménie , combattit contre lui , 
ayant pour auxiliaire le roi Asparagour ; celui - ci , par la Porte du Caucase , amenait au 
grand roi Khosrov les Lekhs , les Lecs , les Osses et les Khazirs, et ce prince, avec 
des masses nombreuses, entrait dans la Perse, battait les troupes persanes. Obhgé de s'en- 
fuir , le roi de Perse Karsé Charor ou Artachir , délibéra sur ce qu'il y avait à faire à 
l'égard du roi d'Arménie, qui l'inquiétait depuis dix années, il se présenta alors à lui un. 
certain Aoac , parent du roi Khosrov , qui lui dit en face de tous : a Tu dois te sou- 
mettre et payer tribut au roî d'Arménie: par-là la Perse affligée respirera.» Puis on se- 
cret, s'approchant de l'oreille du i oî : «J'irai auprès de lui, avec toute la familiarité 
d'un ami , feignant de m'élre révolté contre loi , et je le tuerai par surprise ; t ce qu'il 
exécuta en effet. Partant avec son frère , il se rendit auprès de Khosrov , et l'année sui- 
vante , il le tua à la chasse, au momeut où il allait sortir. Lui-même Anac et tous les 
siens furent tués , à la réserve de deux enfants , enlevés par leurs pères nourriciers *) , 
qui s'enfuirent l'un du côté des Grecs , et l'autre en Perse. A cette nouvelle le roi de 
Perse entra en Arménie , et massacra toute la famille de Khosrov , dont un seul enfant , 
nommé Trdat , fut sauvé en Grèce. Quant à Aspagour , roi de Géorgie , il passa da 
l'Osetb , pour y rassembler des troupes , et y mourut. Comme il n'avait pas de fils , maïs j 

') Ici la Chron. arm. omelles rois Bacour 1er et Mirdal II ; Asphsgour n'est nommé que |ilu« baa i' l 
dana le court même du récit. 
11*) l.e, Anotictirwnn. 

*J V. la note 3 , p. 7H , de la Traduction de« .\iiiiale« 

*) Ou .de leurs nourrice». • ^ , , ,•:,,,.,,,,!■ .. ■ . . , , , , ,,^ . ;,„ , 

Addil. el ècl. 3 



t8 Additions et jEclaihc^issbiments. 

sfolement nwm SHi^, et fiiirlà k fia des PharMfwide»^ dont on eompte 86 rois, députe 

Tî. Aleztndnek 

Apcèst cela Ieai|Ninc^ de Géorgie e'étanl raaseodilés' i MliiLhéthe, auprès du speepel 
Maijan , : pour, loi dettunder ce qa*il9 auraient à faire , celoi - ci lear dit : « Si noU'e rel 
vivait y nous sacrifierions pour lui nos têtes ; s'il nous restait un héritier du trône , nous 
entrerions dans nos citadelles, dussions - nous , comme nos ancêtres « manger de la chair 

^0 humaine. Mais puisqu*i| n*i^ est pas aiqsi, demandons aii.roi de Perse; pouf. roi ei'pour 
g^dre, Mihràn,,fîls de sa concubiae, et marions-le à Abéboura^ fille de notre roi Aft- 
pa^^our. » G.e coqseil ayaat été approuvé de tous,^ on informa le roi de Perse, par um 
ambassadeur ,p que la^ jeune priuçesse était du sai^ des Arbacides ou Arsacide^ ^), de^ 
PbarQfvaiide,s. e!^ .ausçi des Nébrotbides. Près de uous ,, ajoutartHm , vivent les Os^es^ks 
Àlans, les Lecs, les Sones et les Khazirs, et toutes le^. nations du N.d Accédant a leurs^ 
propositions, le roi de Perse vint à Mtzkhétha,i s'i^gagea envers les Géorgiens par des 
serments et conféra la royauté au jeune Mihran , âgé de 7 ans. 



if n établît pour gouverneur de provthce et pour instituteur du jeune prince son père 

nourricier Mirv?anos, auquel i)^ laissa' ^0^000 Perses, soldats délite; il lui enjoignit que 
5000 d*entre eux fussent auprès du roi , tandis que les autres, résideraient dans le Ué- 
reth et.feraieujt la guerre aux Khazirs^; que son (ils suivît le culte du feu et adorât lea 
id<61es des Géorgiens, cat* ceux-ci avaient demandé qu'il ne les troublât point dans leursi 
croyances, et déclaré «qu'il valait mieux pour, eux mourir que de renoncer à la foi ,d^; 
leurs pères. ^ « . 

Le roi, de Perse se dirigea alors vers son pays par le pied du Caucase, dont il. sou- 
mit les iiàsses yallées. Croissant» et arrivant,^ |i' Tàge d'homme, Mihran s'attachait fux 
Géorgiens , employait leur langue et adorait les cinq idoles , eu voisinage du temple du 
feu. Sa femme étant m6|te lorsqu'il eut quinze ans^ on lui. fit venir du Pont, pour le^ 

^2 pooser, Anna, fille d^OuIitorii. Il était continuellement en guerre avec les Khazirs, qui. 
s'efforçaient de prendre Derbend et de s'ouvrir cette porte , pour tomber sur la Verse ; 
mais Mihran s'y opposait. 

Quand il fut dans sa quarantième année , son père Artachir étant mort et Bartam» 

son frère cadet , s'étant emparé de la couronne , Mihran, à cette nouvelle^ marcha contre 

^■1- ■• ••■ • '"♦. 

Bagdad,. avec des troupes nombreuses, et voulut devenir lui-même roi de Perse; «car» 
disait - il 4 je suis en terre étrangère , toujours les armes à la main contre les Khazirs , 
paur les empiécher d'enfaner en,. Perse..» liais son frère le méprisait, comme, fils de con- 
cubine , et prétendait que la royauté lut appartenait , parce que son père lui avait' nri9, 
de sa propre main , la couronne sur la tête , et lui avait assuré le trône par un écrit. 



.1 I l«4 



*) Cette variante de lecture est indiquée par le traducteur lui - même , qui semble par • là considérer 
comme régulière Vorthographe , adoptée par lui , du nom dWrchac , en le lisant Àirhac. 



t. 



CaaoNiQUiAaiiiMSNNS. 19 

Oo dooDa donc à Mihran le Dchozreth\ la moitié de la terre d» 'Gham ^ rAtrapatacan , 
rArménie , le Movcan et le Ran , et on lui confirma la possession du Héreth , dont il 
était maître entièrement Etant allé du côté de TOseth, il 8*en empara^, parce qu'il avait 
appris que. ces peuples, sachant qu'il était passé en Perse, avaient fait une incursion en - 
Géorgie. 11 .poussa jusque dana le Khaureth , et , par la route du 'Dtvalèth , rentra à 
Mtzkhétba. 

Après cela les Khatirs ajant fait une (expédition à Derbànd , Mihran ihardha contre 
eux , et resta longtemps en campagne. Cependant Trdatès , fils de Kfaosrôv , après avoir 43 
déployé la plus grande valeur en Grèce et pris le roi des Goths^ qui inquiétait le pays, 
obtint par -là des Grecs la couronne et rentra' dans son patrimoine, ûù il fit main -basse 
sur tons les étrangers qu*il rencontra et silr les troupes de Mihran. Gelui-cî, de son cAté, 
fit venir à son secours Péroz, son parent, auquel il donna sa fille en mariage, et ^) qui 
était en état de causer les plus grandes inquiétudes h la Géorgie et à toute là Perse. 

Dans ce temps - là régnait en Perse un troisième frère de Mïht^àn ^ qui lui envoya 
dire de rassembler ses forces et de marcher contre les Arméniens et contre lés Grecs. 
Mihran s'étant avancé à sa rencontré avéb toutes ses forces, ils firent un tel carnage'^) 
qu'il est impossible d'en dire la quantité ; pénétrant dans l'Arménie , ils firent de nom- 
breux prisonniers, parce que Tirdat ïie pouvait tenir tète à une armée si considérable, 
et restait dans les positions fortifiées. Pour étix ^ après avoir conquis TArménie , ils pas- 
sèrent au pays des Grecs , où ils portèrent la dévastation , la mort et le pillage. Hors 
d*état de combattre contré eux , Tempereur Gonstantianos était plongé dans le chagrin , 
lorsqu'il fut averti en songe que s'il adorait le Dieu crucifié, il triompherait, par la puis- 
sance de la croix , de leur armée innombrable. S'y étant résolu et s*étant placé sous les 
auspices de la croix, il marcha contre eux, les battit, par la force du Christ^ et en fit 
tomber un si grand nombjre sous le fer que les rois de Géorgie et de Perse sauvèrent 
fort peu des leurs. Réfugié dans la citadelle de Mtzkhétba et sachant que la perte de^ 
Géorgiens et des Perses avait eu partout du retentissement, Mihran était en proie à une 
affliction profonde , et livré à la douleur , lorsque la pensée lui vint d'envoyer un exprès 
au grand Gonstantianos et de lui demander la paix, sous condition de le servir. Trdatès-le- \k 
Grand ayant aussi expédié un envoyé , Gostantianos accueillit la proposition du roi, et lui 
accorda la paix , en prenant pour otage son fils Bahkar. Trdat donna sa fille Soghomé 
pour femme au fils de Mihran , nommé Réoun , qui résida à Odchormi. 

Dans ce temps-là la bienheureuse Nouni, mère des Géorgiens, étant venue à Mtskhé- 

' ) Le serus de ce membre de phrase est douteux : il me parait manquer ici le nos de Trdat, qui était 
le vrai ennemi de Mirian. 

» 

') n y a ici une expression , l^numphjuÊh uMJfm^ J'î/*'* 4^' ^'^ parait intercalée par errenr , car 
dans le texte géorgien on- applique au nombre dea troupes alliées la réflexion qui suit. 



A»»ITI«SS ET C C & â I B Cl S S C B E 5 T S. 



mis mm, h raoe SoghoMMi hm étmami^ â'mt eOe' «CMt , et de 



V 



t€ swm awe les BoBaiv, «n htiwMf de Cny padtce , MMaé Zibo^hca, I 
b fJmriTf ds OriÉl et prit leor roi cl ses soMata. Cen-d , ém^ Icw 
j;pat dcMHié le hapicae, ils les resTOfa dans leor pajs, éclairés de b 
Chrirt , ci ks afa«l enim es pcnonae , raadtt ckrêlicMie b Batiea des Rnadch. S' 
raidii aiyrcs de rcapcrear et ajaHI leça de kà htimtomf de pcfifli 

les lirai saiHl% oè il InM^a dc«x eqihelias, tcshs de Cbstnia après b 

i porcals, fm étiiml chrétieBs: Im s'apfcbit Hnabiigli 

i lenrke et ^(bphor BelhlèkéBite. Ajaol cpeiM cette dcrwère, Zàhùg^m alb 

¥iDe de fbtfafas : c'est d'c«i i|iie j*ai rcça k jovr. Qniad j'c«i dooie aas , ib 

â Jeranlca. Mon père , m'ayaot rwafif à Diea cl à b grâce de Christ , alb 

le désert. Co asa c i éc , rierge encore , â Tépoex cdcste , j'ealrai dâas b aiaîsoo de 

Niaphor, Amémenoe de b TîUe de Dorio, je b serris pendaal deia aos ; roMf je b i»- 

cesse des Bjrtéres dm SaoTcor, des drcoBStances de sa Bort, dm liea oé 
li^es ayant serri â b sépohore de ^otre-Seigneur, om s'ap 
VI ses écrites par fe prophète s'étaient accomplies; qull arait été cmcifié 

SHCfté et Bonté am deox, et qall rcTiendraiL Quant am linges, qne b fesBe de Pi- 
bte les aTait denandes , et qu ajant cm dans b Girist , eUe était aDee cket eUe , dans 
k font ; peu après ib tofldiérent entre les nains de rEvangeliste Luc, qni sait ce qull en 
a fait : b snaire fat esporté par Pierre ; b chrniiir soju contair alb dans k pays dn 
nord y et se trovre dans b TÎlk de Mlrkliétha ; b croix du Seignenr est dans b terre , 
a Jémsaleni, et paraîtra i|aand Dkn Toodra. 
\S ■ Après afoir entendu tout ceb et avoir été rccer oir b bénédiction dn patriarclie , 

j'allai à Rose , dans l'espérance d*obtcnir quelque portion dis grâces de J. - G. Ayant 
alemn un face dans l'espérance Tirifiante , je trourai k couTent de Poghos , où 
300 wrges. Les tentations nous y ayant poursoiiies, nous ailânKS en Ar* 
l'eapeieur écrivit â Trdat , qui nous fit Percher. On nous de c o uni t dans 
des pressoirs â rin ; k roi ne put « aalgré tous ses eflbrts , aaener Bhiphrit » épouse 
dn Qmst, a un aariage avec lui, en sorte qull fit périr 37 d^entre nous» et ks autres 
se dispersèrent. Pour Boi » restée parmi des rosiers en fleurs , je krai les yeux en haut, 
et m ks âmes des saintes Booter au tM. Cependant un ummuc, conduisant b nûlice de 
l'eapirte , et tenant en sa «ain un encensoir , vint k leur rencontre. Les parfums de 
son encensoir imfcuimiiini k monde. Quand il en eut parfumé ks saintes, il partit et 
elles passa et Tanlre c«té du rideau. 

cCependait je criai Tcrs k Seigneur et je dis: «Mon Seigneur Jésus, pourquoi 

mre ici? — Ne erams pas. me iui-il dii, tu entreras avec celes-câ dans 

k choeur du Omet Lève*toi donc ci vu dn cMè du 



et les ouvriers peu nombreux.» Quelque temps après ^)> Farbùste épineux flkurit et se 
couvrit de roses; pour moi, j allai à Oorbanis ^ en Arménie , où je passai Thiter. Au 
mois de juin, j'allai dans li| montagne de DchaTakheth; arrivée à la mer de Phamav^ 
je vis des gens qui y péchaient, et des troupeaux paissant sur les rivages^ Comme je 49 
savais la langue arménienne, que j*avais apprise dans la maison deNiapbor, de Dovin, 
j'entendis des gens jurer par Aramazd et par Zaren. Quand je leur demandai d'où ils 
étaient , ils me dirent : « De Darb , de Lrbnik et de la grande ville de Mtzkhétha ^ où 
était le centre de la splendeur des Dieux et de la majesté des rois. Le fleuve qui s'é- 
coule de cette mer va de ce côté, m Me mettant alors à l'écart , je courbai la tête et 
m'endormis. Il me fut donné un livre en langue romaine , scellé du sceau contenant le 
nom de J.-C. L'homme qui me donna le livre me dit : « Lève-toi , va et annonce ce qui 
est écrit là. — Qui suis-je , ai je dit , moi femme ignorante et faible ? — Par la grâce 
du christianisme , reprit - il , dans le pays de la vie , qui est la Jérusalem d'en - haut , il 
n'y a là ni homme ni femme ; on n'y connaît ni faiblesse ni ignorance , car la puissance 
divine du Christ et la sagesse, de Dieu y sont tout. C'est Marie-Madeleine qui a annoncé 
aux apôtres la résurrection du Sauveur, sans qu'il y eût de honte pour celle qui parlait 
ni pour ses auditeurs. » J'ouvris le livre et j'y vis toute la substance de l'évangile , ren- 
fermée dans dn paroles concises. 

« Après avoir lu et compris , je m'éveillai , et ayant invoqué le Seigneur , je suivis 50 
le fleuve du côté de l'occident, jusqu'à l'endroit ou ses eaux tournent vers TE., et j'ar- 
rivai à Ourbnis, où je restai un mois. J'arrivai avec des marchands à Mtzkhétha, le jour 
de la fête d' Aramazd. Etant derrière le roi et toute la foule, je vis là un homme de 51 
bronze , couvert d'une cuirasse et d'un casque d'or ; ses deux yeux étaient ornés d'une 
émeraude et d'un bérylle. Une épée, dans sa main , s agitait en flamboyant et inspirait 
la terreur à la multitude : « Malheur à nous , disaient - ils , en tremblant , si nous avons 
failli à l'égard des sacrifices , si nous avons péché en parlant avec un Juif ou avec des 
mages ! nous périrons de la main d'Aramazd. » A sa droite était une image d'or , nom- 
mée Gatz , à sa gauche une d'argent , nommée Gaïm. Me souvenant de cette parole de 52 
Hobnag , patriarche de Jérusalem : c Tu arriveras au pays d'un peuple combattant contre 
le vrai Dieu ; » je fus transportée et me mis , en pleurant, à conjurer la miséricorde di- • 
vine pour ces égarés. «Dieu de mon père et de ma mère, dis-je, brise ces idoles re- 
gardées comme des divinités , et frappe ces gens , pour qu'ils te reconnaissent comme le 
seul vrai Dieu. » 

« Aussitôt il s'éleva un vent violent ; aux roulements du tonnerre, aux carreaux de la 
foudre se mêlèrent des gréions du poids d'une livre , une puanteur insupportable , une 
épaisse obscurité, qui déroba la vue des idoles. La foule prit la fuite et se dispersa. Le 
lendemain, le roi et le peuple étant ^sortis et .cherchant à savoir la. cause de ce qui avait 

^) Le mot arménien fjfi^, ""^l ^'tff'^m^^A '^'^^^M^^'^.^'f'Ai^i/^^.^.?'^ 



It^ Additions et i c l a i b c i s se ■ e n t s. 

53 0u iie«» les pm dîsaieol: c Throudchaa » le faui dieu des ChiktéeiiSy et notre Aramai, 

: aont «emes^is depuis rerigim» parce que ootre diea a triompbè de laulre par le moyen 

de j'eaii: majaUfMnt celpî'^ci se yeoge»» D'autres, avec plus de vérité, disaient: eLe 

*. «graodJDtleu, %m 4 châtié Je roi d'Arménie, pour le guérir ensuite avec son peuple, c*eat 
I|ii ^i a lai( M prodige» s Pour mfliî, ajai^ trouvé Toeil de béryUe, j'allai sous on artee 
jhoqùBé lvin|^9 4opt l'ombre « dit* on, était rechercbée du roi Bartam..J'y priai durant 
,fix joulis.;Le jour de la çr;inde Transfiguration, où le Seigneur manifesta aux principaux 
4e se^ apôtiifs la (ace de son père et celle des prophètes '), il vint de mon côté une aer- 
vaute du pataif » nomméfe Chouchan , qui , stupéfaite en me voyant , fit venir une inter- 
prèf^ grecque et me questioana avec bonté, conune étrangère. Elle voulait m emmener 
,^ palais 4 inais m lieu de la suivre , je partis et rencontrai une femme nommée Anaa- 
jtou j .femi^e du gardiep du jardin royaL Elle me reçut avec joie et je restai neuf mois 
phei^ elle. Comme Us n'avaient pas de fils , et qu'ils en ressentaient une afilictioo pro- 
fonde » un homme lumineux me éit»:.r Entre dans le jardin ; a la racine d'nn jenne pin , 
ai^urès des rosiers-, tu recueilleras de la terre , que tu feras manger a ces gens» au. nom 

5^ du. Seigneur Jésus - Christ , et Hs obtiendront la leconditéua Je fis de la sorte, je le«r 
4oQnai ce qui était prescrit^ an nom de J.-C. Dieu Sabaoik , qui est venu et -qui vien- 
dra juger la terre.» Entendant cela, ils crureot dans le Christ et. obtinrent l'eirfant. ipro- 
mis. Etant sortie de leur maiisoii,.je trouvai hors des remparts un hoafnet de. tamarins, 
4ont je fis ma résidence , e^ y demeurai trois ans» Ayant bçonné une croix , j'adorais 
devant elle, jour et nuit, .la sainte Trinité;, chaque jour j'allais càez les Jnifs, dont 
j'entendais la langue, et je tes questionnais au sujet de la tuniqne du Sauveur. Le prêtre 
Abiatbar , ma*) fille Sidona , et avec eux six femmes juives, ont cm dans la venue de 
J. - C Infbrme-toi d'Ahiathar » et tu sauras la Térîté. a 

En apprenant ces choses, la sage reine fut dans l'admiration et crut à ce fui lui 
^vait été dit. Mais quand elle ouït les grandes merveilles opérées à l'endroit de son père 
Trdatîos, elle s'affermit encom dans la foi et glorifia le Dieu dont la. gloire est ineffaUe. '} 



Cependant le prêtre Abiatliar a raconté et rendu pubfics les faits que Ton va voir. 

55 «Dans l'année où Se. Noni vint i Mtzkbétha, j*èxerçais le sacerdoce suivant Tordre du 

service de ma fiimille , lorsqu'on m*apporta de la part des Juifs demeurant à Antioche 

une lettre de cette teneur : « Notre royaume étant divisé en trois , nous nous trouvons 

sous la domination des Romains, des Grecs et des Arméniens; nos prophètes se sont tus^ 

^) Le texte dit expreisément : • où le Seigneur uMuiifiatta la bce do Père , dea principaux ap6trss et 
dec prophètea ; j*ai cru devoir ériter ce ssna absurde. 

^ me paraitTHt plue dair de Xkemfih; amie le pronom wm e^ peut*étre empk^é là pour expri- 
aer l'alfectioo de Se. Nina envers Sidooia. 

*) y. la note 2 , p. 104 de la Traduetion , rdative â cette oMivemIon de la reme. 



Ghaoriqiik a«mi£iiicnne« 23 

notre temple a ^té détniit. Nous savons par noe litres que' lorsqtie fiotl' pèiHs prévari- 
quaient ^ Dieu irrité les livrait à lesciavage , mais quand , éprouvés par la tefltUtion , ils 
se repentaient et invoquaient Dieu dans leurs prières , Bien leur rendait; sa miséricorde 
et se laissait fléchir r cela eut lieu sept fois dans^ les anciens joutê. Muis depuis que nos 
pères ont crucifié le fils d'une pauvre femme , né dans une étable et se nofmmant Christ, 
voici tantôt 300 ans» que le courroux du ciel nous frappe sans bitérruption' ; en vain 
nous crions vers ibi la nuit et le jour, ri ne nous donne pas de réponse, il ne s'apaise 
point : d'où il iaut conclure que cet homme était le fils de Dieu , désigné dans * là^ loi et 
dans les prophètes. Vois y et que ta sagesse et ta science des Ecritures t^ fassent conn 
prendre que tout ce qui était écrit s*est accompli , et que ce personnage venait incontes-^ 
tahlement du ciel.» 

« Pour moi , je fus plongé durant bien des jours dans une extrfime affliction ; ayant 
consulté les livres , je trouvai que le temps marqué par Daniel était arrivé à son terme 
sous Tempercur romain Auguste. Gomme j*en étais là , je vis sainte Noni , et fanant 
questionnée j*appris de sa bouche les faits contenus dans les Ecritures de nos prophètes , 
l'économie des mystères du Christ et toute la série des faits , depuis sa naissance jusqu'à 
son enlèvement dans les cieux : je crus donc fermement qu'il était Tespoir des gentils, M 
rédemption de mon peuple dlsraël ; nous fumes en outre jugés dignes, moi et ma fille*, 56 
de l'eau d'Epas ^) , i. e. de Bethléem , eau que désira David , sans l'obtenir ; DTéu s'est 
souvenu avec bonté de nous qui sommet son peuple , et nous a visités de son S!alut. Hh^ 
bitant maintenant dans la marlsoti du Seigneur, nous le bénirons dans Téternité, saltlérf 
par David du nom d'heureux. Dieu nous a encore donné de recevoir d'autres merveilleux 
bienfuts, dontt bous avons été témoins dans notre ville, grâce à sainte Nouné.» 



\ 



Les auditeurs satisfaits dirent à Abiathar;. c Raconte -nous tout ce que tu sais a ce 
sujet. — Nous avons appris de nos pères, ajouta-t-il, ce que leurs pères leur avaient dit 
à eux - mêmes. Au temps du roi Ucroiliade , la nouvelle parvint aux Jjuifs de Mizkhétha , 
que des rois persans étaient venus et avaient pris Jérusalem. Les prêtres de Bouda et de 
CodirDzgharo et les interprètes cananéens s*en- allèrent en fuyant vers L'est, et tous lef 
Juifs forent dans lafiliction. Feu après se répandit la nouvelle consolante, que les Perses 
étaient venus à Jérusalem^ non avec des projeta; hostiles, mais pour adorer^ le fils d*uiie 
vierge issue de David ; qu*ils avaient eu pour guide une étoile du ciel , raisonnable et 
intelligente , vue par eux dans le désert ; que ,. glorifiant un Dieu dans cet enfant , ils 
lui portaient, au lieu d armures , l'or, attribut des rois, la myrrhe qui guérit et l'encens, 
qui s'offre à Dieu; qu'enfin, après avoir présenté Tor à cet enfant, ils' 'étAietit partis. En 
se répandant chez les Juifs , cette nouvelle excita ohez ' eux lài- joie la plus vive. ' 

^) Le traducteur , ignorant sana doute le sena du mot a^'^*^* (v. Trad. n. i , p. 105), a cru que c'était 
un nom propre , et en a fait celui-ci. 



3IL AdDITIOUS Et : iCLAlBClftSBMCFITS. 

cTmle ans après , it Yiiit de Jérusalem «ne lettre écrite part kiponlif Anoa k EKoSy 
pire de ma mire : « LVnCant Jésus , qui a reçu les présenis des Mages , j était r il dit, 
est deremi homme et se éomm pour fils de Dieu. Vene&, tous qui' le pouTes, afin que 
mms aecomplîssions ; eu le faisant mourir , le précepte de Moïse. Yereé daos la loi , le 
prêtre Elios, de la famille d*Eléazar. et de la maison d'Héli, se mit en route. Sa mère, 

57 qui était de la mime famille , lui donna ce conseil : c Ne prends point de part , mon 
cher fils , aux prcyets des Juifs , car cet homme est l'annoncé des prophètes, la parabole 
des Ik^rti de la loi , la parole du Dieu vivant. » Parti en compagnie de Louncianos , de 
Carsan , il arriva le jour du crucifinienL Lorsque le bourreau enfonçait les dous , on vit 
bien que la mire d*Elios avait une portion du don de prophétie ^;, car elle dit : c Le roi 
dlsraël, le sauveur du monde apporte la paix aux gentils.» Par trois fois elle ajouta: cMalhew 
à vous, parce que vous avez tué votre créateur ! Mais vous, Seigneur, ayez pitié de nous.» 
Après quoi elle ferma les yeux , croyant en J.-C Dans le mime temps , comme on avait 
jeté le sort sur la robe sans couture, elle échut aux Juiis de Mtzkbétha; Elios la prit 
et rapporta dans sa maison. Sa soeur , qui vint a sa rencontre , la prit , Tembrassa , et 
rayant mise sur sa poitrine , rendit son âme à J. - C Cela eut lieu pour trois causes : la 
mort du Semeur ^ la mort de sa mère et la complicité de son firère avec les Juifs. 
Adric , alors roi de Géorgie , quoique étonné de cela , ne voulut pas garder la nÀnt dn 
mort, et on la déposa au bas d'un cyprès *), dont le plant avait été apporté du Liban ')• 

58 Voyez, la maison d*Elios est k l'O. du pont de Mogtha. » En entendant cela, les Juib fu- 
rent couverts de honte et voulurent lapider Ahiathar , parce qu'il était doué d'une sa* 
gesse puissante , et que se basant sur les Ecritures anciennes , il regardait J. - G. comne 
le vrai Dieu , et le glorifiait avec le Père et le S.-Esprit ; mais le roi, qui fut informé de 
ce soulèvement, et qui avait appris les miracles opérés en Arménie et chez les Romains, 
se fâcha contre eux et défendit de mettre obstacle à la prédication dans son pays. 

Dans ce temps-là Se. Noni et ses disciples firent hautement profession de la foi, et 
eDe propagea la croyance en J.-C. par divers prodiges dûs au signe de la croix. Trois fois, 
tandis qu'elle sommeillait agenouillée , elle vit des bandes d'oiseaux , au plumage noir , 
qui , après être descendus dans le fleuve , devenaient blancs et allaient dans le jardin se 
repaftre de fleurs , puis , en arrachant quelques - unes , les portaient au maître du lieu *}• 
Ayant raconté sa vision à la fille d' Ahiathar , celle - ci lui dit : « Viens , étrangère , qui 
flous fais hérite^ du- paradis et de l'arbre de vie ; ceci est la bonne nouvelle annoncée 
par nos pires ; l'oeuvre de J.-C. , l'homme céleste , et de son sang innocent. Et toi, Jé- 
rusalem , Jérusalem , développe tes ailes , pour rassembler ce que le ciel te donne ai 

*) Toute cette pbrase est tr^ obscure el incQpplète. 

') ^liTf^y Ssalogne » à €é qn jl parait , au géi^rgien €9^ rM^: 

'} V. la Traduction des Annfles. 

*) Cf T«d. p. 108. ... 



Chronique arménienne. 



lartage 



Ig I 



' îem 



: suMîn 



fait de notre- ; 



25 

paradis de 



I 



! cette I 
délices, réunis-nous avec le reste, n Cependant Se, IVoni redoublait d'austérités et d'as 
duité à la prière , au point que le gentils s'étonnaient de sa résolution. 

Dans ce temps -là une Tcmine promenait son fils, atteint d'un mal incurable, espé- I 
tant trouver i)ue]qu'un qui soulagerait 1 enfant par (]uelque remède. Pour elle, mal - dis- 
posée et haïssant le Christ, elle détournait plusieurs de la prédication de Se. Noni. Tou- - 
tefois , à bout de ressources , elle alla jeter l'enfant aux pieds de la sainte , qui lui dit : 
<■ Je n'ai recours à aucun remède humain, mais seulement à mon Christ, créateur des 
choses visibles et des invisibles.» Ayant alors placé l'enfant «ur son matelas, elle le mar- 
qua de la croix, en «lisant : u Jésus mon Dieu, roi des siècles, au nom de ta puissance, 
giiéris cet enfant , afin que les gentils sachent que c'est toi qui vivilies les hommes , tes 
créatures ; qu'à toi est due l'adoration , l'honneur et la gloire dans l'éternité. Amen .' » 
Ayant dit cela, elle rendit à sa mère l'enfant, qui avait recouvré avec la santé sa gentil- 
lesse et sa vivacité: «Il n'y a pas, dît celle-ci , d'autre Dieu que toi. Seigneur Christ, 
maître de la vie et de la mort, u Elle alla ensuite raconter le tout publiquement et re- 
vint auprès de Se. Noni , de qui elle fut inséparable. 

La reine INana ayant été atteinte, dans ce temps -là, d'une maladie incurable, les 
gens les plus habiles dans la médecine se confessèrent vaincus, et dirent que ce mai 
était au - dessus des moyens humains. Comme on racontait h la reine les actions de Se.- 
Nouni , elle l'envoya chercher. On alla et on la trouva devant la croix , sous la voûte 
du buisson de tamarin ; quand on lui eut rapporté les paroles de la reine, elle dit : <■ Pour 
le moment , je ne ferai pas descendre mon coeur d'avec mon Dieu ; si elle le veut , 
qu'elle vienne à moi.* Entendant ces paroles, la reine dit: a Enlevez-moi et portez-moi 
vers elle. » Une foule considérable d'hommes se mirent à sa suite , ta portèrent et la dé- 
posèrent sur le matelas de la sainte. Celle-ci, ayant prié longtemps et fait sur elle le 
signe de la croix , des quatre côtés , la reine s'assit aussitôt , guérie ; puis se levant, elle 
se reodit à sa maison , en gloriGaot le Seigneur Dieu , avec la multitude. Devenue dès- 
tors disciple de la vérité , elle apprit la loi du Christ , de Se. INino et dn prêtre Abia- 
tbar , qui avait pris , avec la foi , le nom de Paul. 

Dans son étounemcnt, le roi Amira'ïn demandait à Paul comment Dieu s'était fait 6| 
homme, ce que signiliaîent ses leçons, ce que c'était que le christianisme '). Celui-ci lui 
expliquait le tout par ordre , autant qu'il le pouvait. fVIir^i'in avait un livre contenant 
l'histoire de la race de ISébrotb et la construction de Khagbîn ; il se le fit apporter et 
y trouva lexposé suivant: a Lorsque l'on commençait à bâtir la tour et la ville de Kha- 
ghané , on entendit des hauteurs du ciel une voix qui disait , Je suis Mikael , prince des 
contrées de l'orient ; abandonnez ce que vous bâtissez , parce que Dieu va le ruiner. Mais 

,,. ') Dan» le texte ■ L ■uif^fi^uui^nLni.^fr mol -à mot > et le non-chrislianivine ; ■■ au lieu de ««li je lis 

^—t. „.y ;,.,„.;. • ... > ..-. 1. '. I.n. ■ ...r,,.,-. ,, .„ u I 

Addit. et éd. \ 




M ÀDDlTiarnSeT £CLAlftG18SEIieFITS. 

4an8 les ieni|i6 poetéritun i^ndra le roi du ciel, qui accomplira ce que vous désirei; 
on ^erra ce qui n*est pas niéprisable méprisé au milieu des peuples , l'amour qu*oii aura 
pour lui dissipera .les délices du* monde, ks rois abandonneront le trône et rechercheront 
lapauyptftë» au lieu de. la giloirt donfe ta es avide, o Nébroth.» Aprèf cette lecture, le 
roi tomba dans la eoniemfrfatioaL et (ut stupéfiôt de voir les Ecniures , tant sacrées que 
. proftines, rendre témoigfnage de J.^C. Toutefois il ne pouvait se résoudre à abandonner la 
relig^iod de ses pires , à laquelle il était habitué , le soleil et le feu , Armai et les ao^ 
très idoles* 

Dans ce temps** là un mage^ parent du roi , étant Combe malade, Nibran dit à Séi 
Nouai: «Es-tu fîlk d'Armaz ou issue de Zaden, qui t'ont amenée ici comme étrangère» 
et t*ont donné la vertu de guérir, afin que tu devinsses illustre? Guéris .maintenant mon 
ami eu leur nom , et cesse d'exposer la sotte croyance des Grecs. En effet, c'est en vain 
que Tbroudchan , le Dieu des Perses , a employé pour les chasser et les entraîner an 
loin les nuages et la grêle ; le lieu de leur résidence reste inébranlable ^ et ces comlMits 
entre les maîtres du monde nont rien que d'ordinaire. Les anciens Dieux de nos pères 
sont Gaïm et Gatzim ; ce sont eux qui font naître le soleil ^ qui donnent les pluies , qui 
font pousser les fruits de la terre. •-* Je ne suis, répondit la sainte, qu'une femme cap- 
tive , une créature , qui adore la divinité invisible et inconnue du Père , du Fils et dt 

62 TEsprit^Saint, créatrice du cief et de la terre, qui, dans Texcès de sa miséricorde» donne 
à ceux qui la méprisent ,> et à toi entre autres , la vie , la nourriture et Thonneur ; q<fi 
t!a accordé rintelligence et la parole, afin que tu connusses la hauteur des cieux » la 
situation des astres , la profondeur de la mer , la largeur de la terre , et que par •• là tn 
arrivasses à connaître celui qui les règle et les gouverne. Je te le dis à toi, Infinie esl 
la majesté qui revêt les deux de nuages, qui gronde par la voix de Tempirée, qui fait 
ébranler^ runivters par l*immense baleine ; c*est lui qui , descendant des hauteurs par Tef^ 
fet de sa miséricorde^ a pris notre nature, et dans une carrière de ^ ans a été viK-» 

' pende , crucifié.^ volontairement et non de force , par un peuple insensé ; qui , ressuscité 
trois jours après, s*est élevé vers les cienx ; qui a envoyé dans le monde ses prédicateurs, 
pour l'amener à croire en son nom, le faire renoncer à de vaines idoles et embrasser le 
culte du vrai Dieu. Et moi je t'annonce ceci : crois bien que ce que je fais , c'est au 
nom de celui qui est Sa tunique est cachée ici ; la pelisse d'Elie , qui a vu Dieu , esl 
également, dit-on , en ce lieu. Pour vous convaincre par vos yeux, de ce que je dis» 
amenés^ moi le mage , cet ennemi acharné de la vérité ; qu'il abjure son impiété , et 
tu ne pourras te refuser à croire , ce que je le forcerai à dire. » Quand on eut amené 
le mage vers la sainte, dans ,1e vei^r, au milieu du plant de pins, elle le tourna à 
lloODident et lui fit dire trois fois : « Je renonce à toi y Satan ; » puis à l'orient , en di- 
sant : « Je tombe devant toi , Trinité sainte ; je m'adresse à toi , Dieu crucifié ; a après 
cela sainte Nooni ayant tracé en pleurant le signe de la croix , le mauvais esprit* sortit 

63 du mage , comme une fumée , et le malade , délivré tant du démon que de sa maladtè , 



.1 « j I .-..i» ' 



Chronique ARNiifriBiiivE. . St7 

crut en J.-C, avec toute sa famille. Pour les spectateurs, ils. gl^riCèreiit le Père, le 
Fils et le Saint-Esprit , dans les siècles des siècles: amen! 



Après cela le roi alla à la chasse y à Moukhnar » le samedi 20 juillet. Pendant qu'il 
marchait, Satan loi inspira au fond du coeur de dire à ses quatre conseillers : « Pourquoi 
sommes- nous devenus négligents au service des dieux? ce qui a fait que cette sorcière 
est venue prêcher le christianisme. Maintenant donc nous exterminerons , avec elle , ceux 
qu'elle a égarés , et nous redoublerons de zèle pour la religion de nos pères. » Joyeux 
d entendre ces paroles , les conseillers excitèrent le roi à les accomplir. Avec eux il se 
mit à parcourir le territoire de Moukhnar ^) et se porta sur le mont Thakhouth , pour 
voir de là Cash et Ouphlis-Tzikhé. Tout-à-coup il se forma des nuages épais, qui voi- 
lèrent la lumière du soleil , et Ton eut la nuit en plein midi. Chacun s*enfuit , saisi de 
frayeur^ et abandonnant le roi, qui frémissant et désespérant de sa vie, a Jésus- Christ^ 
Dieu de Nouni , dit- il, prends-moi comme ton serviteur et tire-moi de Tenfer, car mes 6h 
dieux n'ont pu me défendre : je crois que tu as la puissance , que le jour et la nuit 
t'appartiennent ; Seigneur cnicifié , vivifie - moi par ta croix , car je pense que cette ob- 
scurité n'est pas pour tout le monde , mais pour nous seuls , qui , lorsque ta lumière est 
venue, lui avons préféré les ténèbres.» 

A -peine eut -il ainsi parlé, le soleil reparut brillant dans le ciel^ et le roi fpt re- 
trouvé par ses gens. Descendant de cheval, ils se prosternèrent la face contre terre et 
adorèrent le crucifié , en disant : « Tu es Dieu au - dessus du ciel et de la terre , la lu- 
mière et les ténèbres sont à toi ; nous te bénissons , comme le Seigneur des Seigneurs 
et le Dieu des Dieux , et comme tu as pris possession de nous en ce Ueu , nous j élè- 
verons le signe de ta croix, par laquelle ton nom est glorifié au moyen de pro<liges in- 
effables, dans l'éternité.» 

En retournant dans sa maison, il se fit précéder par des exprès; ceux qu'avait plon- 
gés dans Taflliction la mauvaise nouvelle précédente , apprenant que le roi était sauvé , 
toute la multitude de la ville se porta avec des transports d'allégresse à sa rencontre. 
«Glorifiez d'une commune voix, dit le prince, le Christ qui est Dieu, Créateur du ciel 
et de la terre; où est ma mère. Se. Nouni? car son Dieu est grand. — Elle est dans les 
tamarins , lui répondit - on , priant pour toi avec cinquante personnes. » On se porta vers 
elle, on se prosterna en sa présence, mais elle forçait chacun à se relever et à se tour- 
ner vers Toricnt : «C'est Jésus -Christ seul, disait -elle, qu'il convient â*adorer, en con- 
fessant qu'il est le Fils du Dieu vivant.» La foule pleurait, en voyant le roi, et bénissait 
le roi vivant. Se. Nouni écrivit uiie lettre à Hélène, impératrice des Romains, et le roi 
une autre à Constantin-le-Grand . pour les informer de ce que Dieu , dans sa grande mi- 65 
séricorde , avait fait pour la maison de Géorgie : a Envoyez-nous , ajoutaientp-ils, des pré- 

') Ici est écrit Minêkhar. 



A D D 1 T t dn à B t i c L à î u c vs'Sk à E n.T B. 



très, pour nom donner la vie par l'eau et par I esprit}! Cependant sainte No'mii et lès 
douze femmes , ses compagnes inséparables , ne cessaient de prêcher. 

Le roi ayant ensuite résolu de coastrairo une église avant Tarrivée des prêtres, on 
alla dans le verger et Ton coupa des pins^ dont on fit six colonnes, que l'on dressa sur 
des fondements préparés à l'avance. La septième était si grande qu'on ne pût la remuer 
de place, jusqu'au coucher du soleil, à force de bras ni de machines. On la laissa donc, 
et l'on se rendit, frappé d*étonnëmeut , auprès de Se. Nouni, qui passa là la nuit avec 
les douze femmes,' et pria en versant des larmes. Au milieu de la nuit il y eut des. si- 

66 S^^^ effrayants, des tremblements, des coups de tonnerre, comme si les deux montagnes 
d'Armaz et de Zaden s'écroulaient ; les deux fleuves , le Couri et l'Arag , remontant sur 
la ville et sur la citadelle , pour les détruire , épouvantèrent les fenmies qui étaient avec 
Nouni , et commencèrent à prendre la fuite. « Ne craignez rien , leur dit la sainte , c'est 
une tentative ^) et non une réalité ; car les montagnes sont immobiles sur leurs bases, les 
deux fleuves suivent leur cours , et les habitants de la ville dorment d'un sommeil paisi«- 
ble. Mais l'infidélité, qui était comme une montagne, s'est réellement écroulée: ces fleu- 
ves qui rebroussent sur eux-mêmes signifient le sang des enfants offerts aux idoles « et 
ces voix plaintives et ^missântes , ce solit celles des dieux impurs , qui proclament leur 
extermination. » En disant cela , elle les excitait à prendre courage , tout en pleunmt 
elle-même. 

Le coq n'avait pas encore chanté , lorsqu'on entendit un tumulte , des cris , comine 
si une armée d'assiégeants , ayant pris la ville , la saccageait et donnait ces ordres d'une 
voix terrible: «Le roi de Perse Rhora vous commande,^ le. roi des rois Khora-Khosroy 
prescrit ; vous Juifs , tenez - vous à l'écart , éloignez - vous et vous ne mourrez point ; » 
ou bien: «En voici on qui a été tué par ordre du roi*}.» Cependant la sainte apôtre, le^ 
bras étendus , disait : (( Rentrez dans les ténèbres extérieures , le crucifié est venu pour 
vous donner le coup mortel : allez - vous en du côté du nord. » Au même moment tout 
disparut. 

67 Lorsque te jour allait poindre , il se montra un jeune homme vêtu de feu , dispar 
raissant au milieu d'une lumière surnaturelle, qui s'entretint amicalement avec sainte Nina. 
Se dirigeant vers la colonne , il la leva en Tair , sous les yeux d'une femme nommée Si- 
dina , qui , témoin du tout , vint auprès de Nino et lui dit : u Qu'était - ce , ô sainte 
reine? — Tais-toi, dit celle-ci, et prie;» et elles virent la colonne couverte de lumière 
se remuer doucement et descendre sur le piédestal préparé pour elle. Quand il fit jour , 
le roi arriva, suivi d'une foule nombreuse, et ils virent la. colonne, volant et s'avançant, 
saiiis qu'on la touchât, s'asseoir sur sa base: élevant alors la voix ^ ils glorifièrent Dieu. 

Ce jour-là il se fit plusieurs miracles en cet endroit. 'Un ,Juif, aveugle de naissance. 



:;♦ 



>) Je lis V&nif :^, le Mit étant ititf lisible. 

^) Je lis uaMÊuAuau aOf ^puêtliuhuiL, PasAiêtuoplA j aU lieU de ^nuiJuMSii^''.'^- 



t t<. 



I' 



ClIRONIQOE IHMÉNIEIVNC. 



99 



ayant élp amène près de la colonne, ses yeux s'ouvrirent sur-le-cbamp. Ensuite un mem-t 
bre de la famille royale Uaœazaspouni , disloqué de ses membres depuis huit années , fiiC J 
apporté par sa mi'ire et placé en face de la colonne, sur son matelas ; conjuré de sauv«r 
cet enfant , FVino toucha de sa main la colonne et l'imposa sur le malade en disant : 
n Jésus , qui as pris an corps pour sauver le monde , secours cet enfant. » Aussitôt il se 
leva et s'avanra sur ses pieds , ce que voyaut la multitude , elle bénit le Seigneur , et 68 
fut frappée toute entière d'admiration. Pour le roi , il Gt couvrir la colonne et achever 
les églises élevées pour la gloire de Dieu. 

Cependant l'empereur Constantianos , ayant vu l'envoyé de Mihran , fut extrêmement 
satisfait de la conversion de la Géorgie au christianisme , d'autant plus qu'il pensait que 
dès-lors elle cesserait de faire cause commune avec la Perse. L'impératrice Hélène parta- 
gea ses sentiments. Glorifiant Dieu l'un et l'autre , ils envoyèrent un évoque , nommé 
Jean , avec deux autres prêtres et trois diacres , porteurs d'une croix et d'une sainte 
image. Ceux-ci , à leur arrivée , départirent la lumière du baptême au roi , à la reine , à 
leurs nis et aux premiers du pays, dans le lieu de Moclha, qui fut nommé Glkhavorats- 
Lousatou (lieu où les grands ont reçu la lumière). Tous les Géorgiens furent donc bap- 69 
lises , à l'exception des Mtbéouls , des Caucasiens et des Juifs de Mtzkhétha. Toutefois 
cinquante personnes de la famille de Barabas reçurent le baptême , et le roi , en signe 
de considération, leur donna Didis-Tzikhé. Phéroj , gendre de Méran et maître du pays 
de Rhan jusqu'à Partav, ferma rorcillc à la parole de vie. 

Mihran députa alors à Costantinos l'èvêquc Jean et l'un de ses grands, pour deman- 
der un certain nombre de prêtres, un morceau du bois de la croix et des maçons pour 
construire dis églises. Outre ce qu'il demandait , l'empereur lui envoya la planche des 
pieds du Sauveur , les clous de ses maius et tout ce qui sert dans les églises , ainsi 
que de l'argent pour en construire une en son nom, au pays de KartbI. Arrivé au pay» 
d'Ouchcth ') , l'évêque y fonda une église, où il déposa les clous et laissa un construc- 
teur avec de l'argent. De là il viut à Maudis , où il fouda une autre église et plaça la 
sainte planche : ce qu'apprenant le roi , il fut affligé de l'emploi des reliques dans un 
autre lieu que sa ville royale , et parce que les députés n'étaient pas venus avant tout 
auprès de lui. « INe t'inquiète pas, ô roi, lui dit IVino , car il convient que le nom du 
Seigneur soit semé on tous lieux ; d'ailleurs tu as ici une précieuse relique , un souvenir 
du Saoveur , qui est sa sainte robe, s 

Ayant appris d'Abiathar tout ce qui concernait cette rohe , le roi glorifia J.-C. , en 70 
disant : u Béni soit le Seigneur Dieu , qui l'a enlevée aux Juifs ses ennemis , et , dans sa 
miséricorde, nous en a gratifiés, quoique étrangers!» A l'arrivée de l'évêque, les maçons 
commencèrent a construire, hors de la ville, une église qui est encore la résidence d'un 
évêque. Comme on mettait la main à l'oeuvre, sainte ^iina dit: « CbrUt , distributeur de 



') LU. Eroucbeth. 



90 AdDITIOMS et iCLAlftGI88EHEI«TS. 

b gloire , FUâ d€ D^ ,( lu es Teou nvec la plénitude de la puissance, de la race de Da- 
Tid ; tu es né d'une mère, fiUe unique , toi-même divin fils uQique , lumière universelle, 
image du Père, sourœ poissante du baptême par Teau et par Tesprit ; tu as été crucifié 
et enseveli an sein de la terre ; tu es ressuscité le troisième jour , tu es monté au ciel 
et viendras pour juger les vivants et les morts. Sois le protecteur et la force de ceux 
qui espèrent en toi. C'est toi qu'il Ceiut redouter à jamais. » 



Quelques - uns racontèrent dans le même temps à Tévêque , qu*au pied d*une petite 
montagne était un arbre non moins beau qu'odoriférant, guérissant les bêtes blessées par 
les chasseurs » qui en mangeaient ou les feuilles ou les fruits tombés, a Ce pays , leur 
répondit - il , fut certainement Tobjet de la tendresse étemelle du Seigneur , bien avant 

71 qu il fût connu. » Emmenant donc le prince - royal Rev? ^ il ^} alla trouver Tévêque , et 
ayant coupé larbre avec toutes ses branches, on Tapporta dans la ville. C'était le vendredi 
25 mars ; larbre était couvert de feuilles ; il resta dressé à la porte de Téglise durant 
35 jours, sans se flétrir, comme s1l eût encore été sur sa racine. Le 1er mai on fit 
trois croix , dont Tune ayant été dressée , toute la multitude vit descendre du ciel une 
croix lumineuse ^ couronnée d*étoiIes , qui enveloppa celle de bois , jusqu'au matin. Alors 
il en partait deux étoiles > dont Tune prenait son essor à lorient et l'autre à Toccident. 

72 «Allez sur les lieux hauts, disait Se. Nino, et regardez où vont ces astres.» On y alla, 
et après inspection on vint lui dire : « L'un des astres s'est dirigé vers l'extrémité dn 
mont Tbkhoth , tournée du côté de Casp ; le second, à Daba^), au pays de Cakheth. » 
On emporta donc les deux croix, et on les dressa dans les lieux indiqués par le Seigneur, 
au moyen des deux brillantes étoiles. Quant à la croix principale , elle fut érigée sur 
un rocher, vis-à-vis de la ville ^), et la fête de la croix fixée pour toute la maison de 
Rarthl au 8e jour de la solennfté pascale. Quelques jours après, un mercredi, la croix pa- 
rut de nouveau brillante et comme embrasée , et couronnée de douze étoiles. A la vue 
de ce prodige beaucoup de gentils se convertirent au Seigneur et furent baptisés; les 

73 fidèles bénirent Dieu, en adorant le saint signe, car les anges du ciel s'agitaient et re- 
montaient le long de la croix, comme les étincelles d'une fournaise. 

Dans ce temps-là le fils d*Erev, qui était *) Théritier du trône, fut malade et en dan- 
ger de mort. Son père rayant amené et jeté au pied . de la croix , il fut soudainement 
guéri : ce dont on rendit gloire à Dieu. Le père du jeune honune bâtit sur la croix une 

') Grammaticalement on ne peut dire quel est le sujet de la.phra«e arménienne ; mais le sens con- 
duit à penaer qutl s*agit ou du peuple même ou du prince Rew. 

^) On ce mot eit U |^r Bada , Bomià; ou c'est la transcription du géoi^'en i^ , bourg, eniplôyé 
dans les Aanaies , matsile nom propre du Keu serait omis. 

') Ce membre de phrase et la phrase précédente manquent tout-i-fait au texte géorgien. 

*) Le texte dit * qui m/. • ; i ■ 



GHBONlQUEAaniiNrKlfNE. 3t 

chapelle de marbre, ou l'on pât l*adorer. Un aveugle des lieux jeux ?int ae* pk*ostemer en 
(ace du saint signe, et deyint datrvojant aa- bout de sept jours. Une femmes tourmentée 7^ 
depuis huit ans par les démons, fut apportée sur son matelas et jetée au pied de le 
cnebc ; elle recouvra la* saiité après douxe joors et. retourne: dans sa maison. Un enfant 
moft ayant été déposé par sa mère au voisinage de la croix; la midtitude disait à cette 
femme: «Emporte -.le et ensevelis - le , au lieu de te livrer k la présomption;» maïs sa 
confiance Tempéchanfe de céder, sur le soir Tenfànt^ rendu i la vie^ fut reconduit chex 
lui par sa mère. Ce que voyant la multitude, elle bénissait lé Dieu crucifiée Ge n'était pas 
seulement aux gens du voisinage qu'était départie la grâce de la gtiérison ,. mais encore 
à ceux qui , de loin , invoquaient le nom de la croix de Se. Nouni. Aussi plue d'une 
femme stérile reçut de la croix le don de la fécondité. 

mmmmÊÊÊÊÊÊÊÊmmmÊmm 



Dans ces jours -là 1 empereur Constantin envoya un diacre, porteur dune lettre de la 
nation des Brandj , baptisés par le père de Se. Nouni. Informés que dans TArméDie et 
la Géorgie le soleil de justice avait fait éclater ses plus brillants rayons, et que Dieu s*y 
manifestait par de grandes oeuvres , ils en témoignaient par écrit la satisfaction de leurs 
coeurs. Ils voulaient , d'ailleurs , connaître les détails , par le moyen du clerc Bondch ^) , 
qui leur rapporterait par écrit un récit fidèle des événements accomplis, pour la gloire de 
Dieu, cbez les Arméniens et les Géorgiens. Le diacre écrivit donc dans un livre tout ce 
qu'il apprit , et l'emporta cbez les Brandcb , ses compatriotes. 

Dans ce temps - là le roi Mirian ayant formé le projet de contraindre par les armes 
son gendre Pbéroz et lés Mthéouls à embrasser la foi, Se. Nouni le retint, en disant: 
« Le Seigneur n'est pas venu avec Tare et l'épée , mais avec la croix et l'Evangile. » L'é- 75 
véque et la sainte partirent donc, en compagnie d'un prince, et allèrent à Dzrbin, à 
Djarthal , à Thkhéla , à Dzilcasn , à Goramaghr , où la parole de Dieu : ne fut pas reçue. 
Ils descendirent ensiflte à Méaleth et à Herdzoïtb*), où leur prédication fut écoutée et 
le peuple baptisé. Les Pbkbaïk , abandonnant leur pays , passèrent dans le Tbocbeth ; 
beaucoup de montagnards sont restés jusqu'à présent idolâtres. De là Se. Nino vint au 
pays de Rban , pour prêcher auprès de Pbéroz. S'étant arrêtée auprès des frontières du 
Coukheth , elle y tomba malade ; Rev? , fils du roi , et son épouse Solomé , qui étaient à 
Oudcharma, vinrent la visiter. A cette nouvelle le roi dépêcha l'évêque, pour l'amener à 
MtzkMtha , mais elle refusa de venir. Le roi partit donc avec son épouse , avec Pélou- 
javr de SSounie , et avec une multitude de peuple. Assis auprès d'elle , tous se lamen- 
taient, tandis qu'elle fixait sur le ciel des yeux sereins. Les reines lui dirent alors : «Nous 
avons appris de toi , sainte mère , que le fils de Dieu avait avec lui une foule de pro- 
phètes , qu'il eut aussi douze apôtres et soixante - douze disciples , et cependant , excepté 

^) Lis. Brandj. 

*) V. le texte géorgien. 



32 Additions ET i c l ▲ i r ci s s b ir e n t s. 

toi, sainte flemme , iSucuB' d'entre eox n a étééivoyé vers soos^ Raconte-nous maiotenant 
f^ les circonstances de ta naissance^ de ton éducation ei dé ion len^oi em ces Ueoz. — Pniis4 
que vous youlez^ leur < dit la. sainte , être instruits de x^e qui coneeme une malheoreose 
servante du Christ ^ qui m'appelle maintenant à loi et auprès de ma mère ^) » dans Féter- 
nité , j*ai.. déjà raconté eh abrég;é à Solomé, fiUe du roi d'Arménie, les détaik de ma 
Tenue. Faites, apporter du papier et de Fenore , et écrtres sous sa dictée. Pour le reste, 
TOUS lé IsaTez*, comme témoins- auriculaires et oculaires. Que la pait soit avec vous! Je 
vous recommande le prêtre lacob < pour être évéqœ après Hofaau, suivant la vocation de 
TEsprit-Saint. » Ayant ensuite fait célébrer la messe par l'évèque Hohannès^' et participé 
aux saints mystères ^ elle rendit son âme au Christ, le roi des cieux, et fut ensevelie au* 
dit endroit , en Tan 332 après Tascension de J. - C. , 5832 depuis la sortie d'Adam du 
Paradis , la 1 5e année après sa^ venue en Géorg:ie. 

Cependant le roi Mirian reçut une lettre de l'empereur Constantin , qui lui renvoyait 
son Gis fiahkar , demeuré près de lui en otage. La lettre était ainsi conçue : « Moi le 
monarque Constantin , nouveau serviteur de J.-C. , délivré par lui de la servitude de Sa- 
tan , je t'envoie ton fils , à toi Mirian , roi de Géorgie , afin que le Seigneur soit entre 

77 nous comme ' un bienfaiteur qui chassera de tes, domaines le diable ennemi du bien. » 
Mirian , Nana , mère du jeune prinée , et tout le pays, éprouvèrent une vive allégresse et 
rendirent gloire à Dieu. 

Après cela le roi acheva l'église épiscopale et la pourvut richement d'ornements. 
Rew, fils du roi, mourut, âgé de 31* ans; la même année, le roi Miran tomba malade. 
Ayant appelé son fils , il mit sa couronne sur la croix , l'en ôta , pour la placer sur la 
tète du prince, en lui recommandant la fidélité à la religion et au service de Dieu: 
' (« Va , dit-il à son épouse , et demeure sur le tombeau de sainte Nouni ; reste - la , con- 
struis-y une église et honore ce lieu. Partage nos trésors en deux , et distribue - les aux 
pauvrèsl Pour moi , je vais au lieu d'où je suis sorti , louant le Seigneur , qui a changé 
mes ténèbres en lumière , la mort en vie, la gauche en droite^). Vous, fallût-il mourir, 
exterminez tout ce qui reste d'idoles : que le Seigneur tout - puissant soit avec vous ! » 

78 Ayant dit cela, il s'endormit. La seconde année après cela, la reine Nana se reposa dans 
le Seigneur. 

Cependant les Arméniens, qui voulaient placer sur le trône le fils de la fille de 
Trdat^ ne permirent pas & Bahkar de régner; celui-ci, leur abandonnant le pays, eut 
recours aux Perses, et concéda à Péroz la contrée depuis Cfaamchot (Samchwildé) jusqu'à 
l'entrée d'Achotsk ')• Il implora également le$ Grecs ; ayant de toutes parts rassemblé 

:^) Ne faudrait-il |^ : «auprès de sa mère? i ' 
^) Cf. texte géorgien. 
') y. le texte géorgien. 



Cdboniqde arkénienne. 



33 



ries troupes , il combattit contre les Arméniens dans le Djawnkhcth , tes chassa , et s'é- 
lant afTenni grâce à l'assistance des Grecs et des Perses, il écrivit à Salomia et à sotf'' 
fils, que, tant que la race de Bahkar ne serntt pas éteinte, ils o'élèTeraient aucune pré- 
tention à la couronne. i> En conséquence il lui donna le Coukhcth et l'établit prince de ' 
Rbicha. Ferme lui-même dans la foi, il convertit à J.-C. beaucoup de Caucasiens, con4 
struisit une ég-lise à Dzilcan , multiplia les prêtres et les diacres , et étant mort en paix; { 
fut enseveli avec son frère. 



Son fils Mihrdat devint roi. A l'évéque Ilohanès succéda l'cvêque Hacob. Après ce- 79 
tui-ci , Nersés , catholicos d'Arménie, choisit Hacob, son diacre, et Tenvoja pour être 
évoque de Géorgie. Le roi Mirdat croyait en J.-C. ; il construisit et orna les églises. 
De son temps on commença à emporter des morceaui de la colonne cl - dessus mention- 
née , sans que le roi s'y opposât. 



I 



Le roi Mirdat étant mort , son fils Warza - Bakar régna ; il prit deux femmes : la 
fille de RevT , qui fut mère de Mirdat et de Trdat , et celle de Fhiroz , qui donna le 
jour à Pharsmaa. Pour lui , il était faible dans la foi , pervers , et ne fit aucune action 
digne de mémoire. Dans ce temps-là un général persan entra en Arménie et en Géorgtei 
c'était sous le règne de Khosrov , fils du brave Trdat , roi d'Arménie. Ce général ayant 
exigé un tribut des deux contrées , Khosrov ordonna au roi de Géorgie de faire venir 
les habitants du Caucase, ù savoir les Lecs et les Osscs, pour combattre contre les Per- 
ses ; mais Varza-Itark , qui était un homme sans coeur, fut saisi d'épouvante et se cacha 
dans la vallée de Coukheth. Les Perses arrivèrent et bâiirent une citadelle à la Porte de 
Tiphkhik, pour faire tête à Mtzkbètha. Quand les Géorgiens demandèrent la paix, on leur' 
demanda le Rhan et le Movcan n domaines des Perses, disait -on; le Karthl vous suffit^ 
à vous fils de servante , qui y êtes né. £n outre , payez tribut aui Khosroïdes ; n ce qui 
fut fait. Le Rhan et le Movcan furent abandonnés par les Géorgiens , qui consentirent à 
payer tribut , et l'armée persane se retira. Dans le même temps les Grecs , dans une in- 
cursion , s'emparèrent de la citadelle de Thokhars et du Ctardjetb, depuis la mer jusqn'âr 
ArsioD : il ne resta plus ii Varza-Bakar que le Karthl, le llérctb, l'Egris. Ce prince moiH' 
rut peu de temps après, laissant des enfants en bas «ge. ' 



82 



Les grands conférèrent la royauté à Trdat, fils de la fille du grand Trdat, rof ( 
d'Arménie. C'était un homme bon , très fidèle croyant et plein de sagvsse , qui apaisa les 
rugissements des Perses , bâtit des églises et augmenta à tous égards la prospérité maté- 
rielle et morale du pays, Il aOranchit Rbicha, où il coustruisit une ogiisc; après la mort 
de l'évéquc Hacob , il mit Elia en sa place , bâtit Nécaris , et mourut laissant uq aom 



honoré. 



AddiL ol écL 



j—^i 



31^ Additions et <clai«ci68b«bnts. 

PbarrauiD lui succéda. Ayant obteDQ du secours de rempereûr, il lint tète aux Per- 
ses et mourut bientôt. 

Le roi Mirdit , petit-fils de Rev , non moins superbe que faible d*esprit , était yio- 
lent à l'égard des Perses ^) ; le roi de Perse ayant envoyé contre lui le général Ouphrib , 
Mirdat marcha i sa rencontre, dans le Gardaban, et tomba entre ses mains. Les troupes 
géorgiennes furent battues » les Perses entrèrent dans le Kartbl , et ayant ruiné les égli*- 
ses I établirent partout des maisons du feu. Trois ans après , comme la guerre qu*ils fai- 
saient à leurs ennemis 9 du côté de l'orient , ne leur laissait pas de loisir , les Géorgiens 
levèrent la tête et mirent sur le trône Vartchil , fils de Mirdat. 



8^ Celui - ci fit disparaître du pays les maisons du feu ; se confiant dans la sainte croix , 

il combattit et expulsa les Perses , avec l'assistance des Grecs. Le gouverneur persan du 
Rban , du Movcan et de TAtrpatacan ayant donc marché contre lui , à la tète d une 
puissante armée , le roi Vartchil s'avança à sa rencontre sur la Berdahoddi , avec des 
forces considérables, le battit, et, avec l'assistance de la sainte croix, l'ayant mis en 
fuite , entra dans le Rban , qu'il iurracba à l'ennemi et révint transporté de joie. Il ex- 
pédia partout des courriers , avec ce message : « Ce n est point par notre force et par 
notre sagesse , mais au nom ds la Sainte - Trinité et par la force de la croix de J. • C. , 
iiotre Dieu , que nous avons vaincu les Perses. Maintenant donc , affermissons <^nous dans 

S5 la foi et glorifions notre grand Dieu. » En apprenant ces nouvelles, tous bénirent la Safaitc- 
Trinité , et pour la glorifier bâtirent des ég^ses.^ Comme le roi de Perse faisait la ^erre 
aux Indiens , aux Sidatsi et aux Ibbachi , et manquait de moyens ^) contre la Géorgie , 
la roi Vartchil^ honune de coeur et guerrier heureux, pillait et dévastait les provinces 
persanes , sans pouvoir toutefois prendre les villes ni les citadelles. Cependant BanaboMi, 
chef des troupes de TArban , donna sa fille pour épouse à *Mirdat , et la paix se rétablit 

86 tptre les deux peuples. Artchil donna à son fik Chamchoïdé avec toute la contrée. La 
femme de Mirdat, pommée Sacdoukht> crut en J.-C, fut baptisée et construisit k Cham- 
choïdé l'église de sainte Sion. Après Elia , Hounan devint évèque , après celui-ci Grigor 
et ensuite Barsigh, et enfin Mouchid, Perse de nation; ce dernier n'était point parfirit 
dans la crainte du Seigneur , et pratiquait en secret le magisme. Il ne prêchait ni. n*ex-* 
citait le peuple à la piété, et écrivait des livres propres à répandre la doctrine des ma- 
ffe^j sans qu* Artchil et son fils pussent en avoir connaissance. Plus tar4t; quand \e roi 
en fut informé, il nomma évèque Mikael. Artchil alla avec piété se r^pose^dans le Gkrist 



- ( ' 



') ^mf^p «fiti|ni^. Ces deux mots signifient à-peîne ce que j'en tire , peur mb obnfonner au séné 
du texte géorgien. 1 . > i i 



1 /'> 



IjBkoniqok auneniinne. 



M 



Mirdat, son fils ^ le digne imitateur de sa bravoure, dcTÏnt roi- Déjà père d'une 
fille , nommée Khonntzé , il unit ses prières à cclk'S de sa femme pour obtenir un en- 
fant mâle , et quatre ans après il cul un fils , qut fut appelé en Liiig-ue persane Varan- 
Khosrov - Ttang , Vakhtang on géorgien, ce qui fut l'orcasîoD d'une grande joie, de 87 
grandes aumônes aux pauvres , et de romercicments adressés au Seigneur. Ce prteieux 
uufant fut élevé par le spaïapet Saïourmag. 



Vakbtang étant resté , âgé de 7 ans , après la mort de Mîrdat, sa mère Sacdoukbt, 
fut frappée de crainte en pensant a que son père voudrait la punir d'avoir abandonné le 
magisme , et de ce que Mirdat , son épout, avait ravage la Perse.» Ajant conOé son fils 
(sic) , elle alla prier Barzabath de lui pardonner ce qui s'était passé. Celui - ci répondit : 
u .le t'accorde l'oubli de tous les torts passés; mais retourne chez toi, et j'introduirai en 
Géorgie la religion persane, tout en laissant à chacun le libre choix de celle qui lui con- 
viendra , la nôtre ou la géorgienne. 

Il envoya alors à Mtïkhétha des serviteurs du feu et un archimage , nommé Bink'!- 
ran. Ceux-ci allèrent résider à Moglha. Sacdoukhd administrait le royaume au gré de son 
père, jusqu'à ce qu'il mourut, et sa principauté passa à Varza - Dacour, son fils et frère 
de la reine. Le spaïapet Smourmac étant mort , Djévancher fut revêtu de sa charge. Ce- 
pendant l'archimage s'efforçait d'attirer les Géorgiens à sa religion, sans réussir à se con- 
cilier l'attention , sinon d'un petit nombre de personnes d'un rang insignifiant , qui sacri- 
fièrent leur salut. L'évèque Moucb étant mort, dans ce temps-là, Mikael, Grec de nation, 
qui occupa sa place , retint par sa fermeté les personnes les plus considérables dans la 
véritable foi. 

A cette époque les Osses, sortis par la porte de Darband, envahirent tout le Karthl, 
depuis la source du Cour jusqu'à KbounaOi pénétrèrenl dans te Movcan et dans le Khan, 
prirent et emmenèrent Mibrandoukbd , soeur de Vakiitang. Les Grecs , de leur côté , 
passèrent le fleuve d'Egcr et s'avancèrent jusqu'à la ville de Koudch. 

Plongée dans une immense douleur, toute la maison de Géorgie disait: «C'est à 
cause de nos péchés que nos malheurs se multiplient ; car nous n'avons pas conservé la 
tradition du christianisme. Nos blessures viennent de ce que les maisons du feu se sont 
établies dans le Karthl : voilà pourquoi nous sommes circonvenus pr de telles infortunes.» 

Alors âgé de 15 ans, Vakhtbang assembla près de lui tous les grands et essaya de 
les consoler en disant: c C'est avec des desseins paternels que Dieu nous avertit, pour 
nous sauver en nous amendant. Que chacun de nous renonce désormais à ses vices , 
et le Seigneur reviendra à nous avec miséricorde. Bien que vous n'ayez vu en moï 
rien de bien , à cause de ma jeunesse , souvenez vous des bienfaits de mes pères et ne 
déespérez point du côté de Dieu , parce que je suis un jeune homme , car le Seigneur 
Dien , à cause de sou nom et des prières de mes pères , nous assistera. t> 



36 Additions et écLAiRCissEMEFiTS. 

9 1 Ayant envoyé <kmander du secours contre les Osses k Varzabac , frère de sa mère , 
il recot de lui douze mille hommes tout équipés; lui-même, après une proclamation ré* 
pandue dans toute la Géorgie, en rassembla 160,000, pria durant sept jours, jeûna et 
veilla , distribua des aumônes aux indigents , et conGa l'autorité royale à sa mère. « Si je 
meurs en combattant , dit - il , que Mihran , petit - fils de Trdat , prenne la royauté , eo 
épousant Kborantzé , ma soeur, » 

92 Vakhtang étant allé a Tbianeth, les habitants du Caucase, au nombre de 50,000, vinrent 
auprès de lui ; il se mit en route , traversa la Porte de Daralia et entra dans la plaine 
de rOseth. Comme il était campé en - deçà de TArag , les Osses , réunis à la nation des 
Khazars , restèrent campés sur Tautrê rive durant une semaine, qui se passa en com- 
bats singuliers , où les deux partis s'éprouvèrent réciproquement. Le 7e jour il parut un 
Khazar , nommé Tbarkhan , défiant celui des gens de Vakhtbang qui serait en état de 
le combattre. On choisit un Perse , connu par de nombreux exploits ; quand ils se ren- 
contrèrent , Tharkhan porta un coup sur le crâne de son adversaire , nommé Pharsman- 
Pharour , et le fendit en deux. Extrêmement affligé , le roi Vakhtbang entra dans sa 
tente , et passa la nuit à invoquer Dieu , avec larmes. Au point du jour Tharkhan étant 
venu de nouveau insulter et injurier le roi , il ne se trouva personne disposé au fond du 

93 coeur à l'affronter. Yakhihang donc , s*étaDt précipité la face contre terre et ayant sou- 
piré vers le Seigneur , après s*être muni du signe de la croix , se releva et prit les 
armes , sans écouter ceux qui voulaient le retenir , en lui représentant sa jeunesse , son 
inexpérience. « Soutenez - moi plutôt de vos prières , disait - il « car la guerre dépend da 
Seigneur ; car c'est lui qui est ma confiance , mon espoir , l'auteur du succès de nos 
oeuvres. » 



S'étant élancé contre Tharkhan , il Tatteignit en plein d'une flèche . qui , i travers 
sa pesante cuirasse, à travers sa chair, le transperça rapidement et le fit tomber de che- 
val , privé de vie. c Béni sois - tu , Christ divin , mon Seigneur , dit Vakhthang , en se 
prosternant la face contre terre , sur le lieu même, béni sois-tu d'avoir envoyé ton ange 
et frappé à mort celui qui te blasphémait. » Ayant coupé la tète de son ennemi , il l'ap- 
porta à ses troupes. Il était alors âgé de 16 ans. 

9J|. Le lendemain un autre géant traversa le fleuve et défia Vakhthang , qui , grâces à 

95 la puissance du Christ , le précipita à terre ; après quoi les armées en étant venues aux 

mains , les Osses et les Khazars furent battus , taillés en pièces par le glaive , et forcés 

d'aller dans leur pays , se réfugier dans leur bourgs et dans leurs villes , qui furent pil* 

lés et conquis. 
9g Les Géoi^ens entrèrent ensuite dans le Padchaneth et dans le Djiketh on Aphkha- 

zeth intérieur, dont ils se rendirent maîtres. Cependant les rois de TOseth, réfugiés dans 



GhroniqueaemiSfiibnfib. 37 

leurs forteresses » envoyèrent à Yakhthang des députés pour faire la paix et reprendre 
leurs prisonniers, en rendant ceux du Karthl. Le roi 7 consentit, et contre 30|000 Os- 
ses reprit 350,000 des siens, ainsi que sa soeur Mihrandoukhd, qu'il expédia par la roule 
de Darial. Ayant renvoyé dans leurs pays les troupes persanes et lés Caucasiens, tous 
cbarg;és de butin , lui - même , ,à la tète de ses troupes , ne cessa , durant trois ans , de 
guerroyer dans rAphkhazeth , dont il s*empara. Tous étaient dans fétonnement ; mais 
l'empereur Léon était trop occupé du côté de la Perse. Après cela le roi revint k Mtzkhé^ 
tha, comblé de joie et de satisfaction. Dans .les réjouissances qu'il célébra, il gloriGa 
Dieu en répandant ses lai^esses sur les pauvres; il envoya en présent au roi de Perse 
âO,000 chevaux et 10,000 esclaves, par l'entremise de Farchimage, en lui demandant 
sa Glle pour épouse; au frère de sa mère il donna 1000 chevaux et autant d'esclaves. 97 
Témoin de ses succès, le roi de Perse lui accorda sa fille Balendoukht, et le mont 
Caucase en dot. Telle était l'introduction de sa lettre : « De la part d*Ormzd Chahidchan, 
à Vakhthanc Varkhosro-Thang l'adversaire des dix rois, salut. Jai fait ce que tu dési- 
rais^ sois donc puissant et brave ^ en faisant tête aux Grecs et prenant avec toi ton 
oncle maternel.» 

Ayant passé en revue ses soldats, surnombre de 200,000 hommes, Yakhthang alla 
dans l'Arménie. Les grands de ce pays, qui avaient reçu le même ordre, se mirent en 
campagne : avec eux se trouvait Trdat TArsacide, Arev, Seigneur de la Siounie, Dchan- 
ber du Yaspouracan , Hamzasp de Taron, Grigor et d'autres. Ils s'avancèrent vers Carak- 
poul, où on laissa 12,000 cavaliers pour continuer l'attaque contre la ville, qui est 
celle de Carnoukalak ; après quoi en s'avança à travers les terres jusqu'à Pontos, et Ton 
prit trois villes. 98 

Yakhthang avait donné cet ordre à ses troupes : a Ne tuez, sous prétexte d'infidélité' ^)^ 
aucun de ceux qui , comme nous ^ adorent le Christ. Je sais , en e£(et , que lorsque le 
roi Mirian *) marcha contre les Grecs avec le roi de Perse , et qu'ils arrivèrent à Antzi- 
Antzou , où est le tombeau de S. Grégoire , ils furent vaincus pour avoir porté la main 
sur les enfants de l'église: de beaucoup qu'ils étaient, il en revint un petit nombre, 
couverts de honte. Après une marche de dix jours dans ce pays^ nous soibmes aujour- 
d'hui arrivés à Constantinople , où l'empereur Constantin , ayant cru en J. - C. ^ vainquit 
plusieurs myriades d'ennemis par le signe de la croix. En outre Trdat-le-Grand, roi d'Ar- 
ménie , depuis qu'il eut été puni par le Seigneur pour avoir (ait souffiîr le saint lUumi- 
natepr et les saintes dames, connut J.-C. et ne fut plus vaincu par aucun honune. Yous 
savez , braves Arméniens , que Trdat , ce géant fameux entre tous , portait sur ses épau- 
les des brdeaux pour la construction de la' maison de Dieu ; vous savez que l'impur Ju- 

j ÊÊiuhonnhiuq ÊUiuninlÊ, 

') Le sujet de cette phrase manque dans le texte. 



38 ÀDDITIOlfS ET éCLA1MG188CHENT8. 

Nen fnt nrâssacré par les Perses ; qoe JoTieo «jsdt alors pris la couronne , le Seigneo r 
dit an tiA de Perse , Ne fais pas la guerre k Jovien , parce que je ne le livrerai pas 
entre tes mains. Et vous , habitants de la Géorgie et de la Perse , vous savez ce qui est 
99 écrit au sujet de Nébroth » le premier de tous les rois du monde ; qu^il arrêtait , lui à 
pieds , un lion , une chèvre » toute e^èce de bête sauvage ou féroice , et qu*à cause de 
cela- tous se soumirent k lui. Sur des colonnes d*or , à base d'argent , il fonda une tour, 
dont Tenceinte était de briques et de bitume; les fenêtres en étaient des rubis resplen- 
dissants , des émeraudes » qui ne permettaient pas k Tobscurité de la nuit d*arriver dans 
ses profondeurs , dans les chambres et appartements pratiqués dans son enceinte* Quant 
à la hauteur de Védifice , on dit qu*il s'élevait de trois journées de chemin , depuis Tez- 
trémité de Tescalier j usqu'i la porte d^entrée. Ayant poussé le sommet au - d^ de Tatr 
vital , à une incommensurable distance , ils atteignirent les sphères funestes et délétères 
des étoiles, des liem où, par le bouillonnement de l'éther en mouvement, lor et Targent 
entraient en fusion, et les ouvriers sentirent la coction de leurs chairs. Là ils comprirent 
la profonde sagesse qui a créé les sphères des étoiles, la haute habileté qui les a placées 
en obstacles , empêchant d'arriver à Dieu. Une voix ^) se fit entendre, disant à Nébroth, 
en langue perse : « C'est moi , Mikael , qui te parle au nom de Dieu. Sors et va - t'en 
d'ici, car Toeovre 'de tes mains s'est élevée jusqu'au Paradis^ et n'en est plus séparée que 
par cette montagne , où tu vises ; c'est de sa base que sort le soleil , et que découlent 
les fleuves Nighos et Phison ; le Gihon entraîne des plantes odoriférantes et des herbes 
potagères, que Ion mêle dans le musc» pour charmer les nerfs dfactifs du nez. Mainte- 
nant, si tu désires réellement aller dans les hauteurs du ciel et voir Dieu, rentre dans 
les limites de ta nature, et restant humble d'esprit, demeure là où tu as été créé, entre 
les fleuves Efrat et Dchilas. Quant à tes gens , laisse - les aller où ils voudront , pourvu 
qu'ils ne s'éloignent pas de Dieu. Dans le temps voulu, ton Seigneur viendra humUement 
vers toi; il se trouvera au milieu d'un peuple d'assassins furieuj^, dont la haine lui don- 
nera la mort. Il ira te trouver au sein des douleurs du Tartare, t'en retirera, te rappel- 
lera de la mort a la vie , et te construira une tour avec un escalier pour t'élever vers 
Dieu*}«» Ayant dit cela, il le frappa, lui et ses gens, des parfums du Paradis, dont ils 
ne furent pas plus t6t abreuvés que, joyeux et consolés, ils oublièrent leur projet et 
les sept langues précédemment connues deux, et en adoptèrent une étrangère. Divisés 
par groupes» ils quittèrent la ville et la tour construites par eux et allèrent chacun 
son pays : Thorgomos , ^»i les Thorgomides , Siden dans le Sideth , les Pertziank 
le Bertaian, les Hoïnk dans le Houneth, Ag et Mag dans TAg-Magoi^eth, les Parsk en 
Perae , et les autres ailleurs. Or ces récits n'étaient point divulgués , aaais écrits et as- 
servis dans le secret , comme un ssystère , mais je vnus ai raconté tout cela pour votre 

') Cl telle géorgien. 



CaMONiQUEâBii]£NiBririB. 39 

profit , afio qne voos sachiez , tous aussi Perses » que vous n*étes poiut étrangers à No- 
tre - Scigoeur J. - C. , et que votre ancêtre Bel ou Nébroth , aussi Dommé Cronos » a été 
délivré par ce même Christ de Tenfer. Ajez donc pitié de tous ceui qui invoqueront 
hautement son saint nom , ne ruinez pas son saint temple » afin de ne pas exciter contre 
yous le bouillonnement de sa colère, s ^) 

Quand il eut dit ces paroles, Vakbthang fît publier en tous lieux que ceux qui étaient 100 
cachés se montrassent, que les chrétiens ne craignissent pas le glaive^ qu'en livrant leurs 
biens, ils ne perdraient que la liberté. Pour lui, il fit babiller et renvoyer beaucoup de 
captifs, surtout d*ecclésiastiques, auxquels il donna trois pièces d*or par léte, et ne garda 
près de lui que le prêtre Pétros et le moine Samouel, disciples de Grégoire -le- Théolo- 
gue. «Dès le commencement, dtt-il à Pétros^), je n'avais nullement pensé à permettre de 
porter la main sur les temples du Seigneur. — L'église de Dieu, répondit le prêtre, c'est 
son troupeau spirituel , que ni toi ni personne autre vous ne pouvez rendre à la vie , 
après ravoir égorgé; quant aux bâtiments, cela est facile à qui le veut Ne sais- tu pas 
que tous les crimes ont été lavés par le déluge, tandis que le sang d*Abel crie encore vers 
Dieu , et qu'il est dit que toutes les iniquités des Juifs auraient disparu , si le sang de 
Zakaria, fils de Barek, n'en eût demandé vengeance? Combien de ce sang innocent a 101 
été versé par tes mains ! — - Tu m*as montré que je suis criminel , dit VaUithang ; oui, 
j'ai péché contre le Seigneur. — Si mes paroles avaient cette puissance , dit le prêtre , 
tes péchés te seraient remis ; mais ne combats plus contre les fils de Dieu , et éteins la 
flamme que tu as allumée. — Demande à Dieu , dit Vakbthang , que cette nuit il me 
fasse connaître sa volonté. — Ceci, dit Pétros, est au-dessus de moi, mais ayons recours 
aux saints. — Ne connais-tu pas la charité du Christ, dit Samouel en se fâchant; igno- 
res-tu qu'il a dit à Polycarpe : Si les anges n'en eussent été affligés, j'aurais été cruci- 102 
fié dans toutes les villes , dans tous les bourgs , afm de donner la vie à tous ? Et en-- 
core , que disait Dieu à l'impie Akab ? Toi , demande un signe à ton Dieu , soit dans 
les abîmes , soit sur les hauteurs. Et encore le Christ a dit , Tout ce que vous deoiân-* 
derez en mon nom, je le ferai. Toi donc, 6 roi, prie avec nous, et ton désir sen ac- 
compli. » Sur le soir le roi s*endormit en priant ; mais Pétros et Samouel passèrent la 
nuit entière dans cette pieuse occupation. Le roi eut une vision, dans laquelle Se. Nouai 
lui disait: m Lève-toi et va en avant; il vient deux hommes, rois du ciel et de la terre.» 
Portant les yeux en haut, Vakhthaug aperçut la ville de Byzance. Il y avait deux trônes 
où étaient assis un jeune homme et un homme fait. L'homme, qui était Grégoire-le-Théo* 
logue , dit au roi : «« Etre méchant , pourquoi avoir frappé le camp du Seigneur et mas- 
sacré ses brebis? Si je n'avais eu égard pour cette sainte Nouni, tu aurais reçu le même 
châtiment que tes pères, adorateurs du feu. Viens, 4it Nino i Vakhthaog^ pptMteme^toi 103 

» 

') Presque tout ce qui précède manque au texte géor^en. 

^) Je Ut «1^4 yaf^ÊnfÊUu^ SU lîeu de ÊÊÊm^ ÊÊti^mptÊU. 



kO ÀDDITIOffS ET lECLAlRCISSENElfTS. 

aux pieds da roi ; » ce qui ayant été fait , le roi le fit asseoir près de lui » et lui donna 
un anneau brillant^), orné dune pierre lumineuse. Pour Pétros et Samouel, ils étaient là, 
intercédant pour Vakhthanc , en disant « Qu*il ne pécherait plus. » Il se trouvait li une 
croix glorieuse, portant une couronne. Vakhthanc vit Tempereur ôter la couronne de 
dessus la croix, la poser sur sa tête, en disant: «Voilà un troisième diadèm^e, pour toi.» 
Ayant vu en rêve toutes ces choses , ainsi qu^il l'avait désiré , il se réveilla et ren* 
dit gloire à Dieu. Au point du jour, il alla chez les Arméniens et leur ordonna de ne 
106 maltraiter personne. Cependant l'empereur grec , s*étant mis à sa poursuite , avec 9000 
hommes , et ayant fait fuir une partie des troupes géoi^iennes , témoin de cela , le Perse 
fils de la soeur de Vakhthang , lui dit : a Qu*est ceci , que tu as fait , serpent né d'une 
vipère? [Ainsi que je lai appris, la mère de ton père était une Grecque, et toi, dominé 
par le venin de ta race , par Tamour du Christ mort , tu as fait exterminer les Pdrses ; 
mais ce ne sera pas à ton avantage. — Le crucifié est mon Dieu , répondit Vakhthang , 
il me sauvera. Pour toi , invoque le feu et livre combat aux Grecs. » Il se mit à l'écart, 
avec les Arméniens et les Géorgiens^ tandis que les Perses et les Caucasiens combattaient 
contre l'empereur. Ceux-ci furent vaincus; outre 25,000 Perses, le beau-frère de Vakh- 
thang et Adchadch, roi des Lbnik, ainsi qu'un grand nombre de personnages distingués, 
restèrent sur la place ; le commandant du Rhan périt aussi ; en un mot, Tarmée persane 
éprouva une perte fort considérable. 



Descendant alors de son char, le roi adora J.-C- et dit: a A toi, Seigneur, appar- 
tient la victoire , et non aux superbes , aux adorateurs du feu. Prends la croix , dit - il 
ensuite à Pétros , et mets - la dans un lieu où tous ceux de mon ^rméë l'adoreront , et 

107 quiconque s'y refusera, qu'il meure. Barzo, roi de Movkan, ayant montré du mépris pour 
la croix et pour les paroles de Vakhthang , fut tué par le spaïapet géorgien Dchvanber : 
a Voilà , dit - il à ses troupes , notre force et l'auteur de nos triomphes. » Tous , saisis 
d'épouvante , s'écrièrent : « Si cette croix nous donne la victoire , nous abjurerons tous 
notre religion , pour servir le Christ , qu'elle porte. » Au même moment , un Grec , Poly- 
carpos, fils de la soeur de l'empereur, s'avança pour proposer aux guerriers de Vakh- 
thang un combat singulier, sans que personne osât sortir des rangs ^ car c'était lui qui 
avait tué le général des Perses, o Le lion , dit alors Vakhthang , ne se mesure point 
centpe unreniArd ; mais pour montrer la puissance de la croix, j'irai te combattre.» Fai- 
sant donc 1è signe de la Croix, l'ayant adorée et embrassée, il marcha contre Polycar- 
pos^^'et 'dit: « Sachant que mes soldats adorent la croix, puisque tu veux pourtant corn-- 
battre îfeoMIr^ nOAsV ton sang retombera sur ta tète.» Puis il s'approcha/ le fendit en 

108 deux d'un seul coup et revint vers les siens, en glorifiant Dieu. Les Grecs s'étant mis 



CHMONlQtJBiRMiNlERflE. kt 

eo ligne de bataille , YakhUiaiog les meoa battant jtisqii*à la mer. Quand' après cela les 
deux armées se comptèrent, 72,000 Grecs étaient lofmbés et ^2,000 des soldats de Vakh'- 
kJbtang. Celui-ci réunit les prisonniers: faits sur les Grecs, qui se montaient h 680,000 'X 
et les renvoya tous à l'empereur , par 1 entremise des princes Nersès et Atmerselu 

A cette vue , Tempereur , biea satisfait , se rendit auprès de . Vakbtbang ; après des 
serments réciproques , l'empereur rendit Tbpugbars et le Clardjeth , qu*il avait pris aux 
Géorgiens, et promit de donner sa fille au roi. 109 

Vakbtbanc retourna cbez lui , avec une grande allégresse ; quant au roi de Perse , 
apprenant son alliance avec les Grecs, il entra dans une grande colère et se mit en cam- 
pagne contre les Grecs, à la tête* d'une armée considérable; mais la mort le surprit et 
il eut pour successeur son fils. Celui-ci ayant tourné ses armes contre Vakbtbang, ils se . 
firent la guerre durant trois ans*), jusqu'à ce qu'il arriva une armée impériale de 80,000 
bommes , avec des présents , pour le roi de Géorgie. A cette nouvelle le roi de Perse 
proposa la paix k Vakbtbanc : et Pourquoi nous faire la guerre , dit-il , à cause de la re- 
ligion ? Si le feu est Dieu , qu'il tire lui - même vengeance du crucifié. — Tu sais , ré* 
pondit Vakbtbanc, que tous les rois te payaient tribut jusqu'au moment où ils ont cm 
au crucifié, et que forts de sa force ils vous ont dès -lors vaincus, vous adorateurs du 
feu, que y M maintenant éteint dans mon pays, en te renvoyant ton arcbimage. Mainte- 110, 
nant le Cbrist est ibon Dieu; que le feu soit le tien, si tu le désires. Je suis, moi, de 
la race de Nébrotb « sur le trtoe duquel tu es assis ; je t'obéirai comme à un père.» 
Ces cboses convenues entre eux , ils se firent des présents et des visites réciproques. 
Vakbtbanc donna sa soeur MibrandoukHd pour épouse au roi de Perse Kbosrov, parce 
que son autre soeur Kborantzé était promise à un patiacbk arménien; il se porta égale- 
ment médiateur entre les Perses et les Grecs , et fit la paix entre eux : Kbosrov, dé soa . 
c6té, abandonna aux Grecs Jérusalem. 

Cependant l'épouse de Waklitbanc donna le jour à deux enfants , un garçon nommé i 
Datcbé , et une fille , après quoi elle mourut. 



Le roi s'était fait faire un casque d'or» portant l'image d'un loup et celle. d*un lion. 
Quand on le voyait dans les combats , on le reconnaissait i ce signe et Ton disait : 
«Eloignons -nous du loup et du lion;j» ce qui le fit nommer Gourgasal , i. e. loup-^lion, 
en langue persane. Comme sa confiance était en J.-C, c'était pour lui une cause de suc- 
cès non interrompu. En effet , l'empereur lui envoya par le général Lévon , outre des 1 1 1 
présents , des marques de sa baute affection , et des cadeaux pour le roi de Perse. 

Après cela Wakbtbang, stimulé par l'amour du Cbrist, alla à Jérusalem» conduisant 11^ 

') y. la n. sur le texte géorgien , dans la Traduction. 

*) Le texte géorgien dit le contraire. 
Addit et écL ^ 



^2 Additions bt écliircissenents. 

avec loi sa mère et sa soeur. Comblés d*allégresse et ayant visité les saints liem , ils re- 
vinrent à Antak ^). Le roi de Perse lui Ct un accueil très honorable , et rengagea i ve- 
nir dans ses états avec aa mère et sa soeur , afin d'y ctiébrer le mariage de sa soeur, 
qn*il avait accordée à Khosrov. Etant allés à Babylone, ils y forent reçus avec les plus 
grands honneurs. Les réjouissances dorèrent six mois. La mère et la soeur de Yakhthanc 
furent congédiées avec de magnifiques présents; pour le roi« Khosrov 1 amena avec lui 

115 dans le Dchourdcbaneth , dont la capitale est Gélan. Ayant enlevé de-)à toute la popu* 
lation j ils y mirent des habitants perses , encore aujourd'hui tributaires de la Perse. 

De -là ils passèrent dans l'Inde^ ou ils dévastèrent le plat pays, à lexception des 
villes situées sur la mer, et Vakhthang donna la mort à douze braves. Ils prirent une 
contribution de mille livres de musc, autant d*ambre, et des^) vaisseaux de parfioms; en 
diamants, en émeraudes, en rubis, la charge d*nn vaisseau; iOO charges de chameaux, 
an or de Sophir^ et 500 en argent, car ils séjournèrent là trois années. 

De là ils allèrent dans la Sitidie , dopt le roi sortit à leur rencontre et tua beau* 
coup de Perses; toutefois les troupes chrétiennes le forcèrent à fuir et à se retirer dans 

116 la forte ville de Sindaberd. Le roi, qui était brave, s*avançait souvent en personne; il 
avait bientôt massacré ceox qui marchaient contre lui , et aspirait à donner la chasse à 

'■ * ' Yakhthanc. Une nuit , ayant fait creuser secrètement des trous dans la terre , près de la 
ville, il y cacha dix hommes d'élite, et en envoya un autre pour défier Yakhthanc à un 
comlM|t singulier , tandis que les gens embusqués sortiraient à -propos et s*empareraient 
de IuL Ce brave s'étant avancé et ayant appelé Yakhthang, Saïourmac, chambellan de 
ea prince, ayant paru et toé le guerrier sind, les gens de Tembuscade s'élancèrent et 
le tuèrent lui-même. Yakhthang en fut si afOigé, qu'il le pleura comme un frère chéri, 
car il avait été nourri avec lui. 

Alors le roi des Sinds sortit de ses remparts et dit: a Ecoute mes paroles, roi de 

117 Géorgie , je te dirai à qui tu ressembles. Tu es semblable à un corbeau qui ramassa un 
laucon déplumé par ses frères , et qui le soigna dans son nid, en lui apportant des ver-* 
misseaux et des serpents; le faucon, se rétablissant petit - à - petit , prit le corbeau et le 
dévora , en disant : Je ne puis me réconforter avec une nourriture si légère, et tant que 
je ne mangerai pas d*oiseaux. Et toi aussi , tu soulages celui que moi et d'autres nous 

118 a^ons déplumé, qui est l'ennemi du Christ et de ta religion. — Toi, lui dit Yakhthanc, 
tu es la jeiiTlrie taupe, écervelée et sans yeux, qui vît dans les entrailles de la terra, sans 
avoir sa part des beautés du ciel et du monde , ni des splendeurs du soleil , et qui 
pouriani se réjouit de vivre. Aveugle d'esprit comme elle, tu ne vois pas ce que je fais, 
tu te réjouis de ne pas voir ce que j'ai fait , en semant ma croyance dans la maison do 

' « féu, en établissant le christianisme dans la province des Perses, en enlevant à ce peuple 

• 

') Antioche. 

*) Le nombre des vaisseaux manque. 



• . 



C B H N I Q iD E 



IRHENIERNE. 



13 



Jérusalem, le lieu de la gloire du CbrisI, le lieu des pîeda de mon Dieu. Je ne suis pas i*l 
veau chercher la gloire oî les richesses du monde , mais J'ai été affligé de te voir ense- 
veli, comme la taupe, au sein de U terre; comme notre sagesse qous ordonne de noos sacri- 
fier pour DOS Erùrcs , j'ai voulu sauver mon pajs et les sfiinles églises, par ma vigilance, 
en me livrant moi-même à l'esclavage, aHo de racheter mes péchés. Quand même je rnour^ 
rais à l'oeuvre , je passerai de la mort à la vie. — Si telle est ta croyance , reprit le 
roi siad, avance donc, afin ([ue je le fasse passer de la mort à la vie, comme ton prince, 119 
qui ta servi de précurseur. — Sors, lui dit Vakhthanc ; par la puissance de mon Christ, 
qui me fera passer de la mort à la vie au momeut de lui connu , je t'enverrai dans les 
ténèbres exl4<rieures. o 

Tons deux s'étaut avancés et a^ant fondu l'un sur l'autre , Vakhthanc atteignit le 
roi siad d'une nt>cbe , qui le renversa de son cheval, la tète en bas, mortellement at- vi 
teint , le saisit par le pied et le traîna dcvaut le roi de l'erse. L'allégresse fut univer- 
selle , et chacun le complimenta. On fît venir un habile nicdecin pour soigner le blessé, 
qui reprit ses sens peu-â-peu, et fut reconduit et laissé dans ses états. On prit en otage 120 
ses deux fils , et l'on exigea de lui une contribution double de celle de l'Inde , qui fut 
tout entière donnée à Vakhthang , outre beaucoup d'autres présents. 

Après avoir conclu la paix , les deux rois passèrent dans le Ilaletb ') , au pa;s des 
Kouchatsik , limitrophes de la Perse : ils étaient restés quatre ans dans l'Inde et dans le 
Sîadeth. La nation des Ilabach demeurait dans une contrée fangeuse et pleine de ro-* 
seaux, où ni quadrupède ne pouvait poser le pied, ni vaisseau tracer son sillage. Toute- 
fois, ils trouvèrent moyen de les dompter et en tirèrent mille familles, qui furent dis- 
persées dans divers lieux: ce sont les tribus nombreuses des Kourdes et des Koucbanlu 
Quand ils arrivèrent aux frontières de l'Arménie et de la Grèce, le général grec Léon j 
qui les accompagnait avec des troupes considérables, s'en-alla dans son pays, suivi de à^ 
pûtes chargés d'amener la fille de l'empereur destinée au roi Vakhthanc , et de faire or- 
donner Pélros calholicos de Géorgie, ainsi que Samouel évèque. L'empereur et le patrîarclw 
de Constantinople envoyèrent a Andak (Antioche) le prêtre Pétros et le moine Samonel ; 
pour y recevoir la consécration et, la demande du roi accomplie, aller de là en Géoi^ie^ 
a car ce pays est du ressort d' Antioche , n disait-on. 

Cependant le roi Vakhthanc s'étant rendu dans le Kartfal , son fils Datché et toorf 
les grands du pays vinrent à sa rencontre , témoignant la plus vive allégresse , lorsqu'il 
entra dans Mtzkbétha. Mais l'évcque Mika'i'el , sachant qu'il arrivait un catholicos et un 
évèque , mandes sans son consentement , et pour invectiver contre Vakhthanc , prit |9 
prétexte qu'il avait adoré le fuu. Malgré les serments du prince, malgré ses supplications; 



'J An pays de Balkh, dans, la Boukharie actuelle. Quoique le texte porte 'p jf""ikP, comme cettq f.H 
orthographe est très irrégulière, je ne m'élonneraii pas qu'il y eût faute de copiste, pour 'f> ji"p^pkP 
' dans l'Uabachetb. ■< il 



kk Additions et ^claiegisscmefits. 

121 f Mon Dieo est k Trai Dieo» disait «il; né ni*aceiisê pas à la légère;» nurigré tout cêia, 
r^véque» sans récooter, i*anatbémaUsa , et fit ce qu'il avait dit. «Quoique. je sois inno* 
cent 9 dit le roi , de ce dont tu paries , mes autres péchés sont connus de Dieu ; il con<^ 
vient dcmc que je m'humilie en sa présence. » S'avancant alors et se jetant aux pieds do 
Tévéque , qu*il baisa» il lui demanda l'absolution; mais Tévéque leva son pied, en frappa 
le roi à la bouche, et lui fit tomber une dent^). Le roi, prenant sa dent, dit i Mikatei: 

i •! Ceci est Teffet de mes péchés et l'oeuvre de Satan, qui t'a fait lever contre moi; cela 
n'est pas moins contraire au précepte. Tu ne briseras pas le roseau froissé, tu n*étein« 
dras pas le lumignon encore un peu flambant. Tu as été envieux contre Pétros, envieux 
comme Judas ; » il Tenvoya au patriarche de Constantinople , et plus tard la dent qu'il 
avait fait tomber, afin que justice fut faite, sans acception de personnes. Voyant Mi- 

122 kaïel , le patriarche lui dit : « C'est par avarice que tu as combattu , comme Judas , 
contre l'église^ que ton pied a fait couler le sang 'de la bouche royale et brisé l'ouvrage 
de Dieu. Criminel au premier chef envers ton seigneur ,. désormais tu n'es pas digne des 

•i:) fonctions sacerdotales. Pourquoi n'as- tu pas écouté cette parolç de Paul: Priez pour la 
roi; ne savezrvous pas que ce n'est pas en vain qu'il est ceint du cimeterre? » Lii-dessus 
Mikaïel fut envoyé en exil. 

Cependant le patriarche d'Antioche ordonna le catholicos Pétros, et avec lui douze 
évêques. Ces personnages: s'en*allérent d'abord à Constantinople , ou ajani reçu de riches 
présents et Héghiné, fille de l'empereur, ils partirent pour se rendre auprès de Vakb- 
ihaiig. Le pays fut dans la joie. Le catholicos de Mtzkhétba résida dans l'église de Sion , 
construite par Vakhthanc , et Samouel dans l'église épiscopale de Mtzkhétba ; un autre 
évêque, dans le Clardjeth; d'autres à Manglis, à Baûghnis, à Rhicha ; dans l'église dites 
3<Hirb-Nichan , & Ondcharma ; à Dchéram, à Tchelth; entre les deux églises; à Kbomoï* 
Bodch; à Agarac, vis-ii^vis le Khounan. Vakhtaoc bâtit encore une église à Nikoc, sur 
le lieu du martyre de Rajden, le Perse, père nourricier de sa première femme, qui avait 
era en J. -C.» et qui,, malgré les tourments que lui infligèrent les Perses, ayant refuse 
de renier sa foi , avait souffeit la mort en conservant la vraie religion , et pour la gloire 
du Christ divin ; sur le lieu de son martyre il fut établi un siège épiscopal. 

Héghiné donna au roi Yakhlbanc^tlrois fils et une fille..» Pour ce prince, i\ résida à 
Oudcliarmd ; il donna la. plus grande partie de ses domaines à son fils aîné Datché, et 
l^aria sa coeur atnée Khorautzé à Bacour ,; bdechkh d'Arménie. 

n.. Dans. ce temps- là Kbosrov , rot de Pei^se , mourut, et son trône héréditaire fut oc-^ 
cwpé: par son ifils ^ de même nôm'^de lui ., qui, envoya dire à Vakbtlianc de lui servir 
(l'fli^antrgarde dans uùe guerre contre les Greo&. Ce prince, ^qui avait jeté leà fondements 
de Tiflis et en poussait vigoureusement la construction , fit cette réponse: «Il y a un 

123 pfO^be liieii^Ad(\nni|.q!fii dit^ Foi^èron V ^^^ise tcRi èp^ , p^ tête. 

') Le texte dit : « il fit tomber de ses dents. « 






rj ;Trfi - I *i I 11 ti t- * . -^ --- '' 

Gh ■ O H'I Q-ttEl i II Krtïl l'E -n N I 



47 



Dchibgan commença par lui remplir la bouche d'or, «parce que, lui dit -il, les paroles 
de ta bouche ont rejoui le monarque ; » après quoi il lecorcha pour le cbàtit-r, et envoys 
sa peau à tféraclius. ''t 

Cependant Kasré fut tué par sou Gis , qui se rapprocha de l'empereur, et lui envoya 
avant tout la sainte croix ; Iléraclius revint après cinq ans d'absence , alla à Mtzkbèlba , 
et aj'aot enlevé de Mancli et d'Eroucbeth la planche ou avaient pose les pieds, aiusi que Ul 
le clou , donnés à Miran par Constantin , il les emporta avec lui , sans avoir égard aux 
supplications d'Atrnerseh ni aui gémissements du pays de Géorgie. 

Après la mort du catholicos Bartholomée, Uobannès monta au siège patriarcal; après 
celui-ci , Babilas , auquel succéda Thapfaor. .■* I 



42 



Quand Atmerseh mourut , la souveraiueté de ta Géorgie échut à son Ois Stéphaoos, 
bomme solide dans la foi, observateur des fêtes, qui consacra le vendredi à la sainte 
croix ; le jeudi devait se célébrer dans la samtc église patriarcale de Siun ; le mardi , on 
chômait la fête de saint Etitnne premier martyr et de tous les autres. Stéphanos ne vou- 
lait pas qu'il y eût de dilférence entre les vendredis et jeudis à Tégard des vendredi et 
jeudi-saint. 

Dans ce temps -là parut Mahomet, chef et législateur des Sarrazins et de la nation 
des Arabes; après avoir conquis beaucoup de contrées, et occupé le commandement du- 
rant 20 années, il mourut et eut pour successeur Aboubekr, qui pénétra en Perse avec 
une armée considérable , abaissa et réduisit sous ses lois cette monarchie. Etant entré 
dans Babylonc , il en força les habitants à renoncer au culte du feu et les convertit à 
la religion des Sarrazins. Quand il mourut , Omar lui succéda. Comme on disait à Iléra- 
clius que les Sarrazins voulaient entrer dans le Cham et dans le Djazireth , î. c. dans la 
Mésopotamie , l'empereur passa au pays de Palestine. Là il se rencontra un ermite , 
homme de Dieu , qui disait : a Fuyez loin du fugitif de Sarah , ainsi que s'appellent les 
Sarrazins ou Sarakînoth , c'est-à-dire serviteurs de Sarah; car Dieu a donné à leur 
naliou le midi , l'orient et le nord : ce sont des astres errants , qui commandent aux 
étoiles fixes. En outre on trouvait à leur sujet, dans les livres des philosophes Ilermitron 
et Idcbinton, des prédictions portant, que la grande ère ét^it de 5814; que le lils de 
servante, de la race de la justice') a para en 615, et qu'il durera cinq fois sept, 
moins cinq , ce qui fait 240 ans. b 

Après avoir fait quelques circuits, l'empereur, étant revenu en Géorgie, dit aux Per- '43 
ses qui se cachaient dans les contrées du nord, de peur des Ismaélites: a Votre empire 
est aux abois, et les Sarrazins prospèrent; partez et venez chez nous.» Ceux-ci donc dé- 

') Au lieu de u,pifuif,Hi.pir , je propose de lire unfuipii>.ph , qui , s'il n'esl pas régulier , se prête 
i ce sens ■ de la raced'Agar ; > qiioiit am mois soulignés , ici , je les supplée pour trouver un sens quel- 
conque dans la phrase arménienDe. 



%8 AdDITIOIVSCT tCLAimCISSEllEFfTS. 

posèrent leurs trésors dans des lieux sûrs, et en emportèrent des listes^ en se nettant k 
Il suite d*Héraclias; les Grecs chez qui sont ces listes » retrouTeront le toat. 

iKh CependanI Stéphanos, prince des Géorgiens, avait deux (ils , nommés Artdiil et 

Alibr ; il leur . dislriboa toutes ses ricbessesi , qu'ils cachèrent en divers lieux , de crainte 
des Ismaélites y et enxHiièmes se réfugièrent dans TEgris. 

En effet ^) marcha contre eux et contre la Géorgie , et dévasta tontes les 

habitations du mont Caucase. Apprenant que les maîtres de la Géorgie s*élaient .réfogiéè 
dans TEgris et de là dans rAphkhazeth, il se mit à leur poursuite, prit la citadelle 
d*Eger et marcha contre celle d'Anacophos, où était une image de la Mère de Dieu, 

ikS non faite de main d*bomme, et dont personne ne connaît Torigine , car elle a été trou* 
vée au sommet du mont de Gori. C'était dans cette place que vivaient Artcbil et Mihr, 
depuis la mort de leur père. Pour Léon , général des Grecs , il était entré dans la. cita- 
delle de Soubagba , à la sortie de l'Osetb , où il se fortiCait. 

Les deux frères se dirent entre eux : « Si nous attendons ici , nous serons pris , et 
il ne restera de nous aucun souvenir ; les trésors *) ramassés par. M ihran courouné . de 
Dieu , et par Vakbtbanc inspiré de la sagesse divine , disparaîtront et deviendront intron*» 
vables , comme aussi ce que l'empereur Héraclius a laissé ici , et dont nous avons déposé 
la liste avec les deux couronnes d emeraude. Maintenant donc ranimons nos courages; in- 
voquant l'assistance des SS. Pierre et Paul , et sous la protection . de Timage de la Mère 
de Dieu, marchons contre ces gens, sur la colline du côté de la mer.» Ils sortirent avec 

ik6 3000 hommes. Le Seigneur frappa si rudement les ennemis, qu^l en mourut 35,000 de 
la maladie ....*), et 3000 par l'épée : les chrétiens n'eurent à regretter que 60 hom- 
mes, et Mibr fut blessé. 

Alors un Sarrazin dit à ses camarades de guerre: «Dieu nous a donné dix victoires, 
ainsi qu'il l'avait promis à Abrabam et à Agar, mais non contre les hommes consacrés 
au Seigneur ni contre ses temples matériels. » Etant donc partis de là , ils campèrent sur 
le cours de la rivière aux sept sources, qui tout-à-coup, gonflée par de fortes pluies, 
enleva 23*000 soldats habacbes, campés sur ses bords, et 35,000 cavaliers, accident qui 
valut à la première des deux rivières le nom de Tzkbénis - Dzghal , à l'autre celui d'Ha- 
hacha-Dzgbal. Le reste s'en-alla par la route de Gori^ passa dans la province de Spfr et 
disparut. Pour les chrétiens délivrés , ayant rendu gloire à Dieu , ils iuformèrent 1 empe- 
reur des événements. Celui - ci , à cette nouvelle , se réjouit dans le Seigneur i et envoya 
aux deux frères des couronnes *) , ainsi que des lettres d'encouragement 

^ * • 

') Ces points indiquent qu'il manque le nom de Mouru)an dans le texte arménien. 
*} L*auteur écrit ^tuLIfi le crâne , au lieu de ifuih\p , que je substitue i ce mot. 
s) ^ n^H gtuL.^ ; le nom de la maladie n'est pas reconnaissable. 
*) Jeliepiu^u^ au lieu de pufffttti^^&« 



Chronique irménienne. ii'd 

Cependant Mihr mourut de sa blessure et fut enterré à Mtzkhétha : le pays jouit de fï7 
12 années de pais. l^id 



I 



Dans ce temps -là un certain prince Adarnas , descendant du prophète David, vint 1^9 
trouver Artcbil. Il avait été en Arménie , fait captif avec ses enfants par les musulmans , 
et s'étant tiré de leurs mains , il demanda un lieu pour résider. Artchil lui donna Rbich, 
Cbg-hover et Atone. 11 vint aussi de Taron 3 frères, qui, par ordre d'Artchil, s'établirent 150 
dans le pajs jusqu'à Gagbgagh. 

La femme d'Artchil était fîtie de Goram couropalate , issue du roi Wakhtbang. 

Cependant ') nul ne peut décrire les maux que les chrétiens eurent à souffrir de la 
part des Sarraztos , nommés pendant un temps K'aghrdacank , ainsi qu'il est dit dans les 
livres saints : « Les gens qui parlent la langue de K'agliirtb boiront le sang des iaoo- 
cents. » En effet , celui qui le premier rendit puissante cette nation fut K'agbirth , UQ 
prince d'une petite portion des Ismnéiites du voisinage. De son temps un prince de Mé- 
sopotamie pillait les biens des Ismaélites. Kbagbrtb l'aj'ant supplié de rendre ce qu'il 
avait pris et de ne plus agir de la sorte , l'autre fit la sourde oreille. K'agbrlh , irrité , 
rassembla un nombre considérable de ses gens , avec lesquels il prit à Sargis et le fruit 
de ses rapines et ses propres biens, et le ruina complètement. Le même jour, ces gens 
reocontrèrL-nt Mahomet, chassé par les siens: il avait ou pour maître un certain moine 
arien et sectateur de l'hérésie de Cérintbos, qui ne professait le dogme de la résurrection 
que pour assouvir tes passions et tes désirs des sens. Ils le prirent avec eux, et l'ayant 
nommé leur général , ils se mirent à combattre contre tout l'univers. La mesure des pé- 
chés des chrétiens était pleine en Grèce , en Arménie , en Syrie , chez les Aghovans et 
les Géorgiens. De succès en succès, ils s'emparèrent également du sceptre de la Perse et 
avec lui domptèrent tous les peuples, ^) 

'] Ici commence le passage signalé dans la traduction des Annales , à rallenlion du lecteur. 

') Dans un récil Irèsciiriem de la vie de Mahomet, par Vardan, p. 52 — S3 du Mit du Musée Ronm.. 
il est dit qu'ayant été en Egypte dans sa jeunesse , Mahomet y rencontra un moine , nommé Bafgis , par- 
tisan d'.\rius et de Cérinihiis ; et plus loin, lorsqu'il avait déjà beaucoup de sectateurs, un certain 
Khaghrlh, aulrefoÎK prince d'Ismael , lui écrivit et «e soumit aveuglément à lui. C'est dans la ville de 
Bosra , en Idamée que Mahnmel rencontra te moine Bohaïra ou Sergiua , qui lui fut , dît - on , 1res utile 
pour la composition de l'Alcoran ; £l. Ouatremère, Uist des Mameluks, t. Il, P-ieIre, p 253. Cec 
circonstances sont analogues aui récils du la CLron. arm.; mais dans tout ce que dit Abou-'l-Féda, Ann. 
Mosl. t. 1 , sur la vie de Mahomet , on ne trouve rien qui ressemble à l'histoire de Kbagbrtb. Seulement 
je trouve chez cet auteur . t. I , p. 87 , 1 1 3 , la mention des Khazradjites parmi ceux des ennemis du lé- 
gislateur arabe. Asolic , | Il , c 4- , parlant de l'apparition de Mahomet , en 68 de l'ère arménienne, 619 
de J.-C. , ajoute que les Juifs, alors en révolte contre les Grecs , envoyèrent à Mahomet 12.000 soldats 
auxiliaires , en je conjurant de prendre leur défense. Il dit aussi que Mahomet mourut après avoir tenu 
l'autorité durant 2 ons . en la lie année d'Iléraclius. Cf. Ciracos , M-it du Mus. asial. p. 24 , 25 , où il y 

a de rurieui détails sur les commencements de Mahomet. .— ..*. ^ '•I - • - 

7 




A»»ITr#]tf BT CCLAimClStBMBlITt. 



Or, àmoBêmwfgHTémrmkmd^), ^wi DjUlniOM , iib 4e Hdudi; 4n Immi- 
dtttiagiKS hii rèàsÂireat el M'ataiMlnmièrcDl pas le GbnJ^etfc ; gael^wi lii fÊÊÊbrmÊL 
pjs de Taik , où , ayant tmné «n rocher , fli y coMlraisiraift use citadeUe , qolit 



le roi Artchi réookil-de te midre asprès do coofoêraot, an d 
d'dKscr fe sort 4» c Irêt i Mi ^H avai rwioi an triboUiRs. Qoaad le roi arma , à 
s'aTawa à sa leto i riio , le traita hooofoUeoHfll , el fai laoché de b beMitè de ses 

151 traits, des grâces de sa persûone; il loi oCiît on liaBqoet. Apfw qoelfoes joan, coombs 
il Toolait l'attirer a sa reKgigo, il loi eiaspén pv sa répow et ordona et le OMttre 
anx feiB. 

n se présgBli deiaot npdjaam , qo'oo s p ptLii t coeore Asôb , oo priooe , BooMoé 
Gtfdaabel, fin loi dit: «Cet hoane est d'ooe £»ille de rois paiiiiali, posscaaeor de 
fiches trcsers, et détcoieor des richesses deTe mptreur des Grecs, s Satisfait àt ee foU 
rÉNndiity Dji^^um WÊamâm le roi daas soo pdais et loi dit: cHooirO'^aMii les tiwors de 
Teoiperear et de les aocitrfi , et eathrasse an r el i g io n ; alors je te eooofederai grociense» 
BMol ce foi est à toi^ je to bisserai les états et te nomaieni général de toot le KarthU. 

152 — - Qoaod Hcradios passa pn* omo pays , répondit Ardchil , j*ctail on enfant; dalleors 
les trésors qoi fiuent enfoois sent dans b château fart d'on Tenir Khool opéra sa ro* 
traite , et i|oi est aaintenanl entre les buâib des Grecs : ee foe la mt deanndes 
pas tonhé en omo ponvoir; enfin je ne renoncerai pos à an fai ponr nnHe OMndes 
mon Dieu est b Christ, FUs do Dieo rivant. C'est donc toi^ reprit DjidjnMn en tonr* 
nant vers Ini ses regards, c'est donc toi qni as défait les Sarrasins en Aphkhateth ! -^ 
J'y étais , dit Artchil , qoand Dieo les a frappés. — - Ainsi c*est Dien , dit Asim , qoi 
nons a fioppés? — Oui, répondH b rri , c'est b Christ, Dien Ininnênie, oljet de notre 
espérance, qoi est veno sor b terre ponr noos saorer, c'est loi qoi a protégé ceox qni 
espèrent en loL ■ Alors le cooqoérant, s'adressant d'an air impérieox ao roi Ténérable : 
• Que celui, dit-il, dont b Dieo est mort, nieore loi-méaie pour b non de lobjet de 
sa prédilection, n On le tira donc dehors et on loi coopa b tète , pendant qa*il louait et 
priait b Seigneur. Il échangea one royauté mortelle contre b royaume iÊaférissmhU des 
deux ; orné de b couronne des amr^rs , et jouissant de délices sans angoisses, il est iji, 
devant b Sainte-Trinité. Cependant les Goderdsions et les Tbétsik, et avec em des gens 
d*aatres pays rinrènt dorant b mnt et dérobèrent son corps , qu'ib eoqNMtèrent et co- 
chèrent dans régfise de Nootcara, consiroite par loi. Soo époose donna, entre antres 
présents, a ceux qui auraient onporlé ses restes, des rillages a¥ec leors habitants, poor 
en faire leur résidence. 

Cette histoire abrégée fut trouyée^) dans des temps de troubles^ et insérée dans 



*) Ce ami signifie Somrë^ eommtùQrom, en géorgien. 
^) !■■! ; je préftrerais ^k^ymu , fia éerAt. 



CVEONIQUE. ARNIÎNIBNNB. 51 

notre livre» dit Karthlis*Tskhon'éba, l'Histoire du Karthli. Djouaober la trouva écrite jua* 
^ au roi WakbthaDC , et loi même la continua jusqu'à ce temps : quant à l'avenir , il le 
laissa aux témoins oculaires et aux contemporains des faits. 



Cependant Ardchil, le martyr du Christ, laissa deux fils, Dchouanber et Ivané, et 153 
quatre filles , nommées : Gorandoukht , Mariam , Mihrandoukht et Chouchan. Le roi des 
Ebazars, ayant entendu parler de la beauté de cette dernière, l'envoya . demander en ma- 
riage , en promettant de délivrer le pays de ses frères de la main des Kagbrt ; mais les 
princes et leur mère ne voulurent point livrer la brebis à l'animal sauvage. Trois ans 
après, le khag^^n fit partir avec des troupes considérables, par la route du Léceth, son 
général Bouldcblan, qui vint et passa dans le Coukbcth^ et assiégea la citadelle où se 
trouvait Djouanber. « Je mourrai , dit alors Chouchan à son frère , avec la virginité de 
mon corps et de ma foi , et je ne me laisserai point dévorer par une béte sauvage. » 
Tirant donc sa bague et en ôtant la pierre précieuse , sous laquelle était un poison mor- 
tel j elle la mit dans sa bôuchet et mourut , sans souillure devant le Seigneur. Son frère 
Ini donna la sépulture. Quand Boghdchan , de retour , eut redit au khaghan Thistoire de 
ia jeune fille, celui-ci , furieux qu*il ne l'eût pas conservée avec soin, ou du moins ap- 
porté son cadavre , ordonna de lui passer une corde au cou et de la faire tirer en sens 
inverse par deux chevaux , jusqu'à ce que là tète de ce méchant dévastateur des saintes 
églises fût séparée de son corps. 

Sept ans après , Dchouanber fut renvoyé libre , avec des présents » et rentra dans 
son pays , où ayant trouvé les Sarrazins campés à Tiflis et en beaucoup de lieux , il se 
soumit à eux et leur paya tribut. 

Il avait épousé Latori » fille d'Atrnerseh , Bagratide. Après un certain temps, Rhos- 15^ 
ro'idis , ostican d'Arménie , vint et reconstruisit Tiflis , ruiné par les Khazars. 

Cependant un certain Léon , fils d'une fille du roi des Khazars , régnait sur l'Aph- 
khazeth et sur TEgris , jusqu'aux monts Likh. 



159 



tvané et Djouanber, fils d'Ardchil , étant morts, leur place fut occupée par le cou- 
ropalate Achot; celui-ci fut traité honorablement par Tempereur, car les Agarieùs étaient 

en décadence. 

Léon étant mort, son fils Thevdos lui Succéda; ^-V ' 

Après un certain temps vint Témir Khalil, qui tua Achot, et fut tué lui-m(hiié dans 
le Dchavakheth. U s'était écoulé 219 ans depuis Tapparition de Mahomet, quand vint 
Bougha^j, qui désola le pays d'Arménie. Il s'avança jusqu'à Tiflis et tua l'émir Sa bac , 157 
qui ne lui obéissait pas; étant allé dans le Mtliéletb , il ekîgea 300 otages, et voulait 



1 1 • > ■ ■ I . % i 



') Ceci se rapporte au règne de Bagrat I , dont Tavénement est passé sous silence 4aMi notre teite. 



52 Additions et icLAiftcissiMiiVTS. 

158 pénétrer dans TOseth , mais il fut arrêté par une quantité considéraMe de neige, qui 
lui tua beaucoup de monde; toutefois, eu égard h la multitude de ses gens, qui se moiH 
tait à environ 120,000 hommes , la perte n'était point sensible. Il s'en revint à Bagdad, 
où il passa Thiver. Au retour du printemps , étant allé à Derbend , il en ouvrit la Porte 
et laissa passer 300 familles khazares, qu'il établit à Chamkor; il tira aussi de Darial 
200 Osses, qui furent par lui domiciliés à Damanis. 

1 59 Dans ce temps - là Géorgî , roi des Aphkhaz , et Démétré , gendre de Lévon , firent 
une expédition et s'emparèrent du Karthl. Liparit se rendit maître aussi du pays de 
Thrhegh ^) et construisit Cité - Cark. Ce fut lui qui mit Davith , fils de Bagrat , en pos- 

161 session de l'héritage de son père , au temps de Sembat - Tiézéracal , roi d* Arménie : ce 

162 prince , ayant fait la guerre à Costant roi des Aphkhaz ^ prit le Karthli et Ouphtis-Tû^ 
khé *) , après quoi un traité de paix rétablit entre eux la concorde. ') 

Dans ce temps- là Bolcasim , général des Sarrazins , vint en Arménie, puis k Tiflis^ 
et de là à la citadelle d*Oudcharma, qu*il prit. Le korévéque Coïricé s*étant rendu près 
de lui y il lui témoigna de Taffection et s'en retourna à Dovin. Pour lui échapper , Sem-. 
bat, roi d'Arménie, errait dans les montagnes de TAphkhazeth, tandis que le conquérant 
s'attachait à ses pas ; ce dernier était fier de ses victoires sur les Géorgiens et de Toc* 

163 cupation de tout le Karthli et de ses forteresses ; il avait pris Thmok et Khouéla , ou 
il fit mourir pour le Christ un beau et brave jeune homme , nommé Goroun , qui refo* 
sait dapostasier, et dont le martyre a été écrit par notre saint père Stéfannos. Le saint 
roi Sembat, après avoir été tourmenté par lui durant un an entier, fut également mar* 
tyrisé dans la ville de Dovin ; cruellement étranglé , il fut attaché . ensuite à une potence, 
afin de participer au crucifîment comme à la mort du Christ. 

Dans ce temps -là mourut Costandin, roi des Aphkhaz, laissant deux fils, Gorgi et 
Bagarat , qui se disputèrent le trône à main armée , jusqu'à ce que le dernier mourut. 
16^ Géorgi devint donc roi : c'était un homme bon et constructeur d'églises. 

Quand le korévéque Coïricé mourut , il eut pour successeur son fils Pbatl , qui bâ- 
tit la citadelle de Lotsoban. Sous le roi Géorgi vint l'émir Sadchob , qui brûla Miskhé- 
tha s prit et brisa la croix de Nouné ; mais ses gens ayant été atteints de dysenterie , Ils 
reconnurent que la croix était la cause de ce châtiment , en ramassèrent les morceaux , 
dont ils remplirent une boîte , et la dressèrent de nouveau dans sa place. 
IS5 Le roi des Aphkhaz donna le Karthl à son fils Coïricé^), qui se révolta trois ans 

166 après et entra dans la citadelle d*Ouphlis - Tzikhé ; mais on l'en tira par ruse, et on le 
fit mourir. 

') Le Thrialeth des Géorgiens. Ceci , du reate , se rapporte au règne de Dawith premier. 

') x^ . Ouii , telle est l'abréviation du mot OitpUii , que le traducteur arménien n*a pas reconnue. 

*) Ceci arriva aoua Adamaseh II. 

*) Lis. Goslandin. 



Ghroniqoe arménienne. 



53 



PhatI eut pour successeur le korévëque Goïrîcé, «t le roi Goi^J son fils Lévon. Daos 
ce temps - là Ichkhaaic rcg^iiait dans les cootrées du Iléretb , et suivait la religion des 
hérétiques , mais sa mère le convertit à l'orthodoxie. 

Dcmétrc ayant succédé k son père, le roi Léon, Théodos, son frère, vint de Grèce; |67 
ils se disputèrent au sujet de leur patrimoine ; puis ils ûrcnt ta paix , mais Dëmétré 
se montra parjure et brûla les yeux de son frère; cependant, après sa mort, Théodos f68 
fut placé sur le trâne. A celte époque te couropalate Davith, roi de Taïk, élevait comme 
son fîls le jeune Itag:arat , fils de Gourgen , qui fut demandé pour être roi d'Aphkbazeth. 



171 



nt 



Rhat , qui était à Clté-Cark et possédait la citadelt<i d'Aténi , ainsi que la rive 
ridionale du Kour , n'obéissant pas à Bag'arat , Gourgen, père de ce dernier, vint auprès 
de lui et voulait marcher contre Ithat , mais on les desservit auprès du couropalate , ea 
disant : <• C'est à ta tète qu'ils en veulent, n Le couropalate crut à ces paroles , et avec 
l'assistance des Arméniens, mit en fuite les troupes des dcus rois. Pour Bagaral, il se 
présenta seul auprès de Davith, et se jetant à ses pieds, jura, <r qu'ils marchaient^ lui >. , 
et son père , contre Rhat ; » le couropalate le crut aussi et le renvoya , réconcilié avec 
lui. Etant retourné dans l'Aplikbazelh , Bagrat profita de l'hiver pour s'avancer contre 172 
Clté-Cark et soum<-ttre Rhat. Celui-ci sortit à la rencontre du roi, accompagné de son 
fils Liparit , qu'il lui remit entre les mains, et alla de sa personne résider dans ses do- 
maines d'Argouctb. 

Dans ce temps-là Phatloun , émir de Gaatzac , étant devenu puissant, et incommo- 173 
dant les princes de Cakheth et de Uérelh , le roî Bagarat envoya prier Gagic , roi d'Ar- 
ménie . de marcher avec lui contre Phatt. Ils s'avancèrent donc tous les deux contre 
Gaotzac, lui imposèrent un tribut et revinrent avec du butin. La royauté prospérait à '71^ 
Bagarat , qui construisit des couvents et des églises durant 36 ans, après quoi il mourut, 
en l'année géorgienne 235 ( — 1015). 



175 



Son fils Giorgi , qui lui succéda, était âgé de ....') Dans la 5e année de son 
règne, l'empereur Basile étant venu, il marcha contre lui, et vint dans le canton de 176 
Basen , mais voyant le nombre des Grecs , il battît en retraite. Basile se mit à ses trous- 
ses et brûla la ville d'Ouklitik; mais Giorgi revint sur ses pas et ils se battirent. Il tomba 
beaucoup de monde des deux côtés, au lieu dit Chiriuik ; Rhat, fils de Liparit, et 
Kboursi furent tués, mais le roi Giorgi déploya tant de bravoure, qu'il força Basile à 177 
tourner le dos. Fiers de ce léger succès , les Géorgiens se mirent à le poursuivre et à 
faire main basse sur les troupes grecques ; deux et trois fois ils rallumèrent le feu de la 
guerre, ce qui causa leur perte et leur ruine, et la dévastation de leur pays. En effet, 

') La phraae est incomplète. .j-' '.'n ,j it* n ,.illil.iu imi t» -ni- ^ - . (tu. ■ tmi 




51 Ad DITIONS KT ^ClA||IQI^«9NEriT8« 

le pieux empereur Basile ayaot fati placer )a croix devant lui; «Si tu me blases «battre, 
disait * il, ô toi la aource de ma rédemption et le signe de ma victoire, je ne t'adorenri 

1 78 jamais, »> Aussi Gorgi fut défait et se trouva teltement inquiété de toutes parts , qaH 
doQM ea otage son fils Bagarat, âgé de 3 ans, et promit de rester soumis h lemperenr ; 
celni-d s*en^lla k Trébisonde, où il manda le grand catholicos d'Arménie, Pétros, pour 
la fôtie de r£pipbanie« Là, comme il bénissait Teau en présence de Basile, ce prince, 
témcÂn d'un grand miracle qui s opéra dafis l'eau , rendit hommage à la foi des Armé« 

179 nlens et s en-^alU h G. P. ^) Trois ans après, il renvoya le jeune Bagrat à son* père, Gioi^ 
mourut deux aqs après l'arrivée de son fils , laissant deux enfants , Bagarat et Démétré , 
et deux 01les, 



180 Bagrat étant devenu roi, sa mère Mariam se rendit à Constantinople, d'où elle rap« 

, porta on écrit contenant un traité de paix , et le titre de couropalate pour son fils. Elle 

lui amenai également une épouse , de la famille des empereurs grecs , nommée Hélène , 

I8| avec laquelle Bagrat reçut la couronne nuptiale. H eut une autre épouse, Boréna , fille 
du roi d'Oseth. Démétré , son frère de père , mais non dé mère , à l'instigation de qneU 
ques seigneurs , ayant voulu devenir roi , mais n'ayant pu réussir , partit et s'en - alla 
à Gonstantinople , où il porta la donation du territoire d*Anacophia, resté jusqu'à ce jour 
entré les mains des Grecs. Bagrat fut dobc en pleine possession de ses domaines, Liparil 

182 et Ivané, ses généraux, se montrèrent serviteurs du roi. Ils enlevèrent par surprise Tiflls 
' à Témir Djaphar , que, par suite d'un scrupule , ils renvoyèrent ensuite. Cet émir ayant 

manqué h la subordioation envers le roi des Apbkhaz ,' Bagrat vint assiéger Tifiis ; avec 
lui étaient Gagic , roi de Gakheth, fils du roi d* Arménie. La famine se fit tellement seO'» 

183 tir que la livre de cbair d'âne se Vendait 500 dram. Tiflis fut prise et Dcbabar y fut 
laissé comme émir» jusqu'à sa mort. Pour tors , le roi entra daqs la ville , et s'empara de 
la citadelle. Il environna aussi d'une muraille Akhal - Kagbak. Comme sa mère Mariam 
était fille du roi arménien Sénékérim , les habitants d'Ani donnèrent leur ville à cette 
princesse. 

18^ Cependant Liparit - le - Grand , d'accord avec d'autres nobles, fit venir Demétrè d^ 

Grèce, pour le faire roi, ce en quoi il ne réussit pas, et les troupes grecques qui étaieni 
avec le prince s'en retournèrent chez elles. Basile se soumit au roi Bagrat , et lui oédâ 
neuf forteriesses. 

18Ç Devenu très puissant, Bagrat conféra la royauté à son fils Gorgi et se rendit à Çopt 

stantinople , auprès de l'empereur Monomaque , qui le traita magnifiquement » et le laissa 
retourner, trois ans après, daps son pays, par égard pour les prières de sa soeur Gow 

187 randoukht. Tous se^ g^rands vinrent à sa rencontre et témoignèrent la plus grande Joie, 



^) Tout ce qui concerne Pétrps est une addiljon du traducteur. 



. t I ■ , , .••(.!. 



CrEO NIQUE' AEMl£l«IBflfl8. 85 

Cependant le couropalate (sic) Liparit possédait en pleine propriété le pays d'en -^ haut. Le 
roi était mécontent qu'il eôt élevé son fils et Teut placé sur le trône* En conséquence le 
prince Soula lui tendit une embuscade et s*empara de lui , ainsi que de son (ils lYMié . 
et les conduisit auprès de Bagrat, qui , en 8ig:ne de sa haute satisfaction, lui donna- Tsi* 
khesdjour, OJzrkbé et de nombreux présents. En tourmentant Liparit, on lui arracba ses 
forteresses ; on le revêtit du froc monastique, et on Tenvoya à l'empereur ; il mourut là , 
peu de temps après» Ses serviteurs prirent ses restes mortels et remportèrent à Catzkhé, 
0Ù il fut mis dans la sépulture de ses pères. Ivané, son fils, fut reconnu maître de l'Ar* 
g;ouetli , seulement. 

Dans ce temps -là un homme devint puissant dans le Turkestan/et prit le titre de 188 
sultan ; il s'appelait Doughiou -> Bak. Ayant abattu les Sarrazins , il fut le maître de plu«- 
sieurs peuples et contrées ; son fils et successeur , Arph - Asian , se mit en campagne et 
s*empara de toute la maison de Karthl , qu'il massacra ou réduisit en esclavage ; il mar^- 
cha ensuite contre A ni, la métropole des Arméniens, la prit et la remplit du sang de 
ses victimes. Il menaçait encore le pays de Géorgie , si le roi Bagarat ne lui donnait la > - 
fille du roi arménien Ciouricé. Bagarat donc conjura Ciouricé de livrer sa fille, ce à quoi 
il ne se résolut que lorsque Varaz - Bacoor et Gamrécel , généraux géorgiens , lui eurent 
tendu un piège et se furent saisis de lui dans la forêt de Kvich. Informé de ce succès, '. 
Bagrat se rendit près de Ciouricé , lui enleva la jeune princesse , et Cbamchoudé , après 
quoi il le renvoya. 

Cependant^ trois ans après ^ le sultan marcha de nouveau contre la Géorgie, et 189 
remplit de sang la contrée. Ayant pris Tiflis , il le donna à Pbatloun , émir de Gantzae ; 
Askharkhathan , fils de Gagic et roi de Cakheth , était venu auprès de lui , et l'accom- 
pagna partout jusqu'à ison départ. 

Après cela le roi Bagrat voulut marcher contre Tiflis; Phatloon, qui en Ibt informé, 190 
se mit en campagne. Ivaué , fils de Liparit , fut envoyé à sa rencontre , avec toutes les 
troupes de la Géorgie , et Tarmée de Pbatloun fut défaite si complètement qu'il s'enfuit 
en toute bâte, lui treizième, par la route de Tsilcan. En rôdant sur les rives de TAr- 19 1 
gag (Arag^i) , il disait à ceux qu*il rencontrait : « Je suis un porteur de nouvelles de la 
part de Phatlon. Les troupes aphkhazes ont été battues. » Mais un homme qui le recon- 
nut lui dit: «Tu es l'émir des émirs Pbatloun en personne;» puis, criant à haute voix, 
appela à lui les gens du pays. Les cris se répétèrent de l'un à Tautre, et Phatlon fut 
pris par les habitants et conduit à Bagrat. Le roi lui enleva Tiflis , Gag , Kozin , toutes 
localités que les Persans avaient prises aux Arméniens et aux Géoi^iens , tira de lui SkS 
dahécans , et se fit donner son fils en otage , puis il le renvoya. 

Après cela Bagrat mourut, laissant une bonne renommée. i93 



Il eut pour successeur sur le trône son fils Géoi^i couropalate, déjà régnant avec 198 



56 Additions ET écLAisGifSBMEiVTS. 

lai , sa vie doraot. Ivané , fils de Liparit , s*étant révolté contre lai , et ayant attiré 4 
son parti la garnisoa du petit fort de Gag, le vendit Et encore dans ce temps -li viat 
le saltan Mélik-Chah» maître de Gantzac; il prit Chamchoudé et dévasta la maison et 
Karthl , après quoi il retourna dans sa ville , ou ayant laissé Témir Srabang , il rentra 
dans son pays. Après quelque temps Sraliang marcha contre Gorg (Giorgi) , fut batta at 
s*enfuit à Gantzac. 

199 Pour Géorgi, il reprit toutes les citadelles occupées par les Qrecs; Aiiacopbi, 4 
rentrée de rApbkbazie , et toutes les places du Clardjetb , du Cbavcbetb , du DchavAv 
kbetb et d'Artahan ; il enleva également aux Turks Gars et le canton de Vauand, A 
cette nouvelle Méllk - Cbab - Soultan se mit en campagne , prit Cbamcboïdé , conquit b 
Géorgie , et fit prisonnier le prince Ivané ; puis il partit. 

Dans ces jours-là y pendant que Giorgi était dans son camp , Grigor , fils de Bacottp 
ran, seigneur d'Oukhthik, de Gars et de Garnou-Kagbak» vint auprès de lui et lui 
la direction de ses affaires. 

200 Dans ces jours - là les Turks firent une incursion en Géorgie , où ils versèrent 
flots de sang et firent quantité de prisonniers : puis ils partirent. Leur cbef se nomaiH 
Boujgfaoub. Ainsi s'accomplissait la parole dlsaï, qui maudit la nation coupable et pleina 

201 de pécbés; en effet, des pieds à la tète, il n*y avait en nous aucun endroit sain. Acct^ 
blé de ces maux et voyant que d'aucuq côté il n avait de moyen de salut, le roi Géoffii 

202 niit son âme dans sa main et se rendit auprès du sultan Mélik-Gbab ; il trouva grâce ita^ 
vaut lui et revint avec des présents et des assurances de paix; mais ^ tranquillité et 

203 son repos étaient au prix de sa soumission et d un tribut» Mais comme nos pécbés étaiwi 
sur nous et multipliés , il ne nous fut pas donné de nous réjouir , le jour de la fête de 
Pâques ; de la résurrection de J.-G. Le Seigneur donc^ ayant regardé la terre avec conpr 
roux y la fit trembler dans ses fondements ; les oioqtagnes formées de rocbers se répaiH 
dirent comme de la poussière ; villes , villages et églises furent abîmés ; en sorte que 
notre fête se cbangea en afiQiction , suivant ce qui est écrit. Gependant le courroux d« 
Seigneur n*alla point jusqu'à la dernière limite , et son ressentiment ne fut pas éteraelt 
Touché de compassion , comme un père pour ses enfants , il nous donna un fils , afi^ 
que nous ne devinssions pas comme Sodome et Gomorrbe ; il suscita pour nous la cofii0 
du salut y de la maison de David , dans la personne de Davitb , fils de Géoi^i , de la ft» 
mille même de David , le père de Dieu , de la race bagratide, Son père Géorgi lavifl 
couronné dans sa vieillesse , ou , pour dire la vérité , le Père céleste lui avait dit : « J'ai 
trouvé David, mon serviteur, et lui ai donné, en Dieu, l'onction de fbuile sainte; ma 
main le recevra, mon bras et d'autres lui donneront de la force. Ainsi Taurore se leva 
pour uous^ le vent de la vie souffla pour nous^ et celui qui nous soufflait la fatîgae a^é- 
loigna de notre face. 



CHBONIQUEABNéNIElfNE. 57 

David avait dix ans, il était plein de l'habileté que donne Tintelligence. En effet, 
ayant surpris en révolte Ivané , fils de Liparit, après son retour d« captivité, il s*empara 20^1 
de lui et le retint en prison, aGn de le corriger, puis il le tira de ses fers et lui resti* 
tua ses honneurs. Quand celui «ci revint, comme le chien, à son vomissement, il le 
dépouilla une seconde fois et l'envoya en Grèce. Dans la quatrième année du règne de 
David , Mélik - Chah - Soultan mourut , et les Francs marchèrent contre Jérusalem , qu'ils 
prirent, ainsi que tout le littoral. David devint puissant et la maison de Karthl prospéra 
jusqu'au point de ne plus payer de tribut aux Turks. 205 

€iouricé , roi de Cakheth , étant mort , la couronne passa à Arskharthan , fils de 
son frère. David , portant sur les églises un regard intelligent , vit qu*il n*y avait pas 
de flambeau, que les chefs étaient aveugles, sordidement cupides, semblables à des vo- 
leurs, qui entrent par le mur et par le toit, et non à des pasteurs qui passent par la 
porte ; que les évoques de ce temps étaient du même genre , qu'ils ordonnaient à prix 
d'argent des prêtres pareils à eux, qu'ils installaient des korévêques sans âme, intéressés, 
et plantaient l'iniquité dans la maison de Dieu ; or l'oeil suprême était indigné de ce 
spectacle , car les péchés ne sont pas de même nature dans l'église et dans le monde , 
chez le berger et chez la brebis , chez les docteurs et dans le peuple. En effet le servi- 
teur qui , connaissant les volontés de -son maître , se rend coupable , boira double ration 
de coups. En conséquence David rassembla près de lui le catholicos , les évêques et les 
prêtres déréglés, et ordonna de faire un choix entre les bons et les mauvais, d'expulser 
les indignes, de regarder les canons ecclésiastiques, pour en faire la règle de ladminis- 
tration dans les différentes classes du clergé, et de faire sentir l'autorité aux négligents. 206 
Ces ordres ayant été exécutés, suivant la volonté des saintes Ecritures, les sièges furent 
donnés aux bons prêtres, et les mauvais écartés, comme on rejette du filet ce qui est 
gâté ou immangeable. 

Après avoir fait cela , comme le grand Constantin , tirant de Dieu sa force , il bat- 
tit avec peu de troupes des armées de Turks considérables , et fit cesser leurs allées et 
venues dans le pays des chrétiens , car le Seigneur lui avait donné la promesse des jus- 
tes : un homme en chassait mille , et deux une myriade. 

En effet, au lieu de piller comme Eléazar, il allait en as^ant et se fortifiait dans le 
sang ennemi^); il revenait sain et sauf, le sein baigné de sang, et ne se soulageait 
qu'en se débarrassant de l'étreinte de sa ceinture. 

Il construisait aussi des monastères et des églises; tels les deux temples, sous le nom 207 
de la Mère de Dieu, qu'il bâtit dans des endroits charmants. 11 allait même, de sa per- 
sonne , examiner l'état du service divin dans les couvents , les nécessités des hôtelleries , 
et suppléait i ce qui manquait. 11 éleva encore en différents lieux des maisons de refuge 208 
pour le repos des voyageurs. 

') La phrase arménienne n'est pas claire el parait incomplète*, np iupirft p^uitUruÈg JSumfJr^iAif.^ 
tuJpmêLuMjp ; rien , dans le texte géorgien , ne correspond à cela. 

ÀddiL et écl. 8 



S8 Additions et ^clairgissbiients. 

209 Dans ce temps* là les Turks ôtant venus, ao nombre de 10,000, dans le TJbrhegh 
(Thrialeth)^ David, ^ui était à INadjarmag , nVn fut pas plutôt 'ioformé , qu'il marcha 
de leur côté durant toute la nuit, avec peu de monde, et les attaquant au point da 
jour , les battit jusqa au soir , gràca à l'assistance divine. Le peu qui resta profita de la 
nuit pour s^cnfuir* Et encore,* les Turks étaient descendus dans le pays de Taïk et y avaient 
établi leurs campements; David y alla, les défit et s empara de leurs biens, en sorte que 

210 bi terre de Karthl regorgea de richesses. 11 envoya encore^ son fils Démétré du côté du 
Cbirwau , d'où il revint avec allégresse. 

Pendant que le grand David célébrait la fête de Pâques à Nakhé -Dran ^) , on lui 
apporta la nouvelle que , dans le DJawakheth , les Turks avaient tué Bechcea et étaient 
descendus sur les rives de TErasUi ; il marcha contre eux , les taiila en pièces et fît 
prisonniers tout ce qu'il y avait dans leur camp. 

David avait lié des rapports amicaux avec les souverains de Grèce et de ChirwaBy 
en leur accordant ses filles, et par -là s'était fait deux auxiliaires. 

211 Sa femme Gorandoukbt était fille d*Atbraca, cbef des Cvtcbakh , ou des Huos» il 
avait aussi obtenu du roi d*Oscth soumission et secours , et cimente la paix entre les 

211 Grecs et les Osses, en se faisant livrer des otages par ceux-ci. Il prit aussi la citadelle 
de Darial et tontes les Portes conduisant de TOseth dans le Caucase, qu*il ferma avec 
des serrures , et par*là anéantit la puissance des Turks. 11 s empara également de la ville 
forte de Lori , en Arménie. Lors de la mort de Mélik , fils de Mélik-Chah , Alexis , em«- 

212 pereur de Grèce, mourut aussi, de même que Giorgi Djgboundidel, son confident depuis 
l'enfance. Le roi avec tout le royaume le pleura durant 20 jours , et le fit enterrer 4an$ 
son nouveau couvent. 

Cependant il conserva près de lui , en Géorgie , les Cvtchagh , formant kOfiOQ £h 
milles , avec leurs enfants ; en outre , 500 jeunes gens chrétiens , qu'il élevait dans soo 
palais , et d'autres encore étaient baptisés coup sur coup et s'instruisaient dans la foi de 
N.-S. 11 avait ^•0,000 soldats tout armés, auxquels il donna des généraux , et avec eax il 
triomphait des Persans et des Turks. 

On a dit de lui, qu'il était impétueux et rapide dans sa course comme le léopard, 
symbole d'Alexandre, vu par Daniel; mais notre Alexandre n*étaft pas inférieur à l'autre, 
et quoique postérieur par le temps , il Tégala en prospérités. En effet il battit les Turks 

213 dans leurs quartiers d'hiver de Thoughark, et fit un butin considérable: c'était le 13 de 
février..- La même année, dorant les semaines du carême , il prit Capakaghak, et fit re- 
gorger la Géorgie d'or et d*argent. Le 5 mai , il fit une expédition à Laïjk , jusqu'à 
Kourdavan et à Khchtalan , et en revint dans le Karthl avec d*immenses richesses. 

La même année , H alla dans TAchornik , où il battit une armée turque , jusqu'à m 
pas laisser dans leur tentes un seul homme pour pleurer. Durant l'hiver il alla ea Aph- 

^] V. la remarque sur ce mot , dans les Annales. 



CnHONIQDB lRI>t^^lENnE. 



59 



I 



khazetb , juscju'à Binrfjïth , Pt y mît ordre aux aïfaîrfis. Lpb Tiirkomans se dirigeaient on 
été vers les montagnes de l'Arménte , et descendaient en hiver dans tes plaines au bord 
du Cour , non toutefois sans de grands préparatifs , à cause de la crainte que leur in- 
spirait David; mais cette année, l'éloignement du roi leur ayant inspiré plus de confiance, 
et princ* revint sur ses pas , fit oovrir sur sa route les monts Lîkh et pénétra dans le 
Karthl. Là , au mois de mars , il trouva ses gens sous les armes et marcha vers Khou- 
ù»n. Sans avoir bissé échapper an seul homme de la multitude des Turks , il passa h 
Barda, où avant trouvé les enncmfs dans les villages ({ui leur servaient de refuges, il les 
passa au fil de l'épèe, et revint triomphant. 

Dans ce tfmps-ià quelques marchands de race turque, de Dmanik et de Tidis , qui ^fi 
avaient été pillés, et d'autres débris des armées battues par David, endossèrent des ha- 
bits noirs, et quelqurs-uns se noircirent le visage, d'autres, les maius et les pieds, et 
se rendirent auprès du sultan, en pruférant des plaintes sur leur sort et contre le roi. 
Le sultan donc manda le roi des Arabes, le fîls d'Altoukb et tous les émirs de la Mi 
sopotamie , et les envoya contre le roi de Géorgie. Le 12 du mois d'août ils arrivèrent 
dans le Threghk, à Manglis et à Didgork. Cependant le roi, invoquant le secours du ciel, 
marcha hardiment contre eux. Dès l'abord, il renversa t'avant - garde, la mit en déroute, 
la poursuivit lépee dans les reins et couvrit montagnes et plaines de leurs cadavres, pour 215 
être la proie di's hétcs et des oiseaux. Tout regorgeait de chevaux, de chameaux, de 
Diulrts et des richesses des Arabes; les principaux émirs étaient laits captifs. Quelle lan- 
gue pourra décrire la merveille opérée en ce jour par te Christ vivifiant ! Que nous font 
Homère , Aristot« , racontant les combats habituels et les exploits d'Achille , ou Joseph , 
retraçant les hauts faits de Machabée , ceux d'Alexandre, ceux de Titus à Jérusalem? 

En effut, durant kOO ans et jusqu'à David, les rois des Géorgiens ue purent s'assurer 
de Tiltis. Dans ces jours-là le sultan marcha vers le Chiman, prit Cliamakhi, se saisit du 
cbirvaochah , et envoya un exprès dire à David : « Salut , roi des forêts profondes , qui 
00 peux sortir de tes t^nnières ; si tu le veux , sors de ton embuscade et viens me voir 
ici, siaon, envoie-moi le tiibut qui m'est dû, et je viendrai moi-même.» Ayant entendu 
Gela, le roi donne ses ordres 'a ses cavaliers, rassemble tout ce qu'il a de forces et 
marche contre le sultan. Celui-ci, a cette nouvelle, est frappé de terreur, et va se ca- 2l(i 
cher dans Chamakhi. Là il se fortifie par des Fossés et envoie dire au roi: «Je ne de- 
mande plus ni impAt ni combat , mais seulement la facilité de me retirer. * 

Dans ce temps - là ARkhitndoul , atahek de Rfaan , qtii se rendait auprès <tu sultan, 
avec 3001» hommes, fut battu par les soldats de David, et lui-même s'enfuit en désordre 
auprès du sultan , qui , vaincu par la frayeur , profita de la nuit pour aller se cacher 
dans son pavs. Quant nu roi , il rentra dans ses états. Un mois après il rentra dans le 
Cbirwao , prit la forteresse et résidence royale de Goulistan , et ne revint en Géorgie 
qu'après avoir frappé la contrée d'un impôt. M prît encore les forts arméniens de Dma- "dtl 
oik , de Gag , do Térounacan , de Kavazin , de Norberd , de Manasagom , de KJialindj- 



-i 



A 



iA 



60 Additions et écLàiRCissENENTS. 

kar ; de là , passant dans la contrée d'en - haut , dans le Basen et à Sper , occupés par 
les Turksy il massacra et extermina ses ennemis et revint eu Géorgie, au mois d*aoât| 
après de si beaux triomphes. 

Là il lui parvint une lettre des principaux d'Ani , ainsi conçue : « Viens , nous 

remettrons la ville entre tes mains. » Il partit avec 60^000 cavaliers, 8*empara d*Ani trois 

jours après et revint dans le Cbirvan, où il prit Ghamakbi et toute la contrée. Il y laissa 

des soldats de Her et de Cakb , et Siméon , l'un de ses Gdèles serviteurs , pour adminis- 

" trer les affaires, puis il rentra dans le Karthl. 

219 Que dirons-nous de ses vertus? Il repeupla toutes les contrées de Torient; il avait 
et Tintelligence > et la sagesse, et la bravoure; il lisait toutes les saintes Ecritures, ses 
yeux y étaient toujours occupés , ses oreilles attentives , du matin au soir ; ni le sommeil 
de la nuit ne Tencbaînait , ni les soucis temporels de la journée , ni la sensualité pen- 
dant le diner et le repas du soir. 

220 II était charitable et compatissant envers les chrétiens. En effet, pendant que Tiflis 
se trouvait sous la domination turque , chaque jour cette ville était rougie du sang des 
chrétiens qui y habitaient, et des marchands venus du dehors: aussi n'eut -il point de 
repos qu'il nedt fait cesser le scandale des chrétiens , rachetés par le Christ , rendu tri«- 
butaire le sultan , dévastateur du pays , plongé dans les ténèbres la race dlsmael , ces 
hommes bestiaux. Ce fut ainsi qu'il triompha des conquérants du pays. 

222 C'était encore un homme de jeûnes sévères et de longues oraisons; il faisait des 
présents aux églises jusqu'en Grèce et en Cilicie , en Chypre , dans la sainte Jérusalem ; 

223 dQ mont Sina , il construisit un monastère , auquel il envoyait annuellement de riches 
trésors , par mille et dix*mille pièces ; mais qui peut faire le compte et des livres et des 
objets servant aux saints mystères? 

225 Voulant réunir les Arméniens et les Géorgiens, il manda Jean> catholicos de Karthl^ 
Arsène le Karthle, traducteur de livres géorgiens et grecs, les évoques et vartabieds 
arméniens , et les réunit en concile. Après avoir discuté du matin au soir , comme ils 
ne purent s entendre : <c Nous sommes , leur dit le roi , des gens sans instruction » inca-^* 
pables de comprendre les profondes questions , mises par vous en avant. Vous |fouvez 

226 sortir, d Pour lui , après avoir arrêté les deux parties par des paroles simples et claires , 
il congédia le concile. ^ 

Cependant il aimait la nation et les églises arméniennes. Il confessait ses fautes à un 
certain orateur, le vartabied Sarcavak, de Hagbbat, et courbait devant lui sa tête vé- 
nérable , pour recevoir sa bénédiction. Il s'asseoyait avec lui , il se pendait à son cou , 
pendant que celui-ci disait : a Je suis affaibli et sens la vieillesse ; retire-toi de moi , afin 
de ne pas te fatiguer.» Mais le roi: Puisse -je, disait -il, sentir continuellement cette 
odeur de vieillesse ; » et il lui faisait des présents. Sarcavak , en imposant les mains sar 
la tête du prince , disait : « J'ai trouvé David , mon serviteur , et l'ai oint de mon huile 
sainte, jusqu'à la lOe génération;» et le roi était dans le ravissement II savait apprécier 



' Chronique ARMENIENNE. 61 

les élégaDtés traductions des Arméniens; nous-mêmes nous avons vu s'accomplir la parole 
de Salomou, .à soit égard, car plusieurs des mots de ce monarque se rapportent à lui. ^) 

En plus d'une circonstance critique , Dieu le sauva d*une manière inconcevable à 
rhomme : chassant la béte fauve , il tomba un jour de cheval et fut trois jours couché , 
sans mouvement et comme mort , puis il revint à la vie, par la force de sa pensée. Une 
autre fois, combattant contre une citadelle, il reçut une flèche, décochée du rempart, 
qui porta sur l'image de l'archange Gabriel , suspendue à son cou , et fut de là sorte 
flttuvé par Tintercession de Tange. 

Avec cette provision de vertus , at approchant de la vie céleste , il sentit sa vie 230 
terrestre atteinte par la maladie; étant âgé de 53 ans, le 23 janvier, ayant fait asseoir 
sur le trône . . . *) 



^) Tout ce § manque dans les Annales géorgiennes , et semble avoir été emprunté i Ciracos ; v. le 
M-it du Mus. as. p. 49 , 50. Là le docteur arménien est nommé Hovhannès Sarcavag : il mourut en 578 
de rère arm. 1129 de J. - C. Il avait écrit un traité du Calendrier , pour concilier celui des Arméniens 
avec ceux des autres nations. D'après le même auteur , p. 98 , Giorgi , père de la reine Thamar avait 
aussi beaucoup de considération pour le vartabied Khatchatour, supérieur du couvent de Haghartzin, et 
lui donna les deux villages d*Abazatzor et de Tantzout. 

*) C*est ainsi que se termine l'intéressant abrégé arménien des Annales géorgiennes. Le dernier mot, 
resté inachevé , est tumm^g {^'"L)* ^^ "^ ^^^^ ^^' ^^^^ ^^ conclure, ou que la traduction était incom- 
plète , ou que le copiste s'est arrêté au miheu de l'ouvrage. Toujours est-il que dans le manuscrit où se 
trouve l'Histoire de Géorgie , et qui renferme 16 ouvrages différents, on lit, après le troisième, un mé- 
mento de copiste» de l'an 1118—1669 de J.-C; après le neuvième (l'Histoire de Géorgie est le septième), 
on autre mémento, de l'an 1123—1674 de J.-C, qui précède d'une année la naissance du roi Wakhtang 
yi ; enfin , après le 13e, un autre mémento, de l'an 1170 — 1721 de J.-C. Il reste à savoir si l'Histoire 
de Géorgie est l'original ou une simple copie. Dans le premier cas , ce travail ne serait pas plus ancien 
que l'an 167i de J.-C. ; dans l'autre , la question d'antiquité serait indécise. 

Ces observations , d'une vérité toute matérielle , suffiraient pour répondre à certaines réflexions im- 
primées dans le Journal asiatique de Paris, avril 1838, p. 395 — 399. Le respectable auteur des réfle- 
xions auxquelles je fais allusion y soutient que l'on a trouvé récemment , en Arménie, une Histoire de 
Géorgie « écrite , dit - il , depuis sept siècles. « Or 1^ en 1838 , il s'était écoulé plus de huit siècles de- 
puis la mort du roi David ; 2fi la lecture de la Biographie de ce monarque prouve évidemment qu'elle a 
été rédigée par un contemporain , témoin oculaire ; 3^ ce que nous savons certainement c'est que l'His- 
toire découverte récemment a été écrite , si non composée , entre 1669 et 1674 ; et ceci est bien irré- 
cusable; car 4^ l'auteur même des réflexions m'a fait l'honneur de me dire, lors de mon passage à 
Venise , en juillet 1845 , que la copie de l'Histoire de Géorgie , existant au couvent de S. Lazar , a été 
faite sur le même manuscrit , appartenant & Monseigneur Carabiet , supérieur général des Arméniens de 
Tiflis , qui a servi d'original pour la mienne. 

Très probables, il y a sept ans, quand j'écrivais ceci, mes remarques ont acquis depuis la valeur d'une 
démonstration'; car j'ai trouvé à Edchmiadzin , en février 1848, l'original de la copie sur laquelle a été 



69. Additions et icLAiECissEifEiVTS. 



ADDITION I. 

Des U^avaux dont l'histoire de la Géorgie a été l'objet 



Les origines de la nation géorgienne , et par ce mot j'entends Texposé généalogiqae 
de la descendance de Karthlos et de ses fils, et tous les détails fournis par les Anna- 
les que je traduis , depuis la p. I , jusqu'à la fin du règne de Pharnawaz , ces origineSt 
dis - je y sont déjà connues par une traduction libre , insérée dans l'édition aUemande da 
Voyage de Klaproth au Caucase et en Géorgie, t. II, p. 6k — 100, et par deux extraits 
français qu'en a donnes M. S.-Martin, Mém. sur TArm. t. Il, p. 182r-192, 195 — 200. 
En outre Klaproth a publié une traduction française, dans le t. XII du nouv. Journ* Asia- 
tique , p. 52! — 5kl; t. XIII, p. 21 — 32, et le mfime ouvrage continue ensuite Tabr^ 
d'histoire de la Géorgie composé par le savant prussien , d'après diverses sources : cette 
continuation est la traduction modifiée des notices, publiées dans Touvrage allemand 
mentionné ci -dessus. 

Comme le fait n'a pas une grande importance littéraire, je ne répéterai pas ici ce 
que j'ai dit ailleurs (Bullet. scientif. t. IX , p. 261 , n. 8) sur les moyens employés par 
Klaproth pour se procurer le commencement de la traduction de la grande Chronique 
géorgienne : je suis convaincu qu'il l'a simplement traduit du manuscrit russe du Musée 
asiatique de l'Académie , et que le reste de son travail historique est une compilation 
faite par lui. Il faut lui savoir beaucoup de gré d'avoir le premier mis en lumière ces 
matériaux qui , tout imparfaits qu'ils sont, ont éveillé la juste curiosité du monde savant, 
Qnant k la lacune qn'il a signalée , p. 85 de sa traduction allemande , et que signale 
aussi le manuscrit russe de notre Musée , ainsi que je l'ai dit dans le Bulletin , loc. cit. ^ 
les divers manuscrits que j'ai vus de la grande Chronique offrent (v. p. 7 de ma tradoo^ 
tion) de grands défauts de rédaction , qui rendent fort difficile Tintclligence du texte , eC 
le discernement de ce qui est ancien d'avec ce qui a pu être ajouté postérieurement, 
pour compléter une lacune évidente. 

11 y aurait aussi pédantisme à relever les inexactitudes de la traduction allemande 
comparée , soit au texte géorgien , soit à la version russe manuscrite , anonyme , et celles 

faite la mienne , exécuté au couvent d*Hohanavank , â Carbi , sous le «npérieur Hamazasp , siégeant li 
entre lec amiée« 1279 et 1311 , et terminé , daos «on état actuel, par le mot inachevé, «îgnalé plus haut. 
Le peu d'années écoulées entre l'an 1125 et la date du manuscrit d'Edchmiadzin ne permettent donc 
guère de croire que l'ouvrage ait pu être continué beaucoup au - delà de la mort de David. Voyez , pour 
les détails , mes Rapports sur un Voyage archéologique .... 3e Rapport , p. 62. 

Le lecteur peut maintenant juger lequel des deux textes, géorgien ou arménien , est l'original , lequel 
eet extrait de l'autre : le premier forme 330 pages in-fo ; le second en a fourni 61 imprimées. 



ADDITION k®- 63 

des traductimis françaises de S. -* Martin et de Klaproth ^). Je pais affirmer que j'ai tra* 
doit OMD texte avec tont.l€ soio dont j'étais eaf>able, et que toutes les différences qui 
peuvent se trouver entre ma version et les deux précédentes ne sont que la reproduction, 
aussi fidèle que j*ai pu la faire , de l*original géorg^ien ; j'ai surtout respecté les formes 
données aux noms propres d*bommes et de lieux, sans substituer aucun équivalent d après 
des livres européens. Je me suis d'ailleurs beaucoup aidé des notes de mes deux prédé- 
cesseurs, bien plus versés que moi dans l'histoire générale de l'Asie, et je ne puis qu'en 
être eicessivement reconnaissant. Mais comme , dans sa traduction française , le savant 
prussien a ajouté beaucoup de notes, tant géographiques qu'historiques^ qui ne peuvent 
BMuiqufr d'avoir beaucoup d'autorité , je vais ici réunir quelques observations auxquelles 
elles doivent donner lieu. 

Bemarques sur l'article inséré au Nouv. Journ. asiatique , t. XII : 

■ 

P. 522. M. Klaproth fixe le règne de Nëbroth à l'an 26(h2 av. J.-C., qui ne coïn- 
cide pourtant ni avec Fère de la Vulgate ni avec celle des Grecs. Nébroth , en effet , 
ayant paru en 1758 du monde, suivant le texte latin de la Bible, on obtient par Taddi- 
tion des deux nombres 4*^00 pour date de la naissance de J.-€. 

Je dois dire ici que , sur les marges des manuscrits de THistoire de la Géorgie on 
trouve des notes , qui paraissent anciennes , mais dont Fauteur est inconnu , et qui sup- 
posent que ces annales ont été Tobjet d*un travail critique quelconque, de la part des 
Géoi^iens. Ici donc le M-it de la traduction russe assigne au règne de Nébroth la date 
dé 1798 après Adam , en chiffres ; un M-it géorgien appartenant à la reine Nina , donne 
en lettres 1795. On se rappellera ici que la lettre numérale ^ 5 se confond souvent avec 
lé 6^ 8 : de là la différence signalée ici. Or 1798 ne s'accordaut ni aTec Tère mondaine 
htine ni avo/; celle de C. P. , je crois qu'il faut s*en tenir à la date 1758 donnée par 
1/Vakhoucht a l'époque du règne de Nébroth, qui est Tan 22^2 avant J. -C. suivant la 
Vulgate. 

P. 52^ , n. 2 « Dans le moyen âge , dit Klaproth , le K'Iardjéthi reçut le nom ^de 
Saathabago, parce qull était le domaine de Tatabeg ou instituteur du prince royal de 
cette contrée : » c'est une erreur. Sous le règne de Thamar , il y eut un atabek , on 
commandant militaire du Samtzbké , comprenant , à ce que je crois , tous les territoires 
du pachalik d'Aklial - Tzikhé *). Sous les rognes suivants et durant tout le XlIIe siècle , 
c'est-à-dire , au temps des Mongols , les maîtres de ce pays avaient le titre de Tzikhis- 
Djouarel, Djaqel, Akbaitzikhel , i. e. chef de Tzikhis-Djouar, de Djaq, d'Akhal-Tzikhé, 

^) J'ai indiqué quelques-unes de ces erreurs dans le Bulletin histor.-pUIolog. 1. 1 , p. 147 ,n. 3. H y 
sn a bien d'autres. 

*) y. ffist. de la Gé: p. (.96 , 474. C'était loanè Akbaitzikhel ; Iwané Mkhargnhel ftat déeoré du 
«lire, vprs l'an 1212. 



6k Additionset éclaircissements. 

du nom de leur résidence. Enfin , sous Gioi^i - le - Brillant , un certain Sargîs , le Ile do 
nom dans sa famille , et le troisième des chefs indépendants de ce pays , recul du mo- 
narque géorgien le titre d'atabek , qu*il transmit à sa postérité. Sargis gouverna de 
1308 à 133^. On verra tous ces faits dans Thistoire des rois que je viens de nommer. 

Ibid. n. 3. Le mont Likh séparait Tlméreth du Karthli et non de la MingréUe^ 
comme on peut le voir sur les cartes de la Géographie de la Géorgie par Wakhoucht, 
et dans le texte. 

P. 529, n. I. «La ville d'Armaz s'étendait jusqu'à Nakoulbakévi et au-delà de 
Gloukhi. » Cette indication a été puisée par Klaproth dans une Topographie de la Géor-: 
gie, qn1l ignorait être la Description même composée par Wakhoucht ; il Ta donc répé- 
tée, daprès une mauvaise traduction^ publiée précédemment par lui dans le Nouv. Jouni. 
Asiat. t. II, p. 21^. Or il n'y a point aux environs du mont Armaz de lieu nommé 
Gloukhi; Wakhoucht, dans le passage de sa Géographie de la Géorgie dont il est Ici 
question (v. Géogr. de la Gé. p. 195). On ne voit rien là qui rappelle le moins du monde 
un pareil nom. Mais comme Gloukh , en arménien f /[«v^/u , signifie a la tête , le commen- 
cement , » en géorgien ms^o, je crois que Tintorprète , Arménien sans doute , avec qui fut 
faite la traduction des fragments de géographie publiés par Klaproth , aura été induit ^en 
erreur par un passage du genre de celui-ci : « Pharnawaz dressa Tidole d*Armaz à l'enirée 
du Karthli , qui fut plus tard nommée Armaz , comme Tidole. » V. Hist de Géorgie , 
' p. 15. Les deux mots soulignés se rendraient en arménien par ^f» ii^'-t' ^'"cPu^J ^ gloukh 
Karthlaï y d'où la traduction à Gloukhi. 

P. 530, n. 2. MSamchwildé, c*est-à-dire les trois arcs.» J'ai déjà bien des fois ex- 
pliqué que le nom de Samchwildé n'a pas le sens qu'on lui donne ici ; v. Hist du B. E. 
n. éd. t. XVII , p. 480 , et Bullet. scient, t. IX , p. 262. L'inspection de la carte N. Il, 
à la suite de la Géogr. de la Gé. , montre , d'ailleurs , que cette place était dans la val- 
lée de TAIgeth, bien loin de la frontière du Thrialeth. 

P. 531 , n. 1. Rousthaw, anciennement Bostan - Kalak , n'est point sur le Liakhvri , 
mais bien sur la gauche du Kour, dans la plaine de Qaraïa. V. carte N. k de la Géogr. 
de la Gé. , et le texte, p. 181 ; sur la carte N. 2 , on a écrit, par erreur, NousthawL 

Ib. N. 3. La ville de Gatchian ou Sanadiro-Kalak, est située, loin du pays d'Akhal- 
Tzikhé, au confluent de la Machawer et de la Ktzia; Géogr. de la Gé. carte 2, et 
texte, p. 145. 

Ib. N. 4. Le Goukheth est situé entre l'Aragwi et le mont de Gakheth , et non 
entre l'Ior et le Idakhwi; loc, cit. carte 4, et texte, p. 283. 

P. 533, n. 1. Les noms de Zémo-Karthli ou Karthli-Supérieur , et Kwémo-Karthli 
ou Karthli - Inférieur , ne paraissent nulle part dans la Chronique de Géorgie , à l'époque 
des deux premiers partages, faits par Karthlos et par Mtzkhéthos, bien que Wakhoucht 
M attribue positivement l'invention au dernier ; Géogr. de la Gé. , p. 73 , 75. On ne 
troave, pour la première fois, le nom de Zémo-Karthli, dans les Annales, qu'à une épo- 



A D D I T » N * Ir«- ' . ; 6S< 

que bieo postérieure^), el, dans lesJivres de compôsntiôn nloderaèv nl^fi^estelnpleyé que: 
par suite duo usage oral» sans doute, mais sans Tautorité daueoé «émoignagé écrit:^ 
ancien. Le non de Kwémo -^ Karthli est encore phs récent, et inoitis fondé. en autorités, 
frites :.- tous les deux, d^ailleurs, ont changé de râleur . suivant les. lèmpa, lors^e les 
rois de -Géorgie, après le ^ démembrement de leurs proTÎnlces de l'onest ^ ont pourtant 
ipoulu conserver des dénominations faîteil.^ur lin cadre plus vaste. J'indiquerai en temps 
et lieux la valeur ialyînsëque et relative de ces: deux termes géograpbiqueÉ; . 

Quaut au Cfaida^Kallbii' bu Kartbli^Inrlérieur , les Annales en indiquent iaettement les 
liwtes; p. 5> et nous font^ connaître en môme te«ipstque« Icb telriloiree edtre Htzkbétha, 
Amnas et l-Aragm y d'une part, Tasis-Car et le mpnt Likh| ide l'autre.^ s';rp|ielaii9nt aiH 
ciennemeiit Zéda-Sophelni^ les villages ou plutôt les domaines d en-haut, et.uoii Ztmo-^ 
KànfUi , coflinie! riaiprimé' ici M. Kiaproth. iSana nul doute, ce Mfa:Sop iuteiyrite qui 
9âra substitué • fiki t mot technique un nom plus cdnnu et plus usité f pfirueî'qu^l' ue;:€M^ 
naissait pas suffisamment lai :vafeur du nom ancien. 

, Ge qu'on Ht plus bas,' dans la même note dé Klaprotb :' «Djafvakhod reçut le pajfs 
depuis Tenava#di jusqu'à Tai«ratak'vari., » cela , dis -je , n'est qa*Une mauvaise: trtiD(Scriptio|l 
des mots de notre manuscrit rossé çLuq XaBaiocy 0T4a.iii orb Dàp^BaMU Mt^t 4e> kia^uiM 
MiK^japn, il donâà ia Jawakbos^ : depuis Paravandi (Icj ke PhtanaiApart)!^. juaqu^anuftooin 
menetment mftm^-tdi» Mtcvrar** L'écriture, .russe duimantasirit «at si mauvttse:qulil 'était 
Hén facile de s*y tromper. • : • r.. 

P. 534 , fin t dé la note', M. Klaprotb dit que Templacemmti d'Ouphlos ^ T»kbé apé 
partient maintenant et sert de résidence aux princes Tsérétbéli , qiii y résident : cela est 
do toute impossifailiié; , puisque la famille TsérétbéK < est' tdut entière domiciliée en Imé- 
reth, où elle possède. de Vastes propriétés.' • Dubois ,. Voy: aul/^du Cauicase', t. II, p: 391 
efcpassim; lli-, :168.: ;; :, '/ i...-;--! ■ ■ ■■:. .,f: 



.'i' ^ 



nr. XIII , jp. 3i , < flb t. Les renseignements donnés :;Ui« pqr M^KlaproCh^. comme ex- 
traits d'un ouvrage dii prpce-Toyaft Wakhtàng; sontî iune mauvaipe^cômpil{rtioa4<le frag^ 
mentsv) tirés dor.Fkitroduotiba àla Géographie t^ de .la ) Géorgil» , .par Wàkhonchtt "v».ctft 
(Divragey p.'15.,i35tet-passim;^' • -^'/i •.r;.ilu:;.', « . ^ « -.i i .^«i? j ../ ;; // 

Je ne pousserai /.pâk plus lohii^es renarquéé,^jàikrt^I longues ^^^ prouvent qu'on 
lie peut se serwodè fil traduction : pkd>liée par M«i Klaprotb y! et de ses ndtes ; qu'aveoja 
)ilus.:grBnde précaution.: ' \ . .» . ^ ! 

; Il u^est pas ^ veau k !nui ooonaissanct que' ' d'autres augura etaropéeus se soient direcr 
teteent. occupés »5^ l^istoire ancienne positive deî la. 'Géorgie ^ mais, je de puis passer soiis 
eiienoe ks reéhecobeeiqui ^onl : été } faites, soit dan&ees-^N'qiers tempa^ «oit au siècle paa^ 
four ëeialrdr •céttainnli^/>Ce:q9i aie parait: le jdaSiiatéreasanl, epMs- Heasaide tiWisàr 
'tte 1 Ma' Saint <r Martin, il dans les éotes du t. /Il 'de ses iMftmoirés. faisAoliques ei géogtipbi»- 

.>-^ii:A)ir. Hial. de'Ui(Ma|. fiSa4;f«|d|u>XftTelb..' Viti^msi )i«. /k .in- 2 .diVl . -s..ii;is // , t. 

AidiL et écL 9 



9^ ADDITIONSBT^éClilldlSSBIlEflTS. 

qii^s sur rAnaéDie/ Paria» I81B, 4619^ ce soal ki ira^aoi ai cMscietteten 4e M« Vima 
d^ S. - Martin : Reobarchea aor lea |>o|HdaiioDa priattilitea et las plus aDrieimea traditioiia 
du Gaueaaa, Paris IM?; Mémoire li^toriq«e stur^ là géographie ancienae du Caocaee,^ 
iMd. 18^7:; ploaicftirs* diaaertafUona du même, daiaa les Nouvelles 'aniudca dea ▼ojagea^ 
ji^t --- aeplBmbna 18^8 ^ sur leè AlaioSy les Osaea:. . •; décembre 1848^ aur les Huna; 
juillet, «oAt, aépteobbrt 18M, aur les Huna-Bladea ou Hephllialites« A ce prapos, lo 
journal Das AualaMl, ,t9k9 , p. 259 (1€ mars) » dans uu article deatiaé à fouetter la lé« 
gèreté et rigtidravee des Français , et à relcTer le mérite ^ iocoirteaté d'ailleurs^ d*im sa- 
vant de Munioliv 'fiarle de M. Vivien de Saisi «> Martin / comme du «fils du- célèbre ar«* 
«éniite.a ^Qr^^ aulalit ^m l'on sache, M. Saint «Martin L-arméiiiste n'isut d'autre enfant 
^^vnia fitte. > \ 

Je «e aae I permettrai paa de jager à fonda lea travaux si variée et ai riches île Ml 
yMeu 4e îS^tMirtfai^ mais je crç ii que la partie étymologique y joue on trop grand ràkêt, 
et que le savant auteur aurait de la peine à démontrer la limsoto eiiatant , soivailt lui y 
entf^ Iber et Iwer (iméreth); Tikiréniefis , Toubal, Tiflia.^ OupUoa, Tapoura, Tapires, 
Awir, Tabéristan , Syspiritis, Sper et SaphaM ; enfin entre ^ les mots de divers idio«- 
meBi lor, Hor, Ouor, Konr, Kr/iaor, iaro, Sjor^ Var^ Vardan; liaison affirmée par 
hii dana aee BechenAee aiir lea pôp. prim. du Caqc. p. 58 , 8i^> lOX ToiAeibia il y t 
certes lieaucanp ègag^ner par la lecture de eettensemble de Mémoirei conaacria au^ Caneaae. 

On trouve encore de très bonnes indications sur la Colchide dans Vouvragie de MI 
Vater, profeaaetjar de littérature grèc^na è rêùiversilé de Kaaan^ Ber Argonàuteazug , 
Kazaa, 2 P^îea,il8W. ^ 

• Pour lliiatoire moderne de la Géorgie, denz pcltila onvràg^s allémanda ne aent pas 
à dédaigner: Geschlchte der Staatén. van Geoi^îen » pfir G. A. t. Breitenbaueli ; MefeK» 
mingên y 1788, et Séries regum sive principum Iberiae, par H. Brenaer; tai^foiB on, ne 
peut lea conaulier:<qa'av«c f>nécaulioni>i»à'oai»e 4^ la diveisilA das.matériaui dont ils se 
composent, 'qtii «n'ont fias été critiquéa d'apria! les Mue» m^ifalea. Galanus^ danâ: sa 
Omcfliatio aeclariae • .. • Svvol. fal. donne anaai de tiièa bana redaeignementà p^our k 
XVIIe siècle. Dans Touvrage périodique Pyccxii Bi^HnrB/ fiofic J8<(1 , No»; 8 et ti'^ 
on trouve, un; fiégamé' de rhjatoiré. de Géorgie,; sons le titiie J-pytanoaii j^vonicem. 
aiiact poiir les ibit»^' mais; doafc li^ dùroniologfe- nest, paai.aaÉa défectooailéa« Gomme; eet 
ouvrage est donné pour pasihume et induit du géorgien ^ il faut, rreispeoter l'anonyme 'n| 
aa contenter de rendre lM)BHnaga an: aèlè> de l'auteur* JEnfin^.dansie Voyagt» antébr du 
Caucase, par M. (Frédéric DubQia^ioa Irouveta i^ eéaumé dctantdoe ifu'il étaîti peaaiUè 
éê aavair aur là Géot^irépa^ood l'ouVÉage. parât, IftM t«<-,i^ 
^dea aouneeè «ationalea. .H eat»nlgTettail|leMqué k. caaragfux>oya^fèar<<K4 &ocli tl'lénavi^ 
«ÉfatUaot éaréB pÉAaie m^etiv' 41111» aeaiidellx voyagea!((&eiaè dmlah . RUaattd liui^^inf/Jahr 
1836, 7, Stuttgart u. Tubingen, 18V2, 2 vol. 8^; et Wanderungen im Oriente, 18<h3, 
k, Weimar, 1816, 2 vol. 8^, ait imaginé tant «dé/anlipabitiMM graiàilfeaV inttdnfisriblea 



A D D I TJO K IL III. 67 

ist-pbilol. L IVti N. 4 et 5; Litterarisch». 



1847, p. 963^968. 

. '^ Je crois avoir indiqué tout ce qui a été écrit de saiUaut par ks Bi^vaiita européens 
sur rfaisioire de la Géorgie. i, . 









ADDITION II. 

Sur la langue géorgicHn.e. 



Je m'étais proposé de réiiiipriiiii>r ici quelques-uns de mes articles relatifs à |a faa- 
:gi|e géorgienne ; mais n ayant rien de nouveau à y ajouter, je prends ia liberté de re|0^ 
.▼oyer le lecteur à ces mêmes articles: INouveau J. asiat mai 1333.' Analyse. dp Ja Gram.-^ 
maire du patriarche Antoiri 1er; £ë¥rier 1834, Analyse du Dictionnaire de SouIkhan-jSalMi 
.Orbélian; povembre ISSh, Aperçu général de la langue géorgienne , ou je crois avoir 
démontré que cet idiome est tiindo -européen. 

Les priucipaux ouvrages où Ton puisse trouver des reaseigpemeMts sur ce s'ujie|t sont 
Ja Vergleicbende Gramaatik de M. ^pp , et le nouireau travail du même $n)r les lan- 
gues caucasiennes : Roses , Ueber die Spracbe der Lazen , excellent travail , imprimé en 
1844 à la typographie de TAcadémie, à Berlin; cf. SuUet, hist. philol. t. II, N. 9, 
Illettré à M. Bopp; F Art libéral » ou Grammaire géorgienne (Paris 1834) autographiée , 
par moi-même; enfin le Dictionnaire triglotte, par D. Tc)ioubinof, S.-Pétersb. 1840, et 
le grand Dictionnaire russe-géoi^ien, par le même, ibid* 1848^ 8^, ainsi que la Chresio- 
iMtbie ^:éorgienoe ei? deax {Msties , prose et poésie , p«r le nii£me » ibid. 1 8%8 ,, 8**. 



ADDITION m. 



I • 



; Sur, Us^roffQrU éki Persans avec Ia Géorgie, dans la scceade moitié du Ff siècle 

de l'ère chrétienne*, 



1.1- ■ ' ■ ■ '. • ■ .:»'•' 



, . LeÈ pçr3écjutions. qae.l*ArméQie eut à souffrir de. la part des Persans, sous le règne 
dJeEdédjerd 11, et les guerres qui en furent la suite, eurent leur contrecoup en Géorgie. 
^é^ peuple de c^tte d^niière contrée prit part aux douleurs du clergé arménien et des 
princes arméniens , tourmentés pour leur attachement au christianisme ; il euToya ses éTê- 
%W9S set 4e6 granit >:>cap^c|iiTeimnen|:avep ceux de TA^anie» soit k 1$^ cojor de Perse, soit 
pour participer à la guerre dite des Vardanians, et fournit son contin|^nt de.iroupes^ 



^6S Additions ih* iëclaircisseiients. 

4)^f combâttîrMt; dtos le» rangs des Arméfiiens. Bien, que ces événements {, accomplis da-> 
rant reofance du roi Waklitang , aient été entièrement passés sous^ silence par laniialisie 
^dë la Géorgie, «il B'estlpas possible d'en révoquer en doute lautheûticité i puisqu'ils sont 
exposés dans les plus grands détails par deux historiens arméniens contemporains, actears 
eux-mêmes dans le drame qu'ils racontent, Lazar de Pharbe et Elise, que leur caractère 
ecclésiastique met à Tabri de tout soupçon , si non d'exagération , du moins d'imposture. 
Pour l'importance des faits, comme pour l'élégance du style et le charme de la narra- 
tion , Lazar et Elise , fussent-ils les seuls historiens de leur pays , mériteraient qu'on ap- 
prît la langue arménienne , pour les lire. 

Disciple , comme Elise , des saints Sahac et Mesrob ^ puis d'Aghan Ardzrounien , 
Ghazar ou Lazar était né au village de Pharbi , dans le canton de Radcbbérounik , au 
NtE. du lac de Van. Il se consacra à Dieu dès sa jeunesse, el fut en %8S établi, par le 
ttàrzpafn Vàbah Mamiconien, supérieur général des couvents dans les cantons de Derdcfaan 
éC '■ d'Eèéghéats^Gavarh. €e fnt à la prière du même YahaH qu^il écrivit l'histoire contem- 
piiH^lne, jusqu'à Tannée %85. C'est dans cet ouvrage que l'on trouve racontés avec le 
^fiéi grand soin l'invention de l'écriture arménienne, et les combats livrés par les Armé- 
niens sous la conduite de Vaban ; il est la suite naturelle^ de celui du vartabied Elise. 
Il a été imprimé pour la première et unique fois, à Venise , en 1793. ^) 
-iw,; £^ vartabied Eghiché ou Elise, contemporain de Mo'ifse de Rhoren, et avec lui dis- 
ciple de S. Mesrob, appartenait h Ja famille des Mamiconiens. On croit que c'est lui dont 
lé nom ^ retrouve parmi ceux des signataires du concile d'Achtithat , tenn en kk9. Il 
fut secrétaire de Vàrdan MaiHiconien, dé qui il écrivit Thistoire , à l'instigation de David 
leur commun parent. Outre les faits politiques, qu'il expose avec tant d'iiitérét, son livre 
est surtout Important sous le point de vue religieux. C'est lui qui nous a conservé le 
manifeste contenant l'exposition de la foi persane, publié vers Tan 4-50 par Mibr-Nerseh, 
premier ministre du roi lezdédjerd, et la réponse faite par les évèques d'Arménie. Son 
ouvrage, sous le titre de Guerre de Vardan et des Arméniens^ renferme l'histoire depuis 
l'an kk2 jusqu'en k60 -^ il a été imprimé à Constantinople, en ll^k et 1827, en Russie, 
en 1783: je ne connais pas ces éditions, mais je possède celles de Venise 1828, in-16, 
et 1838 iù-8^', avec variantes, suivie dé plusieurs traités ecclésiastiques. En outre il 
existe une traduction anglaise de toute la partie purement historique, par M. Neumann, 
de Munich, imprimée à Londres , aux frais du Comité des Traductions orientales , in - 4*^, 
avec de bonnes notes ; et une traduction française complète sous le titre : Soulèvement 
national de 1 Arménie chrétienne, au Ve siècle^ contre la loi de Zoroastre, ^ous le com- 
m^nâémeht dû prince Vàrtan le Mamigonien etc. .... par M. Tabbé Grégoire Rarabagy 
Qarabed, de l'académie arménienne de Venise, Paris tSKK. Cette tradacUon, éctiU par 



i) y.tchamitéh,' RUt. (TAnDénié , t: I. > p. H, U6{ d, 217. Qoadro delta Stor. lett.« Am. 



Addition III. 69 

vn étrtiiger, bien intentionné, pourra cependant servir i f^dliter en Ewope la lecture 
d'un bon Kvre. A la page 251 aqq^ on trouve un long extrait de Lacar de Pharbe, le 
premier publié en français , et qui se vend également à part , sous le titre : Abrégé 
de la vie politique et guerrière du prince Yaban le Mamigonien, héros d* Arménie au Ye 
siècle^ écrite par Lazare Pharbe , son secrétaire Paris 18(3. 

Tels sont les deux bistoriens consultés par M. Saint-Martin pour son excellent ré* 
aumé des guerres religieuses de TArménie; y, Lebeau, Hist. du Bas-£mp,, nouv. éd. t. 
VI, p. 258—318; t. Vil, p. 25.9— 3i!t2. J'en extrairai moi-même ici les passages qui se 
rapportent directc^ment à la Géorgie, eu m'aidant des notes de toute espèce ajoutées 
par le savant français. 

lezdédjerd ^) , qui voulait détruire la religion cbrétienne en Arménie et en Géorgie , 
n'employa d abord que des voies détournées. Dans la cinquième année de son règne, cor- 
respondant i Van kkk' de J. -C. , il proclama la guerre contre les Huns Koucbank ou 
Hepbtbalites et appela sous ses drapeaux tous ses sujets, tant persans que chrétiens et 
autres^). Dans son manifeste il déclarait sa ferme volonté de faire la guerre dans To- 
rîent et de reconquérir le pays des Koucbank. Cet ordre ayant été envoyé en Arménie, 
en Géorgie , en Albanie , chez les Lphnik , les Dzodik , les Agbtznik et les Cordouk , il 
se rassembla un nombre considérable de guerriers de ces contrées, ainsi que des Goud 
ou Das et des Arznarzoun , qui tous étaient chrétiens et accompagnés de leurs prêtres 'j. 

^] Les Arménieiifi le nomment Hazcert : il était monté sur le trôné en 4>39. 

*) Le traducleur français d'Elisé, rencontrant ici les mots wpl»^ L auW^^ ^ les rend par > aux 
Arik et aux Ànarik (aux libres et aux sujets) ... ; • et plus bas ceux b^puih L maohtpÊufi • par Iran et 
Danieran (de la nation persane et des peuples tributaires) ... ; » enfin , dans sa note 8 , il explique b 
valeur grammaticale de ces mots , comme si ce n'étaient pas des termes connus signifiant, Arik et /ron, 
les Perses et la Perse ; Anarik et Aniran les «ujels , non de race persane , du roi de Perse. Quant i la 
forme Taniran, si elle n*est pas fautive, elle est simplement composée de Iran avec double négation /, an. 
L'usage, en arménien, de la préfixe négative an est bien connu ; quant i /, on en retrouve des exemples, 
quoique non fréquents, comme mi^k^ non joli, laid; Ênl^uip non fort^ bible; «nffjl^ sans couleur, 
pâle . . . etc. y. sur ce sujet , S.-Martin , Mém. 1. 1 , p. 274 ; Hi«L du Bas-Emp. t. VI , p. 273 , n. 1. La 
même question a été traitée avec beaucoup de lucidité par M. Et Quatrenière , qui prouve par des té- 
moignages bien choisis des auteurs arméniens , que Tlran est la Médie , TArménie , la Perse même , de- 
puis que ce royaume se composa de la Médie et de la Perse proprement dite , et le Touran, le pays des 
Scythes et des Turks , ou les conquêtes de la Perse ; Rachid-ed-Din , Hist des Mongols , trad. d*Et. 
Quatremère , Paris , f 836 , 1 1 » p. 241 , N. 16. 

*) Eghiché , éd. 1838 , p. 7 , 8. 

L'énumération des peuples chrétiens qui se rangèrent sous les étendards du roi de Perse étant très 
intéressante pour la géographie , je rapprocherai de ce texte un passage similaire dTlisé^ p. 79, où sont 
Booimées les peuplades et nations que Vasac , prince apostat de Siounie, ameutait contre les Arméniens : 
«Il en agissait de même envers tous les habitants des régions les plus fortifiées , oonne les Tmorik , les 
Cordik , ceux de rArtsakh , de l'Aghovanie, de la Géorgie, et les Khaghtik. . . « U rttssMMait toutes les 



79^ Addition a. ;t T. i ch ki ne issements. 



|:ie col éb Per^i apr^s deitt ân«éea de g;li6rFA| vojMlt qm le ^iiccè»^^ ;tie r^fMMhii pèB 
à squ aU^dte» renvoya seà miiitaires obréUens , mais tn.les (aisaot rempltceir par d*aiir 

:•••<■':»'''■■ . • ■ ■■ » • ■ • 

fôi?ce« de la Géorgie , les aoldaUde Lphi^k , des Djigbbk , lea Vaik , le« Gau^ les Gghoyar ou Gghavor « 
\eê itiirsan ou Khora.sparaii , les He^matac , le^ I^haskh , lea Phofik ou Pbokb ; les lliioukonaa , Phil- 
khaïnan ou Pbioukovau ,' et tous ceux qui occupent les fortes positions des montagnes.'» Enfin , je rap- 
p^herài tin (éité tfe Pauiie dé Byzanee , éd. de Venise ; 1838^, p. 15 : • Sanésan / toi des Itfazkduth ou 
Aastàgètéê ,' réuhit , podr atta^u^f Kbosrov , foi d'Aintiéiiie , toutes les troupes des Huns , déa Phokh , 
ées Thavaapar « der Ijtedjmatac > des: Ijniakh < dett ^Ih , des Gbovar , des Gougaf , des Cbldûb , te 
^ighb ^ des Baghasid} ^ deéiEgetaouan et autres. » 

Je ne me flatte pas de pouvoir retrouver et rectifier les noms de toutes ces peuplades , maii j'ai i'te^ 
péfanoe de réussir du moiàs piMip quelqueé » uns« 9e vaîâ les ranger par ordre alphabétique» doivent ma 
jnétbode de transcription. 

; Avilit d'entrer datis aucune eiplicelion, je ferai remarquer que le k simple qui (ertniae îoi pluaîem 
noms est la marque du pluriel arménien, et q|ie dans les noms terminés par un n cette lettre.eat radicale. 
Pu -reste , je n*ai ajouté aucune lettre pour faciliter la prononciation. 

1. Aghovank, Albanie. 

2. Agbtznik , Agdznik , province ^* Arménie , sur le baut Euphrate. 

'3. Arlsakb , province d* Arménie , vers la jonction de l'Araxe et du Kour. 

i. Arznarzoiin , Arzn^razoun ou Aznarzoun , Arznarzun. ' ' 

Eh admettant la troisième variante ÀJunarzôun , ce serait • la lUitioii d'Àitodfi , • les petiples 
babilant auprès d*Arzen , la moderne Erzroum. 

5. Baghasidj , ou plutôt Balasidj; ce peuple, mentionné par Pauste de Byzance , est évidemment cau- 
casien , mais inconnu d'ailleurs. 

6. Chtchibk ; étaîêtft-ib situés sur la Gbtôr , l'an des affluents gauches du haut Alazanf 

' ■■ 7. Cordik , Cordoùk , Codrik , Cordrik. Carduques ; peopïe de la Corduène , le Govirdiitsm'aetael. 
6. Das ; cette variante remarquable est fournie par deux manuscrits d'Elisé , p. 3 , en t^eMiplaoenent 
dii tioùi des Goédk ou Goutbk (v. ce mot) ; elle repatistt p. 42 , avec les formes Aison , An» et 
Arhasan, Peut-étte Tauteur veut-il Indiquer les Thoucb , au N. du Cakhetb. 
9. Djtghbk , ou ptatAt I^lbk ; ce nom paraît avoir une grande analogie avec celui de Djibghia , boàrg 
de rOséth » dans le canton de Tbagaour ; Wakhoucbt , Descr. de la Gé. p. 441. Ge soiit^proliable- 
ment les SyM\ Syivani oo SyliM^ de Pline. 
46. Dzodk , et par une erreur évidente (p. 111) , Dzépik. Il me parab qme'est réq»vale«t duJKm 
Takhaot ^Hwàs le Mthkiuletb géorgien ; > toutefois je ne prétends pas que le peuple aîasi nommé» eC 
<-' ! dont M. 8w^ IHariin (Méte. 1 , 235) ne pecrt ixér la position , demeurait précisément cni» Ueu^-. Ge 
. Uoitent létre lès Sodii làëntiontiés par Pline (I. VI , dtk. 19) » au voisinage de l'Albaiiie..' 

11. Egersouank, est évidemment un nom composé de dèbx : ESgèr ou Mingrélienà,. SoudU eu SovaiMi. 

12. Goud ou Goutb , Gath ; je crois que ce sont les Goudamaqars , vivant à l*B. de fAragwi» La yh- 
f .; . riante lMU'<i'ci*desBUs Élléguée , «e rappo#te , par la position des I3ioiiob , i oetle détermioatioa. 

•■13* Ga«i^ Kar.-' 

r f 4; Gghovai^kv Gghavdr , io%i friutôt €Mrâr. ''Ge<<llnn:lf^est'P•s'sallS'aMidgîe e^eeicahB 4e Gloia^^laiè 
Wi . ,:;vereiles!soupaBa dtt Bhil»; eattnéreib'^î^oq a?bc^Giili||hi^if'atoni tfnne penpiaâe «fcBLén fiaUMlBi» 
lies filûlgfca^de klos jouMk;^^' •!/! <- ' i.) • ••• >:• . .u. ../.') -«1> . J.i-.cii/.'; .{)/iir> ..!:!»-i. 



'jl r'i.tl 



Addition lit. 



iT I a « A 



rci ce qai dara 6 années, jusqu'à ce qu'en 450, il fut entièrement VÀinqiienr et ren- 
tra dans ses états '). L'aonî^e suivante il marcha contre un pays qu'Elise nomme Italacan, 

15- GoD([Ark. Province arménienne , formant le ba^in de la Ktzîa. 

16. Iledjmatac ; chez le P. Garabed , Hedgadaq , par une faute Ijpo^rapbique. Ce nom a beaucoup dç 
ressemblance avec cehii des Dcbachmatag , mentionnés daQ« les Annales géorgiennes, p. 265, con- 
curremment avec les Sanigs ou Tzannes de la Lazique, 

17. Ijmakh. '■''''• "'" "■■'''■■/ 

18. Khaghlik , ou plufAI Kbatlik , habitants de la Chaldée arménienne , au voisinagv d»''Tr^tHMAËi'i'^ 
1^. Khruan ou Kborasparan. 

20. Lphnik. Je ne dnule paa tivtB ce ne soit le pajs sitoA un- la Lopotis-'Taqal , «Tfluent gauche du hati l 
Alazan ; que ce peuple ne «oit celui des ^.^itnnJi , £uJu'«Mt, mentionné par Pline , |. VI , ch. l^.j 
Anx inductions recueillies par M. 5. -.Martin (Hist. du B.-Emp. nouv. cd. t. VI, p. ^68, n. 2] je jotfcl 
drai un reiiseî|j;iiemenl tiré de Mosé CagbanranlovulKi , bislorien arménien iné^lil . du Xe siècle^j * 
au Musée asiatique. Cet auteur I. il , ch. 39 , raconte le voyage d'un évèque arménien , qui , p; 
de la ville de Phirouz- Caval ^ou Rarda), et ayant traversé le Kour , arriva en 1 2 jours de marche 
au pays des Lopbnalsik. Il y avait dans ce pays . suivant Blîsé . p. 62 , une rivière nommée Loph- 
nas, Lobnas ou Lbnas, noire Lopotis- Tsqal, sur laquelle fat livré, en (50, un combat entre le« 
Perses et le général Vardsn Mamîconîen ; Vourc, frère du roi des Lpbnib , y perdit la vie. J'a- 
joute qu'il y a dans le canton de ThianctJi , en Cakhelh , un village sommé Laphan ; Descr. de la 
Gé. p. iSI. 

21. Phask , chez le P, Garabed , Paskhen. 

22. Piioski), Phokb ; cbez le P. Garabed, Poskben. Ce nom qui me parait identique avec le précédent, 
est évidemment 1c même que celui des Phkhaïk, qui, dans la Chron. arménienne, remplace le non I 
géorgien des Phkboéli ; v. Traduction des Annales géorgiennes, p. 126 et notes. C'est l'ancien n 
des Phcbaws , dont le pays est bien connu. Le P. Garabed a mal-à-propos ajouté â la fin la leKrk J 
n qui , dans l'arménien , n'eat qu'un suflixe de la 3e personne , et la lettre ( muet pour adoucir j 
la prononciation. 

23. Pbioukonan , Pbilkaïnan , Phioukovân ; Pikonan. 
2i. Thavaspar , Thava^paran , Tbosparau. Si ce n'est pas une altération du nom bien connu , Tabanî- ! 

•éran , partie méridionale du Daghistan . on peut y voir la réunion des mots Tao et Sper : ce serail 
donc le nom des peuplades vivant dans ces contrées. 
,,2(> Tmorik i je ne sais pourquoi le P. Garabed les assimile aux Lazes ; en tout cas , je ne vois rièS ] 
de mieux i^ y substituer. II est si difficile de fixer la position de celte peuplade que le P. Gai!^ ] 
bed , dans sa carte , la place dans la province de Mock , sous le nom de Démorik , et M. LevalP 1 
tant , sur celle qui accompagne sa traduction de Moïse de Khoren , dans ta province de Gordja'i'k. , 
26. Vat. Vad. ' 

Dans la description de la Sarmatie par le géographe Moïse de Khoren (Ed. S, -Martin , Mém. t. Il , p. 
356) , on trouve quelques-uns des peuples précédemment énumérés •■ les Agbovank , les Tzkbavalk , lec' 1 
Goudamacarb . les Pboukhk , Tbavasparoïk , Uedjmalack, Ijmack, Pbaskhk, Pbikottak, les Tboucbk. La 
plupart sont restés inconnus aux précédents éditeurs comme à nous. 

' ) Comme je n'écris point l'bistoire do la Perse, je laisse indécise la question du lieu qui fat le tbél- 
tre de ces sis années de combat , et qui n'est pas précisé par nos auteurs arméniens. M. S -Martin croit 



72 Additions ETicLAiMcissENEiiTs. 

du cAic de Baikh, et y fil massacrer par ses propres troapes une parlie des cavaliers 
géorgiens , arméniens et alains , professant le cbrislianisme , qui combattaient soua ses 
drapeaux. D'autres périrent encore par ses ordres, après avoir refusé d'embrasser la reli- 
gion du feu ^); enfin le monarque persan nVpai^na aux chrétiens aucun genre de vexa- 
tions pour les attirer au magisme. 

Sans entrer dans le détail de toutes ces persécutions, où les Géorgiens ne jouent 
qu*un rôle accessoire^ je me contenterai de dire qu*en (50 Veh*Mir-Nèrseb , le premier 
ministre dlezdédjerd , adressa aux Arméniens un manifeste , contenant lexposé des dog- 
mes fondamentaux du magisme, auquel repondirent dix -huit évéques , rassemblés en eon- 
cile k Artachat. Parmi ceux-ci se trouvait Tadjat, évéque arménien de la province de 
Taïk , ce qui fait voir que ce pays n*était pas alors soumis k l'autorité des rois' géor- 
giens: aussi n*entre-t-il pas dans le nombre de ceux où les Annales géorgiennes, p. 122, 
disent que le roi Wakhtang - Gourg - Asian fonda des évéchés *}. lezdédjerd , irrité de Ii 
réponse qui lui fut faite par le clergé et par les grands , manda alors près' de lui les 
principaux des trois nations chrétiennes d'Arménie , de Géorgie et d'Albanie , qui arrivè- 
rent en Perse le samedi de la semaine sainte. ') 

Dans la liste donnée par Lazar de Pharbe , des seigneurs mandés par lezdédjei^lf on 
trouve le bdecbkh Achoucha, qui vint do Géorgie. La Vie des saints arméniens *),> qui le 
qualifie plus exactement bdecbkh de Gougark , mentionne en outre « Vazgen , gendre do 
généralissime arménien Vardan Mamiconien , roi de Géorgie ') , »» ou c grand bdecbkh de 
(iéorgie ') , roi de Mtzkhétha *), Les deux auteurs arméniens qui me fournissent le fonds 
de ce récit savaient trop bien qui était alors roi de Géorgie , pour donner de tels titres 
à un personnage à qui ils ne conviennent pas. Nommément Lazar de Pharbe, .qui nous 

que ce fut au N. et i 1*0. de la mer Caspienne , le P. Garabed pense que ce fut contre le pays'déè Huns 
Kouchank ou Hepbtalites , i TE. et au S. de la même mer. Celte dernière opinion me paraît pliis con- 
forme au texte d'Eli«é'(p. 9); toutefois il me semble probable que durant un si long intervalié lezdédjerd 
put aussi pousser la guerre dans le N. , afin d'àfiaiblir des deux ctftés kes ennemis. Le P. Gakvbed r le 
très grand tort , chaque fois qu'il parle des Kouchank , d'écrire le nom de leur pays Couchunk\ pour en 
dériver plus facilement celui de KomcH- Hun$ , i. e. les lïuns JToticA ; qui parait sur la carte jfointe k sa 
traduction. La vraie forme du mot arménien est Kouchank, et rien n'einpéche d'y Joindre le riom m Anif, 
soit en tète , soit k la fln. A la p. 20 et dans le,N. 17, il parle de la province d'Idalaffan , nôininée par 
Elise , comme d'un pays inconnu. Or il est facile. d'j reconnaître le nom même dës'Haïatalites ôii Heph- 
thalites , les Huns habitant TE. de la mer Caspienne , jusqu^à là mer de l'Inde ; Mém. de S.-Marlth , t. II» 
p. 372 , et n. 95. ^ . :. 

») Elise, p. 15. 

'] Elise , p. 22 ; Lazar de Pharbe , p. 7%. 
' ') Elise , p. 3i; Lazar de Pharbe , p. 80.' 

^) Vie des SS. en arménien , Venise , 1810 —K , t. II , p. 297. 

») Ibid.p: 287,297. 

*) Hrid. t. IV , "p. 4»3.- • • M : •.-.,, ^ -il-. . . : .jI'ih . ,:-. /'u r .-■'»• \ 



tv 



■ ■ ■ I if.'» 

- » ■"- — f J- • — — ■ - • 

■H ■ ■ . i .! * •■•: I , ■ . ■'•■.. ,..,. 

■. J I . I ■ 



Addition III. 73 

racontera plus bas les actions du roi Wakhtang , se sérail bien gardé de nommer roi de 
Mtzkbétba ou de Géorgie un personnage tel que Vazgen '). Au reste, ces divers textes 
nous aident à comprendre ce que yeulent dire Elise et Lazar en mentionnant continuelle- 
ment, comme ils le font, la Géorgie, concurremment avec l'Arménie et TAlbanie. Si le 
bdecbkb Acboucha exerçait son commandement dans la province de Gougark, c'était un 
Arménien, comme le prouve sobsidiairement son titre de bdecbkb, répondant à Vérisihaw 
géorgien. La province de Gougark n'était donc pas géorgienne alors; elle avait sans 
doute été conquise par les Arméniens ou par les Perses « sans que Tbistoire fasse men- 
tion d'aucune guerre qui ait eu un tel résultat. D'ailleurs les Annales géorgiennes nous 
ont appris qu'au plus tôt en Ï75 , Wakbtang nomma des évèques géoi^iens à Bolnis et 
a Agarac , dans le territoire de Kbounan , ce qui prouve qu'alors il s'était remis en pos- 
session de cette partie de ses domaines béréditaires. Quoi qu'il en soit de cette observation, 
il ressort du fait qui Ta provoquée, qu'Acboucba, celui que Lazar de Pbarbe dit être 
allé de Géorgie en Perse, en 4*51 , était bdecbkb de Gougarik, et que conséquemment il 
n'était pas Géorgien lui-même , mais que la province de Gougark portait , quand elle ap- 
partenait aux Arméniens , le nom de Géorgie. 

Si, jusqu'à présent, on peut s'expliquer la présence d'un bdecbkb arménien dans une 
province qui passait fréquemment de main en main, en sera- 1 -il de même des titres at- 
tribués à Va^en ? Ce grand bdecbkb , ce roi de Géorgie, ce roi de Mtzkbétba, pouvait- 
il exister en (-SI , à l'époque où Wakbtang - Gourgasian était assis, à Mtzkbétba même, 
sur le trône de ses ancêtres? Sans doute il ne faut pas prendre au pied de la lettre 
l'assertion d'un légendaire , mais pourtant on ne doit pas ^rejeter lé fait parce quil est 
inexplicable ; car certaines circonstances de la vie de Yazgen et de son épouse , la reine 
Cboucbanic ou Vardanoubi , nous prouveront plus tard que tout , dans cette légende , ne 
peut être imaginaire. 

La contrée située au S. du Kour , formant le bassin de la Kbram ou Ktzia , avec 
ses principaux afQuents, depuis la Berdoudj» jusques et j compris l'Algetb, était un ter- 
rain continuellement en litige entre les Arméniens et les Géorgiens. Ceux-ci le revendi- 
quent par une ancienne tradition , qui en fait l'apanage de Gatcbios et de Gardabanos , 
fils de leur patriarche Rartblos. Au moment ou Valarsace, premier roi arsacide d'Armé- 
nie , organisait l'administration de ses états , cent cinquante ans avant J. - G. , le même 
territoire, sous le nom de Gougark, forma une des quinze provinces de l'Arménie: c'é- 
tait sous le règne de Mirwan 1er, roi Nébrotbide géorgien. Mais un siècle et demi au- 

'] Je ne sais pourquoi M. S.'Martin a toujours lu ce nom Vazim. Mém. sur TArménie , 1. 1 , p. 324 . 
et Hist. du Bas - Emp. t. YI , p. 280 et passim. Il est impossible que dans tous les cas et dans tout le 
coilrs d'un long ouvrage on confonde ensemble le f et le ^ arménien. Ce qui est certain , c*est que les 
auteurs géorgiens nomment toujours ce personnage ^"^ji^^ Wasken : ce qui ne permet point de douter que 
son nom arménien ne fût Jêuif^-L et non ^iuf^ i^L. 

AdditetécL 10 



1% Additions i:t éclaircissements. 

paravaiit , le roi Pharnawas avait divisé ce même pays en deux ériistliawats , oemi de 
Sarachwildé et de Kbouuan :.il lui japipartenait doac alors, saas qu'on sache comment ses 
successeurs en avaient été privée , si ce n*e8t que le roi Saourmag lavait donné en don 
à sa GlJe , mariée à un seigneur persaa ^). Après diverses vicissitudes , qù*il est difBcilo 
de constater , il retomba soua b domination du roi Mirian , dont le fils , Bakar ier , ea 
lit Tapanage de sa soeur / mariée à PhéroE ^) ; enfin il retomba , comme je Tai dit 
plus haut , sous la domination de Wikfaylaag * Gourgaslan , mais aprèis. Tépoque où nom 
nous trouvons , et fut adoMuaistré aussi par deux éristhaws ^) ; il est probable que cdb 
arriva lors des différends qui s'élevèrent entre le roi de Géorgie et le bdecbkb Vasgen, 
qui ne tarderont pas à être racontés. Quand la contrée au S* du Kour appartenait amD 
Arméniens, ils la nommaient Qougark ou Géorgie; lorsqu'elle redevenait géorgienne /on. 
la nommait Somkhelb ou Arménie : c^eat le nom qu'elle porta 7>resque exchisivemen* de«. 
puis le Xlle siècle» aous David -^ le-* Réparateur , jusqu'à la fin du royaume de Géoi^«*) 

Acboucha . et Vazgen s'étant rendus en Perse avec les autres seigneurs arménient , 
lezdédjerd les engagt» toua à embrasser le. magisme. La plupart y consentirent, en appa^ 
rcnec , après s'être engagés devant Dieu à rentrer dans le sein de la religion chrétienne^ 
aussitôt que par leur feinte apostasie ils auraient réussi- à obtenir la Ijberté.de revenir 
dans leur patrie : genre de composition avec sa conscience , qui devint très ordinaire en^ 
Géorgie et en Arménie , sous la domination musulmane. A ce prix les otages pufent le^ 
tourner chez eux , à Texception d*Acbpucba ^) et de Yazgcu ; mais pendant que le roi 
de Perse £aisait une nouvelle expéditioq cantine les Kouchank , l'Arménie entière , rei^e^ 
nue , avec ses princes , à la religion chrétienne , se soulevait contre lui , et réclamait 
l'assistance de l'empereur Théodose - le * Jeune , qui mourut sur ces entrefaites^). lUar-^ 
cien refusa. 

A ces nouvelles le gouverneur persan du passage de Djor, au N. de Deii>e!adé 
marcha contre l'Albanie > la traversa tout entière et franchit le Kour vis-à--via de lu ville 

*) Ann. gé. p. 16. 

*) Ann. géorg. p. 78. 

'] Annales géorgiennes , p. Ht'. 

*) La province de Gougark était bien certainement une partie de la Géorgie arménienne , souvent 
gouvernée par des bdecbkb arméniens , mais rien niempècbe de croire que la portion de TOuti , qu le 
Qaràbagb actuel , qui souvent a appartenu aux rois géorgiens , ne fAt aussi comprise sous cette dénomi- 
nation. En effet, l'Annaliste géorgien nieonte^ p. Î34, que Wasken était érislhaw de Ran et de Hbwacail, 
provinces qui forment le Qarabagh actuel : donc Téristhawat de Vazgen , que les Arméniens nomment 
Géorgie , était formé de ces contrées. 

*) Elise , p. 41 ; Lazar , p. 93 ; Vie des SS. ^ {.II, p. 297 ; Hisl. du Bas-Emp. t. VI , p. 280 * Tcfea- 
milch , t. II , p. 40. 

«) 28 juillet 450. 



'. . ' 



Addition III. 75 

de KhagbkhBgb ^) ; mais il fut battu par les AnnéuiéDS , sous la «conduite de Vardan ^). 
Dania sa fuite il arriva sur la rivière de Lopnas; Vourc, frère du roi des Lphnik, qui 
tenait le parK des Perses, périt daas un second engagement, qui eut lieu près de cette 
rivière ^)v Alors Vardan appela à son secours les Huns habitant ati IVw 0. de la mer Gas- 
INéntie I car la prise du ftH't bâti en ces lieux par lesdégerd le rendait maître du passage 
de Djor : ce Curt fbt conGé à la garde d'un certain Vardan , de la race royale d* Agbo- 
vanie^ Les Huns embrassèrent la cause des cbrétiens. 

Ce fut durant l'hiver de Tan t'SÔ que le roi de Perse , d'ailleurs vaincu par les 
Koucbank, ajpprit Ja défaite de ses soldats en Arménie: il résolut donc, pour le mo- 
ment , de laisser respirer les cbrétiens. Mais quand il sut que Marcien avait refusé de 
les secourir , il reprit courage et envoya contre eux une nouvelle année , qui , dans une 
grande bataille, livrée le samedi avant la Pentecôte de Tan ^51 , défit complètement les 
Arméniens et, par la mort de Vardan, leur ôta désormais tout espoir.^) 

Après cette victoire, le îoi de l^erse manda pour la troisième fois la noblesse et le 
clergé du pays , pouf aviser aux moyens de rétablir la paixi mais la plupart des ecclé- 
siastiques furent mis à mort le 31 juillet (•Sï ^\ dans une plaine aux environs de la ville 
de Niouchapouh au pays d'Apar , dans le Kborasan : c'est le massacre des saints Léon- 
tians , du nom d'un certain prêtre Ghévond , qui se distingua entre tous par sa fermeté* 

'] Cette ville , dit Elise , p. 62 , était la résidence d*biver des rois d'Albanie , et située à la limite de 

lu George , Jini *it uiu^Jluhu J ntuq ^UiLn.t^tMÉ juiunjUiuq ^'"H'^ipP» 

Cf. Lazar , p. 1 10 ; Hi«t des Agbovau« , ubi sup, 

') A la tête d'une des trois armées équipées par les Arméniens , Vardan traversa la Géorgie et mar- 
cha contre Merséboukht, ^commandant persan de Tcbogb (Derbend), qui ravageait le pays des Aghovans ^ 
celui-ci fut vaincu à la frontière de Géorgie : Hist. des Aghovans, par Mo^ Càgbancanlovatsi, au Mus. as. 
p. 49 , sq. 

*) M. S. - Martin , dans THist. du Bas - Erop. t. VI , p. 290 , ne parle que du combat sur la Lopnas , 
qui pourtant ne fut que la conséquence de celui livré sur le Kour ; mais i dire vrai rien n'indique si les 
deux affaires eurent lieu le même jour ou à quelques JQurs de distance^ D'autre part , Mpsé Cagbancan- 
tovatsi , Bist. des Agbovans , p. 50 , parle aussi de Yourc et de la résistance que firent les nobles du roi 
baghsacan ; il ajoute , p. 51 , que les ennemis se dispersèrent dans les fortes montagnes de Caspic , i.^. 
du Caucase, au voisinage de la mer Caspienne. Bagbsacan est .-il un nom d*bomme ou celui d'un pays? 
cela me parait douteux , puisqu*il y avait un évêque agbovan à Bagbasacan , dans la première moitié du 
Vie siècle ; Hist. des Aghovans , p. Si*. . 

^) Suivant Asolic, 1. II , c. 2 , ce combat eut lieu dans la plaine d'Avéraïr , dans le canton d'Artaz , 
province de Vaspouracan. Mosé Caghancantovatsi , Hist. des Aghovans , M-it arm. du Mus. asiat. p. 48 , 
dit que les saints Vardanans , au nombre de 1266*, hommes d'élite , périrent à Mazirk ^l* diu^jifÊU , 120 
ans avant le commencement de Tère arménienne : il y a dans cette indication 20 ans de trop. 

^) Elise , ch. VIU ; Lassr , p. 151 — 176 ; Asolic , I. H , ch. 2 , dit que oe fut Je dimanche 26 du 
mois de brotits ou juillei, deux ans après la mort de Varéan , en la 15e année de leidédgerd , en la 3e- 
de rimpie Marcien. 



.. > 



76 Additions et éclair cissencnt s. 

Un certain Vasac , prince de Siounie , qui avait précédemineQt gouverné la Géorgie ') ta 
nom du roi de Perse , avait , quoique apostat , péri le premier , parœ qu1I fut convaineu 
de malversations dans b gestion des affaires. De ceux qui furent épargnés les uns obtin* 
rent la liberté , mais la plus grande partie ne purent rentrer en Arménie qu*en <^6V ^) 
sous le règne de Péros. Vazgen , Fun de ceux qui revinrent , avait abandonné la religion 
chrétienne et persévéra dans son apostasie. Il voulut contraindre sa femme à suivre son 
exemple y et la maltraita tellement qu*elle succomba et mourut en li'SSy par conséquent 
dans la première année d'Ormizdas y successeur immédiat diezdédjerd. Les Arméniens et 
les Géorgiens honorent cette princesse comme une martyre'). Lazar de Pharbe, p. 105, 

') Elise, p. 116. 

*) Id. p. 172. 

') Les actes de la sainte reine Cbouchanic se lisent dans le martyrologe arménien imprimé i Venise 
en 12 vol. t. IV, p. 63, sous la date du 25 décembre ; dans les Vies des saints géorgiens, M-it du Musée 
asiat. 17 octobre , et dans les Eloges des saints ou Martyrica du patriarche Antoni 1er, Discours 4e. Le 
calendrier géorgien de Tiflis , pour 1840 et 1841 , indique sa fête le 29 août. Les actes arméniens sont 
extrêmement courts, ils n'occupent que cinq page«. Ils nous apprennent que la sainte était de la province 
de Taron, fille aînée de Dkhtic ou Dkbtric et du généralissime Vardan Mamiconien, fils de Sahacanonch^ 
fille du patriarche Sàhac - le - Grand. Son mari Vazgen était grand bdechkh dlbérie , roi dé MtzUiétha. 
Comme elle refusa d'imiter Tapostasie de ce personnage , celui - ci la battit un jour d'une manière si in- 
humaine, qu'elle fut relevée à moitié morte, par son bean-firère Dchodchic : c'était la 7e année des tour- 
ments qu'elle endurait , et elle en mourut peu après-, en 458 , Agée d'environ 45 ans. On la nommait 
encore Vardanoubi ou Vardoubi , du nom de son père , et familièrement Chouchan ou .Chouchanic , i 
cause de sa beauté. Quelque temps avant de mourir , voyant la profanation des églises en Géorgie , elle 
fit enlever de Mtzkhétha, par un moine nommé André, la croix miraculeuse de Se. Nino, qui fut d'abord 
portée dans le Taron , au couvent des Apdtres dit Ghazarou-Vank, d'où était ce moine ; pm*s au pays de 
Sper , où elle resta longtemps cachée , à cause des troubles du pays ; pi^s au fort de Capoït, de II dans 
un couvent du pays de Vanand , qui en fut nommé Khatchî - Vank (couvent de la Croix). Lorsque le pa- 
triarche arménien Nersès m était réfugié dans la Talk , en 649 — 661 , on Tapporta de Dpravank , mon- 
tagne du canton de Chirac , à Aghthamar ; elle était alors connue sous le nom de Croix de Djonik , et 
fut enlevée secrètement par un certain Sargis , de la famille du même Ojonik. Ekitre autres miracles, 
elle guérit de la lèpre , dit l'historien Vardan (p. 56} , l'épouse de Démétré , n» de Géorgie , sans doute 
ce frère de Stéphanos 1er dont les Annales racontent Ta maladie , p. 139 ^ sans parler de sa guérison , où 
l'un de ces couropalates dont la généalogie, si embrouillée, se verra dan^ Thistoire des Bagratides. Pour 
cette raison , ajoute Vardan , elle fut reprise aux Arméniens : elle avait été bénite, suivant ce même au- 
teur, par S. Me«rob ou par Barsegh-Djon, célèbre vartabied arménien» vivant au Vile siècle de notre ère. 
Enfin elle fut portée â Cars , puis i Ani , en l'année 1198 , sous les patriarches Grigor Vcaiàser et Bar- 
segh (Vardan, p. 88) , elle disparut lors de la prise d'Ani par le général mongol Tcharmagfaan, en 1239* 
V. le Martyrologe armén. 30 mars, t. IV, p. 66. Quant â Ta fête dé Se. Cfaoncbanfc, TédStenr de Tonvrage 
précité remarque que le Bjmhal9 , livre de liturgie, la place le 47 du mois de kaghots , répondant an 25 
décembre du calendrier fixe arménien , jour de là mort de Se. Cbouchanic ; une autre autorité 1» plaee^ 
quatre jours plus tard. V. Tchamitch , Hist. d'Arm. t. II » p. S49» 



.Abi^iti.ofi III. / 77 

jrt Tchamilch / t. II 9 p. 161 , racontent que ^Wakhtaiig , roi d'I]t>éri6, yepg^ea plas tard 
la mort de Se^ Chouchaoîc , en déclarant la .guerre à Vazgen y qu*il fit périr dans on 
eombat, en la 15e année de Pérox ') ^ c est -à -dire» sniyant la chronologie de M. Saint- 
Martin, en kl%; le P. Tcfaamitch place ce fait en 481 : nao certain Vakhthanc, dit-il, 
était alors devenu roi dJbérie. » Quant aux Annales géorgiennes» elles reculent cet évér 
nemeof jusque sous le règne de Bacour lU ^) , ainsi qu'on le Terra plus bas. Le patriar- 
che Antoni a adopté cette date , évidemment fautive » car il me semble que Tbistorieti 
contemporain Lazar de. Pbarbe mérite plus de croyance. 

Heprenons maintenant le récit des faits. A la persécution et aux combats succéda 
pour l'Arménie une ère de tolérance ^ durant laquelle toutefois beaucoup d'Arméniens 
embrassèrent le culte du feu. Bientôt Péf oz entreprit une nouvelle expédition contre les 
Huns Uephthalites. Ayant appris sur ces entrefaites la révolte de Wakhtangy roi de Géor- 
gie ') , qui venait de faire mourir Yazgen » il ordonna^ aux Arméniens de marcher contre 

L'acte d*autorité que fit cette sainte en enlevant la croix de Se. Nino et d'autres reliques de Mtzkhé- 
tha , ainsi que le titre de reine que Iiii reconnaissent les Géorgiens , justifient en quelque sorte les quali- 
fications données i son mari par le légendaire arménien , mais nns nous donner le moyen d'expliquer 
les &its. 

Quant A la narration de la vie de Se. Choucbanic en géorgien, elle est infiniment plus développée que 
la précédente : elle occupe dans aion M-it 20 pages in*fo., et semble avoir été écrite par le père spirituel 
de la sainte , nommé lacob par le jMtriarche Antoni. Q parle i la première personne , comme ayant été 
témoin oculaire ; sa narration ne contient aucun fait historique nouveau , mais elle abonde en discours et 
en réflexions pieuses. Vasken , y est-il dit , était vn patiacbkh , fils d'Arcboura , et alla en Perse dans la 
huitième année d'un roi de ce pays , qui n'est pas nommé. Là Vasken renonça an christianisme et de- 
manda une femme du sang royal, qui lui fut accordée. Bentrant dans la Géorgie, par le Héretb, il manda 
ses aznaonrs et sa première femme , qui était alors au village de Tsoùrtav. Elle avait trois fils et une 
fille , que leur pèi*e força d'embrasser la religion du feu. L'évéque de ëà maison se nommait Apbotz ou 
Phot , dans l'ouvrage d' Antoni , Aphet. Djodjio, beau-frère de Se. Sousanna , était le seni qui prtt sa dé- 
fiBBse, qui lui portât des consolations, avec les i^éqoeê Samouel et loané. Enfin elle fut jetée prisonnière 
dans une forteresse , lorsque son mari revenait d'une expédition contre les Gcecs (Antoni dit : • contre 
une eertaine nation •) , et rendit son Ame A Dieu après sept années de souffrances. L'historien récapitule 
ainsi les époques de son martyre : • Le commencement des maux de Se. Chouchanic eut lieu le mercredi, 
8 du mois d'apani (janvier) ; elle fut battue pour la seconde fois le 19 du mois de vardoba (mai), et mou- 
rut le 17 d^oclobre, jour des saints martyrs Cozman et Damîané. Nous fixAmes sa fête au jeudi. >• L'éloge 
de la sainte , par Antoni , ne renferme pas d'antres circonstances ; le même auteur la mentionne dans les 
stances 530 — 533 du Tsqobii-Sitqouadba. Le vrai nom de Tévéque de Tsoùrtav^ au temps de Se. Chou- 
chanic , se trouve le premier dans une liste dressée vers l'an 594* ^ où on lit : Aphou , Garhnic , Sahae , 
Eghia, Hacob, Hovhan, Stéphannos, E«»aï, Sanonel (sic), Stéphannos , Hoyhaiinès etc. . . ; v. Oukhthanès» 
Uist.' d'Arménie , M-it du Mus. asiat. 1. U , ch. 4S. 

^) Lazar de Pharbe , p. 205. 

*) Ann. p. 134. 

^ M^ S. - Martin , qui prend A la lettre le titre de nn ilkètk denné par les Ai;paaéniens A Vaslen e«i 



f8 Additions t r écLAiiicissENENTS. 

hif . Ceuk ^ ci , commatidés alors far Yahan Mafinreonien , nevea tlu g^néraliasifiie Vardan 
e!! -desSttS mentionné y st décidèretit à faire cause commnne avec leurs coréUgionarirèS. Va* 
ban bésita longtemps k prendre ce parti : d^abord il avait {ail profession do magistne, el 
Imm quil fût très disposé k rentrer dans le gfron de la foi, il craignait de plonger date 
dé nouveaux malheurs sa nation, dépourvue qu'elle était d'alliés poiteanlsj la perfidie des 
Grecs d*une part, de Tautre, la faiblesse des Géorgiens qui pouvaient à -peine fonmlr 
i^oelque cavalerie , et Tincertitude du* secours des fluns , promis par le brave rot' Wakii- 
tang, tout cela Tempêchait d'appronver le projet d'insurrection ^). Enfin il se rendit au 
désir de ses compatriotes , et tous enrsemble , réunis dans le canton de Chirac , jurèrent 
sur TEvangile de mourir plutM que de rentrer sous le joug des Perses. Déjà l'Albanie 
s'était soulevée depuis quelques ennées.; et le roi de ce pays, Vatché , avait arraché à 
son oncle Péros la permission de conserver sa foi et ses domaines héréditaires : ainsi là 
partie était à -peu -près égaie entre les chrétiens et les Perses. Yahan remporta «ne pre- 
mière victoire sous les murs de la forteresse d'Ani , d où il força à s'enfuir le marzpan 
Atrvechnasp et le généralissime Veh-Vehnam, après leur avoir enlevé tous leurs bagages; 
après quoi il vint à Dovin , assiégea Artachat , où les ennemis s'étaient retirés » et les 
obligea encore à passer dans TAtrpatacan. EnGn , dans une troisième rencontre , auprès 
du village d'Acorhi» sept mille Persans furent taillés en pièces par 300 ArménieDa, et 
le martpan ennemi resta sur la place ^)c tout cela se passait en 4*81. Enhardis par ces 
succès , les Arméniens sommèrent le roi de Géorgie -de tettir sa parole , en se joignant à 
eux et en leur envoyant le renfort de fluns qu'il avait promis. Le roi , on ne sait par 
quel motif , commença par traîner la négociation co longueur , puis il envoya kHO Huns , 
qu1l rappela aussitôt qu'ils eurent passé un mois dans leurs quartiers d^biver, en sorte 
que les Arméniens se trouvèrent réduits à leurs seules forces ') ; pourtant ils triomphè- 
rent encore auprès du village de Nerseh-Apat, dans le canton d'Artaz. 

Après leur victoire ils étaient allés prendre quelque repos daus le canton de Dzagh- 
cotn, près des eaux thermales de Varchac, aux environs des sources de l'Eaphrate, quand 
le roi Wakbtang les envoya prier de quitter cette positron. Une année penane avait pé- 
nétré , disait- il, en Géoiigie, et l'avait forcé de se réfugier vers les montagnes de TAr- 
ménie, où il attendait l'armée chrétienne ; du reste il avait mandé lés Huns, et ne voulait 
point commencer les hostilités sans eux; son intention même était de les laisser seuls en 
venir aux mains avec les Perses , car il en avait mandé un très grand nombre *). Comme 

plutôt Vazgen , dit , je ne sais d*après quelle autorité , que Wakbtang était parent de ce dernier , et taxe 
d'erreur les Annales géorgiennes , qui racontent autrement les faits du règne de Wakbtang. V. Hist. du 
Bas-Emp. t. VU, p. 270, et notes. 

^] Lazar de Pharbe , p. 205 sqq. 

*) Id. p. 216. 

*) Lazar , p. 220 ; Lebeau , t. VD, p. 280. ' 

^) taiar, p. 2»: 



. A D> 9 1 *« i) Ok N 1 UIv '.:.-' 7dï 



a«; était lié. perdes serments ei^Hi^ilft^-IHM.» on té«(riiit: ^^He^r i Wfk.^c§pmf L«ts; ^mé- 
iiiRDa thireiit.daiio cMàf»r dans le CA^tpn-Aft-jCnaB^rk^ ptrtiqn de 1^ .pra¥Û[ice dq Goorr 
g^airèn^.au& du Kouf. Là le cm l4yr:ant^iiça);po.ii9iid#i)^ 0¥ <iroie jpui^ L'arriyéc^ d^s Qi^iS! 
^lOÎliaireiw Uiiit jqare slétwfc p^sa^ si^s» q«!îlA ; panM^eiA ». W^hjt^ng, ipfqfma s^^ ^lU^ 
qiie^ général petsea Mibran e*éta^ retiré vers les jwi^nta^nea de V Albanie.,; H envoya égar, 
^IP«li»l« d«Sj'éclatfeur< dQ s<Hi armées |,a¥eq gi^di^ d^^Hunei: de« Una wr./les: moqbagn^ .j^I^. 
d*JidiK^er' en oertains^eiidroits des tronoe d^avbrea» MNilés et woiéa ^onm^ des sQld^S 
pf^r iairet .creitr6 à rarriiiée de se» renfcirts. Cependant M faisait dire cjio les Ibam. ne; 
viendraient pas tant (jue les Arméniens ne descendraient pas dans |a plMOÇi et nanTaient^ 
p4Pi,^it 'une déiQOiteUration décdsive oodtre l^e.Perseak> Opendanti» ajotiliait'il, si les Huns 
i|e .njifnneilt pas; llbéri^ seri»iMfaiUlibfeAe«ijk rawg^ai AMgré. Jkur délîance et leurs triale^ 
piff^e^atiipentev: les Arménieps se: laiàsèreiit persuader < de 4eaeteiA4re dens k pl^j^e deD^juT'* 
maiA/)^ Gw itWMio<u?fea du im deiCMwgie feraieM'cr^îretqttliL était seprètegM^t allH ^eB 
Pwse#,: et 4«*ijl Youl^it' pliitôk perdra lesAroaéijeM qne. sauver aw. pa7$9 d!où, lea w^ 
ne!«»i^, eomniw^ Qd l'ai tu, «*élaie;A d^ lïetiréa. A -peine les chrétiens ét^eut-iJ^ diepMis* 
qi^atfe* joura «Uns la poeilion todiiioée » le g:éiiéral persan. fttihraA vint camper enti:^ eia 
et, 1^, KouTi ie ^ le) obligea d«» se rcAbrer flMS lQip>. Maigrie la dtfeçtion d'une ps^rtie 
d« §es.U:aup^9 Vabm préswta; la bataille « reAnemi^ Wal^lang et les si^oa fiu*ent plam 
c^.« fa^e ï -gaAiolie 4 mata. pondant: que lïsiile dreite^ et. le œntre,. eonunandée par les pcia^ 
ce* Camsaracafiai, (aisaient .des paodig«8 de valeuri lee Ibériew et les Arinéaieoa qai étalant: 
dj^Si l4pr# tapga prirent la fuite, eo criant:. eSaujva quèipeuit!» La bataille fut perdue, 
eft ValiMi ae retira deiis la Taïk') : c'étaic au priatempa de. Tan .kS2. Comme pour rel^ 
Yfr \^ ^iKagi^ dea Arménieaa, WaUtang fit répaiMke^ pàf dee sorciers et devins la nou-^ 
V^k^^qW lâ^nuyrzpan SahaQ^ Bagratide, et le, gfaéwdnViaisae ' JMeaweonien» frère de Vafcan» 
p'avai^nty rP^s été tués dans la bataille. La fabla: aaocrédito parmi ^ troupes, les feainiei» 
siirtw^ la. propagèrent; mais Vabaft, quoique' : malbeuDeuMineot trpp oertein da la. oMrts 
dfnfiçs d^ua ;p^Rsowagea> eniegra une péiAie de bea teoupta' en Ciéorgiie., pour aassurer 
#1 V^mment Vasa^ lèt Sabac s'y trou vêtent i peadaat ce tempar^à un autre gé*inrif pétri 
a^ff : .^2^li^l^r^Ha»4ra?eiikht ^ attaqua ceux des Armémena Mette k. B^tfo avec Vabao, et 
lm/4éfit;Ai Pqinf4ète«i|int fw ce général (ait àrpeiiié échappée;. C*étai( a« cpamencunienb 



.1 . • 1 1 



^) Oe lieu e«t inconnu ; Sléfannos Orbélian qui le mentionne ch. XVIII de THifitoire de Siounie , dit 
eeulement qu*il était 6ur le bord du fleuve Goub , lisez Çomt ou iTotir. Y. Bullet. ecientif. t. IX , p. 255 ; 
Lazar, p. 231. Je crois que la forme arménienne est une altération de Gcrdmtm, provenant du géorgien 
Gardaban ; car le théâtre du combat se trouvait dans ce district. 



*) y. aussi pour ces faits Vardan , p. iS , mais très en abrégl^. 
') Lazar , p. âSÎ ; Lebeaû t. Vn , p. 287. 



^' ^C\L • ■'*•!' <: '*; '» ^ 



80 Addition 8'VTioi.AiiGi$8EME NT 8. 

Mécontent de la conduite amUgiie de Wahfatang» Péroz, qui allait enb^prendre une 
nouvelle campagne contre les Huns, en Hyrcanie, envoya Hazaravoûkht do côté de VAW 
banie, aveô ordre de prendre en passant, de toer ou de eluisser le roi géoi^n. Le gé-^ 
néral persan fit tout ce qu*ll put pour attirer ce dernier, mftis il se tint sur ses gardes 
et y se voyant même ri)afndonné par nne partie de ses auxiKaires arméniens» qui passèrent 
an Perses, alla vers la Mingrélie ^). Hazaravoukht quitta alors la Géorgie, et le roi de 
Perse fut trop occupé d'ailleurs pour donner suite , de ce côté , à ses premiers projets. 
La soumission dé 1* Arménie sous Vagharch , successeur de Péroz , entraîna celle de II- 
bérie et de 1* Albanie. ^) 

Jetons maintenant un coup - d'oeil sur Tensemble de ces faits , ponr voir si la dim« 
nologie en est conforme à celle de Fauteur géorgien. A quelle époque Wakbtang fit -Il 
périr Tapostat Vazgen^ meurtrier de la reine Cboucbanic^ quand les généraux persans 
Mihran et Zarbmihr eurent-ils ordre d'entrer en Géorgie; enfin quand le roi Wakbtang*, 
suivant le dire des Annales, put*il accompagner Péroz dans l'Inde? Voili les points ôa- 
pitauz qui doivent être éclaircis. Suivant les Arméniens, ainsi qn'on l'a va plus baiit^ 
Se. Cboucbanic mourut en %58, et Vazgen fut tué en la i5e année du règne de Péroz ^ 
donc vers kl2 ou ib'TS , Si Ton tient compte du règne si court d'Ormouzd. Or, à cette 
époque , Tbistoire géorgienne dit que Wakbtang était au pays des Huns avec Péroz, déjà 
depuis sept ans. Les Arméniens ajoutent que Mibran livra bataille k Vahan et k Wakb- 
tang en ik'Sl , et que Zarhmibr fut envoyé en G^rgie en 483 , lorsque Péroz accraiplis- 
sait contre les Huns sa dernière campagne, ^ celle où il monruté Ou a pu voir dani 
THistoire de Géorgie, p. 188, note 12, que la cbrono1(^ie des dernières expéditiom de' 
Péroz au pays des Huns . n'est pas connue , et^ que les Géorgiens ne parlent point de la 
mort de ce prince, quoiqu'ils donnent i- peu -près les mêmes détails que les Byzantins 
sur les autres événements: il sera donc permis de supposer que Wakbtang accompagna 
Péroz, alorç son allié, dans différentes expéditions > entre 466 et 472; qui son retour, 
il se trouva assez fort ponr faire acte d'indépendance en punissant le meurtrier de sainte 
Cboucbanic et prenant parti pour' les Arméniens, soulevés contre les Perses ; qn'enfîa 
les tentatives de Mibran et d'Hazaravookht contre la Géorgie , dont l'bistoire géorgienne 
ne parle pas, furent la suite de la défection du roi de Géorgie, qui, cela étant, avait 
bien pu en 482 et 483 jouer à l'égard des cbrétiens le rôle, il est vnu peu bttnoriUo, 
dont les bistoriens arméniens cbargent sa mémoire. 



• I 









»■ t • I <. 



) Lazar , p. 255. 
') On trouvera Tensemble de ces fiiiU cbez Laiar de Pb^be , n. 219 — 278 ; Lebeau , t. Vil , p. 



258 - 290. 



Addition IV. 

ADDITION IV. 

Sur le royaume de Laziq ue. 



L'histoire de la Lszique est intimement liée à celle de l'empire grec et de la Perse, 
durant pins d'un siècle, 455 — 560; plus tard elle y joue un rôle secondaire et n'y re- 
paraît que par intervalles. Cette histoire , d'un autre côlé , se rattache à celle de l'Aph- 
khazie , tant grecque que géorgienne , et celle - ci ne peut être bien comprise si l'on n'a 
pas des idées e^iactes sur l'origine des Bagratides en général , et principalement de ceux 
qui régnèrent en Géorgie. Ce sont donc trois sujets qu'il convient d'exposer claireotent^ 
Nous parlerons d'abord de la Lazique, dont la principale époque s'est accomplie dans le» 
soixante premières années du Vie siècle chrétien ; il sera question des Bagratides après Ic ' 
règne de Gouram - Gouropalatc , et enfin de l'Aphkhazie , lorsque les premiers rois de ce 
pays paraîtront sur la scène. 

Le nom de Lazique , dans le sens grec du mot , étant entièrement inconnu aux an- 
leurs géorgiens , il importe avant tout de savoir ce que les Byzantins entendent par ~ li ' 
et de rerueillir leurs données géographiques. Selon ces derniers , la Lazique est un pays ^ 
situé sur les deux rives d'un lleuve qu'ils font venir tantôt des montagnes de l'Arménie , 
tantôt du Caocase , et portant à sa source le nom de Boas ou Voas, i. e. le retentissant^ 
vers le milieu de son cours celui de Phase , enfin à sou embouchure celui d'Akampsis ,' 
i. e. inflexible, et qni se jette dans la mer Noire, soit à l'angle méridional, soit vers le 
milieu du rivage occidental de cette mer : données contradictoires , tout à-la-fois exactes 
et fantives , montrant que les Grecs , malgré leurs longues guerres dans ce pays , ne le 
connaissaient pas sûrement , puisqu'ils ont confondu deux cours d'eau très éloignés l'uD 
de l'autre, le Tchorokh et le Kion ou véritable Phase, et que même ils formaient le 
cours de ce dernier de portions du Rion, de la Quirila, de la Dzrroula et de la Tcbkhé- ' 
riméla. Sur la gauche du Phase la Lazique n'avait qu'une journée de profondeur et une ' 
tente ville considérable , Pétra , dont le nom latin est caché maintenant par quelque ' 
nom national inconnu. Le dernier voyageur qui ait visité ces contrées , M. Dubois de 
Montpéreux , croit voir les restes de cette fameuse Pétra dans les ruines encore debout 
d'Oudjénar , dans le Gouria ; mais sur la droite du même fleuve étaient les principales 
habitations des Lazes, ArcUéopolis où Tzikhé-Godji, Kotaïsium ou Kotatisium, la Koutha- 
tbis moderne , Kbodopolis ou Wartzikhé , Scanda et Chorapan , ainsi que d'autres locali-^ 
tés dont les noms , à - peine altérés , se retrouvent encore sur les cartes de l'Iméreth et 
de la Mingrélie'). La Lazique grecque se composait donc de l'Iméreth et de la Mingré- 
lie actuelles , au moins depuis le mont Péranga jusqu'^ l'Abacha et à la Tékhour , ver* 

•>.,.') V. lei atitonlés dans Slritleri , Memor. populor. t. IV . p. 3 , ^J , iâ. k») ik mmi »• ■tlftin ii. »■ 
AddiL M écL 11 



82 Addition siT ^ciiib^issements. 

le N. y et au S. depuis TAdjara jusqu'à la mer , en descendant jusqu*à Bâton , sur la 
droite et à rembouchure du Tchorokh^ de façon à embrasser tout le Gouria. G*était, au 
S. du RioUy toute la Taïk des Arméniens, moins la Mpscbie ou bassin du Konr supérieur. 

Le peu que nous savons de ces contrées , par les auteurs géorgiens , c'est que de 
toute antiquité elles furent Tapanage d'Egros et de Mtzkbéthos , ainsi que de leur posté- 
rité ; qu'elles appartinrent au royaume géorgien , sous^ Pbarnawaz , qui y plaça quatre 
éristbaws; que les Grecs conquirent la Mingrélie, sous Wakbtang * Gorgasal « et la lui 
rendirent, comme dot de sa seconde femme, Glle, à ce quoo croit, de l'emperfor 
Léon II; que ce roi les laissa eu apanage a ses enfants du second lit; que Datcbi ,. wq 
fils et successeur, en enleva une partie à ces derniers, et leur lais^j^ . seulemeat Je Dja* 
wakbetb ; enGn. que , sous le roi Pbarsman Y, tandis que la véritable Géorgie était ^soms 
la vassalité de la Perse, la portion de ce pays à TO. du Kour. supérieur recommissaik. la 
souveraineté des Grecs. C'est dans le temps même où, suivant les Annales géoi^oamiai 
les descendants de Wakbtang avaient dans ces rég;ioDs le titre, de mtbawars, <m é^ gin^ 
verneurs féodaux apanages , que la Lazique devint le tbéàtre de guerres longues et saur 
glantes entre les Grecs et les Perses. 

11 faut encore remarquer que les Byzantins , pour la même époque , . donnent „. par 
abus , • le nom dlbérie à une portion de territoire qui n'était ms la, Q^orgie propreipeat 
dite, et qui paraît avoir eu des maîtres portant le titre de roi,s, doi^ l*bisloire dfi GéoTr 
gie ne fait nulle mention. C'était sans doute la province dont Adranutziiun ou Artaoûadj 
était la principale ville , et dont , au Xe siècle , Constantin Pprpby)r,0|génète |pit la' dfsSr 
cription sous le nom dlbérie; qui fut donnée à Tempire greCj sous, le; même nom, far 
un certain David couropalate , Bagratide, au temps de Basile H,, puis sous Con^tapiiMnr 
Monpmaque , et lui fut enlevée par les efforts persévérants des, rpis géorgiena }B*^ 
gratides d'Apbkbazie et de Rartbli. 

Ce que les noms de lieux ont déjà démontré ^ à savoir que la jUoBfque : se coi^posalt 
de provinces démembrées de la Géorgie, sans qu'on sacbe J'bistoire de qf).^||niainbp'eiDieat| 
la pbilolqgie. le prouve surabondamment. En effet les |roi^:dtalectes, ou patois -.uaité^ d^m 
le La^iistan de nos jours et dans le Gouria > ne sont; queues altéra.tio^s du.mÎQgrélimi^y 
qui ^t lui-même un rejeton de la langue géorgienne y s'A £iut 8*en .^ni^.aqi^prcclvrfjt^ 
de JUaprot^, conOrmées par celles, dun^ œture plus poaiUyo^ du 4oct^iur. Rosen^ iÇ'f^ai4 
à mon, sens, le témoignage palpable, ou dune parei^té entre les raçeSi qui h^l^tenti^ 

* ■ 

pays, ou du moins d*une fusion opérée, soit pi;r ta coaquAtei Sfoît pac d*i|itiniea f t,ci9iirf 
stanta rapporti, remontant à la plus bizute antiquité* ^) , ..,r 

^> fttapi^tk, dans voi^rAsià polyglotU, p.-ll>l , sqq.; éli^4Xoia4ialecleâ4e la lMigM4ài6:i4^eott 
ia Qonia, 4è.H<ipe ou Kraïnia«i:4e:TrébjMHMlQ v:dopt il ttonw 4b sMfbheux èdkMtàlloq* ett^paiati^ 
Hope est , je crois, le Rhopha, petit bourg et port très fréquenté à Tembouchure de la rivière Abou-Iala, 
à 21 milles au sud de Gonia , 4ont parle te R Minât ']i^klMRrij/dai»)M 



A D D I T 1 O If ^ IV.' 83 

Ce» aperçu étant » à ce qu-il me parait , incontestables', oii a lien de s'étonner do 
silence dea Annales géorgfiennes sur lliistoire de peuples faisant partie de la nation de 
Kartbios, mais ce silence peut s>xplîquer d*une manière asses plausible. D*abord les An- 
nales géorgiennes ne sont point une Histoire^ dans le sens rigoureux du mot, du moins 
pouTi les temps anciens; car elles n*ont pas été entièrement composées par des témoins 
4icalairf8 ou par des contemporains : ce sont de simples recueils de traditions , desquels 
on ne peut exiger la précision si justement admirée dans les écrits des modernes. En 
aecond lieu^ lea Géorgiens n'ont été que très pauvrement renseignés i Tégard des peuples 
voisina et étrangers , tels que l'étaient pour eux , a cette époque , les habitants de la 
Lasique , yassaux de Tempereur grec ; enGn , s'ils ne donnent pas de détails sur cette 
contrée » l'ensemble de leur histoire ne contredit du moins en rien les dires des £y- 
lantins et peut très bien se concilier avec eux : il me paraît que cela doit sufBre. 

Je n'ai pas l'intention d*exposer ici toute l'histoire de la Lazique, que l'on peut trou- 
ver déjli amplement racontée 9 tant dans les auteurs originaux que dans les extraits rai- 
Munés de Stritter , et qui ont été , de la part de M. Dubois de Montpéreux Tobjet d'un 
travail spécial^). Je me contenterai d esquisser les faits chronol(^iquement , aûn d*avoir 
occasion de constater Tidentîté des lieux et de fournir quelques notices nouvelles sur les 
personnages. 

Depuis que la Lazique avait été défendue par Dioclétien contre les invasions des peu- 
jrfes du nord, il paraît qu'elle resta en quelque sorte vassale des empereurs grecs, 
et qu'en d'autres temps elle partagea également le sort de l'ibérie , ainsi que je l'ai 
dit au commencement de cette Addition, mais elle eut toujours la haute main sur les peu- 
plades environnantes, telles que les Avasges , les Misimiens, les Apsiliens et les Souanes. 
ht principal résultat de la vassalité de la Lazique était, que les rois laces recevaient Tin- 
vestiture de leur suzerain étranger, quel qu'il fût, et recouraient à son assistance dans 
les circonstances difficiles. Ainsi en 461 Goubaze , le premier de ces dynastes dont le 
nom nous soit connu ^ fit la guerre aux Sôuanes avec un corps d'auxiliaires grecs, puis, 
pour le punir de s*étre retourné du cAté de la Perse , l'empereur Léon kr le força à 
abdiquer la couronne en faveur de son fils, et à venir à Constantinople rendre compte 
de sa conduite ^). En 52d, sous Justin 1er, Tzathès, fils de Damnazès, se faisait chrétien, 
et pom* ne pas ae mettre sous la dépendance de la Perse, venait également à C. P. rece- 



jaien , Venise 1819, 8^, S 1^7* Quant an docteur Rosen, sujet prussien, qui visitait ces contrées en tSU-, 
il f doDoé uqe bonne petite grammaire de la langue laze , oà tous les mots sont écrits en leUres turques 
et transcrits eu lettres européennes , Berlin 1844 , 4®. If. Bopp a lait un Rapport très favorable sur cet 
ouvrage dans les Comptes-rendus de TAcadémie de Beriin , du mois de décembre de la même année , et 
j*en ai bit le sujet d'un examen raisonné , dans le No. 9 du t. II du Bulletin historico-philologique. 

^) Stritter, Mémorise popul. t. IV, p. 21—175. Dubois, Voyage autour du Caucase, t. II, p. 67—133. 

*) Stritter , t. IV , p. 24 , sqq. 



8^ 



Additions. crécLAiii^issEMEfiTs. 



voir de Tempercur les insignes royaui ^). Tons les autres rois lazes qoi nous sont oonnos 
depuis lors furent aussi installés sous Tinfluence des Grecs : ce fut préciséoient pour dé- 
truire cette influence et reprendre des droits anciens sur la Laiique, que les Perses fi^ 
rent aux Grecs y durant quarante ans , les guerres quon va rapporter. 

En échange de la faveur dont ils jouissaient , il ne paraît pas que les Laies fussent 
soumis à aucun tribut ; ils ne fournissaient même point de contingents militaires ; mats 
ils s*obligeaient à garder les passages du Caucase situés de leur coté , ^par où les peuples 
du N. pouvaient pénétrer sur les terres de Tempire, ils nourrissaient les troupes grecques 
employées à la garde des places et à la défense du pays. Toutefois, comme leur pays 
était très pauvre en blé « il arriva plus d'une fois qu'ils furent obligés de renvoyer .leurs 
défenseurs y faute de pouvoir les nourrir^); cela eut lieu notamment en k%i et en 5S0; 
en effet les Lazes, comme aujourdb'ui leurs descendants les Imers, se nourrissaient prin* 
cipalement de millet , dont la pâte froide , lourde et insipide , ne saurait phire i ceux 
qui ont l'habitude du pain de froment. Pour se procurer le sel, aliment de première né- 
cessité dans un climat humide, et qui manque tout-à-fait chez eux, ils faisaient avec les 
Grecs un commerce d'échanges , consistant de leur cdté en cuirs écrus ou préparés , • en 
toiles et surtout en esclaves des deux sexes. Malgré cela, il fallait bien que la Laxique 
offrît d'autres commodités pour la vie^ puisque durant tant d*années de guerre elle fut 
continuellement sillonnée par des armées considérables: Merméroès, en 550, avait avec 
lui 50,000 hommes, et les Grecs probablement un nombre de troupes & - peu - près ^al, 
tandis que dans les huit derniers siècles l'iméreth et le Gouria réunis n'auraient jamais 
pu mettre sur pied plus de six ou huit mille soldats, et ce pour un temps extrême- 
ment court. 

La Géorgie occidentale s étant donnée aux Grecs, sous Warat>- Bakar , ceux-ci cru- 
rent sans doute avoir sur le pays des droits légitimes. Leurs premières ezpéditioDS dans 
la Laxique datent , ainsi qu'on Ta vu dans les Annales , p. 89 , du temps des empereurs 
Marcien et Léon 1er, pendant la minorité de Wakhtang - Gorgasal. Les Lazes, à moitié 
chrétiens , mais vassaux anciennement de la Géorgie , relevaient en quelque fà^on de la 
Perse : aussi leur roi Goubaze se tournait , suivant les circonstances , soit du eftié dea 
Géorgiens , soit du côté des Grecs ; mais Wakhtang , par des expéditions heoreoses , 
comme aussi par son mariage avec une princesse du sang impérial , rénasit à arracher 
aux Grecs toutes leurs acquisitions de ce côté. Après avoir associé son fils au trône, en 
461 , Goubaze fut obligé d'abdiquer la couronne ou au moins le commandement, car il 
est à -peine croyable que le petit chef féodal de la Lazique fôt un véritable roi. Ad fils 
de Goubaze succéda très probablement Zamnaxe ou Damnaze, et à celui-ci, son fils Tza- 
thès , qui se fit chrétien et épousa Valérianà , fille d'un seigneur grec ; il reçut de Jus- 

1) V. Lebeau , t. VIII , p. 27 , a. i. 
*) Slrilter , I, IV, p. 24 , 69. 



' . i" 



A D D 1 1 1 If I V. 8S 

tin 1er les insignes royaux. Les faibles successeurs de Wakhtang-Gourgasiao négligeaient 
tans doute une province qui ne leur obéissait pas immédiatement, et qui s*étajt séparée 
d'eux pour pratiquer la religion du feu , en sorte que ce furent les Perses qui prirent 
fait et cause des empiétements des Grecs dans la Lazique. Pour pénétrer d^ns ce pays, 
les Perses étaient obligés de traverser Tlbérie ; leur passage ordinaire se faisait par les . 
défilés situés aux sources du Phase, c^est-à-dlre de la Tchkhériméla , et qui portent en 
géorgien le nom de Tasis-Car, improprement changé aujourd'hui en celui de Pas de 
Baijom ou Bordjom. Sur sa route Tannée perse , envoyée par le roi Kobad , envahit , en 
523 , ribérie , dont le roi Gourgénès se réfugia en Lazique , avec son ûls Péranius et 
arec toute sa noblesse , et de là se retira à Gonstantinople ^). La raison de cette expédi- 
tion était l'acte d'autorité fait par l'empereur, en conférant la royauté d'un pays que la 
Perae prétendait être placé sous son influence, et le refus de Gourgénès d^embrasser le 
magisme. Les Lazes n'ayant pu ou voulu défendre les deux châteaux de Scanda et de 
Cborapane , qui , du côté de Tlbérie , garantissaient leur frontière , ces places tombèrent 
aux mains des Perses. Comme cela se passa au temps de Bacour II , il nest pas possible 
d'admettre pour cette époque un autre roi de Géorgie , et conséqucmment il faut que 
le Gourgénès dont parlent les Byzantins ait été un dynaste ou éristhaw de quelque pro- 
vince, peut-être du Somkheth , dont le gouverneur, presque indépendant, s'était fait 
durétien avec sa famille au temps de Bakar 1er , successeur du roi Mirian. Si c'eût été 
un véritable roi géorgien ^ les Annales n'auraient pas jnanqué de faire mention de lui. 
C'est d'ailleurs la première et seule foia qu'il paraisse dans Thistoire , ce qui n'aurait pas 
eu lieu s'il eût appartenu à une dynastie royale , ayant occupé le trône avant ou après 
cette époque. 

Quoi qu'il en soit, Tzathès étant mort, son fils Goubaze II lui succéda, et les Grecs 
l'aidèrent à reprendre les places enlevées par les Perses^ ce qui arriva en 528. A la paix 
conclue , en 533 , entre Justinien et Khosroés , fils et successeur de Kobad , les choses 
restèrent dans l'état où la dernière guerre les avait mises. Les Ibériens venus précédem- 
ment à Constantinople eurent la permission, dont ils ne profitèrent pas, de rentrer dans 
leur patrie. 

L'année suivante un autre dynaste ibérien , Zamanarsès , nouvellement converti à la 
religion chrétienne , vint encore , avec sa femme et ses grands , réclamer la protection 
de l'empereur Justinien, qui le reçut avec beaucoup de bienveillance. Les Annales géùt^ 
giennes, p. 126, parlent en effet d'invasions des Perses en Géorgie, sous le règne de 
Pharsman V , qui purent bien avoir pour résultat de forcer quelques - uns des principaux 
habitants a quitter un pays où la religi.on chrétienne était persécutée, ainsi que Thisto- 
rien le remarque. Du reste I^beau hésite très sagement à reconnaître Zamanarsès comme 

^] On ne sait ce qu*il devint ; ponr ton fils , ils se mit au service des Grecs et mourut en 5ii. Le- 
beaa,t. ym,p. 133. 



0$ A D D I T 1 N s. /t T i P !« A.l B jC 1 ft s E M E If T 8. 

véiiUbleDient roi de Géorgie^); il faut donc que les auteurs grecs aient d^nné le nom 
d'Ibérie h ua autre territoire que celui qui le porte comonunéiuent » et le titre de roiià 
lia personnage à qui il na convient pas. La femme de Zamanarsès fut très bien triHée 
de l'impératrice et repartit peu après, avec, son mari. :. t >. 

,£n 5^1 la Lazique se révolta contre les Grecs ^ a cause des vexations qn*eMo é pn w i 
vait de la part du général Jean Tzibus. Ce gouverneur avait engagé Tempereor à « M i 
truire, au bord de la mer, la citadelle de Pétra , sur la gauche du Pbaae. Las Laiei 
appelèrent les Perses à leur secours, en. leur remettant en aaémoire que leur f^ym ^iêÊL 
autrefois entretenu avec la Perse des relations amicales , constatées par des actes aullHtt* 
tiques. Les Perses donc traversèrent Tlbéri^ , pénétrèrent dans la Lazique , sous, la oo»» 
duite du général Aniabed , et s'emparèrent de Pétra , mais après un échec qui eaâta la 
vie à leur chef, mis à mort par ordre de Khosroès. Cette place étant entre la mer atli 
rive gauche du Boas ou Tcborokh, il paratt que les Perses y vinrent par les contrées: ai*- 
tuées au N« de TArménie et vers les sources du fleuve , en un mot par la Taïk , ééat 
ils avaient appris les routes au siècle précédent , durant leurs guerres contre lea. demian 
défenseurs de Tindépendance de TArménie. Outre ce que je viens de dire de laisiUiatloM 
4e Pétra , on sait encore qu*elle se trouvait non loin du lieu ou la rive du Pont^Etû 
eopunence à se diriger du S. au IN., à une journée de distance d^Apsarus, la dernière 
ville de la Tzanique , a une petite distance de la mer , et , du côté de terre ^ accèasiili 
seulement par une gorge bien défendue* Les révolutions du terrain ne sauraieoC aveir été 
<telleSi depuis un millier d'années, qu'il ne soit possible de reconnaître une localité 4uê 
e^s c^iUons; mais du moins aucun des renseignements historiques connus n'autorisent 
à la chercher au N. du Tchorokh, au milieu des ruines qui couvrent là le Gouria. ie 
eroia donc que M. Dubois s'est trop livré à spn enthousiasme d'antiquaire, en . déterminant 
la position de Pétra sur l'emplacement des ruines d'Oudjénar, sur une émiaence rochense» 
an confluent de la Skourdébi et de la Natanébi ^). Je ne discuterai ni B» veux nier lea 
faits sur lesquels repose son opinion > parce que les ruines qu'il a examinées sont bemu*- 
coup i trop loin de la position indiquée par les autews, mais je renvoie les lecteurs il. son 
livre même. Le patriarche Dositbée me paraît également dans Terreur, quand il dit que 
Pétra était à vne heure de distance do. Kobouleth, vers l'orient'): c'est par inadvertance 
qpe.Jai dit le contraire de ceci dans un article du Bulletin scientifique*), car je tombais 
par*Ji dsa^ uoa contradiction manifeste avec moi-même. Khosroès, en partant de Pétra ^ 
j laissa une garnison, et,; en 5fc5« lorsque Justinien conclut avec lui la paix pour taMl 
lejreste de l'empire, on convint d'une trêve de quatre ans pour la Lazique^') 

^) Hist. du BaêEmp. t. WA, p. 282. 
*) Voyage auroal> Ai €Micàte ,' t. II , p. 85, t. ni , p. 86 sqq. 
*} y. Bullet. scientif. t. V, p. 249. 
1 *>T. VI, p. 155. .:..•,...■....-. 
*) Lee détaîli de cette guerre ee trouvent dan« Touvrage de Lebeau , t. IX , p. 44 sqq. -^ et 1S3. 



A » t> 1 1 ff N IV, 87 

Cette trèw était ser te point d*expirer , qmnd'.KiHMroès tonlant , du ménie coup ,. 
n'wBtmw Bolt ta Laiique, dont les peuples étaient mécontents de son g^oavernement et trèa 
attachés à la religion chrétienne , soit Tlbérie , que le voisinage d*un pays, offrant un 
aajie en cas de malheur rendait chancelante dans son obéissance^ Khosroès » dis««jê, ré- 
totut de faire périr le roi Gonbaze et de s'emparer de toute la contrée. Mais Varsansès, 
un noMe Laee, que le roi de Perse croyait dévoué à ses intérêts, prévint Goubaze, et le 
fra du ciel, dit -on, détruisit les approvisionnements de bois pour la construction d^une 
flotte'^ que Khosroès avait Tintention de lancer sur la mer Noire. Goubaze réclama Tas* 
sisùnce de Jusiinien , qui lui fournit des troupes , de l'argent pour lui et pour soudoyer 
ad corps d'Alains. Daghistée , général grec , mit le siège devant Pétra , et Taurait prise 
sans son étourderie et sa présomption. Le général perse Merméroès, après avoir éprouvé 
on Sfmglant échec dans le défilé de Tachis-Car, à l'endroit où le Phase marque la limit* 
de libérie et de la Lazique , se porta en neuf jours de marche vers Pétra , qu'il ravi- 
tailla , et força les Grecs à se retirer , quoique la valeur d*un Arménien , Jean Gomès , 
fils de Thomas , les eût déjà conduits sur le rempart de la forteresse ; mais dans sa re- 
ti^ite Merméroès fut battu par un corps de Lazes , ^commandés par Phoubélius, au dé-: 
bouché d'une montagne dont la situation n'est pas indiquée par les historiens; dé là, 
ayant regagné le Phase y il essuya une seconde défaite , près d'un gué du fleuve , qu'il 
ne connaissait pas, et que les Lazes traversèrent durant la nuit : de sorte que tout ce qui 
restait^ de H,O00 Perses entrés en Lazique, fut obligé d'évacuer le pays. C'était en 5k%.^) 

U est bien évident ici que les auteurs byzantins, faute d'une connaissance exacte du 
paysi» ont donné en même temps le nom de Phase à- deux fleuves entièrement différents > 
l'un y le Boas ou Tchorokh , sortant du cMé de Pharangiiim , entre l'Arménie et le pays 
d€S;Tsannes, et prenant à son embouchure lé neuf d'Acampsis , que rend parfaitement 
l'arménien fvty'^Lb tehoghokhiéU^[itx\\Ae\ Y mire , le Phase, tels qu'ils Tentendaient, 
sortant du Caucase et contournant la chaîne dé montagnes formée du Péraoga , du Likh^ 
d» Phersath et du Ghado, qui sont naturellement la limite de libérie et de la Laziqtte 
d'alors. Pétra était la seule place forte de ce dernier pays sur la gauche dudit fleuve» 
tandis que la majeure et la plus belle partie de la Laziqoè était sur la droite du Rhéon 
et de /ses afifluents, c.-à-d. dans l'Iméreth. 

i : L'année suivante , le général perse Khorianès entra directement dans la Lazique et 
vint camper dans la plaine de MoukiUrisis, entre te Hippus ou Tzkhénis-Tsqal et le 
Rhéon , dont la situation et la topographie répondent au W^çé ou plaine de l'Iméreth 
moderne. Il avait probablement suivi la gauche des aflSuents qui forment la prolongation 
du Rbéda.,et traversé ce Qeiive sur un poiot qui n'est pas indiqué, peut*- être même au 
gué qu'avait fait connaître aux Perses leur défaite de la campagne précédente, il fui battu 
par les Grées et les Laaes i^é^mis , périt vdina la -bataille , et les^ Perses durent eneore se 



') Sur cette campagne , v. Lebeau , t. IX , p. 196 sqq. 



8$ Additions. .KT ici^itmCissEMENTs. 

jcetirer. Les Lases » en cette rencontre , firent prenve de ce caraclire impétntnx et de ce 
peu de ténacité que Ton reproche encore à leurs descendants^), et faillirent compromet- 
tre le succès de la bataille. 

Cependant les Grecs, conduits par Bessas, avaient, en 551 , repris le siège de Pé- 
tra y défendue opiniâtrement par les Perses , s^étaient emparés de cette place et Tavaiest 
démantelée, tandis que le général perse Nabédès revenait avec une armée, plus forte que 
la première , où se trouvaient des éléphants » et pénétraient jusque dans TApsIlie , qui 
parait avoir occupé la même place que le Samourlakhan de nos jours , entre la Lasâque 
el le pays des Abasges. Là il se rendit maître momentanément du fort château de Tti- 
bîlum^), de la veuve du roi laze Opsitès') et de 60 ^otages» qu'il envoya en Perse. La 
mauvaise conduite de Nabédés, qui avait voulu . séduire la femme d'un chef laie, 
Terdétès ou Trdat , excita une révolte où tous les Perses furent massacrés et TApsilie 
perdue pour eux. D'autre part Merméroès , qui était venu . pour secourir Pétra , apprit 
qu elle avait succombé ; ayant traversé les gués du Rion , il marcha droit à Archéopolis , 
qui parait être la Tiikhé - Godj ou Nakalakew de Mingrélie , et dont les ruines , récem*- 
ment explorées par M. Dubois ^) , offrent encore des traces de constructioAa , témoins de 
Tanctenne importance de cette ville. Les Grecs y avaient un bon corps d'armée et mi 
second en-decà du Rion, vers son embouchure. 

Les Lazes avaient détruit les forts de Sarapana ou Chorapan , Rhodopolis fm War* 
tzikhé , et Scanda , situés vers lentrée de leur pays, afin de n avoir pas le souci de les 
garder, et parce qu'il leur était impossible d*y entretenir convenablement les garnisons 
grecques; Merméroès se contenta de restaurer Scanda et marcha contre le camp des Grecs, 
sur la rive droite du Rion. L'ayant trouvé évacué , il revint sur Archéopolis. Il était sur 
le point de s*en rendre maître , grâce à la trahison d un Laze , lorsqu'un accident arrivé 
a un de ses éléphants mit le désordre dans ses tflbpes et le força i retourner à son 
camp de Moukhirisis, à une journée de la viUe^). Merméroès passa la l'hiver de Tan 
551, dans la ville de Cotaïsium ou Cotatisium, située sur le Rhéon , et dont les Laxes 
avaient détruit la partie à gauche du fleuve : cependant Xustinien conclut avet la Perse 
une nouvelle trêve , de cinq ans, La ville que je viens de nommer a conservé dans Ter-* 
thographe moderne et ses deux noms, Kouthathis, Kouthaïs, et sa.divisioii en deux par- 
ties*, Tancienne et la nouvelle, çejlle-çi également sur la gauche du fleuve: €*est la 
capitale de Tlméreth. Malgré la trêve, Merinéroès passa l'hiver à fortifier la- viHe, irel^ 

M Wakhoucht , Descr. de Ta Gé. p. 3fi3. 

• fil' 

'] Le nom de Tzibilum a beaucoup d^analogie avec celui do canton de Tsébelda, à TO. du Sonanelh, 
dans les montagnes du Giucase. I*indiqae toutefois ce rapprochement sans en rièh inférer pour la syno- 
nyaûe du lieu nêine dent il s*afpt . 

') Opsilès , oncle de Goubase « avait tégaéisur laLasique ê une époque qui ne aoÉs est paè eoÂnue. 

^) Voyage autour du Caucase , 1. 111 , p. 55-»S0. 

*) Lebeau , t. IX , p. 202 , sqq. • i .i . /; . „«.!,..•..■. -.ît. • 



Addition IV. 



89 



I 
I 

■ 



v«r les murs âe Chorapane; il sVmpara , en 552, par la trahisoa de Tliéophobe , un 
noble Lazc , de la furtcrcsse d'Oiikhiaii>rium , située entre Konthatliis et le pays des 
Souanes, et commandant la route des doux pays. Il se rendit mnitre également , en 553, 
de Telepbis, le Telépba des modernes Imers ; de Cbylropolia ou Ollarin, dont la position 
doit être sur la Kwéwroula, la rivière des vases de terre; enGn, n'ayant pas réussi dans 
une nouvelle tenlalive contre le fort de Tsibilum et contre Arcbéopolis , il fit ses prépa- 
ratifs pour attaquer le camp retrancbé des Grecs , situé entre le Docon ou la Tékhour 
et le Rion ; mais avant cela il traversa le Kion sur des espèces de radeaux et se porta 
vers le fort d Ounogouris , qu'il avait construit , non loin de la ville laze , et en excita 
la g:»ruisou à bien Caire son devoir. Pendant ce temps -là Cioubaze et les siens vivaient 
dans les moutagnes; )e roi ne voulait, eu aucune façon, se rapprocher des Perses, qui 
avaient essayé de le faire périr, mais le peuple, mécontent des Grecs, appelait de tous 
ses voeux un changement. 

L'Ile ou cauip retrancbé des Romains était sur la droite du Rion , au confluent de 
la Tékhour , au lieu même où se trouve encore l'Isoulia des cartes russes, l'Isouletb des 
Géorgiens. La seule difficulté que l'on puisse opposer à la preuve résultant de cette frap- 
pante ressemblance de noms , c'est que les Uyzantius ne comptent entre ce lieu et l'élc- 
phis que 150 stades, ou environ sept lieues et demie, que les Grecs, fuyant de Télépbis, 
franchirent en uu jour , tandis que sur les cartes modernes il y a plus d'un degré de 
dislance ; et encore , selon les auteurs grecs , ce furent les eaux du Pbase que les Grecs 
Grent couler vers Docon, afin de compléter l'enceinte de leur camp, tandis que ^ d'après 
la pente générale des lieux , c'aurait dû être le contraire. On expliquera comme on vou- 
dra cette question de topographie , que l'etamcn des lieux cclaircirait peut-être ; mais en 
aocuae façon il ne me semble possible que I Insula des Grecs fût sur la gauche du Kion, 
entre ce lleuvc et le lac Paléastome , comme le prétend M. Dubois'). En effet, le Docon 
coulait du Caucase , comme le Rion , par conséquent , du IV. , et il fermait I Ile à lE. , 
deux choses qui ne conviennent ni à la Pétchora , ni au canal de Nadorta. 

La mort surprit Merméroès , en 55^^, à Mégistha ou Mtzkhétha , eo ibérie , où il 
s'était fait porter , malade , après la prise d'Ollaria. '} 

'] Voyage . elc. , t. II , p. 113) III, p. 6S sqq. M. Diiboid tombe à ce sujet dans une contradiction 
qu'il anrait pu éviter. En eOel , lorsque Merméroès , en 530 . voulut assurer les opérations du siège 
d'Arcbéopobs , il alla d'abord aitaquer le camp grec silué en - deçà du Pliase , i. e. sur la rive droite . 
comme le reconnaît nuire auteur (l. I! , p. 105) -. ce camp était l'Ile même , dont nous parlons. El pour- 
tant , huit pages plus loin , il dit que ce camp était dans une ile formée par le Pliase et le Ducone . la 
Pétchora d' aujourd'hui. Or la Pétchora n'est pas même un affluent du Rion. maïs bien du Paléatitome. 

') Lebeau , t IX , p. 312 sqq. Les Annales ne disent pas tin mot des rapports de la tiéor^îe avec la 
Perse . sous le règne de Pbarsman VI. sous lequel Merméroès mourut à Mtzkhéllia. mais il est probable 
que les choses étaient restées sur le pied ou elles se Uuuvaienl au temps de Pbarsman V. V. Aiuiales, 
Addil. et écL 1 2 



M Additions ferioLAiEtiissEMBiiTS. 

AiMsilM que la nouvelle en fut arrivée en Pêne, Rhosroèa nomma ffaklMMUgm gé^ 
néral de ses troupes ea Laziqne. Cependant Jmtimen , prévenu par Goubace de la vmn 
vaise conduite de ses généraux, envoya Bessas en Abasgîe et conBa le commandeaMst ^ 
larmée à Martin, & Justin, k Bonsès, à Rustieos et à qudques autres. Martin s'entes» 
dit alors avec Rusticus, pour faire périr Goubase. On l'appela, comme k une conférenea» 
pour délibérer sur l'attaque d'Ounogouris ; il vint , du cMé du fleuve Cobus , la KlkipÉi 
des modernes , refusa de prendre part à l'entreprise des Grecs et fut massacré lii , É&m 
les yeux mènes des généraux. Ceux - d se disposaient k Texécotion de leor plan cont^ 
Ounogouris, quand on apprit ia prochaine arrivée de Nakhoragan. L*assaut commeDWi 
et les Grecs sont prés d'emporter la place ; cependant 600 des leurs rencontrent on 
corps de 3000 Perses , qui venaient de Kontkathis et de Moukhirise , et fies forcent! à 
tourner le dos. La nouvelle de cet avantage redouble l'ardemr des assiégeants, mais ke 
Perses, qui voient qu'ils n*ont affaire qu'à une avant -garde, reviennent sur lesrs pav, 
diassent les Grecs et arrivent pMe^méle avec eux ii Ounogouris; la garnison fait alors une 
sortie et* force les Grecs k prendre la fuite. Ceux-ci se pressent sur le pont du Catharui» 
nom qui cache celui d*une rivière sans doute nommée Coder , et comme c'était la série 
route par oè les Grecs pussent se sauver , pour regagner leur camp fortifié , il s'en fil 
lii un grand carnage^ beaucoup se noyèrent^ le reste se dispersa de toutes parts, laissnM 
à Tennemi armes et bagages. Ce fut ainsi que 50,000 Grecs furent vaincus par 90^M0 
Perses. L'hiver suspendit toute autre opération.^) 

On connaît dans ces contrées une montagne • d'Ounagira , dont le nom géorgien i' il- 
gnifiant une setle , est commun à plusieurs montagnes en Géorgie. C'était sur la pente 
de rOunagira que se trouvait la ville d'Archéopelis ou Tzikhé-Godj; mais les WftmMMm 
assurent que celle-ci était ainsi nommée, d'une défaite essuyée par les Colques ou Lanea^ 
dans les temps anciens , de la part des Huns Ougours ou Oneugours^), et que par la 
suite on y éleva une église de S.-Etieime. Quant k la rivière de Catharus, seloi^ nief 
Codor , on n'en connaît pas de ce nom en Mingrélie, mais on retrouve près du théâtre 
de la bataillé de l'an 55^ un lieu ainsi nommé , el l'uss^ , fréquent en Géorgie , de 
désigner les rivières par le nom d'un des lieux qu'elles arrosent, permet de peneer (q^'ft 
y avait près de la localité en question une rivière qui en empruntait le nom. 



p. tfl6. U n'est question de Voecnpation 4^ la Géorgie , sons le rei de Peme Qurnrisd , qu*ao temps 4$ 
Baoeor III, 557-^570 ; v. Annàfea , p. 135. 

') Lebeao , t. IX , p. }17 , sqq: 

. " ■ *■ 

^) Comme on ne connaît pas h^Coriquement de natioa ainsi nommée > Ton peut rapprocher deeells 
tradition un (ait rapporté dans THi^toire des Aghovans , en arménien , par Mosé Caghancantovatsi , M-it 
du lins, asiat. p. 47. Cet aulear parle d*nn général dès Hansvnemnié Henagoar ^nlmfnm,^^ qm Wnt filtre 
faKorsion eu ^rse , sous le long règne de Chapouh , fila é^Ormâtû, 905^389 de l.-C., et qui feC fëè 
Nuhat singulier par Mmc, Ms^d'AnMlE, prince de âkNmiè , eiploif qui vahit atf vaim|uettr la risè- 



'}. ' t 



A Bt I T I O N III. 91 

Les Lates délibérèrent longtemps s ils quitteraient 1 alliance des Grecs pour se lîYrer 
au Perses 9 mais ils en furent détournés par la crainte d'être forcés de renoncer k b 
religion chrétienne. Enfin , de Vàyis d*un de leurs nobles , Phartadzès ou Pharad^ » et 
contrairement à celui d*Oeétes , ils informèrent Tempereur de ce qui s*était passé chez 
ma et lui demandèrent Tinvestiture royale pour Tsathès, frère puiné du roi défunt > qui 
était alors à Constantinople. Justinien y consentit. 11 envoya un certain Âihanaseï pour 
s!eiiquérir de cette affaire, et remit à Tzathès tous les insignes de la royauté , suÎTant 
y«Bcien usage. Rusticus et Jean furent jetés en prison h Apsaronte , et Tzathès inauguré 
avec la plus grande pompe, au printemps de l'année 553, tandis que Nakboragan, arriyé 
k Mottkhirisè , et l'armée grecque , de son côté , poussaient vigoureusement les préparatifs 
ée.la campagne prochaine. 

Au commencement de Tannée 555 les Misimiens , peuple du Caucase , autrefois dé« 
pendant de la Laziqoe et situé entre TApsilie et la Souanie , se donnèrent aux Perses » 
par suite des mauvais traitements que Sotérich , agent romain dans ces contrées , avait 
iaH subir à quelques-uns de ses compatriotes. Cependant Nakhoragan, avec 60,000 bon- 
BMS, allait mardier contre le camp fortifié des Romains, lorsque son avant-garde essuya 
un sanglant échec du côté d' Archéopolis , où se trouvait un détachement de 3000 sol- 
dats, sous la conduite du général grec Babas. 

Nonobstant cette défaite , Nakboragan prépara une grande expédition contre la dta« 
delle grecque de Phase, le Vieux-Poty, située entre le Rion, la mer et le lac de Paléa- 
stome, et fermée du quatrième côté par un canal déversant les eaux du fleuve dans le 
lac Cet ouvrage, dont M. Dubois croit avoir retrouvé les traces, porte actuellement le 
nom de rivière de Nadorta ^)» Avant de commencer les hostilités , le général perse avdl 
essayé d'amener Martin ii quitter la Lazique de bonne volonté , ce à quoi il n'avait point 
voain consentif. Profitant de robscurité de la nuit, Nachoragan dépassa, sur le Rion, 
In camp retranché des Grecs , qui s*en aperçurent trop tard pour lui dispoter ts passage. 
La flottille grecque dut remonter le fleuve pour gagner le camp retranché ; mais tandis 
que les Perses suivaient les sinuetités du courant, qui allongent considérablement la roule, 
kas Grecs, forçant de marche ^ les devancent , traversent le Rion sur d'autres vaisseaux , 
qu'ils avaient à l'embouchure, préviennent les Perses et prennent toutes les mesures pour 
les repousser. La garnison de Phase fait une sortie, dés le lendemain, et tandis qu*avec 
un courage désespéré elle repousse les assaillants^ d'autres ennemis travaillent à combler 
le canal qui protégeait la place. Le jour suivant Martin , pour animer ses troupes , se 
fait remettre ostensiblement une dépêche qui lui annonçait des renforts considérables, et 
c^âpèndant ui| détachement qe 5000 ^liommes ^ est envoyé h une chapelle trte vénérée » a 

litatton.dBae«élal«. Si ce.tfeiS.panpréciifanant eaBonagona qnfedamMrsen nom.au mont tfO uB ege u fi s , 
e'eil peat*étre unautm , qui ae ssmit avaneè |niqa.*en Géorgie. 

M V. fup. p. 89. 

*) Lebeau écrit 500, t. IX , p. 336. V. Agatbias , p. 100— IWi. 



92 Additions .!i:T é c LAiftiiissEMEfiTS. 

trois lieaes environ de la ville v sur la rivière Néoknos, dont la position n^eat point' con- 
statée ^). Une nouvelle ^ttaqoe est alors commencée par les Perées. An phis fort du eoo»* 
bat le détachement rencontre, en revenant, les Perses envoyés à la découverte dà renfort; 
les taille en pièces, tombe sur le gros de l'armée ennemie et y porte le troublé.^ iki 
corps de Dilémites , qui avaient enfin franchi |e canal , venait soutenir les Perses; il it^ 
court en désordre; les Perses^ déjà ébranlés j- croient que c*est une fuite; le trodite 
augmente dans leurs rangs, et il s'ensuit une déroute générale. Il ne restait plus fw 
quelques Perses, occupés dans les bois à préparer les machines de siég« : ceux-ci^ apér€#-^ 
vaut la. fumée de Finoendie des i>ovrag«8 de leur larmée^ croient que c^est celui des rofli^ 
parts de la vtlle^' qui étaient aussi de bois. Comme c'était le signal convenu, ilsacooorèat 
et sont également massacrés. Vaincus de toutes parts, les Perses se retirèrent alors vep* 
Kouthathis et Moukhirise,' ayiipt perdu une g'rande partie de leurs gens et tous iews ba* 
gages, et allèrent prendre leurs quartiers d* hiver en ibérie^). Du côté des Romains TaoK; 
née se termina par une enquête* solennelle sur le meurtre de Goubaze. Les deux assassins^ 
Rusticus^ et Jean, fureqt holiteOsemeDt mis à mort ^ et Martin, accusé de lepr avoir sog^^ 
g;éré'Fidée du orimey fut dénoncé -à Tempereuri' U fut dépooiHé du commandement 
sitAt quela paik permit de se* passer de ees- talents militaires et de ses services. 

L année suivante, en 556, Khosroès venant que. la guerre de Lazique, à cause àm 
disCaocés à franchir, onr pouvait jamais être avantageuse qu'aux Grecs, résolut de la ter- 
miner entièrement Les Persea venaient encore de perdre Rfaodopolis ou Wartziklié, reprise 
par les* Grecs, sous, le •commandement ^de Justin <et. du Hun filmin^our: il ne restait dotttr 
plusque peu .'de positions entre le^ mains des* Perses. Khosroès conclut alors une noiM 
velle trêve* de: sept années, ^ daasi lamelle la Laziqtae était comprise. Nakhoragan fut écor#^ 
ché vif,, éo punîtion 'dei'ses' fautes el-«urtout de < ses défaites i et chacun garda ce ^'11 
occupait parle.droit defla-guerre;' Atant la conclusion de eet arrangement, le sori des 
armeeavait encore rendu- 1^ i6rëcs% solis :1a ^oc^diiite d^ TAmiénien Varas et du Laie 
Pharsantès, maîtres* du C^rt de Tibels au pays dés MisinlïfeM^ de celai de: Tsakhaf#*).j 
ou citadelle de fer ,*• et* defr meilleurs positions de^ïa^contrée'; ^qtai dès -lors ^eorfu^^souf* 
mise, •comme elle Tétait ainiLazée'detoute' antiquité'^)/ Les Perses furent aussi obligé* dé 

') M. S.-Martin , ap. Leboau ,.t. IX , p. &^k , dit que celte riviàre doit être au N. d,u Phase *. je croil| 
que c eét une erreur, et qml fiidt hre au ^t^; car ce,lte nvièrç était sur la seule route que des rénrorts, 



< lîi 






■ »)'i:;jbeaa,i.ix':p.'iè*:"'"' '"'''"'' ''\''": "-"'■ "' •■'■"■■' '■' 

"") Sur ce npm, qui est .assez fréquent dans le Caucase , voièi quelqqes rapprochements à faire> quoi- 
que letymologie en soit inconnue : on* trouve Tsahkar , localité dans la vallée de la Choulawer (Wa- 
UiwiH^i,;i^l>esciv. de la OévfijM^F^^^Ozahkhouris eÉÉt«ndniLea^is|la«^;aii fiu£.dd Cakketlt<GÉrt»4iiki 
Géorgie et de lArménie , par J. N. Delille v'^VW) )i pe^t<l^re«u«i}bl«MMit fib^ra ; dans ^Oselh «< linàn 
t-il son nom d*une même racine. ^' «> .'it^ < 

*) Lebeau, t. IX, p. 340, sqq. ''*'' ■"^^' 'î ^ti.iiii^' *' «^^ ^ , /i i . o*/.. n:*> »»;-.:.: 



I t • 



A D D I T rd^w » rV. *- .' 93 

renoncer à leurs prétentions sor la Souaiîie , mais ce - fut beaucoup plus tard. Ce pays ne 
fut pas même compris dans la paix de cinquante ans ^ conclue entre Justinien et Khos^ 
roèSy en 562. En effet, bien que les ambassadeurs grecs eussent prouvé que les Souanes 
relevaient de la Lazique , qu'ils en recevaient des rois et môme le blé nécessaire à leur 
consommation , le roi de Perse ne voulait pas entendre à une cession pareille. Au lieu 
de se désister directement de ses droits , Khosroès consentit à n'en plus parier , et les 
choses reprirent leur ancien état. Seulement sous le règne d'Ormizdas II , Bahram , gé- 
néral perse , fit dans la Souanie , en 590 y une expédition heureuse ^) , la dernière qui 
soit mentionnée dans le Vie siècle. 

■ 

Pour achever d'éclaircir les doutes qui pourraient rester dans l'esprit du lecteur, je 
joins ici la liste des noms propres de fleuves , de lieux et d'hompies de la Lazique , que 
j'ai déjà fait imprimer dans le Bulletin scientifique t. VI , p. ikk — 157. 

il'" ' 

/.. Pontion de la Lazique, 

Au dire des Byzantins, lâ Lazique occupait les deux rives du Boas, à l'endroit ou il 
prenait^ selon eux, le nom de Phase; à sa gauche, elle s*étendait vers la mer dans un 
espace d'une journée, de chemin , ce qui suppose de ce côté des proportions assez res- 
treintes, car dans les montagnes les journées sont courtes. A la droite du même fleuve, 
elle occupait tout le pays jusqu'au Caucase, et Scanda ainsi que Sarapanis, étaient ses 
dernières forteresses du côté de l'Ibérie^); de ce même côté se trouvaient toutes les villes 
et forteresses de la Lazique, et par conséquent la masse de la nation, tandis que Tautre 
portion du pays, était peu peuplée. Il n'y avait pas de sel, de blé ni de vin, dans Lazique. 

En Tannée 5k5 , . les Lazei^ appelèrent les Perses à leur secours, mais ne voulant 
paf exciter la convoitise de leurs i^oq veaux alliés^ en les faisant passer par les parties 
les plus florissantes de leur p<^s, ils leur firei^t traverser le Boas et eurent soin de lais- 
ser 3ur leur droite le fhasc, ainsi que les çantpns les plus beau;i. Et lorsque Merméroès^ 
général perse , se rendit à Pétra , qui était sur la gauche du Boas , ne voulant point 
traverser les pays habités par les Lazes, il laissa également le Phase à droite, après avoir 
débouché de l'Ibérie avec les troupes sous ses ordres. Enfin, après avoir parlé de la po- 
sition d'Apsarqs, et de. quelques autr^ viile^, de la Lazique, Taute^r byzantin dit: à 
côté sont les Moskbes, voisins de Tljtiérie.f) 

' //. tteuvei de Ta tjaxique.' 

Des textes aussi précis que ceux-là ne laisseraient aucune incertitude, si les noms de 

^} Lebeau , ,t. X , p. 280 , sous Tempereur Maurice. LVrml^e grecque envoyée contre Bahram était 
commandée par an certam Romain ; celui-ci se fil aider par les iqiliçes du pays , .après s*ètre entendu à 
ce sujet aveçTévéque , ou du moins avec le chef spiritueî de la contrée. 

*J Çtritter , Mémorise pppufpn^n , IV , 3 , *? ,.t5. 



9lt A D D 1 T I O 11 s. '< T i Q II A I « 1 s 8 E M E N T 8. 

Boas et de Phase répoadaieot daas nos auteurs à un seul «i iMêiiie fleave, ddnt le com 
fat bie» détefOMoéu 0« va Toir qu'il D*ea est lien. 

Boas. Le Boas, dit Procope cité par Stritter^), sort de T Arménie, an canton do 
PlMUraoginaa, près des froolières de la Tsanique ; il est petit k sa source, et iacile k la^ 
fereer jusqu'à reodroit où , grossi par d'autres eaui > et devenu très considérable » il at- 
teint la lîttite dtt Caucase et de l'Ibérie, c&ange de nom et s*appelie Phase; dès^lon 
eonlaot au loin vers 1*0., il va se jeter dans Kangle méridional du Pont-^EujûiaL La L»* 
nque est située sur ses deux rivet *). A partir du point ou il se nomme Phase, co flemna 
est profond et rapide, et son eau reste long-temps sans se mêler à celle de la mer: auMi, 
à son embouchure , les habitants le nomment-ila Akampsis » parce que son impétuoeité y 
est si grande qu'on ne peut le firmchir autrement qu'en le contournant au loin* 

Jusqu'ici les leites des Bjfzeiilins n'oShent guère de difficultés , biea qu ils puissent 
en partie s'appliquer au Phase d'Iméreth comme à celui de la Tsanique. Ils donnent avec 
exatitude la position de la Tsanique, entre TArménie et le pays de Trébisonde; les monts 
Tsannes , à droite ou à TE. de cette ville , donnent naissance k un fleuve considérable , 
le Boas , qui coule d'abord du S. 0. au N. E. , qui , arrivé à un certain endroit et grotti 
de plusieurs rivières, tourne ensuite à l'O. et tombe dans le Pont-Euxin. Ce Boas, nommé 
par Xénophon Phasis , arrose le pays des Phasians , le Bastan des Géorgiens , le Paaen 
ou P^sio des Turks ') : on ne saurait k ces traits méconnaftre le Tcborokh de nos jours, 
et dans la Tsanique d'où ît sort, te Dchanéthi des Géorgiens , le Tzanéti des cartes rus- 
ses. On se demande toutefois d'où Fauteur a appris que ce fleuve avait trois noms: Boas 
k sa source , Phase au milieu de son cours , Akampsis k son embouchure. Les deux pru* 
mlers me paraissent aToir une très grande anatogie entre eux ; car Baas^ prononcé Foas^ 
et Phase, ont bien pu Mre confondus l'an avec 1 autre. D'ailleurs, la contrée dite Pim* 
siane se trouve justement placée entre les sources du Tdhorokh et sur le haut Arue , 
que Xénophon appelle TéUboai ^) , de sorte qu*il semblerait que chez les peuples de ces 

^) Ibid, 3,45,50, 54.. 

*) StraboD dit également , p. 498 , que le Pbase vient de rAnnénie , et ce qni prouve q;iie par -là il 
n*ekitend point le Tcborokh , c^eA qu*it aàsure au même endroit qu*il est navigable jusqu'à Cborapan , el 
là séparé èa Cjrrus par un intervalle de quatre Journées de chemin. Les Romains et les* GnN» comiais- 
saient pourtant une portion de Tespace qui est entre le Tcborokh et le véritable Pbase, puisqu'ils' parlent 
de la ville de Pbasis , située à Tembouchure du dernier de. ces flieuves , et de la rivière Néoknus , à peu 
de distance de la ville ; d'ailleurs leurs ai^méc» , ainsi que celles des Perses , avaient souvent sillonné le 
terrain. ' ' ' -' "•^' ^■•- - • • ■' • " ' "' • -'-" '= V " " "''■ ' ' '^' 

') 11 n*est pas hors de propos de remarqu^r qu'au. N. des sourpes du Rion » il y a enoorai dans 1*0- 
setb un canton nommé Batùmi, ; ia!om auquel ne sont pas mdiiKîcents et le Rion , * niotré 'Phase actuel , et 
un antre Pbase qui se dinge vers te N., dans ee méôie 

^) Un auteur grec le nomme diréctenoient Pbasis ; Brax fluvius', sivê Phasb, Sthtler , Iv , '280.' Les 
Phases ne msnquaient pas , comme on le voit , dins ceS eOntréer; ')droATdh«pM('IWfSher ^ ifStait un 
nom conunun. S'il éuit permis de chereher dans la langue arménienn» l^'ét yi à ol eg ie ^ d^ ce ■Htv'Uil ver- 



4» ' 



A D n t T I K IV. 



99 



r^oôs bâta ou qa^qne antre mot analogue était le nom eommun des rivières , qoe les 
Grecs ont lielli^nisé à leur faooii, de manière à lui pouvoir donner une signilicalion quel- 
conque : Boas pouvait en effet signiilcr dans leur langue te retentissant, et TéUboas "ce- 
lui qui retentit au loin, i Or ces qualifications conviennent parfaitenoent , la seconde k 
l'Araie , et la première au Tcliorokh , autre onomalopée dont on oe peut fiier la signi- 
flcation. Wakhoucht , cherchant l'étymologie de ce nom , dit que le fleuve Fa reçu « des 
amas de caillons et de rocailles qui remplissent son lit.» (introd. à la descript. du Sa- 
mtzkhé.) En arménien on trouve quelque chose approchant un peu d'Akatnpsis, du moins 
pour la signiflcation , c'est ^u^x^fr^^ tchoghokhiéli , inflexible. Mais sans nous arrêter à 
ces bagatelles ni leur doDuer plus de mérite qu'elles n'eu ont réellement , poursuivons la 
description des Byzantins. 

Après avoir indiqué la position des Moskhes , Procope cité par Stritter dit : a Dans 
leurs montagnes coule le Phase, sortant du Caucase, et dont l'embouchure sépare en deux 
moitiés le rivage oriental du Pont-Cuxin. A droite, ou en Europe, sont toutes les de- 
meures des Lazes ; à gauche , ils ne possèdent que Pétra. Ici la courbure de cette rive , 
toute entière occupée par les Lazes, forme un arc de 550 stades.»*) 

Dès ce moment on ne peut plus supposer qu'il s'agisse du Tchorokh ; car il a été 
dit plus haut (ib. 45) qu'il se jette dans la mer Noire au point on se trouve l'angle le 
plus reculé de cette mer : son embouchure ne peut donc couper en deux moitiés le ri- 
vage oriental du Pont - Euxin , expression bien plus applicable , quoique non d'une exacti- 
tude parfaHe , à l'embouchure du Rion. Ce nouveau Phase tire sa source du Caucase , il 
traverse le paj's des Moskhes , dont la position est assignée n entre de hautes et fertiles 
montagnes, ayant à l'E. l'Ibérie, où se cultive la vigne avec beaucoup d'intelligence et de 
succès ; il est profond , très rapide , et son eau reste si longtemps sans se mêler à celle 
de la mer que les navigateurs peuvent en prendre et la boire ; il est navigable jusqu'à 
■Chorapan 'j. t Ici, a l'exception du nom du Phase, qui a une autre valeur que précédem- 
iâent , l'auteur décrit les lieux avec justesse ; on voit qu'il s'agit d'un fleuve entièrement 
Afférent du Phase fsanne ou Tchorokh; que ce« monts moskhiques où il coule sont pro- 
mt le Phersatb ou Ghado , limite méridionale de t'iméreth , et te séparant du 
Iftnltzkhé , la vérit;)ble Moskhie ; qu'enfin ce fleuve doit être ou la Qwirila , autre rivière 
* 'bruyante et criarde, comme te Itoas , car tel est le sens de son nom géorgien, ou même 
la Tchkhériméla. 



rail que •h"ist vazk'. inusité au singulier Jui^ taz , signifie cours , caiil ; et le verbe Juiqfri^ razel , 

(courir , s'élancer , . . etc. j tous deux s'emploient en parlant du cours des fleuves , et des lieux où ils 

tusent. V. Minas ^echkhian , Hist. du Pont , en arménien , pantim. On voit an premier coiip-d'oeil l'a- 

lalogie de raz, voas, phtui», et des noms de Vizanî. Vasanis, Biiané, donnés i la Phasianc. Basian. Pasin. 

') Slritter.SS, 56. 

*) Slrtlter, 50, 56, 2*.*. . ^'l-i j- ^-^-u «.•! i^a .i.ji .Jii»i i«i.J.- --*.•".» -i -i- *.--*- iit, -..-i 



96 Additions. CT/i»ciiAAioissEMENT8. 

•?i Lorsqu'on toantine le systèoie .du Rion sur. «M boom carte ^) » oft voit, qna.soa irir 
toteire le plus Considérable est la Qwirila , sortaol do lac dé Tsona , dans le .Badeha , 
eo«lant du N. au S. jusqu à Chorapan , puiis .du S^ & au N. 0. jusqu'à i Gégoutb » où elle 
s'unit au Rion; mais quelle-même reçoit à gauche deux affluents remaïquables :. b; Dfi-* 
pôriâ, dont le cours est entièrement semblable à celui: de la QwiriU, seulement ss{ source 
est plus au S., dans le mont Péranga , et conséqueinment elle a moins 4e cours; Ui 
Tdikhérlméla sortant, plus au S. que la . précédente ^ du mont LiUi,: et la rejoignant à 
Kluuragéoul. Les lieux ainsi esquissés»» je raisonne! : de la sorte: , 

.11 n'est pas probable que les <jrecs de Constant! nople aient fait étudier par d'ha^^iles 
ttgénieurs les sources . mêmes du Rion, le Phase actuel, de la Qwirila ni de ses afliuents; 
ils auront plutôt attribué le nom de Phase à un fleuve dont le cours leur était plos 
CMHlUy et qui par sa direction en ligne droite, depuis Tlbérie jusqu a la meiv se prétait k 
mie • observation facile, de sorte que leur Phase se composait de portions des fleuves con-? 
ans aujourd'hui sous le nom de Phase, Qwirila , Dziroula et Tchkhériméla ; car c^loi-ci 
est le* plus reculé à TE. 

Et ce qui autorise, à admettre ce raisonnement, c'est que Procope parle, précisément^). 
<i:de:.déGlés conduisant dlbérie en Colchide, où le Phase est tellement eiigu que Aienné- 
fft>èi( le passa à gué en 550, se rendant k Arcbéopolis. Or pour entrer dlbérie en Laii- 
^e^: sans passer par la Moskhie, la seule route ouverte par; la nature est le p^as de 
Aoiîom^), autrefois nommé par les Géorgiens ^Ji^ob^ ^^^o Tachis -^Cari. Il est probable 
(^e c'est par cet endroit que passa Mermoroës, e(. que^ jorsqu'il allait à Pétra, qui était 
AéSKicoup plus au S., il ne s'élevait . sans doute pas vers les sources de la Dziroula ou de 
•Ik Qwirila, ce qui lui aurait occasionné une perte inutile de temps et des difficultés sans 
nombre. 

i'. J'avoue pourtent que ces explications ne sont pas entièrement satisfaisantes, parée 
qoe les Byzantins ne donnent pas dks. détails assez minucieux sur la marche des Perses 
dans ces contrées , où , à chaque pas , des rivières et des iQontagnes nouveJUkr devaient 
poi^rtant les arrêter. Par exemfJe, on ne rencontre pas une seule fois dans : les extraits 
de Stritter le nom du Cyrus , le Kour actuel , dont les Perses durent af oir connaissance 
quand ils franchirent, à divers reprises, les défilés que je crois être ceux de Tachis-Cari. 

i: , Le fait saillant et contradictoire de cette question est la double sonnée ^assignée au 
Phase dans le Caucase et dans les monts tsannes , ainsi que son cours k travers la Lazi- 

M y. l'Atlas de Gamba ,. Carte du cours du Rion « et les cartes de Walboucht 

*) Stritter, t6. 46, W, 68. , 

f) Cette dénomination , tout - à - fiiit impropre , semble avoir prévalu depuis quelque 4^ps dans le 
pays^, puisque VhistorieQdes belles campagnes des Busses eq 1828 et 29 , le colonel Ouchakqf , ne cite 
jsmais que celle-là «BopsKouczoe yiii[ej|»e« (v. THist, des mouvements militaires dans la Turquie d*Asie, en 
russe, pasiitn;) je dis qu>ll6 est impropre, puisqu'elle vient de Tinsignifiante rivière de Dordjoiil, un des 
petits affluents de la rivière d'Akhal-Tsikbé, qui n*est pas même le plus rapiimiAé dUiéé01^<M.fprastioa. 




I T I *l fl 4 



!I7 



que et le pays des Moskhes. La posilion des autres localités de la Lazique fera ressortir 
encore mieux la nécessité de fixer, même d'après les B^zaulîus, dfu\ l'Iiases entièrement 
distincts l'un de l'autre. 

Le Dor.ON. Si l'on s'en rapporte aux analogies , c'est la Tt^khour , qui , réunie avec 
l'Abacba, tombe dans le Riun à Isouicth. On en parlera plus amplement, au sujet do l'Ile 
Insiita , où les Komains s'étaient retranchés en 553. 

Le CiioBus ; en suivant encore l'indication donnée par les ressemblances de nom , 
c'est la Kbopbi , nommée par VVakboucht (Descripl. de lOdicli) Dcbanis-Tsqa! et ri\iére 
de Dcbélendj ou Dchélindjik , qui se jette dans la mer à Redoute - Kaieh , en Mingrélie. 

Le CiTiURCS ; malgré les analogies qui ont porté quelques savauts à croire que c'est 
la petite rivière qui tombe dans la mer non loin du cap Codeurs , auquel elle donne son 
nom , ce pourrait être une traduction ou un nom de fantaisie donné à la rivière de 
khorg^a , qui se trouve sur les cartes «éorgienncs et sur queliiues cartes russes au S- de 
la Khopi , et à l'emboucbure de laquelle les Géorgiens placent la résidence rujale de 
Kborga. Kn effet, il est dit dans Stritter (p. 93) que, lorsque les Grecs s'enfuirent d'O- 
uogouri en 55^. le Pont du Catbarus , sur lequel il leur fallait passer nécessairement, 
retarda leur fuite , et que là beaucoup furent tués. Ou verra plus lias quelle était la po- 
sitiou d'Onogouri , qui sert à trouver celle-ci : mais ce qui est digne de remarque , c'est 
que Zoubof (KapTBaa 3aKaB. Kp. IV, 221) mentionne précisément dans ces lieux, sur le 
bord du Itîon un lieu nommé Kodori , qui répond assez bien à la position présumée du 
Catbarus des Byzantins. Ce Codori est sur un afilueut du Rion, avant la Tzkbénis-Tsqal. 
Ainsi l'ancien nom subsiste, .mais la position est incertaine. 

Le iN^om^DS ; c'était une rivière coulant k peu de distance de la vdie de PLasis. 
Aucun nom moderne ne se rapporte à celui-là; cependant comme, d'après la descriptioa 
des Byzantins , d'accord avec le terrain même , on sait qu'entre la ville et le lac [celui 
de Paléastomc) situé au S., il n'y a pas de cours d'eau, l'on doit, ce semble, chercher 
h l'E. le Néoknus , et la première rivière que l'on rencontre dans cette direction est la 
Pétchora , qui verse ses eaux dans le lac , après avoir détaché un de ses bras qui , sous 
le nom de Kopota ou Kwapola , tombe dans le Rion. 

Le RnÉoN est certainement le Rion des Géorgiens , qui traverse Kouthathîs , comme 
le fleuve connu des Grecs arrosait l'ancienne Cotalîsium de la Lazique ']. 11 serait curieux 
de rechercher pourquoi le Rion a accaparé pour lui seul le nom de Phase. On sait que 
la ville de Poli, à son emboucburc , était nommée Pharch par les Turks, et que ceux- 
ci donnaient le même nom au fleuve ; c'est certainement une réminiscence du nom de 
Phasis que portait autrefois la ville lazc, occupant la même situation , et Guldcnslàdt as- 
sure dans ses voyages, que les Ossos qui habitent le pays aux sources du Rion le nom- 
ment Phach en cet endroit. 



') Slrilter, ib. 73. 
AdillL et éd. 



i<r wi cf Cl 



98 Additions k'r écL aihoissenents. 



» » • 



J'ai fu é^lemeht dans ini Mémoire maniiscrH eq riisse^, tntiéeryé à rCtat-* Major 
(Nou I7&^9) que « le Rion smt dl*8ne mofitagiie: nommée Pasi. » Ge rr>nsêignMMnl a«ra 
sans doute été fourni par les gens du pays au capitaine EnéhoJm (dserojiin») auteur du 
Mémoire, rempU d'ailleorff de notions eitrémemenl curieuse^ et exactes sur Thnireth,: et 
qui fut écrit en 18t9i De plus» os trou te encore de ce côté un cMton de Basiani,éi 
plusieurs rivières portant le nom de Phatzm el Phêea, qw n*e8t pae très éloigné de Fkm* 
sis ou Phase. 

Ce pourrait dond encore être . l*origine du lom moderne de ee fleuve* ' >* 

Le Hippis. Rien nesl phis aisé que' de^ comparer ce mot, signifiant cla rivière 'Clit»« 
▼al » avec la Tzkliénis^Taqat de fies jears , dont le qom- a k même signification. Mais si 
jusqu'à présent les 6recs se sont contentés de transerire , plos e« moin^ infiafiailèine|it j 
les nems des fleuves , pourquoi oat^iU traduit eeliii*«i , de ' préférence au autres ? et 9m* 
suite' cette rivièro s'appelait -eUe antrefoie Tzkhénis-Tsqal o» d*iBn aatre no» laze a^M 
laî même valecR'? Voili les deux difficultés qui se présentent d abord. Toutefois, on Mm 
à larlicle de Moukhirisis que Ton. ne peut placer cette rivièrii- ailtèors^ q«^ là oA corté 
réellement la rivière flpn homonyme*. Les Géorgiens, qui ne sont' pas très forts eh é^fOMH 
logjes, assurent qu'elle a tiré son yiom de ce qu'ap Ville siècle , lors At tlnvcasion dMM 
leor pays; de Mounvan- le- Sourd, on grand noflàfcre de cheTaiix de< son armée 9*7 ïÈO/jh^ 
rent. Maia si les Grecs du Vie sjècle kii donnaient déjà le nom de Hippie ^ il est dair 
fo'il est plup ancien que FarriTée des nnisulmana dana ce pajie. ^ 

Le Marstis, dont rien nlndique. la synonymie ni 1» position. 

Le lac au voisinage de Pbaaîs- ne ptftit étve^ que le Paléastome, communignaut «une 
la wtr par ka-petite rivièm de Mafta on Maltatwa^, dont l'emkoneftnre est p<ès dit» booi^ 
é»ifiîr^Mretà. 

\t|*i- r-; j-t.» ■■ ..."• • •■ ...■■ ■^ 

La ptupaift des localités nommées chez le;& Byzantins . se retrQiivent sur le> caiites 
g^oi]giennes d^e avec, peu d*aljtératiop ; ({quelques. * |i}nes seulemjent n*j[ exiatftot.^pM 
avec leur' nom byzantin , mais neuvent être déterminées par des traductions ou par .des 
conjectures. >. enfin , un très petit nombre ne rentrent j^oint dans ces catégories, et se re- 
fusent à toute espèce de calcul. , 

ÀARcq^f OPOL1& « la plus forte ville de la Lazique» était située sur une colline espar- 
péé et baignée par une rivière venant des montagnes qui, çlpminaient la ville ; ses po|rte$ 
basses menaient au bas de la colline ; deux murs allaient de la ville à la rivière; elle 
était à une journée de chemin de Moukhirisis. Les Perses , en allant attaquer le cam|} 
romain situé aux. bouches du Phase , en 550 » paasèrent sous leç murs.. d'Ârchaeopplis » et 
revinrent assiéger la ville, après avoir brûlé le camp abandonna ^es.^Hç.ipam^ 

Evidemment le nom est grec , et fut imaginé soit pour traduire le nom ancien, soit 



M Stritter , ih. 45 , 69 , 94. 



V I 






Addition IV* k 99 

poar le remplacer ; car on ne peqf croire que les Grecs , qui occupërjent si long - ienps 
la Laziquc, l'ignorassent réellement; et cette remarque s'applique à tous les noms Indlé- 
nisés que l'on verra dans cet article. Quelle peut être la position de cette antique s^iUe? 
La vue du terrain serait nécessaire pour s^inspirer, au moyen des circonstances locales; 
niais au défaut de cette inspection ^ nous trouvons sur les cartes géorgiennes TziJUié^ 
Godji ou Nakalaké'wi , situé sur la rive occidentale de la Tékhour, au pied du mont 
Ounagira , et qui paraît réunir toutes les conditions de la description précédente. C'était, 
au dire de Wakhoucht, une ville et une forteresse importante, bâtie au temps de Phar- 
nawaz I, par Koudj éristhaw d*Odich ou de Miogrélie, dont la jurisdiction s*étendait sur 
tout le pays à TO. du Rion. Elle subsistait encore au Ville siècle , lors de Tinvasion de 
Mourwan - le * Sourd , fut ruinée * puis rétablie , et est encore une résidence des dadians. 
Ses deux noms signiGent : le premier , « fort du marcassin , » et le second , a lieu qui fiU 
UM cille. i> C'est sans doute son antiquité qui lui a valu son nom grec. V. ce que j'ai dit 
sur Archéopolis, ^uftet. bist.-philoL t. IV, p. 67, et dans les Rapports sur mon vojpge, 
9e Rapp. p« 22, sqq. 

. CoTiAEOH ou CoTiïsiUM , ancieu château de la Colchide, situé dans une vaste plaine, 
de facile accès, .et que les Lazcs avaient â cause de cela détruit en partie* Par corrup* 
tion, les gens du pays rappelaient Cotaiisiam ; mais Tancien nom était Cotiaeum ou Ky- 
laea , résidence . du roi Aeétës, d'où les poètes appelèrent la Colchide Kytaeïs. Cette 
ville était arrosée par le Rhéon. On doit croire qu'elle n'était pas très éloignée d*Arehéo- 
polis, puisque lors de Tassant donné à cette deraière, en 551^ par les Grecs, les troupes 
perses qui y étaient , ainsi qu*à Moukhirisis , vinrent au secours de la place , furent vain- 
cues par les Grecs du camp principal , et que l'armée assiégeante en fut sur-le-champ 
informée et continua Tassant ; elle fut repoussée elle-même et s'enfuit aussitôt à Archaeo- 
polis, toujours menée battant par Tennemi, qui en fit un grand carnage, à cause des em- 
barras du passage du Catbarus. ^) 

On ne peut méconnaître ici la capitale du canton d'Ocriba et de tout TIméreth, Kou- 
thaïs ou Kouthathis, car ces deux formes se retrouvent dans les livres géorgiens, jcomme 
pour répondre aux deux formes anciennes. Elle est située sur les deux rives du Rion, qui 
la sépare en ancienne et nouvelle ; la première est sur la droite et renferme la citadelle 
et la cathédrale ^) ; la seconde sur la gauche , et dans un lieu plat , tandis que Tautre 
partie s'élève au moins à 60i sagènes au - dessus du Rion , dont le lit est encaissé dans 
des rochers taillés à pic. Serait-ce donc le quartier nommé aujourd'hui nouvelle ville 
que les Lazes avaient ruiné , comme trop facile à attaquer ? Wakhoucht attribue la fon- 
dation de Kouthaïs à Léon I , roi des Aphkhaz ; mais comme ce prince ne vivait qu'au 

M Stritter,73,81,9*. 
*) Zoubof , IV ,250. 



100 Additions bt licLAiMCissENENTS. 

Ville siècle , il est éyident qu'il ne s'agit que d'une restauration , car Tépoque byzantine 
antérieure de deux siècles à Léon , suppose déjà une ' existence plus antique. 

Insula ^). En l'année 553 , les Romains s'étaient fait un camp retranché au confluent 
du Docon et du Phase, deux cours d'eaù qui se coupent perpendiculairement avant de se 
réunir; là îls avaient creusé un fossé allant de Tun à l'autre, de façon à ce que les 
eaux du Phase rejoignissent celles du Docon. Cette île était située à cinq parasanges ou 
150 stades du fort de Télépha. 

J*ai dit plus haut que le Docon était la rivière Tékhour , qui se réunit avec TAba* 
cha avant de tomber dans le Rion. Ceci sera mis, je crois, hors de doute par cette 
considération, qu'à leur jonction avec ce fleuve on trouve sur la rive occidentale un lieu 
nommé Isouléihi^) , nom tout-à-fait insignifiant en géorgien , malgré sa terminaison éthiy 
dont la valeur est bien connue; reste donc houl^ qui me paraît représenter parfaitement 
le nom latin. Si l'on objecte que le mot grec serait p^ôoç nisos , je réponds que les 
Grecs du Bas-Empire avaient dans leur langue tant de mots latins, comme Tourmay Ma- 
gistros et autres , que cela ne fait aucune difficulté sérieuse. La situation de cette île 
étant si bien précisée par les Byzantine , il n'y a dans Tlméreth aucune localité qui réu- 
nisse mieux toutes les données nécessaires que celle d'isoulétbi. Quant à la distance en 
parasanges à l'égard de Télépha, elle n*est nullement exacte, du moins en se servant de 
la mesure moderne, marquée sur les cartes géorgiennes. La parasange du Vie siècle con- 
tenait 30 stades ou , suivant les Lazes , seulement 21 mansions ou points de repos pour 
les porte-faix. Or sur la carte le compas donne entre Télépha et Isouléthi plus d'un de- 
gré, i. e. d'après le calcul moderne au moins 18 parasanges. Maintenant, doit-oo se fier 
rigoureusement au calcul des Grecs ou à celui des Lazes? Chacun sait que ces sortes 
d'évaluations ^ à moins d'être faites par des moyens géodésiques , sont toujours plus ou 
moins arbitraires. Cf. Rapports sur mon voyage. Ile Rapp. p. k sqq. 

MouKHiRisis , aussi nommé MouehirjSsis et Mokhorésis , lune des plus belles villes de 
la Lazique , à une journée d*Archaeopolis , dans un canton de même nom, arrosé par le 
Rion et par le Hippis , petite rivière non navigable , et guéable pour les hommes comme 
pour les chevaux. C'était un canton fertile, rempli de bourgs et d'habitants* Merméroès 
s*y retira en 550 , après avoir échoué dans sa tentative sur Archaeopolis. ') 

Les deux limites , du Rion à TE. et du Hippis à TO. , nous indiquent le canton de 
Wacé en Iméreth , dont la capitale est Rhoni , sur la gauche de la Goubis-Tsqal. Parmi 
les noms des bourgs nombreux de ce canton , aucun ne se rapporte avec Moukhirisis. 
S11 était permis d*en chercher la signification dans la langue géorgienne actuelle , les 

*) SlriUer , 8*. 

*) Sur la grande carte russe (BaKasK. xpaii , 1834>] publiée par TEtat-Major de Tiflis., on trouve dans 
cette position Hcyjfl , Isoulâ , qui se rapproche encore plus du latin que la forihe géoigienne. 

») Stritter , 3 , 45 , 53 , 73 , 78. 



Addition iV. 101 

deux mots S^lsoli ^^(^ maukhis reizi l'étalage du chêne, la plaine oà il y a des chênes % 
en approcherait assez pour autoriser cette étymologie. Wacé signifie plaine ; et au milieu 
du canton, qui est, à ce qu*il paraît, un pays plat, on trouve sur les cartes géorgiennes 
la plaine d'Anaria , qui en occupe une bonne partie. 

Ainsi la situation de Moukhirisis comme canton est certaine , mais celle de la ville 
est inconnue , et le nom ne se retrouve pas avec certitude. 

Oluria , en grec ;^tnrço7iciXia , i. e. le marché aux pots de terre , était dans une 
plaine i 7 stades ou plus d'un quart de lieu du château de Téléphis^ ^) 

Les noms latin et grec ne sont donnés par l'auteur que comme équivalents, parce 
que le lieu ou campèrent les Romains n'était qu'un marché de pots de terre. Or ces 
pots se nomment en géorgien ^j^j^o kwéwri^ ce sont de grandes jarres pour conserver 
le vin enfoui en terre et l'améliorer , suivant la coutume du pays ; et justement à une 
très faible distance de Télépha coule la rivière Kwéwroula ou des pots de terre, qui peut 
avoir tiré son nom d'une localité pareille. On sent que ceci est un simple renseignement. 

OuNOUGouRis, aussi nommé Onogouris et Onougouris, fort dans le canton d*Archaeo- 
polis, ayant tiré son nom d'un combat entre les Huns Onougours et les Golques, où les 
premiers furent vaincus; il fut nommé plus tard Saint - Etienne , i cause d'une église de 
ce saint ; les auteurs grecs remarquent qu'ils ont conservé par archaïsme l'ancienne dé- 
nomination , bien que la seconde fût déjà enf usage au Vie siècle. Cette place fut prise 
en 552 par Merméroès; en 55ï, les Romains voulurent la reprendre, et préparèrent leurs 
machines de siège dans la plaine d'Archaeopolis , ce qui ne suppose pas un grand éloi- 
gnement réciproque entre les deux localités. ^ 

La dénomination des Huns-Ougours renferme peut-être le plus ancien témoignage de 
l'existence des Ouïgours , sujet d'une longue querelle littéraire dans ces dernières années. 
Admettons -la comme authentique, et ne cherchons pas une autre étymologie dans les 
mots géorgiens l^j^ob go<>^b hounis - gora montagne du Hun , «gG&goe^o ounagiri selle , 
de toute feiçon TOnougouris des Byzantins sera l'Ounagira des auteurs géorgiens, pe- 

^) ^(KT 9 n'e«t pas employé seul , que je sache, dans la langue géorgienne ; mais on trouve dans Soûl- 
khan ^-^oo^^ * iVA^^er^^ > et il cite un passage d*Isaïe XIV , 11, où il a le sens d*étaler ; ainsi que le mot 
ir^ac3^' i^%3^^- On trouve en Géorgie et notamment en Iméreth plusieurs lieux tirant leur nom de iiioii>^ 
kha chêne , comme : Moukhnari , la moderne Monkhran ; Moukhaoura , aux sources de la Phtza ; Mou- 
khoura en Iméreth , aux sources de la Zouza ; Moukhath * Gwerd . . . etc. Malheureusement il n*y a rien 
de semblable dans le canton de Wacé , du moins sur les cartes géorgiennes : mais la grande carte russe 
de 1834- indique un Moukhouri sur la droite de la rivière Tsiva et du Rion , à peu de distance au S. O. 
d'Isoula. Ce n'est pas précisément la position de Moukhirisis, mais au moins cela en approche beaucoup, 
et le nom donne une ressemblance très satisfaisante, surtout quand on pense que le génitif de Moukhauri 
est Moukhourim. 

*) Stritter , 83. 

'^) Stritter , 85 , 91 , 92 , 1 35. 



A D D I T 1 Fi 8 /t T. t C^ikî HA 18SENEN1». 



titê ^kontagùe qm^ m dito ide WakboQciit, . j'iàteml sor le boni Mddmrtat db.rla Tà^ 
àionr, deiMiis le Caiiéto jo^u^to Rion, et qui foi iuln&is la Iknlte de yfauJi i ag i til fe ;<t 
^ riaiéreth. Ainsi que «ous l-aTOOi^dit, Arehaeofioli^ Hmi sans d<HiU nm pied de l'Oilgilh* 

Pour cette localité le nom et la position ne laissent guère de doiitajt powrtÉ^ttil 
ftiidnat encore Térifier saur le terrain l'iiidicatîon donnée par Stritter (91^ 98) 'deil'^se 
élevée sur cette montagne en Thonneur de Saint«*Etiennt : et comme une carte msae toia 
Bodeme donne un autre mont Ounagéra situé à l'O. de la rivière Dtiroula, bien a«-delà 
à TE. du Rion, il faudrait j feire aussi les mêmes recherches. Le nom d'Onnag;éri dooMé 
à juqe montagne se retrouve encore dans le cercle actuel de Gori ^) , et celui d'Ounagira 
dans la vallée de Takhrâ-Daia sur la gauche du Ksan supérieur.*) 
. . Ar Od&huuSriuii , dilàteau au voisinage de Gotatisium , et très bien fortifié; on na pou*- 
vait y arriver /non plus qne dans la Souanie, quand le canton de Moukhirisia était och 
cnpé par rennemi. ^) 

!.. La remarque de l'auteur grec semble indiquer que le fort d'Oukhimériiun éiait par- 
delà Moukhirisis , c« à d. vers le N. Peut-être doit-oo chercher ce lieu dans le Letch- 
khonm*), qui est en effet dans une situation pareille. Quoi qu'il en soit^ le noyi ne ae 
retrouve pas sur nos cartes. 

PixaA I ville maritime , la plus belle de la Lazique , bâtie et fortifiée par lempereor 
Justinien (539 •>«* 5li'5), dans. un endroit auparavant sans importance militaire; elle était 
défendue d*un côté par la mer^ et de l'autre par de hauts rochers qui lui ont valu son 
nom. Du seul côté où elle était accessible, il y avait un mur bâti entre deux rochers, 
avec des tours en blocs de pierres ; elle fut prise par Khosroès en Sk-S » puis par les 
Romains» en 550, ayant dirigé leurs attaques du côté de TO. ou de la mer. Cette place 
ae trouvait au commencement de la courbure qne décrit la rive du Pont-Euxin, ae diri- 
geant dès •* lors vers le N. après s*étre enfoncé à TE. . dans les terres aussi loin que 
possible. ') 

On n'oublie pas , ^ en outre , qu'i diverses reprises l'auteur grec assure que sur la 
gauche du Boas devenu Phase , les Lazes ne possédaient qu'un pays d'une journée de 
chemin d'étendue , dans lequel se trouvait Pétra. Or comme le nom de Phase est vague, 



.■» 



') Ofkuap. Pocc. 9184, sa Kasi. III, (I. 

^) /Mrf. p. I»2. 

') Stritter , Ti , T6 , 77. Je crois devoir ajouter que , dans une charte des environs de Tan 15tO, 
N. 5 du M-it gé. 27 , in-fo. de notre Musée asiatique , est mentionné une localité d'Iméreth , nommée 
Okhomra , dont la position n'est pas indiquée. 

*) Wakhoucht dît également que la citadelle de Dékwir, sur la droite de la haute Tskhénis - Tsqal , 
• est la tète du canton de Tbacwer dans le Letchkhoum , et que celui qui la possède est maître de tout 
le reste. • (Descript. de Tlméreth ; art. Letchkhoum). Les deilx noms ne se ressemblent pas , mais il ae 
pourrait que ce fût la même localité. 

•) Stritter, 39, iO, 46, 56, 66. 



A D D I "P I CM N IV. If 8 

il £si«l cbercher Pétra on sur la gambe do Ridii >M sUr ctlle du TclMrckh. Vaiei qui 
décide la questioa tn faveur, du dernier fleuve : t 

Rhizaeum, est-il dit ^), était à deux journées de Trébizonde ; c*est la Rizé moderne; 
pim Um était Aifaènea, : a qui ilne dame g^recquet aurait donné mq nom^ et qui subsiste 
encore à IT>. de la ville précédente; après Athènes était ArkliaMs, pui»' A^sarua, siioé 
à- trois jovrnées de Rizoum et ii une journée de Pétra. et des frontières de 1» Italique ; 
•près quoi coBHneaçait la courbure da Poot-Euxin. Toutèis ces ittdicatidnsr neos reporteét 
vers Kobovlétb , daoi le Qounia , dont il faudÉrait vérifier svr les lieux rassietlè et leè 
eÉvirons, pour s^assurer fÉ*ils coïncident avec le dire des Byzantins. Desit&ée- parle de 
Pétra ^) comme situé à une heure de distance à TE. de Kobouleth . ittâte ih ne dM pas 
j^ savoir été ni en avoir examiné les raines: ainsi cette indication ^ de^ .sa part îi^est qn*un 
simple rensfignement. i 

PiTTtss, à deux journées de Séèastopolis/ était située sur la partie du riif^ do Pont* 
E^nin qui mène à Ea nier Méolide» Il est facile d'y reconnaître la Pitstindia moderne , la 
■idchwiota des Géorgiens* Justinien y avait fait construire une mpeAft église dont lés 
restes , encore subsistants , attestent son ancienne- magnificence. *) 

Rbooopolis , une des belles villes de' Laeique ^ était sttuéë dim^ une plaiM , la pi^ 
HBéfe (fui se présente à ceux qui viennent dlbérie dans la Cotebldev, et feeile k prendre ; 
anesi fut-elle* occupée par les P^sés , puis détruite par les Lazes eux - mémesf et reprise 
ea 53€ par les Romains. ^) 

Le nom de cette ville est entièrement grec; si on: veut bien le pfetadfe poui* une 
tradodion dui nom< laze , et admettre qoe la tangtie de la LaziqM avait alors les mêipes 
rapports quaujeurd'hnî* avise le^géei^en», il n'est pas difficile -de trouv^év â9m ITitiérèth 
dés villes on lioealttés dont le: nom; ait la même sfgnifieation : 'nous trouvons, p. e. ^War- 
Isikhéy i. e.. VVittldls>»Teikhà'| la eitadette de* l;l nise, place- importante » sur )» Kb^'mis^ 
Tsqaliy affluent gaujohe àà Rion , lé pitBmier après^ la (|wirila ;^ Wardis - Gortf,- montagne 
de^ la rose , sur la Zouza, affluent droit de; la. Boodja ou ToboUdMm^, Wardkia et W<ar<^ 
dbncadbé, sor les deux petits aflQueois miiridionaux de fa Dztronla, où le Mm àé Ward 
rose^ entre comme partieconstitoante*. etc. Les dèux^ pr^iers endreits tout; il est vrai, 
un peu loin de la frontière ibériemie , «mis adssi plus iiOfpfortants, W^rtaMtbé surtout, 
qui est nommé Vartsikk dans la Géograpbie de Vardan; les deux antres sent aaeins coo* 
sidéraUes 9 mais plus près de l'Ibérie. Cette détermination o'offV^ rien dé positif. 

SàsAriNis ou Sabifa , forteressn à kexiitme frontière de la Lazique , laisse deviner 
sanâ difOcttité la moderne Cborapan, à Tangle du crafluent de la Ihîrsaia el de ta Qtvirila. ^) 

*) Strilter , 54 , 55. 

*) Bulfet. tfcîent. y , 2W. 

*) ifcwf. 3 , *5 , 70. 

*) Stritter,*.5,235. •■ ■ ^' - 



iOk. Additions et icLAiftCissEMENTS. 

Sranda ou SuiiDé I autre citadelle frontière , mentionnée avec Chorapan , et d'égale 
importance, subsiste encore dans le Scanda moderne, situé entre les deux rivières Tchka-- 
roula et Zouza. 

S^ASTOPOLis, à deux journées de Pityus sur le bord de la mer; cette ville considé** 
rable de la Lazique était probablement la dernière place du pays , vers le N. 0. 

Téterais 9 citadelle très forte , dans une contrée de difficile accte , au milieu de ro« 
ehers escarpés, formant d*étroits déGlés et environnés de plaines marécageuses et de 
fofêts impénétrables: ce doit être inccmtestablément le Téiépha des Géorgiens, sur la 
gauche de k Tchkharoula , au^essous de Scanda : il serait impossible de mieux conser^ 
ver un nom ancien. ^) 

Je dois dire que Tinspection des cartes pourrait peut - être fournir des arguments 
contre quelques - unes de ces observations : en effet nous trouvons groupés presque dans 
un même canton et à de faibles distances , Wardis-Gora (lé mont de la rose) sur là Sa- 
zano f soit Rhodopolis; Moukhoura (la cbénaiè) » aux sources do Ja Zouza »! soit Moukhi-* 
risis; Daba«Zv?éli (ancien bourg), aux isdurees de la Dzéwroula , soit Archaeopolis.; et 
enfin > sur une carte ru^^. très moderne et extrêmement détaillée, le mont Ounagâra 
dans un espace à TO^.de la Dzéwroula, soit Outiogouris. Cet ensemble a quelque chose 
de frappant , mais il y manque deux conditions : 1^ la< double limite du Rien et du Hip* 
pis pour la plaine de Moukhirisis, et 2^ la qualité même de plaine indiquée par les By- 
zantins , ager Lazicae fertilissimus , comme caractéristique du cantou de Moukhirisis , 
qualité qui se retrouve jusque dans le nom du Wacé moderne , tandis que Moukhoura est 
sur une montagne et dan$ un pays entièrement montueux. Enfin la montagne d'Ounagéra, 
dans cette position, ne se trouve que sur une carte russe, et les Géorgiens n*en parlent pas. 

Les résultats de ces recherches sur la Lazique sont: 1^ la détermination avec la 
plus grande probabilité de Ifc lieux, dont quelques-uns jusquà présent inconnus, tels que 
le Tchorokh^ le Phase, le Dcfcon , le Chobus , le Rhion, le Hippis, le lac Paléastome , 
Cotiaeum, Insula, Qnoûgouris, Pityus, Sarapanis, Scanda, Télépbis; ^^^ 2^ avec asses 
de vraisemblance, de 9 lieux, tels que: le Néoknus, le Catbarus, ArcbaeopaKs, Monkhirt 
risis, Ollaria , Ouchimérium , Pétra , Rhodopolis ,. SébastopoUs. Le reste est incertain. 

Les noms propres des personnages lazes mentionnés chez les mêmes historiens ne 
doivent pas être omis dans un travail du genre de celui-ci. Quelques-uns , comme Zam-t 
naspès, roi en 522; Tzathius, son fils et successeur, et un autre Tzathius, roi en 555^ 
ne peuvent être ramenés à Tétymologie géorgienne , non plus que Opsitès , autre nom de 
roi : Goubazès ou Gobazès , noms de rois en ï57 et 539 , se rapprochent assez de Go^ 
badzé ou Goubadzé ; Varsansès , grand du pays , Vardanadzé ; Phartazès , Pharthadzé ; 
Pharsantès, Parsmanadzé ; Aeétès, lachv^îli (?) ; Phoubélius , ressemble .par la terminaison 
aux noms patronymiques géorgiens, terminés en éli; Terdetès est le nom arménien TerdaU 



A'D^D I T I O N JV, 



M5 



Des Géorgiens m^ont assuré quUI existe encore dans riméreth des noms de. famille comme 
Goubadzé , Phartadzé , Pharsmanadzé ; les Jach'wili subsistent encore à ma connaissance. 
Quant aux autres, je n*ai aucune espèce de donnée. 

Je ne terminerai pas sans dire un mot de la géographie de Tlbérie d'après les mê- 
mes sources. Beaucoup de lieux indiqués par les Byzantins n*offrent aucune difiiculté , et 
ces. auteurs ne donnent à leur égard aucun . nouveau détail; tels sont: Arzen , Adranu-* 
iziom ou Artanoudj ; Atzara ou Adjara, Cakhetium ou le Cakheth» Khaltzikhi ou Akhal^ 
Trikbé, Corium ou Gori, Gouria ; Goulium et Goi^ourium ou le pays de Gouria, de Qouar- 
qouaré ; Méghista %\x Mtzkhétha , les Minkéliens ou MiDgréliens ^ Tiphlisium ou Tiflis. 
Bathy , Bériasakh , Gapetrum > Ketzeum , Gomium , Couel , Osourtrou et Tyrocastrum , 
demandent quelques explications, qui nous seront fournies par les divisions géographiques 
du pays selon les Byzantins. 

ribérie, au Vie siècle, se terminait, ainsi qu'il a été dit plus haut, à TE. des monts 
Moskbiques et de la Moskhie. Au Xe siècle, sous Constantin-Porphyrogénète, elle comp- 
tait les quatre préfectures de Bériasakh, Camatai, Couel et Atzara ^), cette dernière était 
à la frontière romaine, sur une rivière de même nom. Ici il ne faut pas oublier que Con- 
stantin-Porphyrogénète emploie le nom dlbérie dans un sens tout-à-fait restreint^ comme 
les Turks de nos jours appelaient Gourdjistan la partie du Gouria et de TAkhal - Tzikhé 
qui leur appartenait. Ce qui prouve jusqu*à quel point ils restreignaient leur Ibérie, cest 
que lors que David couropalate donna en 991 à Tempereur Basile 11^) ses états, parce 
qu*il n'avait point d'héritiers directs, les JByzantins s'empressèrent d'enregistrer ce le don 
de l'Ibérie fait à l'empire , » expression qui passa dans l'ancienne édition de Lebeau et 
que nous avons réduite à sa juste valeur par l'exposition des faits d après les sources ar- 
méniennes. Il est donc bien entendu qu'ici l'Ibérie est simplement la portion de leur pays 
que les Géorgiens nomment Zémo - Karthli , Haut - Karthli , et de divers autres noms , 
comme Samtzkhé , Sameskhéthi , Saathabago. 

Des quatre préfectures nommées plus haut, Couel et Atzara sont connues ; la seconde 
est FAdjara moderne , traversé par une rivière qui en prend le nom et se jette dans Je 
Tchorokh , au-dessous de Kéda. Oouel me paraît être le géorgien Qouel ou Qwel gjjs^o^ 
forteresse considérable, sur la rivière de Djaq ; comme ce mot signifie fromage^ il me pa- 
raît évident que c'est le Tyrocastrum ou a château du fromage » souvent mentionné par 
les Byzantins^). Bériasakh doit couvrir quelque chose comme Béridzis-Tzikhé, la citadelle 
de Béf idzé , i. e. du fils du vieillard : il y a en eflPet une citadelle de ce nom dans le 
Gouria , sur la droite de la Souphta. Carnatai pourrait être Taos-Cari , le Taviosker des 
cartes russes modernes , sur le Haut -Tchorokh. 

*) Stritter , IV , 296. 
*) V. Hi«l. du B.-E. XIV , t8* sqq. 

') Strilter , IV , 256. L'auteur grec dil que Couel élâit à la frontière romaine , ttr$ Kolorù ; ce nom 
en cache un autre qui ne nous e«t pas connu. 

Addit et écl. 1 ^ 



t06 Additions st églaiegissenents. 

Suivaol uo autre texte de Procope ^) , les Ibérieos asiatiques toudliMeal au N. les 
Pyles-Caspiennes, situées au-delà des limites de llbérie, an bant d'un déGlé de 5(^ stades, 
qui n*a pas d autre issue y et où il est facile de reconnaître le Dariéla des Géorgiens ; à 
rO. elle avait la Lazique , Ffanéreth actuel ; à TE. , les peuples soumis à b Perse. 

Mais au XlYe siècle ^ époque où écrivait Chalcochoodylas ^) , liberté s'étendait de- 
puis le lieu nommé Bathy ; le pays depuis le Phase jusqu'à Khaltxikbt renfermait les prin- 
cipautés de Gourgoariufli , Corium , Gakhéthium et Tiphliscum y ces deux dernières rete- 
vaient de Samakbium, et les Turks étaient maîtres du pays: ce que l'auteur ajoute forme 
un texte tout-à-fait embrouillé , aiosi que le remarque Stritter, mais que j 'okpKque ainsi : 
le Gakhetb n^était pas soumis aux Turks, non plus que Sébastopolis, ville maritÎBae, obéis- 
sant aux dadians des Mingréliens, Maraia et Samaodaula, ni le Gooria et autres viUes'do 
bord de la mer. Véritablement il faut prêter beaucoup à ce texte pour lentendre de 
la sorte. *) 

Dans cette hypothèse , Bathy serait Batoum , sur b droite et à remboiidknre dn 
Tchorokh ; le Gouria se serait étendu jusqn a Akjbal - Tzikbé , à partir depuis le Phase , 
soit que par ce mot on entende le Tchorokh ou le Rion , après quoi venait la province 
de Gori , celle de Tiflis et le Gakheth , dépendants des Turks maîtres de Ghamakbi, mais 
non du Gakheth inférieur^ ni des bords de la mer, où était Sébastopolis , soumise à Ma* 
mîa dadian de Mingrélie. Maintenant qu'est-ce que le Gakheth inférieur? Par-là il faot 
sans doute entendre la partie septentrionale de ce pays ; car si Gori, Tiflis et une portion 
da Gakheth dépendaient des Turks, c'était sans doute la partie de ce royaume sise entre 
Tiflis et la ville de Ghamakhi où les Turks commandaient. Enfin y avait -il au XlVe 
siècle des dadians nommés Mamia et Ghamandawlé? Nous voyons sur la liste des dadians 
Mamia I, de 1323 à 1345; Mamia II, de 1396 à UH , et Ghamandavrié I, de U70 
à iVIk. Dans le Gouria, le nom de Mamia revient aussi plusieurs ibis, au XVe siècle. 

Ketzeum ; les Grecs , n'ayant ^as de dj ni deh , ne pouvaient représenter autrement 
le Kadjtha - Toun , l'un des noms de l'ancien Artahan ; v. ma première réAM^'on de cet 
article , et cf. Hist. de la Gé. pu 23 , 39 , 65 , et notes. Il y a encore dans le Gouria 

M 72^W. 27i,313. 
*) Aûf. 256, 315. 

') àixiAii 8i fj /cjçà obto Ton fia v kEyoïuvov , xal obti tpaciSoç TvaxâfAOu lê)ç ;traAr(i9«t , yj xov 
yovqyofùqov àvâivreiaf xai xoçiaVf nai xa^niov xcU tvfXufiav, cnireyyvq ovacu ai ttoX^iç avrcu xai 
aafia/iov f x(Sv xovqmv ev avt(^ xai ix^vxaxv ^ X^^^ xdx(ù&ev xov xa/exiov jroXecDç xov iv Traça- 
âaXaaaiçi xai xifç aefiaaxov7raÀ£(û; xêv fiiyxeTxùiy , xov Sadidyau dv&evxeia xai (lafiia , xai aafjuxV' 
xavXa f xai yovçCaç xai rcJy aUxov Ttaça&aXaaaicùv TToXecav. 

Mot i mot : Praetenditur haec régie a loco Bathy dicto , et à fltivio Phaside usque ad Khallaikhi, îm- 
perium Gorgourii ; regiones Corii et Cakhetii , ad Samachiiini pertinentes , Turds ea loca tenentîbus , 
eiœptifi inferiori Cakbetio. ad maris Httus, Sebastopoli Mingreliorain subjectft dadiano Mamia , Gouriâ 
atiisque maritimis civitatibus subjectis Samantaulae. 



Addition V. 107 

Kadjéthis - Tzikhé , sur la petite rivière de Tchakwi an N. de fiaUioimi, au S. de Ko- 
bouletb. ^) 

OsouRTROU était une plaine dans Tlbérie romaine , on les Romains campèrent en lOM, 
«u temps de Gonstantin-Monomaque , attendant larrivée du général géorgien Liparit. D'a- 
près le récit d'Et. Oitélian (oh. 21) , il paraît qu'elle était au voisinage d'Arzen. ^) 

Kapetruh ou Kaboudrbaou était au pays de Vanand ou de Cars, suivant M. Saint- 
Martin , 1 , 37^. 

CoMiUN est entièrement inconnu. 



ADDITION V. 



Uist0ire de la scission religieuse etUre les Géorgiens et les Arméniens ^ depuis la fin du, 

Vie siècle. 

Un grand événement religieux s'accomplit sous le règne de Gouaram couropalate, 
dont les grandes Annales géorgiennes ne disent pas un seul mot, mais qui nous a été 
conservé dans tous ses détails par Oukbthanès , historien arménien , du Xe siècle , et que 
mentionnent, soit Jean Gatholicos, qui lui est antérieur, d'environ 200 ans, soit Asolic, 
son contemporain , soit Yardan , et Mkhithar d'Aïrivank , soit encore Giracos , et Sa- 
mouel d'Ani, appartenant au XlIIe siècle. Tchamitch a résumé tous les faits, dans son 
Histoire d* Arménie , t II , p. 301 sqq. , non avec toute Texactitude désirable : bien que 
cet auteur, dans son grand ouvrage, t. I, p. *18, dise n'avoir pas eu entre les mains 
l'ouvrage d*Oukhthanès, on voit pourtant qu'en écrivant son récit il a dû en faire usage, 
car il en donne de longs extraits. Beaucoup de questions d^histoire civile et religieuse, et 
de géographie^ se rattachant à l'événement dont j'ai i parler^ je veux le traiter avec 
développements , en m'appuyant surtout sur Oukhthanès , et le contrôlant au moyen des 
autres témoignages: il s'agit de la scission religieuse entre les Géorgiens et les Arméniens. 

En 451 , l'empereur grec Marcien avait rassemblé i Ghalcédoine un grand concile, 
destiné principalement à combattre les ^loctrines de Dioscore, d'Eutycbès et de Nestorius. 
Parmi les nations de Torient qui n'admirent pas les décisions de ce concile, les Syriens et 
les Arméniens se distinguèrent et se distinguent encore par leur persévérante opiniâtreté : 
ce fut, entre l'Arménie et la Géorgie, l'occasion du schisme qui les sépare jusqu'à présent. 

Le catholicos de Géorgie étant mort dans la 25e année du catholicos arménien Mosé 
ou Movsès II , conséquemment en 576 ) , les princes , les grands et les évéques du pays 

>) Stritter , IV , 255. 

*) Stritter , IV , 255 , 305. 

') Suivant Tchamitch, cela eut lieu en la 29e waai» de l'ère arménienne, ou en 580. A cela il ajoute 

* 



fO0 Additions et ^clai b g issements. 

prièrent ce dernier de leur donner im arhadclmord ; celui-ci choisit Ciouron ^) / nn en^- 
elésiastique de sa maison , en qui il avait confiance , le nomma liaïrapet de Géorgie , et 
enrôla en même temps que lui un évêque nommé. Pétros, Géorg^n de nation.*) 

Ciouron était Géorgien , du village de Scoutri , au pays de Dchayakh ')y et possédait 
les langues arménienne et géoi^ieniic ^). Dan& sa jeunesse il alla en Grèce, résida 15 ans 
à NicopoliSy dans le canton de Golonia ^ sur le bord du Gaïl-Get, où il s'instruisit des 
lettres grecques; après quoi le catholicos Mosé Tattacha à sa personne et le fit prêtre 
du couvent du patriarcat, alors installé à Dovin, enfin il le nofoiM ûhorévéqae d'Aïrarat, 
fonctions qu'il exerça cinq ans. ^) 

Etant allé dans sou diocèse , il se rendit à Mtzkhétha , où il rassembla les évêques 
du pays , les princes et les grands , et se fit reconnaître d*eux. Quand son autorité fut 
bien établie , en la 3e année de son ' pontificat ^) , il conféra Tépiscopat à un barbare , 

qu1I fi'éleva de grands troubles en Géorgie pour Téleclion du successeur du prélat mort , de qui le nom 
dV^ se trouve nulle part , et qu'à cette époque il était d*usage que le premier évêque de ce pays fût con- 
sacré par le catholicos arménien. Jean Catholicos, de son côté , dit que « Mosé nomma archevêque de la 
province înu^uiîra, de Géorgie, de Gougark et d*Egérie ou de Mingrélie, suivant l'usage,» le prêtre 
principal de la résidence patriar(5ale. Suivant Ciracos , p. 19, * L évêque des Géorgiens étant mort, et 
rùsàge étant jusqu'alors que les Géorgiens reçussent la consécration de l'Arménie, Mosé leur donna 
tm 'autre évêque. » Asolic , I. II , ch. II : • Mosé consacra Ciouron catholicos de Géorgie. > Yardan , p. (7 : 
« Les Géorgiens ayant envoyé, suivant l'usage, Mosé leur donna un arhadchnord; » mais précédemment il le 
nomme aussi catholtcos. Enfin , dans le cours du récit on trouvera la qualification de méffnpoUle donnée 
an chef du clergé géorgien. Voilà donc de compte &it six variantes, et l'indication positive • d'un usage* 
(insistant en ce. que le chef spirituel de qui je parle fût ou élu. ou du moins eonsacré par le catholioœ 
^^énicn. ' . 

Hai'rapet , en arménien, signifie ■ chef des pères, • i. e. patriarche , et ne s'emploie, le plus habituelle- 
Wént , qu'en parlant du catholicos lui-môme. Archevêque , métropolite et évêque , sont des désignations 
mconnues des auteurs géorgiens quand il s'agit de leur premier pontife. Quand à arhadchnord , ce mot 
iij^ifié seulement « un premier, un principal chef ,» et est quelquefois employé par Moïse de Khoren^ 
tiième en parlant des rois àe Géorgie' (Ed. Yen. 1827, p. 344 ,' 34-5) ; la même chose se' îfefrbuve encore 
«fceiid'àÉtres auteurs , mais par abus ; aujourd'hui , et sans doute depuis longtemps ,' le chef spïritiiel 
des Arméniens, de Géorgie est désigné par ce titre , évideormient inconvenant à l'égard d'un eatholicos. 
,-./i^) Ciouroii , prononcez Kiouron , est le nom grec.Kyron ou Kyros ; chez tous les aulburà européens, 
ce nom s'écrit Curton ou Courion. : , 

') Oukhthanès , p. 69. 

^) Suivant Vardan , Ciouron était d'Iscoutri, au pays d'Idchokh, variantes grossières et inadmissibles. 
Toutefois on ne connaît pas antrement.ee village de Scoutri^ dans le Djawakheth. 

*) Tchamttch ajoute qu'il connaissait aussi le persan , et fait le plus grand éloge de son caractère et 
dé sa personne. Ciracos dit que Ciouron était sacristain JtuM^ui^uiÊ, du catholicat. 

^^ Oukht. ibid. 

*) Oukht. ibid. La consécration de ce C'is dut donc avoir lieu en 579; à ce siyet. TcbapvHtch re- 
marque, que les Barbares nestoriens , en arménien ^houjic» , abondaienraWr» efi Qéoi^gie. . .t -. 



Addition V. 



109 



nommé C'is , ce qui si^niHe dureté ') , grossièreté, habitant du village de Ghoutarïm , au 
pays dfi Colonia, sur le Gaïl-Get, voisin de IN'icopolïs : ce qui eut lieu à l'iosu du calho- 
licos Mosé. 

L'indication du lieu où se rendit Ciouron , combinée avec ce qu'on a vu dans la 
Biographie de Se, Chouchanic (sup, p, 72, 76), au sujet d'un certain bdechkii de Gou- 
gark « roi de Mtzkhétha , n donne beaucoup à penser sur l'exactitude des Annales géor- 
giennes , ou l'on ne trouve pas un mot de cela , pas une allusion aux troubles qui 
suivirent la mort du prédécesseur de Ciouron , aux débats de celui-ci avec les catbolicos 
arméniens. Jean Catbolicos aurait - il donc été induit en erreur , quand il compte la 
Mingrélie au nombre di>s dépendances du cqtliolicos nommé par Mosé? £n tout cas un 
simple arliadcbnord qui aurait eu un si vaste diocèse à administrer aurait joui d'une 
trop vaste jurisdictioo. Le temps découvrira peut - 6tre quelques matériaux nouveaux , 
propres à éclaircir les obscurités de ces indications. 

Cependant Ciouron , en la première année de son calliolicat, avait conféré l'épiscopat 
à un certain Mosé , originaire du village de Mébencert , dans le Tachir ; élevé dés sa 
jeunesse dans la maison de l'évêque de Tsourtav, où il avait appris l'arménien et le géor- 
gien , il était devenu vartakied et enfin évêque de la maison du bdeclikb de Gougark. 
Sa résidence était à Tsourtav ou Gadcbcnk *), ville d'où Ion se rendait souvent pour prier 
à la croix de Mtzkhclha , et de là on allait dans le même but auprès du catbolicos ar- 
ménien : ce qui est la preuve d'une communauté spirituelle existant entre les deux pays. 
Le tombeau de Se. Chouchan servait donc de lien rebgieux entre les deux pays. 

< Le lieu alors nommé Tsouitav , dit Oukhthanès , s'appelle présentement Gadcbenk. 
C'était , d.ins ce temps-là , une capitale populeuse, vaste et admirable ; Aujourd'hui amoin- 
drie et réduite , c'est un gros bouig , sur le bord d'une rivière , appelée de son uom 
Gadchinaget , dans le canton de Vrats-Dacbt, situé entre les frontières de l'Arménie et 
de la Géorgie , juste en face du Caucase , limitrophe de la grande métropole de Tiilis , 
admirablement bâtie , .admirable et merveilleuse '), Tsourtav fut la résideucc du grand 
bdechbh de Gougark , établi gouverneur du IN. par noire roi Valarsace, Arsacidc. Ce 
bdechbh , descendant de Wihrdat , l'un des satrapes de Darius , ainsi que le raconte le 



'j Ce nom est hébreu , et se traduit en elTel comme le dit notre auteur , ainsi que Vardan . p. t-7 , 
<[iiî semble l'avoir copié. 

') Oukhi. p. "1,82,89, llti. 

') Tout cela ne noua fait pas bien comprendre la vraie situation de Tsouitav . ■' la ville froide , - de 
l'arménîen gm-pm Isowi . fioid ; le nom seul de Gadchenk , rappelle la dénomination de Gatchian , ré- 
sidence de GalchioN . l'un des fils de Karthlos, que Wakhuucht (Géngr. p. 1^5} dit avoir porté les ditré- 
reni» noms de Sanadiro-Kalak , Kauzian et Arkéwan , où il indique de grandes rnineH , et qu'il suppose 
(p. 14J) être l'ancienne u-'m Tzortaw. .Mais le Gatcbian de l'auteur génr^en est dans le SomhhotL . au 
S. de la bassp Kt^îa , et non dans le Tarbii' ou Daclil - Viata , Plaine des Géorgiens. Suivant la c»i'te de« 
pays au S, du Kour, la rivière de Gadclienk ne peut être que la Macliawer, qui roule là, du cdté de l'O. 



liO Additionset "Eclaircissements. 

véridique historien Moïse, fat* amené , dit -il, par Alexandre * le- Macédonien , et laiaaé 
comme prince des captifs de la nation des ïvériatsi , emmenés par Nabacbodonosor ^ ait 
moyen d'une puissante armée lybienne. Il les avait battus, domptés, soumis, et en avait tMr 
duit «ne partie sur le rivage droit de la mer de Pont, en leur donnant pour résidence la 
côte supérieure (»lhpfMuj) de la terre, vers l'occident ^). Quand donc il les eut installés 
sur le bord du Pont, leur race se propagea , se multiplia, se répandit de divers cMès, 
BU bord île la mer, atteignit jusqu'à ta frontière de l'Arménie et de TAghovanie et foflM 
une nation considérable , sous le nota d'Aphkhaz. Quant aux noms particuliers des priK 
vinces environnantes , ils sont fnnonbrables. Il y en a encore d'autres , aux environs ^ 
Tiflis , qa*oti appelle Tsanark , Dcbavakh et Threghk. ^) 

« S'étant donc propagés et multipliés , ils formèrent diverses tribus , et le pays qa^t- 
vant eux on nommait Véria s'appelle maintenant Vratsik , i. e. Géorgiens. Leur race , 
leur langage, leur écriture, leur patriarcat, leur royauté ayant pris consistance, ce nmt 
eux que Giouron Seoutratsi a séparés et éloignés de nous , étant en cela l'émule et 
Timitateur de Judas Scarotatsi , l'iscariote ; par-là il a perdu et ruiné un peuple si nom- 
breux et fut la cause de sa damnation. ^) 

« Pour toi qui aimes la science , ne me reproche pas d'écrire des exagérations , j*ai 
voulu seulement te faire connaître quelques - uns des souvenirs, dé Tsourtav. En effet , Il 
n'était ni îuste ni convenable de passer sous silence les titres de noblesse d*un lieu qui 
fut primitivement résidence royale , et on repose Se. Ghouchan *). On y voit encore les 
endroits marqués par les souffrances de son martyre , sa sépulture , le dépôt de ses reli- 
ques. J*y suis allé plusieurs fois, j ai baisé ces saints lieux, et j'écrirai ailleurs les circon- 
stances de son martyre. » ') 

Pour terminer ce qui regarde Se. Ghouchan , notre auteur dit en effet , plus bas , 
quelle fut mise à mort par son mari impie; qu'elle fut six ans détenue dans la citadeHe 
d'Ouphreth , l'Ophreth de Wakboucht, Géogr. p. ik5; qu'elle fut maltraitée à coups de 
bâton, au point d'en perdre l'usage de ses yeux, traînée dans les rues; souffrit la faim 
et la soif, et ne cessa de prêcher la foi à tous venants, comme Se. Nouné. Par plusieurs 

^) Cette interprétation du fameux passage d'Abydène , cité par Moïse de Khoren , 1. Il , ch. 8 , oe 
commentaire , dis -je , fait par an écrivain du Xe siède, au lieu d'éclarcir la question , ne fait que l'em- 
brouiller, en nous montrant les Âphkhaz, la nation géorgienne toute entière et jusqu'aux Tsanara, cemnie 
des descendants des capti& ïvériatsi, établis sur le bord du Pont , dans la terre Supérieure , Vérùa. 

^) Il est à-peine besoin de dire que ces deux noms désignmil le fijawi^eth et le Thrialeth , cantons 
de la Géorgie au S. du Kour , mais qui ne sont guère voisins de Tiflis. 

') Ainfii , de l'aveu d*Oukhlhanè« , Géorgiens et Aphkhaz descendent des Ïvériatsi, qu'ils soient J«iif 
ou Espagnols , transportés en ce pays par Nabuchodonosor : conclusion passablement bazardée. 

^) Notre auteur écrit toujours untup/i ^nt-^iuh^ au masculin , au lieu de np^nu^fi êointe , ce qui a 
taxi tomber le savant P. Tcbamitcfa dans une^prave méprise , que je relèverai plus bas. 

*) Oukhl. p. «7. * 



Addition V. 



111 



passages de l'ouvrage qui m'occupe, ou voit qu'elle avait établi ou du moins fait établir 
à Tsourtav une ccrtiine liturgie, en langue artnénienne, que Ciouroo fit traduire et chaa<*i| 
ter en gcorgieu : c'est le sujet d'uo reproche qui reviendra souvent dans les lettres écrw ] 
tes à ce catholicos par tes pasteurs arméniens.') 

Mosc , évcque de Tsourtav , choqué des tendances de CiourOD pour l«s sectateur^ 
du nestorianismc , de l'ordre donné de célébrer la liturgie en géorgien, et peut -être 
de son penchant , déclaré de quelque manière , pour les doctrii)es de Cbalcéduine , in- 
forma le catholicos Mosé de ce qui se passait , et le pria d'employer son autorité à g*-, 
raulir ce qu'il appelait la pureté de la foi : ceci doit avoir eu lieu vraisemblablement vers 
l'an 580. lUosé écrivit donc au catholicos géorgien et à ses évêqucs suËTragants , pour 
l'engager à chasser l'évèque nestorien et à conserver, malgré la division de l'Arménie 
entre les Grecs et les Perses, l'unité du dogme, la foi admise par les Arméniens, par 
les Géorgiens et les Aghovans , un siècle plus tôt , sous le roi de Perse Cavat ou 
Cobad; Ciouron répondit qu'aussitôt qu'il avait eu connaissance des erreurs de l'évèque 
en question il l'avait écarté de son siège. ") 

Ciouron se tint ainsi sur la défensive durant cinq ans : deux ans , sous le catholicos. 
Mosé , deux ans après sa mort , et jusque sous le catholicos Abraham , qui fut élu 
Sdii- '). Ces expressions d'Oukhthanès ne me semblent pas entièrement e.xactes , ou dft J 
moins elles ne s'accordent pas avec ce qui a été dit plus haut. En effet Mosé , élu ca*- 
iholicos en 551 , siéga 30 ans, après quoi il se donna un vicaire, nommé Vrthanési _ 
Kertliogh ou le Grammairien, qui dirigea les affaires durant treize ans, jusqu'à l'élection 
d'Abraham. Or précédemment notre auteur nous a dit que le INestorien C'is fut ordonné 
évèque par Ciouron en la 25e année de Mosé catholicos : c'était donc là son premier 
rapprnchi'mont avec des personnes professant une autre foi que les Arméuiens. 

Ce qui achève de prouver qu'il y a ici un malentendu, c'est que Vardaii , p. 43 ^ 
dit que quelque temps après avoir écrit à Ciouron , Mosé Calholicos mourut . en la 304 J 
.innét' de son pontificat, et le pasteur géorgien cessa dès - ItJrs de cacher ses nouvellelj 



') Oukhl. p. 133. 

*1 OiiUit |i. 72, 73. TcLamil<ib , réuniasant iri plusieurs finis qui n'eurent lieu qu'après le« premiè-1 
re« explications dont je viens de parler, dit que Ciouron se tnil à prêcher onverleinent le concile de Chatf . 
cédoine. au point que Géorgiens el Mingrèliens adoptèrent ses doctrines : Jean Calbolicos (p- i6; dit auaal 
la même chose , sans nommer lonlerots les Mingrèliens ni préciser les dates , mais avant la mort du ca- 
tholicos Mosé. Tchamitcli ajoute que ce fui alors même que le calholicos géorgien fil venir de C. P. des 
copies authentiques des décisions des quatre premiers conciles écuméniques. Enfin, il ajoute que la Géor- 
gie resia dés - lors soumise {t l'empereur de Grèce. Mais je pense qu'il vaul mieux suivre pour guide 
Oukhthanès, qui rapporte les cvénemenls dans leur ordre chronologique, avec tous les documents i 
l'appui. D'ailleurs on verra ipie Vardan et Ciracos sont garants de la vérarilé du récit de leur devanciePr . 
el se rangent à son autorité. 

') Oukht, p. 77. 



112 Additions et éetAiROissEMENTS. 

doctrines. Ciracos , p. 19 , s'exprime dans les mêmes termes; ce qui est absolument con- 
traire an récit de Tchamitch et aux assertions du P. €bakbathounof , dans sa Descrip- 
tion d^Edcbmiadzin et des cinq cantons de TAïrarat, t. I, p. 182, 3. Si donc c'est vers 
la fin de la vie de Mosé que Ciouron commença à se révolter, au lieu de la 25e année, 
il faut lire la 37e année, qui sera l'an 588: à dire vrai, ceci me semble plus consé- 
quent ; car autrement il y aurait eu au moins 1 1 ans d'interyalle entre les lettres adres- 
sées à Ciouron par Mosé catholicos et par Vrtbanës, vicaire du siég-e. Mais heureusement, 
même avec cette différence de dates, les faits restent les mêmes. 

Après la mort de Mosé , arrivée en 593 , Ciouron fit deux démarches décisives : 
d'abprd il permit de reparaître à Tévêque nestorien, qui s'était tenu cacbé jusque-là , di- 
sant qu'il avait seulement voulu lui laisser le temps de venir à résipiscence. En outre, il 
manda près de lui Mosé, l'évêque de Tsourtav, qui, après quelques hésitations, se dé- 
cida à venir à Tiflis , a ville de Géorgie , au voisinage du Caucase , située sur le fleuve 
Cour ^) : » c*est ainsi que s'exprime notre auteur. On a déjà vu pins haut en quels termes 
magnifiques il parlait de cette ville , comptant alors' à - peine 120 ans d'existence. Mosé 
rencontra son supérieur sous le portique de l'église de Sion , bâtie près du palais des 
rois; mais le catholicos lui ayant interdit sa présence, il se retira chez le prêtre Hacob, 
au voisinage de Sion , écrivit à Ciouron de ne pas renoncer à la foi proclamée par les 
318 pères du concile de Nicée , par les 130 du concile de C. P., par les 200 d'Ephèse, 
et admise jusque-là par l'Arménie et par la Géorgie. Il lui reprocha aussi sa condescen- 
dance pour les Nestoriens et déclara qu'il renonçait à sa communion. 

Ciouron ne répondit rien, pour ne pas se compromettre vis-à-vis du futur catholicos. 
Pour Mosé , il attendit quelque temps que son chef changeât d'opinion , puis^ se voyant 
en butte à la haine des grands et du peuple , il partit , en hiver , et , laissant son trou- 
peau à la garde de Dieu , alla se cacher dans le célèbre couvent d'Uobana - Vank , au 
bas de l'Aragadz. Il y fut bien reçu par Babélas, alors supérieur, et fit connaître à 
Yrthanès sa résolution de rester fidèle à la foi ^). On verra plus tard , dans les lettres 
écrites des deux côtés, quelques circonstances particulières de la fuite de Mosé, et com- 
ment son supérieur les interpréta contre lui. 

De sa retraite , Mosé écrivit à Yrthanès , vicaire du siège , une lettre pleine de re- 
proches contre Ciouron , et le pria d'adresser une lettre en arménien , à ses ouailles de 
Tsourtav, où cette langue était principalement usitée, afin de les consoler et de les affer- 
mir dans la foi; à Ciouron et aux grands du pays, pour les y ramener. Yrthanès le fit^ et 
cette correspondance dura trois ans, jusqu'à Télection du catholicos Abraham. Par -là on 
voit que la fuite de Mosé dut avoir lieu réellement en l'hiver de l'an 591.*) 



*) Oukht. p. 75 , 78. 

*) Ib. p. 80. 

3) Ib. p. 81 , 91. 



,* 



A D D I T TO II :V. 113 



Vrthanès répondit à Mosé , par une lettre d^encoura^ement ; il adressa également 
une encyclique aux fidèles de Tsourtav , pour qu'ils n'imitassent point leur catholicos , 
mais bien plutôt qu'ils restassent fidèles aux doctrines autrefois admises par l'Arménie, 
par la Géorgie et TAghovanie. Ces lettres^ celle de Mosé à ses ouailles et leurs réponses, 
s^ trouvent toutes dans Touvrage d*Oukhthanès ^) ; elles sont d*un grand intérêt pour les 
personnes qui s'occupent de matières tbéologiques , mais malheureusement l'aigreur des 
discussions religieuses s'y fait trop remarquer. 

Mosé pria de nouveau Vrthanès d'écrire à Giouron , catholicos de nom , à l'évéque 
géorgien Pétros , et aux grands , tels que Nerséh , Vahan , Bzrméh , une réfutation des 
doctrines du concile de Chialcédoine ^). Vrthanès, moins 'animé que lui, fit les lettres de- 
mandées, mais il s'excusa de n*avoir pu les envoyer'), à cause des circonstances dans 
lesquelles se trouvait le- pays (c'était à la suite du partage de TArménie entre l'empereur 
Maurice et le roi de Perse, qui avait eu lieu en- 591 ^). Il engagea donc Mosé à faire lui- 
même porter ces lettres ; a Si la paix se fait , disait - il , tant mieux : vous retournerez à 
Tsourtav avec un nom honoré , si non , ordonnez à vos amis et connaissances d'écrire à 
notre glorieux prince , qu'il m'ordonne de m'y rendre moi-même , pour rétablir la bonne 
intelligence. Le prince d'Arménie était alors Sembat, marzpan d'Uyrcanie, sous la dépen- 
dance du roi dç Perse. Quant à la Géorgie , on ne saurait trop s'étonner de voir que .ni 
Giouron, ni les deux Mosé ni Vrthanès ne mentionnent Gouaram, qui y régnait alors, ni 
aucnn^utre prince souverain , mais bien de simples seigneurs', dont l'identité ne pourrait 
que difficilement être constatée , au moyen d'une infinité de conjectures. 

Oukhthanès nous a conservé les lettres : à Giouron catholicos , aux princes Nerséh , 
Vahan et Bzrméh , ainsi qu'à la communauté des fidèles^, et celle à l'évéque Pétros. Les 
réponses ne se sont pas retrouvées , ou plutôt- il paraît que Tauteur ne les a pas jugées 
dignes d'être rappelées, car il dit que Giouron menaça Vrthanès de faire porter son mes- 
sage au patriarche de Jérusalem ^) , qui ferait, ainsi que l'empereur grec, une réponse ca- 
tégorique. On verra bientôt pourquoi le pasteur géorgien voulait avoir recours à ces 
arbitres. Le fait est que Giouron refusa d'admettre le messager de Vrthanès et lui fit la 
menace dont il vient d'être parle ; toutefois quelques nobles , dont les noms ne sont pas 
connus, écrivirent au vicaire du siège, que Mosé eût à revenir dans son diocèse et à faire 
sa soumission ; sur quoi Vrthanès adressa à Mosé une lettre doctrinale > où il lui exposa 

^) Ib. p. 82 - 87. 
*) Ib. p. 91. 
") Ib. p. 92. 

^) Hist, du Bas-Emp. Nouv. éd. t. X , p. 332. Il n'est rien dit là de la Géorgie, mais il est bien pro- 
bable; .que cette contrée , professant dès-lors la même foi que les Grecs , ne resta pas en dehors de leurs 
possessions , puisque Gouaram avait un titre tout grec, celui de couropalate. V. Annales, p. 138. 

;, *)OuWit.p.93,95; ... .,,,;, ...'..■ ., , 

AddiLetécl. 15 



IH Additions et écLAiRCissENENTS. 

tout ce qui 8*était fait un siècle auparavant , sous Zenon et sous Anastase , empereur s 
orthodoxesT , au sujet de la foi , ainsi que sous Justin et Justinien , et l'exhorta il pené^ 
vérer dans la voie qu'il suivait. ^) 

Cependant en la 17e année Vie Khosro-Parwiz , sous rempereur Maurice, au muis de 
maigri , Sembat Bagjatide , marzpan d*Hyrcanie , réunit à Dovin une dixaine d'évéque» , 
pour raisonner sur la foi et nommer un catholicos. L'élection n'ayant pu se faire alor^i 
Sembat obtint du moins que les évcques signassent une profession de foi , au bas de lé* 
quelle il mit lui-môme son nom. Enfin dans une nouvelle réunion , Abraham d*Ecbathan , 
évêque des Rlîechtouniens , fut élu catholicos, malgré ses refus, un dimanche après Par 
ques , à la fin de navasard , en la 17e année de Khosro -Parwiz ^). Ce qu'il y a de ràr 
dans ces faits, c'est que le P. Tchamitch et le P. Ghakhathounof Gxent ravénement d'Abra« 
ham à Tan 59^», où Pâques tomba le 11 avril. Or, en cette année, le mois de navasard a^anf 
commencé au 1er juillet , ce fut donc vers le 30 de ce mois que Télection eut lieQ, 
Comme Oukhthanès répète trois fois Tindication de l'année de Khosro^-Parwiz , p. €9, 99 
et 1 03 , il était donc sûr de son fait ; or , d*après toutes les autorités , Khosro-l'arwîz ne 
monta sur le trône qu'en 590^); ainsi sa 17e année serait l'an 607, époque oà Maorfcê 
ne régnait plus. Je ne sais à quoi attribuer cette erreur de chronologie. Trois peraomieB 
n'assistèrent point à la cérémonie dont je parle : le catholicos de Géorgie , dissident , ce^ 
lui d*Aghovanie , qui commençait à le devenir , à son exemple ; enfin lévêque de Tsonr* 
tav, alors grièvement malade, et qui ne put mfime écrire au nouveau catholicos q%9 boit 
mois après son élection, pour le féliciter, se mettre en communion avec lui, et se décla** 
rer prêt à se sacrifier pour la Géorgie et pour l'Arménie. Abraham , de son côté, l'en- 
gagea à se rendre près de lui pour la Pàque prochaine, époque où le marzpan SembaC 
viendrait lui - même , afin de régler les affaires religieuses ; car Vrtbanès l'avait mis «O 
fait des événements antérieurs. ^) 

Cependant Abraham s'empressa d'écrire au cathcriiicos de Géorgie. Il lui expcmr que 
précédemment les deux pays professaient la même foi, que l'union spirituelle régnait «ntre 
eux; qu'on allait prier, d'Arménie à la croix de Mtzkhétha, et de là k Téglise patFiarc«lé.'> 
11 lui reprochait ensuite , avec douleur , d'avoir troublé cette bonne intelligence , ehasafr 
l'évoque de Tsoartav, d'avoir voulu le forcer à professer une foi nouvelle, d'Avoir s«ify^ 
primé la liturgie en langue arménienne, réglée par Se. Cbooehanie '). Il lui rappelait en^ 

') Ib. p. 96, 97. 

*) Ib. p. 99 — 102. 

^] V. Tchamitch , Tables chronolog. ; Lebeau , nouv. éd. t. X , p. 290. 

^) Oukhlh; p. lOi — 108. 

^) L^habitude rêvant dans tout Touvrage d*Otiktbanès , de nommer Se. Chouchanic «irL^p M tiàli 
upfLnL.^P ^m.^uAfi^ a induit le savant P. Tchamitch (t. Il , p. 303) danfi'tnie très grave méprise , qùW 
je me suis longtemps refusé à croire possible de sa part. Il fait dire à levéque Mosé ;^« Ciomtm ne veut 

r. . .j *' ■ ■■•■ '«^ 



Addition V. 115 

€ore qu'au temps de Cafat,. roi de Perse, une assemblée relig:icu8e avait examiné les 
questions tbcologiques alors controversées, spécialement celles relatives au concile de 
Cbalcédoine , et que là on était convenu d'une profession de foi , que tous les assistants 
avaient signée , et qui se conservait encore au catholicat. Enfin il l'engageait à ne pas 
causer une scission , qui empêcherait les habitants des deux pays de visiter réciproque- 
ment leurs églises , et terminait en disant qu'il avait songé à lui envoyer des vartabiods , 
pour lui démontrer la vérité de la foi arménienne , mais qu'il préférait attendre la ré- 
fMnse des évoques et des grands de Géorgie , et qu'en tout cas il lui serait pénible de 
▼oir les Géorgiens se séparer de la foi admise par les Arméniens sujets du' roi des rois. 

Ciouron répondit très adroitement: il commence par féliciter Abraham sur son élec- 
tion y puis il dit que lorsque le catholicos Mosé lui écrivait , c'était seulement pour se 
plaindre de sa confiance envers un Nestorien , qu'il avait sur-le-champ écarté / pour lui 
laisser le temps de venir à résipiscence. A l'égard de la liturgie de Tsourtav, il ne l'a 
pas changée , mais bien l'évêque de ce pays , qui , connaissant le géorgien et Tarménien, 
avait regardé la chose soit comme peu importante au fond , soit même comme convena- 
ble , parce que la position de Tsourtav , à la frontière des deux nations , y rendait com- 
mun Tusage des deux idiomes. Pour Mosé , il ne la pas chassé , mais mandé pour lui 
donner quelques avertissements , et celui - ci s'est enfui de nuit , a abandonné son église 
sans autorisation. Si » ajoute-t-il , les Arméniens sujets du roi des rois sont d'accord sur 
les dogmes tbéologiques , tandis que les Géorgiens font bande à -part, il s*excuse en di- 
sant : « Nos pères et les Uens étaient au pouvoir du roi de Perse , professaient la foi de 
Jérusalem , ainsi que vous et nous. » Du reste , la Grèce et le pays des Ariens , i. e. la 
Perse, sont encore soumis au roi de Perse, ainsi ce ne sont pas des pays séparés. A l'é^ 
^ard des vartabieds à envoyer, il laisse la chose à la disposition <iu patriarche; lui-même, 
sans les circonstances actuelles, il en enverrait de son côté au catholicos , pour solliciter 
sa bénédiction. ^) 

Abraham , comme on le pense bien , ne se Unt pas pour battu par ces raisons : il 

plus que je cbante en arménien 'les hymnes composées en cette langue *par Saint Chouchanic , premer 
itégue de Tj^oiirtav. • Quoique Chouchanic soit proprement un nom de femme, la qualité de Saint qui lui 
esl attribuée pouvait facilement égarer un lecteur ordinaire. Mais comme Thistoire de cette sainte e«t ra- 
contée en détail par Lazar dePharbe, d*où Tchamitch lui-même l'a extraite et insérée dans son grand ou- 
vrage, il est étonnant que plus tard il ait perdu ce fait de vue, et qu*il ait donné à ce personnage le litre 
de premier ivéque de Tsourtav. J'avoue que cette liturgie établie, peut-être même composée par Se. Chou- 
chanic, au^ui^tnoL ^tujp9/bf»^ VCF"J pf^p^^^*"^ qLuinatui-nn&uii et uu passagc quc je citerai tout- 
à-Fheure, m'avaient inspiré des doutes très forts sur le sexe de Tauteùr ; mais je n ai plus eu le moindre 
doute quand j'ai eu lu, p. 133, que «Chouchanic avait été tuée par son époux impie juêJfuuff^^m 
jutnH /tufiJi, M Tchamitch n*ayant pas eu en main , a ce qu'il parait, l'ouvrage dont je parle , ce sers 
là l'explication du fait objet de cette note. 
^) Oukhlh. p. 110. 



|f6 Additions et jïclairgissements. 

répondit qu autrefois, sans doute, rArménie suivait la même foi que l^église de Jérusa- 
lem , mais que c'étaient Ciouron et les siens qui lavaient abandonnée. Ceci était à-peu près 
exact des deux côtés ; car le patriarche de Jérusalem et une bonne partie des évéques de 
Palestine refusèrent d'adhérer aux décisions du concile de Chaicédoine , ainsi qu'en fait 
loi rhistoire. Plus tard , un certain Hobénagh ou Juvéual , peut-être le patriarche de ce 
nom , qui mourut en 458 , avait travaillé à propager la foi de Chaicédoine , qui s'était 
répandue petit-à-petit jusqu'en Arménie , mais avait été rejetée en kd6 par le catholicos 
arménien Babgen , au concile de Vagharchapat , et même par Gabriel^), catholicos <le 
Géorgie, évêque de Mtzkhétba. Enfin il engageait Ciouron à désigner un lieu, dans Tune 
des deux contrées , pour traiter ensemble de la foi , à l'époque des Pâques prochaines. ') 

Ciouron répondit nettement : que la bonne intelligence avait régné entre les deux 
pays jusqu'au temps du catholicos Mosé;. que celui-ci, ayant exigé qu'il se séparât des 
nestoriens, il lui avait obéi ; que si Tévéque de Tsourtav ne partageait pas ses croyances, 
pourquoi donc avait -il consenti à se laisser sacrer par lui; qu'enfin Jl n'y avait eu au- 
cune dissidence entre les Géorgiens et les évéques de Tsourtav depuis l'époque de Se. 
Chouchanic , sous les évéques , Aphots , Garhnic , Sahac , Eghia , Us^cob , Hovhan , Sté- 
phanos , Esaï , Samouel , un second Stéphanos , Elovhannès ^) et quelques autres. Pour-t. 
quoi y en a-t-il maintenant? c'est votre affaire.^) 

Profitant de ce que Ciouron prétendait n'ayoir pas dévié de ses croyances précéden* 
Vss, Abraham l'engagea de nouveau à rejeter les doctrines que n'avaient point admises, 
au concile tenu par Babgen : Gabriel, catholicos de Géorgie, évêque de Mtzkhétha; Pagh- 
dea 9 évêque de la maison royale de Géorgie; Eghiphas, évêque d'Asouriaghé (Ats- 
qour ?j ; Samouel , évêque de Timoel (Tbmogwel , de Thmogv?i ?) ; Uacob , de Srtav ou 
Tsourtav; Stéphanos^ de Rhouzthav ou Roustbaw; Sahac, de Tiflis; Eghadès, de Man- 

') Dans mes notes sur les Annales , p. 122 , j*ai parlé au long de ce Gabriel , qui vivait en 491 , bien 
que l'histoire géorgienne ne dise rien de lui , et qui est qualifié par les Arméniens tantôt de catholicos , 
tantôt de métropolite. Notre auteur parle encore , p 112, de Hobénagh, d*abord orthodoxe, puis par- 
tisan des doctrines de Chaicédoine , qui avait voulu les répandre au temps du catholicos Babgen , et de 
Gabriel , arhadchnord de Géorgie. 

*) Oulihlh. p. 111. 

') Je crois que s*est un passage de ce genre qui a fait croire à Tchamitch que Chouchanic était le 
premier évêque de Tsourtav. Au reste , cette liste est précieuse , car on y retrouve d'abord le nom de 
l'évéque contemporain de Se Chouchanic et nommé |dans sa Biographie (sup. p. 77) ; Hacob vivait en 
491 et assistait au concile de Vagharchapat ; les époques des autres sont inconnues, mais le dernier 
Hovhannès dut être le prédécesseur de Mosé. Tchamitch (t. II, p. 304) fait encore dire à Ciouron^ dans 
sa réponse h la première lettre d'Abraham , bien des choses que je n*y ai pas vues , notamment qu*il 
conservé la foi admise anciennement par les cinq patriarches et par 35 évéques de Géorgie. Je n'ai trouvé 
Bitlle part cette indication. Ou cet habile historien aura travaillé sur de mauvais extraits, ou il aura mêlé 
un peu du sien dans l'analyse des pièces. 

^) Ôukhtb. p. 112 sqq. 



A D D I T I ON V. 117 

ghik ou Manglis ; Enës Mrowel , de Rouis ; Evginis , de Samtbav ou Samibawis ; IIoy* 
seph Adouuel (d'Atéoi ?; ; Hovhan , de Sarousth (?) ; llovhaQDès , de Goumourd , ou Gou- 
mourdo ; Gliazar Phoghcdnel (?); Théodore , de Pborih (Photi ?j ; Zakarias, de Gasfa.(?); 
Pbocas y d*Asteriniougb (?) ; Isaac , de Ilnaraccrt ; Mosé , de Tarse (Tao ?) ; Estengès de 
Korzan; a tous ces évêques, de ton pays, ajoute-t-il, assistaient au concile de Yaghar- 
cbapat et en approuvèrent les décisions.»^) 

Fatigué de tant d'insistance , Giouron répondit qu'il avait fait traduire du grec et 
envoyé au catholicos Abrabam les canons des quatre conciles écuméniques, et le pria net- 
tement de cesser toute correspondance à ce sujet: «Que vous le vouliez ou non , dit-il, 
telle est ma foi. Si vous voulez mécrire amicalement, c'est bien, je recevrai votre lettre. 
Si non , je n y répondrai plus ; » — ainsi son parti était pris et décidément arrêté. 

Il parait que le catbolicos Abrabam faisait porter la correspondance que l'on vient 
de voir par un évêque nommé Pétros , que les Géorgiens avaient surnommé le loup , à 
cause de son extrême sévérité, et qu'ils menacèrent même de le faire mourir s'il ne met- 
tait fin à ses allées et venues pour des discussions concernant la foi ; suivant Oukbtba- 
nés , ceux de son temps répétaient traditionnellement que cet évêque avait été tué par 
leurs pères sur le mont Gangark : mais , dit - il , on le confondait avec un autre Pétros , 
qui s'enfuit du concile de Gbalcédoine, et qui vivait 150 ans avant le catbolicos Abrabam.^) 

Pendant que les deux pontifes échangeaient ces communications, et un peu après la 
première lettre d'Abrabam , ci - dessus rapportée , Sembat , marzpan d*Hyrcanie , se mêla 
au débat. Il écrivit au catbolicos et à son clergé, à Atemerséb et aux autres princes de 
Géorgie, pour les engager à la concorde, a Tous les Arméniens sujets du roi des rois, di- 
Bait-il , professent une même croyance ; cependant j*ai appris par la voix publique et par 
TéTéque de Tsourtav , mais je refuse d'y croire , que le tombeau de Se. Gboucbanic n*a 
plus la vertu de servir de lien d'unité religieuse entre les deux pays. On ne va plus de 
là' il Mtzkbétba , de Mtzkhétba à Tsourtav.» 11 les prie donc de faire cesser un tel état 
de choses , et se contente de leur écrire , sauf à charger plus tard des évêques d*aller 
traiter le fonds de la question. 

A ce message, Giouron avec ses évêques, et au nom des princes Aternerséb^ Achou- 
chan et autres ') , répondit qu*il voyait avec joie la paix régner en Perse ; que pour lui 

^) Oukhfh. p. IH. Je regreUe beaucoup de ne pouvoir restituer les noms de ces 21 évêques ou plu- 
tôt des pays qu'ils administraient. Un seul , celui d*Hounaracert , est évidemment hors de la Géorgie , et 
appartient au pays des Âghovans ; K*orzan me parait être le même que Khordzen ou Khordzian, canton 
de la quatrième Arménie : les 16 premiers sont tous géorgiens. 

*) Oukhth. p. 116. 

') Jusqu'à ce moment Oukhthanès a nommé dans ses écrits plusieurs grands personnages , qui sem- 
blent avoir occupé en Géoii[ie une place distinguée , tels que Nerséh , Vaban et Bzrméh , voici mainte- 
nant d'autres noms : Atemerséh , Achouchan et Vahram. Excepté le nom de Bzrméh , les autres étaient 
communs aux deux peuples : ainsi lea peraoouages indiqués ici peuvent tonl aussi bien être Arméniens 



1f8 Additions et icLAiECissEMEfiTS. 

i\ avait conservé la foi de Jérusalem y celle que professaient les Grecs soumis à Tempe* 
reur Maurice: qu'il n'avait point forcé l'évéque de Tsourtav à célébrer la liturgie en géor- 
gien, mais que cela était convenable, dans un pajs où Ton pariait les deux langues et de 
it part d'un homme qui les connaissait également ; qoe Nosé n'avait point été chassé , 
mais s'était enfui nuitamment auprès du prince Vabram , et que la paix ne pouvait point 
être troublée pour un seul homme. *) 

Le ton de cette lettre fait voir que Giouron voulait ménager à la fois, et le roi de 
Perse, à qui la Géorgie venait à -peine d^étré enlevée, et les Grecs, sous l'autorité des- 
quels eilc se trouvait depuis peu de temps ^) ; il craignait aussi que Sembat n*obtînt un 
ordre de Khosro - Par>\iz , pour faire rentrer de force Févêque Mosé dans son diocèse , 
qui , à ce qu'il paraît , faisait politiquement partie des possessions persanes. Tout cela 
est analysé par Oukhthanès avec la finesse d'observation qu*inspirent la haine , et surtout 
telle qui résulte des dissidences d'opinions dogmatiques. 

Mosé^ de son côté, avait répété à Sembat tout ce que nous savons déjà des motifs 
et des circonstances de sa fuite , mais il s'était disculpé d'avoir voulu se retirer auprès 
du prince Vahram , partisan des mômes doctrines que son supérieur , et prétendait avoir 
été calomnié sur tout le reste. Sembat lui répondit qu'il était mande à la cour de 
Perse et obtiendrait pour Mosé un ordre de rentrer à Tsourtav. Quant à faire la guerre 
il Aternerséh , à Yahan et à ses frères , comme le lui avait insinué Mosé , il ne pouvait, 
disait-il, tirer Tépée contre tous les Géorgiens'). Ainsi, des deux côtés la question tour- 
nait à la violence. Ciouron avait profité^ pour se déclarer, de la division du pays entre 

qne Géorgiens, et peut^lre Aghovans ; car on a vu par ce qui précède ^e le peuple d* Aghovanie n'était pai 
trop soumis au pontife arménien; son calhoiicos, alors en discussion avec les Arméaiena, n*avaU pas voulu 
assister au concile pour réiection d'Abraham, i) ailleurs , au commencement du Ville siècle , un calfaolî- 
cos d'Aghovanie adopta franchement le concile de Chalcédoine (Aon. p. 279, n. 4], enfin au Xe siècle^ le 
Cakhellh qui n*est autre chose qu'une portion du même pays, se sépara entièrement des Arméniens à cet 
égard (Ann. p. 279) : ces confiidérations me font croire que les princes ft^ut^bo^ et les grands, propre- 
ment les aristocrates ^<-^, de qui il a été parlé plusieurs fois , étaient réellement des Aghovans , parta- 
geant la manière de voir de Ciouron. Je ne sais s'il serait possible de retrouver tous ces personnages 
dans rhistoire. 

*) Oukhth. p. 117 suiv. 

*) On dit qu'avant l'élection d'Abraham, Ciouron avait été prier Sembat de lui donner un ordre pour 
la Géorgie , afin que l'évéque nestorien ne fût plus inquiété. Mais c'est une fausseté , dit Oukhthanès , 
p. 1 34 ; car Ciouron était trop timide en actions , quoique décidé en paroles et en écrits. 

») Ouklh. p. 119, 120, 122. 

La suscription de la précédente lettre de Sembat porte : • De la part de Senbat , niarzpan d Vjrr- 
canie , leron/s zmivor et dackêecÊm , et de Cfaacsagkar^ vartabœd d'Armeoie.» Ciouron hri répond «bna les 
mèmeê termes , oMiis il nomaM la variabied Gàanagli. Hoaè denoa lea jnèmea liÉraa àSmatmi. 



A D D I T I 



119 



l'emporeiir et le roî de Pt-rse . et son adversaire tb^-ologiquc ne reculait pas dovant l'em- 
ploi (li'S moyens de coercition. 

La clef de toute celte querelle me paraît f^tre dans un fait dont parie Oiiklham^s 
(p. 139). Quand l'Arménie fut partagée > ainsi que je lai dit, entre -Mjurice et Khosro- 
Parwi/ , les Grecs se mirent à reprocher aux Arméniens de n'avoir pas dans leur biérar- 
cfaic ecclésiastique l.i division en neuf ordres, sur le modèle de la milice céleste, à 
eavoir : patriarche, arclievèijue , métropolite, évèque , prêtre, diacre, sous -diacre , clerc 
et lecteur, et sur eu fondement ils dirent, pour la partie de l'Armi'nie qui leur était 
écliue , un patriarche particulier , que les autres Arméniens ne recuunaissaient pas. Dés- 
lurs les Siouiiiens et les Aghovans se séparèrent du vr.ii ciitholicos arniéuieo, Mosé, pour 
tout le temps qu'd ne serait pas l'unique chvf spirituel de toute la nation : c'est pour 
cela que le catliolicos d'Aghovanio n'assista pas à l'élection d'Akaliam. Toutefois l'autre 
patriarche étiint mort , ils reconnurent celui-ci : en conséquence , le calholicos d'Agbova- 
nie fut admis comme devant avoir le r;mg d'arclicvt^que , et celui de Géorgie, cotnaiu 
métropolite. Le mécontentement de Ciouron n'en Ht que retloubler. Pour appuyer leurs 
prétentions, les Arméniens disaient que leur chrétienté avait clé fondée par un apôtre, 
S. TbftildiSc, et les Aghovans que la foi leur avait été prêchée par Elise, disciple de ce 
dernier, qui, nprés sa mort, avait été à Jérusalem, recevoir de l'apotre S. Jacques 
la consi'cration épiscopale , et avait fondé chez eux l'église de Gis, au pied de l'Ama- 
rhas , dans la province de Gorbogb , prés de la plaine de Phaïtacaraa , où est liarda. 
Outre cela ils faisaient valoir leur titre de chrétiens plus anciens que les Géorgiens. D'a- 
près ces calculs, les Arméniens devaient avoir leur catholicos titré patriarche, les Agho- 
vans un catliolicos archevêque, les Géorgiens un métropolite, comme les Siounieus , rele- 
vant de l'Arménie. Là-dessus Ciouron et les siens se séparèrent de cette dernière. Voilà ^ 
je crois , la vraie cause de la scission objet de celte note. 

A ce sujet je crois devoir citer un passage curieux d'Oukhthanès (p. I3't): h C'étaiti 
l'année ^^3 du couiput romain, quand l'Arménie reçut la lumière de la foi, que les Agb<M 
vans avaient reçue 270 ans plus tôt. ISO ans après la conversion de l'Arménie, ItabgcD 
tint un concile au sujet des doctrines de Chalcédoine , qui m furent admises ni p<ir les 
Grecs, ni par l'Italie entière, nr par l'Arménie, l'Aghovanie et la Géorgie, en consÀ- 
quence dos ordres des pieui empereurs Zenon et Anaslase. Quand il se fut écoulé 87' 
ans , sous le catliolicos Abraham , les Géorgiens , excités par le maudit Ciouron , se sé- 
parèrent des Arméniens, et avec eus la Grèce et l'Italie, mais les Aghovans restèrent 
unis avec eux dans la fui. s ') 

Pour le moment je ne veux exacniner que les calculs chronologiques contenus dans 
ce passage. Le point le plus certain, c'est le concile tenu à Dovîn, sous Abraham catho^ 



') La même chose et daw le« mêmes termea abwiuineai,.M^lit. dsaa.l'Jiialoiie'iss A£làavufif^,|)0b 
Mo»é Ca|>luiu'aH(ijy9Ui i.M-it du Afos. aiial. p. 133k liKi;;i; :<i(i Wmtr-t im miuI) , £f:i .q .Inikc .«uV tili )i H 



120 AdDITIONSÊT iCLAIECiSSENENTS. 

licos, en 596; ainsi le concile de Vagharchapat , sous Babgen , dat avoir lieu en 509', 
et la conversion complète de TArménie en 329, celle de TAghovanic en Tan 59 de J.*G.; 
et si l'an 329 répond à 4^3 du comput romain, celui-ci dut commencer en 286 , c'est, 
à une année près, l'initiale de Tère des Martyrs (285 de J.-C). Les autres caractéristiques 
sont sans aucune autorité. 

Cependant le P. Tchamitch, Ilist. d'Arm. t II, p. 225, le P. Chakhathounof , dan 
sa description d'Edcbmiadzin , t. l , p. 181, placent le concile de Vagharchapat en 491; 
il est vrai que le premier de ces auteurs, dans les notes du t. Il, p. 487 — 504, allè^ 
gue une foule d'autorités récentes pour d^autres dates données au concile de Babgeo, 
mais il les regarde comme moins valables , et je me range de son avis. 

Si donc, opérant d'une autre manière, à 270 on ajoute 43, on obtient 313 pifat 
la conversion de F Arménie; égal à 43 du comput romain (?) qui aura commencé en 270^ 
et 43 de J.-C. pour la prédication cbez les Aghovans; en ajoutant 180 à 313, on ob** 
tient 493 pour Tépoque du concile de Babgen; et avec 87 de plus, 580 pour le con- 
cile sous Abraham : mais ici aucune des dates n'est d'accord avec ce que nous savons 
d'ailleurs. 

Enfin, en partant du point fixe 491 , si de -là on retire 180, il reste 311 pour U 
conversion de l'Arménie, 268 pour le commencement du comput romain, et 41 pour la 
prédication chez les : Aghovans , enfin 491 pour le concile de Babgen et 578 pour to 
concile de Dovin , sous Abraham: concluons donc avec le P. Tchamitch, t. II, p. 2S5V 
que ce point de l'histoire religieuse de l'Arménie est chronologiquement très embarras-^ 
sant à fixer. - ' 

Quoi qu*il en soit de ce fait particulier, Abraham, voyant la persévérance des Géot^ 
giens dans leur voie , fulmina contre leur catholicos et contre eux , dans he concile téiSii 
à Dovin en 596 , un anathème , par suite duquel il était défendu d'avoir avec eux aucun 
rapport personnel , de contracter des unions , d'aller prier à la croix de Mtzkhétha ou à 
Manglis ; il était seulement permis de trafiquer avec eux. ^) : i.'! 

"1 ;v 

^) G est bien de ce concile de Dovin, .tenu en 596, et non de celui de Nersès U Acbtaracetsi, ea: 58lj 
comme le prétend Galanus, que date la séparation religieuse en^^ rArménie etia Géorgie : ainsi^a*^-^ 
prime Tchamitch , t. Il , p. 498. VVakhoucht, p. 38 , parle de ce^e réparation comme ajant eu lie/Ei jquS) 
le roi Pharsman Y , à la suite dq seconid concile de Dovin , en 542 ; puis ,sous le règne de Bdjçour 1|L^ 
il dit, en note : «D^ns ce temps-là il j eut, des discnssionfi sur la foi entrç les Arméniens et les Géorjneiuu 
Le catholicos Suîméoh ou Gourion éhassa de Tsourtav , oà était le tombeau ()e ^. Ghoucbanic , un évé-' 
que qui était hérétique , partisan des Arméniens , de sorte que la mésintelligence ne fit qu'augmenter.' 
Cependant le Héreth conserva la foi arménienne, ainèi qu*il est dît dans les livres ecclésiastiques 
géorgiens^» - '' " ^ iî ■- '■ i- ■ •» :'/• - ..^'; -. '.t.-, '■.'■ . :''<■''• **'> 

Tchamitch, dans Taperçu qu*il donne, t. II, p. 306, des conclusions d*Abraham i Tégard des Géor- 
giens> dit qu'il fiitdéfdndtt fnénè dé la^fi^er ww et» ; mâlsiMoséiCtfgblItîcaMovatsi, Hist: des Aficmns, 
M-it du Mus. asiat. p. 133 , dans un extrait qui paratt téttoél , ^Étfl^ii^Ydt^dMnda «4ë M^ 



. A D 1 T I N 



V. 



f2t 



-1-' A cette QouTpllo , ajoute Tchamitcb , Gourion, indigné de la conduite d'Abraham, 
écrivit à l'emperciu: Maurice une lettre d'accusalioD contre lui ; Maurice , qui en était 
déjii instruit d'ailleurs , fut courroucé et ordonna de réunir un concile à Constantinople , 
où seraient convoques les évêqucs grecs et arméniens. Abraham envoya donc le docteur 
VrtbanÈs , son vicaire , Grig:or , et avec eus dix - neuf évoques arméniens , des pays son- 
mis aux Grecs. Quand la réunioa se fit, les cvéques arméniens reçurent la foi du concile 
de Chalcédoine, mais Vrthanès et Grigor s'y refusèrent. Il s'éleva alors une discussion, 
où , après mainte invective réciproque , ils ne purent se convaincre ai se comprendre les. 
uns les autres , et se séparèrent. 

La suite de ce débat amena l'empereur Maurice à donner aux Arméniens , sujets de^ 
l'empire , un patriarche particulier , qui fut Jean , de Bagaran au pays de Gogh , lequel 
Gxa sa résidence à Avan, dans le canton de Gota'i'k. 

Stéphanos Orbélian , dans son histoire manuscrite de la Siounie {uiu,mJ^t,pf, \)fit.*' 
%liuiy) raconte d'une manière si intéressante les faits que l'on vient de lire, que je crois 
devoir traduire en entier le passage du chap. XXVI , qui s'y rapporte ; Tchamitch ne 
parait pas en avoir eu connaissance , |>uisqu'il ne le cite pas parmi ses autorités ; en ef- 
fet , l'ouvrage de Stéfanos n'existait point alors complet à la bibliothèque des Mékbitha- 
ristes. La copie qui s'y trouve maintenant a été faite sur la mienne, en 18^7. 

d'avoir des rapports d'amitié et d'éducation (^pmfit^uiJnLph L iiuijlitini.pt \ ; d'aller prier à la 
croix dite de Mtzkhélha, à celle de Mnnglia : de recevoir les Géorgiens dans les églises arméniennes, de 
former avec eux des alliances malrimonlales ; il était seulement permis tfackeier chez eu.r, el de leur payer 
le prix des achats , comme à de^ Juifs. • 

Gourion est bien cerlainement le même que CjTJnus, mentionné chez Galanus (Conriljalie eccl. arm. 
t. Il, p. 121). et parait élre le Quincus auquel S. Grégoire pape adressa en l'an 603. indict. 4, une lettre 
avec celle suscription : Quirico et caeteris episcopis in HibenA calbolicis ; v. Lequien . Oriens Christra- 
nns, t. I, p. 1337. C'est dans l'édillon des lettres de S. Gré);oire, en quatre volumes in-fol. Paris, 1705, 
l. Il , 1. XI , ep. ti7 , que l'on lit Hiberid au lieu do Itiberuid , correction déjà proposée par difTorenls au- 
teurs ecclésiastiques , menlionnés là. La lettre en question a pour but de prouver qu'il ne faut paa 
rebaptiser les nestoriens revenant k la fol calbolique. Les premières lignes font comprendre que Quiri- 
cus avait écrit à S. Grégoire , mais que sa lettre fut perdue , à Jérusalem , par celui qui en était porteur. 

Mais Courion est-il le même , comme le prétend Wahboucbt, que le catholicos géorgien Simon, c'eat 
ce que le présent Mémoire ne permet pas d'admettre. 

Quant au Hérclh , on verra dans les Annales, p. I(>i, que celte contrée no se convertit à la foi géor- 
^enne que sous le roi Adaniasé II , environ vers l'an 918. 

L'historien arménien Mkblthar d'Aïrivank dit , dans sa bizarre chronologie : • En l'an 74 — 625 , lea 
Géoi^'ens se séparèrent de ta communion des Arméniens. ■ Samouel d'Ani , de son cAté, ditt en l'an 
i — 337 (lis. 5S5 de J.-C.J , quelques - uns placent ici le schisme entre les Arméniens el les Géorgiens.* 
Mais plus bas : • en 72 — 625 (lis. 623) , les Géorgiens se séparèrent de la communion arménienne , i 
cause du concile de Chalcédoine . et se portèrent du câtô des Grecs, à l'instigation de Courion. leur pon* 
tife : édit. de Milan , 18I8, par le docteur Zohrab. , .,., , ,,.,. , , ,. .. • 

AddiL el éci. 16 



Ifld A D D I T I fl 6 . 4 T' 4 IC'Xi 1 «èlSS.BlIBlITS. 

. f'.vA^ avoir paiié en coodle âsseltililé & Do<Hli (etf 596) , ions le MgMe déMniriee 
«* de ShJMTOu'-Parwiz, qu'il nomme ÀfTvét, pomr aviser an iboyeii de srastrBWè'lit 
Arâftoiens à (a tyrannie des Grecs, qui cherchaient à lem* imposer la f<ri de CbalcédolMtf 
'p' «Les évêques assemblés approuvèrent d'abord, dit l'historien, la foi oilhodosiè de9 
troift saints conciles et anathématisèrent ceux de Chalcédoine et de Léon ^) , puis toM é^ 
giièvent nne profession de foi, qui fut scellée du sceau d*Abraham, le catholicos^, M 
dès-antres évéques et princes. Après cela ils prirent plus d'assurance , en se fondant sur 
Isa' considérations suivantes : l'empereur Justinien , ayant rassemblé les titulaires des granda 
sièges et les saints pères , leur demanda de décider , et avec leur approbation , transféM 
à Gonstantinople le siège Àe Tâpdtre S. Jean , qui désormais y resterait inamo- 
et celui de rEvangéliste saint Mathieu, d'Antioche h Jérusalem. De là les chefs 
des églises, se livrant à l'esprit d orgueil i établirent que tout siège qui avait été occupé 
pai^. un apôire jusqu'à sa mort serait indépendant et reconnu patriarcal.' 
V <( Par ces motifs les nôtres eurent la hardiesse de nommer patriarche le cathoUcos 
d'Arménie, Abraham; archevêque, le pasteur des Aghovans, et métropolite celui d'I«* 
bérie^). Mais comme, par Tinfluence de Pétros*), la Siounie avait été durant quelque 
temps en opposition avec les autres sièges, et qu'ensuite elle s'était rangée k Tunité, les 
Géorgiens , se montrant fiers à Tégard des Aghovans , ne voulurent pas occuper un rang^ 
inférieur et prétendirent les avoir devancés dans la foi. 



. ^) Léon 1er , devenu empereur en 457 , puUifi aumtôt une lettre en feveur dei doctrines de Ghal-* 
cétoine. 

^) Mosé Cagbancanto vatfii , Hist. des Aghovans , p. 1 35 , s'exprime ainsi k ce sujet t Le catholicat 
arménien fut scindé sous lempereor Justin II (565—- S77) ; pendant que Hosé il était patriarche de TAr- 
méiiie persane, un certain Hohan fut reconnu par les Grecs, dans Toocident de F Arménie ; la Siounie né 
reconnut aucun des deux, mais se soumit à Zakaria , cathoKcos des Aghovans , ce ipri dura jusqu'à ce 
qu'Abraham 1er fut devenu unique patriarche ; enfin il ajoute que le chef spirituel de l'Arménie f ut re - 
connu patriarche, celui de l'Aghovanie archevêque, et celui des raurtëns de Géoi^e (^iwkfjMi. V/nMj) 

néirapolite , i. e. métropolitain , suivant une altération fort usitée dans le langage, mène en Géorgie t ce 
méUropolite géorgien fui Cîourion. 

^) Pétros , IXe évéque de Siounie , fut un des disciples de Mo?so-le-Grammairien (Moïse de Khoren}t 
il «ssista au concile de Chalcédoine , avec le6 évéques arméniens Mambri , Eznic , Corioun et autres , et 
refusa , à ce qu'il parait , d'y souscrire. En 527 , il était présent au concile de Dovin , tenu sôus la pa^ 
triarche Neréès , ce qui suppose qu1l étah très âgé ; l'historien Stéphannos Orbèlian ; de qui ces détails 
sont tirés (v. Histoire de la Siounie , M-it , ch. XXII) , ajoute que , témoin des dissenrioiis qui agitaient 
l'-Armékiie-^vant l'élection du catholicos Abraham , S. Pétros prescririt que désormais les évéques de 
Siolinie fussent consacrés par le catholicos des Aghovans , ce qui eut Heu jusqu'à Tavénement d*Abraf- 
ham. Il 7 a dans ces notices une grande difficulté chronologique , à savoir comment! un élève de Moïse 
de. Khoren put vivre jusqu'à la mort du catholicos Movs'ès, arrivée en 593; et ce, d'autatit plus que notre 
auteur ne donne à Pétros que dix années d'épiscôpat; comme cette matière n'a point encore été étuAéè 
et qu'elle m'écarte beaucoup de mon sujet , je me coiitènte dé citer tnto autorité et d^di^uer tes firfté. 



Addition V. 



123 



« Le pasteur des Géorgiens était alors Couron, infesté en secret de i'errear des Nes- 
toricns , qu'il n'osait faire |>araïtre ; mais il attendait l'occasion. Il avait prés de lui an 
évê(jue étranger, sacré par lui. D'abord portc-clcfs de la sainte cathédrale do Vagharcha- 
pat , Couron avait été promu diacre à Golooia, et ayant résidé chez un prêtre dypjiysite, 
il s'y était imbu de t'hércsie. Puis , sur la prière des Géorgiens , qui le voulaient avoir 
pour chef, ce prédicateur de l'Antichrist avait été sacré par le catlioUcos Movsés , qui 
le leur donna. 

a Er apprenant les ot^aeiHeuses prétcirtions des Géorgiens, les Aghovans déclarèrent 
qu'un apôtre , nommé Elise ') , était venu chez eux avant d'aller en Arménie et avait eu 
le titre d'évôque, et sur ce, ils se séparèrent pour un temps des Arméniens. Le Géorgien, 
crevant de dépit, se mit h invectiver contre les Aghovans , parce qu'ayant demandé l'ar- 
cfaiépîscopat à Abraham , celui-ci l'avait réprimandé et persistait à lui refuser l'enquête, 
malgré les instances de l'évêque Rétros *), et l'avait même anathcmatisé. Sur quoi Couron, 
prenant sa coulle {^î-/,«l^) et son philon , les donna à Pétros . en disant : " Que ton 
oeuvre soit sur toi.» Puis, craignant les conséquences , il le fît suivre avec précautions, 
et le fît massacrer pai' deux diacres dans te mont de Cangark. 

«Son hérésie fut dévoilée per Movsès , évêque de Tsourtav ou Gatchiank , dont le 
diocèse est maintenant réuni à tlaghbat. » Notre auteur raconte eosuite qu'un autre évê- 
que voulut se rendre indépendant , mais que cela lui fut refusé. Quant à la Siounie , on 
lui accorda un métropolite , ayant droit de faire porter devant lui la crosse ornée d'une 
croix et de ne pas mentionner le catholicos , à l'église , mais devant prendre dans ses 
brefs, au lieu du titre de Père des évèques , cehii de Père spirituel de Térounik et de 
Siounik. Ainsi depuis lors on reconnut un patriarche on Arménie , un archevêque chez 
les Aghovans , et un métropolite de Siounie , ce dernier étant protofrontês ou premier 
suQVagant du patriarche des Arméniens : ceci fut la seconde reconnaissance du métropo- 



Sléphaiinos, qui n'es! encore connu que par son Histoire des Orbélians, n'; Tait pas grande preuve de 
critique , comme chacun le sait , el Ton ne peirt rien recevoir de sa main qu'avec beaucoup de réserve. 

')' Une tradition arménienne raconte en effet que S. Elise , disciple de S, ThadJée ou lude , sacré 
^éq«e par S. Jacques frère du Seigneur, viiil en Aphovanie j prèibcr la foi; il fut lapidé dans la jilainc 
d'Arghoun , et son corps mis dans une fosse , sur laquelle , plus lard , le roi 'Vatchacan fil élever une 
É^ise; Ti'hamilch, (. II. p. 2V%. Suivant Mosé Ca^haneantovatsi, p. 6, 133, après avoir préobé A T^hdgb, 
6. Elise vint dans la ville de Soharlin , dans la province d'OuU , bâlit luie église , au viUage de <jis; fm 
oarlyrisé dans la plaine d'Ergoun et son corps déposé alors dans un lieu dit Uomenk. 

•] Il est bien évident que cet évoque Pélros, celui que les Géorgiens nommaient le loup [sup. p. 117), 
n'est pas le Pétros évéque de Siounie dont il vient d'être parlé ; mais son histoire a bien de l'analogie 
avec celle racontée , d'après Wakboucht , dans une note à la p. 121 des Annales. L'évêque Pétros ser- 
vait de courrier entre le catholicos Abraham et les Géorgiens , qui , à cause de sa hardiesse . le sur- 
nonimcrent le Loup ; Ciracos , M-it du Mits- asiat- p. 19, sq. V. sur W suite* du cchisnie , Hîst. de Gé. 

p. 279,D.i. ,.;„.„ M-.,::.. :■. ,v,f 



:tBk Additions. ET écLAiECissEiiERTS. 

-fitot , en Siounie ; la première avait eo lieu an temps do roi des Àghovass Esyaghé ^). 
! Quant aux autres sièges, il ne fut fait aucun changement.» 



Le curieux ouvrage d*Oukhtbanès n'est pas complet, non plus que l'exemplaire 

# * 

d^Edchmiadzin, sur lequel il a été copié pour nous. Il se compose de 137 pages in-folio, 
d une écriture médiocre et très serrée. La première partie traite des origines de la nation 
arménienne, presque dans les mêmes termes que Mosé Caghancantovatsi, auteur de THis- 
ioire des Aghovans, et l'on y voit des aperçus assez curieux jsur Tethnographie de TAsie. 
Après quoi notre auteur parle des empereurs romains jusqu'à Constantin et à S. Grégoire* 
IlUuminateur. Ici je n'ai rien trouvé de nouveau. La seconde partie est entièrement con- 
sacrée k l'histoire de la séparation religieuse dont je vieus de tracer l'esquisse. 11 n'est pas 
l>èsoin de dire qu'elle est remplie d'amères diatribes sur le concile de Chalcédoine, ainsi que 
sur le catholicos géorgien. Dans la troisième, l'auteur devait traiter de la conversion de là 
nation inconnue des Dzad ou Dzadn, mais elle manque entièrement au M-it. Oukhthanès n*est 
)>as même nommé dans le Quadro délia storia letter. di Armenia ; mais je sais que son 
livre se trouve aujourd'hui dans la riche bibliothèque des Mékhitharistes de Venise. Tcha- 
mitch le cite , t. I , p. 18 ^ parmi les auteurs qu'il n'a pu consulter, bien qu'il en donne 
des extraits , et lui attribue ici le titre d'évfique d'Ourha ; celui d'historien , dans la 
Table des matières. Nous ne saurions donc quand il a vécu^ si, dans une lettre en forme 
dlntroduction , adressée au vartabied Anania , de Narec , il ne nous apprenait que celui- 
ci l'avait fait prier par le prêtre Pbilippos d'écrire une histoire d'Arménie ; que cet Ana- 
nia se rendait auprès du catholicos Khatchic (premier du nom, qui siégea entre 972 et 
992) , auquel il portait une lettre contre les Dyphysltes , et que tous deux se rencontrer 
rent sur le bord de l'Akhourian, un jour d'été, le dimanche 10 du mois de Tré« à là 
dé heure : ainsi notre auteur vivait vers la fin du Xe siècle et devait être presque con- 
temporain de Mosé Caghancantovatsi. 11 nous apprend encore que les lettres de Mosé ca- 
tholicos et de Gipuron furent trouvées à Tiflis, ville ée Géorgie î au voisinage du CaucasOt 
sur le fleuve Cour, par If^ prêtre, Ciraços ,. sachant bien, le géorgien , et qoi les traduisit 
.eii, langue arménienne, çle; sorjte que OMkbth^nès. put. eq. (aire usage. Celle citée par Abr»r 
)fs^» pu se trouvent les npam, des évéques géorgiens assistant. au concile, de Babgenv 
Sl^tait : perdue p et elle a été retraduite du grec à' Onrba. Quelques autres encore n'étalent 
odnnues que par les extraits qui V«ti trouvent ailleurs. ' Tels sont les matériaux qu'il* avait 
à sa disposition, -et sur ^'IHilquefls il a fkit ses commentaf^^éifi H est doilb lien évidéîit 
qu'on ne peut refàseï^ çV'ôyanèe à un \\vte composé sur dôcuiqçntjs.' 

'- ^]r EiVagM ait le prfdéceiseiil^ et ifeni-£(re 1ê père dé èë'Vdlblié , irbldés AgÈ6rtàiâ\ qui se' révotti 
dMIre la Pefbév'VeN Tan iT6/et dUtit II é' été UairTé ÛbM 1^Âàh{iV6ii'tttj% 78 ; iH&t: des Aghovaiift^ 
péè lllbvMi'Ge«lnn^Mtàtt»', «40éû iiuf.\MU: VM'l''^. A^K pl'^^^'* r^&tît' do^**;'ptnbé(bMMi^ 

1_ .1: j_ 17 «i^l^ .' ,«I . •*»S. .fl 



Ters le milieu do Ve «iècle. 



A D D I T I à If V. 125 

CertaÎDement le travail d'Oakhthanès nous fait voir la Géorgie fioua un nouveau jour: 
en V91 1 au concile de Babgen assistait un catholicos géorgien que les Annales ne nom^ 
aent pas^ Gabriel, car eUes en mentionnent alors un antre, Pétré, installé par Wakhtang- 
iGpurgaslan; en 576 Ciouron succédait à un catholicos, resté anonyme, tandis que les 
anales nomment , pour cette époque , deux Samouel ; outre cela les écrivains arméniens 
inaistent tous sur ce point, que Tusage était que les catholicos géoi^iens fussent sacrés 
fiar ceux de F Arménie. Supposons que les trois pontifes mentionnés ne fussent que pour 
Jes Arméniens de Géorgie , comment alors , d*après le mot de Jean catholicos , Ciouron 
€iit - il sous sa direction la Géoi^ie , la province de Gougark et la Mingrélie ? comment 
^Gabriel était-il évêque de Mtzkhétha, comment Ciouron lui-même alla-t-il dans cette ville 
w faire reconnaître ? Ce n était donc pas un simple arhadchnord , comme ceux de nos 
jours. Admettons que les évêques du concile de Babgen fussent tous Géorgiens, que ceux 
de Samtha^is, de Manglis, de Bolnis, de Rousthaw^ de Rouis, de Coumourdo, fussent 
d'accord sur la foi avec Babgen , comment le catholicos géorgien de cette époque n*est-il 
pas nommé; comment, sous Abraham, nest-il pas dit un mot de Gouaram couropahite, 
mais il est seulement parlé de quelques princes, comme si le pays n'eût pas eu de roi, 
.de chef reconnu ? Tout cela passe mon intelligence. 

Par Moïse de Khoren, nous savons que de son temps la province de Gougark, où 
est Tsourtav^ appartenait à la Géorgie (S. -Martin, Mém. t. Il , p. 356 , 366); Wakh«- 
tang-Gourgaslan y nomma des éristhaws; Annales, p. ll^ih; le même vainquit le bdechk 
eménien Yasgen, soi-disant roi de Mtzkhétha, et s*empara sans doute de ses domaines^ 
iiù les rois Datchi et ses successeurs firent acte de souveraineté: ainsi cette portion de 
PArménie faisait , au Vie siècle , partie des domaines des monarques géoi^ens , et pouf^ 
tant on trouve alors en Géoi^ie un catholicos arménien , nommé et sacré par Mosé ! A 
tout cela je ne trouve d'explication que celles données dans le courant de cette notice, 
et j'attends de plus amples renseignements. 



,'•«.■. I" 



-l 'i 



'..■: 



ADDITION Vt 



.M'- 



it: 



NoUee sur lu saints pères syriens, venus en Géorgie sons le roi Pharsmm FI. 

(5W— 557 de J.-C) 

Quoique j*aie déjà recueilli dan» mes notes sur l^Bistoire de Géorgie, p. 203—213^ 
JtftmteS; les, indications historiques résultant, des Vies des SS« loané^ Dayid, Ghio et Isé, 
jppiVMDt.^. comme le styet ,est.4ergi:wde iqiiportiinQe pour l'histoire ecclésiiMtique,: je.vais 
;iç{;l^ésiamer,;)e9:iai^ c|t iessi^er, ^e critiquer d>n«^mblt J«b BiographieB en question. i 



ISfi Additions ^t ActAimtfissBMEifTs. 

Eti tête âè la Vie de S. léané on Ht: «€eMe hUtoiré a «élé readuMlée €t dé¥elop- 
péè par S. Arsenic catholicos du Karthli;» et à la fia , p. 19 du M^ittciNoire &^pin 
îlméni , catholicos 4ià Karthli^ ayant cherché et retrouvé les faits ^ <|iMti«i cent qurtm 
Ms (en touteis lettres) après ia.s^enue ou la mort du saint ^ ^nous avons 4X>n8irité et liai 
^talt écrit dans les litres «t les récits oraux des pères* » Dt cda il résuhe: i^qw Taéi- 
tiènne Biographie de S. ioané était perdue» et que, telle que nous la fossédonS): elle 
^Mt relativement moderne; 2^ que le ca[thelicos Arséni arvait d4 Téorire dé D<>nv«M> «i la 
tendre plus détaillée, si l'on ^en tient aux dates du règne^de Pharsnian VI^ len lan 9k^ 
«n, au plus tard, en 976. Or ii cette époque ni plus tard Thistoire ^géorgienne ne Domm 
pétnt le catholicos Arséni. Pourtant k portrait de ce oatholie^s ê été vu, en l7SS,!tiir kè 
«murs du couvent géorgien de la Croix, à Jérusalem y f>ar le métropolite' Timothée 'Gàbn*- 
«hwili (Livre de la Visite, p. 166 de mon M4t), et de plus il esft fait meiktia» d'un pa^ 
Ififil dignitaire dans les Annales, p. 159, sôus le roi Bagrat . 1er (836-^876 de i**C)r; 
f. 168, sous Giorgi H, dAphkhazie, alors maître du Karthli (921 -^SKS); p. t9«, 
sous Bagrat III (98Ô — 101%). fin outre ^ dans la Vie de S. Ioané, il eat parlé d'un mit 
tre «catholicos de Mtzkhétba., »' & Clémentes , qui » bien ionglmf^s aprh tui^ fit «ion^ 
struire une église de S. Jean - Baptiste , k Torient de la caverne où lé saint avait féen. 
fie catholicos ne figure nulle part. Enfin on trouve encore le nom d'nn C8tlft>ltoâs Sa- 
memel dans lé tîlre- de la Vies, de S. Abo (Vie des SS. Géorgiens, p. 3>l)s' pur llordre 
Ainpicl elle, fut écrite /car ce éaint fut, dit -on, martyrisé de son temps; ibié; f^-àsSi; 
jst encore , dans la Vie de S. Gioi^Mthatsmidel , il est fait deox (ois. mention id*nn cn^ 
4holicos, entre 1055 et 1060, au temps de. Bagrat IV; Vies des S& Géorgiena^ pw BM^ 
•fiS2. Tout cela prouve qu*il y a une • grande lacune dans nos connaisaanees snr i'àiabrirè 
écclésiaslique de la Géorgie. Du reste, v. Hîst. de la Gé. p. 35^, a. &, le féswiédei 
jraâVelles notions acquises auisneyen -^u M-^it ;qui a servi de baseà'l'éditioa dû lèxte jdeft 
Annales. Quant à Arséni, je conjecture que ce akrit être Anséni d'Iqaithp^^ qd^istf i;lil^ 
on , le maître de religion et le directeur du roi David - le * Réparateur , et vivait, conâé- 
quemment, à la fin du Xlle s. ; mais rien mr ftOUve qu*il ait été c^itholicos en fonction. 
Il a écrit, suivant ce que m*a souvent certifié .le, feu fisarévitch Théimouraz, un Eloge 
de son élève , que je n'ai pas vii. On a également de lui , un traité sur le schisme reli- 
gieux entre les Géorgiens et les Arméniens , qui a été pour trois jours entre mes mains , 
lors dein^n 4ei;tilen passage^ .À KfHi(1iAïs,y en juin.48lfi|^ gfâi^ èl'^lîgianw dft\.llécanoz 
Koutbathéladzé. Ce traité faisait partie ii*un /recueU . j/atitulé <g7)(^^^^* F Abeille, que les 
circonstances ou je me trouvais alors ne m'ont pas permis de lire. 
• -^-'-^r foaoé. fié k Adiibôhe iét de^nu rapérienr d^in MMliMré^ WiÉilbt^«tt t^ 
.paAr la< (QréOrgïe, confia la direction dé ses nMMe* 'à mi tètiêià l)«iAijPlÉfJ ' Il '«MMMlli 
4nf6c lui *flMi«nrs religlrâî^ idb»^ «oiis'Wiit dii^êMèniietotf''^]^,^ -tMt'd^ 
que dlM«)4aM Vto ditt i«tfitil i|k 4àna Mk* dé 6; :Élito. 'leV^'ldMk ipr«Éiiérf *tf#^««É' HvMb 
désignent ainsi ces saints personnages , loéitté ^eft >lèt»^; '9èfMàk / <tAy lltné '; ^hklA ^'^ifcfaon, 



Addition VI. 



127 



Aitoni , Isé , Thathé , Chio , Isidore , Abîbos , Mikhael , Pîros et le diacre I!ia. Il n'y a 
de différence entre les deos historiens, qu'en cela, que le Biographe de S. loané ajoute, 
au nom de Stéphane le titre de Kisiqel , an lieu de Khirsel , et que )e nom du diacre 
lEa J est placé immédiatement après celui de S. Tbatha. Dans la Vie de S. Chio on lit: 
Chio, Dawith , loseb , Antoni , Tfiéodosios , Thatha , Piros, Elia , Li/nen (lis, Pimen), 
Nathan, Abibos , loané. Dans cette seconde liste manquent Stéphane, Zùnon Isc, Isidore^ 
Mikhael, et cependant le Biographe mentionne dans son récit Ezdérios, qui doit être Isi- 
dore , et probablement le même que Th^odosios ; il parle également de S. Isé. Kestcnt 
Limen et Nathan , qui ne sont pas connus d'ailleurs. La plupart do ces moines n'élaiout 
point prêtres ; Isé n'était que diacre , Chio n'était pas dans les ordres et refusa , ainsi 
qae son maître , de les recevoir. 

Le nombre des pères syriens se compte et est indiqué différemment : on ne dit jft* 
mais a les quatorze saints pères,» bien qu'ils fussent tout autant, en comptant leur chef 
et le diacre Ilia ; souvent on écrit «les douze,» et presque aussi souvent «les treize; 
saints pères ; n Wakhouchl, dans la Descr. de la Gé. , emploie ordinairement la dernière 
forme. Le patriarche Antoni, au contraire, parlant de S. Abibo, dans le fie discours de 
800 Martyrica, dit, qu'il fut u l'un des âotize venus de Syrie sous la roi Pharsman, polit- 
lUs du roi Bacour Khosroïde , et sous le catholicat d'Evrlaivios. h Cette locution se re> 
trouve aussi chez d'autres auteurs. 

En quittant ta Syrie , tous demandèrent la bénédiction de S. Siméon Stylite , qui 
n'était pas encore monté sur la montagne Admirable , et vivait seulement dans un four 
(«rtrîGjki "S.iGm. On remarque spt'xialemcnt que S. Abibo, avant sa mort, reçut, de la 
part de co saint, une lettre, et son bâton en cadeau. Informé par une vision de leur 
prochaine arrivée, le catholîcos de Karthli , Enlawios , les attendait dans le Haut -Pays, 
î. e. dans la partie du Karthli comprise entre le Mtcouar , l'Aragwi et les monts Likh ; 
et ce qui achève de faire connaître l'époque ou ils arrivèrent , ce sont les visites et les 
présents faits par le roi Pharsman à S. Chio. KnHn il est dit que ce fut au mois de mai, 
à l'époque des débordements de rAragwi , que les saints pères se rendirent sur le mont 
Zaden. Aucune de ces circonstances , toutes rapportées seulement par le Biographe de Si 
Giio , ne détruit les calculs chronologiques fondés sur le texte des Annales et fixés par 
Wakhoucht. Car d'un coté le roi Pharsman VI régna de SiiS à 557 , le catholicos Evr- 
lawios avait été nomme par le même roi , enfin saint Siméon Stylite vivait précisément 
dans ce temps. En effet, il no s'agit pas ici du premier Siméon Stylite, mort en 461 ou 
462, suivant Baillet , Vie des Saints, 5 janvier, mais de Simi'on dit le Jeune, égale- 
ment Stylite, né à Antioclie en 521, qui fut d'abord disciple de S. Jean Stylite, et 
passa, dit-on, 68 ans de sa vie sur une colonne élevée dans la cour d'un monastère de 
la Montagne Admirable, i trois lieues d'Autioche , d'où il est nommé Tliaumastontès': 
ce saint mourut en 596 , âgé de 75 ans , et sa fétc se célèbre le 2k mai , suivant A. 
Baillet. Si donc il ne se présente pas d'autres difBcuItés, on peut dire que le rédacteur do 



1^ Additions JWt c i c & a i b> d i s s e h e fi t s. 



3aRaMca3CRii BteTonn», fSiihS, Phitifc nW éffioieUe^ p. Ul, à cotnmia une ilinaefitQée, * ta 
assurant que les saints pères sjrriens ^nt venas en Géoi^e vers l'an kêù. Même daaa 
l'bypothëse par laquelle il veutrapprodher cet éYénemeot du tem|Mi du preitiier Siméoa Stjp» 
Kte , comme ce saint mourut 20 ans plus tôt que l'époque qu'il assigM à leur Tenue » lE 
perdrait de vue ce que dit le bk^raphe dé S. Ghio , qu*ils «reçurent la bénédiction dtf 
saint M au moment de leur départ. Je n'ai point yu, du reste , dans la Biographie de S. 
loané qu*il y soit mentionné que la Géorgie eût été convertie k la religion chrétieniié 
200 ans avant leur arrivée : » peut-être ^e passage m'a échappé ^ en tout cas on rencoiH* 
tre plusieurs fois dans le texte la Géorgie désignée sous le nom de bbx;;. 634^0 néofdiyté, 
et les traces d'idolâtrie subsistant alors sur le mont Zaden et dans d'autres contréeil 
géorgiennes suffisent pour montrer que la foi chrétienne n'était pas ancienne dioa cet 

contrées. *) 

Après être resté assez longtemps chez le calhoUcos Ewla^fioSt S. loané et ses com*^ 
pagnons passèrent sur le mont Zaden , qui était alors couvert de forêts sauvages » et. oè 
se trouvaient encore un autel des faux dieux, ainsi qu'une tour élevée autrefois par 

les païens. 

La cinquième année après son arrivée, S. loané envoya ses compagnons dans diffi^ 
rentes contrées de la Géorgie, prêcher la religion et donner l'exemple des vertus: six al- 
lèrent dans le Kartbli , à savoir : S. Isé , S. Thatha , S. Chio , S. Isidore , S. Mikhaïl , 
S. Pétros; six dans le Cakheth, à savoir: S. Da^ith, S. Stéphane^ S. loseb, S. Zenon, 
S. Antoni , S. Abibo ; Ilia seul resta avec S. loané. Mais déjà deux d entre eux , bi et 
Abibo , le premier , quoique simple diacre , avaient été élevés à Tépiscopat , dans les sié«* 
ges de Tsilcan et de Nécrési , dont les titulaires venaient de mourir. Si le choix du ca^ 
tholicos Ewla^ios tomba sur ^eux , ce fut le fait d'un hazard , pris pour une marque de 
la volonté de Dieu. Le catholicos, en effet, avait résolu de conférer l'épiscqpat aux deux 
pères qu'il trouverait occupés à célébrer la messe ^ lors qu'il viendrait à leur ermitage 
commun. Ce genre de divination se" retrouve en plusieurs endroits des légendes que j*a» 
nalyse : p. e. quand Evagré demanda à S. Chio de le recevoir parmi ses dUsdples , il lui 
donna son bâton, en lui disant d'en toucher l'eau du Mlcouar pour le passer à pied sec 
et rentrer chez lui; et que si , lorsqu'il reviendrait à sa grotte, le Mtcouar s'ouvrait une 
seconde fois pour le laisser passer, la volonté de Dieu serait qu'il se fît moine; si non, 
qu'il restât au sein de sa famille. £t encore le même saint, voulant savoir ou il devait 
construire une église, au voisinage de sa grotte, consulta la direction de la fumée de 
Tencens jeté par lui sur un charbon ardent. Cette naïveté de foi rappelle entièrement les 
temps antiques. 

Avant sa mort loané alla visiter Se Chio et S. Isé , dans le lieu de leur déineure< I| 
n'est pas dit lequel de ses compagnons était resté auprès de lui jusqufà la fia: il parait 

^) Dans le Journal KaKaarb , NN. 24 ; 23 , 1850 , j*ai exposé plua longeemeut mea idéea aur la chrtf^ 
.qôlogiedejB MU ici fsxpœéa el diacnté en délai) TopiaioQ Dontrairé rîl a'j apaaeude véponaé. ' >>.a 



- I ' A o I T I o If VL » ' 'ISS 

qaè ce fut on S. Dit on S. Thatha qui recueillit ses derniers soupirs -» et '^ant à' la 
dorée de sa résideuce sur le mont Zaden^ depuis son arritrée de Syrie ^ elle fut de 30 
aos. S1I vint en Géorgie vers le milieu du règne de Pbarsaian VI, soit en 550, ce fpii^ 
diquent et le catholiçat d*Eif lawios , le troisième qui tombe dans les années de Phars- 
flian\ et Texistence du même catbolicos quatre ans plus tard« lorsqu'il remplaça par deux 
compagnons de S. loané les évéques de Tsiican et de Nécrésii notre saint serait mort 
ytrs 580. 

Gomme saint loané vécut sur le haut du mont Zaden , il en a pris le titre de Z^ 
éazadéndj que Tusage constant de tous les écrii^ins, admis aussi dans le langage ordi- 
naire , a transformé en Zédadznel. L'histoire ecclésiastique de Géorgie , en parlant des 
neligieux qui ont passé leur vie sur la même montagne , distingue ceux qui ont vécu au 
bas et ceux qui se sont enfonces dans d'autres portions de sa siuface: comme , p. e. 
Tabbé Bman , sans doute Uaman , qui passa 35 ans tant sur le Bas - Zaden que dans 
l'intérieur. 

La Vie de S. Dawith est d'un auteur inconnu, mais qui doit être postérieur à la fin 
du IXe siècle, putsqu*il y est fait mention de S. Uarion (v. règne d'Adarnasé II) , comme 
ayant fait mettre dans mie belle ebàsse les reliques du saint» Elle ne renferme de carac-^ 
4éristique que les deux traits suivants : 1 ^ Sa rencontre avec un barbare , nommé Bouba* 
Jkat*, qu*il convertit et baptisa; il est remarquable que & Davrith adressa la parole k 
Boubakar en arménien , ce* qui fait croire que le prétendu barbare était un Arménien ^ 
hérétique sans doute, qui fiit ramené à forthodoxie ; et â* son voyage à Jérusalem» au 
temps du patriarche Ilia. Or l'Art de vérifier les dates n'indique un patriarche de ce nom 
à Jérusalem y qu'en 1^9(^ — 513 de J.-^C; il doit donc y avoir ici une erreur. S. Dodo, 
l'un de ses disciples, vécut, dit -on, 91 ans, et mourut en Van 623. 

S. Dawith est toujours qualifié Garesdjel^ du nom de Garesdja^ lieu où il vécut et 
fonda un inonastère. 

Le Bi<^aphe de S. Ghio , Martyr ou loané , de Constantinople , entre dans les plus 
^ands détails sur la vie de S. loané Jusqu'au moment où Ghio se sépani de lui. Ce der-> 
nier avait 20 ans^ lorsqu'il se mit sous la conduite de S. loané, en passa 20 autres dans 
son couvent et conséquemment était âgé de %0 ans quand il quitta la Syrie avec son 
maître, et refusa par humilité l'ordination sacerdotale. Après avoir passé. quatre années 
sor le Zaden I il se relira dans une caverne i VO. de MtziLbétha. Les rapports qnll eut 
avec Ewagrè , mthawar de Tzikhé-Did, après l'expédition du roi Pharsman dans TOseth^ 
aux environs de l'an 550 , prouvent par le synchronisme que la venue des pères syriens 
en Géorgie a été exactement indiquée et datée par les historiens. Quelques circoustanoee 
de la vie de Ghio sont également intéressantes ; le cadeau fait au saint par le .roi Pbart** 
man, d'un beau livre d'Evangiles richement orné par Wakhthang-Goui^aslan , et la re- 
marque du Biographe , que le roi informa le catbolicos Macar de l'achèvement des trois 
églises construites par S. ChiO| et que les trois églises en question furent dédiées par ie 

▲ddiCetécK t7 



il&fi 



A D I T i N si 'E T/ i CL A l'K;C 18SEMENTS. 



<IBêtle^<^tJlolico$•. Ce derBiéri^dit prouve ifue le oatbolicos EivlawiUs ilul mohrir diw 
i'uoe cks^ demières années de Phamnaoy et qw TaiiBalnle géorgien se trompe en disant, 
^ ti3^ • <iue Macar fut Bommé par Bacoor UL 

.'J*ignore combien d'années S. QiJo vécut dans sa grotte et l'époque de sa mort: il 
iaviit 4*0 ans quaadU viat en Géorgie; quatre ans après il quitta le Zaden, comme les 
autres pères, et momrut sans avoir changé le dlice dotot il était vêtu lors de son arrivée. 
Est * ce lui qui est désigné comme étant mort trois ans après S. loané ? le fait est an 
Jivoins contestabte. : 

.; i Ce saiat est connu soua le tijtre de Mghwimd^ tiré de la grotte, Mghwimé , où 
il' vécut. ... 

1,. La Biographie de S. Isé n*est qu'un extrait de celle de S. Ghio. Pour lui, de simple 
diacjfe , il fut fait évéque' de Tsilcan » d*oa lui vint le titre de TsAcmtL L'époque de sa 
mairt n*est pas connue. 

Pour Autoni , dit Martomqophel et plus ordinairement Mariqophel , i. e. l'ermite -, 
e'fest. de iui que vient le Bom du district de Martqoph,. dans le €alheth. Sa vie ne se 
trouve point avec les autres , mais eUe est mentionnée dàds le Compte -Rendu de FAca* 
4éatte , ^o«r 1831 , p. IkQ ^ lettre e. M. Platon losélian a consacré deui articles du 3a- 
nataa^RÎJi: fitCTQMr^ ièhS^ dans les N.*N.. 3 et fc de la Partie nonHifificieile, à la descrip- 
tioade Tétat actuel des édifices religieux de Martqoph ; mais il ne dit, au sujet eu saint, 
rietti: antre cbose si ce n'est 1^ qu;*il vint en Géorgie au milieu du Ye siècle, en hki 
(p. 96); ceci tient i un calcul dont je crois avoir démontité plus haut l'inexactitude; 
8lf^ que le saint ptis^-. les..15 dermères années de sa vie «oruno tour -ou colonne qui 
exfate encore dans Tencéinte du monastère (ibid*)| et qui lui fait donner par les Géor* 
giens le titre de Stylite» .Tigoore d'on ces faits sont tirés, mais je ne voie pas de raison 
pour ne pas les admettre. 3® Enfin lauteur dit que la peinture de Tégiise principale du 
couvent remonte à l'an 1586 et à l'ambassade du prince Zvénigorodslit> dans le Gakheth 
(V* ;30) ; c'est une légère inexactitude dans Tindieatieli de l'année ; car le prince Zvénigo- 
rodski fut envoyé par k Tsar Féodor Ivanovitch, partit le 18 an*il 1589, et revint k 
Moacou le 30 novembre ISâO. . 

Le saint prétre-martyr Abibo a eu pour bic^aphe saint Araéni^le^Graod, catholi** 
ùêHiét Karthli , m Ton s'en rapporte à la rubrique initiale. ^) 

.>'! ; lie. roi de Perse, dit * il ^ . occupait alors le Kartbli^ et y avait introduit k culte dn 
fiftn>«.'.S. Abibo 9 comme on l'a vu plus haut, n'en fut pas moins sacré, par le catholices 
finrhwios, évèque de Nécrési, ville de. la vallée du Cakbeth^), dans l'une des premières 
années de- l'arrivée des S& pèitss syriens. . Ne pouvant aouffirir dans son voisinagn un culte 
ennlnûre à la foi chrétienne, il éteignit le feu d'un pjrén, mingmda. Le niartpan dn 



.i.Vi)yi!Bd^m<îip :9a. 

•j) fi)i{ihidw|^93. c. .^.. ... 



.'4 



I 4 i • ' : 



A DDITtOlf ï VI. ' ^ i; f3l 

Haut-Pays en fat informé, ^t se le fit amener ^). Cependant fl demanda h pensittion d'al- 
ler visiter S. Chio dans sa grotte , ce qui lui fut accordé^ après qiieî onvle condoisil k 
Rekb, sur toKsan, où. le marzpaA ce trouvait alors. Geloi-d fut tellement èovroucé des 
discours proférés par le saint contre la diyinité du ita, qu'il le fit lapulér. Son cor|k8 
Cik laissé sans sépulture^, mw resp^té par les bêtes et oiselaux carnassiers v et enterré 
plus tard sur le lieu même de son martyr, par die fervents chrétiens. ^) 
. . ,S;.AbibQ était en correspondance avec S. Syméon^Stylite; ao mometat même on on 
le conduisait auprès du marzpan, il reçut de lui , au village d'Àldo^), une -lettre et le 
bâton même du saint. Avant sa mort, il- avait profrfiétisé à nner fernue chrétienne que 
bientôt les Greca yiendraien^ dans le Kartbli et en cbaaseraient les PorstS', ce qui arriva 
en effet du vivant de cette femme, et dès-lors le Kartbli fut gouverné par des éristhaws, 
ainsi qu'il est écrit dans le livre du martyre de notre saint ^). Ces indications chronolo- 
giques sont exactes , comme le prouve l'histoire des règnes de Gouaram - Gouropalate et 
de ses successeurs. 

11 est probable que S. Abibô mourut bien avant §. loané , son maître , peut - être 
même sous le règne de Pharsman VI, ou tout au moins de Bacour III. On lui donne 
généralement le titre de Nécrénlf dtt nom de^ sen éyêché* Sa vie est écribe sons le 12 
novembre , et sa fête se célèbre, le. 29 du jnême mbi& 

La Vie anonyme de. S. loseb 6ie troi^^ parmi ka Viea das SS« Gé« |^. Jt95-^498« 
Ce saint était lié d*amitié^ depoia son enfance , avec: Sw loané. Quand ses compa^ 
gnpns se séparèrent, il alla dans le Cakheth, du côté où est aajonrdhnî Alawerd» et j 
vécut dans une telle solitude » ^i^ Fen ne sait rien^ de ses estions , . parce que lé menas* 
tè^i; )0Ù il mourut a été souvent pillé .et' dévasté. La il fut rencontré par un homme ri-** 
che qui chassait , et qui fut frappé de son air de sainteté. :Cet homme , attiré par liri à 
la foi I construisit le couvent dont le saidt devint abbé» et y passa lui-même le reste de 
ses jours. On sait en outre que S. loscb construisit, au même lieu Tégliseidie S..-Giorgi , 
à Alawerd : aussi le nomme-t-on Ordinairement l'abbé loseb Jktuf^rdeL 
Quant aux six autres saints pères, on n*a pas leurs biographies^ ii. '• 
S. Stéphane Khirsel résida à J^irsa*»: dam le cantw de Kiaiq > eft.Cakheth; Wa- 
Uioucht^ Pescr.'d^.la Gé. p^ 3U, , ;. :ii \- .. i ? li,: - 

*) Urid. p..9isuiv.... - - , ;■/=;■■: /. ..!^ ! "' ■ ""-■•: 

*) Ibid. p. 97. — Le patriarche Anioni , qui a consacré & S. AUbo lo Se discours ^dé soti Mirtyrica, 
ajptite que sec reliques lapsèyi être i^esiées lon^mps.dat)« le couvent dés mcSnoSiq^ila^aveieiit enle- 
vées, furent déposées, plus lard, par le mtbavfar Sléphanos, fiU d*Adamafié| roidApVA^zk ft d^ KanUi^ 
dans I église Supéneure de Mlzkhétha. : Je titre souligBé ici est un anachronisme. 

1 • f 

»)^Pan«monM.it./a/rfo; Vjied|esSS,.ÇMi.p.:at.H ; , , . » \, ,. , î .[ 1 .; . ,, ii : 

. ;*). Vie des SS., Qé. p. 97. Je m coiifim^ dautro: histoire df^ ce s^i||t que ,celM 4fà «iltiMfa de^.l» 
M4 du Musée a^itt. p. «2t-9& ' #t Iç ,5e *8fOtfw da patriandlfe Ajffoifi,,fi^^e^j^ 



A^ Addition 8 ri T. éciàdEéissBMERTS. 

> i> S.''ZiiioB' Iqhltbod , date le oooveht diipHfao /lisoi* h ^'vlévi^iMiei Tlibdnitf ; àdw Ik 
Caklletfa septentrional; ibid. p. 319. >"•/;»[ 

& Tkatha Stépbao-Tsmidel , à Stépfaan-Tsmida, daoâ le district de TfarioUi»^ À if. 
do . Karthli ; ibid. p. 227 ; toutefois 11 n'est pas nommé là. .:.-:• 

:>.S. Isidore Samdiawnel, k Samtha^is , sur la Rékboulai dans le Samilidiboro , dotti 
Téglise épiscopale est son .ouvrage ; ibid. p. 2i3. 

il S. Mikbaely au couvent d'Oulounba, du côté d'Ali, dans la partie occidentale du 
li : ibid. p, 267. 
S. Piros Bréthel, à Brcâi, & TO. dÛurbnis; ibid. p. 261. 
La iS&te de ces six saints pères n*est pas indiquée dans les calendriers. 



ADDITION Vif. 

Pour la p. 262 de VHisi. de la Gé. ; Notice supplémeniaire sur S. Àbo. 



L'une des biographies des SS. Géorgiens les plus intéressantes pour Tbistoire est cer* 
tainement celle de S. Abo, non telle que la donne, en abrégé, le catholicos Antoni 
dans son 12e discours, mais telle qu*elle se trouve dans Foriginal, Vies des SS. Gé. p. 
321t-^3lk5, sous la date du 7 janvier. Cest pourquoi je veux ici en donner une analyse 
plus détaillée. Elle por(;e pour titré : « Martyre du s^t et bienheureux martyr du Christ 
Abo, mis à mort ï Tiflis, dans le Kartibli, par les Sarrasigs; racontée par loané Sabanis- 
Dzé, d'après l'orcire de Samouel, catholicos de Karthli, par la volonté du Christ» Cette 
narration est divisée en quatre chapitres : 

1. Discours et iostruction aux serviteurs de Dieu et amateurs des martyrs; 
mention du nouveau martyr Abo. 

2. Venue dans le Karthli et baptême du bienheureux Abo. 

3. Martyre de S. Abo. 

k. Eloge difi bi^nhéiireuX' martyr Abo; avis à ceux qui se rassemblent pour 
servir Dieu; enseignement à ceux qui aiment les- martyrs et la mémoire de notrd 
nouveau saint r martyr. 
Le premier et le dernier ne renferment que des réflexions pieuses : toute llnstoire 
est contenue dans les deux autres. 

Le Karthli ,: dit le Biographe , p. 323 , 327 , ce coin de terre converti à la foi dé-^ 
puis pHuê de cinq cent ans , bien que - plusieurs se scdent laissé égarer , a pourtant éii 
l'honneur de voir des martyrs, soit ' nationaux , soit venus de contrées étrangères. En 
effet, quand Téristhaw de Karthli Nersé, Gis d* Adarna^ cotîropâtatip et éri^llkaw, fut mandé 
par ler'kbtHphe Abdàla ,' souverain dé Babyione, résidant à Bagîidàd, ville construite par 
lui, téfiétÈè fbt âtcusé liiiprés de lui par des hommfés mécharnts; joté en prison, if y 



■ i ADDiiTuow VIL 133 

passa trois années; mais Abdala étant mort, et son fils Mahdi ^) lui ayant succédé, Nersé 
fut délivré de ses fers et renvoyé comme éristhaw dans le Karthli. *) 

Laissant pour le moment de côté Tindication relative à la conversion de la Géorgie, 
je ferai sur le reste quelques observations. 

Baghdad fut fondé, sur la gauche du Tigre, en HS de Fbégyre, 762, 3 de J.-C.^ 
par le second khalipbe Abbaside Aboudjafar - Almansour , que les Arméniens nomment 
Djaphar Abdala Almansour, et qui mourut le lik* septembre 775: son fils Mohammed 
Mahdi lui succéda. A cette époque régnaient en Géoi^ie loané et Djouancher, fils du roi 
AHchil *). Or s*H n'est pas question sous ces deux princes d'un éristhaw de Karthli nommé 
«Nersé, fils d'Adarnasé couropalate et éristhaw,» on voit pourtant, p. H8 des Annales, 
qQ*un certain Adarnasé Adarnasian était maître du Haut^Pays, ou du Karthli, en même 
temps que Nersé Nersian , et que cet Adarnasé épousa un^ des filles du roi Mir , après 
Tm 668 ^) : rien ne fait connaître à quelle famille il appartenait, en tout cas la possession 
do Karthli proprement dit (^«.8«^lib o^^ %3fo-lj<«>.cgjçjo sG-g jiAnç^o) indique qu'il en était 
principal mthawar ou éristhaw. D'après les paroles du Biographe , on ne peut conclure 
positivement en quelle année commença la captivité de Nersé, mais ce serait au plus tard 
en 775 , et sa délivrance aurait eu lieu , au plus tard aussi , en 778. Si Nersé était le 
fils d* Adarnasé nommé ci * dessus , et si la date de la mort de Mir est exactement indi- 
quée , Nersé aurait pu alors être âgé de 110 ans, ce qui paraît inadmissible; il pourrait 
cependant être le petit-fils ou un descendant encore plus éloigné de ce personnage. 

Revenons k la vie de S. Abo ; il naquit d'un père et d'une mère arabes , résidant à 
Baghdad , et fut musulman comme eux. Il s'occupait avec succès de la fabrication des 
parfums. A Tage de 18 ans, il partit, comme serviteur, avec Nersé, retournant alors 
dans sa patrie; là il apprit à lire ett à parler en géorgien, lut les livres de TAncien et 
du Nouvoau- Testament, s'instruisit de la religion et devint chrétien, mais en secret ot 
sans 'être baptisé , étant encore retenu par la crainte des Sarrasins, maîtres du pays. 
L'éristhaw Nersé, ayant de nouveau encouru la disgrâce du kbaliphe, s'enfuit et fut pour- 
sotvi à outrance par les Sarrasins; pourtant il réussit à passer dans IT)seth, par la porte 
de I>arialan, suivi d'environ 300 hommes, au nombre desquels se trouvait S. Abo. «Il ar- 
riva dans le pys du N. , oà demeurent et' campent les fils de Magog, c à d. 1m Kha* 

^) Le ounUMrit )>orte toujours JfoMî, variante qui ê'esplique par la reisèmUance du «m i avec mi h 
dans l'écriture khoatzouri $ or l'original qui a servi pour jbire' notre copie était précisément écrit dans 
ce genre de caractère. 

*) Vie des SS. Gé. p. 328. 

^) Je tire ces faits et ces dates des notes de M. S. - Martin sur l'Htstoire du Bas - Empire, Lébeau, t. 
XII, p. 205,310. 

^) Il est encore parlé dans les Annales, p. 149, d*on autre Adarnasé, fils du firère d*Adamasé-J Aveugle, 
dont le père élait allié aux Bagratides ; les frères de cet Adarnasé se réftigièreat , du Taron en Géorgie , 
sous le règne dArtchii, 668 •- 718. 



iik Additions -:«T>i cilu i a gissehents. 

larsi gens sauvages, d aspect térFible, de. çtradère féroce , . buveurs de etogi, peuple 
sans religion y si ce o*e$t>^'il e<0ni)aît un Dieu eréaleor. JMersé. ae piiéseaU au roi de am 
geotijia^ qui raoeueUlU/ à^titre d'étiai»gen^ fuyant ses ennemis > ei hu fiHwnil <ka tivres 
et des vêtements^ à lui et à toute sa suite.» AbO' fut alors bM^isé ipar de vénérafileet 
prêtres ; ^ cai: » grâce à TËsprit-Sabit^ Uy ai beaueoiip^ de liUe» daHs il tetré-4ii NI, où 
Ton professe ^se crainte k foi de J.hC»» Peu (de temps aipcès» Nepsé dediinda ao^ roi du 
N. de le laisser aller dana 1* Aphkhazeth \ où il avait eevoyé précédemment sa. mère » aai 
fiemiue , ses fîls^ ses iservileiirs et tous les gens de sa maison , el qui , grâce à st fpitpe; 
n'avait mu à, craindre des Sarrasins. Le roi lui ayant accordé aon conHèntfmejif , .il a^ 
mit en route k travers des peuples païens, absolument' dépourvus de la ,connai$sfinee do 
Dieu, !Qt après avoir marcha nuit el jour durant troia mois^^» < arriva chiez. le luthawar, 
d*Apbkbas^th, quj Tacoiaeillit 4ayorablea|wnl^rfS. Abtfétai^ avec lui dauf ce yoyage.- 

l^k Nersé retreuva la rein.e ^) aa.màre.» ^i,t9tomB'>e\ ses* ediaiifes > et sur Sft recommttidiH 
tÎQD A^o fi|t fort bien traité par le mtbaiwài*, par Tévéque et par ses prâtci^s.: Le paya 
tout eotier était chrétien,, et il ne s'y trouvaiit pés .dn seul infidèk« «<]lar rA|dd(halietb est 
i^roé par Jla mvr du Pont^ . toute peuplée^ iw eJ 6oirdl^ de chuéttens, jusqu'à la Chaidéo 
et à Trébisonde. Là se trouve la résidemse d!Apbsaréa et le port de Nl^bséf. cet yillea 
et localités obéissent au roi de& loues ou Gteosi , aimant Je Cbritt , .dont U ville eapitalf^ 
est Gonstantjnepie.A^) : : 

Sans rele^er^ ici le passage si curieux. ,: eoacemaull les Kbaasars, nous vc^aa par «e 
qui suit que rAphkbazeth comprenait alors tout le Uttoral. de la meif f^oirt.» .t^l que 
Wakboucht Ut décrit pour le tempisf de Léwsâl U, qui d'ériatkaw deviayt roi eai 196 i 
préeîsémmt aux qnvirons «lu temps où Nersé s'y réfugia. lia jnésideia[^.(b>^(|jt»o) 4*Apli<*^ 
saréa peut:ét^e ou la.vjlle J^iep^eénnue d'Apsyrte/on le pajjrs des; Apbchegbi, l'Apsilie'; 
quant: à iViq»^'^ c>st 'peutrétr<^ lé port:de Su-^lNic6las^ jài^émbouchaure^^dé 4a Soiiqibsai, 
dains le GourU;^ri;n:deaprinei^uK:. et presque le seul port 4e toute la, edte» 'si l'on ex-«» 
cepte; ceux fonûés pa^ J^sembouchurea du.Rion et.fde k. fthophl. Or /rhjiteirf^ byzantine 
nous apprend. qM( ftous; ces payp .étaieiit aWrsraous. la .4épendteoei plus Ott-. moins ooia* 
pliète!!dea empereiÉrs:.giecs. Oa pe peufci/dire précisémeotl en/ rquaUerMinéa, Hersé a>féfuH 
gia, mais .s*U partit jde' Bag;dad i yers >7i77iv> et resta »»iattp|]K>saDS|, nu atiir^ Géorgii,i 4ti 
date de son voyage sera aux environs de l'an 780. 

Voyaat que la rsHgion^ était pratiquée ^airM< tant de ïerv eur jdaua l'AfAkhaBotb , S. 
Abo se livra lui-mâme Aux exercices de' la phiâr flgoureusè^péàilencev èf & 'pârrtif du f T 
janvier^ jour de la fête de S. Antoine « il observa un jeûne et un sîlehce 'absolue; otf 
ne dit pas durant combien de . temps. Or^ après le départ de Nersé , le khalmhe Mahdi 
avait envoyé, pour être mtbavvar ne Kârthli, Stéphanos , fils de Gourgen*£ristlifkVV et dç 

^)^ Ce «met n*impliqiie psi néoêMureaiénlt rUéet'de; nUmme,Â")ÊniwbiA h cat:«^f«Ma»ir^^ wl^âlk IDUvent 
qQ!uB'titre^'de;polltefse,!iigBifiaÉlîfiMtteMvil<ritiapsl . ;>^ «m .„.,., ..-i*- 

*) Vie des SS. gé. p. 328 — 330. .81 Ç - 8M MohiJl «vr i - 



I I 



:w. .A^ D I T 10 N VIL ISS 



kr MOflr de Nersé ^)^ ce qui fii beaucoup de plaisir à ce d(^raier, parce que du moins 
l'autorité ne sortait pas de sa famille. Nersé Gt donc demander au klialiphe la permission 
de. rentrer dans son pays sam être inquiété* Quand il partit , le mthai^r d*Apbkliazctb 
dOfsètUa fortement k S. Abo de ne pas le suivre , parce que , comme SarrasâB de nais- 
sance , il serait exposé i des vexations de la part des Sarrasins , maîtres du pajs ; 
mafis le saint ne se laissa point persuader et accompagna Nersé k Tiflis, ou il vécut trois 
aoi^ pratiquant ouvertement sa religion et recevant de personnes pieuses la nourriture et 
le - vêtement. Enfin il fut pris ,* conduit au juge de Tiflis, qui le fit mettre en prison, et 
dèKvré une première fois, à la prière de leristbaw Stépbanos. Ensuite il vint un autre 
jaf«-*émir, qui remplaça le précédent et se fit amener S. Abo; celui-ci le fit de nouveau 
charger de fers: c*était un mardi 27 décembre, jour de la fête de S. Etienne premier 
nmgtpPi Après son interrogatoire, il fut mené en prison. Neuf jours après, il prédit sa 
mort pour le lendemain, vendit ses vêtements pour acheter des cierges, qu*il fit allumer 
diins i^s églises de Tiflis: il eut en effet la tète coupée, le jour suivant , devant l'église 
des iO martyrs. «Ce fut en Tan 890 depuis la passion et la résu^ection de N.-^eigneur 
J.-C. ; la 10e année de 1 empereur Constantin, fils de Léon; sous le kbaliphe des Sarra«- 
eine Mosé, fils de Mabdi; sous le catbolicos Samouel , de Karlbli ; sous Téristhav^at de 
Stéphonos , fils de Gourgen ; en lan du monde 608^ , le vendredi 6 janvier , jour de 
r£pipbanie , k Tiflis. a ^) 

Evidemment les deux dates de Tère mondaine et de J.-G. , bien qn'écrites en toutes 
lettres, sont fautives et de plus ne correspondent pas Tune à Tautre. Quant aux autres 
eynchronismes , voici ce qu'il y a de certain: le kbaliphe Mahdi mournt le 3 août 785; 
son- fils et successeur Mousa ne régna que jusqu'au 15 septembi'e 786; Hàroun al-Rachid 
frère do précédent , régna ensuite. L'empereur Constantin , fils de Léon IV , le Khazar j 
monta sur le trône en 780 ; enfin, le catholicos Samouel n'est pas connu historiquement 
d'aiUeiirs , quoique son nom se retrouve encore dans la Vie de -S. Néophyte , sacré par 
loi évêque dX)urbAis, Vie qu'on va lire après celle-ci, et qu'un catholicos du même nom 
8^ mentionné dans celle de S. Ewstatbe de Mtzkhétba; Annales p. 139; cf. ibid. p. 137, 
138. Peut-être est-ce ici l'origine de cette indication incertaine, d*un catholicos Samouel, 
nommé par le mthawar Stépbanos tl, indication que Ton a vue, p. 1^3 des Annales, 
et que j*ai signalée comme une interpolation, U est, du reste ^ vraiment étonnant, quau 

* • ' • ■' 

*} Au moyen de ces renseignements , on peut construire ce tableau généalogique -. 

Adamasé , couropalato Gourgen , éristhaw. 

et ériâthaw de Karthli. 

Nersé , éristhaw du o mariée à Stépbanos , éristhaw du Karthli après 

Karthli en 775. Necié^ vers 780. 

*) Vie des SS. gé. p. 330 - 333. 



136 Additions, bt ietiiBCitSEMEiiTS. 

liea du roi de Géorgie sons lequel mourut S. Abo, le Biogni^e nomme on irimple éris- 
tbaw« comme Stéphanos. 

En déGnitiye, je regarde comme certain ici le . eyncliroBisme tiré. du rj^ne de Tem^ 
pereur Constantin , qui^ nous fournit Tan 190 de J.-^G. ou G298 du monde .^), «iiiYani 
Tare grecque : les autres ^ plus ou moins exacts , ne sont que des renseignements. 

Après la mort de S. Abo^), son corps fut porté hors de la ville» dm côté de Sa- 
godébel ') «lieu de gémissements , » qui était le cimetière de Tiflis. Là il fiut consumé 
au moyen (Imberbes arrosées de napbte, dans un emplacement nommé Sadilébo» à TE. de 
la citadelle , sur un rocber au bord du Mtcouar , qui arrose la ville à Torient. Oo H'jr 
laissa pénétrer aucun chrétien jusqu'à ce que le corps fût entièrement détruit par hê flam«- 
mes. Quant aux ossements, ils furent mis dans une peau de mouton et. jetés dans Je 
fleuve, sous le pont de la ville;. mlBûnteaant une croix jst été dressée sur le pont même« 
sans doute en mémoire du saint. La nuit suivante une belte éteile brilla durant 3 heures 
au-dessus du lieu où les saintes reliques avaient été brûlées; le lendemain, une pareille 
lumière sortit du sein des eaux en s^tievant jusqu'au pont, à Tendroit où étaient les oe 
du saint. Il nest pas dit quelles mesures furent prises en conséquence, ^) 

Cette narration est fort belle et écrite avec.nne grande richesse de style. J*^nore 
qui était ce loané . Sabanis - Dzé , qui la composée ; je J^emarque seulement à la |^ 3kk 
un mot tout-à-fait arménien : ^jç^oç^o o^o b69bbj^^â8i^<o.b& îjGobs j9b^&^b& ^-g^^j^^U^ ^^^m^ 
&»bb^. Le mot souligné n*e3t en dlTet que la transcription de ^ivt^iaa. , encensoir* 

♦• ■ • • - . • ' 
^) Maia dans le M-it venu dn Souanetb « donC je parle dans le 1er des Rapports sur mon Vojage^' p. 
2, êuiv., on lit (là même, p. 6} Tamiée 6424 du monde. Toutes choees donc prises en eoosi^rationi il ipe 
«einble que le martyre de S. Abo dut avoir lieu le 6 janvier 786» sous le khaliphe liousa,.fils de MahdB^ 

*-) Gbévond raconte que les princes mamicontens Sabac et Hanasasp ayant en la lACe eonpée» poor 
la foi , leurs corps furent ensuite mis au gibet, et puis brûlés» précisément comme cela arriva peur saint 
Abo. Le martyre de ces deux princes arriva , suivant cet historieii « en Tannée annémemie 233-^784 de 
J.-C au temps du khalipbe Mousé. « Ce prince, ajoute-t-il aussitôt, fit souffrir une mert cruelle wfrkfc^ 
de Géorgie. Suspendu par les pieds et les mains liées sur le ventre, comme un agneau destiné i U tuerie» 
il rendit de la sorte le dernier soupir. Lui-même , après avoir commis ces atrocités, mourut, n'ayant 
régné qu'une seule année. • Or 1® Mousa ne régna^ il est vrai, qu'un an, mais il mounit'ên 786 ; fP kSi^ 
par le mot prineej il faut entendre le rot lui-même , car l'auteur se sert dn mot uuîmt ^^^^t^tt ^jp^j^ 
dont il est plus difficile encore de fixer le sens que s'il eût dit : anifÊui i^J^ ^^^ti«&, d 11 parait que ce 
doit être le roi Artchil ; v. Annales , p. 2S0 , n. 3^ > 

') Ce lieu est nommé dans la Vie de Tbamar , p. 251 du M-it des Annales. 

♦) Vie des SS. Gé. p. 339 — 341. , ' ' 

r ..[. ■■■ (♦ ■; .'I ''V .'. ' A" •»• 



137 
ADDITION VIII. 



Notice sur S. Néophyte, évéque tïOurbnis. 

Le patriarche Antoni , dans le 6e discoars de son Martyrica , consacré à S. Néo- 
phyte , dit qu*il a trouvé Thistoire de ce saint dans un recueil des miracles de S. Ghio , 
écrit par différents auteurs , mais compilé par Wasili, patriarche de Géorgie, Gis de Wa- 
tché - Patrice. 

Un certain Ahmad , parent du khaliphe , dit le catholicos Antoni , ayant été envoyé 
avec une armée considérable pour ravager la Géorgie , viqt camper au confluent de la 
grande rivière Liakhwi et du Mtcouar : ce qui suit fait voir que le camp des Sarrasins 
était non sur la gauche du Mtcouar , mais sur la droite , vis-à-vis du confluent du 
Liakhwi. En effet Omar et Bouroul, chefs d*un corps de troupes chargées de l'oeuvre de 
la dévastation, aperçurent de Tzikhé-Did les grottes creusées dans les rochers de Sarciné, 
et résolurent de s*en emparer. Mais n'ayant pu forcer le passage à main armée et ayant 
uppris que ces grottes n'étaient autres que le monastère de S. Ghio, ils vinrent faire leur 
rapport à Ahmad , qui , par respect pour la sainte vie des moines , dont Omar lui avait 
parlé, changea de résolution à leur égard et leur envoya des cadeaux de vivres et des 
parfums pour les cérémonies du culte. Omar se rendit donc aux grottes, dont il vit Tac- 
cès défendu par des légions d*anges. Frappé de ce spectacle, il promit de se faire chré- 
tien, et en effet, un mois après ^ il $*esquiva avec deux serviteurs et se fit baptiser avec 
eux dans le monastère de S. Chio. Il reçut alors le nom de Néophyte, et ses deux com- 
pagnons ceux de Christodoulos et de Christophoros. Samouel, alors patriarche de Karthli, 
informé des vertus de Néophyte, lui conféra Tordination et le sacra évéque d'Ourbnis, 
ville bâtie sur une montagne , et que Tennemi n a Jamais prise ^). Le zèle avec lequel 
Néophyte remplissait ses nouvelles fonctions, les conversions qu'il opérait parmi les adora- 
teurs du feu et les Sarrasins, attirèrent bientôt sur lui Tattention des mages, qui résolurent 
de se défaire de lui en secret, pour venger leurs pyrées éteints^ leurs autels renversés. II 
fut donc surpris dans sa cellule» battu impitoyablement, foulé aux pieds, lapidé, et mou- 
rut au milieu de ces cruels traitements. Les deux frères baptisés en même temps que lui 
se distinguèrent également par leurs vertus, dans Tétat monastique. Christophoros, pour 
obéir à Tinjonction dllarion , supérieur du monastère de S. Ghio , se laissa charger de 
l'administration de celui de Mcodowan, et mourut à lage de 1^5 ans. 

Si ce récit est exact , et si le catholicos Samouel qui y est mentionné est le même 
que celui dont parle le Biographe de S. Aho , le martyre de S« Néophyte dut arriver 
vers la fin du Ville siècle de Tère chrétienne, époque ou Sarrasins .et mages se parta- 
geaient les dépouilles de la Géorgie. Il ne faut pas désespérer d'arriver à une plus grande 

^) y. Wakhoucht , Descr. de hi Gé. p. 219 -, il me relève pas cette drconsianoe, 

AdditetécL 18 



138 Additions et écLiiRCissEMENTS. 

précision chronologique , ni de trouver le nom d'Àtanad parmi ceux des généraux musul- 
mans venus en Géorgie. 

Quant au catholicos Wasili y compilateur des miracles de S. Cbio , j'ai trouvé deux 
personnages de ce nom, dans la liste des patriarches dressée par Wakhoucht; Tun vivait 
vers le milieu du XlIIe > et Vautre au commencement du XVe siècle. ^) 



ADDITION IX. 



Hisi0ire des BagraUdes géorgiens , d'après les auieurs armémens ef grecs , jusqu'au 

commencement du Xle siècle. ^) 

/. De l'origine des Bagraiides géorgiens , jusqu*m 786 de J, - C 

Je ne veux faire aucune observation critique sur Forigine des Bagratides , telle 
qu'elle est 'donnée par les Annales géorgiennes : les préjugés de race sont aussi anciens 
que te moÀde » universels comme Fhumanité , et parfois tellement iooffensifs qu'il n*y a 
pour personne d^avantage à les attaquer de front ^ à en saper la base. Je joindrai seule- 
ment ici quelques remarques. 

Notre historien , dans la longue généalogie de sa famiDe , ne signale pas un seul 
individu portant le nom de Bagrat, qui ait pu être Tauteur du nom patronymique de ses 
descendants. II est bien vrai que l'un des sept frères se noùimait Bagrat , mais justement 
les Annales ne font connaître de lui que le nom. Pour sortir de cette difGculté , Wa- 
khoucht , qui l'a très bien sentie , dit^ mais sans autre autorité que la sienne, i^ que Ce 
fut ce Bagrat qui devint gendre de la reine Rakael, et 2^ que Gouaram, te premier des 
monarques Bagratides de Gésrgie, était Gis, non du Juif Salomon; mais d'un autre Ba- 
grat , fils de Gouâran , l'un des sept frères ^ et que le père de ce Bagrat avait jugé à 
propos de le nommer comme son oncle : de là le nom des Bagratides ^. Tout cela est 
possible , mais dénué de preuves ; les Annales ne sont pas mieux prouvées , mais elles 
ont pour elles , h ce qu'il parait , une respectable antiquité. Quoi qu'il en soit , l'Anna- 
liste géorgien nous dit, p. 136, que les sept fils de 8olomon naquirent au pays des Phi- 
listins, ou de Palestine, et que cependant Gouaram était Khosroïde par sa mère : Salomon 
aurait - il donc épousé dans son pays , malgré l'éloignèment , une princesse du sang de 
Gourgaslan ? Enfin il fait arriver les sept frères dans la contrée d*Ecletz, au temps d*une 

^) Sur les SS. Géorg. r. SaKara. Biera. 1849*, N. 1-2 et tS , tin article intéreMant 

*) Celte Addition a d^& pom dans le Mtetia histèricc^- philologique, 1. 1, N. 1 — 13. J*y ai firit 

quelques changements , et l'ai beaucoup augmealëe. » 

') Ce passage est entièrement remanié , par suite de cpielque confusion qui s'était introduite dans 

mon premier travail , et q«e j'avais rectffé pn* un kçpetiiMé #is à la ftr. 



Addition IX. 139 

reine Rakael qui les baptise , qui choisit pour gendre Tun d'entre eux et en marie deux 
autres à des princesses du sang royal d'Arménie. Il eût été convenable de dire quel est 
ce pays d*Ecletz » de faire connaître un peu mieux la souveraine qui y commandait , et 
surtout de bien spécifier son époque et toutes les circonstances persomieUes de sa posi- 
tion. Gest ce que Thistorien omet. Nous pouvons en partie suppléer à son silence. Ecletx 
est la forme géorgienne du nom du pays que les auteurs grecs appellent Acilisène, les 
Arméniens Ecéghik ou Ecéghéats - , Ecéghets - Gavarb ; pays situés , comme on le sait, 
dans la Haute - Arménie , vers la ville d^Arzendjan , un peu plus au sud , en allant vers 
la Mésopotamie^). On trouve ce nom d'Ecletz dans Thistoire du roi Pharnafraz, p. ik^ 
et souvent mentionné sous le règne de Gourgaslao. Quant à la reine Rakael , Tfaistoire 
ne parle d'elle que dans le seul passage de la vie de Gooram mentionné pliu haufc. Sup- 
posé même que le titre de reine qui lui est donné ne fût qu'un nom honorifique , pour 
la damey car il s'emploie ainsi dans plusieurs endroits des Annales, il eût fallu an moioB 
faire connaître sa famille , ce qu a oublié l'historien. 11 y a encore , dans le centre de la 
Siounie , le canton d*Eghégik ou Eghégnatzor , dont le nom peut se transcrire Elégik , 
Elegnatzor ; enfin on connaît en outre une rivière d'Eclétzi , ou Tboous - Tchaï , rivière 
de Thavouch, qui se voit sur la carte N. k de TAtlas joint à la Description de la Géor- 
gie par Wakhoucht, sur laquelle est la ville de Khilkhala, et qui est mentionnée dans les 
Annales , p. 237 , sous le règne de Giorgi III : c'est la même que mes deux manuscrits 
des Annales nomment pins exactement Elcétzis-Tsqali, et qui est mentionnée sous le règne 
de Thamar (p. 277) ; peut-être est-ce par-là que régnait cette 'Rakael. 

Au reste, la tradition de Torigine des Bagratides exposée par l'auteur géorgien nest 
pas une invention moderne , elle se présente au contraire avec tous les caractères d'une 
haute et vénérable antiquité. Constantin-Porphyrogénète , dans son livre de rAdmiaisCra- 
tion de TEmpire , écrit en 952 , raconte, en effets en ces termes la généalogie des cou- 

^] S. - Martin , Mém. 1 , 45. H n'est pas exact de dire que les Géorgiens nomment ce pays Ekleisith 
a^.KT'"- M. Saint-Martin a été induit ici , et t. II , p. 198 , dans une erreur qui vient de Klaproth ou des 
traducteurs employés par lui : Eklilzùh , ou plutét EcUtzith est Tablatif du mot d^sc^acr > transcription on 
ne peut plus juste du nom arménien , et qui prouve bien par parenthèse que les Arméniens ne pronon- 
cent pas Egégkéats. Au reste Klaproth n'avait pas le sens très délicat pour les minucies grammaticales ; 
car dans un autre endroit il a fait de Tqitbamdi , cas local géorgien du nom Tqéibm , et signifiant « jusqu'à 
Tqétba , » il en a fait , dis-je , un nom propre ; y. dans son Voyage au Caucase , édition aU. t. U , pu 69 ; 
S.-Martin , Mém. II , p. 183. Je dois dire pourtant que Klaproth a corrigé cette erreur dans le t. XII du 
nouv. Journ. as. p. 525, mais dans cette réimpression il fait de nouvelles méprises. P. E., p. 523 il ap- 
pelle les Arméniens Somekhiha , au lieu de Somekhni , mettant le nom au génitif pluriel ; p. 529 , il dit 
que la ville d'Armaz s'étendait jusqu'à Gloukhi , mot tout arménien , et nom d'un pays qui n'existe pas 
en Géorgie. Son traducteur arménien , le soi-disant Toutoulof , aura rendu amsi le mot «^^^lea 9 «jusqu'à 
la tête , » c'est à dire «jusqu'au commencement de la montagne, » qui se trouve dans un passage des An- 
nales , relatif à la position de la Tille d'Armaz. Ce ne sont pas les seules inexactitudes qu'il serait possi- 
ble de signaler. 



IkO Additions et icLAiRCissENENTS. 

ropalates ibériens ^) : <cll faut savoir que les couropalates ibériens se vantent de descendre 
de la femme d'Urie, séduite par le prophète-roi David; ils prétendent se rattacher à Da- 
vid *) y Tun des enfants nés de cette femme j par-là être parents du prophète-rôi David , 
et conséquemment de la Sainte-Vierge , issue elle-même de la race de David. C'est pour- 
quoi les seigneurs ibériens ne font nulle difiGculté d*épouser leurs parentes, conformément 
à Tancienne coutume des Juifs, ils disent encore qu'ils tirent leur origine de Jérusalem ; 
que, pour obéir à un avertissement donné en songe ^ ils vinrent habiter dans la contrée 
de la Perse qu'ils occupent présentement. Ceux qui , en conséquence de cet oracle , sor- 
tirent de Jférusalem , furent David , ci - dessus nommé , et son frère Spandiatès , lequel 
avait reçu de Dieu le don , à ce qu'ils racontent , de ne pouvoir être blessé par Tépée 
dans les combats , à aucune partie de son corps , excepté le coeur : aussi durant les ba- 
tailles préservait- il y par une armure, cette partie, et se rendit-il par-là formidable aux 
Persans. 11 les vainquit , les subjugua , et établit sa famille dans les contrées impénétra- 
bles où elle se trouve maintenant , où ils ont bientôt pris un accroissement immense et 
sont devenus une grande nation .... ; depuis leur sortie de Jérusalem et leur entrée 
dans leur territoire actuel , il s'écoula quatre ou cinq cents ans jusqu'à Tépoque où nous 
nous trouvons, indiction 10e; Tan 64^60'), sous les empereurs Constantin et Romain 
Porphyrogénètes , fervents chrétiens. » 

D*après ce texte , les BagraUdes auraient quitté Jérusalem en <i'52 ou 552 de J.-G. : 
admettons pour un moment la dernière date , comme plus rapprochée de Tépoque où 
Gouram parait en Géorgie. Elle nous prouve que la tradition géorgienne exposée par l'An- 
naliste est bien réellement du Vie siècle de l'ère chrétienne; mais Tauteur grec diffi^re 
d'avis avec lui en deux points : les ancêtres de la race Bagratide seraient David et Span- 
diatès , selon Constantin , tandis que l'Annaliste géorgien donne des noms qui n ont avec 
ceux - là aucune ressemblance ; ensuite , au lieu de la généalogie légitime et directe , la 
tradition du temps de Constantin entacherait de bâtardise l'origine des Bagratides : deux 
versions dont rien ne nous autorise à préférer l'une à l'autre. 

Remarquons toutefois qu'ici il n'est question des deux côtés que des couropalates 
ibériens , vivant et régnant spécialement dans la Géorgie occidentale , et que l'autre por- 
tion de la tradition , qui amène les Bagratides dans la Haute-Arménie au Vie siècle , n*a 
rien d'invraisemblable; qu'elle concorde merveilleusement avec ce que nous savons d'autre 
source sur les antiquités de la race Bagratide : je veux parler des monuments conservés 
par les historiens arméniens. Ici je vais donner un extrait des recherches du P. Loucas 

*) Ed. de Bonn, t. III, p. 197. 

^) Le traducteur latin de ce passage me parait Tavoir mal compris : Siquidem ex liberis indè natis 
descendere volunt, ix yàç zêv i^ àvrfjg xex^évxaw 7vâid(ay tfS âafiid èavzovç kiyovaL xav.'y^a&cu^ 
phrase qui ferait un pléonasme avec la suivante^ sil fallait adopter le sens du traducteur. 

») 1. e. en952deC.-J. 



A D D I T 1 O.N IX. IM 

ladjidjian ^) , si étendues , si exactes , qu'il est impossible de ne pas être frappé de leur 
précision y et qui auront pour résultat de remonter l'antiquité des Bag:ratide8 à Tépoque 
la plus reculée où atteigne historiquement aucune des dynasties royales connues. 

Lorsque Nabuchodonosor emmena les tribus captives, le roi arménien Hratché (700—* 
678 av. J. - C.) lui demanda un des prisonniers juifs , nommé Chambat , d'où s'est formé 
le nom plus, moderne de Sembat : Jean Catbolicos assure qu'on le disait du sang royal de 
Juda y mais il est à craindre que ce ne soit une tradition inventée après coup , puisque 
les auteurs plus anciens n*en parlent pas. Un des descendants de ce pecsonnage fut Ba- 
garat ou liagrat , qui gagna les bonnes grâces du premier roi Ârsacide arménien Yaghar- 
chac (H9 — 127 avant J. -C), en devançant tous les autres par la promptitude de sa 
soumission. Il reçut en récompense la dignité héréditaire de tbagadir, «chargé de poser 
la couronne sur la tête des rois » (Mos. Khor. L II , c. 3.) , ainsi que le titre d'aspic 
on chevalier, et la primauté sur toutes les familles nobles de l'Arménie. Quant à la fa- 
mille de Bagarat» elle prit dès-lors le nom de Baqraiouni ^ doù les Géorgiens ont formé 
Bagraiounian et Bagratowan^ qui signiGent bagraiide. Ils obtinrent même sous le roi 
Artachës II (30 — 20 av. J.-C.) la faveur de porter les vêtements et insignes affectés an 
dignitaire le premier en honneur après le roi , hormis les pendants d'oreilles en perles et 
la chaussure rouge ^). Mais le plus solide de tous les avantages affectés à cette famille, 
c'était la vice-royauté , ou plutôt le gouvernement des provinces occidentales de la mo- 
narchie arménienne , dignité qui réunissait l'autorité militaire et l'autorité civile ; ce fut 
aussi le premier qui leur fut ôté par le roi Tigrane II (20 av. J. - C. — 6 après) » lors- 
qu'il voulut leur témoigner son mécontentement de leur refus d'adorer les idoles. ') 

Sous Artachès II , outre le commandement des troupes occidentales , celui de toute 
Tarmée arménienne fut conféré par ce prince à Sembat, son père nourricier, et le même 
pouvoir leur resta sous les règnes postérieurs. 

Les Bagratides étant chargés du . gouvernement des provinces occidentales , il s'en- 
suivit naturellement que leurs domaines et leur résidence particulière se trouvaient dans 
la province de Sper , au centre de la Taïk , Tancien pays des Taq^ol , le Taos - Car des 
Géorgiens. Les écrivains arméniens ne disent pas expressément que cette province leur 
appartînt , mais c'est le sens qui résulte d*un grand nombre de passages de divers histo- 
riens. Entre autres traces de leur séjour dans cette contrée on peut citer le bourg forti- 
fié de Sembatavan , construit par Sembat , fils de Biourat , celui que Ton voit mentionné 
dans l'histoire géorgienne sous le règne d*Azorc et Armazel (87— 103 de J. -C), sous 
le nom de Sembat Biwritian *). Il est bien probable que ee pays leur avait été donné 

^) Antiquités de rArménie , en arménien , Venise ; 1835 , 3 vol. 1 1 , p. 313 ; II , p. % — 108. 

*) Luc. Indj. II , 284. 

*) Mos. Khor. I. U , c. XIII. 

^) Luc. Indj. Arménie anc , p. 26. 



Ht Additions et iicLAiBCitsEMENTS. 

tOBime dpooage par Vagharchac , et c'est aassi ce qui explique pourquoi la dynastie Ba- 
^atide arménienne transporta de ce côté, au Xe s., la capitale de ses états, comme aussi 
la présence , au Xe siècle , des couropalates Bagratides dans cette contrée , d où , par 
des alliances avec les rois d*Apbkhazie , on les verra s'élever à la royauté de la Géorgie 
entière. Thomas Ardsrounien , auteur arménien du Vie siècle , mentionne pour le mêÉie 
temps un certain Ichkhanic , qui , dans la même province « avait enlevé aux Grecs la for* 
teresse d'Aramaniac. 

Cette famille, qui était puissante et nombreuse, se divisa, à ce qu'il paraît, en pkh- 
siemrs branches , dont une , entre autres , fut transportée 38 ans avant J.-G. , par le roi 
Arcfcam, dans la province d'Aïrarat. Ce fut un certain Enanos qui y demeura le prenrief) 
dans le bourg de Tbalin ; ses enfants y eurent un apanage sons le roi Artachès II , et y 
construisirent le bourg de Bagaran, dans le canton de C<^vit, ainsi que la ville de Da- 
roun ou Daron , quAchot- le -Patrice orna d'une église^ à la fin du Vile siècle. Achot^ 
fils de Sembat, reçut, pour les services rendus aux Arabes, le canton de Bagrévand. 
Achot - Msacer acheta plus tard aux princes Camsaracans le canton d*Archarounik , daas 
ia province d'Aïrarat, où il transporta la capitale de ses états. Les textes qui prouvent 
la résidence et les droits de propriété des Bagratides dans ces contrées sont nombreux et 
concluants. Dc-là ils s'étendirent de nouveau vers l'O. , jusque dans le canton de Ciûrac, 
voisin de leurs anciennes propriétés dans celui de Sper , de sorte cpx^ leur monarchie se 
trouva formée naturellement de possessions compactes et contigiies, augmentées par ries 
conquêtes ou par des acquisitions , parmi lesquelles il faut compter la province même et 
Taron. C'est probablement à cause des rapports des Bagratides avec cette dernière pro- 
vince, que Constantin - Porphyrogénète , avant de parier des couropalates d'Ibérie^ lui 
consacre deux chapitres (c. XLII , XLIII) de son traité de 1* Administration de l'empire. 

Par tout ce qui précède on voit que la résidence principale du chef de la famille 
Bagratide ne fut pas toujours la même : elle fut d'abord à Sembatavan , dans la province 
de Sper ; puis à Dareun ; à Bagaran , dans rArcfaarounik , où on la trouve à la fin 
du Vile siècle ^) ; a Erazghavor^ du temps d* Achot premier ; enfin à Ani, de|Hiis Achot- 
le •* Miséricordieux ', dans la seconde moitié du Xe siècle. En un mot, malgré les circon- 
stances politiques qoi les Soignèrent pour un moment de Sper , ces princes eurent one 
tendance incessante i s'en rapprocher , ce qu'il importe de constater , pour faire com- 
prendre la soite de l'histoire géorgienne. Près de chacune de ces résidences se trouveiit 
aussi les tombeaux * des rois qoi s*y sont succédé : Sembat-le-Brave , qui mourut à Tisbon 
ou Ctésiphon , à la fin du Vie siècle , fut porté à Daroun ; Varaxdirots , son fils ^ Sem- 
bat-le-Patrice et le jeune Mouchegh y furent également enterrés. A Bagaran sont les sé- 
pultures du roi Achot premier , et de Chapooh , frère do roi Sembat , premier du nom ; 
enfin plus tard ce fut à Ani même , où se trouvent les sépultures d' Achot , frère dn roi 
Jean, et du roi Jean lui-même, mort en 1039 de J.-G. 

^) Luc. Indj. Arm. anc. p. 395 , 428 ; 4rm. mod. p. 121. 



Addition IX. 1V3 

La famille des Bagratides conserva la religion judaïque depuis son entrée en Armé- 
nie , sous lé roi Hratcbé , jusqu'au temps de Vagharchac y sans être inquiétée k ce sujet. 
Vagbarchac essaya de les amener an culte du fcu« mais n ayant pu y réussir par la per- 
suasion , il leur laissa liberté complète. Son successeur Arcbac 1er fut moins tolérant, ce 
qni £t que quelques - uns cédèrent à l'égard de l'observation du sabat et de la circonci- 
sion y car le roi poussa la sévérité jusqu'à défendre à ses grands de s*allier avec eux par 
des mariages, tant qu'ils refuseraient de se rendre. Sous le roi Tigrane II, un Bagratide 
eut la langue coupée pour n'avoir pas voulu offrir des victimes avec les autres nobles , 
dans un temple d'idoles, et ce prince enleva à la famille les bonneurs du généralat. Les 
Bagratides consentirent alors à manger de la cbair des victimes, mais sans en offirir eux-* 
mêmes et sans flécbir le genou devant les idoles des païens. Une troisième et dernière 
persécution eut lieu sous le roi Arcbam (38 — 10 av. J.-C), qui, mécontent de la con- 
duite du tbagadîr Enanos, ou plutôt indisposé contre lui par les calomnies de ses rivaux, 
commanda de lui faire subir diverses tortures, de le priver de ses titres et emplois, et 
enGn de le pendre^ lui-même , s'il ne renonçait au judaïsme. Enanos, ayant vu massacrer 
on de ses parents , et ses enfants menacés de la mort , ainsi que sa femme , abjura sa 
religion, et avec lui la plupart des membres de sa famille. Les autres s'enfuirent, et Ton 
prétend que l'un de ceux - ci fut le premier à recevoir la prédication de saint Tbaddée , 
lorsqu'il vint à Edesse. Ce fut aussi lors de cette persécution que les noms juifs des Ba- 
gratides furent changés : Bagadin devint Bagarat ; Cbamba , Sembat ; Asoud , Acbot ; 
Azaria ou Vazaria , Yaraz , et ainsi de suite. 

A toutes les époques de Tbistoire d'Arménie on rencontre dans cbaque grand évé- 
nement des noms de |l)*inces Bagratides, comme si rien ne pouvait se décider sans leur 
concours , relativement aux destinées de leur patrie adoptive. S'ils ne prirent pas de part 
aux glorieuses luttes des Yardaniens contre la Perse, dont nous avons donné un échan-* 
tiilon sous le règne du roi de Géorgie Gourgaslan , ce fut par la raison toute simple , 
que TArménie était alors partagée en deux grandes portions , dont Tune , Toccidentale , 
était sous l'autorité des Grecs, de sorte que les Bagratides, qui résidaient de ce côté, 
m furent pas appelés à combattre contre les ennemis de 1* Arménie chrétienne. D'ailleurs 
leurs rivaux , les Mamiconiens , étaient à la tête du mouvement , et ne les auraient pas 
laissé y prendre part autrement qa en sous-oeuvre;, ce qui ne convenait guère à leur po<^ 
tition si élevée. 

Dans l'interrègne qui suivit ces guerres, et à la fin du Vie siècle , Sabac- le -Brave 
ou l'Invincible fut investi du titre de marzpan d'Hyrcanie ; quand les Arabes se furent 
emparés de TArménie , l'ostican Mrovan , qui fut plus tard le dernier kbalijpbe Ommiade , 
éleva en 7k3 un autre Bagratide, nommé Acbot, aux fonctions de hramanadar ou minis- 
tre exécuteur des volontés du kbaliphe Djafar dans l'Arménie. Gomme le poids des im- 
pôts devint insupportable aux Arméniens ^ ils s'eji prirent h leur gouverneur , et les sei- 
gneurs mamiconiens, Grigor et David> le privèrent dctJa vue, ce qui n'eiwpêclui pas ses 



Ikk Additions et iêclairgissements. 

descendants de succéder à sa puissance , et de s'asseoir sur les deux trônes d'Arménie et 
de Géorgie ; car il eut , au dire des historiens arméniens ^) , deux Gis , Sembat , qui le 
remplaça après sa mort , et Yasac , dont la postérité régna dans le Karthli. 

Ces renseignements si précis , si positifs , sont puisés à des sources authentiques ; 
et dans une série d'historiens^ dont le plus ancien est Maribas Catina, contemporain da 
roi Arsace^le-Grand , plus d'un siècle avant J.-G. Us satisfont bien autrement Tesprit do 
lecteur que les assertions gratuites de l'Annaliste de la Géorgie , et que les traditions 
conservées par Constantin - Porphyrogénète ; ils ont pourtant le défaut de ne t^ontenir au- 
cun détail sur Gouaram-Gouropalate , le premier Bagratide géorgien. Je ne possède nub 
matériaux propres à combler cette lacune , mais je suis singulièrement frappé de cetta 
continuelle résidence des Bagratides de l'Arménie au voisinage des contrées ou prit nais- 
sance la dynastie géorgienne > et je ne puis douter que celle-ci ne soit dérivée, bien que 
je ne puisse dire comment , de la grande famille dont je viens d'esquisser l'histoire pri- 
mitive. Quant à ce qui concerne les Bagratides géorgiens que j'appellerais volontiers /ms- 
bérieurs y c'est-à-dire ceux qui siégèrent sur le trône après l'entier anéantissement des 
Khosroïdes , nos renseignements seront plus abondants et plus détaillés. 

//. Second avinemmt de la dynastie Bagratide^ en Géorgie. (786 de J.-C.) 

L'époque du second avènement des Bagratides au trône de la Géorgie , dans la per- 
sonne d'Achot-Gouropalate , est certainement une des plus embrouillées ; je ne sais si je 
réussirai parfaitement à l'éclaircir, et surtout à concilier ensemble les matériaux très en- 
vers, fournis tant par les Géorgiens que par Constantin-Porphyrogénète et par les auteurs 
arméniens. 

Comme j'ai déjà emprunté à Porphyrogénète les notions premières sur l'origine des 
Bagratides géorgiens, je vais reprendre son récit pour ne le plus quitter qu'il ne soit 
entièrement épuisé : l'abréger , ce serait le rendre inintelligible. 

a Quand l'empereur Héraclius, ajoute notre auteur , marcha contre la Perse (en 622), 

les Géorgiens s'unirent à lui et combattirent sous ses drapeaux: ensuite la terreur qu^in- 

spirait le nom d'Héraclius, plus que leur force et leur propre ascendant, les rendit mai« 

très d'un bon nombre de villes et de contrées persanes. Car ce prince n'eut pas plus tôt 

vaincu ses ennemis et anéanti leur puissance , qu'ils furent à la merci non-seulement des 

Ibériens , mais aussi des Sarrasins. Comme les Bagratides ibériens prétendent venir de ih^ 

rusalem , et quils ont une grande affection pour cette ville et pour le tombeau du Saa- 

f 
^) Tardan , p. 66 ; le dit expressément ; en d'autres endroits il raisonne d'après cette donnée. P. E. 

p. 62 , il dit : > Le prince des Ismaélites donna la Géorgie à Achot , û\s d'Airnersih , flls de Vasac , tàê 

d'Achot , prince d'Arménie ; » les noms soulignés sont ceux d* Achot , 46e roi de Géorgie et de son père. 

Plus loin, p. 74, il nomme» Gofgi, roi des Aphkhafe , fils de Bagarat , ÛU de Gorgen , fih d' Achot- Oghor- 

madz ; » mais ici il y a une erreur , car Achot-le-Miséricordieax était , au contraire , fils du roi arméfilèli 

Abas et d'tme Olle de Go^rgea , m plutât de Giorgi R ; roi d*AphUiarie. 



A O D I T 1 O I« I\. HS 

¥eur, ils y envoyèrent à certaines i^poques de riches présents, tant aux patriarches qu'aux 
chrétiens île la ville sainte'). David, ci - dessus montionnc ') , fri^re de Spandialùs, eat 
poor fils l'ankratios , celui-ci Asutios , celui-ci Adranascr, honoré du titre de couropa» 
latc par le pieux Léon *} , empereur des Grecs. Four Spandiatés , frère du précédent , il 
mourut sans postérité . . . . 'J 

"Il faut savoir que le pieuj et illustre empereur Léon-Porphyrogénète , ayant appris 
que la contrée dite Phasîane avait été envahie par les Sarrasins et les ég^iises changes en 
ciladellcs , envoya le patrice Lalacon ^) , général des Arméniaques , ainsi que le général 
(le Colonée , de IMésnpotnmie et de Chaldée , détruire ces forts, délivrer les églises et ra- 
vager la Phasiniie , ators soumise aux Sarrasins. Plus tard, il Ht encore partir Catacalosy 
magistros et domeslique des classes, qui entra dans le château de Tliéodosîopolis, et ra^ ' 
vagea entièrement les environs, ainsi que la Phasîane et les forts qu'elle rcnferinait: il' 
ne revint qu'après avoir porté un terrible coup aux Sarrasins. | 

a Sous l'empire du seigneur Romain, le patrice Kourkouas , marchant contre la ville 
de Tihium (Dovin), dévasta sur son passage toute la Fhasiane , comme étant sous l'ia-* 
fluence des Sarrasins*). Le patrice Théophile, frère du même Jeao-Magistros, avait déjà, 
pour ta même raison , traité de la sorte ce pays , lorsqu'il était gouverneur de la Chal- 
dée ; car tant que l'on eut à démêler avec les Théodosiopolitains , il ne resta pas sac 
pied un seul fort dans toute la Phasiane , jusqu'à la place d'Abnik. Cependant les Ihé- 
riens , sans rien posséder dans la Phasiane, étaient en relations constantes d'amitié avee 
ceux de Théodosiopolis , d'Ahnik et de Maulzikert ') , et avec toute la Perse. 



*) Voyez A ce sujet un article inséré au Bullet. scient, t. V , p. 223 aqq. , qui rend compte de l'élat 
des Ibériens à Jéruiialem. 

^) Ed. de Bonn, p. 199. 

') Constantin mentionne encore ce coiiropalate dans le chap. XLIll de son livre , p. 181 , 187 , de la 
nouv, édition. Léon VI , y esL - il dit , envoya l'eunuque Sinoutés , avec des présents , vers Adranaser , 
couropulale d'Ibérie, pour traiter d'une a (Taire particulière ■- ce qui eut lieu en 898. Lebeau, t. XJII^ 
p. 482. Cet Adranaser vivait encore au temps de Romain - Lécapène , et quand ce prince eut conféré au 
prince de Taron Grégorîs des titres et des faveurs considérables (en 926] , Adarnasé 1er s'en montra ex- 
cessivement jaloux. J'ai supposé, en parlant d'Adarnasé (Lebeau, t. XIU, p. 48i) que c'était Adarnasé U 
de (îénr^e ; mais , outre que ce prince mourut en 923 , sa généalogie n'est pas la même que celle da ., 
prince dont parle Constantin : ain«i ce rapprochement reste douteux. 

*] Le passage qui avait été omis p. HO . pour pouvoir sur - le - cbomp donner la date , est celui qtq 
forme cet alinéa. 

^) L'expédiLion de Lalacon dans le Basen . le Pasia des Turks , le Basiani des (jéorgiens, la Ptiasiaoe 
des Grecs , i. e. dans les contrées aux sources de l'.Araxe . eut lieu en 909 ; Lebeau , t. Xlll, p. 3B7. 

*) Celle expédition de Kourkouas eut lieu en 928 ; Lebeau , t. Xlll , p. 447. , 

*] Des trois villes ici mentionnées, Tbéodosiopolis est l'ancien nom d'Erzronm i Mantzikert , est Ma- 
oazcerl , sur l'aOluent gauche de l'Eapluate, et Abnicest la citadelle d'Avnict v. S.-Marlin, Méiif- t. 1,, . 

Addit et éd. *9 ■ 



|%6 Additions et écLAiRCissEiiENTS. 

« Il faut savoir que souvent les empereurs Léon et Romain , et Notre Majesté elle* 
même , essayèrent de recouvrer le château de Kéizée ^) , afin d'y mettre garnison , pour 
couper de ce côté les vivres à Tbéodosiopolis , promettant au couropalate et à ses frères 
qu'aussitôt qu'ils auraient pris cette dernière ville , ils leur remettraient le fort en ques- 
tion ; mais les Ibériens s y opposèrent toujours, ne voulant pas, à cause dé Tamitié qu'ils 
portaient à ceux de ThéodosiopoHs, que cette ville fût anéantie, a Si nous agissions ainsi, 
répondirent-ils à l'empereur Romain et à nous- même» nous serions perdus d'honneur aui 
yeux de toute la contrée, du magislros, souverain de TAbasgie ^), de celui du Vaspoura- 
can et des princes arméniens , qui pourraient dire , que c'est par méfiance des Ibériens » 
du couropalate et de ses frères, que l'empereur leur a repris le fort de Kétzée; il serait 
préférable d'envoyer un turmarque et un officier impérial y résider et observer de là l'en* 
nemi. » On répondit par Tordre suivant: a A quoi bon ce turmarque, cet officier, qui ne 
pourrait entrer dans le campement que vous leur assignerez qu'avec dix ou douze hom- 
mes ? car il y a plusieurs routes pour arriver à la citadelle de ThéodosiopoHs • et Ton 
ne peut , de Kétzée , voir les caravanes qui viennent dans cette place ; ces caravanes , 
d^ailleurs, peuvent y pénétrer de nuit, j» Mais comme les Ibériens ne voulaient pas que 
ThéodosiopoHs pût être détruite par famine , ils refusèrent d'obtempérer à cette demande 
et de céder Kétzée , même en recevant le serment par écrit qu'il leur serait rendu après 
la soumission de Théodosiopolis , car ils ne voulaient pas voir ravager ThéodosiopoHs et 
son territoire , ni les forts d'Abnik et de Mandzikert et la contrée environnante. . 

« Le couropalate ^) récbmait , en outre , le territoire entier de la Phasiane et le fort 
d'Abnik , pour lesquels il prétendait avoir des bulles d'or du bienheureux empereur Ro- 
main et de Notre Majesté ^) , dont il nous fit porter copie par Zourvanéli *) le protospa- 

^) Je pense que ce peut être la place forte de Kadjéthifi-Tzikhé , située sur la rivière dite Tchakwis- 
Tsqal , dans le Gosria , au bord de la mer (cf. note 19 , Ire rédaction). Ce peut encore être TancieB Ar- 
tahan ou plutêt Tsounda , appelé autrefois Kadjtha-Toun (v. Hist. de Gé. p. 23 , 35 , 69 et notes}. Les 
Grecs ne pouvaient exprimer autrement , avec leurs lettres « le nom arménien de Kadjtha ou Eadchalùun. 
Nous ne comprenons pas aujourd'hui que ce lieu ait pu être d*nne si grande importance pour suryeiller 
et approvisionner Théodosiopolis ; mais comprenons -nous mieux l'importance d'Artanoudj et les causes 
qui , ainsi qu'on le verra plus bas , en faisaient le marché principal des produits de la Lazique et même 
de la Syrie ? 

*) Ce devait être, en se référant aux époques marquées par Thistore de Géorgie, Giorgi II, roi d*Apb- 
kbazie dans les années 921 — 955. 

') Il me semble que ce doit être Achot , fils d'Adamasé , qui sera désigné comme étant actuellemeiil 
couropalate , p. 206 de l'ouvrage de Constantin-Porphyrogénète. 

^) Ici e^ dans les formules semblables « Tancienne édition Usait « notre impératrice • paaiXitT&a au 
\ie\i de paatXeLO. 

^) Ce Zourvanel était père de Tomic , mort d'^a , aujourd'hui Syncelle. (Note du manuscrit , dtée 
dans celles sur l'ouvrage de Constantin - Porphyrogénète , édit. de Bonn.) Il me semble que ce nom doit 
cacher celui de Tcbortovanel , que les Grecs ne peuvent guère transcrire autrement. 



A D D I T I K 



04A 



U7 



lhaire, âil de ^^ nûBIes. Maïs en les examinant, nous vîmes qu'eRes ne prbtitaicnt rien; 
car la bulle d'or de notre beau-père contenait que le couropalate $'cngag;eait, par serinent 
signe de sa main , à demeurer lidéle à notre empire , à être Tenncmi de nos conemis , 
l'allié de nos alliés , à soumettre l'orient à notre sci'ptre , à prendra des forts et à faire 
les plus gramles choses pour notre service; et notre beau-père lui promettait, en retour 
de sa fidélilù à ses engagements , et de son affection , la continuation à jamais de sa di- 
gnité et de son indépendance, pour lui et sa postérité: aussi le couropalatc devait-it ne 
pas reculer les frontières de ses domaines, s'en tenir aux conventions faites sons les pré- 
cédents empereurs , ne pas les transgresser, ne point empêcher la ruine de Tliéodosiopo- 
lis . et autres villes ennemies , soit ()u'il les assiégeât seul , soit qu'elles fussent attaquées 
par nos troupes : tel était le précis de ces bulles d'or, <]ui ne prouvent rien pour le cou- 
ropalale. Car celle de notre beau-père promettait qu'on ne le dépouillerait pas des terres 
de son antique patrimoine, et que s'il pouvait, seul ou aidé, il prendrait ou ruinerait 
Théoilosio polis , mais n'en retiendrait pas le domiiino et la propriété. 

«Quant à la bulle de Notre Majesté, il y est dit, que tous les lieux que lui et son 
cousin Adranasé ')-Magistros ont pu conquérir sur les Agariens, avec leurs propres trou- 
pes , ou ceux qu'ils conquerront désormais , leur appartiendront en toute propriété. Et 
comme il n'a soumis avec ses troupes ni Tiiéodosiopolis , ni Abnik , ni JMastat , il n'y a 
aucun droit, puisque ces lieux sont en-deçà^) de l'Araxe ou du Phase; que d'ailleurs le 
fort d' Abnik a été jusqu'à ce jour indépendant et gouverné par son propre émir et sou- 
vent ravagé par nos soldats : qu'en outre le général Jean et Arrhabooite , ainsi que le 
patrîce Théophile, et tout récomment le général de Théodosiopolis, y avaient tout mis à 
feu et à sang et emporté un riche butin , ce qui n'était jamais arrive au couropalate ; et 
quand nus troupes eurent ainsi achevé l'oeuvre de la conquête, les Ibéricns arrivèrent, 
s'emparèrent du pajs et voulurent entrer en jouissance de la place '} Averti plusieurs fois 
par le patrice Théophile et voyant qu'il ne lui restait plus d'espoir de salut, l'émir con- 
sentit à devenir notre vassal et donna son iils en otage. Mastat appartenait aux Théodo- 
siopolitains , et lorsque après un siège de sept mois le patrice Jean vit qu'il ne pouvait 
réiluirc ces derniers, il envoya ses troupes s'emparer de Uastat, A cet effet il y introdui- 
sit le protospathaire Pétronas Voilas, qui était alors du côté de INicopolis. 

"Cependant Pankratios - Magistros, qui avait combattu avec l'armée du patrice Jean 
contre Théodosiopolis, le voyant près d'opérer son retour, lui demanda la remise de cette 
citadelle , en s'engageant par serment écrit de sa main à la garder et à ne pas la re- 
mettre aux Sarrasins. Comme il était chrétien et serviteur de Notre Majesté , Mastat fut 



') V. le Tableau généalogique ù la fin du présent extrait de l'ouvrage de Constantin. 
*) En-deçù par rapport aux Grecs , c.-à-il- sur la rive droite. 

*) I) n'est parlé de ces expéditions qu c dans cet endroit du livre de Constantin. Il est visible qu'el- 
les ont dû avoir lieu aux environs de l'au 952. 



148 AdDITIONSB. T iCLAiaClSSEMENTS. 

donnée a Pankratios sous la foi de son serment; mais celui-ci la rendit de nouveau k 
ceux de Théodosiopoiis, et les Ibériens en rentrèrent en possession aussitôt après la prise 
de cette dernière. Ils n'ont donc pas de motifs pour redemander Âbnik'ni Nastat. Mais 
comme le conropalate se comporte en loyal et fidèle serviteur de Notre Majesté » que 
l'Araxe^ c.-à-d. le Phase, serve de frontière à la Pbasiane, ainsi qu*il le désire, en telle 
sorte que sa rive gauche, regardant VIbérie ^), appartienne aux Ibériens^ et la rive droite^ 
les environs de Théodosiopolis , les forts et les districts de cette contrée, nous soient 
soumis, et que le fleuve Araxe marque la limite entre les deux états, ainsi que le bien- 
heureux Kourkouas Tapprouva de son vivant et le déclara tout-à-fait convenable, quand 
il fut interrogé à ce sujet; car à strictement parler, le couropalate n'a droit à rien ni en 
de- ça ni au-delà du fleuve , puisque ce sont nos armées qui ont soumis et dévasté ces 
régions appartenant à Théodosiopolis , et que les Ibériens n'ont fait aucune entreprise sor 
le territoire de cette ville sans notre assistance. G est uniquement notre amitié pour le 
couropalate qui nous a fait consentir à lui accorder la limite de TAraxe ou du Phase. » 

Ch, XLVI. Généalogie des Ibériens; de la ville d^ Adranoutzion (Arlanoudj). 

« Il faut savoir que Bagrat , Dawith et Mamphali , nom qui signifie très saint ^) , fQ« 
reut fils du grand Sembat , Ibérien , que Bagrat eut en héritage la ville d'Artanoudj , 
et David une contrée différente. Bagrat eut trois fils : Adarnasé , Gourgen et le patrice 
Achot - Kiskasis , et leur partagea ses domaines. Gourgen , à qui échut Artanoudj , étant 
mort sans postérité , cette ville revint au patrice Achot-Kiskasis. Celui-ci maria sa fille à 
ce Gourgen-Magistros, qui enleva par violence la ville en question à son beau-père Achot 
et lui donna en complsnsation Tyrocastrum et la vallée d*Adjara ') , qui marque la limite 

^) L*ancienne et la nouvelle édition portent rillyrie. 

^) Il me semble que le mot Mamphali n*a point une telle signification , et je crois qu*il est de même 
origine que les mots géorgiens, méphé roi, otip^/t seigneur, dédophali {déda-ouphali femme-seigneur) reine. 
Dans tous ces mots , qui sont des dérivés , on retrouve la racine ph , comme encore dans ouphrosi su- 
périeur (ÛTTc'ç), avec différents appendices initiaux et finaux, que fournit la langue géorgienne. Mam- 
phali serait donc un titre formé à Timitâtion de méphé roi , et peut-être pour le remplacer, les princes du 
Tao n'osant s'appeler rois , mais seulement • dominateurs , despotes ou djnastes. » Ce qui me parait con- 
firmer cette conjecture , car le titre de Mamphali n*est usité qn*à cette époque de l'histoire géorgienne , 
e*est un passage d'Asoghic , chap. XXVIII , ou il parle d'un marzpan ou gouverneur de la forteresse de 
Gag , dans la province de Gougark , qui embrassa le rit géorgien , et nomma son fils « Mamphali de Ta- 
chir , » dans les dernières années du Xe siècle. J'ai déjà eu occasion de parler de ces faits, Bullet. scient, 
t. VI, p 83. — On verra dans le Tableau généalogique placé à la fin de ce chapitre pourquoi je propose 
de lire Dawith -Mamphali , en supprimant la conjonction el. 

') l^kê ce moment je substituerai partout la vraie orthographe géorgienne des noms propres à la 
grecque , dont voici les formes : Adamoutzion , Symbatios , Pankratios, Adranaser, Kourkénis ou Kour- 
kénios , Asotios , Atzara. — Tyrocastram , le fort du fromage , est très certainement le géorgien Qwélis- 
Tzikhé , dont le nom signifie absolument la même chose. 



/ 



Addition IX. 149 

de la Grèce vers Koloris. Le palrice Achot » dit Kiskasis , avait pour épouse la fille de 
Giorgi-Magistros, souverain d'Apfakhazie. Ce dernier et Gourgen-Magistros étant devenus 
ennemis , et le patrice Acbot ayant pris le parti de Giorgi , Gourgen reprit de force la 
compensation qu'il avait donnée pour Artanoudj , chassa Achot , et le força à se retirer 
dans TAphkbazie. A la mort de Gourgen y sa femme , fille du patrice Achot - Kiskasis , 
hérita de la ville d* Artanoudj» comme domaine de son père. Mais Achot- Gouropalate ^)y 
Giorgi-Magistros ^) , souverain d'Aphkhazie , et Bagrat-Magistros , frère d*Achot ci-dessus 
nommé , s étant voulu partager par les armes la succession de Gourgen y ils s accommo- 
dèrent et prirent chacun ce qui était à sa convenance. Artanoudj étant au voisinage 
de Sembat , fils de Dawith , ci - dessus nommé , les princes se saisirent de la femme de 
Gourgen , fille du patrice Achot y et lui dirent : « Gomme femme , tu ne peux être maî- 
tresse de ce fort;» et Sembat lui donna en échange quelques portions de terrain , se ré- 
servant Artanoudj. 

a II faut savoir que telle est la parenté de ces Ibériens : la mère de Dav?ith ') et 
celle du couropalate Adamasé, père d' Achot le couropalate actuel, étaient filles de deux 
frères , et par conséquent cousines - germaines. Sembat , fils de Dawith , était marié à la 
fille de Bagrat - Magistros y père d'Adarnasé aujourd'hui magistros. A la mort de cette 
femme , Adarnasé épousa la soeur de Sembat , fils de Dawith. ^) 

a La citadelle d'Artanoudj est très forte , et elle a des remparts*) tels qu'il convient 
i une capitale de canton; elle est le centre de toutes les affaires de Trébisonde, de 1*1- 
bérie, de rAphkhazie, de toute l'Arménie et de la Syrie, et il s'y fait de tous ces pays 
un commerce immense. La contrée ou le arzen ^) d* Artanoudj est grande et fertile : c'est 
la clef de ribérie , de TAphkhazie et de la Meskhie. 

^) Fils d^Adranasé , fils de Bagrat. 

^) Quoique l'époque de ta mort de Gourgen-Magifitros ne soit pas indiquée , comme , d'après les An- 
nales , elle arriva en 923 , il est \fka probable qu'il s'agit ici de Giorgi II , roi d'Aphkhazie , celui dont 
une fille , inconnue aux auteurs géorgiens , avait épousé Achot-Kiskasis. 

') Je pense qu'il faut suppléer les mots : Sembai fils de : ou bien au lieu de Dawith il faut lire Sembat, 

^) Par son mariage avec la soeur d* Adarnasé, Sembat était devenu beau-firère de son cousin-germain ; 
si Adarnasé eût épousé la soeur de Sembat du vivant de sa propre soeur , ils auraient été doublement 
beaux frères » ce qui est â-peine croyable. 

*] Le mot grec QaTrazog était traduit dans la précédente édition par (erritorium ; on a remplacé ce 
mot par vallum dans la nouvelle ; mais je ne sais lequel vaut le mieux , l'origine du mot étant inconnue. 

Je trouve en turk ij^j rempart , et JLj édifice où logent les caravanes , station sur les frontières *. le 

premier sens parait plus plausible. 

*) Arzen est un mot arabe , qui signifie terre , pays : de-là s'est formé lé nom d' Arzen - er - Roum ou 
Arzroum. Il me semble qu'il est pris ici dans son sens étymologique , autrement il faudrait traduire 
* la contrée d'Artanond|j , on Arzen , • i. e. le canton portant un tel nom. 



150 



Additions et iIglairgjssements. 



«En oatre, le bienheureux empereur Romain avait envoyé le patrice Constant, droiH 
gaire de la marine, qui était pour lors protospathaire et manglabite ^), et lui avait remis 
les insignes du magistrat pour en revêtir l'Ibérien Gourgen. Lorsque le patrice Gonstanl 
approchait de Nicomédie , il eut la rencontre du moine Âgapius , fils de C;mèm , qui 
était allé accomplir un voeu dans la ville sainte , et qui , en revenant en Ibérie , passa 1 
Artanoudj. Or le patrice Achot Kiskasis, qui était en dissension avec son gendre Gour- 
gen , dit au moine : « Je te conjure , au nom de Dieu et par la puissance de la croix 
vénérable du Sauveur, daller à CF., dire à Fempereur d'envoyer quelqu'un prendre ma 
ville et la soumettre à son autorité. » Le moine Agapius vint à G. P. et dit à lempéreur 
ce dont l'avait chargé le patrice Achot - Kiskasis. Comme le patrice Constant, drongaire 
de la marine , était à Nicomédie pour l'affaire de la promotion de libérien Gourgen , il 
reçut au nom de l'empereur une lettre du patrice Syméon , secrétaire , ainsi conçue : 
«Notre saint empereur te commande de quitter toute autre affaire de son service, et 
d'aller dans le plus bref délai trouver le patrice Achot-Kiskasis, et recevoir de ses mains 
le fort d'Artanoudj, parce que cdui-ci a (ait avertir notre saint empereur, par le minis- 
tère du moine Agapius, d'envoyer un homme sûr et Cdèle pour qu'il lui en fit la re- 
mise. En passant par la Cbaldée , tu y prendras des officiers que tu jugeras dévoués , tu 
entreras dans la ville et t'en empareras. » 

a En traversant donc la Cbaldée , le patrice Constant, drongaire de la marine , réu- 
nit de bons turmarques et officiers , et une troupe de 300 hommes , et entra dans 11- 
bérie. Là il fut arrêté par le bienheureux *) Dawith, frère d' Achot, le couropalate actueli 
qui lui dit: «Où l'empereur t'envoid-t- il ? quelle commission as-tu, pour tratner une pa- 
reille suite?» car il soupçonnait qu'à cause de la mort du couropalate Adamasé l'empe- 
reur voulait conférer à Gourgen le couropalatat. En effet les fils d'Adarnasé , depuis la 
mort de leur père ^), étaient en discussion avec leur cousin, et un homme de haut rang. 



^) Il y a ici une &ate dans le texte grec; an lieu de rc? rorf TtqcnwntaQaqioo ttai fmyyXapirw) 
Tvyxàvovxo^ ^ il faut lire n^anoana&aqiiù nai fiayyXa^itji xvyxtii'ovti : c'est ainsi qae le précédent et 
le nouvel éditeur ont compris leur texte, sans le corriger pourtant, et la suite fait bien voir que les trois 
titres de Protospathaire , Manglabite et Drongaire de la marine , se rapportent au patrice Constant. 

^) Ce mot doit toujours s'entendre dans le sens de défunt, 

') C'est ici que les récits de Constantin deviennent plus embrouillés et plus inconciliables avec les 
dates assignées par les Annales au décès des princes Bagratides. En effet Romain - Lécapène mourut en 
Sli ; ce prince veut conférer le magistrat à Gourgen , qui selon les Annales mourut en 923 ; Adamasé 
mourut , selon la même autorité , en 9i5 , mais suivant Constantin , il était déjà mort en 923 , du vivant 
de Gourgen ; Dawith , frère d*Achot , qui était couropalate en 952 , était déjà mort en 952 , lorsque 
Constantin écrivait son livre , mais il vivait encore lorsque Goui|;en allait être créé couropalate (doM 
avant 923) ; enfin Tenvoyé de Tempereur dit à Dawith-Magisbros , fils d* Adamasé , qu*il veut aller trou- 
ver Dawith-Magistros. — Solution : le second Dawith ici mentionné doit être le Dawith-Mamphal d* Ar- 
tanoudj , qui mourut , suivant les Annales , en 943 ; et de deux choses Tune : ou Gourgen , qui allait 



Addition IX. 151 

envoyé par Gourgen à l'empereur , avec de riches présents, faisait supposer aux quatre 
frères y fils d*Adarnasé couropalate , que Gourgen visait à cette dignité. Le patrice Gon* 
stant répondit ; a G est pour aller créer Gourgen magistros que je marche avec cette suite, 
et après l'avoir salué, j'irai aussi trouver Daipvith - Magistros. » Le même patrice avait en 
effet un ordre impérial et des présents pour ce dernier. 

« Ayant donc conféré le magistrat à Gourgen , il quitta son pays pour se rendre à 
la citadelle d'Achot - Kiskasis le patrice , et lui remit un ordre impérial , qui ne disait 
rien d*Artanoudj , mais qui se rapportait à d autres affaires. «Bien qu'il ne soit pas ques- 
tion ici de la citadelle, dit -il à Achot, sur ce que le moine Agapius a déclaré à l'em- 
pereur, et dont tu Pavais chargé à se sujet, Tempereur m'a envoyé prendre possession 
d*Artanoudj , et y faire entrer les gens qui m*accompagnent. » Mais comme le patrice 
Achot-Kiska^s avait un différends avec son gendre Gourgen , ainsi qu'on Ta dit , il pré^ 
fSèra livrer la place à Tempereur. Constant avait un petit drapeau, qu*il donna au patrice 
Achot , et celui-ci , rattachant à une lance , le remit au patrice Constant^ en lui disant : 
« Mets - le toi - même sur la muraille , afin que la place appartienne désormais à l'em- 
pereur. » 

«Le patrice Constant prit donc le drapeau et le plaça sur le rempart, en saluant 
l'empereur grec par les acclamations ordinaires. Il fît connaître par-li que le patrice 
Achot-Kiskasis avait donné à l'empereur sa ville ; mais le grand Dawith ^) était bien éloi- 
gné de soumettre à Tempereur son pays , quoiqu'il fût voisin du tourma d'Akampsis et 
de Mourgouli. Cependant le patrice Constant envoya à l'empereur deux messages, l'infor- 
mant dans l'un qu'il avait conféré le magistrat à Gourgen, et que celui-ci avait accepté 
avec reconnaissance la faveur impériale ; dans l'autre , que le patrice Achot lui avait fait 
la remise d'Artanoudj, et qu'il régnait une grande mésintelligence entre lui et son gendre 
Gourgen - Magistros. Il demandait que l'empereur envoyât un renfort de troupes dans la 
citadelle , et même , s^l se pouvait , le domestique des classes. 

« A cette vue les Ihériens , Gourgen-Magistros et Davrith-Magistros , frère du couro- 
palate Achot, écrivirent à l'empereur que, si Sa Majesté permettait une pareille chose 
et pénétrait au coeur de leur pays , ils renonceraient à son service et se joindraient aux 
Sarrasins ; a car nous sommes , disaient-ils , en état de livrer bataille aux Grecs , de me- 
ner^ si Ton nous y force ^ une armée contre la citadelle et le pays d^Artanoudj , et 
même contre le territoire de lempire. h Infonné de ces détails par les lettres des officiers 
dont on a parlé ci - dessus , et par les exprès qu'ils lui dépêchèrent , l'empereur craignit 
qa*ils ne se livrassent aux Sarrasins et n'attirassent «ur ses états les armées persanes, o Je 

être promu au magistrat , ne mourut point en 923 comme le dit l'Annaliste , on c'était le fils homonyme 
du Gourgen que Constantin dit , p. 206 , être mort sans postérité , mais que Tauteur géorgien dit être 
mortenSlifi. 

^) Frère d*Achot qui était couropalate en 952. 



152 Additions et i£gi.airgissement8. 

n'ai point chargé , répondit-il , le protospatbaire Constant le manglabite de faire ce qu'il 
a fait à Artanoudj , ni de s'emparer de son territoire ; c'est un pur effet de son incon-* 
séquence naturelle. » L'empereur disait cela pour satisfaire les Ibériens. En outre , le pro* 
tospathaire Constant le manglabite reçut un ordre impérial plein de reproches et de 
menaces: a Qui ta chargé d'une pareille commission? Sors au plus vite de la forteresse» 
et fais-y rentrer Achot, Cis du défunt couropalate Adarnasé ^)^ en lui accordant de no- 
tre part le couropalatat , dont jouissait son père. » Au reçu de cet ordre le patrice Con- 
stant laissa le patrice Achot-Kjskasis dans son château d* Artanoudj , et se dirigeant vers 
le pays de Dawith-Ie-Grand ^) , alla lui porter l'ordre qui le concernait. Ensuite il revint 
dans ribérie, et rencontra, réunis au même lieu, Gourgen-Magistros et Dawith - Magis- 
tros, frère d'Achot-Couropalate, qui se répandirent en invectives et en injures contre loi. 
«Homme dissimulé et méchant, disaient- ils , pourquoi ne nous avoir point parlé de l'af- 
faire d'Artanoudj et nous avoir caché que tu voulais t*en emparer , ' le regardant c^mme 
important au service de lempereur? car nous lui en avons fait aussi notre rapport^ et 
nous savons qu'il n avait pas connaissance d'une entreprise que tu as faite seulement par 
affection pour le patrice Achot-Kiskasis. d 

a Après avoir répondu ce qu'il devait, le patrice Constant amena dans la ville Achot, 
fils du défunt couropalate Adarnasé, et lui conféra au nom de l'empereur le couropalatat. » 



Ce curieux fragment renferme tout ce que nous connaissons de l'histoire des Bagra* 
tides du Tao , parents de ceux qui ont régné en Géorgie depuis Achot - Couropalate , en 
787, jusqu'à la dernière année de Gourgen, roi des rois, en 1008. Durant cet espace 
de 221 ans nous trouvons, dans la branche régnante et dans une branche collatérale, sept 
générations; la seconde branche ne nous est connue que par son arbre généalogique, où 
sont seulement enregistrés deux faits, la filiation et la date de la mort des personnages; 
et quant à l'histoire proprement dite , elle se résume dans cette analyse de la situation 
des Bagratides du Tao , par Wakhoucht , p. <^6 : 

«Or ces rois Bagratides géorgiens montaient, il est vrai, sur le trône de KarthK , 
mais quand ils étaient vaincus par leurs ennemis , ils se contentaient de la possession da 
Samtzkbé, ou Zémo-Karthli , du Tao, du Djawakheth, du Thrialeth, des éristbawats d|e 
Samchvvildé, et de Khounan, en exceptant le Gardaban. Ils avaient aussi dans le Clar*?- 
djeth les domaines formant leur apanage , des forteresses et autres territoires , et parfoif 
le Somkheth et le Chida -* Kartbli. Bagrat-Régwen eut le Basian» le Tao et les contrées 

^) On voit par le Tableau généalogique ci -joint que cet Adarnasé mourut, suivant les Géorgiens , 

en9W. 

* .... 

^) Ce doit être le frère de Bagrat - Magistros , et fils comme lui de Sembat , mentionné p. â06 par. 
Constantin - Porphyrogénète. 



••■•■■I» "•.•• «'-j,'.*., «..-• .'« 



Addition VIII/ 153 

eavironoantes. » Telle fut spécialement la destinée de Soumbat , à Toccasion duquel This- 
torien fait ces réflexions , et celle de son Gis et successeur Bagrat - Régwen , en qui se 
termine la série des Bagratides du Tao , à laquelle succéda , jusqu'à nos jours , la dy- 
nastie Apbkhazo-Bagratide. 

Dans l'absence de tout renseignement géorgien sur cette portion de la famille Bagra- 
tide, nous sommes obligés d'admettre les récits de Constantin -Porphyrogénète, témoin 
contemporain , ayant tous les moyens d'être bien informé , et dont le ton simple et naïf 
inspire au lecteur la plus grande conflance dans sa bonne foi. D'ailleurs il complète ce 
que nous savons par les Géorgiens , sans le contredire , bormis en ce qui concerne quel- 
ques points des généalogies ; , et quant à ce qu'il rapporte des incroyables alliances des 
Bagratides du Tao, «où l'on voit des frères devenir cousins - germains par mariage, des 
oncles épouser leurs nièces , cet usage judaïque , dans* un pays où la religion grecque 
était dominante, est véritablement quelque cbose de caractéristique. Voici, du reste, 
les généalogies alléguées par Constantin-Porphyrogénète, qu'il est facile de comparer avec 
celles dont les Annales donnent la série. 

Dawitb Spandiatès 

Issus du commerce du roi^propbète avec la femme d'Urie ; 

I venus en Ibérie quatre ou cinq siècles avant Tépoque où 

I Constantin écrivait, c.-à-d. avant Tan 952. 
Bagrat meurt sans 

I postérité. 

Achot 

I 

Adamasé , couropalate au temps de Tempereur 
Léon -le -Sage. 

Il est à peine croyable que ces quatre personnages suiBsent pour remplir Tespace de 
quatre ou cinq siècles , écoulés depuis Tarrivée des Bagratides jusqu'à Constantin ; et se- 
condement ce fragment de généalogie fait double emploi avec celle qui est exposée plus 
loin , où nous retrouverons un autre Adamasé , couropalate du temps de Léon et ne 
descendant pas de Dawitb, au moins par une Cliation connue. Il serait bien possible que 
ees quatre Bagratides fussent une branche collatérale de celle qui va être mentionnée plus 
en détail, et dont les Géorgiens ne parlent pas; car le titre de Couropalate n^implique 
pas supériorité , comme celui de roi , et pouvait être porté par plusieurs contemporains , 
de la même famille. 



AMt eCécl. 



20 



15Jk 



Additions «ET éclaircissements. 



Généalogie des Bag^ratides du Tao, d après Constantin - Porphyrogénète. 



JL Sembatl» f 889. M 



B BagrU I llagistrot , époute U eoa- 
•ine de U mère de Sembat ^) , 
son noTea ; potsède ÀrUnoadj. 

I + 90». 



C DiTid-le-Grand I , époote la 
coutiiie de la mère d'Adar- 



nasé , son nerea. -f- 943. 




D Adarnasé - Coaropalato , 
marié à la fille de Da- 
Tid *) , sa cousine- 
germaine, -f- 945. 



I 



K Acbotn, 
conropalate 
en 952. ^) 



L DaTid II 
Magistros. 



I 

M BagratU 
Kaglstros, 
p. 204. 



E Gonrgen- 
Magistros, 
épouse la 
mie d'Achol 
Kiskasis , sa 
nièce; pas 
de postérité. 
+ 923.*) 

N ... fils non 
nommés 
p. 2ia 



F Acbot I 
Kiskasis^ Pa- 
trice, épouse 
la fille de 
Gîorgi, sou- 

iwrain 
d*Aphkliato. 
') + 939. 

O ...'fille, 
mariée A 
Gourgen- 
Magistros, 
son oncle. '} 



G . .'. fille , 
mariée à 
Sembat, son 
ooosin- ger- 
main, fils de 
Darid. 



I 



Hamphali. 

(Ce moi n*eft qu'un titre, 
qu'il but i^joater au non 
de BuTid) 



H SemKat II , 

marié A 
sa cousine- 
germaine, 
fille de Ba- 
grat«) 
+ 988. 



I ... fflle 
riée A Aiiar- 
nasé, fils de 
Bifrat,* ton 
cousin -ger- 
main* 



I) C'est A la p. 206 que Constantin parle pour la première fois de ce Sembat , sans nommer son père. Regardei le Tableau généa- 
logique dressé d'après les Annales , tous y Terrei Sembat-Mampbal , d'ArtanoudJ , fils d'Adamasé fik d'Acbol-Cottropalate , 46e souTeraii 
de Géorgie, Il eut en elTet deux fils , l)awitb et Bagrat , ayant tous deux le titre de Mampbal , ce qui me fiiit croire qu'ici il faut re- 
trancber le Se fils de Sembat, en supprimant la conjonction ei entre Darid et Mampbalû 

>) y. la correction indiquée n. 2 , p. 149. 

*) En sulrant le Tableau dressé d'après les Annales , on roit qu'^n effet Bagrat d'ArtanoudJ eut les trois fils qui lui sont ici attri- 
bués, et en outre un quatrième, qne Constantin a omis. 

*) Cependant les Annales lui attribuent un fils son homonyme , mort en 968 : c'est la seule contradiction existant entre les den 
auteurs. 

*) Acbot , si le rapprocbement généalogique que nous faisons ici est exact , mourut en 939 ; il peut atoir épousé ou une fille 4» 
Giorgi 1er , roi d'Aphkbade , ou plus Traisemblablemant celle de Giorgi II , morts en 875 , 955 , mais l'hlMoire de Géorgie n'en paris 
pas. Il me parait que le surnom de Kiskasi ou Kiskasis , car Constantin emploit'les deux formes , doit tenir du géorgien ^*\*^ , sigai- 
fiant «Tif, agile.» 

^ Cette .généalogie se retroure aussi dans le Tableau de l'Annaliste, mais la fille de Dtrid n'y est pti nantiomiée; par contre, 
la postérité de Sembat y est poussée A trois générations plus loin. • 

^) Les fih d'Adarnasé et la fille d'Achot manquent dans le Tableau dressé d'après les Annales. 

*) En somme , ce Tableau généalogique ne cmitredit qu'une fois celui dressé d'après les Annales ; il est Untài plui , tantôt moifli 
complet , et les époques , quoique non précisées par Constantin , paraissent conciliables en bloc. 



:-! .:.'.y 



Addition IX. 



155 



Tableau généalogique complet des couropalates du Karthli et des Bagratides du Tao , 

d'après les Annales géorgiennes. 

Gouarâin, 39e roi de Géorgie, f ^) 600 de J.-C 



40. Stéphinos 1er , 
mlhawar du 
Karttili, t6i9*) 

I 

Gouaram Démétré 

I 
Wam-Dacour 

I 
Nersé 

I 



Bagrat 



Démétré 



fille 



▲darnaté 

40. Achot, f 826 



Pbilipé 



Stéphanos ') 
Goargen 



Latawr, mariée au roi 
Djoaancher. 



BagnMeê du Tao. | 

Adamasé, l'alné, 

t 



47. Dagrat 1er , couropa- 
late, le secood, -|- 876 ; 
épouse la fille de Sem- 
bat Aboulabat. 



o mariée à 

Thewdosé, 

roi d'Aph- 

khaaie. 



Goargen - Mamphal , 
coaropalate d'Arta- 
Boudy , -|- 891 

I 

▲choC-Cookli. Adanufé, 



Achol-CécéU, 
t867 



A Soumbat-Mampbal 
d*Artanou4j» f 889 



t918 



éristbaw 

des éris- 

tiiaws, f 898 



DmHb, 
ériitbaw 
dei éria- 
tbaws f 



ttT. 



I 

Geargeoy 
éristbaw 
des éris- 
ttiaws, 
t I4fé. 
Trier 941 
I 

mariée 
à Bagrat, 

fils de 
CoDitan- 
tîDé 1er y 
roi d'Apb- 
kbaiie. 



Dinar, 
mariée à 

I 



C Dawith- 
Bfampbal 
d*ArtanoQdj , 

'jf moine, 
21 férrier 943 

I 
H Soom- 

bat, éris- 
tbaw des 
éristbaws, 



I 

B Bagrat- 
Mampbal, 
f 20 arrU 
909 



I 



48. Dawitbler, 
roi et coaro- 
palate, 1 881 

I 
I 



Gooaram - Mamphal , le plas 
jeane, épouse la soear de 
Soambat 1er, roi d'Arméoie ; 
se fait moine , f 882. 



Acbot 
t885 



Adamasé 
t874 



Icbkbanio f 988^) 
prince de 
Héreth. 



Dawlth 
t988 



Dawitb, 
éristbaw 
des éris- 
tbaws, 
+ 908*); 
+ 922, 
Mil T. 

I 

Bagrat Bagrat, 
d*Arta- fils post- 
noa<y , home. 
+ 988 
I 



F Acbot, 
+ 939«) 



49. Adamasé II, 
roi et coaropa- 
late , + 923. 

I 
I 



Nasr, 
Nasra 

oa 

Nasré , 

Narsé. 

+ 888. 



I 

Acbot 
+ 869 



o mariée à 
Adamasé, 

pais à 
Bagrat 1er, 
roi d*Aph- 

kbaiie. 



D Adar- 
nasé , se 

fait 

moine, 

+ 945 ') 



E Goar- 
gen, éris- 
tbaw, 
+ 923») 



I 



50. Soam- 
bat, roi 

et coaro- 
palate, 

+ 



I 



I 
Goargen, fils poat- 

bame, éristbaw 
des 
éristbaws. 
+ 968 



958 

I 



Acbot, 
coaropa- 
late, 
+ 954 



Dawitb, 

roi, 
+ 937 



51. Dawitb 

oa Bagrat 

II, dit 

Régwen, 

roi, + 994») 



Adamasé 
coaropa- 
late, 
+ 983 



I 



I 



Bagrat, 
Magistros 
et coaro- 
palate, t 

945 

I 
Adamasé , 

+ moine, 

961 

I 



I 



Goargen, Soambat, 
+ 1012 +1011 

I 1 

Démétré Bagrat 



Seombat- 
Coaropa- 

late 
+ 992 



I 



Dawith-le- 
Grand,coa. 
ropalate, + 
1001 



Bagrat, 
+ 969 



DawiUi, 
éris- 
tbaw 
des éris- 
tbaws, 
+ 966 



1) Tons les princes c[ae l'on Terra sans numéro n*ont point régné. 

») Après celot-ci il y eut de noureau plusieurs rois Kbosroïdet. 

>) II ne fiiut pas oublier que Warai-Bacour , Nersé , Pbilipé et Sté- 
pbaaoa, l'àleul , le père et les deux frères d'Adamasé, père d* Acbot, 
ne sont peint mentionnés dans le M-UT des Annales, p. 154, mais 
seolemenC dans le mien el dans celui du Musée Boomiantiof : ce qui 
pt«t laisser quelque doute sur rautbentldté de cette généalogie. 

^) U masque une fUle de DaTid, mentioanée par Conslantin-Porpbyro- 



52. Gourgeo, roi, 
des rois, épouse 
la flUe de Giorgi 
II, roi d'Apb- 
kbaaie, nommée 
Gourandoukbt 
+ 1008*0) 
sent les mêmes que ceux désignés dans Taulre Tableau , par cet auteur. 
^) Il manque une fille de Bagrat 
S) Il manqae U fiUe d'AcboL 
') Il manque les quatre fils d'Adamasé. 

*) Constantin-Porpbjrogénète dit que Gourgea monrat sans postérité. 
*) Les monarques 50 et 51 n'ont régné que de nom, sous les 
rois de fait ConsUntlné 1er , Goargen et Bapvt III d'Apbkbatie. 
10) Après Goargen il n'eit plus qmesUen d'aucun Bagr^Ude du Tao; 



géaèto ;IOM les priaeee dont les noms aoolprécédéf d'une lettre capitale I le sceptre passe à Jamas au rois d'AplUkbaile. 



156 Additions et éclaircissements. 

///. Binaire des Bagraiidêi artnéniem , en tant quelle $e lie à celle de la Géorgie , ei du Bagraiideê 

géorgiens, diaprée les $ource$ arminiennes. 

Des deux traditions relatives aux Bagratides, qui ont été précédemment exposées, Tune 
celle des Géorgiens, ne satisfait pas, parce qu elle ne repose pas sur des faits authentiques : 
la seconde , celle qu'a reproduite Gonstantin-Porphyrogénète, est foncièrement incomplète, 
et dans les commencements, qui sont contradictoires, et dans les générations suivantes, 
où il reste beaucoup d'obscurité, et dans les détails, qui ne suffisent point pour rattacher 
le passé à Tépoque historique où nous sommes parvenus. La tradition arménienne s'an- 
nonce seule comme remontant aux premières origines, et déroulant à travers les temps 
une série non interrompue de générations successives , au moins en ce qui concerne la 
Géorgie. En effet , on aurait beau recueillir les noms de tous les Bagratidcs nommés par 
les historiens arméniens depuis l'apparition de cette famille, sous le roi Hratché , on ne 
pourrait en former un arbre généalogique suivi, jusqu'au Ville siècle de notre ère ; mais 
depuis lors, il est facile de dresser le tableau des personnages qui, de simples seigneurs, 
arrivèrent par leur influence dans les affaires publiques aux titres de marzpan , d*ostican , 
de sparapiet, enfin de roi; dont les descendants, auxquels le P. Indjidj reproche un trop 
grand «désir de régner , siégèrent à Bagaran , à Ani , à Gars ^ à Samchwildé , à Lori, 
comme Arméniens ; dans le Tao , dans le Karthli , dans le Cakheth , en Iméreth , en 
Aphkbazie , et par les alliances de leurs filles avec des princes souverains, à Kief, dans 
la Mingrélie , dans le Gouria , à Constantiuople , à Trébisonde ; car telle fut la merveil- 
leuse extension des Bagratides géorgiens. Le sujet que je traite est naturellement circon- 
scrit à la branche géorgienne des Bagratides , mais pour en montrer le rapport à celle 
d'Arménie , il faut reprendre les choses de plus haut. 

Vers la fin du Vie siècle , Sembat - Bazmaïaghth ou le Souvent - Victorieux , ayant 
rendu de signalés services à Khosro II, roi de Perse, dans la révolte de Babram-Tchou- 
bin , et ayant par ses efforts contribué à lui procurer la victoire , fut par lui comblé 
d*honneurs , créé marzpan d'Arménie et gouverneur d*IIyrcanie ^) ; ses fils Achot et Va- 
raztirots reçurent aussi les plus hautes distinctions : il mourut en 601 , et ses fils i^on- 
tinuèrent à bien servir les intérêts du roi de Perse. Lebeau, t. X, p. 285, 311, 333, 
420. Varaztirots , après avoir été durant sept ans marzpan d*Arménie , fut obligé de se 
retirer auprès de Tempereur Héraclius, et ne revint dans son pays qu'en 642, sous Con- 
stant II , décoré du titre de couropalate ^), que les souverains grecs commençaient alors 
à donner à leurs serviteurs étrangers^ en récompense de leur dévouement ; son fils Sem- 
bat lui succéda dans ses emplois. 

Lorsque les généraux musulmans vinrent en Arménie, au Vile siècle, la position émi- 
nente des anciens thagadirs de cette contrée les mit tellement en évidence qu'ils dureot 

») Vardan, p. 48. 49. 
') Vardan , p. 55. 



Addition IX. 157 

oa appeler la nation à résister aux nouveaux conquérants, ou se mettre à sa tète pour 
offrir une soumission inévitable : ils choisirent ce dernier parti , qui fut imité plus tard , 
par les princes Orbélians, à Tégard des Mongols. Sembat et les autres seigneurs capitu- 
lèrent donc avec le général arabe Habib , consentirent à payer tribut , à donner des ota- 
ges et à fournir des troupes auxiliaires aux musulmans* Sembat le couropalate mourut en 
654-. Leboau , t. XI , p. 331 , 337 , 349 , 353. Hamzasp Mamiconien , qui avait succédé 
i Sembat, se porta du côté des Romains, ce qui causa la perte de tous les otages don- 
nés par les Arméniens ; il mourut en 658 , et eut plus tard pour successeur son frère 
Grigor, nommé par le khaliphe Moawiah, mais qui fut tué en 683, dans une expédition 
contre les Khazars. ^) 

Deux ans après ^) paraît sur la scène un autre Bagratide , le patrice Achot , dont le 
père seul , Biourat , est connu , sans que Ton sache s'il était descendant ou simplement 
parent des princes qui ont été nommés plus haut. Achot et Sembat son frère crurent 
devoir se soumettre de nouveau aux Arabes , en 685 ; mais l'empereur Justinien II en- 
voya en Arménie , Tannée suivante , une armée commandée par le patrice Léonce ,, qui 
rétablit en orient la suprématie des Grecs et obligea le khaliphe Abdalmélik à payer à 
Tempereur une redevance annuelle et à se contenter de la moitié des revenus de cette 
contrée , ainsi que de Tlbérie , qui furent dès-lors , pour un temps , vassales des Grecs. 

Les Arabes recommencèrent bientôt Jeurs attaques , et Achot , qui avait obtenu le 
titre de patrice^ mourut en leur faisant tète, dans un engagement, en 687 '). L*empereur 
revint , en 693 , avec trois corps d armée , destinés à conquérir l'Arménie , llbérie et 
TAlbanie , et à en expulser les Arabes , et en ayant conféré le commandement , avec le 
couropalatat , à Sembat, frère d* Achot, revint à Gonstantinople ^). Le khaliphe Abdalmé- 
lik ayant alors envoyé dans ces contrées le général Abdallah, qui s*empara de Dovin, 
Sembat, trop faible pour résister, se rendit auprès du chef musulman, qui le fit charger 
de fers et conduire à Damas : il s'échappa , revint en Arménie , et alla se mettre à cou- 
vert du ressentiment des deux parties dans la citadelle de Vardanacert ') ; puis il marcha 
contre les Arabes, qui furent vaincus. Après quelques années de paix, il prit le parti de 

^) Asolic , I. II , c. 4. Ghévond , dans son Histoire des khaliphes , eh. IV , dit que du temps de Gri- 
gor, grâce aux guerres intestines des musulmans, 1* Arménie, la Géorgie et TAptikhazie ne furent pas in- 
quiétées par eux durant 30 ans ; ces pays furent durant trois ans affranchis du joug arabe ; mais dans la 
quatrième année Grigor périt , dans un combat contre les Khazars , et avec lui h prince de Géorgie et ce- 
lui d'Albanie. Asolic , 1. II , c. 2 , raconte le même fait , sans qu'on sache de quel prince géorgien H'est 
question. 

^) Vardan , p. 57; Ghévond , c. 6. 

*) Ghévond , c. 5. 

^) Ce fut dans la quatrième année de Justinien II , en 690 ; suivant Asolic , 1. Il , c. 2 , en Tannée ar- 
ménienne HO— 691 de J.-C. , que Sembat devint prince des Arméniens. 

*) Vardan , p. 58. 



t58 Additions bt ^CLiiACissEiiENTS. 

se retirer , et alla , ainsi qn'il a été dit » p. 252 des Annales , dans la Taïk , où la ville 
de Thoukars lui offrit un asjle ; Lebeaa , t. XII , p. 27 , suiv. 11 m*aurait été facile de 
présenter un exposé moins rapide et puisé aux sources mêmes , de ces événements, s^ils 
eussent eu avec la Géoi^ie un rapport direct. Ayant entre les mains les histoires de Jean* 
Gatholicos et d'Asolic, 'et celle des khaliphes par Ghévond, j'aurais pu en donner les 
sextrait nécessaires , mais j*ai pensé qu'il suffisait , pour faire connaître Torigine de la 
puissance des Bagratides , de m*en référer au travail d*un savant aussi habile à élaborer 
et à. disposer ses matériaux que M. S. - Martin. Pour ce qui suit , je m'appuierai sar les 
auteurs originaux , dont je citerai souvent les textes. 

Scmbat resta quelques années dans la Taïk , sa dernière victoire ayant procuré un 
peu de repos à l'Arménie. Mais bientôt le khaliphe Abdalmélik envoya d'autres armées 
pour venger la défaite des musulmans; Kachm ou Casim» l'un de ses généraux, fit pé* 
rir par la ruse les principaux de la nation , et Sembat-Couropalate fut obligé de recourir 
à la protection de Tempereur. II se réfugia avec quelques princes en Mii^^rélie , où ils 
furent accueillis dans la ville de Poti , et y demeurèrent six ans. Là , mécontents des 
Grecs qui , au lieu de leur donner assistance , paraissaient se réjouir des maux de l'Ar- 
ménie ) ils pillèrent la ville et revinrent dans leur pays ^). Mais l'empereur grec , juste* 
ment irrité de cet acte de perfidie, accompli le jour même de Pâques, les fit excommunier 
par le cier^ arménien de ses états, excommunication dont la sentence se lisait chaque 
année dans les églises» le jour de Pâques, encore du temps de l'historien Ghévond. Tcha- 
mitch place cet événement en l'an 706^); Vardan en parie, mais sans en préciser la date. 

Nous ne savons ce que devint ensuite Sembat, ni quand il mourut, ni s'il laissa 
des enfants , héritiers de ses titres et de ses emplois : aussi ne pouvons- nous dira si les 
Bagratides qui vont entrer en scène étaient ses descendants ou simplements des rejetons 
de la môme famille. Toujours est -il que le célèbre Mourwan, appelé le Sourd par les 
Géorgiens, ayant succédé à une série assez nombreuse d'osticans ou gouverneurs de l'Ar- 
ménie musulmane, choisit en 7ï3^ pour administrer ces provipces au nom des khaliphes, 
un certain Achot , fils de Yasac , qui était alors le chef de la famille Bagratide. U le 
nomma patrice et couropalate ; Ghévond , ch. XXI , ne parle que du titre de patcice , 
auquel Tchamitch (t. II , p. 4^07) joint celui de prince des princes. Je suis porté i sup- 
poser que le père d' Achot était un neveu du couropalate Sembat ci -dessus nommé. Car 
Ghévond , à l'endroit cité , dit qu'entre autres envieux des honneurs conférés à Achot, se 
trouvèrent les fils de Sembat , et Asolic , 1. II , c. 2 ^ nomme spécialement un Sembat » 
parent d'Achot, ainsi que des princes appartenant à la famille mamiconienne. Deux de 
ces derniers furent exilés en Arabie , par ordre du khaliphe ^ parce qu'ils troublaient par 
leur insubordination le gouvernement d'Achot, et celui-ci fut, au dire de Vardan, le 

^) Vardan , p. 59. Abolie , 1. II , e. 4. Ghévond , c. VI. * 
*) M. S. Martin a adopté cette date; Lebeau , t. XII, p. 56. 



A D D I T I ir IX. 159 

premier roi Bagratide d'Arménie et de Géorgie. Cette expression ne signifie pas qu'il ait 
été roi de Géoi^e, mais qu'il fut la souche de la dynastie qui y régna; en effSst, de- 
peis lors, les auteurs arméniens ne laissent plus dmterruption dans la série généalogi- 
que ^) des Bagratides. On verra s'il est possible de concilier ces assertions avec celles des 
Géoi^ens. Acbot gouverna assez paisiblement durant quinze années ^) , grâce à Tappui 
des khaliphes et de leurs lieutenants» mais les autres seigneurs ne pouvaient lui pardon- 
ner son élévation ni son zèle pour les intérêts des conquérants. Il fut pris par eux, eut 
les yeux brûlés en 758*), et mourut treize ans après. Un autre Bagratide, Sahac, 
fils de Bagarat, oncle paternel d* Acbot, fut patrice en sa place. Gbévond raconte que 
sous le khaliphe Almansour le gouvernement de l'Arménie, pour les musulmans, fut 
confié , après lézid , fils d'Ousaïg , et Bakar , fils de Mslim , a Hasan , fils de Cahadba. 
Celui -ci ayant maltraité les Arméniens, un Artavazd Mamiconien leva Tétendard contre 
les musulpans. II commença par faire périr le collecteur des impôts du canton de Chirac, 
après quoi il alla du côté de la Géorgie. Il fut bientôt poursuivi par Mahmet, gouver- 
neur de Dovin, qui l'atteignit dans le Samtzkhé, lui enleva son butin et le força i s'en- 
fuir avec les siens en Mingrélie; non content de cela, Mahmet fit reconnaître son auto- 
rité dans ce dernier pays , ainsi que dans celui de Vérhia , qui est la Géorgie , comme 
le dit notre historien. Ce fait n*est mentionné , que je sache , par aucun autre auteur , 
et dut avoir lieu après l'an 771. Cependant Sembat, fils d* Acbot, sparapet ou généralis- 
sime , fut tué avec Sahac dans un combat inégal contre les Arabes , livré sur la foi des 
prédictions d'un moine, annonçant la fin du règne des musulmans: il laissa deux fils, 
Aehot et Cbapouh^ dont le premier fut apanage à Sper, et le second dans le canton 
de Chirac. Achot, que les historiens arméniens qualifient de Kadchj Brave, et de 3bacery 
Carnivore % établit solidement son autorité dans les pays qui lui étaient échus. Un certain 
Dcfaahap, prince musulman qui avait épousé la fille de Nouchegh Mamiconien, ayant 
prétendu avoir droit, du chef de sa femme, à la possession des territoires voisins de 
ceux des Bagratides, ils le battirent, le chassèrent et se trouvèrent par -là maîtres de 
toute la Taïk. Alors Achot bâtit la forteresse de Camakb *). Outre cela le prince Bagra- 

^)) Il n*est point compté dans la lifite des rois , mais il se met en télé de la dynastie, comme en ayant 
été le fondateur immédiat. 

•) Vardan , p. 62. 

*) Au temps du khaliphe Merwan , suivant Asolic , 1. II , e. 2 : Achot eut pour successeur son fila 
Sembat , durant 22 ana ; ibid. : à celui - ci succéda son fila Achot - Msacer , durant 20 ans. Cest surtout 
Gbévond qui raconte en détail le gouvernement et les aouflirances d'Achot- Patrice. 

^) Ce surnom lui fut donné par les musulmana , i cauae des défaites sanglantes qu'il leur fit éprou- 
ver. Tcham. Hist. d*Arm. , II , i08. 

*) L'Annaliste géorgien attribue en termes embrouillés la fondation de cette citadelle à des person- 
nages quMI ne nomme pas, sous le règne d'Artcbil 1er , 663 — 718. — H me semble du moina que Ca« 
mAlch ti£t le inéme aue Calmakh . aitué dana la Tao . aur la inuche de Taflluent le plus èo rt iJ é rable du 



160 Addition» et écLAiRCissEHEfiTS. 

tide acheta à des membres de la famille Camsaracane une partie du canton de Chirac , 
et transporta dans la Taïk la population de celui d*Archarounik , appartenant aux Gnou- 
niens , qu*il avait délivrés des attaques des musulmans. On raconte de lui » qu*un jonr 
qu'il était en prière, ayant reçu la nouvelle d'une irruption des Sarrasins, Il ne quitta 
ses pieux exercices que quand il les eut entièrement adievés , fondit sur lennemi , 
sans autres préparatifs , en tua plus de 5000 et fendit en deux , de sa propre main , 
Lipavon^ leur chef; il donna également la mort à Abdalla, un autre commandant 
arabe ^). Une autre migration d'Arméniens dans la Taïk eut lieu sous le règne du kha* 
liphe liaroun. Ibu * Docé , un officier de Souléman , lieutenant d*Obéïdallah , frère da 
khaliphe, s était montré si impitoyable dans le prélèvement des impôts, que 1200 Armé- 
niens, tant hommes que femmes , passèrent du côté de la frontière géorgienne , au pays 
de Gogh.* Une partie seulement d'entre eux réussit à franchir le fleuve Acampsis, sortant 
de la Taïk , et qui va à travers TEgerstan se jeter dans la mer Noire , dans la' direction 
du IV. 0. G était vers l'an 886. L'empereur Gonstantin-Porphyrogénète (it un bon accueil 
aux seigneurs arméniens, mais la multitude se trouva réduite à la misère et obligée de 
se livrer aux plus pénibles travaux pour assurer sa subsistance*^) 

S'il faut en croire les auteurs arméniens, le couropalate arménien Adiot, mort en 
771 , aurait eu, outre Sembat qui lui succéda, et qui était l'aîné, un autre fils nommé 
Yasac *) , souche de la dynastie géorgienne , qui fut père d*Atemerseh ou Adamasé , et 
celui «ci d'Achot*) le ï6e roi de Géorgie. Ge dernier était contemporain du Bagratide 
arménien Achot- le -Brave; le khaliphe lui ayant donné la Géoi^ie , dit Vardan'), il alla 
dans cette contrée, qui était la patrie^ de sa femme, la subjugua tout entière , et Tempe- 
reur Léon V lui conféra le titre de couropalate. Achot eut recours à la protectioa de 
Léon , qui , occupé alors par la conspiration de Michel-le-Bègue contre sa personne , ne 
put le secourir aussitôt, en sorte que le prince géorgien fut abandonné à ses ressources; 

Dchorokh , et dont Wakhonchl attribue la fondation à des pétéachkhi arméaiens. Y. Gédgiaphie de la 
Géorgie , p. 119. Mais il ne fiiut pas confondre ce nom avec celui'd'ooe autre forteresse , aussi nommée 
Ani , et située sur le Gaïl Cet , dans la Haute-Arménie ; v. S.-Martin , Mém. 1. 1 , 72 , 73. 

^) Vardan, p. 62 , 63. 

') Ghévond. 

') Ce Vasac n'est connu que pour avoir pris part à la levée de boucliers qui coûta la vie à son père 
Sembat , et dont iKa été parlé précédemment ; Ghévond , Tègoe d'Almansor , $ 40. 

^) Vardan , p. 63. L* histoire ne dît pas un seul mot du père ni du grand -père d* Achot, couropalate 
de Géorgie, ni du lieu de leur résidence ; mais les Annales géorgiennes placent la demeure et les domai-; 
nés d* Achot à Barda et auiL environs de Tiflis : c*est donc dans ces contrées qu*il put être au service des 
musulmans et mériter les faveurs des khaliphes. 

^) Vardktti , p. 63 , ne précise pi Tépoque de cette donation , ni les souverains avec qui Achot fut en 
rapport ; mais si 4e« idûfl)r^ ^^ Wakhqucht spi|t exacts, l'élévation de ce prince dut avçir lieu au tempa 
du khali^bi 9aiouiBi|-alr^acbi<l pi| de ses deu^ pr^jécesseuj». . 



j ■• «.»#- 



Addition IX. 161 

mais rhistorien arménien ne dit rien de plus, sinon que, sons le règne de Michel * le - 
Règne et d*Almanioun y par conséquent aux environs des années 820 et suiv. , les Grecs 
firent en Arménie des expéditions heureuses pour leurs armes ^ et qu'Achot - Couropalate 
devint maître des pays depuis le Clardjeth jusqu*à Tiflis; que cependant l'autre Achot 
demeura paisible dans ses possessions de la Taïk. Plus loin il continue d'exposer la gé* 
néalogie d'Achot , couropalate de Géorgie , jusqu'au commencement du Xle siècle. 

«Achot eut pour fils Bagarat et son frère Goram; après celui-ci ce fut Davith fils 
de Bagarat , qui fut tué par son oncle paternel Goram , et dont le fils fut Aternerseh ; 
celui-ci fut père de Davith; le fils du frère de celui-ci fut ^) Goui^n, dont le fils fut 
Bagarat ^) , et qui épousa la fille de Sénékérim roi de Vaspouracan. » 

Ce texte si laconique nous donne et la généalogie et la succession des princes géor- 
giens , tout à la fois. En voici le tableau , ainsi que la série complète de tous les rois 



Bagratides arméniens qui ont siégé en différentes provinces jusqu*à lextinction de la dy- 
nastie : ce tableau n*aujt encore été rédigé par aucun auteur. 

Voir le Tableau A. 

Si l'on compare ce Tableau avec celui dressé d*après les Annales géorgiennes > on 
Terra que les auteurs arméniens ne sont pas d accord avec les Géorgiens quant au grand- 
père du roi -couropalate Achot: est-ce une erreur, est-ce mauvaise foi, inspirée par l'or- 
gueil national? Toujours est-il que les Géorgiens repoussent avec force cette origine ar- 
ménienne , que rien ne prouve , a dire vrai ; car des deux côtés l'aïeul •d*Athot n'a rien 
fait pour être bien connu dans l'histoire. 

lY. Notices fourniei par l$$ auteurs arminiens sur les princes Bagratides du Rarihli, du Tao 

ei de rAphkhazie. 

Vardan n'indique pas l'époque de la mort d'Achot - le - Couropalate , le premier qui 
régna en Géorgie , après le second avènement de la famille Bagratide dans cette contrée. 
Ni lui ni les autres auteurs arméniens ne disent rien non plus de son successeur Bagrat. 
Quant à Dawith , fils de ce dernier , le peu de renseignements que j*ai trouvés a été mis 
en note dans sa vraie place. 

Pour le règne d*Adarnasé II , fils de Dawith , Vardan , p. 69 , 70 , se contente de 
dire que le grand Achot étendit ses possessions en Géorgie et en Albanie, et soumit les 
Caucasiens ; et un peu plus loin : « Achot donna la Géorgie au fils de sa soeur. » En effet 
le grand-père d'Adarnasé II avait épousé une fille de Sembat-Aboulabas. Le même auteur, 

^) n manque ici une génération , Bagrat, pire de. 

') n y ici omission d'une autre génération , erreur bien fiaicile à expliquer, poisqu'il fallait répéter 
jutament les noms des deux derniers princes ; en effet Bagrat fut père de Gourgen on Giorgi 1er , qm 
épousa Mariam , fille de Sénékérim , et celui-ci eut pour fils Bagarat. Asolic , I. III , c. 28 , n*a pas com- 
mis cette foute. 

• ■ ■ » 

Addit.etécL 21 



1^ Additions it écLiiRCissEN. ents. 

p. 7 1 , nomme le roi de Géorgie Nerseh. Maïs Jean - Gatholicos , Asolie et Arislacès de 
Lastiverd iburnissent ici des détails très abondants. Je citerai le premier d*après le ma- 
nuscrit de la Bibliothèque de TArsénal , à Paris, ifue j'ai consulté il y a plusieurs années 
et d'où j'ai tiré mes notes , en prévenant toutefois que , comme cet auteur est le seul 
cité par le P. Tchamitch pour cette partie de son histoire , il a été copié presque tei- 
tuellement par ce dernier , ainsi que je m'en suis assuré. 

Aussitôt qu'Achot-le-Grand ^) eut fermé les yeux, en 890, Adarnasé il, couropalate et 
grand-prince d'Ibérie, s'empressa d'aller consoler Sembat, son fils, prince des princes d'Ar- 
ménie et prince de Gougark, et Abas le sparapiet, son oncle ^). Pour faire honneur à ce 
dernier , il vint d'abord le trouver du côté de Gars , au pays de Vanand. Cehii - ci , qui 
voulait se faire roi , et qui craignait qu' Adarnasé, ami comme il Tétait de Sembat, ne se 
rangeât de son parti , le retint de force. Le prince , ignorant du reste ses mauvaises in- 
tentions, lui représenta isi foiiement Tinjustioe qu'il y avait à le retenir, qu*enfin it ob- 
tint sa liberté. Arrivé près de Sembat , il s'efforça de le conso^ , et d*aC€ord avec le 
patriarche et les autres grands, il lui ôta les habits noirs du deuil, le revêtit des insi- 
gnes de la royautéj lui mit la couronne sur la tête, et lui présenta ses hommages; après 
quoi il revint trouver Abas. Celui-ci , irrité de ce qu'il avait fait , et stimulé par les io* 
aidieuses paroles, de ses amis , qui lui représentaient qu' Adarnasé avait couronné son oe- 
y.eu') et lui avait saos doute dit bien du mal d'Abas , s'empara du prince, une seconde 
fois, 1^ chargea de chaînes de &r et le fît jeter en prison. 

Abas ayant ensuite levé l'étendard contre son neveu , Sembat employa la médiation 
du patriarche Géorg , qui , pour obtenir la liberté d'Adarnasé , fut obligé de promettre 
là restitution de deux places enlevées par ce prince à Gourgen , mari de la soeur d'A- 
bas *) , et comme otage Davith , fils du prince prisonnier ')• Ces conditions accordées , 
Abas éleva 4*dutres prétentions : il fallut donc recourir aux armes. Serré de près à Gars , 
Abas voulut que Sembat lui donnât pour garanties son propre fils Abas et Achot, fils 
4e son frère Ghapouh. Sembat aurait pu terminer cette affaire par la force, mais Craignant 
pour la vie du roi: de Qéorgie , il consentit à tout. Adarnasé recouvra la liberté et re- 
vint dans ses états, comblé des bienfaits de Sembat. Peu de temps après, Sembat fut 
reconnu rpi par le khaliphç et reçut de lui les insignes du raog suprême. Tonte TArmé- 
nie fit la Géorgie furent mj^e^ j^ous ses ordres. L'empereur Basile .ne lui tégioigna pas 



.1 1 



') C'e«'t le prébiér Bagihitidie'arnkénieri ayant porté le dti% de i-oi. V/le Tableau. - 
' *) lean - Calh. ch. 3tK , p! 27i i^ 279. 

') Tchamitch , t. Il , p. 708, qualifie Abas frère du roi, et Jean -Cath. nomme Sembat neteu d'Abas : 
ainsi cet Abas était le frère d*Achot-le-Grand , et l'ohcle de $eriri)àt Icfr dé qui notiâ'pafTbiiA.' 
^ ^^^)Uhe M«tu*d^Abiu, 'fille de Senâiflt- 1er, 47e ro( iedéorgie ; 

¥tt*dah', i>: si. UàhW^^are i^éi eistld Gôîirgen ibi^lnebftioniié, atee le titré ide ^lrMiiîi£tSr;-ii^«^ ta 

^) C*est sans doute ce fils d'Adarnasé H, mentionné dans les Annales , p. 16i , qui momfMéli'9S7. ' 



Addition IX. 



163 



moins de considération. Sembat devint alors un souverain puissant. Sa domination s'éten- 
dait au N. jusqu'à Carin ou Erzroum , et de là jusqu'aux frontières du Clardjeth , de 
TEgérie ou Mingrélie, au pied du Caucase, puis jusqu a Uounaracert, à Tous, à Ghamkor 
et i la Porte- des-Alains, dont il prit le fort. ^) 

Dans une expédition qu'il préparait contre Sembat , en 896 , Afchin fils de Sadj i 
émir d'Aderbidjan , voulut attirer à son parti les Gougariens et les Ibériens , mais ceux- 
ci , au lieu de se rendre à ses invitations , et ne pouvant d'ailleurs résister à l'émir , al- 
lèrent se renfermer dans leurs forteresses , et la tentative d*Afcbin échoua de ce côté : 
il passa au pays de Yanand ^). Le roi Sembat avait précédemment envoyé sa femme et 
celle de son fils Moucbegh , qui était fille de ') roi de Mingrélie , dans la forte- 
resse de Cars, dont Afchin allait faire le siège. Réduit à l'extrémité, le commandant de la 
citadelle fut obligé de ce rendre avant que le roi pût venir à son secours. Pour délivrer 
les captives, Sembat donna en otages plusieurs de ses frères et neveux. 

Adarnasé continuait à être dans les meilleurs termes avec Sembat, qui le traitait 
ecMDme un fils chéri , comme un bon serviteur , et qui , par ces motifs , le couronna roi 
d'une partie de la Géorgie, en 899, le revêtit d*habits magnifiques, et le fit par-là, en 
quelque sorte, le représentant de sa 'propre autorité. Ce que voyant quelques seigneurs 
arméniens, ils en devinrent mécontents et excitèrent contre Sembat le gouverneur arabe 
de l'Aderbidjan, qui recommença i lui faire la guerre* Le roi Sembat se conduisit si 
bien quil força le successeur d' Afchin , mort en 901 > à renouer avec lui des relations 
amicales, et quand il revint dans sa résidence d*Ërazgavors, Adarnasé alla le complimen- 
ter et célébra la Pâque aTec lui. ^) 

Cependant en 904*, Costantiné gendre^) du roi Adarnasé et roi de Mingrélie, poussé 
plutôt par son orgueil que par tout autre motif, rassembla une armée considérable, et 
sortant comme le lion de sa cayerne , vint aux frontières de Sembat , dans les vallées 
du Caucase , au pays de Gougark , et poussa jusqu'à la Porte-des-Alains *) , voulant tout 
conquérir. Adarnasé en informa Sembat et écrivit à Costantiné de renoncer à sa folle en- 
treprise et de ne pas s*en prendre à plus fort que lui. Tout ayant été inutile , Sembat 



») Tcham. t. II , p. 715. 

*) Tcham, U , 722. 

') Le roi dont Moucbegh avait épousé la fille n*élant pas nommé , il reste à conjecturer si cette prin- 
cesse était fille ou d* Adarnasé ou de Bagrat 1er , rois d'Aphkbazie , les seuls à qui puisse se rapporter 
cette indication. 

«) Jean-Cath. c. XXXIU , p. 352 , 377. 

*) On verra dans la suite de ce rédt Constantiné qualifié autrement, à plusieurs reprises. Qudies que 
soient les exigences de la politique , j'admettrais plus volontiers le titre de beau-firère que celui de gen- 
dre, pour Constantiné , car de cette manière la conduite ultérieure d' Adarnasé envers lui répugne moins 
aux sentiments naturels. 

*) Le château de Dariéla. 



16). Additions et éclaircissements. 

et Adarnasé , avec leurs troupes, s avancèreot contre lui. Il se retira alors dans des lieux 
inaccessibles; voyant cependant que l'on ravageait son pays, il envoya demander la paix 
à Sembat, et le roi lui députa son beau -père avec quelques seigneurs arméniens, pour 
en conférer avec lui. Pendant que le gendre et le beau-père prolongeaient leur entretien, 
les grands d*Arménie se jettent sur Costantiné , le saisissent , par ordre du roi d'Ibcrie. 
Sembat le chargea de fers et l'emmena à Ani , mais en donnant des ordres pour qu*il 
fut traité avec honneur et égards > et ne se retira qu'après avoir établi des gouverneurs 
par toute la Mingrélie* *) 

A cette vue, les Mingréliens se soulèvent d'indignation et songent à se donner uo 
autre roi , plus déterminé , plus actif que Costantiné. Mais Sembat , qui en fut informé , 
se fit amener le captif, lui ôta ses fers, lui donna des vêtements dignes de son rang et 
une couronne, et après avoir conclu avec lui un traité d'amitié, il le fit escorter jusque 
dans ses états ^ car il craignait d'abord d'avoir affairé plus tard à un roi plus redoutable, 
et voulait aussi se concilier la nation mingrélienne et faire plaisir à Adarnasé. Tant de 
faveurs excitèrent cependant le ressentiment du roi de Géorgie, qui craignit que Sembat 
n'eût rendu la liberté à son gendre que pour s'en (aire un appui contre Adarnasé, avec 
qui il était en désaccord. U était d'ailleurs mécontent que le roi Sembat eut agi ainsi 
sans le consulter, et comme la haine qui succède à lamitié n'en est que plus violente, 
Adarnasé conçut et imagina mille mauvais projets contre Sembat. Le feu qui le dévorait 
ne put Ctre caché si bien que Sembat n'en aperçût la fumée, mais tous ses bienfaits, 
quoique plus signalés encore qu'auparavant, ne purent ramener ce coeur ulcéré.^) 

Le ressentiment d'Adarnasé eut bientôt occasion d'éclater. Housouph, frère et suc- 
cesseur d'Afchin , s'étant révolté contre le khaliphe , en 905 , Sembat eut ordre de mar- 
cher contre lui ; il le ramena par ses conseils à l'obéissance , mab Housouph le calomnia 
auprès du khaliphe, et par suite les Arméniens formèrent un complot contre la vie du 
roi. Pour y attirer Adarnasé, on lui promit de le faire roi d'Arménie; Adarnasé s'y ré- 
solut d autant plus volontiers qu'il avait plus d'obligations à Sembat. Persuadé que le pro- 
jet s'effectuerait au temps marqué , il partit avec un autre conjuré , marcha sur Ani et 

') Afiolic, I. m , c. 61. 

^) Jean-Catb. ch. XLIII , p. 383 , sqq. On voit quelque chose de ces faits dans le texte des Annales, 
p. 16f ; mais outre que l'autenr géorgien s*est trompé en mentionnant pour cette époque Sembat Tiézé- 
racal , de beaucoup postérieur au roi Sembat 1er , dit Nahalac , ou le Martyr , il expose que cette guerre 
se termina par un mariage entre Costantiné et la fille du roi d*Arménie , tandis que Jean-Catholîcos dît 
au contraire que Costantiné était gendre d'Adarnasé. Il se pourrait que la fille du roi de Géorgie fût 
.morte au temps de cette guerre, et que le roi d*Aphkhazie eût alors contracté une autre niiion. Peut-être 
aussi y a-t-il &nn c6té ou d*un autre une erreur » que je ne puis constater faute de renseignements. — » 
AâiAk, qui parle très brisement de ces faits , dit 1. III , c. 4 : • Sembat sétant emparé de Costandni , 
roi dm Kf(yp(i(nis (lis. des Etjiraiti, des Egériens, ou Mingréliens) , Atemerseh, roi de Géorgie, fut fu- 
rieux , et se sépara de Sembat ; en formant des projets de vengeance/* . 



Addition IX. 163 

yen empara ^). De là il se reodit à Erazgavors , résidence du roi , qui était alors dans le 
Tachir, attendant d'un moment à Tautre la nouvelle de l'accomplissement des communs 
projets. Pendant qu'ils étaient dans l'incertitude , quelques officiers qui n'approuvaient pas 
Tentreprise désertèrent secrètement et allèrent informer le roi de ce qui était fait , de ce 
qui restait à faire. Le meurtrier désigné en eut vent, et n'ayant pas encore trouvé l'oc- 
casion d'achever son coup , il s'enfuit , poursuivi par le roi , dans la province de Chirac. 
Le roi d'Ibérie se réfugia alors avec son complice dans une citadelle de la Taïk , où ils 
se préparèrent à faire bonne résistance. L'ingrat Adarnasé était le plus ardent, mais juste- 
ment sou infâme conduite et le danger que courait le roi réveillèrent les sentiments d'af- 
fection du peuple arménien : chacun préféra lui porter secours , plutôt que de le laisser 
en proie à ses ennemis. 

Sembat profita de ces dispositions : il marche contre les conjurés , leur présente la 
bataille ; ses soldats, sans attendre le signal, fondent sur l'ennemi et le dispersent Voyant 
cette furie , les conjurés perdent courage et demandent quartier ; mais comme l'ardeur 
des Arméniens redoublait , il fallut que Sembat lui - même essayât de lés calmer , disant 
qu*il ne fallait pas confondre les innocents avec les coupables, et qu'on lui livrât seule- 
ment les chefs de la révolte. Alors Adarnasé s'avance , se jette à ses genoux , sollicite 
son pardon. Le bon roi l'embrassa , promit d'oublier le passé et prit seulement en otage 
le fils aîné d' Adarnasé. Ce dernier aida Sembat à découvrir et à saisir les autres conju- 
rés, qui furent conduits à Chirac, aveuglés et envoyés, les uns i l'empereur Léon, les 
autres à Costantiné , roi de Mingrélie. ^) 

Sembat fut mis à mort en 914* par Témir Housouph, fils d'Abousadj '), et Achot II, 
dit Ercath , <t fer , » lui succéda. Ses premiers exploits furent de battre l'émir Housouph, 
qui résidait alors à Tillis , et de reprendre la province de Gougark , qui avait été enva- 
hie par deux princes Genthounians, précédemment lieutenants du roi Sembat. De là il alla 
en Apbkhazie , pour délibérer sur Tétat de ses affaires avec Gourgen *) , prince de ce 

^) Asolic , sans parler des détails de cette conjuration , dit pourtant qu*Adamasé , prince de Géorgie, 
Cbapouh , frère ^u roi Sembat , et Gagic , roi de Vaspouracan , s'étaient réunis pour f£re la guerre au 
roi d*Arménie , qui alla d*abord à Outzoun , dans le Tachir , et de \\ marcha en tète des Aphkhaz. Hou* 
•ouph l'atteignit au fort de Qouel , qu'il prit , et vint ensuite à Tiflis. L'année suivante le roi Sembat fut 
pris dan» le fort de Capoït , ainri qu'il est dit plus bas. V. Asolic , I. Il , c. 4. 
, *) Jean-Calh. , c. XLIV — XLIX , p. 388 — *00. 

') Abousetb ou Abousath, chez Ciracos (p. 32, 33 du M-it du Mus. asiat.). Celui qui avait été envoyé 
en Arménie en 8i8. par le khaliphe Mohtazem, celui qu'Ibn-al^Athyr nomme plus exactement Abousaad ; 
S.-Martin , Mém. t. I , p. 345. 

^) Les listes généalogiques n'indiquent pour celte époque aucun prince du nom de Gourgen , en Aph- 
khazie ; ce pourrait bien être Giorgi , fils du roi Costantiné , qui n'était pas encore monté sur le trône , 
puisque son père vivait. C'est bien ici le cas d'observer que le nom de Giorçi , que les Européens trans- 
crivent (oi^ours par George , à cause de la ressemblance extérieure des deux noms, n*est pourtant pas de 
même origine. Nous verrons principalement dans l'histoire des Goriciani que les auteurs appellent in- 



166 Additions et jèclairgissements. 

pays , conGdent de ses pensées. Frappés de la bravoure du nouveau prince , Gourgen et 
Adamasé se réunirent de sentiments pour lui déférer la couronne j ce qui eut lieu un an 
après la mort de Sembat. Cependant Housouph continuant de ravager l'ArméDie, différents 
peuples chrétiens , les Grecs , les Mingréliens , les Arméniens y ceux de Gougark et d*Ou- 
tik , craignant que Tincendie ne s'étendît jusqua eux , se réunirent en troupes nombreu- 
ses pour faire le plus de mal possible aux Arabes , même aux dépens de 1* Arménie ^ et 
par leurs communs efforts firent cesser pour un temps les incursions des chefs musul- 
mans , mais en étendant eux - mêmes la dévastation k des pays jusqu'alors épargnés par 
eux ^). 11 est probable que le roi Adamasé faisait partie de ces alliés imprudents du roi 
Achot II. Voyant les maux que souffrait l'Arménie, Nicolas, patriarche de Constantiuople, 
écrivit au catholicos Jean - l'Historien , qui siégeait alors (918), pour rengager à rétablir 
la bonne intelligence entre les princes chrétiens. Jean s'adressa d'abord au couropalate 
Adamasé , homme de haute intelligence , ainsi qu'il le qualifie lui - même ^) dans son his- 
toire ; il le conjura de se réconcilier avec Gourgen, grand-prince d*Aphkhazie, pois avec 
les Arméniens : de la Géorgie il se rendit dans la province de Taron , dont les princes 
s'étaient aussi déclarés contre Achot , et finît par réclamer pour son pays la protec- 
tion de l'empereur. Invité à se rendre à Gonstantinople , Achot y arriva en 921 : c*est ce 
fait que Lebeau ') , d'après les historiens grecs , avait présenté comme s'il s'agissait de 
la venue d'un roi d*Ibérie , d'un barbare , termes non moins impropres qu'inexacts , et 
que j'ai rectifiés*), mais en commettant moi-même une erreur, due à l'imperfection de 
mes matériaux. J'ai en effet supposé qu'à cette époque le royaume de Mingrélie et celui 
d'Aphkhazie étaient différents l'un de l'autre , parce qu'en effet Jean - Catholicos emploie 
souvent l'une et Tautre de ces dénominations pour désigner la même contrée, et que 
trouvant d'un côté le nom du roi Gostandin, de Kautre celui du grand-prinee d'Aphkha- 
zie Gourgen^ sans que la mort du premiei^ eût été racontée, j'avais pensé qu'il s'agissait 
de deux règnes simultanés, tandis que l'un des personnages est le père, 1 autre le fils, 
ainsi qu'on Ta déjà vu dans la note 4*, p. 165. 

Cependant Housouph étant rentré dans sa province d'Aderbidjan , Abas, frère d'A- 
chot, alla en Ibérie^ où il épousa la fiUe de Gourgen ci-dessus mentionné, qui était fils 

différemment le même personnage Coricé , Cioaricé t Ciouracé , Goricé , Gourgen, Gorgé , Gorgi, Giorgi; 
et déjà nous avons de ce fait un exemple dans la généalogie des Bagratides , dimt te tableau a été donné 
plus haut. Le prince N. 8 de ceUe liste , Gourgen, fils de Bagrat, est évidemment lé Giorgi 1er des listes 
géorgiennes , fils de Bagfat UI ; de même donc, le Gourgen auquel se rapporte celte' note est Giorgi II , 
plus tard roi d'Aphkhazie , fils de Costantiné 1er. 

^) Jean-Cath. ch. XCIV, p. 491. 

') Jean-Cath. ch. C , p. SOS. 

>} Hist. du B.-E. , t. Xni , p. 438. 

*) Addit. au t. XIU de Lebeau , n, 485 et suiv. 



Addition IX. 167 

de la soeur dAdarnasé ^) : il oe rentra en Arménie que lorsque le roi son frère revint 
lui-même de Gonstantinopie ^). Le canton de Chirac » où se trouve Ani , était alors la 
résidence du roi Achot. 

Achot 8*était fait une grande réputation de bravoure et de sévérité à Tégard de ses 
ennemis ; cela ne l'empêcha pas d'avoir à soutenir une guerre sanglante contre son cou- 
sin et homonyme, placé comme roi à Dovin par Fémir Housouph; puis contre deux prin- 
ces Gonthounians 9 Vasac et Achot , ses lieutenants au pays de Gougark, résidant i 
Samchwildé ^) : il remporta des deux côtés la victoire la plus complète et passa ensuite, 
i la fin de Tan 921 » auprès du prince d'Aphkhazie Gourgen. De là il fut obligé de 
venir durant Thiver pour combattre le roi de Dovin; vaincu une première fois, il eut 
recours à son ami , le grand - prince d'Aphkhazie Gourgen , qui lui fournit des renforts 
considérables y et se trouva en état de réparer sa défaite. ^) 

La bonne intelligence qui régnait entre Achot et le prince des Aphkhaz fut bientôt 
troublée. iMovsès, prince d'Outik, ci-dessus mentionné, s'étant révolté contre le roi d*Ar* 
ménie, celui-ci marcha contre lui avec une armée auxiliaire fournie par Sahac ou Sévada, 

*) Tcham. II , 782 ; n*ayant pas noté nioi*méme ici la page de Jean-Calholicos, je cite ce fait d*après 
le compilateur de Tbisfoire arménienne. Or on a vu plus haut, p. 163, que Gostantiné , roi d'Aphkhazie, 
.était gendre ifttrMMmj d*Adarnasé; ici son fils Gourgen est nommé fU$ de la,»àeur du même prince ^^n.nptf.fÊ; 
laquelle de ces qualifications est exacte ? je ne puis le dire. La dernière n*a évidemment en arménien 
qu'un sens limité , qui ne laisse pas de doute , mais je ne sais pas* si la première n*est pas susceptible 
d'un sens plus étendu , comme , par exemple , le géorgien i><Ja' « qui signifie et gendre et beau-frère , ainsi 
que le russe bâti». Constanliné , dont nous ne savons pas I âge, pouvait aussi bien être gendre que beau- 
frère d*Adarnafié. » Au reste Vardan , p. 71 , mentionne aussi le voyage d*Abas en Géorgie et son ma* 
riage , mais brièvement et sans détails , car il dit : « Abas , frère d* Achot , était allé en Mingrélie et s'y 
était marié ; » termes littéralement identiques à ceux d*Asolic , I. III , c. 6. Il nous dit aussi que le roi 
'Achot s*était rendu auprès de l'empereur Lion , et qu'après avoir reçu de lui la couronne royale , il re- 
vint en Arménie en 370 — 921 : il y a anachronisme pour le nom de Tempereur régnant , qui était alors 
Constantin - Porphyrogénète , 'depuis la mort de Léon VI , son oncle , arrivée en 911. Enfin Vardan re- 
marque que , comme Achot était pins puissant que Nerseh , c.-à-d. qu'Adamasé , prince de Géorgie, il 
prit le titre de chahanchah , ou roi des rois ; en effet , »eê victoires sur Gagic , roi ardzrounien de Vas* 
pouracan , sur un certain Movsès » seigneur de l'Outik, qui s'était emparé de TAlbanie, et peu après sur 
son cousin et homonyme Achot , roi de Dovin : tant de succès justifient assez le titre qu'il se donna. 

'') Asolic., 1 III , c. 6. Il en sera question ailleurs. V. Tcham. II , 785 ; Jean - Cath. c. CXXIV , 
CXXVI , p. 566 , 569. 

' ^ Ces princes avaient rassemblé des troupes de toutes les vallées du Caucase et des musulmans qui 
gardaient Tiflis. Le combat où Achot vainquit les Gougariens eut lieu près d* Ascouretb ; quoique ce nom 
ait tont-à-foit la forme géorgienne , il manque sur les cartes de Wakhoueht^ et me parait être le même 
que celui de Sacouris , mentionné dans la Géographie de cet auteur, p. i66, sur la rivière de Gomareth. 

«) Jean Cath. c. CXXXII , p.*577. 



168 Additions et icjLAiACissEMENTS. 

prince très-puissant du Gardman , son beau-père ; le grand korévêque ^) qui régnait dans 
une autre portion du Gardman , près de la Porte-des-Alains , vint aussi se joindre à loi. 
Movsès fut mis en déroute, mais il alla réclamer les secours du grand korévêque de Dza- 
nar^j. En lui faisant de belles promesses, en lui représentant combien il était impolitique 
à lui de permettre à Achot de s'emparer de TOutik , il obtint de ce prince un secoorB 
considérable. Jean - Gatholicos réprésente les soldats de TOutik comme des guerriers in- 
trépides , dont un seul faisait fuir mille ennemis ; en parlant des Dzanariens , il enché- 
rit encore : il los dépeint comme des êtres sauvages , pleins d'un courage féroce et 
brutal, et couverts de cuirasses. J*insiste sur ces détails, parce que d*une part ils servent 
à expliquer comment le petit peuple des Dzanariens pouvait alors conserver son indépen- 
dance au milieu de nations puissantes; |)arce que nous voyons en même temps exister 
les korévêqucs de Dzanar , ceux du Cakheth , dont parlent les Annales géorgiennes, et le 
prince d*Outik, tous les trois établis dans le pays formant Tancienne Albanie de Strabon» 
et qui vont bientôt former le nouveau royaume d*Agbovanie. Maintenant encore ropinion 
commune en Arménie est que les habitants de Tancienne province d*Outik sont les des- 
cendants des Aghovans. 

Pendant qu Achot se signalait contre Movsès, et mettait en sa place un autre «gou- 
verneur , nommé Amram - Tslic , son frère Abas , qui était dans rAphkhasie ^ devint ja- 
loux de sa gloire. Ce frère , d*abord si dévoué , passant du refroidissement à la haine , 
excita Gourgen son beau-père à s* unir à lui pour tuer Achot. Le roi arriva dans ses do- 
maines de Chirac , sans se douter de rien. Après une première tentative sans résultats 
il fut convenu entre les deux princes conjurés que Ton tuerait le roi à Timproviste, dans 
son palais^ mais Achot,' qui en fut informé peu d'instants avant Texécution, s'enfuit dans 
rOutik. Les deux princes, qui ignoraient son départ, viennent au palais d'Erazgavor^ , 
avec une troupe de sicaires , et en forcent Tentrée : Achot n y était plus. Bientôt ^ ayant 
rassemblé quelques troupes de Gougark et d'Outik » il fondit sur les terres de Gourgen 
et y porU la dévastation. Goui^en , à la tête de ses soldats , vhit aussi faire le dégât 
sur les terres d' Achot et se mesura plusieurs fois avec lui ; il fut toujours vaincu et se 
réconcilia, du moins en apparence. La colère d'Achot retomba sur Vasac^ fils d'une 
tante maternelle de ce prince, qui s'était porté médiateur dans leur querelle, parce qu*on 
avait trouvé chez lui des lettres de Gourgen et qu'il avait participé à ses projets. Vâsac 

*) Le mariage d'Achot ett mentionné par Tcbamîtch en 922 (t. II, p, 787); or à cette époque le kor- 
évèqiie de Cakheth était Phadia 11 , fils de Cuiricé 1er, dit le Grand. 

*) La position exacte du pays de Dzanar n'est point connue ; on sait seulement qu'il était dans le Da- 
ghistan. Ce petit état n'ayant été anéanti que beaucoup plus tard , dans le Xile>iècle; il exista donc ash 
sez longtemps simultanément avec delui gouverné piai* les lôrtvêqùes de Caïh'éih. Mais ici il^emble qpê 
l'historien applique le nom de Dzahtir au même pays qu'il à|ipe1aitplqs haut «une autre portion du Gard- 
man.- Le prince de ce derhiér'payi (partit pour secourir'ÀcKot , mais si je ne me iirompe , c'est lui qui 
plus tard céda aux suggestions de Movsès. V. Tchamitch, t. Il, p.7W,q î// . 



A DD I Tll N IX. 169 

fut chargé de fers et mis en prison dans le fort' de: Gaïan , malgré les prières da catho- 
licos Jean. Ceci avait lieu en 922. ^) 

Quelque temps après , pendant qu*Âchot était occupé d un autre côté à combattre 
contre son beau* père et son cousin, Gourgcn , qui ne pouvait oublier sa défaite ni par- 
donner au roi d'Arménie ses succès, recommença à dévaster les domaines de ce prince 
et même ceux d*Adarnasé, roi de ^Géorgie, frère de sa propre mère, qui était alors brouillé 
avec lui et en bonne intelligence avec Achot; celui-ci vint en Géorgie, et, de concert 
avec le roi , il se prépara à marcher contre les Aphkhaz^ De son côté Gourgen , soutena 
par le frère et le cousin du roi d*Arménie, se mit en campagne. Quand les deux parties 
88 rencontrèrent, les soldats de Gourgen, n*osant point faire tête à Achot, tournèrent le 
dos et se retirèrent dans des défilés de rochers inaccessibles , poursuivis par les Armé- 
niens et les Géorgiens , qui ne les laissèrent point prendre haleine ,, les resserrèrent étroi-' 
tement dans des lieux d'où ils ne pouvaient fuir , et faisaient pleuvoir sur eux une grêle 
de traits qui en abattit un grand nombre. Réduits à lextrémité , ils durent demander 
quartier aux deux rois , en promettant de ne plus entrer sur leurs territoires et de payer 
au double le dégât qu'ils avaient causé. Comme Sahac avait de nouveau levé Tétendard , 
pris Caïan et une autre citadelle voisine, le sage et habile Adarnasé conseilla à Achot 
de marcher de ce côté, se réservant de mettre lai dernière main à Touvre de la pacifica- 
tion. Le roi alla donc combattre Sahac , le fit prisonnier , ainsi que son fils, et se rendit 
maître du Gardman. ^) 

A -peine cette expédition était-elle terminée, Gourgen se laissa persuader par Vasac, 
prince Genthounian, gouverneur de Samchwildé, de reprendre les armes; Vasac s'enga- 
geait à lui livrer sa forteresse si le roi d*Aphkhazie voulait lui en donner une autre dans 
888 états. Gourgen y consentit et s*y engagea par écrit Vasac donc plaça à Samchwildé 
ua de ses parents et vint au-devant du prince, qui le rencontra sur la route, et le pre- 
nant avec lui, se présenta devant la forteresse. La garnison, le voyant paraître plus tôt 
qu'elle ne s'y attendait , refusa d*ouvrir les portes avant que Vasàc y entrât lui - même , 
(Prétextant qu'elle ne pouvait "Se rendre que sur un ordre de la bouche même de son gou* 
ferneur. Gourgen s'opiniâtra à exiger une reddition immédiate^ et se mit à attaquer bi 
placé, voulant la prendre de force. 

Les assiégés, de leur côté ^' envoyèrent ' survie -champ prévenir -le roi Achot de ce 
qui se passait, et ce prince accourut en toute hâte. A cette nouvelle Gourgen , renon- 
çant à son entreprise , 88 retira ^ emmenant Vasac avec lut^:- Ceux: de h citadelle, témoins 
de sa fuite et de Tarrivée du roi, refusèrent également d'ouvrir leurs portes à ce dernier, 
disant qu'ils ne pourraient le faire que quand Vasac serait au milieu d*eux. Achot, irrité, 
commença à assiéger la place , et la, garnison k se défendre , cpoime contre un ennemi. 



.Il 



M Jean-Calh. c. CXXXVII sq. , p. 503. 

*) Jean-Cath. c. CKLIII , «q. p. 592 suiv. 
AddU. et écL 22 



170 



Additions et £ c l i i r c i s s e m e n t s. 



Cependant il y avait une poterne en arrière de la citadelle, par on Gonrgen fit paeaer 
un envoyé, porteur de sa part de la promesse la plus solennelle de rendre Vasae si las 
assiégés se soumettaient , de chasser Achot et dé soustraire le pays k son autorité ; si- 
non, il les massacrerait et ferait périr Vasac Ceui-ci, craig:nant pour la vie de leur gou- 
verneur , firent dire à Gourgen par son messager qu'il envoyât des troupes prendre pos- 
session de la place et les aider à expulser Achot. Fort de cette promesse, Gourgen fit 
partir trois cents hommes d*élite , armés d*arcs , d*épées et de boucliers, qui n'eurent pas 
plus tôt franchi la poterne qu'ils se répandirent dans l'intérieur et firent main basse sur 
la garnison. Celle*-ci , épouvantée , abandonna la citadelle extérieure , et ae porta dans la 
château ou citadelle intérieure, dominant la position des Aphkhas, et de là commença 
à combattre contre les gens de Gourgen, afin de les forcer à quitter le lieu ou ils aé 
trouvaient Achot , qui ne savait point ce qui s'était passé , pensa que la place était la 
tbéâtre d'une dispute entre les habitants , et comme * la muraille l'empêchait d attaqner 
ceux de la forteresse , il tourna ses armes contre les soldats postés dans la partie sapé» 
rieure , de façon à ce qu'ils furent hors d'état de lui faire tête et en même temps à 
Gourgen. Dans cette perplexité, ils poussèrent des cris plaintifs et firent entendre aa roi 
ce qui en était: «Les gens de Gourgen, dirent -ils, sont dans la pbce, c'est pour vous 
que nous nous défendons contre eux, et non pour l'intérêt d'un autre. -* Si c'est pour 
moi que vous combattes , leur cria le roi , que n'ouvrez- vous vos portes pour me rece- 
voir ? je vous délivrerais et saurais bien vous récompenser de ce que vous soutenex ai 
bien ma cause.» Aussitôt la porle fut ouverte, Achot entra et dans on clin-d*oeil il eut 
fait prisonniers tous les gens de Gourgen ; et comme eeur-ci , tout chargés de fers qu*ili 
étaient^ ne cessaient de vomir des imprécations conire lui, il leur fit brûler les yeux» 
couper le nez et les oreilles, et les renvoya en cet état à leur maître. Cet exemple do 
sévérité répandit au loin la terreur et maintint dans la soumission ceux qui étaient' ten» 
tés de se solilever contre le roi ^). Toutefois Amram-TsKc^ ) , dont la tranquillité n'était 
qu'apparente, écrivit à Gourgen, roi des Aphfchaz, pour l'engager a le seconder dans 
une nouvelle révolte. Pris au dépourvu , Acbot ae rendit lui-même en Mingrélie et fit ai 
bien que le roi« à qui il demandait seulement son amitié, lui accorda plus qu'il n'osait 
espérer. Non content de le recevoir avec beaucoup de cordialité , il mit à sa disposilidn 
tout ce qu'il avait de cavaliers ayant des cuirasses do fer, des casques à aigrettes, des 
cuissarts .bardés de fer; .sur les épaules, des armures défensives, garnies de lames é^ 
n)ême métal , des boucliers 1m(hènétrAbles aux pointes et aux barbes des flèches , et oeirs 



•» 



^] Jean-Gatb. c. CU *- CUII. 

^) Dans la traduction française de Fcyivrage de Jeao-Cath., oeuvre posthume de M, Sainl-Mairtin , p^ 
bliée à Paris en 1841 j p. 325 et suiv. , au lieu à'Amramoh lit Amramtuèn: Ce nom bizarre , échappé i 
la plume du savant français , qui leùt certainement corrigé » s'il, eût vécu ,. est le produit d*une méprise 
involontaire : la finale ajoutée au nom d*Aniram se compose du • déterminatif arménien et du pronom 
aih , ce , et signifie « cei ^mram , dont je parle, n 



• «' A 



Addition IX. 171 

cela des épées et des arcs non moins g;rands que solides. Je ne reproduis ces détails que 
parce qu'ils sont curieux pour rhistoire de lart militaire à cette époque» et qu*ils don- 
nent une juste idée des moyens d*atiaque et peut - être dinfluence dont jouissaient les 
Aphkbaz, peuple guerrier, qui jouait un grand rôle dans b Géorgie du Xe siècle. L'his- 
t<Nrien ne dit pas ce que firent les soldais de Goui^n dans cette guerre ; mais il raconte 
an détail les traits d'audace , de bravoure et d'intrépidité, dont fit preuve le roi Achot, 
qui sut par son sang- froid et sa résolution se tirer de Tune des passes les plus difficiles 
où un général se soit jamais trouvé. ^) 

Tous ces faits, auxquels les princes aphkliaz et Adamasé II, roi de Géorgie, prirent 
une si grande part , sont absolument passés sous silence dans les Annales géoi^ienoes. 
Ja les ai réunis ensemble pour jeter du jour sur cette transition, si incompréhensible sans 
eela , du règne des Bagratides purs , à celui des rois d*Apbkhazie , Bagratides seulement 
par leurs alliances* 

Il n*est pas question après cela des Géorgiens ni des Apbkhaz dans les dernières 
années dn règne d'Achot II, jusqu'à sa mort, arrivée en 928; mais ici se placent natn- 
reUement la plupart des Caits relatifs aux Bagratides du Tao, dont parle Constantin -Por- 
pbyrogénète. On s'étonnera sans doute que des princes dont la résidence était si voisine 
de celle d'Achot U se soient si peu mêlés aux événements de son règne ; mais comme 
ys étaient entièrement soumis aux Grecs, il. est facile de comprendre que les faits qui les 
concernent personnellement n'aient pas été connus des Arméniens ni décrits dans des li- 
vres, si détaillés pour tout ce qui touche immédiatement l'Armém'e, mais en même temps 
si exclusifs. 

On dit que sous le règne d'Abas, frère et successeur d^Achot II, un grand nombre 
4e religieux arméniens, qui s'étaient retirés en Mingrélie durant les troubles précédents, 
revinrent dans leur patrie ^). Outre eela plusieurs auteurs arméniens mentionnent un évé- 
nement très remarquable de Thistoire d'Apkhazie. Abas avait fait construire k Gars, sa 
résidence habituelle, une magnifique cathédrale, toute en belles pierres de taille bien 
polies , ornée de colonnes en pierre et d'une coupole ronde , one vraie image du ciel. 
L'ayant acbevée , après cinq années de travaux , il s*apprêtait à la faire consacrer , en 
937 , lorsque Ber , roi des Apbkhaz géorgiens et des Sarmates demeurant au - delà da 
Caucase, s'avança avec une multitude innombrable de soldats du côté du Kour, dans 
l'intention de faire de l'Arménie un désert, et envoya un exprès à Abas pour lui enjoin- 
dra de ne pas consacrer son église d'après le rit arménien de S. Grégoire, déclarant qu'il 
venait le faire d'après les canons du concile de Chalcédoine. A cette nouvelle le roi 
d'Arménie réunit ses cavaliers, se porte vers le Kour et €arope en face de Ber. Les 
des deux armées faisaient chaque jour des courses sur les rives du fleuve. Un 



^) Jean-Cath. c. CUV, p. 617. 

') tean-Gflth. et d'après hé Tdhamiteh , t H , p. 82» , en Tan 9M. 



172 Additions e!t écLAiRCissEMEPTTS. 

jour, ceox des Aphkhaz passent le Rour etpénétreut dans le eainp» arménien. Le roi y 
qui entend le tumulte, demande sur-le-cbamp son cheval, se couvre de son armure, et 
tenant à la main son épée à deux tranchants^ s*avance à la poursuite: du détachement 
ennemi. Arrivé au milieu du fleuve, il leur porte des coups vigfoureux , les renverse à 
moitié morts du haut de leurs chevaux et les laisse emporter par le courant. Puis , s*é- 
latitant bravement sur la rive , il invoque à haute voix le secours de Dieil et fait coa^ 
naître son nom aux guerriers du nord , qui , frappés d'épouvante , prennent la fuite. Les 
troupes arméniennes les poursuivent avec une valeur extraordinaire, les^ taillent' en pièces, 
pillent leur camp et font même le roi prisonnier. 

C*est ainsi que le fait est raconté par Asolic , 1. III, c. 6. « Vardan, p. 71,' Tez^ 
pose plus brièvement encore , et nomme Bor simplement a roî des Sarmates. » Mais d'au- 
tres auteurs, consultes par Tchamitch (t 11^ p. 829) , probablement Ciracos, et d'autres 
qui me manquent, disent que le roi Abas, ayant convoqué son clergé pour savoir qui avait 
enseigné aux Arméniens à consacrer les églises , on lui répondit que c'étaient les saints 
des premiers temps, et spécialement saint Sahac et saint Mesrob. Il envoya donc dire à- 
Ber que sa demande était insensée, et qu'il eût à se retirer,^ au lieu de causer inutile- 
ment le malheur des deux nations. En même temps il s'avança v^s le Kour. Là un cer-i 
tain Géorg , le voyant effrayé de la multitude dès ennemis , lui offrit de passer le fleuve 
à quelque distance de leur camp , et de les attaquer à l'improviste , tandis que le roi 
prtoGterait du trouble où il les aurait jetés, pour achever leur défaite. Le lendemain 
donc, au point du jour, Géorg, avec un détachement ,: traversa le Kour. Les Aphkbaz, 
étourdis de ce coup imprévu , courent aux armes , et le gros des Arméniens les atta-^ 
quant d'un autre côté , à coups de flèches, les force à prendre la fuite* Le jour suivant 
Ber répéta la même manoeuvre contre les Arméniens, au moanent où ils étaient en traift' 
de /se réjouir, et pénétra jusque dans leur camp. Les autres circonstances sont les mêmes 
des deux côtés, ce 4[ui prouve qu'Asolic s'est contenté d^abréger le récit. 

Chargé de fers, Ber fut conduit à Cars, où le roi lui fît voir sa nouvelle cathédrale, 
et lui dit: «Regarde bien cette église, que tu voulais consacrer, et contemple la beauté 
de sa structure , car tes yeux ne verront plus rien désormais. » Puis il le fit emmener 
dehors, et on lui brûla les yeux. A cette nouvelle les Aphkbas consternés vinrent auprès 
d'Abas, rachetèrent leur prince presque au poids de l'or, et se retirèrent, en promet- 
tant bien dé ne plus faire la guerre à l'Arménie. 

On ne peut certainement révoquer en doute un fait attesté par plusieurs auteurs , 
qui paraissent du reste dignes de foi : il faut donc l'admettre. Mais les listes géorgiennes 
ne fournissent aucun noqi de prince tel que Bér, ayant jamais régné en Aphkhazie; cà 
nom ne se retrouva pas non plus dans la liste bien plus longue du patriarche Dosithée. 
Ber était- il réellement un roi des Aphkhaz? Les textes d' Asolic et de Vardan ne le di- 
sent pas positivement, et Tchamitch est le seul qui nomme Ber «roi dés Aphkhaz géor- 
giens* n Ce pouvait donc être Mde.ehef d'une peuplade qmlcov^ de ces èpntrées» ou» 



A D D I T I O IV IX. 



«TTO 



ce qui me paraît plus probable, un g;énéral au service de Giorgi IL Le nom de Ber peut 
être géorgien, car l^^o signifie en cette langue un i^ieUlardy un moine ^ 1 ancien ou le 
cbef d*un district. 

D'aHleurs, s*il n^est pas démontré qu*il faille admettre tous les noms inscrits dans 
la liste que Dosithée dit avoir tirée dune Histoire d'Apfakhazie, composée par Pancrace 
on Bagrat, régnant en 992 de J. - G. ^\ il n'est non plus évident qu*il faille tout rejeter. 
Voici , du reste , ces noms , dont quelques-uns sont tout-à-fait barbares et inconnus : 

') Dosithée , Hiat. de< patriarches de Jérusalem , en grec, grand in-folio à deux colonnes , Buchalrest, 
1715 , p. 1200 , 1201. 



I 



• » 



• ' 



..-. > 



« * 



tn 



 D D I T I N A' 'B T ri OtU k. t:R. C I8SENBNT8. 



Bois des Ai»bkhaz. 

f . AnoB. 

I 

2. Gozar. 

I 

3. Jiutiaien. 

I 
!■. PhiliktM. 

I 

5. Kapwoaki. ') 

I 

6. Démélriiu I. 

I 

7. Théodoie I. 

I 

8. KonstanlM 1. 

I 

9. Théodore. 

I 

10. Koitflantifi U. 11. Léon 1 <) , 45 ans. 

I 



12. Théodore II , 27 ans. 13. Démétrius II >) , 26 ans. U. Geoi|[es I. 



I 



12 - 



o 
I 



15 Pancrace I, 

I 

16. Konstantis III , 39 — 

I 

17. Georges II, 



45 - 

I 



21. An tarnas - David. 18. Léon II, 10 ans. 19. Démétrius lU, 8 ans. 20. Théodose lU 1* Aveugle , 3aiM 

22. Pancrace II *) , en 992 de J.-C. , 

36 ans. 

23. David , 12 ans ^). 

Toutes les années comptées des rois ci -dessus forment jusqu'à l'an 992 un total de 205 , et nous reportent pour poH 
de départ à Tan 787 , donc jusque vers le temps du- Léon II des Géorgiens. C'est le seul côté raisonnable de cette iîsle, 
que l'atisence de matériaux ne permet pas de critiquer plus amplement , mais que Ton peut avec firnil comparer k celle du 
princes d'Aphkhazie résultant des Annales et de l'ouvrage de Wakhoucbt. 



^) Lei cinq premiers rois de cette liste sont sans doute de répoqoe voisine de celle de U oonvenien définitive des 
cbristianisoM » qui eut lieu sous Justinien , en 529. Ayant ceUe époque ils avaient deux rois. Depuis lors ils reçurent des cbefr èê I 
main des Grecs, dont la succession se prolongea Jusqu'à Constantin -Pogonat (fin du Ylle s. Y. Dotitliéei ibid. p. 1198 Miq). Alan ft 
te révoltèrent et se choisirent un chef parmi eux. 

*) Il parait que c'est Léon 1er, cet éristhaw mentionné au temps des rois Mir et Artcbil, qui se déclara Indépendant, toiTMit les Géar 
giens , et attira peut-être les expédiUons des Grecs commandées par Léon-I*Isaurien , dont parle l'histoire géorgienne. 

*) Démétrius ne régna pas , il ne fit que servir de prétexte à plusieurs réroltes contre Théodose 1er , son frère ; mais araal- fai 4 
•on frère les Géorgiens placent deux Léon, Tun qui épousa la fille du roi Mir, an Ville siècle , et prit h titre de roi; l'avlre, âw ■• 
vea, qui prit le même titre en 786 et mourut 20 ans après. 

^ Coosin d'Antarnas; était-il aussi fils de Georges? 

*) Parmi les noms des souverains depuis Théodose 1er, on en reconnaît plusieurs des liftes géorfiennet, oiiii u plus grand 
manquent à ces dernières » et les autres sont dans un ordre diflérent 



i 



A D D I T 1 O H IX. 



175 



rois d'Âphkhazi 
Père ioeomii. 



Léon I , èri«thaw an temps de l'in- 
vasion de Monrwan-Qrou (vers 739 
éBJ.-€.); épouae tiourandonklil, fille 
dn roi de Géorgie Mir; prend le titre 
de roi. 

2. Léon il , prend le* titre de roi' 
en786, f 806. 



o marié à ane 
fille du roi des 
Khazars. 

1 



3. 



Thewdosé I, épouse 
une fille du roi Adhot- 
Couro|>aIate de Géor- 
gie (N. 46), et règne 27 
ans-; t 8^5. 



10. Léonlil, éristhaw 1t. Dimitri , 



iAbaa, 
roiarai- 
ïmbat-fe-, 
. Vardfln » 



de Karthli , puis 
. roi d*Aphkha«e ; 

I 
o mariée à Dandv 

fils de Cuiricé H , de 

CaLhetli. 



" \ 



roi après son 
W^;.t379- 



I 



4. Giorgi I , f 875. Dimitri 



I 

I 

5. loané, 

t879. 

1 

I 

6. Adamasé, épouse 

la fille de Gou- 
ram, fils d*Achot- 
Couropalate; tué en 
887 par son cousin 
Bagral L 



I 
I 



Tlnen, tué par sa 
tante , femme de 
Giorgi L 



7. BagratI, succède i 
Adarnasé et épouse sa 
veuve ; t W6. 

8. Costantiné , épouse la fille de Sem- 
bat-Tiézéracal (lu. de Sembat-Naha- 
tac, ou le Martyr, Hisi. de Gi. p. 174), 
t921. Jean-Gath. le dit heam- frère ou 
gemdrê du roi Adaroasé II die Géor- 
gie ; il s'empare du Karthli. 



I 



9. Giorgi II , le Gourgen de 
Jean-Cath., prend le Kar- 
tMi après Adarnasé n« pnis 
le Cakheth, après Cuiricé I; 
sa mère était soeur d' Adar- 
nasé II : 1 955. 

I 



Bagrat, marié à la fille 

de Gouram, éristhaw àeg 

éristhaws, ou, selon les 

Aanales , p. 163 , de 

Gour^n , mort en 941 ; 

t 



12. Thewdôsé 11, TA- Constantiné. Talné, Gouràndoukht, ma- 

veugle , règne a- règne en Karthli riée à Gourgen , fils 

prè«IMQutri;reaiiT: après; Adaroasé II, 

pif ce en 985 par es|i Cait eunuque 

iBagràt par son père. 



— — ^ y — 

de Bagrat-Régwen. 
I 



son neveu 



Bagrat, second du 
Boei en Apbkhazie, 
Hb dans le Karthli , 
roi des deux pays en 

9o5. 



I dynaiMe ApKkhaM (inre Hvâil MrA 199 ans r 'elle svail dése oomneneé en 78C. Après cela toute la Géorgie (fut sous 
un même sceptre jusqu'aux deux David , environ l'an 1259 , i. e. dnraal Tespace da 274 ana. 



.. i 



•j • -;:.•] 



t 



:• 



■ t 



MM 



. 1 .t 



17B Additions .£ît /iiCîhrk ir c i s s s m e n t 8. 

Il nous reste maintenant à raconter la part qae prirent les Géorgiens aux affaires de 
Tempire grec dans la seconde tnoitié du Xe siè^cle, la vie et les exploite do gfand bou- 
ropalate David, arrière -petit -fils du roi Adamaséll, dont TAnnaliste géorgien n*a fait 
qu'indiquer la généalogie et la mort^ et qui, d*après les auteurs arméniens , joua un tris 
grand rôle en Arménie et en Géorgie ^osqua la première année du Xle siècle^ 

On sait par l'histoire Byzantine quels furent les embarras de Basile li , empereur de 
Grèce » durant les premières années de son règne ^ et quels dangers lui 6t bourir la ré- 
volte de Bardas-Sclérus , frère de la femme de Zimiscès , arrivée en 976. La guerre con- 
tre cet usurpateur paraissant près de se terminer au désavantage de Basile , Bardas Pho- 
cas, général de Tcmpereur, après avoir été plusieurs fois battu ^) , eut recours à David, 
prince de Géorgie {tc5p *I'/3^(xûp àQxôvtt) ^ couropalate de Taïk , qu'il- avait connu, dît- 
on , tandis que lui - même était gouverneur dp Ghaldée ^). Les auteurs arméniens que j*ai 
à ma disposition ne font point connaître Torigine de ce David, ni la position de son apa- 
nage , seulement leurs réêits font voir que c était un homme puissant 'et considéré. Var- 
dan , p, 75, le nomme tout. sin^plement couropalate; Asolic, liv. III, c. 11, couropalate 
de Taïk; Tchamitch, t. il, p. 8!i'8 , grand -prince d'Arménie et couropalate de Taïk; 
enfin Mathieu d'Edesse , p. 26 , est celui qui approche le plus de la vérité en le nom- 
mant couropalate, prince de Géorg'ie , et. nous apprend au même lieu qu'il était maître 
du canton d'Apahounik, en ^32 — 983. Le fait est que ce David, qui fut à la Gn du Xe 
siècle Tarbitre de la Géorgie, était petit-fils de, Soumbat, ce roi-couropalate dont le règne 
n*est mentionné qwe pour mémoire dans les Annales géorgiennes (N. 50). Il est bien éton- 
nant qu'un homme qui a tant marqué dans lliistoirc de son époque, et dont les Armé- 
niens et les -Grecs ont- conservé le souvenir , ait été presque entièrement oublié par les 
historiens de sa nation. 

Ouoi qu'il en soit , c'est à ce David que Basile eut recours dans sa détresse. Nous 
lisons dans la vie de S. Evrthym , en géorgien , qu'un empereur grec , qui doit être Ro- 
main -Lécapène , avait donné à ce prince les contrées du Haut-Karthli, et, pour s'assurer 
de sa fidélité, avait demandé en otages quelques- uns des principaux personnages de sa 
cour'). Parmi ceux-ci se troûtattimxertatQ Abaiigtuirb,pèrf^. de* for 7^ ioter- 

^) J*«T, à tort ,^ indiqué' dan* fa pfemièfe édition, que la 'guerre avait c^^ 4 anÉ\ jusqu'avi momêM"' 
où les'Çi^^pr^nfi y prirent |)^rt. Au'restê^ les pf|ro>Ies dfe Fauteur grec anonyme» citées dan8 ta n.À, k lâpi ','. • 
. 30i>/d€|.)*|{is4. de Gé., laissent quelque doute sur Tépoque où Thornic fit son expédition d'Asie ; Ton voit 
d*ailleuiit dails Thistoirc d'Asolic , 1. III, c. 35 — 38 , que Phocas avait des troopeii tgéorp^iennei dans son 
artn^è , ToriV|u'il marcha pour la seconde fois contre Sclénis , en 988. Mais cette IfbisTe^'QMrgîéns, au 
lieu de se battre pour Basile , vinrent avec Phocas prendre part au siège de C. P. Toutefois Phocas 
les congédia avant Utbat^le qw.tlécidadid'Son^s^ven 989, Ainsii je crois ^u'il faut sen tenir^ I9 di|lt . . ; , 
de 976 , pour Tetpédition de Th<niiic. "■'' '. . . .: ., ..,:^ 

*) Lebeau, l XIV, p. 177. 

') Aristacès parle brièvement de ces faits , p» li. 



A D D I 



IX. 



prête géorgien S, Ewlhym, et ce saint lui-même, loané, gendre d'Abougharb, s'était fait 
alors moine et vivait po Grùco, dans un couvent fondé précédemment par un autre Géor* | 
gien, Doramé AUianasé, elThomic, frère de sa femme, s'était retiré auprès de lui et avait- I 
aussi endossé l'habit monastique'). Il paraît, bien (|ue l'histoire ne parle pas des cam^ 
pagnes auxquelles ïbornic avait pris part, que c'était un «uorrier distingué. L'impératrice 
Théophano , ajant appris que Thornic était en Grèce, et désirant, par son entremise, 
réclamer le secours de David , lui envoya un sébasiophore avec des lettres pressantes : il 
se décida à aller ;i Cnnstanlinople , puis a se rendre auprès du couropalate. Celui -ci, 
conformémont à la prière de l'impératrice, leva un corps de 12,000 Géorgiens, qu'il mit 
sous la conduite de Ttiornic , en lui adjoignant Dchodchic , prince des princes , dont la. 
généalogie ne nous est pas autrement connue. Ces Géorgiens se conduisirent avec tant de 
courage et d'habileté, qu'ayant vaincu Sclérus et l'ayant forcé à s'enfuir en Perse, ainsi) 
que le raconte l'historien, ils revinrent dans leur pays, chargés d'un riche bulin, dont le 
produit servit à construire le couvent Ibéricn du mont Athos. Thornic quitta de nonveaU'' 
l'habit militaire et rentra dans sa cellule de moine , où il mourut. Asolic s'accorde ave<¥ 
les auteurs géorgiens en ce qui concerne l'histoire de Thornic'). Il dit (I. III, c. 15V 

') Le métropolite Timothée Gabacbwili , qui visilait en 1755 le couvent géorgien du mont Athos , dit 
(livre de la Visite, p. 23 de mon manuscrit) que Thornic était éristhaw du K«aii. Autant que je puis le a 
voir, CCS érjiilhaws n'exislaienl pas encore , et comme les indications historiques de Timolliée sont , en 
général , peu exactes . celle ■ ci me parait douteuse. J'aime niieui m'en tenir à celle de la vie de S, Ev- i 
thym , qui dit tout simplirment que loané était l'un des grands de la cour de David-Courupalate , parent, 
et même , comme le dit Timothée , beau-rrère de Thornic. 

Le même dit aussi que ce fut l' impératrice Théodora , mère de l'empereur Wchel , qui réclama Ifl 
secours des Géorgiens ; <ir Michel III- l'Ivrogne , fils de Théodora , régna de 8i2 à 867 : il y a doue i 
anachronisme, 

^) Le n^me auteur raconte , ib. c. XXVD , qu'en 089 , peu de temps après la guerre d'Ajihkhazift J 
dont il sera tout-à-lhcure question , Tthorlovanel-Magistros , fils d'un frère de Thornic le moîiie , se ré^ J 
voila contre Basile et s'empara des cantons de Derdchan et de Taron : il avait été l'un des adhérents de | 
Phoras dans sa révolte contre Basile, et sans doute chef des Géorgiens combaltanl sous les ordres de celj 
usurpateur. Basile envoya contre lui le patrice Jean Pnbrtiz qui , après un combat sans résultat, le vain-J 
quil et le tua dans une autre bataille , dans la plaine de Bagarhidj , au canton de Derdchan , en t-39 = 
ayO. Je ne sais si c'est le même que Tchortovanel , mentionné par Math. dEdesse , p. II, dans le récit 1 
d'une incursion faite par le roi de Dilem du cAlé de Bedchni, Ce qnî est siV , c'est que ce même neveii 
de Tbornic , Tchortovanel - Patrice . fut fait prisonnier en 988 , dans une bataille entre les Grecs . soUff \ 
Dalanos-Magistros , et une armée égyptienne commandée par l'émir d'Egjple fils de l'émir Azîz Asolic; 
ib. c. XXXVII. Leheau . t. XIV, p. 197 , place ce fait en 992 ; Tchamitch , 1. II, p. 876, en 99* . e1 Ak^ 
que ce fut Patrie , frère de Tchortovanel , qui fut fait captif Dan» la première édition, j'ai, à tort' 
nommé Tchortovanel fil» de Thornic ; mais en tout cas Asolic se contredil ici, en di.«anl que TchortoVi- 
nel fut lui, puisque plus bas , c. 37. il dit que ce personnage fut fait prisonnier, en 989, comme on vient 
de le voir , et c 43 . qu'il périt en ICOI , dans une querelle à main armée contre les Russes. 

AddiL et éd. 23 



178 



Additions, et iSclàirgisseuients. 



qu*il fut tiré d« la Sainte-Montagne par l'empereur, et promit de sa part ao conropalate 
le Clisoura (fort -frontière) de Khaghtoïarhidj on Khagbtoïarhintch , Tchormaïri , Carin , 
le Basian, le petit fort de Séyouc on Mardaghi ^ les cantons de Hark et d'Apahounik^ 
qui lui furent en effet concédés. L*auteur géorgien ne nomme pas ces localités, et se 
contente de dire qu'on lui accorda, sa vie durant, les contrées supérieures de la Grèce ^)y 
en sorte que le couropalate devint un des dynastes les plus puissants de la Haute- Armé- 
nie, au voisinage de l'empire. Pour prix de ces faveurs^ David réunit les troupes géor- 
giennes, a6n d'en finir' avec Sclérus, ainsi qu*on l'a dit plus haut. En 983, Mouchegh , 
roi dé Cars, s'étant révolté contre Sembat III, son frère, le couropalate vint avec une 
armée nombreuse au village de Davats-Tzor , dans le canton de Chirac , et força Sembat 
h rendre à son frère la forte citadelle de Châtie , qu'il lui avait enlevée , et qui était st-> 
tuée dans le canton de Djacat. ') 

David eut occasion, quelques années après, de se mêler dans les affaires de la Géor* 
gie. Thotos , Thevdas , ou , selon la transcription géorgienne , Thevrdos II , roi d'Apb- 
kbazie , ayant été aveuglé par ses grands ') , ainsi que le disent les Annales géorgiennes , 
p. 168, perdit aussi sa couronne^). David, couropalate de Taïk, et Sembat - Tiézéracal 
placèrent alors sur le trône Bagrat, fils de Gourgen et petit-fils de Bagrat, roi de Géor- 
gie. La grand'mère de ce . Bagrat étant morte , son grand - père avait pris une seconde 



^) Math. d'Edesse , p. 25 , parle de la révolte de Scieras , et de la coopération des Arméniens â Té- 
touffer , mais il ne mentionne ni le couropalate David ni les Géorgiens. 

*) Asolic , 1. m , c, 11 ; Tch. II, 866. 

') Tebamitch , en racontant ce fait , t. II, p. 870, ne cite pour autorité. qu*AsoIic , de qui je Tai moi- 
même traduit , mais indépendamment des trois ( ) qu*il ajoute vers la fin . et qui manquent à mon ma- 
manuscrit d* Asolic, voici comment il arrange le commencement: «Dans ce temps-là le roi de Géorgie était 
Bagarat , arrière-petit- fils d'Adamasé-le-Grand , de la femille Bagratide. En effet , après Alfcmer^eh-le- 
Grand régna son fils Davith , pais GouTgeri , fils du frère de Davitb , puis Bagarat , ÛU de Gourgen. 
C*est ce Bagarat qui , au dire de Vardan , épousa la fille de Sénékérim , roi de Vaspoaraean , après la 
mort de sa première femme. • ' 

Les Géorgiens ne disent rien de ce différends , ni des deux femmes de Bagarat , mais ils se gardent 
bien de dire que Bagrat II ait épousé la fille de Sénékérim , puisqu*au contraire ils racontent que Marie , 
mère de Bagrat IV, et par conséquent femme de Giorgi 1er , était Arménienne , Arsacide même. • Ce Ba- 
grat , continue Tchamitcb , avait du premier lit un fils nommé Gourgen , père lui même d*un fiJs nommé 
Bagarat. Dans ce temps-là il y eut de la mésintelligence parmi les Aphkhaz, dont le roi Tbotos ou Thev- 
das fut détrôné et aveuglé ( lis. fut aveuglé et , plusieurs années après , détrôné ). • Le reste est comme 
cbez Asolic. Ainsi il est prouvé que les inexactitudes ne tombent pas sur les sources où le compilateur 
de. rbistoire arménienne a puisé , mais sur Tchamitcb lui-même. 

^) Ces deux événements né furent pas simultanés , puisque Tbéodose fut aveuglé avant la mort de 
son fr^re Démétré , arrivée eii 979 , et régna après cette date , jusqu^en 98S. 



Addition IX. 479 

femme y qui avait déshérité Gourgen , fils de B^grat ^). Pour cette raison , le roi d'Aph- 
khazie, fils de Gourgen, vint avec des troupes nombreuses» du pays des Sarmates, contre 
le couropalate David et contre son grand - père Bagrat. Ayant traversé le mont Caucase , 
il alla camper au bord du Kour. 

Le couropalate David et le roi de Géorgie envoyèrent demander du secours à Sem- 
bat II y roi d* Arménie, qui, avec toutes les troupes arméniennes et avec son frère Gagic^ 
marcha vers le canton de Dchavakh et campa au village de Dlivec. Avec lui étaient le 
jeune Abas y roi de Gars , dont les troupes étaient vêtues de rouge ( tandis que celles 
d*Arménie avaient des vêtements d*étoffes à fleurs) ; tous les soldats de Géorgie et du 
Yaspouracan, de Siounie et du prince d*Aghovanie, s étaient aussi réunis contre les Aph- 
khaz , et avec eux Gourgen et Sénékérim , rois de Vaspouracan. Les Aphkhaz , à la vue 
d'une telle multitude , furent effrayés et demandèrent la paix. 

Le couropalate David demanda au roi d'Aphkhazcth la citadelle de Sacoureth (ou 
Ascoureth) ^ qu'il prit et donna à Sembat , roi d'Arménie , en retour de l'assistance qu'il 
avait reçue de lui. A la mort de Sembat , elle fut reprise aux Arméniens ; mais alors la 
paix étant conclue entre eux, ils retournèrent chacun dans ses états. Ceci arriva en 
^•37 — 988. Quand mourut le vieux roi Bagrat, en 99^, Gourgen, fils de sa première 
femme et père du jeune Bagrat , roi des Aphkhaz , régna sur la Géorgie. 

Comme un fait à-peu-près semblable se trouve raconté dans les Annales géorgiennes, 
p. 171 , je le laisse ici, tel qu'il est raconté littéralement par Asolic, 1. III, c. 38. 

A l'époque ou nous sommes arrivés, le royaume de Géorgie se composait unique- 
ment de TAphkhazie , comprenant l'Iméreth actuel , la Mingrélie et peut-être quelques 
parties du Gouria et du Samtzkhé septentrional , en y joignant la Géorgie proprement 
dite, renfermant tout le bassin du Kour; le Cakbeth avait ses korévêques; le Somkbeth, 
i. e. le Tachir et la plaine de Géorgie , obéissait ji David - Sans - Terre , fils de Gourgen 
et petit-fils d'Achot - le - Niséricordieu;K;; la Taïjk, au couropalate David ^). David -Sans- 

^) Pour iacililer riotelligence de cetie pbrace, je répéterai ici le fragment de généalogie qmi y est 
exposé : 

Bagrat , roi de Géorgie (c'est Bagrat II, dit Régwen) , épouse en secondes noces la fille de 
Sénékérim , suivant rinlerprétalion inexacte de Tchamitch , dont Vardan et Asolic 
se sont bien gardés. 

I 
Gourgen , épouse , suivant les Géorgiens , Gourandoukht, fille de Giorgi II , roi d'Aphkhazie. 

I 
Bagrat III , roi d*Aphkhazie et de Kartbli. 

I 
Goui^en, roi d'Aphkhazîe et de Karthli (c'est le Giorgi 1er des Géorgiens, le véritable époux 

de la fille de Sénékérim). 

I 
Bagrat IV. 

^) Ici Vardan, p. 7i, présente le résumé suivant de rhistoire de la Géorgie : «Quant an coanmence- 



Ifip Additions eTécxàiBcissEMEfiTS. 

Terre était alors un prioce puissant et «mbitieux de s'agrandir. Sa résidence était dans 
la grande et forte ville de Samchiwildé; il s empara de la ville de Dœanik , soumit l'é- 
mir de Tiflis et remporta» d^i^grands avantages sur Phaltoun, émir de Gantzac. Un cer- 
tain Démetr , prince arménien, possesseur de la citadelle de Gag, essaya de se révolter 
contre lui. Il embrassa le rit géorgien » se fit rebaptiser , et , avec laide des Géorgiens , 
établit son fils mamphal de Tachir, à Hiounévank. Mais le roi David» qui était un jeune 
homme plein de coursée , lui enleva la citadelle de Gag et tous ses domaines. Ce mal* 
heureux, après avoir erré de tous côtés ^ mourut misérablement , et sa race s éteignit. Ce 
curieux passage , tiré d'Âsolic , I. III > c. 30 ^ nous apprend Torigine du titre de Mam- 
phal y porté par tant de Bagratides géorgiens. C'est bien , à ce qu'il paraît , un diminuttf 
de méphé ^ qui signifie roi. en géorgien, et indique un dynaste un despote , dans le sefts 
où les Grecs du Bas-Empire employèrent ce mot plus tard« Quant au nom de la province 
de Tacfair, il est presque, toujours accompagné chez les auteurs arméniens de ce temps 
de la qualification de plaine des Qe'orgiens , Dachi^F/HUs. Quoique le nom de Tachir ait 
une antre initiale, que Dachi , je ne doute pas quç Tun ne serve à expliquer laotre. 
Pqurtant je dois dire que souvent la qualification de plaine des Géorgiens est jointe au 
mot Tachir par la conjonction et^ comme si c'étaient deux localités différentes, mais je ne 
doute pas qu'alors cette addition ne se fasse par forme de commentaire. Plus tard, aa 
temps de la puissance des Orbélians, qui succédèrent dans cette contrée à la famille Go- 
riciane arménienne , on trouvera entre la Ktzia , le Tachir proprement dit et le Kour ^ 
un district nommé Agarani , signifiant en géorgien champs; si L'on trouvait ma précé- 
dente conjecture un peu. bazardée , cette dénomination serait, à mon sens, l'équivalut 
incontestable du, nom de plaine des GéorgienSp Pour en finir avec la pbilologie » je re- 

ments des. rois géorgielrifi, il est èerit dans leurs livres aueThorgom boit (lis. ^vec ses sept 61s) vint après 
le grand déluge dans là province d'Aràrat. ÎTroîs de- ses fils , Haos » KartÙds et Cocasos , devinrent 
des chefs de dynasties, et coromandèrené' de lft*%r'ne^ont à la ' tnér Caspienne , jusqû*à Mibran et à 
son petit- fils Arboc , qui épousa une femme [mftbe> Sahakdoukht,sde Partav. Celle - ci , étant stérile, 
cnrt enîl.-C. » qui lui accorda un fils nommé Wa1^hliing?iet encore Gonrgaslan, parce qu*ii avait sur son 
casque la figure d'un loup et dlun lion. Il épousa la fille de l'empereur Léon. De lui descendit une K- 
g«ée de reis^ JHsqa^â Thewdos^ qui fut aveuglé par Abas. Elisait Bagàrat> Bls^de GourgenvUls d'Arhot- 
Oghormadr, régna sut* les Pkha«. Ceci soit dit d*après les pâlrbles dé Mkhîthar'Erets. » Laissant à cha- 
cun le plaisir d'étudier et de rectifier ce morceau , je renvoie seulemeHt le lecteur à cçt autre fragment 
d« Vard^li « p. 13 • «: Parlons un peu de nos ancêtres ; Abetb (JapheAh), ^prèsje déluge, engendra Garnir, 
d'où sont sortis les Garnir (Gappadociens) ; Magog , d'où les Celtes et Galates ; Méda , la souche des Mars 
(Mèdes) ; Thobel , de qui sortent les Thétal (Hephthalites) ; Mosok , qui Yécoldàns Lourica (?) ; Thiras, 
qui est notre Askanaz. Thorgom en^ndra Haïe et &e^ sept frères , Karthlos « Covcas et les autres , qui 
régnèrent dans le nord. » 

Mosé Caghancantovatsi , Hist. des Agbovans, 1. 1, ch. 2, dit : • Mosok, de qui proviennent les Ghiou- 
ricatsik (?) ; » et , plus bas , il nomme les pays de Houspiritim (Syspiritis) et de Ghlo'u'ia it'-ct'^ » 
parmi oeni oeoHpéa p%r Ies4es0€uidilni* de tepheth.'^ 



'\- * M 



A D I 



IX. 



fS 



marqucrni ici que beaucoup do noms do provinces et môme de villes ont en arménien la 
forme plurit'lle. Four n'en citer ici que r[itelqucs - uns , Taïk , Dm^inik, Tphkhik. et Ma- 
sik sont de ce genre : du premier , les Géorg'iens ont fait le nom do T,io ; du second , 
Dmniiis , doul VVakhoucht dunuc une si plaisanta ét^mologie *) ; du troisième, Tpliilis et 
Tbbilis ; eiitïii du dernier les Européens uzit fait le nom do >Iasis, mais il sig-nilie pro- 
prement les monls Maai ; en cUVt chacun sait qu'on disting-ue le Grand et le Fctit-Ararat. 
En 996, le nourop^late David, ayant appris la mort de Bad , émîr d'Akhtath et 
prince d'Apahounik, viut assiéger la ville de Man^zcert, qu'il prit par force et par famine. 
Il eu chassa les musulmans, y établit des familles arméniennes et géorgiennes, et It 
g;arda sous son obéissance*]. Mamian ou Mamtoun , émir d'AderbidJan , lîls d'Apelhadj', 
entra en fureur à cette aouvelle ; il rassembla une armée formidable, et mettant tout k 
feu et à sang , il entra dans l'Apabouoik. Lnc lettre qu'il écrivit au pieux et saint cou- 
ropalato , et qui respirait les plus terribles menaces , contenait ce qui suit : « Ne te fais 
pas illusion , David , homme de néant, dégoûtant vieillard, qui exhales déjà la pourriture 
par tous tes pores. Si tu ne te bâtes de m'envoycr dix années d'impôt , les lils de tes 
uobles comme otages et un écrit qui te déclare notre esclave, je vais fondre sur toi avec 
toute mon armée ; et qui pourra te sauver de mon étreinte , des tourments et dej cruel- 
les tortures que je te ferai endurer , vieillard impur et maudit ! « Ces menaces étaient 
accompagnées de beaucoup d'autres. Avant reçu cette lettre de l'impie Mamian, David' 
euapéré la repoussa loin de lui, et se prenant à pleurer, il adressa à Dieu cette fervente . 
prière : « Eveille-toi , Dieu puissant ; souviens-toi , mon Seigneur , de ce que tu as fait il' 
Rbapsac et à l'impie Sénékériœ, roi d'Ass;rie. . . . " Alors il ordonna de réunir ses troD**] 
pes, ses nobles et tous ses cavaliers: Vatché , Terdat, Phéron et tontes les autres Iroti^ 
pes de l'Arménie, au nombre de 3,000 archers à pied, et 25,000 cavaliers. Pour l'impta' 
Mamian, il campa au bourg de Khoson , dans l'Apahounik, avec 200,000 hommes. 

David se mit en marche contre cette béte farouche , tandis que tout le pays , oc- 
cupé par SCS ordres à prier Dieu, lui adressait les plus vives et les plus ferventes sup-r 
plications. Arrivé aux confins de l'Apahounik, il chargea le brave Carmragel , avec 700/' 
cavaliers , de faire la garde durant la nuit , qu'il passa lui-même en prières. A la vcillé« 
du matin se présenta avec tOUO hommes un guerrier inlidéte , à qui était aussi confiéâ ' 
Id garde du camp ennemi , et les deux troupes s'engagèrent durant la nuit. La lune je- 
tait une vive clarté; mais tout-à-conp une petite pluie commença à tomber sur les mon-i 
tagoes. Toutes les hauteurs brillèrent d'une lumière éclatante comme celle d'une fournaise* 
allumée. Les infidèles , croyant que c'est une multitude de troupes chrétiennes , prennent' 
tous la fuite. Carmragel, qui les voit tourner le dos, fond sur eux, l'épée à la main, et 
les abat impitoyablement comme les chênes d'une forêt. Il s'empare lui-même de la femme 



') Géogr, de la Géorgie 
*) Asolic . 1. Itl , c. 38. 



p 153. 



i82 



Additions et iScLiiacissEMEfiTS. 



de Mamlao H de son cheVal de guerre , qu'il envoie sur-le-champ à David. Encore 
occupé à prier et averti par les cris de joie que Mamlan est battu , ce dernier ne pent 
retenir son étonnement. 11 se met aussitôt à la poursuite des fuyards , en fait un gr^nd 
carnage , prend une multitude de captifs et un riche butin , en or et ea argent , tandis 
que l'Impie Mamlan rentre , couvert de honte , dans son pays , lui qui s'était enorgueilli 
contre Dieu^ et qui, détournant du ciel ses regards, n'offi-ait point an Seigneur ses in- 
dignes prières. ^) 

Après cette victoire David rentra dans ses états. Pea de temps après , il appnt qne 
les musulmans avaient pris et dévasté Néphercert , et envoya une armée composée d^ Ar- 
méniens et de Géorgiens assiéger la ville de Klath : elle y- arriva dorant l'hiver de l'an 
4M — 997, suivant Asolic, ib. c. ^0. 11 y avait hors de la ville une église épiscopale 
4t un lieu de pèlerinage , bâtis par les Arméniens , sous les noms de Sourb - Khatcb et 
Soiirb - Gamaliel. Les Géorgiens , par mépris , s'y logèrent eux - mêmes , ainsi que leurs 
«hevaux. Ce que voyant les Turks , ils leur crièrent du haut des murs : c^ Quoi ! vons 
jdirétiens , vous agissez ainsi ! — Les églises arméniennes el vos mosquées , répondirent* 
ils , sont tout un pour nous. » Mais Dieu les en punit bien. An lieu du fils de Mrovan , 
ce fut l'émir son frère ^) , qui marcha contre eux ; il était fils d*une soeur de Bad et 
maître d'Amid. Le jour de Pâques kkl — 998, il y eut un rude combat. Les braves ar- 
chers de la Taïk blessèrent beaucoup d'infidèles et revinrent à leur campement. Mats la 
Buit suivante , Dieu frappa les Géorgiens de sa colère. Atteints d^une terreur panique , 
Us s'enfuirent sans rendre de combat , poursuivis par les musulmans et par les habitants 
de Khlath. Beaucoup furent tués dans cette déroute, et entre autres Bagral • Magistros , 
fils de Thornic le moine, ..dont il a été parlé plus hant ; le prince des princes Bagou* 
ran ') eÇ plusieurs autres furent faits captifs. 

^) Ces détaiU sont tiréA de Matb. d'Edesse , p. 26 et 27 , année i32 — 983 .^ Asolic , loe. cit. , dit 
que ces faits eurent lieu avant Texpédition d'Egypte , de 988. V. ci -dessus. H me parait que ces dates 
sont en retard d*au moins dix ans , et j'ai suivi la chronologie de jTchamitch. Entre autres détails, Asolic 
ajoute que Mamlan vint au village deXostiank , dans le canton de Dzaghcotn ;' que David marcha à sa 
tmcontrè avec les roîs Gagic, Abas de Cars , Bagarat de George , et qu'étant entr!és*dantf1e canton de 
Bagrévand , ils fermèretit un ^and camp auprès de Valachcerl ;* liu*'enfih leàr Plersaiis , apv^s avoir mis 
le feu di^afttla aùitaux habitatiohs de Ragrévand / s'en retournèrent 'sans Év6{r'oâé coinbëttrto! 'Asolk 
étai^ y il est vrai ^ contemporain , »ais vn se demande , commenCrMatlûei d*fiéesse amraH pu inventer un 
^oit aussi détaillé- que le sien. Quant i te date , puisque ee fait .ettt:Hèu,dii.tQ«i|p de'Gagic 1er ,. f|û «a 
commença â régner qu*en 989 , Texpédition de Mamlan doit être postérieure, . 

') Dans la première édition j*ai mis , par erreur « ce fut Apoumsar , son frère. » . Voici le bit : au c. 
33 Asolic dit que Bad eut pour successeur « le fils de sa soeur , fils de Mrovan ; > puis c. i39 , il noimme 
• Apoumsar , fils de la soeur de Bad , • comme émir de Khlath. Enfin ici il parle du frère'de Mrovan , 
mais sans le désigner par son nom , et dit qu'il était aussi fils d une soeur de Bad , sans doute d'une au- 
tre que celle qui avait épousé Mrovan. * 
• •) Tchamitch , 11 , p. 879 , le qualifie * grand-prince dlbérie. » ^ 



A D D I T I 6 N IX. 



183 



I 



La même nnDée , Itmir Mamliiii réunit de nouveau des troupi?s pour marcher contre 
le couropalate David ; il rassembla autour de lui (jUanUtc de soldats persans et mars 
(médes) , les secours de l'émir de Khorasan, quantité de fantassins et de cavaliers barba- 
res: il se proposait de conquérir l'Arméuie et la Géorgie, de fortifier la ville de Carin 
«t de dévaster la ti-rre de Taïk , en représailles de ce que les chrétiens avaient détruit 
la maison de prières de Manazcert. 

De la ville de Thavrech (Tauriz) il passa dans ies conGus de Her, avec un grand 
appareil et une armée formidable, entra dans le Vaspouracan et descendit dans le canton 
d'Apahounik. Etant trop vieux et décrépit pour marcher contre lui, le couropalate en- 
voya seulement demander du secours à Ga^ic, roi d'Arménie, et à Gourg-en, roi de Géor- 
gie , car iïagrat , père de ce prince, était mort'), et Gourgcii était devenu roi. Gagic 
détacha GUOO hommes de troupes arméniennes, tous gens d'élite, qu il mit sous le com- 
mandement du prince des princes Vahram Pahiavounien, le même qui construisit Marma- 
rachen et Ifgner , de Sembat - Wagisiros , lils de Vahram , et du marzpan Achot. Les 
troupes d'Abas , roi de Vanand, et celles de Géorgie, au nombre aussi de fiOOO cavaliers 
d'élite , étaient sous tes ordres du prince Pbersi , (ils de Uchodchic , et toute l'armée du 
turopalate était commandée par Gabrii-i , lils d'Olchopeutir. 

Ceu\-ci traversèrent le mont Soiicav, dans la vallée d'Aghtik, et surveillaient l'avant- 
garde persane, qui se proposait d'entrer dans le canton de fiagrévand. Les troupes de 
Géorgie et d'Arménie se réunirent à eux d'un commun accord, et passèrent dans la pro- 
vince d'Apahounik , en face du camp de Mauilan , dans un lieu haut et fortiiié , au voi- 
sinage du village de Dzoumb, où ils restèrent durant bien des jours; effrayés qu'ils étaient 
de ta quantité des troupes persanes, et n'osant pas sortir des limites du lieu qu'ils occu- 
paient, ils ne cessaient d'adresser à Dieu leurs prières. De même les chrétiens priaient 
Dieu avec larmes de les, secourir, eux et leurs soldats, et invoquaient son nom redoutable. 

Les rois répandaient des aumônes abondantes parmi les pauvres , et , avec le patri- 
arche , faisaient l'office du soir , en récitant des psaumes , des hymnes et des prières. 
Les Persans, voyant qu'ils ne voulaient pas descendre de bon grc pour combattre, et 
surtout comparant leur multitude avec le petit nombre des ennemis , se rangèrent en ba- 
taille un malin, au lever du jour, un mardi , au commencement du mois d'Areg *) , et 
formèrent des lignes serrées. Leurs bataillons étaient rangés dans la large plaine Dolmas- 
tanian, et couverts de leurs boucliers. Ils marchèrent et s'avancèrent près des troupes 
arméniennes et géorgiennes. La vue de leur multitude formait un spectacle effrayant. On 
dit qu'elle se montait à 100,000 tant fantassins que cavaliers. Pour se préparer au com- 
ihal, ils poussèrent un cri ; avant d'engager l'affaire sur le champ de bataille, les Armé- 
niens et les Géorgiens leur envoyèrent dire de ne pas combattre ce jour-là, mais de re* 



I Bagral-lo-SoL , père de Gourgen , mourut en 994. 

} Tcltamitch , Il , 880 , écrit : le ler jour du moi« d'Aral*. 



18% Additions et écLAiacissEMENTS. 



% 



mettre à an autre jour. Mais les Persans , pleins d'orgueil et de Gerté , leur firent dire 
par un exprès : a Aujourd'hui même nous combattrons , bon gré , malgré ; » ce à quoi 
ceux-ci ne se décidèrent point, ils ne montèrent pas sur leurs coursiers» et restèrent dans 
leior camp. Quelques-uns seulement descendirent vers Tenneml et engagèrent des combats 
particuliers, qui coûtèrent la vie à cinq Géorgiens. 

Alors les Persans, discontinuant leurs préparatifs et ne s'ooeupant plus de leur ordre 
de bataille / se précipitèrent sur leurs chevaux pour piller , s'avancèrent comme pour dé- 
pouiller des cadavres ou des fuyards , et se dispersèrent aux environs du camp des chré- 
tiens. Mais les troupes arméniennes et géorgieinies , sans roi qui les commandât , n*ajant 
que le Christ pour chef et pour appui, élevaient vers lui leurs supplications*; se couvrant 
alors de leurs armures et montant sur leurs chevaux , ils firent résistance , mais sans or- 
dre de bataille, chacun avec ceux de sa famille, et gardant les rangs assignés par la no- 
blesse, ils se jetèrent comme des lions rugissants sur la nombreuse armée persane. Les 
Arméniens , qui occupaient la droite , se précipitèrent dans Taffreuse mêlée , frappant à 
torç et à travers , portant des coups rudes et solides et accablant la troupe confuse des 
barbares.. 

Cependant les Carmragel, frères illustres du pays de Meskhie, chefs de Tarmée géor- 
gienne, s'élancent avec une rage furieuse et renversent chevaux et cavaliers. La terreur qu'ils 
inspirent disperse les ennemis , et toute la troupe de Taïk se jette sur les fuyards, foule 
aux pieds leurs cadavres; car ils étaient déchaînés, comme un incendie qui ravage une 
forêt , ou comme un aigle qui , de ses serres vigoureuses , déchire un vol d'oiseaux. Là 
on voyait couler des ruisseaux , un fleuve de sang ; les cadavres de ceux qui tombaient 
Il demi -morts étaient foulés aux pieds avec ceux des morts eux-mêmes. Alors Mamlan 
épouvanté se- hâta de fuir avec ceux des Persans qui survivaient. Arméniens et Géorgiens 
les poursuivirent , en leur portant de furieux coups et les passant au fil du glaive , jus- 
qu'aux portes d'Ardjich. En revenant de là, ils pillèrent le camp, rempli de richesses, 
de chevaux et d*étoffes précieuses. 

Ce qu'il y eut de plus satisfaisant, ce fut qu'outre les cinq personnes de Tarmée 
géorgienne y tuées dans les combats singuliers, aucun autre ne succomba sous le glaive, 
dans l'armée combinée. Aussi revinrentnls gais et contents, dans leur pays, rendant grâ- 
ces à Dieu. ^) 

Le couropalate ne survécut pas longtemps à cette dernière victoire. Puissant et con- 
sidéré , mais parvenu à un âge très avancé , que les historiens ne précisent pas , il mou- 
rut, d'après le texte des Annales, en 1001. 

a Quelques années après , dit Mathieu d'Edesse ^) , p. 27 , il se forma on affreux 
eomplot contre la vie du saint et juste prince David. De perfides seigneurs , semblables à 

M Asolic, 1. III , c. 41. Vardan et Math. dEdesse ne parlent pas de cette sectonde bataille. 

*) Cet auteur raconte la mort de David auMÎtôt après la première bataille pontit Mamiaa, dont 



Addition 



185 



Caïn et aux autres homicides , eotraînèrcnl dans leur atroce projet l'archevêque géorgien 
[larioii ; cet autre bourreau de J.-C. , mêlant un poison mortel au corps et au sang vivi- 
liant , et fjisant servir t auteur de la vie à procurer le trépas , déposa , après sa messe 
hooiicidc , sur les lèvres de l'augusle prince , la parcelle de l'auguste sacrement , impré- 
gnée d'une substance délétère, et cela à la face de Dieu, dans la grande 'église '). Le 
religieux prince, dés qu'il en fut instruit, prit un contre -poison , qui chassa le mai de 
ses entrailles. Quant au scélérat évèquc llariou , il n'ea fut que plus ardent à suivre ses 
trames abominables. Etant entré dans la chambre du prince, endormi et plongé dans un 
paisible sommeil , il amassa une pile de matelas , la posa sur sa bouche , et , pesant des- 
sus avec force, îl élouEi le pieux couropalate. Mais peu d'années après, l'empereur Ba- 
sile, pour ch;itier cet évêque sacrilège, le lit jeter dans l'Océan, une pierre attachée au 
cou , lui et tous les nobles ses complices : ainsi périrent les artisans de la scélératesse. » 

Asolic , 1. ill , c. ^3, fuit le plus grand éloge de ce prince: "Quant à la mort du 
couropalate David, dit- il , je voudrais la décrire dans une lungue élégie et sans abréger 
mon discours, afin qu'elle ne fût pas racontée légèrement dans les mémoires. Comme c'é- 
tait un homme doux et paisible, plus qu'aucun des rois de son temps, îl fut la cause 
de la pais et de la prospérité de l'Orient, et surtout de l'Arménie et de la Géorgie ; car 
il Gt cesser de toutes parts le bruit des combats , fut victorieux de tous les peuples du 
voisinage , et beaucoup de rois se soumirent bénévolement à lui *). » Néanmoins il ne 
donne aucuns détails, et se contente d'indiquer la date que j'ai placée en note, h N'aj'ant 
ni enfant, ni frère'), ajoute-l-il, qui héritât de son trône royal, il s'était décidé à doD- 

il a été parlé plus haut , et qu'il place en 4-32 — 983, mais qui eut lieu beaucoup plus lard , suivant 
toute probabilité. TcLamilch, 11. 880, place ce fait un an après la âeconde tentative de Mamlan, en 995 : 
Asolic , I. III , c. a, du- > Plein de jours et accablé de vieillesse , il mounil en 41D— lUOO . le jour de 
)a frande P;!kqiie , source de salut.» Vardan, p. 75, ne donne pas de date précise ; il dit seulement : -En 
ce temps-iâ. ■ ArislaréK de Lastivard ne précise pas non plus, il fait simplement entendre que la mort de 
David arriva avant la 23e année de Banilc H , qni monta Bur le trône en 97tl , ce qui s'accorde très bien 
avec Asolic , contemporain du fait , et avec l'indication géorfneitne. — Quanl ati» autenrs européens. 
Lebcau , 1. XIV, p. IH'i , enregistre en 1)91 la mon de David et le ■ don de llbérie fait à l'empereur -. ■■ 
on va voir ce que signiricnt ces dernières paroles. De toutes ces opinions, la plus probable me paraît être 
celle d'Asolic, presque d'accord avec le teile géorgien. Je forai cependant remarquer, quanl â cette date 
et il toutes les autres fournies par Aaolic, que cet auteur, dans le ch. 2 do Ile livre, fiie l'organisation dn 
calendrier arménien en 55'X , au lieu de 551 , d'après l'opinion commune. En sorte que . du moins dan« 
bien des cas , il faut défalquer 2 années de tontes ses supputations. Quant à Malb. d'Edesse . la chrono- 
logie du commencement de son livre est tellement remplie d'inexactitudes que je crois qu'il faut absolu- 
ment rejeter son indication. 

') C'élail le jeudi-saint , 25e année du règne de Basile II ; Arislacès . p. 4. 

*] Aristacès , le continuateur d'Asoljc , et qui avait aussi connn David , parle de lui presque dans les 
mêmes termes, p. 1. 

^) tlédrcnus , t. Il , p. 701 et Zonaras , I. II , p. 223 , attribuent & David un frrrt . nommé Georges , 
Addii.et éïl. 2h 



18S Additions STécLAiftdissEMEfîTS. 

oer ses états à I empereur Basile. » Vardan , p. 75 , dit que le patrimoioe légué i ce 
prince par le couropalate , cooiprcnait Ovitk (lis. Oukhiik , TOliis des Géorgiens) , Mam- 
roYan, la ville d*Apahoaniky Mandzcert et autres paysi Les Annales disent, il est yrai, que 
David avait annoncé aux Géorgiens son intention de léguer tous ses états à Bagrat lU, 
son fils adoptif, mais il paraît que son projet n'eut pas d'exécution, par des motifs qui 
aous sont inconnus. Ce changement de volonté amena plus tard de sanglantes collisions 
entre Basile , Bagrat III et son successeur. 

Quoi qu*il en soit, Basile II, qui était alors & Tarse, en Cilicie, apprenant ces noo^ 
velles , se hâta d'accourir , et vint dans la province d'Ecéghik , l'Aciliséne des Grecs ^). 
Quand il fut près du mont et de la ville d'Havdjitch ^), Bagrat « roi des Aphkhaz, et le 
roi de Géorgie Gourgen , son père , vinrent lui présenter leurs hommages ; il les reçut 
avec beaucoup d'honneurs » conféra le couropalatat à Bagrat et le magistrat à Gourgen , 
et les renvoya dans leurs pajrs^). On ne doit pas s étonner que le fils eût reçu une di- 
gnité plus élevée que le père : Basile prévoyait sans doute que la donation de David lui 
serait contestée. En élevant Bagrat , le plus intéressé des deux dans cette affaire , à on 
titre très considérable , il s'en faisait un allié au lieu d'un ennemi ; et en semant des 
germes de division entre lui et son père, il les empêchait de s'unir pour lui ravir sa 
Bouvelle acquisition. Les autres seigneurs de la Taïk se présentèrent également k la cour 
4e l'empereur , qui distribua à chacun des marques de sa munificence. Le jour même da 
départ du roi Bagrat , un Russe , de ceux que le grand-prioce Volodimir avait envoyés à 
Basile en 989 *) , après avoir épousé sa soeur Anne , se prit de querelle avec un Géor- 
gien pour un prétexte frivole. Ce Russe apportait une charge de foin pour la nourriture 
de son cheval, lorsque le Géorgien la lui enleva. Dans la dispute qui s'ensuivit, les 
deux adversaires appelèrent h grands cris leurs compatriotes. Les Géorgiens, qui étaient 
au voisinage , accoururent plus tôt et tuèrent le Russe. Les amis du défunt , qui étaient 
au nombre de 6000 archers dans l'armée de Basile, engagèrent le combat. Les nobles do 
la Taïk leur firent tête vigoureusement , mais étant moins nombreux , ils eurent le des- 
sous, et plusieurs succombèrent dans la mêlée. Parmi les morts se trouvèrent trente des 
plus distiogiiés : Patrie *), , général de Taïk , Gabriel et Jean , tous -deux fils d'Otchopen- 



qai dut se contenter des contrées de l'Ibérte proprement dite et donner son fils en otage. 

les auteurs grecs ont pns Gourgen , fils de Sotimbat , pour un frère du couropalate David : en tout cas , 

il n y a rien de semblable dans l'histoire géorgienne. 

') Aristacès , p. 3. 

*) La ville ou fort d*Havadjitch , dans le canton d*Azori. Là les soldats de l'occident , nommés 
Rbouzk , se prirent de querelle , on ne sait pour quel motif, avec les Géorgiens ; Ansl. p. 4. 
») Asolic . I. 111 , c. 43. 
*) Lebeau, t. XIV, p. 176. 
*) Asolic , loc. du , Je nomme • Patriaiy « prince des princes de Taft. • Ariitatoès , p. 4. 



Addition IX. 



m 



Mr, et Tchortovanel . petit - Ois d'Aboiighaib '). AprAs cela Basile, passant par le psji 
de n.irk cl de M;uia7.ci'rt, vint dans le cinton de Bag^rpvand *), alla scmparer ilc la ville 
d'Oukbtik et de toutes les citadelles et foris de ce pays , où il laissa des ganiisoDl , et 
CBmcna avec lui tous les noliles de la Tatk à Constanlinople. 

Je pense que Pairie ou Fatrîarg élail le frère de T^ïliorUivanel, qui a déjà été men- 
tionné deux fois ci - dessus ; quant à Tchortovanel, on a vu qu'il était iils d'un frère de 
Thomic-le-moiue. Au moyen de tous ces renseignements, nous pouvons cuDStruîre U 
géoéilogic suivante de la lamille de S. Ëwtbym : 

-^)'| I. ".u 

Abougbarb , éristhaw 

du Ksan (?, 1 '"^ 



Ii>ané , épotisG o mariée k 


Tboruic-le-moiott.. o fils anonyme 


la fille dAbougliarb. loauc. 


1 


1 
S. Ewlhym. 


Patrie ou Baçrat-Ma- TrhnrlovaneL 




Palriarg, gistros; est- Magislros; ■{■ 




prince des ce le tnéine lOUl. 




princes et que Patrie ? 




général de Taïk; 




t 1001. 


Dchodchic fils de Thevdat, George 


Varazvalché' 


prerel du Dorostolc en cousins do Tliev- "^ 


1016. dat, 


menlionnés 


1 CD 1028; 


Phcrsî 


gouverneur d'Edessc en 1038. 



Cependant Gourgvn , roi de Géorgie , q\ù était léger de cerveau , regardant le ma- 
gistrat comme un affront pour lui , se révolta contre l'empereur Basile , qui le lui araît 
conféré; il vint avec ses troupes et s'empara de la Taïk; mais ayant allaquc la petite 

■ citadelle d'Oukblik, il ne put s'en emparer, non plus que d'aucune autre; toutefois, avec 
les troupes qu'il avait réunies, il s'anèta dans la vallée de Mamrovan. A celle nouvelle 
Basile ordonna au niagistros du canit:le , i. e. au préfet de t'écritoire impériale , du mar- 
cher contre lui avec toutes les troupes do Grèce. Le roi étant allé camper dans le Ba- 
SÎan , en !i50 — 1001 , les deux armées restèrent toute l'année jusqu'à Tbiver dans le 
nt^^c lieu. Après quoi le magistros du ranicle ayant parlé de pais avec Gourgen , et lai 
lyairt dît que l'empereur ferait tout ce qu'il drm;inderait , le roi et le magistrus allimit 

. Ttib au devant de l'autre sur la montagne boisée de Medzob , au village de Soiirb-Asto- 

'111 était fils du frère de Thornic-Ie-rooiné (Asolic, 1 III , c. 37] : cet auteurie contredit en racon - 
I, tant' qu'il /■«(/««' en D'jO. . j : i .i . 

, *) Vi'Ucétip. 5. Cela9firi^«dM,r>hùl9rien, en l'aDi,S0--ll)0t,4|ir^«qDiUjW9.xé8a« 



188 Additions et iciiiiieissENENTS. 

Tadzadzin, ainsi nommé à cause dune église qui y était Là ils se rencontrèrent, traité* 
rent de la paix et partirent chacun chez soi. ^) 

On ne revient pas de son étoimement en voyant qu'un prince aussi remarquable que 
David ait laissé si peu de traces dans Tbistoire géorgienne. Les auteurs de ce pays n'avaieol- 
ils pas connaissance de ses grands exploits? ils en disent trop sur lui pour qu'on s'ar- 
rête à cette opinion. Ont-ils à dessein omis les détails qui le concernent? ce serait bien 
possible, puisque tous les princes du Tao sont Tobjet dune pareille omission. En effet 
les rois aphkhaz , qui recueillirent leur héritage , avaient intérêt à faire disparaître la 
trace d*une dynastie qu'ils avaient supplantée, et que la donation faite par David à l'em- 
pereur Basile devait leur faire considérer comme hostile à leurs intérêts. 
Les principaux résultats de ce travail sont de faire connaître : 

1^ Le peu de fondement de la tradition géorgienne sur l'origine des Bagratides i 

2^ La très grande probabilité de la tradition arménienne ; 

3* L*bistoire particulière des Bagratides du Tao , en la conciliant ^ avec les récits dé 
Constantin - Porpby rogénète. 

\^ La liaison existant entre les Bagratides de TArménie, du Karthli et de VAphkhazie. 



^} Asolic , 1. 111 , c. 44 ; Topinion qu*il exprime sur le caractère de Gourgen est entièrement en op- 
position avec ce que dit de ce prince TAnn. géorgien. Le même auteur, dans le chapitre suivant , ra» 
conte que le roi d'Arménie Gagic enleva Samchwildé an roi Corician David-Sans-Terre , dans l'hiver da 
Van 1001. 

Pour compléter ce qui concerne les origines des Bagratides , ajoutons que l'usage du cyde pascal s» 
Géorgie coïncide presque avec leur second avènement an trône. 

Le cycle pascal fut inventé vers l'an 457 , par un certain Victor^ Yictorinus ou Victorins , natif d* A- 
qnitaine^, puis abandonné , à cause de ses imperfections , enfin rectifié par Denys-le-Petit , moine Scythe, 
qui en fixa le commencement à la Ire année de Vincamation , et mourut lui - même en 540 de J.-C. Les 
peuples chrétiens l'adoptèrent Tun après l'autre. Quant aux Géorgiens, la première date pascale que l'on 
voie dans leurs livres est celle de la mort d'Achot - Couropalate , en 46 = 826 , qui nous reporte à Van 
780 ; mais je ne sais si cette date se trouvait dans les anciennes copies des Annales. Trois dates ineôn* 
testables et authentiques se voient, pour le Xe siècle : l'an 156—936 « sur un vieil EvangHe, au covreiH 
de Djrouéch ; 184—964 , sur l'église de Coumourdo ; 216—996 , sur celle de Martwil. Ced sirfise 
eonmie preuve de l'usage ancien du cycle pascal en Géorgie. 

A quelle époque et A quelle occasion y fut - il introduit , nous ne le savons pas positivement « now 
voypos seulement que la première période de ce comput , chez les Géorgiens , remonte à l'an 780 , ta»^ 
dis que les Bagratides recommencèrent à régner, en 787 ; qu'en divisant par 532 toutes les années écour 
Kes jusqu'en 780, les Géorgiens sont forcéfi d'indiquer le commencement de tous les cycles 96 ans avant 
la <^ation da monde suivant le comput grec ; enfin, par un traité de cpinput qui se trouve dans unjll-ît 
de litakhétha (ttullet. hist. - philol. N. 15], daté de l'an 674l' suivant les Grecs» 6837 d'après les Géor- 
giens, donc 1233 de J.-C, où le cycle de 532 ans est qualifié cycle syrien, on est conduit à présumer qa li 
M'i^ftèHeoient intitKlùit ien Géorgie par quelque prêtre ou religieux venu de Syrien comme les 13 «ainu 
pères. Cf. HIst. de Gé. p. 28 , n. 3. 



^ 



189 



ADDITION X, 

'Vo«r le règne de Bagrat HI , renfemant la description et Thistoire du couvent ibérien do mont Atlioa » 

et de celui de la Croix , à Jérusaleni. Hist de Gé. p. 300 , 303. 



i. Cùuveni ihirien du moM Atho$. 

Description , 

eitraite du Hyre de la Visite par Timothé Gabachwili. 



c Etant arrivé de nuit à la cour et an port du monastère de la Sainte - Montagne , 
MUS envoyâmes des gens au couvent des Ibcriens , pour annoncer notre venue ^). Aussi- 
161 on sella et on expédia des mulets^ et nous nous mîmes en route. La citadelle et les 
édifices du monastère s'étant montrés, il semblait que ce fût une ville construite sur une 
montagne. A notre approche , les cloches s'ébranlèrent , et Théoclite , le gardien des va^ 
ses , vint au-devant de nous , avec labbé Nalhaoaïl et une foule de dignes pères et firi* 
res , que j*évalue à 300. Ils nous présentèrent la chappe et la crosse , et nous allâmes 
à l'église, où ayant fait les prostrations ordinaires et répété la prière «Ayez pitié de 
nous , » pour les rois de Géorgie , nous nous embrassâmes réciproquement. L*église nous 
frappa au point de nous (aire oublier celle d'Aïamoni ^). Quel ouvrier a tissé ces velours 
de dix couleurs ? qui , dans cette église , a disposé ces pavés de jaspes divers ? C'est 
Giorgi-Mtbatsmidel , qui l'a construite , aux frais du roi Bagrat-Gouropalate. Au droit de 
la coupole , une peinture en médaillon représente Giorgi , prêtre régulier géorgien. *) 

«Disons encore que, comme les cases d*un échiquier indiquent la marche des pièces, 
de même ici le pavé fait voir Tarrangement de la veillée d*im jour de fête; où il faut 
ipettre les pains à consacrer , où les flambeaux ; la place des prêtres , celle des diacres , 
rentrée et Tordonnance des prêtres. Les murailles sont de marbre et de pierre Ternis- 
aée *) ; Ticonostase est ornée de fleurs et d'enroulements merveilleux et dorés ; le sanc- 
tuaire, où est Tautel, et le degré réservé à Tabbé, resplendissent de dorure; les fenêtres 
sont superbes» en verre/ découpées en forme de fleurs diverses, grandes et polygones'); 

^} Cétait dans l'hiver de l'année 1755. 

*) Ceëi une église, dans File de Chio , que l'auteur a décrite dans un passage précédent. Le roi Ba- 
l^t, qui vient d'être nommé , est le IVe du nom. 

*) Probablement celoi-méme qui vient d'être nommé. 

^} k^-n^ ne se trouve point dans le dictionnaire de Soulkhan ; je Fai traduit d'après le Dictionnaire 
triglotte. 

*) Je ne sais pas positivement quel mot grec se cache sous les formes Uc^k^^h^ ou >"k; « h^< ** > que j'ai 
trouvées dans deux manuscrits. 



t90 Additions ET-écLAiRCissEMENTS. 

les candélabres et les flambeaux magnifiques, en verre et en argent: en un mot, la beauté 
de cette église était vraiment surprenante. 

«Dans la cour de l'église est la chambre sépulcrale de nos dignes pères Eivtl^fli il 
loané , du père loanô ^) et de Giorgi-iMlbatsmidcl , ornée par bonoeur de grilles avec des 
flambeaux allumés. Le double portique extérieur, la muraille d*enceinte et les autres con* 
structions, sont dues à Thornic, éristhaw du Ksan (ainsi qu'on le rapporte)^). Cétait uo 
ilustre général géorgien et un guerrier renommé , qui ayant renoncé aux grandeurs de ce 
monde , vint auprès dEwlhym le Géorgiea ^ Gis de sa soeur , embrasser Tétat religieui , 
il y a 7^8 ans. A celte époque Dawilh régnait 6ur la Géorgie . et Mikhaïl sur la Grèee. 
Ce dernier étant âgé de 7 ans, sa mère Théodora , décorée du titre d*Auguste, gouver- 
nait Tempire ^). Cependant une armée persane s*étant avancée jusqu'à Brousa, Fimpératrice 
ne trouva pat de meilleur expédient que d*appeler à Constantinople le gfHAéral géorgien 
Tbornic, moîne sous le nom de loané. Celui-ci ne voulait point partir; mais cédant toi 
avis du père Ewiliym, il se laissa dépouiller de i*habit monastique el revêtir du c osUi i H 
militaire , et réunissont les troupes grecques et géorgiedoes , il tivm bataitte^ Hux Pcrssnt^ 
les vainquît ). les poursuivit jusqu'au coeur de lotir piiys, quit livra au ptHage , et i*enMi 
triomphant à G P^ doù il retourna au eduvént de la Seé-Moutagné , èl redevint moitte^ 

aDisM» maintenant qu'outre les belles pisntalions, les vfgvies, tes soul*ees^ et les eatt^ 
qui font de ce lieu un faradts, il y a dans le même couvent une autre égKse, cotisàckéè 
k &. Jean - Baptiste et construite par Evrtbym ; elle s'élève sur quatre cdk>ftues de poN 
phyre vert>, et fut bâtie k)fsi|Ub nos pères sorth'ent de la Laure de S. AttiMase.^) ^ 

« f I y àf encoi*e oà autre oratoire ^ dit Portaïtisa , construit par Achotban , printé dé 
Moilkbran« Parlons ^Kissi ^e iN^^D. Portaïtisa , i. e. de ta Porte. On nous s rarotilé 4tt*M 
temps de l'empereur grec Théophile, le culte 4«s fmages étant en horreur et tfaité dt* 
doitttnc, il s*éieva cdntre tfles une sKreuse (ierséculion. Uq courrier, envoyé ^||)ar Tempe- 
PêvSt à Nicée ^ pour uno certaine affairsy étant entré poor se reposer chez une veuve, qid 
conservait ton cachette %iBf image dq la Vi^'rge; ne lest pas plss tOt vue, qu'ir entré' tétt 
foreur, tira lê^c; et eU irepp Ttoiage; d'^oÉ A jaillit, dit -on, du sang';'quf reièfj^Iit 
le sein de cet homme. Celai ^ ci V éfiiMvanté , prit la feiCè, et ka vtHive, d^ pcùr que î^ 
£biîI nei se irépaadtti, alla jeter l'ikuagi* dans la mef , où sa présience Sie ménfft^tu ensfiHè'^y 
yis-èttifie do ;Ia )Said4e^ldo|itagt>ev''pw dès'tuyoni) de feU, qnf briUèt*èut do refit 'longte^^ 
Les saints pères de la montagne Sainte, en ayant eu connaissance et ne sachant la cause 



i» .1» 

— ... ■ • t 



^)- Thorrtievm loané GvdfeélMtëi^dll^i^M-ilein la Vie âë (ïior^lth^'^V^iDidet 

*) La parenthèse est une note du M-il. Je renvoie V'^ioirrrappréciatiôn'îtllu fai! ici énoncé V^ Ï^A8 
dition IX, p. 177 , n. 1. «ï»""' "'"'^^ - " " »' ' ''''' ' ^ ' '''"'^' ' '''' 

. •' ^) «èitlAieloes'iM^ èoril^»slirtink«'*yiàîfcîa'tfaW r^^^ Iec|irar. 

J*ajoiiterai seulement que les 748 ans de Timothée nous reportant à Tannée 1007 de J.-C. , cette.iiij&h 
Itou manque d-exaOtflnde. • '•»"-*''* ■' •î ^î»^'' •*»*••'• '^^ '''''''• "*"' ^''-'? •*' " ' '^ ' • -^ '^*'^ "' '' 

*) Il en sera parlé à k fln de cette description. ^*'' ^'^' "' * '' '''' "'^ * '''"'' 



Addition X. 191 

doue pareille lumière nu sein des flote> lancèrent des barques et se portèrent dans cette 
direction. A mesura quîls approcliaient , la lumière fujait loki d eux , à leur grand cha* 
grin. Alors on entendit ces paroles: «Gabriçl le Géorgien est digne d'apporter cette image 
de la très sainte Vierge. » On alla donc au couvent des Géorgiens, et Ton demanda «Qui 
est ce Gabriel ? » On chercha et Ton trouva le moine Gabriel , vivant en ermite , sur la 
Montagne. On le mit dans la barque ; à mesure que Ton s'avançait , le feu brillant se 
rapprochait aussi. Gabriel s'approcfaa et , marchant , dit - on , sur les flots , retira l'image 
As la Se. Vierge. C était un mardi de Pâques. On Gt une procession et des prières, et 
rimage resia déposée dans Tégiise du couvent des Géorgiens. C*est ainsi qu*on nous a ra- 
conté ces détails , dont nous sommes Técho. 

«Cependant Timage ayant disparu, comme toutes les rccherehes étaient sans résultat, 
#0 monta k la cellule de Gabriel , et on Tinforma de cet événement. Celui - ci répondit : 
«La volonté de la très sainte Vierge n*cst pas que sop image soit dans un licv fermé ; 
elle Ta envoyée pour que chacun puisse lui adresser ses prières et ses hommages quand 
•Ile sera près des portes. On la tira donc de la cellule de Gabriel, et on ia plaça sous 
la portail d'entrée, d'où elle fut nommée IV.-D. de la Porte ^). Dans la suite, Kaï-Khosro, 
atabek et spasalar du Samtzkhé, de Djaq et de Tzikbis - Djouar , flls de latabck Qouar«- 
fjeuaré et de Dédis - Imédi , Glle du prince de Moukhran (je pense qae , par sa mère , il 
était neveu de la sainte reine Kéthawan) , lui ût faire un parement précieux , et Acho- 
Ihan , prince de Moukhran , éleva k la porte un petit oratoire à coupole , où lui et son 
fiis lésé sont représentés.^) 

« Bénie soit la miséricorde du Très - Haut , qui daigna accorder h ma bassesse une 
M liante faveur, et qui me jugea digne, moi Timotbé le plus hnmble de tous,, de vivre 
el de prier et de le confesser de bouche avec les cénobites toujours réunis ensemble! 
Convive toujours assis au banquet du monastère , j'offrais , dans la joie de mon âme , mes 
hommages à la Vierge Mère de Dieu, l'espoir des chrétiens et principalement de la na- 
tion géorgienne, Je ne pouvais assez m'étonner, moi pécheur, le plus coupable des enfants 
de la Géorgie, de me voir appelé des contrées lointaines, et arrivé sain et sauf, par sa 
protection , au travers des vagues de la mer. Misérable pécheur , elle ne m'avait pas 
trouvé indigne d'être admis au milieu de nos saints pères, dans ce monastère voué au 
travail, à. la morliûcation , aux plus austères vertus, d'où s'est répandue sur la Géorgie 
la lumière des interprètes. Si le dernier des hommes a eu le bonheur d'y être reçu, com- 

') D'après la forme que doit avoir dans la langue grecque moderne le mot Tvoçtàtxricaa , il signifie 
« gardienne de la porte , où portière. » 

^) Qouarqouaré II , atabek d'Akfaal - Tzikhé , eut pour femme Dédis - Imédi , de qui Torigine est in- 
connue , et qui mourut en 1491 ; ii mourut , ou en 1300, suivant Wakboucfat , on en 1507 , suivant la 
Chronique géorgiemie ; ils eurent un fils nommé Kaï-Khosro 1er. Or dans ce tomps-là ia branche Bagra- 
tide des princes de Moukhran n'existait pas encore. 

La femme de Qouarqp>uaré IV, mort en 1525 , n'est pas noaioiée dans riuatake $ nais aoo fils » Kaî- 



{92 Additions et écLAiiicissEifENTS. 

bien le Seigneur serait satisfait que les saints pères spirituels de la Géorgie s'y rendissent; 
mais ce saint lieu est oublié d'eux , et personne ne souhaite d'y venir. 

c En lisant les anciens livres , j*y ai vu que le saint père Ewthym , Géorgien , étant 
malade, dans son lit, la reine Mère de Dieu se montra et lui dit: «Quels sont tes cha- 
grins, Ewthym ? — Sainte reine, répondit-il , je suis grièvement malade. » Puis la Vierge, 
lui parlant en langue géorgienne, «Lève-toi et parle-moi en géorgien, car tu seras guéri 
et sortiras de ce lit de douleur. » Ewthym se leva , et bien qu jl eât oublié la langue 
géorgienne 9 il paria si longuement- et avoc tant d'éloquence en cet idiome, qu'il laissi 
Homère bien loin , pour la beauté du style. Alors il expliqua les mots géorgiens et se 
mit à traduire plusieurs livres. ^) ^ 

«Voyez quelle merveille opérée en faveur des Géorgiens, et Tamour Se la sainte 
Mère de Dieu pour les peuples qui forment son domaine ! DiEibord vous venez d'entendre 
que soi\ image ne voulut pas entrer dans un autre monastère que celui des Géorgiens, 
sous la conduite du moine Gabriel. En outre, je me rappelle un fait, consigné dans Thit- 
tolre de notre pays. Un roi de Perse , y est-il dit , ayant fait venir des soldats de Géor^ 
gie , fut tué la nuit , pendant qu'ils étaient en marche. ^ Les Géorgiens , accusés de ce 
meurtre , furent tou& arrêtés an même moment , et Ton voulait leur couper la tête. Alors 
s'élança du milieu des roseaux un homme couvert de sang et tenant un sabre nu: ««C'est 
moi, dit -il, qui ai fait cela.» On le prit et on lui demanda: «Qui te connaissait? qin 
t'a parlé et forcé de venir te dénoncer publiquement? — Après le meurtre du roi, ré- 
pondit le Persan , je me suis à - peine caché dans ces roseaux , qu'une femme , qui sem- 
blait avoir une robe de feu , se mit à me frapper impitoyablement, à me poursuivre et i 
me dire jSors d'ici; faut -il que mes serviteurs soient livrés pour toi à une mort cruelle 
et injuste? A force de tortures, elle me contraignit à sortir.» On relâcha donc les Géor- 
giens , grâce à la protection de la Vierge. *) 

Khosro II , épousa Dédis - Imédi , ûWe de Bagrat , premier prince de Moukhran, et soeur de Se. Kéthé- 
wan. Kaï-Khosro mourut en 1573 , mais sa femme vivait encore en 1587 ; quoiqu*il soit possible que 
sa mère fût aussi une Dédis -Imédi , en tout cas rien ne le prouve , et encore moins que celle-ci fût une 
soeur de Se. Kéthéwan , mariée à David , roi de Cakhelh , et qui fut martyrisée en 1624. D parait donc 
que Timothé , ce qui est bien aisé à croire , se sera embrouillé dans ces généalogies , en les citant de 
souvenir. 

Enfin il y eut en effet un prince de Moukhran, nommé Achotban, fils de Kaî-Khosro, fils de Wakktanfr, 
fils de Bagrat , le premier prince de Moukhran , déjà nommé. On ne sait presque rien de cet Achothan , 
ni de son fils lésé. Seulement , pour préciser un peu les époques , je dirai que le père d* Achothan moii« 
rut en 1627. 

^) Cet événement est en effet raconté, avec quelque différence de détails, dans la Vie de S. Ewthym. 
Il était alors fort jeune , et comme il avait été donné en otage en Grèce , il savait peu sa langue mater- 
nelle , mais après cette vision il en posséda la plénitude ; Vies des SS. Géorgiens , M it du Musée asiat. 
p. 1%. 

') Ced est égalemeol raeonlé dam les Annales , quoique avec des défaits diflIrenCs , p. 349. C'était 



Addition X« 193 

Citons encore un miracle éyidentf opéré en faveur des moines du lieu. Remarquant 
que la toiture de bois du couvent était à moitié brûlée, j*en demaudai la cause. «II y • 
deu^ ans, me répondit -on, que le fait eut lieu, » et Ton me fit remarquer un certain 
moine. Celui-ci ayant, une certaine nuit « ouvert la porte de Toratoire de N.-D. de la 
Porte, pour y prier, n'eut pas plus tôt fait cela qn*une femme couverte d'habits resplen- 
dissants soffrit à sa vue. «Qui es-tu? lui dit le moine. — Ote-moi d*ici» répondit -elle, 
je n'y puis rester; ce monastère brûle, va en avertir les relig^ieux.» Il regarde, voit Tin- 
eendie et la fumée qu'il produisait. Alors il se met à crier et à sonner la cloche. On se 
ressemble , on éteint en hâte le feu , qui ne faisait que de se déclarer, et c'est là pour- 
quoi vous voyez ces traces d'incendie. C'était donc évidemment la Vierge^ qui avait sauvé 
ce couvent des Géorgiens dont elle est l'espoir. » 

«Parlons encore du monastère. L'infirmerie, les cours d'enceinte, les cellules, ont 
été renouvelées par le roi karthle Alexandre , le même qui est représenté sur la porte 
de Téglise de Rouîs ; d'autres tours et la muraille sont l'ouvrage des dadians et gouriels; 
le salle à manger , les candélabres et tout Tameublemeut sont dûs à Acbothan , prince 
4e Moukhran ; les ateliers de celui qui coud les bonnets , du cordier , du maçon , du 
charpentier, à d'autres Géorgiens; c'est là que les moines s'asseoient pour se livrer à 
leurs travaux. On y voit le portrait du patriarche ISicoloz : c'est , je pense , un prince 
du sang royal *). Là soot les cellules du digne Gabriel lenfermé ; là vivent de saints er* 
mites, dans la retraite et dans la pratique des vertus religieuses. 

«Il y avait dans le monastère des moines appliqués à la philosophie, à savoir: Mé- 
léti , loacim et Philothéos. Le premier , dans ses hautes contemplations , avait réjeté bien 
loin les subtiles discussions des rhéteurs grecs, pour s*occuper seulement de plaire à Dieu 
par la perfection spirituelle : il fuyait la vue des hommes , comme la chèvre le chasseur. 
Nous nous entretenions continuellement, approfondissant des sujets de science, de religion 
et autres. En effet , nous avions la grammaire et la logique , la physique et la philosO'* 
phie , en langue turque , et quelques livres grecs , mais nous causions plus longuement 
dans la première de ces langues. Or il se trouve dans la bibliothèque (lu couvent un 
grand nombre d'anciens livres géorgiens : l'explication ou traduction de la Bible ^) ; un 

pendant le siège d*Alamout par les Mongols ; Tchagathar , un des noïns qui les commandait , fut tué par 
un Moulid , qui se dénonça lui - même , au moment où les guerriers géorgiens auxiliaires allaient être 
massacrés , comme soupçonnés du meurtre. 

^) 11 n*y a eu dans le KartUii|u*im seul roi, nommé Alexandre, qui régna de 1414à 1442. L'église 
de Rouis porte en effet une inscription où la restauration de Tédifice lui est attribuée. Y. Rapports sur 
mon voyage , 6e Rapp. p. 7. . 



*) Si Timothé ne se trompe pas , ce serait le catholicos , fils de Léwan II , de Cakheth > qui mourut 
en IS91. 



» . • 



') Je trouve dans un manuscrit 5«c^^^, dans l'autre , que l'on croit être roriginaji„dei oeavcea de 
▲ddit. et éd. 25 



|fl% Additions et icLiimcissEMERTS. 

livre déhdewL, te Ptiraëi&» ouvrage profoaë, écrit par Sopbroa, patriarcbe de Jérosalem; 
un autre ^ le Docteur, par Tabbé ieaa-le-*Sage (écrit par ThorDic -le- Géorgien , qui fut 
noine sous ce nom , et par son frère Waraz - Waichê) i où avire , iotitalé Homélies , et 
qnanAité d*antres. ^) 

« Je menais \k une ^ie agréable et heureose, participant aui douceurs du banquet spf- 
rituel ^pie procurent aux moine» leurs antiques règlements. L*abbé était assis en un Hcii 
élevé; les frères, couverts du cilice et de la coulle, {usaient te service, et rassemblaienl 
les restes dans des corbeilles. A un signe de Fafalié on sonnait de gros grelols, et on M 
mettait & faire la lecture, (ki élevait une relique de la très sainte Vierge , les cbantrM 
enteenaient Ffajmne II est digne. La lecture et le bon ordre des moines étaient ont 
chose plus charmante que l'or et les rubis: on en comptait 700, vivant en ascètes 99 
dehors ou résidant dans le couwest. Chaque dimanche «n grand nombre d'étrangers et de 
pauvres se. réunissent, et on leur distribue des meta et do l'argent. 

« Dan» le trésor du monastère il y a beaucoup d'ornements et d'habils d^église géor» 
giens , offerts^ en présent. On y voit anssi larmure do Thornic , te casque , la coite dn 
maillea, Téquipemenl,. le cimeterre qu'il porta, lorsqn'étant moine il fit la guerre aoi 
Persans et les mit en £uit«. Depuis loanè et son fils Ewtbym, ainsi que Giorgi-Mlhatsmi^ 
del, plusieurs dignes pères ont vécu en ce lieu; ii savoir: Giorgi d'OlAis, Tabbé loané 
Ninotsmidel, feané Roukhvfat»-Dzé , Seba-Thoukharel , Cliai le solitairo, Wasili-Oulounn 
bel et le digne prêtre laeob , peintre , tous Géoi^iens. 

(I Tous les jours , le matiu et ht soir , et spécialement le jour de TAssomption , qui 
est la fête du couvent, on fait mention générale de tous lee donateurs; des rois Bagra^ 
tidés, des reines , des éristhaws , des tbawads , des dadians et des gouriek, et même do8 
hoounes de condition infàrieure,. qui ont fiiit quelque offrande. On ne manque jamais à et 
méknento ^ qui est perpétuel. Heureux ceux dont les noms sont ici inscrits ! je ne pouvais 
m'empôcher de leiu* porter envie, et je fis inscrire k tout jamais les noms des rois Thél^ 
mouras et Eréclé. ^) < 

Cl Quelque *temps après mon arrivée eut lieu la fête de Noël*); on nous prépara ntt 
siège , un manteau admirablement brodé et une couronne de .... ^) , et on nous inviti 
à offrir le saint sacrifice ; mais connaissant mes péchés , je m'y refusais. Cependant je ce* 

Timothé , «««^^SaC* • J*ai réuni ces deux mots dans le texte. L*origiiiaI prétendu appartenait au tsarévitcli 
Théimouraz. 

^) A la fin du 80e chap. le voyageur dit encore : «II- y a li tant de livres qu'on n'en trouverait pas 
une telle quantité dàntf le Kadfali ; qui pourrnt en jEsire la listel ■ 

^) Cer noms sont effacés dans l'exemplaire du tsarévitch Théimouraz. 

») En 1755. 

^) 6r^^^* \^%^^^ ne peut se traduire , puisque 3*^^^. signifie un collier ; peut - être fiint . it entendre 
par-là «une couronne de perles ;■ car les bonnets des hauts dignitaires ecclésiastiques ^recs sont souvent 
broéb én^peries; - 



ri* 



Addition X. i$5 

dâi aux instances qui me furent faites. On Gt la veillée de nait , depuis le soir jttsqu*a« 
lever du soleil. Ensuite, quand arriva la fête de l'Epiphanie, on prépara dès la veille une 
tente , au milieu de laquelle était un papillon distillant de l'eau ; sur sa tète était un oi» 
seau d argent doré, dont le bec et les ailes laissaient également échapper des gouttes 
d*eau. L'abbé vint en grand cortège , bénit un grand bassin , et Ion fit la veillée , d« 
soir jusqu a Taurore. Au point du jour , on sonna les grosses cloches ; Tabbé et les ser- 
viteurs^) s*étant habillés, on promena Timage de N.-D. Portaïtisa , avec beaucoup de 
flambeaux, de bannières et de lanternes de diverse forme. Nous allâmes à la mer, à In* 
vers la vallée des eaux , emportant un grand bassin à purification , très précieux , offert 
par Léon^)« roi de Karthli et de Cakhelh, au-dessus duquel était un dais, richemett 
brodé , offert par Achotban , prince de Moukbran. On déploya aussi un rideau précieux , 
l^rande de Suimon , prince de Karthli ^) , deux grands Evangiles dorés, un grand Evan» 
gile , orné de pierreries , offert par l'empereur de Péterbourkh , et un autre , couvert de 
métal émaillé, par le roi Bakar, fils de Wakhtang, prince de Karthli. Puis on commença la 
bénédiction des eaux. Pendant que labbé de ce superbe monastère enfonçait la croix dans 
les ondes, les moines étaient rangés par troupes, ainsi que les ermites et les solitaires ^^ 
venus des rochers les plus retirés de la montagne , arrivés pour voir les lumières *) : la 
foule en était si grande, que la plaine ne pouvait la contenir et qu'on croyait voir ley 
bataillons d*élite de la milice céleste* Après la fôte, des murailles et des tours du couvent 
on tira des salves de canon, aux cris de joie des moines, qui ébranlaient la terre. Après 
la messe il y eut un banquet et une magnifique collation, en Thonneur de la solennité.» 



Tout ce qui précède forme le premier chapitre du Voyage de Timothé, après Tin- 
troduction ou le récit de son itinéraire , depuis la Géorgie jusqu'au mont Athos. Du se- 
cond chapitre, consacré au premier couvent géorgien du mont Athos, je n'extrairai que 

quelques notices. 

Suivant le pieux voyageur, ce couvent, sous Tinvocation de TAnnoneiation de la 
Vierge , est à six heures de marche du précédent, et fut fondé au pied d'une montagne, 
par S. Athanasé, Géorgien, venu de Trébisonde: il y avait alors (carême de 1756) cinq 
cents moines. Ce fut là que résidèrent d'abord S. loané fils du eourapaUOe de KarMi, 
son fils Ewtbym et Thornic, nommés plus haut. La tombe du saint fondateur avait été 
profanée, avant son arrivée, par les Turks, qui croyaient y trouver de riches trésors. Dans 

^) uu.; peut - être 3«u. , les pères. 

^) Probablement Lévran 11, homme très dévot, quoique dissolu, qui mourut en 1574 ; mais ce prince 
M fui nallement roi de Karthli. 

*) ilôt de Karthli , mort vers Tan 1$11. 

^) Plus haut rSpiphanie est nommé ^v^r^ a '^^ q ^' i ^ i^ » « la manifestation des lumières ; • nom que je 
n*ai j*"^«^ vu employer dans les livres géorgiens. 



f tfS Additions et i c l k \w c i s s eu en r b. 

hs environs du monastère on voyait la cellule el la tombe da saint Géorgien , Pétré étt 
mont Athos» dont la fête se célèbre le 12 janvier ^) ; Timothé vit encore an même li«ii 
la cellule sans porte où vivait un certain Anthimos, ' <hi Djawakbetb. La position du coQ^ 
vent et en général des 20 monastères du mont Atbos, est délicieuse , mais les moines, 
tous vêtus d*étoffes de laine ou de crin, vivent très durement , et nulle part on ne rao» 
contre ni poule , ni chatte , ni chienne, ni aucune femelle d'animaux domestiques. Tel 
était encore en 1756 Tétat du couvent fondé par S. Athanasé , au plus tard vers le mi* 
lieu du Xe siècle. 

Je sais de bonne source qu'au moment où j*écris, en 1846, il y a an couvent ibé» 
rien deux moines géorgiens , dont Tun , natif d'Iméreth , s'y retira après la mort de la 
reine Anna , veuve du roi David II , de qui il était le directeur. Ce mofne > nommé Ha* 
rion , a rédigé à la prière d'un archimandrite géorgien , de Tiflis , le catalogue complrt 
de la Bibliothèque dé manuscrits géorgiens , dont Timothé a dit quelques mots dans la 
précédente description. 

Comme le Catalôgtie du P. Ilarion , dont je dois deux copies à l'obligeance d'asMi 
géorgiens , est considérable , mais presque exclusivement théologique , an lieu de le joiiH 
dre ici , je me propose d'eu faire le sujet d'un travail séparé, en le réunissant à deux 
autres , également importants , de façon à présenter une sorte* de Tableau de 1 activité 
intellectuelle de la Géorgie dans les siècles passés. 



Timothé ajoute encore quelques détails h sa description, dans le chapitre 20e de ton 
Itinéraire , à pro|)os d'une seconde visite qu'il Gt au couvent Ibérien : 

«Après avoir achevé la visite des monastères, nous revînmes à celui des Gém^'ens. 
C'était la veille du dimanche des Rameaux (1756) : les pères se rassemblèrent, l'on com- 
mença à sonner les cloches, et nous fîmes la veillée depuis le soir jusqu'au lever du so* 
leil. Durant la Semaine -Sainte et le vendredi nous fûmes continuellement dans l'église , 
occupés à prier en commun et sans interruption. Le samedi, on tira et Ton déploya deux 
descentes *) richement ornées , offertes , l'une par Mariam , reine de Karthli , l'autre par 
Bagrat , prince de Moqkhran ^}. Comment vous dire ce qu'ils ont fait pour orner Téglise 
en vêtements resplendissants, en ustensiles damasquinés dor« en Evangiles de grand for* 

^) n n*est pas mentionné dans les listes de saints honorés par VégKsë géorgienne ; je crois que c'est 
Pétré - Bédiel dont il est parlé dans la Vie de Giorgi Mtha - Tsmidel , p. 262 du M-it du Mus. asiat. Gt 
Hist. de Gé. p. 303 , n. A. 

^) Je crois que ce doit être un tapis , du genre de celui que les Russes nomment DJornanHua , dont 
on couvre le tombeau de J.-C. durant les derniers jours de Ta Semaine -Sainte. Dans plusieurs églises de 
Géorgie , notamment à Khophi et à Alavrerd , il existe de ces descentes ô*4^X*»C* . exécutées par des 
dames ou données par de grands personnages , avec des légendes brodées. 

*) II est difiScile de constoter lldèDlité de ces personnages , puisque les noms ici rapportés sont fré- 
quents dans rhistoire. ^ 



Addition X. <97 

mat, charg^^s de pierreries enchâssées» en calices de yermeil, brillants de pierres préciea- 
«es ; comment ils ont décoré le temple de tentures , de séraphins et de chérubins dorés , 
de croix» d'images et de diamants, de grandes horloges^ placés au-dedans et an-dehors 
el qui frappent Vhcure avec carillons ! Parée comme une Cancée pour la noce , la ma- 
gnifique église retentissait des voix joyeuses des enfants chantant les louanges de Sabaoth 
et du bruit des instruments qui y répandait Taliégresse. Ce fut ainsi que nous célébrâmes 
la reine et souveraine des fêtes , le dimanche de Pâques. Des salves de canon furent ti- 
rées aux tours du monastère , il y eut un banquet abondant et une collation magnifique, 
pour la milice spirituelle des moines. » 



//. Elablissemenii des Géorgiens à Jérusalem. 

«Si VOUS voulez savoir comment les Géorgiens occupaient Jérusalem, voici ce que 
nous avons trouvé là dans les livres. 

« Mirian , le premier roi Khosroïdè de Géorgie , qui se fit chrétien , partit , sur Ta- 
vis de sainte Nino , vit Tempereur Constantin , alla à Jérusalem ') et acquit remplace- 
ment du monastère de la Croix, à savoir le lieu où Loth*) planta trois arbres^ un orme, 
un pin et un cèdre , comme signe que son péché lui serait pardonné. Ces trois arbres 
«'étant réunis en un seul, très gros, Salomon^ le fit couper, par la suite, lorsqu'il con- 
«bruisait le temple ; mais on n'en put tirer parti , et il resta par dehors , pour servir de 
«iége aux passants. Lors du crucifîment , par une disposition divine , le Sauveur y fut 
mb en croix , et jusqu'à présent on en voit encore la souche sous la sainte table. 

€ Dans la suite un saint moine de Chawtha *) , nommé Prokhoré , vint au monastère 
et à la laure de S.-Saba, où il vécut dans la solitude. Bagrat couropalate, roi de Géor- 
gie, avait donné de grosses sommes à ce Prokhoré , pour qu*il bâtit le monastère de la 
Croix , ce qu'il fit , pour servir de lieu de réunion aux Géorgiens. *) 

^) Ce double voyage de Mirian n'est qu'une tradition , dont les Annales ne parlent pas. 

') Ne seraient-ce pas les troifi mages ? N. du M-it. 

S) i»3<»j)^ , parait être un ethnique abrégé , dérivant de ^«3^0**^ ' ainsi Prokhoré était natif du Chaw- 
dieth , au pays d*Akhal-Tzîkhé. 

*) Ces circonstanoes ne sont pas mentionnées dans la Vie du roi Bagrat IV, celui qui avait envoyé 
nrokhoré à Jérusalem , mais il en est question dans celle de Giorgi - Mtbalsmidel , qui , lors de son 
voyage , vers Tan lOoi , trouva les travaux du monastère de la Croix en pleine activité. Il parait cepen- 
dant que ces travaux étaient déjà commencés depuis longtemps ; en effet le Musée asiatique de TAcadé- 
me possède un Commentaire sur l'évangile de S.-Jean, écrit sur vélin, à la Gn duquel, dans un mémento 
écrit en 1D38 de J. -C. , Prokhoré remercie Dieu d'avoir été choisi pour construire le monastère de la 
Croix. Sans la circonstance relatée dans la vie de S. Giorgi , on pourrait croire que cet ouvrage aurait 
été entrepris sous Bagrat m , ainsi que je l'ai avancé dans le Bulletin scientiGque , t. VIII , N^ 20 , 6 ; 
mais avec cette nouvelle indication , je crois devoir réformer ce que j'écrivais précédemment à ce sujet ; 
cf. ibid. n. 7. Cette dernière citation nous apprend que le couvent de la Croix était, non dans l'enceinte, 
mais ai^ii de Jérusalem ; on verra , dans l'Histoire moderne , que la chose est réellement ainsi 



198 AdDITIONSCT *iCI.iimCl88ENBNT8. 

c Après la yenue de Mirian Khosroïde , le très iilasire roi de Géorgie Wakhtaiig<» 
Gourg:aslan alla à Jérusalem» qui lui fut livrée par les Egyptieos. Il fut longtemps maître 
de cette ville et de la Palestine et y construisit beaucoup de monastères. Ceux que Wakli^ 
tang avait chargés de la garde de Jérusalem et les soldats qu*il y avait établis ttj 
domicilièrent et remplacèrent leur langue par la langue arabe. Ces Géorgiens, répandus au- 
tour de Jérusalem , sœt devenus Arabes , et les Arabes mêmes vivant aujourd'hui dans 
la ville sont Géorgiens. En effet il est écrit dans les livres, que le sultan de Misr en 
d*Egypte pria le roi Wakbtang-Gourgasian de venir avec une armée chasser de Jérusalefli 
les Francs qui s*en étaient emparés , et de prendre cette ville pour lui-même ; qu*en coiH 
* séquence le roi s'avança avec une armée considérable , expulsa les Francs et s*empara de 
la ville , où il construisit de nombreux monastères. ^) 

Le monastère où se trouve le lieu du martyre et le tombeau de S Jacques fils 
d*Alphée , aujourd'hui occupé par les Arméniens , fut construit par le roi Giorgi : on di- 
sait qu'un hôtel des monnaies des rois géorgiens avait existé dans ce grand monastère. *) 

a Après cela , Persans et Turks ayant ravagé Jérusalem et le tombeau de J. - G. , le 
pieux roi Léon , de Karthli et de Cakheth , bis-aïeul du seigneur Théimouraz, au prix df 
grosses sommes/ retira des mains des Turks les lieux témoins des souffrances de J.-(Lj 
envoya avec des fonds considérables loacim , supérieur du couvent de la Croix , et le 
chargea de reconstruire en marbre le tombeau de J.-C. et le Golgotha^). Au-dessous da 

^) TÎDiothé n'est pas fort en histoire ni en littérature. En effet , d'après les Amialei » Gourgadai 
yiot à Jérusalem, mais en pèlerin pacifique, comme on pent le voir, Ann. p. 1 14 ; il venait de faire rendre 
cette ville aux Grecs par le roi de Perse , au moyen d'une négociation. Ce fait rectifié, le reste tombe de 
soi-même. Quant à ce qui est dit du prétendu sultan d*£gypte , depuis les mots «En effet, il est écrit,» 
jusqu'à la fin du paragraphe , c'est la parodie presque burlesque d'un fait analogue , très extraordinaire, 
raconté dans THistoire du Karthli, vers Tannée 1520: on verra ce récit en son lieu, sous le roi Giorgi X. 
J'ajouterai ici que tout le paragraphe dont je parle est en note , dans le livre de Timothé , mais que je 
l'ai placé dans le teite , parce qu'il en est la suite. 

') Sous quel roi Giorgi fut construit ce couvent , il est difficile de le dire , d'après l'indication si va- 
gue de Timothé. En tout cas la tradition constante parmi les Géorgiens et conservée encore aojouf^ 
d'hui à Jérusalem , au dire de MM. DitCel et Bérésin , qui s'y troÎHraient en I8i3 , est d'accord avec notre 
auteur. La seule indication que je connaisse, relative à ce fait, a été relevée dans le Ballet, scient, t. VIII, 
N. 20, p. 313 ; d'après une note dm manuscrit du Mus. asiat., un roi de Géorgie aurait fait cadeau dHm 
superhe manuscrit des quatre Evangiles au couvent de S. Jacques, ce qui ne paraît suffisant pour aider''& 
déterminer la nationalité de ce couvent. Toutefois , en admettant même le fait , on ne peut dire qnaaé 
S.-Jacques pasça aux Arméniens ; on sait seulement qu*en 1656 les Grecs se l'étaient fait adjuger par h 
Porte, au préjudice de ceux-ci » et qu'il s'ensuivit entre eux de grandes contestations ; Tchamilch^ Hial. 
d'Arm. t. III , p. 666 suiv. L'avantage resta aux Arméniens , qui depuis \on sont restés en possesaioB , 
et nomment leur couvent Sourb-Hacob-Glkhadir S. -Jacq«es-le- Décapité. 

*) Dans le Synaxaire d'Ewgénia, le 13 septembre, les Grecs ont inscrit la menlppii dçi digne roi Liott, 



Addition X. 199 

marchepied en marbre du trAne patriarcal, ao Golg^ha, on lit ces faits en lettres géor- 
giennes. Après cela les chrétiens arabes et leur patriarche entrèrent en possession de la 
grande église de Jérusalem, mais le tombeau de J.-G.^ le Golgotha et les monastères des 
environs appartinrent de nouveau aux Géorgiens. Ils furent encore ruinés de cette manière: 
Un sultan criiel , maître de Jérusalem , conGa au patriarche un prisonnier chrétien et 
hri dit: «Je pars pour la guerre; garde -moi cet esclave jusqu*à mon retour. » Cependant 
le patriarche ayant renvoyé secrètement le captif à son père , ce malheureux , par l'effet 
d'un piège diabolique , retomba entre les mains du sultan , qui , de retour à Jérusalem , 
le redemanda au patriarche. Celui - ci , ne sachant pas qu'il était au pouvoir du prince , 
dit qu*il était mort. « Jure - moi qu'il est mort , dit le sultan , et je pourrai le croire. » 
Le patriarche ayant juré par les saints mystères , le captif fut exhibé , et le sultan fu- 
rieux Ot couper la tète au patriarche et aux chrétiens ; la sainte église , le tombeau et 
le Golgotha furent pillés; on en fit des écuries et des étables, pendant 70 ans. En .1529 f), 
au temps du roi de Karthli Dawith , fils de Giorgi , le grand-seigneur Souléiman envoya 
k ee prince un exprès, avec une lettre portant : « Jérusalem est la ville principale de vo- 
tre religion ; chassez - en les Francs et prenez - la , car elle vous appartient par héritage , 
depuis sa première occupation par le roi Wakhtang - Gourgasian. » Le roi, très- satisfait, 
ajant réuni ses troupes et celles de Tatabek Qouarqouaré , ils allèrent k Jérusalem , la 
prirent , purifièrent et ornèrent Téglise , le tombeau de J.-C. , le Golgotha et les monaa* 
tères , dont les Géorgiens jouirent durant kS ans. *) 

M Le monastère de la Croix étant encore tombé en un mauvais état, les colonnes au- 
dessous du dôme furent restaurées et peintes par Chotha Rousthwel '), chef des armuriers. 

pour avoir racheté le tombeau du Seigneur. N. de Tim. Léon II régna 1513 — > 1574* ; il prit part à Ten- 
Iraprise de Giorgi X sur Jérusalem , indiquée dans une note précédente. 

^) Si de cette année on retranche 70, il reste H59, pour la date du fait raconté par Timothé. Je 
me rappelle confusément un fait analogue à celui-ci , qui se passa au temps des dernières croisades. 

*) Donc ju«qu*en 1577. Du reste, c*est ici le fait faussement attribué plus haut à Gourgaslan ; This* 
foire ne dit nullement que Qouarquouaré ait pris part à cette expédition , mais seulement Giorgi X , de 
Karthli ; Léwan II , de Cakbeth , et Bagral III , d'Iméreth. 

') «Ce Rousthwel, dit Timothé dans une note, auteur de poésieil immorales, a enseigné aux Géorgiens, 
an lieu de la pureté et de la vertu , le vice et Fimpureté. Mais avant nous de méchants interprètes ont 
donné un sen^ mystique â ses vers licencieux. Il a décrit une jeune fille , aux yeux de jais , au visage de 
crystal , aux joues de pourpre, et par-là les jeunes filles géorgiennes ont été induites à couvrir de divers 
fiffds leurs visages , faits à la ressemblance du Christ , et à faire de leurs cheveux , dont la couleur est 
déguisée, des pièges diaboliques pour prendre les Ames. • — Ce jugement sur le poème de l'Homme A la 
pèàu de tigre , par Chollha Rousthwel • est d'une injuste sévérité ; car bien que Touvrage dont il s'agit 
roule en entier sur l'amour exalté de Tariel pour la belle Nestan-Daredjan, je puis certifier qu'il est plus 
diaste et plus châtié , s'il est 'possible , que l'Enéide de Virgile. Quant au commentaire du roi Wakh- 
tang VI , où ce qu'il y a de matériel dans le poème est souvent expliqué comme des symboles d'amour 
mystique , je suis franchement de Favis qu'il est ridicule. 



200 



Additions .BTiEGLAiECissEMEifTS. 



Loi-même y est représenté , sons la Ggare d*an vieillard. Puis, après ane nouvelle d^ra- 
dation , la voûte au - dessus du sanctuaire fut restaurée et rebâtie par le dadian Léon et 
par son épouse , la reine Daredjan Dcliiladzé , ^) qui y sont tous deux représentés. L*exé* 
cuteur de leur volonté fut Nicolaoz , Gis d*Oman Tcholaqacbwili ^) , abbé de Métekh et 
supérieur du couvent de la Croix. Sous ses ordres, les réparations furent accomplies. Oo 
7 voit le portrait de Nikipboré ou Nicolaoz , abbé du couvent de la Croix , ainsi que ce- 
lui de Théodoré MangIcL 

«Le roi de Géorgie, Léon, d'beureuse mémoire, oint de Dieu» roi de RarthU el 
de Cakheth, restaurateur et réparateur du tombeau de J.-C. et du Golgotha, racheta de 
ses deniers la noble église catholique de Jérusalem , ravagée par les Thathars» ayant en» 
voyé à cet effet le Géorgien loacim, abbé de la Croix , afin d'éterniser sa mémoire parmi 
les générations futures. » Cela ') eut lieu, il y a 222 ans. Il rebâtit encore sur la Sainte- 
Montagne le couvent de Philotbéos *). Il fut père du roi Alexandre, aïeul du roi Thèi- 



^) Donc avant 1639 , époque de la mort de Daredjan , et pas plus tôt qu*en 1628 , époque présumée 
de son mariage avec Léwan II. 

*) Je soupçonne que ce Nicolaoz pourrait bien être le Nicolas « chef des couvents ibériens de MriMh 
lem» natif de la Médie albanienne ; » ce Nicolas • qui vécut comme moine au couvent de la Croix ; « enfin 
ce prince Skbarlal « qui conseilla de porter à G. P. , pour le vendre , • au profit des couvents , un caGoe 
précieux donné par le roi Tbéimouraz 1er , personnage nommé par le patriarche Dosithée, dans son His- 
toire des patriarches de Jénisalem ; Biillet. scient, t. Y, p, 233 , 246 , 250. Ce qui me confirme dans 
cette opinion , c'est que la famille noble Tcholaqacbwili est réellement établie dans le Cakheth , ou AK 
banie des anciens; que ce nom a pu fort bien être altéré en Skharlalh , dans la langue grecque (^g;* 3 * 
T^caXaxci) , enfin que ce Nicolas , comme notre Nicolaoz, était abbé de la Croix au temps de Paisius, par 
triarche de Jérusalem , qui mourut en 1660. 

') Si la restauration du rui Léon eut lieu dans le temps indiqué par Timothé , ce fut en Tannée 
même 1535. Au ch. 7 de Tltinéraire , traitant du monastère de Pbilotbéos, il est dit que le roi Léon 
assigna pour Tentretien du Golgotha le village de Khodachen , dans le Cakheth. 

^) Le couvent de Pbilotbéos est décrit dans le 7e chap. de Tltinéraire de Timothé. H fut constnril 
par le roi Léon , fils de David , de Saiomon et de Bagrat , sous Tinvocation de l'Annonciation , 225 
avant le voyage de notre métropolite; qui le visitait en 1756 (donc en 1531) i il tire son nom d*un 
tain Pbilotbéos , qui en fut le supérieur. Léon et son fils Alexandre sont représentés dans ce couvent; 
le premier, comme un vieillard de haute taille , rouge de visage , ayant un né aquilin , les cheveux et la 
barbe blanche, avec la couronne et le manteau royal ; le second, petit de taille, beau de tournure, ayant les 
cheveux noirs et la couronne. Or, comme le roi Léon était Agé de 25 ans en 1531 et Alexandre de 4* ans, 
il s'ensuit que ces peintures ne sont pas contemporaines de la fondation. En note ,. le voyageur ajoute.* 
que le patriarche de Jérusalem lui contesta un jour la descendance de David attribuée aux Ba|{ratides , el 
la traita même de « blasphème insigne ; il est écrit , disait -il , que Tespérance des nations viendra lors 
de Textinction des mthawars de Judée , extinction qui s'était réalisée lors de la naissance du Sauveur. «^ 
donc quelqu'un de cette famille gouverne encore , celui qu'attendaient les nations n*ést pas venu , ce qui 
serait très absurde et blasphématoire. • A cela Timothé. ne réjK>nd rien , et j'imiterai sa réserva. 



Addition X. i t i <i •* .* 201 

mouraz, aïru) du roi Eréclé, père du roi sacré Tbéimouraz '). n Cela est écrit sur le sou- 
basspoii^nt cil marbre du sii^gu du patriarche de Jérusak-m, sur le Golgolha. Comment les 
guerriers gt'argions qui vinrent en ce lieu ne Tout pas lu cl ne l'ont pas fait savoir en 
Géorgie , c'est ce qui m'élonue extraordinairement. u 



«Par qui ont été construits des monastères, à Jérusalem: apprenez-le. 

1 " Le Golgotha, où fut crucifié N.-S. Jésus-Christ. Ce lieu fut acheté des Arabes, 
à un priï élevé, par le roi Bagrat, fils du frère d'Alexandre'); ayant ensuite été ruinés 
par les Tut'ks , le tombeau de J. -C. , le Gulgotha , les saints lieux et les mouastèrcs fu- 
rent rachetés et reconstruits en marbre , il ; a 222 ans , par Léon , roi de Karthli et 
de Cakiietb. 

2 u Le couvent de S. Jacques , Gis d'Alphée , a été construit par le roi GiorgE~ 
Couropalate ; *) 

3 « Le couvent de la Croix, par le roi Bagrat -Couropalate ; ') 

Ih «Le couvent de S. -Nicolas , par ta reine de Cakbeth , nommée d'abord Eléné, et 
en religion Elisabed •). S. Nicolas y a vécu en personne , et l'on y voit sa cellule ; 

5 « Le couvent de S. Jean-le-Thcologuc, par ceux du Saathabago et par l'atabek : 

6 a Le couvent de Saint- Abraham , sur le lieu où ce patriarche immola son fils 
Isaac , fut relevé de ses ruines par Giorgi Abachidzé , fils de Léon , il y a 57 ans ; ') ' 

7 «Le couvent de S.-Basile , par Amirakbor Amiriiido '') et par Thaqa : oecupé par 
des religieuses ; 

') Le roi Théimouraz II est ainsi désigné , parce que lorsqti'il Tut «acre en 1714 , roi de Karthli , il 
■'était écoulé plusieurs règnes sans qu'on eût vu une cérémonie de ce genre ; Cbrou. de Papouna Orbé- 
lian , au Mus. asiat. p. t J2 sqq. 

'] Je ne trouve d:iris les Généalogies aucun personnage h qui ces détails se rapporleut ; en tout ou 
le fait eut lieu avant l'an 1535. 

') 11 me semble que c'est Giorgi II, (ils de Bagrat IV, roi 1072 — 108S, et qui fut en effet couropalate, 

*} Baprat IV, 1028— I07V, 

') La princesse Eléné , soeur de Théimourai 1er , ce fit en effet religieuse à Jernsatem , mais aooM la 
nom & Ana»inin'n , ei non à' Elîiabed , après la mort de sa belle-soenr , la reine Kéihéwan , martyrisée en 
1621. Je ne sais si c'est d'elle qu'il s'agit. 

Une autre prinrossc , religieuse sous le nom d'Elisabed , fille de Nicolas ou Eréclé 1er , arriva A Mos- 
cou en 1738 , et vécut au Novodévitcbi monaslir (V. Archives): elle avait un file . nommé Thëimonraz. 
N'ayant pas lu les papiers qui la concernent , j'ignore les détails. 

*) Ce (jiorgi fut d'abord moine , sous le nom de Malakia ; il devint roi d'Imérelh , en 1702— 1707. 

') Un personnage de ce nom est souvect mentionné dans ta chronique de Papouna Orbélian. de 1742 
à 1734. Thaqa m'est inconnu. 

Addil. et éd. 26 



802 Additions st iKclâircissembiits. 

8 < Un second eonTenl dt S.-^icolas, près de celui de la Croii, par Paata et Kaï* 
Khosro Tsouloucidzé ; ^y 

9 «Le couvent de S.-Tbéodore, par Béjan et Baadonr Tcbolaqachwili ; 

10 a Le couvent 'de Se.-Thècle, par Kriatéphoré, abbé de la Croix, et par les Zed- 
^nidzé 9 ses parents ; 

11 « Le couvent de S.-Georges , dans la rue des Juifs , par les dadians, de qui oo 
7 fait mémoire; 

12 a Le couvent de S.-Dimitri, par Chalwa éristbaw du Ksan et Iwané Wircbel, de 
qui on y fait mémoire ; 

13 «Le couvent de femmes, de S.-Catberine ; on y fait mémoire du Phanascertel , 
d'AmiIghabar Tzitzicbwili et des Matcbabels; 

tk «Le couvent de femmes, de la Présentation, bâti par Téristbaw du Radcba, de 
qui on y fait mémoire. Ce couvent de religieuses est pour les Karthles, car il a pour 
bégoumène Kbatarina Antcbapbis - Cbwili. Il y a deux moines^) cakbes; les autres habi- 
tants de ce saint lieu sont de Rouis, dlméreth et du Gouria. *^' 

« A Bétbléem et à Getbsamania , il y a un autel géorgien ; il y a encore à Jérusa- 
lem des monastères construits par des Géorgiens, mais je n'ai pu en connaître les fon- 
dateurs. 

«Au couvent de la Croix est le tombeau du digne Prokboré, on y voit aussi soo 
portrait» Il y a dans ces monastères beaucoup de livres géoi^iens ; on y fait incessam- 
ment mémoire des fondateurs « et des lampes « destinées à rappeler leur souvenir ^ sont 
pendues soit au Golgotba, soit sur le tombeau de J.-C. 

« Dans le couvent de la Croix est représenté le grand roi Mirian , Rhosroïde ; 

« Le grand et fameux roi Wakbtang - Gourgasian , Kfaosroïde , qui prit Jérusalem 
M la Palestine, construisit Mtzkhétba et institua le catholicos de toute la Géorgie *), 

1) Nobles dlmérelh. 

*) L'auteur se sert du mot X^c^^^c , et non de 9«%e;;^%«%c. , qui «ignilBe une religieuse. 

') Mélité , dans m Géographie univerMlle , dit en note notre voyageur , décrit en Géorgie trois épar- 
éhies ; la première et la plus aucienne , celle établie par Enstathe d'Antipche , qui était dirigée par Tar- 
chevéque de toute la Géorgie ; la seconde , fondée par Wakhtang-Goorgaslan , Khosroîde , après la pré- 
cédente ; la troisième , aussi postérieure , celle de la Basse -Géorgie ou Iméreth , par Tempereur Eréclé. 

Ifais le patriarche Chrysanthe, en décrivant tous les évéchés de l'univers, lorsqu'il arrive au KartUi, 
ne parle que d'un évéque , et avec raison. Quand je disais que rarchevéché de KarthU n*ést pas sans 
importance , le Grec me répondait : • Comment peut-on le rabaisser ? N'a-t-il pas été fondé par le grand 
Eustathe d'Antioche , égal aux apôtres , et par le grand Constantin ? Qu'y a-t-il au-dessus d'eux? Et 
d*ailleuri le roi Mirian a lui-même institué Tarchevéque de la Géorgie. • C'est ainsi que me parlait le pa- 
triarche de Jérusalem. • 

' Ce même sujet est encore exposé de la mam'ère suivante dans le cours du Kvre de là Yislto. Hnothé 
étant à G. P. vers le mois de juillet 1756 , Parthéni, patriarche de Jérusahm , fadAnilt «Quand vmiB 



Addition X. 



2oa 



abaissa Samlhawro et fonda la Euprcmatie de Mtzkhétba , de rassentiroent de Constaotio^ 
Monomaque , empereur de Grèce ; ') i 

N iJugnit-Couropalato , issu de David, roi de Géorgie, coDslructeur de Koulhatliis el» 
du couvent de la Croix ; 

a Mariam *) , reine de Karttdi , (ille du dadiau ; 

«Cliotlia Rouslhvrel, chef des armuriers j 

« Le dadian et son épouse ; 

t Le digne Maksimé , cattmliros d'Aphkhazeth'; 

d Elisé-Tphilel . Théodosc-MaQglcl ; ISikiphoré-Bédiel et abbé de la Croix; Paata oli^ 
Kai-Kbosro Tsouloucidzé. 

a Arséni VVatciinadzé , philosophe , traducteur de livres profonds et directeur de Htm 1 
TÏd-le- Ré para tour , vécut d.ms ce monnslùre. y 

a Là fut mise à murt , le 20 juillet, la sainte martyre Salomé : prise par les inRdè- 
les, qui voulaient la forcer à abjurer sa foi, cette bienheureuse invectiva contre leur re^ 1 
ligion et péril par le feu et par l'épée ; 

a Là encore , le 19 octobre , le saint martyr ISicoIaoz DwaI , né de parents pieui 
qui, dès son enfance, le consacrèrent au Svigueur. Devenu granii, il passa dans un mo- 
nastère du CInrdjeth , s'y Gt moine et pratiqua de grandes austérilés. Après cela , il fut 
touché du désir d'aller à Jérusalem, pour se proslenier devant l'adorable tombeau da 
Sauveur, et demeurer avec les Géorgiens au couvent de la Croix. Ayant clé arrêté et 
cruellement tourmente par les inOdùIes , il fut envoyé en Chypre , de crainte des Turks , 
par l'abbé de la Croix. Là , dans ses prières non interrompues , il demandait au Seigneur 
de lui accorder la faveur du martyre, et eut une vision qui lui ordonnait d'aller de nou- 
veau à Jérusalem , a où l'abbé lui enseignerait ce qu'il devait faire. » Arrivé au monastère 
de la Croix , à Jérusalem , il se présenta à l'abbé , en le priant de l'expédier en Macé- 



devintes chrétiens , au temps de Const^nlin - le - Grand , l'empereur vous envoya Etislbalhe , patriarche 
d'Antioche , qui fit conslniire la première église patriarcale , cl consacra le premier calholicos et archo- 
véque de toute la Géorgie [ceci n'est pas exact). Ensiiile l'empereur Hérarliiis, allant faire la guerre eu 
Perse et ayant conquis la Géorgie , éleva le métropolite de Poli au litre àe calholicos d'Aphkliazelh , en 
sorte que celui de Karlblî resia pasteur spiriliiel «eulemenl du Karihli , du Cakhelh el de l'Albanie , et 
fut alors dépouillé do l'Imérelb. Après cela (i) Wakblang , roi de Gèor^^ie , du consenlemenl de l'emps^ 
reur Conslanlin-Monomaque , ayant Iiàti Mlzkbétha , où il mil un calholicos , le premier el ancien eatho^ 
licoi de Karibli en fui abaissé. U y a donc trois calholicos : le premii^r de Karihli ; la second d'Apfakha- 
seth , cl le troisième , qui est l'ancien. Aussi le patriarche Chrysanthe . 'en décrivant les évëchés de tout 
l'univers , compte-t-il pour un seul l'ancien el le nouvel archevêque de Karihli. > Pour mid , je ne puis 
n'expliquer ce que c'est que ces deux calholicos de Karihli, l'un insliluc par Euslathe , l'autre par 
Wakblang, au temps de Monomaque- 



') Entre Wakhiang et Constantin Monomaque . il y 3 au moins 550 ans de difTérence. 



.«S^MItl 



I Fille de Manoutcbar 1er, épouse de Suimon-Gouriel et des rois tle Karthli Rostom el Wakiltang V 



fiOk^ Additions CTic^▲1m€IS8EMEFlTS. 

^doiDe; ee qai ayant été fait; aussitdt après son ' arrivée , il insulta à la religion des gen- 
tils , fut pris , invité à apostasior ; mais comme il invectivait et déclamait violemment 
contre leor religion, on se saisit de lui et on le conduisit, à Témir, qui d*abord , par 
de douces paroles, essaya de le gagner^ et sur son refus de lui obéir, il eut la tête 
coupée. Par Teffet d*un miracle, sa tète, séparée du tronc, fit entendre ces paroles: 
a Gloire à toi, Seigneur Jésus, qui m*as jugé digne de répandre mon sang pour ton saint 
nom. » Après cela sou corps fut brûlé. Informé de l'événement , Tabbé de la Croix , fort 
affligé , ne cessait de répandre des larmes et se demandait continuellement si ses travaux 
avaient été agréés do Seigneur. Un jour y tombant en extase , il vit une légion de mar* 
tyrs , parmi eux le protomartyr Giorgi , ainsi que Nicolaoz le DwaI , revêtu de splendeur, 
qai lui dît : « Cesse désormais de t affliger sur moi , car mon martyre a été agréable au 
Seigneur. / 

ff>Le 27 juin, fut mis à mort au même lieu le prêtre martyr et abbé de la Croix , 
Louca Moukhachwili , Abachidzé , de cette manière : la mère de Louca vint d abord k 
Jérusalem , où elle se fit religieuse. Son fils , qui vint ensuite ^ se fit moine et , par ses 
grandes austérités, fut un serviteur très agréable à Dieu. Il apprit la langue arabe. 
Voyant son mérite , l'assemblée le fit ordonner prêtre et Télé va au rang d'abbé de la 
Croix , car sa piété fervente était connue de tous. Les Turks , à l'occasion d'un petil 
monastère, se déclarèrent contre lui, et l'engagèrent à renoncer à la foi; en lui promet* 
tint des trésors et le Hitre d*émir ; mais lui , il proféra d'injurieuses paroles contre leur 
religion , ensuite de quoi sa sainte tête fut abattue à coups de hallebarde. Quoique coav 
péê> cette tête riait encore et rendait actions de grâces à Dieu pour ses souffrances, 
L*b!st6tre' de ce martyre est écrite dans le Synaxaire, et an jour de fête lui est consacré. 

«J'allai ensuite an couvent des Arméniens^ dont j'admirai la beauté, n'ayant jamais 
va si iliagnifique église , si superbes ornements : c'est le couvent qui fut bâti par le roi 
Giorgi. » *) 

Après cela Timothée déplore longuement l'oubli où sont tombées en Géorgie les foa«* 
dfations des rois, dont il vient de parler, oubli tel, que lui-même en avait à-peine eih- 
tendu parler. Pour lui, aux noms de Léon, de Tbéimouraz, de Nicolas ou Eréclé premier, 
de son fils Giorgi , de ses filles Mariam et Kfaoracban , il fit ajouter ceux de Théimoa- 
m II et d'Eréclé II , pour être mentionnés dans les prières. Ensuite, revenant a la Croix, 
il dit y avoir vu les portraits , ornés de Tauréole et de la couronne , des saints Gèor- 

gieiis dont les nonis suivent : . '^ 

. . -■ 

Le saint prêtre -martyr Mosé, Géoi^en; 
-^ — Mari — ; 

— martyr Raï-Khosro, Géorgien, mis à mort par Chah-Abas, poor les saintes 
images, en 300 — 1612. 



' ^'^. n: 2. 



• - ■■■•{•.'■. •■ • • ;• ^•' , . . . ■ •ijir'iw- . ♦* • 



A D D I T 1 N X. 805 

Le saint père Arsenic Ois d'Ibad, Géorgien, de la famille Watchnadzé, philosophe; 
Le digne père Ewlhym Grdzélis-Dzé^ Géorgien 

— Mikel Dchouaïs-Dzé — 

— loané Rékhwaïs-Dzé — 

— Daniil Abacbwili — 
•— loané -Dchimdchimel — , philosophe; 

Le digne Arséni, catholicos de Karthli; 

— loané , — ; 
-— évéque Nounoos , Géorgien ; 

— — Cind , — 

« Là encore vécurent Tabbé de la Croix, nommé d'abord Nicolaoz, puis Nikiphoré, Gis 
d'Oman Tcholaqach\vili et d'une Glle de 1 eristhaw de FAragm. C'était un homme dis- 
tingué , d'abord archidoctcur dans la ville de Mtzkhétha , puis prieur dans le Cakheth ; 
archimandrite du village de Cotzkhcr, dans TOdich , de notre monastère de la Croix, i 
Jérusalem, et du Golgotha. Avec lui étaient Théodosé-Manglel Rêwis-Chwili , et Néophité, 
administrateurs des couvents géorgiens.» 

Tels sont les détails fournis par Timothé sur les établissements géorgiens du mont 
Athos et de Jérusalem. Maintenant je vais donner une notice sur l'auteur, sur ses voyages 
et sur les manuscrits à moi connus de son livre de la Visite , 3(>^l^os^js. 

Timothé , dans Tlntroduction de son livre , se désigne lui-même par les mots « moi 
Timothé , indigne de porter l'habit monastique , » ce qui prouve qu'il était religieux. 
Dans une note du recteur Dawith, fils d'Alexis, qui a copié et collationné l'exemplaire 
ayant servi d'original au mien, il est qualifié a Timothé Gabachwili, archevêque;» enfin ^ 
dans un Catalogue de livres géorgiens , à la suite du Compte - Rendu de l'Académie des 
sciences, pour 1837, N. 153, il est encore désigné, comme a métropolite géorgien, 
archevêque de Karthli. Il nous apprend encore lui - même , dans son Introduction , qu'il 
avait vu Moscou et Pétersbourg ^). C'est-là tout ce que je sais sur ce personnage. Quant 
au titre que je donne à son livre , il ne se trouve pas en tête , mais bien dans la note 
du recteur Dawith et dans le Catalogue sus-indiqués. 

Il partit de Géorgie en 1755 , prit en passant des lettres de recommandation d'un 
pacha d'Ahaltzikhé , qu'il nomme dans le cours de son livre Mahmad (peut-être faut-il 
lire Àhmad , comme l'indiquent les Tables généalogiques , pour cette époque) , et alla au 
monastère de Zarzma , dans le canton actuel de Koblian , où il se trouvait le jour de 
l'Ascension. De là il passa le mont d'Adchara et se rendit à Qasaba - Batom ; il alla 
par mer à Trébisonde , où il fut reçu par le prêtre Anania et gagna par mer Ounia , 

^) Dans un firman qui lui fiit donné pour aller k Jérusalem , il est nommé o*rc*^^ AJ.«C. ^-a.^ • Ti- 
flMthé i docteur de Tiflis ; » et dans la lettre de recommandation do patriarche Cyrille de G. P. • L'archi- 
l^lre Timothé , métropolite de KartUi. « 



806 Additions. BT.iicLAiRGissEMEifTS. 

d'où il partit par terre ; yisita Néocésarée , Cucuse d'Arméoie , ou Thokhatli , où il ae 
joi^it à une grande caravane allant à Smyrne : la route devait être de 60 jours. 

Ayant traversé Amasia , il trouva , avant d arriver à Ouch el à Goula - Qasaba , un 
monastère fondé par S. Chariton, où vécurent beaucoup de Géorgiens; à Goula- Qasaba , 
il quitta la caravane et se rendit à Philadelphie, puis à Sardes » k Qasaba/ k Magnésie , 
enûn à Smyrne , où il vit le métropolite Néophyte. Là il visita le monastère des Géor- 
giens, l'Académie philosophique, tenue par Hiérothéos: c'était au mois de novembre. D 
s'embarqua pour Chio , où il résida dans un couvent géorgien ; il y vit un roi de Vali- 
chie , vivant dans Texil, mais qui fut plus tard renvoyé dans ses états. Ne pouvant trou- 
ver de vaisseau pour aller à Jérusalem, il s*embarqua pour le mont Atbos, passa en vue 
de Modilin ou Lesbos , de Bokhtcha - Ada ou Ténédos , île dans laquelle fut longtemps 
exilé le catholicos géorgien Domenti III , et aborda à Limen, où vivait le prétendu fih 
de Ghah-Thamaz, à qui Nadir -Chah fit couper le né en îTkk , avant de le livrer ans 
Turks. De là il voyait le ipont Athos, et y arriva, comme on Ta vu précédemment^ Mf 
environs de la fête de Noël 1755. 

Après le couvent ibérien et celui de S.-Athanase, Timotlié visita successivement ceux 
de Yathopétos, de Sigménos, de Kilandar, de Qouthoulamich (ou Qouthoulmich); de Philo- 
théos, ci-dessus décrit; de Garacalos, qui a été réparé par les soins d'Artchil, roi d'Iméretli, 
de son frère Giorgi, de Wakhtang, prince de Karlhli^ et d'Achothan, de qui on y fait jour- 
nellement mémoire. II vit encore le couvent de Paul^ où l'on faisait la prière en russe, 
parce qu'il s'y trouvait un archiéréi de cette nation; puis celui de Denys, construit, dit- 
on , par un moine de ce nom, aux frais d*on roi de Géorgie, et qui dépendit du monas- 
tère Ibérien, jusque peu de temps avant la venue de Timothé. Il se trouvait là un moine 
géorgien, nommé Théodoré « venu d'Ousis-Tqé, et serf de l'église de Samtbawis, danft 
le Karthli. Enlevé par les Lesguis et vendu à un Turk de Gonstantinople, qui le tour- 
mentait pour qu'il apostasiât, il avait réussi à s'échapper et à venir en ce couvent, où 
il prit rhabit religieux. D'autres Géorgiens , le père Gabriel de Ghouancith , en Iméreth ; 
Léonti , de Dagheth ; Séraphim , de Karthli, et Termite Grigorios, d'Alai/verd dans le Ca- 
kheth , y résidaient. Il y avait aussi un évêque russe, qui s'était fait moine. Les couvents 
de Grigorios , de Simon-Pierre , de Xéropotamos , de Rochtha , de Xénoph, de Doukario^ 
de Coslamon , d'Ouzographos , de Pantocrator , enfin de Staronikita , ayant été passés en 
revue par notre pèlerin, il vint célébrer les Rameaux et la Pâque, de Tan 1756, au cou- 
vent Ibérien : c'était donc vers le 23 mars , car Pâque fut le 30 , en cette année. Etant 
ensuite allé à G. P. « Timothé revint à la Se. - Montagne le 5 juillet ; il retourna encore 
à G. P. , où il passa sept mois (août 1756 — mars 1757). 

Muni d*un firman du grand-vizir et d'une lettre de Gyrille, patriarche de CF., fl 
s'embarqua pour Jérusalem; pendant qu'il était à Scutari^ Gyrille f^t disgraf;ié et rem- 
placé par GalliniquOé II. prit terre à Micomédie, visita Goumlek, Brousp^les monattèM 
du mont Olympe, Mondania, le couvent de Ghinolacos; après ftiuf eotecOtà^-il. était li 



A D D I T I O N X. 207 

<2yziqae; il alla ensuite & la Tille de Calliopé , à Lampsaqve; visita Lesbos» SamoSi Pat- 
moSy dont l'église est enrichie de présents faits par les Géorgiens, et où il passa le jeûne 
de rAssomptioii. De là il passa dans les îles de Léros, de Calimona, de Stanchio et de 
Uiodes , et vint débarquer à Joppé ; il vit Tripoli , Beyrouth , Sidon » Ptolémaïde et Na- 
sareth ; sur le mont Thabor , un couvent et quatre églises ont été construits par les 
Géorgiens , quand le roi Wakhtang - Gourgaslau conquit Jérusalem. Il revint à Joppé 
et partit avec une escorte d* Arabes; vint à Gaza, à Arimathie ou Roumla, vit à Loudia 
U tombeau du protomartyr S. Georges, dont les Géorgiens célèbrent la fête le 3 novem* 
bre : ce qui , pour le dire en passant , est Forigine du nom de Giorgobis-Tbwé , « mois 
de la fête de S. Georges , »> que ce mois porte en géorgien. Malgré les dangers de la 
route, causés par les incursions des Arabes, proGtant de ce qu*il n'y avait pas alors de 
padia , il arriva sain et sauf à Emmaiis et enfin à Jérusalem. 

Ayant déjà exposé textuellement ce que Timothé vit dans cette ville de monuments 
géorgiens, je reprends la suite de son voyage. 

De Jérusalem il alla à Bethléem , à Bethsaïda , à Efratha , à Gethsamania , où est le 
tombeau de la Se. Vierge , dont l'église a été restaurée par les Géorgiens ; il assista à 
h célébration de la fête de Pâques, le 19 avril 1758, à Jérusalem^), et en décrit les 
magnificences. ^) 

Enfin, après quelques courses aux environs de la ville sainte, il .se résolut à la quit« 
ter définitivement, pour aller réclamer des secours pour les chrétiens, opprimés par les 
exactions des Turks. U s'embarqua à Joppé , visita Chypre , où il ne trouva , à ce qu'il 
parait^ aucun monument des Géorgiens, passa dans Tîle de Castéghoriz^ à Rhodes et 
dans plusieurs autres îles , puis à Athènes. Là il vit deux grandes colonnes de marbre , 
élevées par Xerxès , « roi de Grèce , qui fit ouvrir un canal par où la mer Noire se jeta 
dans la mer Blanche ; b de là il alla voir le couvent de la Transfiguration , au pays des 
Arnaoutes; il alla par mer à Andros, de là au couvent de Vathopet, où était exilé le 
patriarche Cyrille , de C. P. ; visita de nouveau le couvent Ibérien , et retourna par mer 
i Constantinople. Là, dans le trésor du patriarche, on lui montra d anciens habita épis- 
copaux , de couleur violette , et on lui dit que depuis cent ans les patriarches ne por- 
taient plus d*autre vêtement que la coulle monacale. Ce qui lui rappela qu'en effet les 
peintures de Téglise de Mtzkhétha représentent le catholicos de Karthli et celui d*Aph- 
Jdiazeth en bs9%j^^ ou camail chargé d or et de perles. Il partit avec le patriarche de 
Jérusalem , qui allait en Géorgie vit Chila , Ewkhaït , Sinope , Samsoun , la Chaldée ou 
Goumich-Khané , où se termine le récit. 

^) Pâques fut en efiet le 19 avril , en 1758 , de Tancien ityle ; or depuis le départ de Timothé de 
CoDttànlinopIe jusqu'ici , je D*ai trouvé dans son Itinéraire aucune indication qui pût me servir à marquer 
les époques de son voyage , et il me semble que ce n*est pas trop de tout une année pour parcourir les 
liens dont je viens.do présenter la série. 



208 Additions et <cLAiEËi8SEMEifT8. 

Il me paraît probable qu'il ne pat rentrer en Géorgie, au plus lAt, que yers la fia 
de Tan 1759. 

Ainsi que je lai dit, ma copie de la Visité a été faite sur un exemplaire appartenaol 
au prince Phalavandof, qui le prêta en 1839 à FAcadémie, sur la prière do Baron de 
Hahn. Il y ayait à la fin de curieuses peintures des rois de Gféorgiey de Platon, en bon* 

« 

net de coton , et d*Ari$tote en lunettes. 

Timothé a écrit un Tolume entier d'oeuvres tbéologiques ; le tsarévitch ThéimooraK 
croyait en posséder l'original , qui est un petit in-fol. en écriture ecclésiastique , et fat 
acheté à Mozdok par David, éristhaw du Radcha; il passa ensuite à un certain lacok 
Maïsourna , fils de Giomon , fils de Giorgi, qui a signé à la fin une note ^ datée da 25 
août 1806. Enfin il est devenu la propriété du savant tsarévitch. Après la mort de ce 
dernier , il fut . avec tout le reste de sa bibliothèque géorgienne , acquis par Sa Majesté^ 
qui daigna en faire présent à l'Académie. 

Le Musée asiatique possédait déjà la partie de lltinéraire de Timothé relative à le 
ville de Jérusalem. 



Ayant à parler du couvent Ibérien, j'ai dû, naturellement, donner la préférence k la 
curieuse relation de Timothé, d'un Géort>:ion qui l'a visité et décrit il y a environ cent 
ans. Toutefois, pour contrôler ce témoignage, j'ai consulté plusieurs sources, dont je vais 
donner l'indication. 

C'est d'abord le joli manuscrit grec N. (36 de la Bibliothèque patriarcale, à Moscoo, 
que l'on croit être du Xlle siècle. Il se compose de 38 f. petit in - 8^ et est intitulé : 
^iï]yi]6lç ndyu ofiaia neçl r^ç hçdg xal CffJaOfÂiaç olxovoç r^ç TloQrtaïrlarjQ ^ néSç 
^X9ey et g ro uyiov oqoç ^ et g t^p àylav fiov^v ràv Ivi^q(ov. La langue n'y est pas db 
grec absolument classique , et l'orthographe se ressent en partie des défauts bien connas 
des hellénistes. J'en ai , du reste , donné assez d'extraits , pour pouvoir , par raison de 
brièveté , m'abstenir de, plus longs détails. 

Ilyreabifl aaoncKii , 4aBbi40Ba , Cn6. 18^0» 2 v. 8^; la relation du voyage exécuté 
par M. Davydof , en 1835 , renferme beaucoup de choses très intéressantes sur l'état des 
monastères du mont Athos, et notamment, %. II, p. 214* « sur le couvent Ibériea. 

Voyage aux saints lieux , en Europe et en Afrique , par le pèlerin à - pied$ Barskf 
Plaki-Albof , . . . commencé en 1723, achevé en 17V7; S.-Pét. 1819, 2 v. <^% en rosse; 
cet ouvrage se distingue par sa naïve simplicité. Au t. II, p. Ht*- 5, on trouve quel- 
ques lignes sur le couvent Ibéricn. 

Description de tous les monastères du mont Athos , trad. du grec en russe , par les 
eoins et aux frais de Makari, moine du couvent Ibérien ; Moscou, 1809 «lOti- p. ia-8^. 
JLa grande Laure d'Atbanase a été fondée par les empereurs Nî<;éphore Phocas et Zimieeèt; 
eu milieu des fonts baptismaux, un tuyau porte un aigle à deux tétee, jeUait de ï 



\ 



A B D 1T J O N XL ... 

par le. bec Trat près de là est rermitage de S. Pieire do mont Athos. * P. 3^ «- 39» 
description détaillée da coarent Ibérien , où il ne manque pas de faussés Indications hie- 
toriqnes. P* 42 et sniv. ^ description de l'image PortaïUsa , très ciirieOse. 

Fallmerayer» Fragmente... (je n'ai plus l'ouvrage sons la inain) ; Ib. ▼. p. 96; S.- 
Athanase vivait 959 — 969. P. 1 08 » monastère des Ibériens. On tronve dans cet ouvrage 
llodication et lenaljse de plusieurs chartes grecques des divers couvents. 

Journal du Min. de Tinstr. publique, en russe» 1848, juin et mois précédents» no^ 
tke sur le couvent Ibérien : le premier hégoumène fut Atbanase , le second Ëvftbym » le 
troisième Ewstrate (?). 

Qn m'a communiqué que le Dr. Zacbaria a publié à Hydelberg» en 1840, un Voyage, 
où , p. 247 y il est question du couvent Ibérien et de sa bibliothèque ; ce qui j est dit 
de cette dernière se rapporte parfaitement à rindication que j'en ai donnée plus haut. 

N. -D. de la Porte ou des Ibériens est très vénérée en Russie: à Moscou » on voit 
son image entre les portes Nikolskia, menant au Kremlin; une autre image, dans un 
oratpire au bas de. la tour de Soukharef; une troisième , et une église portant son nom» 
dans le Kitaï-Gorodi non loin des portes Varvarskia (BuUet. scientif. L IV, N. 18). 

Pans l'ouvrage périodique Ore^ecTseHHua aanacn» t. IX, 2e. P*ie» p. 49-^56» un 
article de M. Michel Komilovitch sur le monastère de N. -D. d'ibérie» dans une fle dn 
lac de Yaldaï. 

M. Platon losélian» qui visita le mont Athos en 1848, a consigné les curieux résul- 
tats de ses recherches dans la bibliothèque du couvent Ibérien» dans les N.N. 22 » 31 » 
35, 36» du Courrier de bi Transcaucasie » en russe. Enfin les Lettres (en russe) d*un 
habitant de la Se. -Montagne et les Mémoires sur Tétat du monastère russe de Pantéléï« 
mon» par le-même, ont paru dans les deux ou trois dernières années, mais le iempi 
ma manqué pour consulter ces deux ouvrages. 



ADDITION XI. 
Récits des auieurs wrmmem sur le règne de Giorgi ter. 



Le roi d'Arménie» Gagic 1er Chahanchah» qui mourut en 1020» avait épousé, sm'vant 
Matthieu d'Edesse^)» Codramité, que d'autres nomment aussi Codramita» fille de Giorgi 1er. 

*) P. 9 du manuscrit do Matée Romniaiiizof; Yardan, p. 73 et Asolic» 1. III, e. 30, disent au eon* 

traire que Çodramité était fille de Sshac , prince de Siounie. Tchamitch » t. II , p. 8*72 , a suivi l'autorité 

des deux derniers historiens. Ce qui m'a décidé» malgré le silence des Géorgiens, à copier Matthieu d'E- 

desse , c'est le réc^méme auquel se rapporte cette note » dans lequel on verra chacun des princes jouer 

AMI. et éd. 27 



§10 A D D I T 1 N 8 «tT "i Cf.;â;l mC-^S 8 B 11 B 11 T •• 

r«l d*Aplikhkzie. Jeàn^SeMbat et Aéhoty Mu i^m fils db Gagie, m fM«int f^nteadre 
« svjet éb l'héritage de biir ptee, il en riwlta entre ma «e gatm , idast lequella 
Géorgi ou plutôt Gioirgi lié prit le porlS de SemUl , l*iCpft> iMiia, eèmiM le At Veidii^ 
fii 7^, profita de Toceasioa pour s-ea^iorar da di^eie «orritoinfa à (a ora^veaiBee, ^ ne 
eoprt'pea ^eotiement éésignéR Vojiant' qoe les deux frèiM. étaient sur fe pHiat'd^en -iNMlr 
aux mains, un pHnoe de l'evaiée du roi de Géorgie , qwi é^it en «abeasade en|rte dé 
fiembat» lui dit: «lèoi 'Hofbnnnèe, eomnuinde eeuleqent que IW oie mdntw AelM; je le 
prendi^i et te Itamènerai, diav^i de cliefaMe^e Cet eneojié. étàit^ *en elbti un kenMÉieilpnm^ 
un guerrier inyincible. «Achot, répondit le roi, étant courageux condjÉie lli'eet^ eenuMOt 
pdoifai-tn mé ramener? -^ Je. le preèdna TivMt, dit. le prince, lui «M ^een eouMfer.^ Ne 
«iépHse pas le lioneefn, reprit Sembat , araot de TaiPair té.» Lee «rovqies ^e'étant mises «i 
baUéUe, le prinoe, qui était AfWikaB, e'élanea cémme en Hon et.erle k liMMe^toix: «Que 
«élui qui est Aehot vieÉas^en ayantle Aehat, en l'entendaaft, devint roriettii.eomflie un 
léepasd» et teue deuK, se cherdHint mutnelleoMnit, en tinrent eux mains; Le prince -géergies 
ajint lancé une flëd» contée Achet, cskd-eî) prompt eeunne la fou<h«, ee bêiÉSa et FM» 
teignit d'un co^> de dmsterre isur son casque, et finiilit jusqu'en milien een eer|tfs c^uvsrt 
de fer. H y ea( ce jodr4à un combat saillant. €eux d*Alii, an}els de Senbet, ftireiit mis 
eé déroute , en point que les fu5ards , sans prendre le temps éfeÉkrkt dans- la ?ille , se 
jetaient dans la rivière d*Akhourian. Quelque temps après, les grands du pays et cenx ds 
Géorgie s^entnemirenk pour pécoécUier les deux >frères : Sembêt eut la vlUe d*AÉi et son 
teliiitoire, et Admt tas contrées - voisines ^de la <iéorgie et -de le Ptsw. VMUm, p. 7^ 
pnrle de oÂ^tfidts en grœ et sans date peaitive, à een ordinaire*: Matthieu d'Edesse, dmft 
k dtpsoolegie est trts eonfiise, dans is oonÉnsneement de eoii l#vre> parle de Tannée 
t#ft i 97t , oe qin est satièranent: inedmissiUs ; Ariatacès ^) né 4oniie neir pins auéunë 

mi réie oonforme à aeê rapports de parenté. D'aillearè le roi Giorgi eut réellement mie fille nommée Cata, 
dont le nom m rapporte à celui de la princeMe ici noqmiée, maie dont le sort n*est pas connu ; Annales, 
p. 179. = Matth. d'Edesse, p. 6, pariant de la puissance de Gagic , nomme les rois des AphUiaz, parmi 
ceux qui lui envoyaient des présentf, en signe cde leui; reipeel. 

^) L'historien Stéphanos de Taron, dit Asolic, a écrit une histoire d* Arménie en trois livres: le 1er, en 
4 chapitres, traite de l^istoire^unîtjpne]^.etde\€elle.dei*Aaniéme»enpaslièulitev^^^^ la cooTersion 
de Tirdate ; le 2è, en six chapitres, de Thistoire des derniers Arsacides, des khaliphes et empereurs de 
Grèce, jusqu'à ravénement an trône d'Achot-Ie-Grand ; enfin le 3e , de beaucoup le plus long, car Asolic 
était contemporain des derniers événements , renferme en 48 chapitres Vhistoire. de la dynastie Bagra- 
Mè. ht iètëitPi tait iquHl importe; la mort Ai dernier Usi de MaVhtsés,' M de lîm «Slt— 1^1 ' Aprée 
aieb ineeaté' ealiJI;2^1Wi leiiÉflÉgè tiagii^Cbahittdkiâi éî 

Phaltoun, éniir de Gantzac, jl termme son ouvrage» en rannée 6282 depuiiv le, co^mençepueet ^u^ionde, 
9ti , depuis le cnicfflment iSSI , depuis l'emperenr Philippe , suivant le. c^ç|a) 4je)s Grecs i 49?. i^e rire 
âireiSnienne ; la 30e aènée ae rémpereur Basile.1t ; la 15e de ISagic, rpi df toute la Gnuade-Annépile ; In 
13b'4^o catjioficat de Sjaurgis-'néxë'récal, ptf Fordre duî^el Ù.a écrit soî|.ottvi^. Daês^lip ^e ou e^faee-; 
ûé^ii&t chapitre dulîllè' livre , if avait fixi&' la construction de^égUse dé Sj-GrégoiÉb , dans l'ialérieur 



A B D 1 T 1 • N XL 9tf 

ëfll», vais il racMièiiccs événeaiHito avant cmi d» rén M7«-*4lOI8, et dAis. im itirdre 
on peu différent. Diaprés tui, le ra €iorg{ jnurait d'abdhrd réconcilié Sealiât et A^diei^ ad 
■fljeÉ da partage dont, parie Matthieu d'Edeaw, puis Sembat te aérait »tiré: dana aaa 
domaines ; après quoi, sur la plainte d*un seigneur partisan d*Achot, que Sembat lui awArit 
enlevé injustement un fort nommé Chatiç ^) , Giorgi aurait proGté de la négligence de 
Sembat pour l'attaquer: ce prince, dit Aristacës*), était d*un caractère paçifi<|ue, petit et 
chargé d'embonpoint. Comme il se rendait dans ses posisessions, il s*end6rmit sur la route; 
sans prendre de précautions pour sa sûreté. Giorgi, mécontèbt quïl eût iait assez peu de 
cas de sa médiation pour se permettre un acte arbitraire euTèrs un am! de son frère, 
Tattaque à llmproviste, et lui tue beaucoup de monde. Sembat peut &-^ine monter sur 
son cheval, il est pris par les Géorgiens, qui entrent flans Ani avec les fuyards, piAent la 
ifflle, sans respecter même les églises, et poussent Hnsolence jusqu*à enlever' les clous des 
crucifix , pour en foig;er , disaient-4Is , des fers pour leun .chevaux ; car , d*après leurs 
usages' rdfgieux, ils les regardaient comme superflus '}. Effrayé des suites de la désobéis- 
sance de ses grands , Achot se réfugia auprès de Tempereur Basile , comme te raconte 
rhistoire byzantine, tandis que Sembat, prisonnier des (jéorgiens, ne put racheter sa liberté 
qu'en sacrifiant trois de ses forteresses, exigées par Giôrgi. Tchamitch, qui a compilé et 
fondu ensemble les trois historiens d'où sont tirés ces extraits, place les faits en fOâO et 
1021: je m'en tiens à son autorité, qui coïncide avec lés recherches et calculs de Lé^éad: 
En VI0^^iÙ2i, continue Aristacès, conséquemment, d'après la chronologie de cet au- 
teur, trois ans au nA>ins après ce qui vient d'être raconté, . Tempéreur se mit de nouveau 
en campagne et passa dans Torient avec une armée considérable. 1} vint camper dans la 
vaste plaine de Garin et 'envoya un exprès à Giorgï, prince des Géorgiens, pour Ténçager 
i venir iaire acte de soumission. En effet un évêque , Géorgien de nation et résidant à 
Valarchacert, était allé au-devant de lempereur, et lui avait assuré que «Lorsqu'il viendrait 
dans le canton d'Ecéghik ou à Carin , le roi s'avancerait k sa rencontre.» Basile s était 
laissé persuader et, dans cette assurance'/ à chaque s&tion où il passait il attendait là' venue 

d*Aiii« par le nri Gagic, à ranném IMO de riai^taatkMf, aontféquemaieiit en U9 de l'ère annéDienne. Je 
M m'arrêterai pas é commenter tous cm synehconismes, ce qui deosanderait de très grands développa^ 
«anls. Pour Aristsoèa de Lastivend, continuateur d'Asolie, son histoire coromeooe, ainsi tfiem l'a vu dans 
KH. de Gé. p. ^OS,^. S, à raBiiée4i6t-*l015^ immédiaiement éprèâ la mort du roi Bagrat DI, conaéqneoH 
■0ii|:ll ans après l'époque eu finît son devancier; toutefois U rappelle dans les pr«mîeni chapitres dealiriti 
antérieurs. Il est bien ^. regretter que Touvrage d*Aaolic reste manusfrit ; celui d'Aristaoès a été ipprinié) 
i Venise, en 1844, in 8®, ISU- p. : cette édition se distingue, comme tout ce qui sort des preisef ^Vi-. 
khithariates , par la beauté typographique et par la correction. Elle est accompagnée de variantes \ peu 
nombreuses, il est vrai, mais bien choisies. 

') Ce fort était dans lé canton de DfM^t; Asolic. 1. m, c. It 

' *j P. 7. ' 
*) Cette réflexion est de Tchamitch, dans son Histoire d* Arménie, t. H, p. 896. 



fll9 Additions ET écLAiACissBiiBiiTt. 



du prince. Mais celiiiH» m (pooTait se résoudre k répondre à ses intHetaons , parée fM 
beaaooop des siens cherchaient à TeSbyer, en lai disant : sSitdt qne f empereur te wrm, 
on ta seru mis à mort, on il te privera de ta liberté , et ta ne revekras jmnais ton 
trtosji ' ' ni . . 

I ■ ■ ' a 

«Cependant rempereor, étant entré dans le Basian^ lui envoya deox on trois exprès, car 
il ne, désirait rien tant que d^acheyer paisiblement son voyage et de ne pas troubler la 
prospérité du pays. Pourtant^ ne recevant aucune nouvelle, il entra en fureur et ordonna de 
mettre à feu ejt i sang le gros bourg d*Ocom, ainsi que les villages et lea champs d'alen* 
Itour, et de les ruiner en faisant captive la population* Après ep avqjr enjeii^ les prison- 
pierSy il prescrivit de les acheminer dans la province de Chaldée , et lui même , à travers 
le Basian. se rendit à Vanand ou Phorac % ^tsissant alors un moment favorable , Giorgi 
se jeta sur la ville d'Onkhthik, et ordonna h ses troupes d'en brûler les jardins déUcieax 
et de s'emparer des biens des habitants^ mais en respectant la vie (des hommes.. A cette 
nouvelle Tempereur, encore plus enflammé de colère, marcha contre le roi ; leurs troupes 
se rencontrèrent près de la petite iper de Palacatsis , et se heurtèrent avec une impétuo- 
sité épouvantable. De leurs épées étincelantes, de leurs casques resplendjssants» partaient 
des éclats de feu, illuminant les montagnes, et au choc de leurs glaives des, éclairs en- 
flammés tombaient sur la terre. Témoin de ce spectacle, l'empereur admirait la bravoure 
des combattante; mais les troupes grecques, telles que les eaux d'un torren^ ^ui se brisent 
contre un rocher , finirent par tourner le dos. Là mourut le grand prince Rhat, dont le 
cheval, tombé dans un bourbier, ne put s en arracher; les ennemis fondirent sur lui et 
tuèrent^ à la grande douleur de la maison! de Taïk, cet homme digne de louanges. Pour 
6ioi^, il 4lla, avec ses troupes, se fortifier dans les citadelles de rAphkhazie^), tandis 
fue rempereur, envoyant les siennes de différente côtés, répandait la déyastaMon, et en- 
ioignait de la manière la plus formelle de n'épargner ni vieUlardj ni adqlescen^ ni enfant, 
ni jeune homme formé, ni homme» ni femme , ni absolument aucun âge : douze cantons 

• ^) Ici mon manuscrit porte : «è travers le Baaiatt, il vint à Cahtnii^Phoracy QoiriKitiVI parriise pro- 
bAh que Phorac et Vanand déiignent le même paya , je crota pourtant que le nom de Vanand a été in- 
tvodnit lé par un copiate, comme glose d'un antre iiom moine oonnu. bNl|)Mf dte 'oe même pamage 
d'Aristaoès, prédaément comme il eit imprimé ; Arm^ Anci p» 432.-Teliaaitdl, t H, f. 967, écrit de In 
même éiairièrei nmis tout cela ne démontre pas que la leçon Canàû^PbiDrac' f^âff - 'M^ ne Mt pan 
IMfferable à eeWe ^J* '/af^pus^. Bi^ éBët les AimiAes géor|jicÉnes m^ 

Gahuphor; CarÀiphoi^, Carniphoràk, Garnipholak, Camiphola, et mênie iule fa>ia'Cttini^h(Mlil ; p, IS^ 
IM, 2M, aiO», 217, 256, 265/271, 331, 391 :.:: . 

*) Ceci prouve Texactitude de ce que ^ifeiit.lei,Byzan|ina^ qa^ dans imi preoûffr combat, entre lea 
Abaagea et lea Greca la victoire fîit incertaine ; Avaagica , || îé. tontefoia Stritter iniconte dana la mêmn 
année 1023 et cette bataille et celle qui fut livrée Tannée auivante , comme le diaent lea Annalea et lea 
anteura arméniena. ■♦•..• "..i--;: .; . .-..i. .«i .■•:;.:.■ lî- ■••. ,j ■ 



■ il I 



A B D I T I R XI. » tiS 

firent désolés, raragés, en conformité à ces ordres ^). Après qàoi notre antenr. fait un 
tableau éloquent dans son genre des soaffirances de la Taïk.'^) 

' Evidemment il s'agit ici d'une seconde campagne de Basile contre les Géorgiens^ qné 
Taoleur des Annales, p. 176, a confondu avec la première, celle de Fan 1015. 

Matthieu d'Edesse, p. 35, parle aussi de cette expédition et sous la mêine date; mate 
a dit que les deux généraux Rhat et Zoîad, frères de Liparit, prirent part an combat, 
el que l'onporeur , a(>rès avoir consacré trois mois à la jft>umi8sion du fiaTs, alla bivemsr 
à Trébisonde. Cet auteur est le seul , à nous connu , ^ exprime comme on Vient de le 
voir la parenté des généraux géorgiens; il repète même, p. 74*, ^ue le Liparit qa| com* 
màndait Tannée auxiliaire lors du combat livré par les Grecs, en l<Mh8, anxTuiks Sel^ 
dHonkides, était frère de Rhat et de Zoïad. Or il y a ici de grandes inêertitudes , que 
M. S.-Martin, Mém. t. il, p. 2ii0, n. 11, a bien de la peine à expUquer. Un auteur by>* 
lantin dit, bien qu'il j ait contradiction, que le général géoi^en tué dans la bataille 
contre Basile, en lOSl, se nommait «Horace, fils de Liparit,» pm's, que c'était «Liparit, 
général du roi Georges.» L'une de ces deux assertions de Gédrénus, t II; p. 718^ 770, 
doit nécessairement être fausse. Les Annales géorgiennes à la main ^ nous pouvcms établir 
d*une manière incontestable la généalogie et les rapports des personnages dbnt il est ici 
question. 

Quoique j'aie déjà dit quelques mots de l'origine présumée des OrbélianS , dans une 
niote sur la p^ 9 des Annales, je crois dé voir présenter ici en abr^ les notices que leur 
historien Stéphanoe de Siounie avait puisées à ce sujet dans les Chroniques géorgiennes; 
notamment dans celles nommées Karthlis-Tzkbovréba^ et dans l'ouvrage^ malheureusemen 
perdu, de Mkhithar^Ereis, d*Ani. 

Sous le règne de Kaï-Khosro en Perse ^ des princes du sang rojfal de Chine, chassés 
de leur pays, par sm'te d'une révolution, marchèrent du côté dé TO. « avec on grand 
corps de troupes; traversèrent le défilé de Dariel et oflPrirent au tanouter ou mamasakhlis 
de Mtikhétha leur secours contre la tyrannie des Perses. La proposition fui; acceptée' et 
«on leur donna pour lieu d'habitation et de défense^ l'imprenable cHadeUe d*Orbel]i, doiH 
atruite par Karthlos. On leur assigna encoire plusieurs contrées et forteresses , en posses- 
sion héréditaire. Ceux-ci, satisfiiits dn lieu^ s'établirent à Ortietfa, et 4e ce fort ils iîirent 
appelés, longtemps après, Orboulk, L e. Qrbéthétsik ; car c'était l'habitude :idfes Géorgiens 
de nommer les princes d'après les iienf, comme le prouveiA les Méthokilk» les Bf^héoulk, 
les' Blradchoulk; les Hérisâiovk , ainsi appelés du Héreth ; les Dd«ivaUiourfchv du Ocha- 
vakheth; les Cakhétsik, du Cakheth; les Lekhthimaïk, du Lekh, et béauçAup.d autres. 
Cette famille s'appelle donc, jusqu'à présent, Orbelk, tandis qu'auparavant c'étaient les 
Sjenévoulk, i. e. Iljénatsik <m cAAiôû.i ) 

^) Vardan, p. 75, donne le même chiffire. Samuel d*Ani, an eontraire, parie de 2k cantons de l'Ibérie, 
qui furent dévactés. * 
*) Arist p. 9, 10. 



8lb Additions trit^kimtissEUBHrê. 

Eoi ratoor d*im si kon accueil, les émîgrét déUirrèmnl les GéMrgitns 4» Joug éti 
Perses , ce qui valut à leurs dicb ]m titre de spkvapiet ou géaégalistiif»; |ihia tard te Mi 
PlvirpOTrat kw accorda de teltes (avours, qu^aprte la personne dn monanfoe: md n'était 
plus coosidéfé ^m les Oribélians. En i0¥8, Jors de la bataille Kyrée ans Turki Sok|îo»* 
kides par les Géorgiens et tes Grecs nuis, Liparit, dief de la fanHlle, qui avait la moitié 
ik mijaunae, oif une demiHTViyaaté, sniTiint la teçon de l'édition ée Parisy p*'6tt^ anitml 
nae aMién au^liaire coasidérable, tevée sur ses prQ|Nres domaines. A cette époque la |io» 
sUoÉ des Orbéliana en Géorgie était fort brillante. sTeb étaient, dit Stépbaaos, te rang 
et in pv^ogatiire de cette Camille dans la maison des roia: ite élatent généraliasîmes de 
tentes tes : liMipes ^ commandante suprêmes de tonte h Géorgte et snpérienrs à toos tes 
digqitairba de te. cour. Us aTaieaft en pt»pre douze bannières, de KMK) baumes càttcman 
mais iCoauBia Kétlquetie attribuait au roi te flamme blanche « sur na drapeau éearlMei (M 
bnr attaiii erdonnék>de porter te ibmme écartete sur un drapeau blanc Qdaod ils. OUVr 
diaieÉt ou se tenaient debout en présence du rei^. ils avaient à te main uno.lMigastle(<à 
tête de lioa; IoUb des repas» ils s'asseograient amr on coussin pteoé è part, pluabaml que 
tes aiitrasdidébouls et prinoes 9 mangeaient. le pain sur des aasiettes d*argenlîfi onfiiià C^ 
talent' eux jqui pteeaient te couronne sur te tête du sonverain. En >outre tes Orbéliana a*é* 
tant souvent alliés à la famille royale de Géoipe et à celles des Coriciaos, c'est ciB.4|Hi 
eiplique la. firéqnchcè, dans leur avbre gènéalegiquoi de smns très communs chca les Ba* 
gratide8| eonune I^ané; et Sembaf ; . à eeb lenr hlsteïrien ajouté qne tes noms de Liparil^ 
Sliooum et Boiirfbel sont des restes de teur origine tartare en cbinoise*. Il se peut faiei 
qne tes dam .ppemters noms aoteot; en effets tarlares, mais te suite de Thistoire géorgienne 
prouvera que le dernier est une altération de fiirthwel, 1 e. maître de Birtbwi% etM»^ 
aéqMeinmentiqie>n'ert nn,pam tout géoigietté 

. Confainrfiwnth lliiâtoire, je .diiriserifi en trote éfoqnes ce. que bous savons de àa sur* 
eesainn denrOrbéliana: éa tae^ dapde te> moment où ib commencent k jouer mairéb aniril^ 
jusqu'api lempe de(]Da¥ié«lchflbépacatenr} te: 20^.. depuis, lors jnsqu en IITZ^ au BMtaaoïl eè 
te fiimflk dKIpaaiib de. nAnvean,: eprèoite Seiite ide^^teumliers de. Demma, .fréne^ d* 'Mi 
Giepgtiii f)i .te-de. jnaqe^ait moment loù. teafs^ Iraoes se pnndent daifl le Certe desi Anenteib 

: Uti «ni .doute peut cèater > cresfc que' les Gémgiens , qiii nindiquent ni Jeii .aclMÉisi ii 
te Éinrkde Lipaeit 11:^ se: iraient trompés en disant. Lip^iit III^ fite de ce demifr , «Bmdfs 
qn*ii aéeair fili dai ftil; : ce ^[ui est noo-^nkment.(iNi prdbable, mate démenti pmrim'flMfe 
tériauK nouviialuK. ^[toe jlm tniÉvétf à Gèlalti et d^ (élk cenniftM dane! FHtelateÉ dV Géi 
p. a97, n^i» a53,<n. 



) Le tableau généalogique de cette 2e époque ae vpit.déji dans la a 1,.]l 389 de l'njfilmre 4f 
ie ; la 3e viendra plua bas, dans une Addition qiécialement conaacrée aux (>ri>éliani. 



A » » I T r 6 11 XI. 



SIS 



Première époque des OrbéUaas. 

Uparit 1er 

qui jooe oo grand r61e sous les rois Bagrat 1er 

et Dawith 1er, dans les 25 dernières annèies du 

IXe siècle, p. 159 des Annales. 



Zwiad, 
qoi fait enterrer le roi Bagrat m, 
en lOH, et commande les troupes 
géorgiennes, en 1022; p. 175, 177. 



■ * 'r ^ 



Rat 1er, Rhat ou Crliàt, ' 
général des Géorgiens en I02i« 
meurt dans le ôônibat contre 
Basile; p. 177. 

I 
^ Liparitll, 

donné en otage k Bagrat m^ p. 172; t t022, 

suivant les auteui*8 grecs; marié i 

TzkhoiTvréba. 

I 



•t : 



Rat II. Iwané 1er. 



• • • • - • 



^ I 



narié* i . Liparit lil, 

é^Ulfcaw 4«» ériftthaws, aa comnen- 
cemeot do régoe (b Bagrat IV; fait 
piisounifr ea 1046, deviapt m«iae, 
soua ie nom d'Antoni, et meurt à 
C P., 1063 (?}; p. 180, 182*): en- 
terré k CatsUi* p. 187. 



I 
I 



I 
I 



I 



I. 



TchortoTaneF, loanéll. Rat m. Néanla, 
t 10Ï8. p. 18^, t i P* 18S ; m«nrt à 

CP. ABi,an,ierTioe des 
I (ïreat 

Liparit IV, soos les rois" Vasili, '"bimitri, Gioi^. 
Giorgllll et DavidU, t àCP. 
p. 198» .20^' 

\ 



Rat IV, t sous David II; ibid. 205. 



Enfants anonymes, dont la vie et la mort 

sont inconnues. 



*) Yardan, p. T8, est seul à^noM ftife osBDaftrs «pt^en tfV^lMtlv UparM, avee nflte eârmliers, fat 
balln par ThogrO-Bek, sous les murs de NakhtchéTan. 



SIS Additions !tf'Ti«QiiAfi:Gi88BMBiiT8. 



«L*enipereur, continue Arislapès, alla prendre enaaite aea quartiers d'hiver dans les plaines 
du Pont, et étant descendu dans le canton de Chaidée, s'y établit.» Le calholicos armé- 
nien Pétros alla Vj rejçindre, aux environs de VEpiphanie , et lui remit, au nom da roi 
Sembat, un acte de donation d'Ani et de tout son royaume '), pour le moment où loi-même 
aurait cessé de vivre. Quant aux prisonniers faits durant cette expédition, ils furent vm- 
dus dans des contrées lointaines '). » Au retour du printemps , Basile , quittant les phiiies 
du Pont où il avait passé Tbiver , se dirigea dë^ nouveau contre la Taïk , ^t , après plu- 
sieurs marches, vint camper dans le canton de.Basian.» Là Duravis, fi)s de Phocas, ayant 
consenti à prendre la couronne imjpériale, Basile alla^ suivant l'usage des Grecs en pareille 
rencontre , se renferma dans la citadelle de Mazdat. Dzravis ayant été tué par surprise, 
par les soins de Davith ou Sénékérim, roi de Sébaste, Basile vint k Salkora, k Textrémité 
du Basian , pour mettre fin ii la révolte de Phers , qui suivit celle de Dzraviz. Phcfs H 
son. gendre et complice Andronicé furent pris à leur tour et décapités, sous les murs de 
Khaghtoïarhidj , k l'extrémité du territoire de Carin. Ce lieu avait été choisi pour leur 
supplice, précisément parce; qu'ils avaient promis au roid'Aphkhazie., leur complice, de 
lui céder tous les territoires s*étendant jusqu'à cette limite. En effet ces pays avaimt 
appartenu au couropalate David, non, il est vrai, à titre héréditaire, mais comme marque 
de la munificence impériale, pour en jouir sa vie durant.') 

t Pendant son séjour à Saftora , Tempereur exigea du roi Giorgt trois citadelles, avee 
leurs jardins, que Gourgen avait prises ^), contre toute justice, de la succession du couro- 
palate David ; il lui envoya des exprès et lui écrivit en termes conciliants : sLaisse, disait- 
il ^ ce qui n'est point tdn héritage paternel ; reste paisiblement dans tes domaines , et ne 
n'empêche pas de continuer mat route vers la Perse.» Mais Giorgi ne cédant point, il lui 
expédia ce Zakaria ') évêque de Vagharchacert de qui il a été parlé plus haut. Cdul- 
ci , par de douces paroles , ayant réussi à le circonvenir , Giorgi lui donna une lettre 
renfermant son consentement aux demandes de Basile , et l'évêque s'en retourna bieo 
satisfait. 

■ ■ ■ • - 

4 

^) Suivant Vardan, p. 7S, Jean-Senkbat «e décida i frire cette donation, pour ae aouatraire aux inquié' 
tudea que lui causait le roi de Géorgie. B|aaile manda alora Giorgi , et aur aon refua de venir , alla 
ravager aon royaume, et partit ensuite pour prendre êeê quartiers d'hiver en Chaldée. 

*) Ariat. p. 11, IS. 

') Ariat. p. 13—16. Ces détaila forment le chapitre I|I de tiotre hiatorien, intitulé p^ «Sy p«». 

^LJÊ/A ^p^pnpi' tuftffUÊT q.tupX tunSi^ ^ ^t-pùtf m^j^ÙÊp^^li mayag^ junnuJ* uMunmkmmA fOmm 

^h-a.fÊtuguug ; je ne cite ce titre que pour avoir occasion de dire qu*il n*est nullement, dana le texte, 
queation d'une défiedte essuyée par les YérMain ou Géorgiens 

^) U me parait qu*il a*agit ici des troia citadelles données an roi Giorgi lui-même , par Sembat, pour 
prix de aa liberté, v. sup. p. 2tl. 

*) Ce nom manque daâfi les extraits préeédeofa, bien que la désignatioa du peraumage ne laiaae au- 
cun doute aur aon m 



A D D I T I If XI. 917 

M Comme il avait fait un jour de marche et arrivait k l'endroit où il voulait s'arrêter, 
il est atteint tout-à-coup par des coureurs, redemandant la lettre, parce que Tinsenéé avait 
chang;é d*avis ; ces gens repartirent après Tavoir prise. Pour Zakaria , il rejoignit l'empe^ 
reur et lui raconta ce qui avait eu lieu. Basile Tayant questionné sur les troupes aph- 
khazes et sur leurs préparatifs de bataille , Zakaria répondit : a Le roi a des troupes 
comme personne n'en a eu; elles sont pleines de bravoure et toutes prêtes à combattre.» 
A ces mots l'empereur, ému de colère oToi aussi, dit-il, tu as été du nombre des révol- 
tés, et tu veux m'effrayer.» Il ordonna de l'acbeminer sur Constantinople, en disant: «Va 
te reposer là jusqu'à ce que, mis en déroute, j'aille t'y rejoindre, j» Mais &es guides avaient 
ordre de lui couper la langue. L'évèquc partit, pour ne jamais revenir dans sa demeure, 
et resta dans le même lieu jusqu'au jour de sa mort. 

«r Ayant alors quitté son campement de Salkora , l'empereur passa avec ses troupes au 
lieu dit Chghpha. A cette nouvelle TApbkhaz , sans leur laisser le temps d'asseoir leur 
camp et de se fortiGer par une enceinte, a recours à ce stratagème : il dépèche un de ses 
évëques et se met en marche lui-même, sur ses traces, afin de tomber à Timprovi^te^sur 
les Grecs, et de proGter de la surprise pour les mettre en déroute. Ils s élancent, mi 
galop, chacun devançant son compagnon , sans garder un ordre de bataille , comme g«Bii 
allant au butin. Comme autrefois , du temps de Joram, les Moabites so jetèrent sur les 
enfants d'Israël , mais furent impitoyablement massacres par répée : tel fut le sort des 
troupes aphkhazes. Accourus témérairement sur leurs coursiers, le poids de leurs armures 
de fer , la rapidité d'une longue course ayant épuisé leurs forces , ils furent ri*çus au 
milieu des Grecs , alors tous frais , qui en massacrèrent un nombre considérable. Pour 
les antres , ils se. réfugièrent avec leur roi dans les citadelles de TAphkhazie , poursuivis 
par l'ennemi, qui ne cessa de tuer jusqu'au coucher du soleil. L'empereur ordonna alors 
de réunir en un même lieu les têtes de tous les morts en payant pour chacune un dahécan 
à ceux qui les apporteraient: les soldats allèrent donc à la recherche de tous les côtés et 
apportèrent les têtes des morts, devant l'empereur, les empilèrent ensemble, et par ses 
ordres en firent divers tas le long du chemin, afin d'inspirer aux spectateurs l'étonnement 

et l'effroi. 

■ - . ' ■ ■ » ' ' ■ i . ' 

«Se voyant alors, réduit à un état désespéré, Giorgi supplia l'empereur de le laisser 
partir tranquillement. Touché de commisération par ses prières, l'empereur lui écrivit 
une lettre ainsi conçue : «Ne pense pas , parce que je t'ai vaincu , * que j'exigerai plus 
qu'auparavant. Rends-moi les domaines que m'a donnés le couropalate. et . donnermoi ton 
fils en otage: du .reste ^ il y a paix entre toi et moi. » Gioi^i se laissa persuader et 
consentit à tout. L'empereur établit dans la province des commandants, qui firent un 
partagé*, maison par maison, village par village et champ par champ , 'précisément 
sur l'ancien pied. En recevant l'otage, Basile promit de le renvoyer dans trois ans. 
Pour lui, il se dirigea, à la tête dé ses troupes, du'Cdté de FÀrmënfe, et alla éamper 



216 Additions et tciAiRCissENBifTS. 

a¥66 M cayalerie dans la Taste (riaine de Her, où il ordonna de détraire tons les arbres 

dépendant de la ville ^)s Là^ la rig'ucur de l'hiver ayant décimé les Grecs , il 

powsa avec les débris de son armée dans le canton des Ardzrouniens , fut poursuivi et 
pillé par les jhabitants de Her, et forcé de reprendre le chemin de C. P. Au bout de 
trois ans, il relâcha en effet le fils de Giorgi, et mourut peu après. 

AristacèSy p. 21, 22, nous apprend encore que dans la première année du règ^ de 
Constantin VIII , successeur de Basile, Giorgi s'entendit avec Nicéphore Gomnène, gouver- 
neur du Yaspouracan ^) ; ce général voulait se faire empereur en Orient, mais il fut pris 
par les troupes de Gappadoce, après qu*on eut renversé sa tente sur lui ; il fut envoyé à 
G. P. et y eut les yeux crevés, l'année suivante; cf. Lebeau, t. \IV» p. 233. La même 
année, Teunuque Nikitom '), envoyé en orient par l'empereur^ passa par la Géorgie, d où, 
par de belles promesses, il tira beaucoup de nobles, et les envoya à Gonstantinople. L'em- 
pereur les combla d*honneurs et de présents , leur conféra des titres et leur fit & perpé- 
tuité des dons de terres, sans doute pour les attacher au service de lempire. Enfin, dans 
la 3* année du même règne, Teunuque Simon ^), qui avait le rang de chambellan et une 
autorité presque égale à celle de l'empereur, passa également en orient, avec une armée 
nombreuse, et alla en Géorgie, mais ia mort de son maître, arrivée le 21 novembre I(ht8, 
l'empêcha de rien faire d'important. 



ADDITION Xn. 
Rapports entre la Géorgie ei la Grèee^ sous Bagrai 



Sous le règne de Bagrat IV, la Géorgie fut plus grande et plus puissante qu'elle ne IV 
vait encore été, ou du moins Tinfluence de ses monarques acquit un plus grand ascendant 
^e jamais dans des contrées qui, depuis longtemps, lui disputaient leur indépendance. Ghaque 
révolte du Gakheth préparait la ruine totale de ses torévéques couronnés ; les rois du Tachir 



*) Ari«t. p. 16—18. Matthieu d*Edefse, p. 37, raconte en quelques lignes cette expédition, dont il nt 
un connaître que les résultats ; Vardan la passe entièrement «ous silence. 



*} Notre auteur n'hésite pas i accuser ce Coomène de dessins ambitieux , que l'hiitoire byzantine m 
lui attribue pas. 

^ Leb<w, tr XIV, p. 228, l9 nomoie Nicétas, duc dttiéri^ 

*) Lebeau, op. dt., le nomme également parmi les grands officiers de Conataatin VIII. • 



Addition XIL 



«9 



abaadoQnaieDl le nord de lear petit royaume, pour aller résider k L^; le Claitdjeth et 
le Tao se soumeitaient peu*à*peu ; les roitelets arméaiens d^Ani et de Cars étaient souTeal 
obli^s de recourir au prince des Aphkhas. La Grèce seule ûe reconnaissait qu'impatfaiCe^ 
ment les droits de ce souverain : d'un côté^ elle lui conférait des titres honoriG^es^ eon-* 
tractait avec sa famille des alliances matrimoniales réciproques, et de Tautre, elle accoeil* 
lait tous les traîtres, favorisait ouvertement tontes les dissensions intestines, et comme 
pour constater sa supériorité, préparer des envahissements ultérieurs, que les drconstancei 
pouvaient rendre un jour possibles, elle nommait des commandants de ribérie-Sopérieure ; 
parmi ceux-ci Ion peut compter Michael Vestes lasita , Gatacaloo et Thomie , dont leâ 
noms reviennent souvent , & cette époque , dans Fhistoîre byzantine. Mais comme aucoM 
portion de la Géorgie proprement dite n était sons la puissance des Grecs , il faut sans 
doute entendre par ce nom les territoires contestés, sous Basile II, entre les dent pays, 
qui avaient formé lapanagc du couropalate David, et sur lesquels les rois ibéiieH eon^ 
servaient encore des prétentions, tels que le Basen ou Basian, aux sources de f Arase. Je 
crois que c*est dans le même sens qu*il faut entendre le passage ou Cédrénos dit que 
15000 Patzinaccs furent envoyée en Ibérie^ par Constantin^Monomaque, en i0<^9, sous k 
conduite du patrice Constantin Adrobolan» pour continuer la guerre contre les Turke.*) 

Ce que Tauteur géoi^ien nous dit, p. 179, de nobles qui avaient pris le parti des 
Grecs et quitté Tlbérie, se trouve déjà confirmé en partie par divers passages des Bycatt>* 
tins , mais nous pouvons en donner encore d'autres preuves. Les ibériens étaient partoàt 
dms le service des empereurs grecs et y occupaient de bants emplois : c'étaient T^itÉioa 
OQ Djodjic, préfet du dorostole, en 1016, fils du patrice ibériett Thevdat; Georges et 
Varazvatsès ou Waraz-Watcbé, cousins du même Thevdat, qui^ en 1028, trempèreM éxaà 
une conjuration contre Romain-Argyre , et furent pour ce fait puiris ptibfiqaemenl , daaÉ 
les rues de Constantinople, ce qui n'empêcba pas le second d'être plus tard protospathaire 
et gouverneur d*Edesse pour les Grec?, ainsi que de sauver cette viUe, par se présence 
d'esprit , en 1 038 , des suites d'un stratagème conçu par les Arabes pour s*en emparer. 
On dit que Thevdat, mentionné plus haut, avait construit un couvent an mont Adios : si 
ce fait est vrai, je ny vois diantre explication qu'en disant que les auteurs byzantins 
auront regardé le nom de Thomie, le véritable fondateur du couvent Ibérien, comme un 
abrégé de Théodoros ou Thoros.')» C'était encore un certain Aboucap, TApocapès des 
Byzantins, ancien garde de la tente de Oavid^ouropalate , qui , en 1030 , révéla à Teair 
pereur Romain-Argyre, une conspiration tramée contre loi ; Vasil, fiUb de cet Abonoap, aa 
. trouvait parmi les braves défenseur de Mandzcert, attaqué en 105V par Thogrol^ML: 
il commandait f armée grecque, en 1065, sur les botdi du Danube, fut £iii primnier et 



^) StriUer, Mem. pop. t III, p. 822. 

*) V. sur tous ces persoaaagea, Striiter, t. IV, p. 190, a99> 301 



AdDITIONSBT iCLilRClSSENENTS. 

trouva le moyen d'échapper et de revenir près de son père, encore vivant alors ^); et 
enfin Tlbérien Grigor , fils de Bacouran , i*un des commandants gérées d' Ani , quand cette 
ville fut assiégée par Alp* Aslan , ainsi que Iwané , fils du grand Liparit . gouverneur dea 
cantons d'Hachtiank et d'Archarounik sous Isaac Comméne, qui ne fut fidèle ni à son roi 
légitime, ni au maître de son choix, comme on la vu dans l'histoire du règne de Bagrat. 

Ayant précédemment indiqué^ chacun en son lieu, -les rapports des Géorgiens avec tes 
Grecs , durant cette période de^ ki ans , je me contenterai de raconter ici les détails da 
combat de Liparit coûtre les Seldjoukides , en 10^8. Je prendrai pour hase le récit des 
Byzantins, le plus précis de tous, et j*y joindrai, comme développements, les particularités 
fournies par les auteurs arméniens dont je puis disposer. Toutefois, comme je me borne 
à ce qui concerne directement la Géorgie^ et que jVmprunte mes renseignements grecs aa 
seul Stritter (t. IV, p. SOI», sqq.), je renvoie pour le reste aux notes de S. -Martin, Mém. 
t II, p. 202, sqq. 

On a vu précédemment (Chron. arm p. ^d) les singuliers détails donnés par Vardao, 
sur Torigine de Mahomet et sur les commencements de sa puissance; ceux qu*il founiît 
sur les Seldjoukides ne me paraissant pas moins nouveaux, je traduirai ici tout le passage 
de cet auteur qui les concerne. 

«Après avoir, dit Yardan, conduit la série des khaliphes jusqu'à Djafar^), nous lavons 
perdu de vue. Leur domination commença en l'an 60 — 611 , et le trouble s'y mit en 
350 — 901 : attaqués de toutes parts, ils n'eurent plus la force de faife résistance, et lea 
Turks s'agrandirent , ainsi qu'on va le voir. 11 y avait dans le Khorasan un certain 
Matimoud, Ismaélite, qui franchit le fleuve Dcbahan ou Djihon, de Théthal^), et reviat 

■ 

dans le Khorasan. avec beaucoup de captifs , dits Orientaux, qu'il établit dans un district 
particulier* Us furent si actifs et se multiplièrent tellement qu'il leur donna un émir oba 

• : 1 • . 

*•*♦"'■ 1 

I 

.. ^) MattjL d'Ed. p. 4J et 81; Vasil est encore nommé par le même auteur, p. 140, en 1077. Il mourol 
en $32—1983, à Ourha, dont il avail le gouvernement; ibid. p. Ii4. 

^] t'est le nom que- les auteurs arméniens donnent au seconde khaliphe Abasside, plus connu chez Us 
Européens sous celui d'Almansour (755); ce peut être encore le khalife Mohtazcm , nommé par les 
Arméniens Maksam-Djafr (840—862). 

') Evidemment ce nom désigne le pays des Huns Hepbthalites ou orientaux, dont il a été tant parlé 
soiis le règne de Gourgaslan. Mikhael Asori (manuscrit du Mus. asiat. p. 202), parlant du môme peuple, 
a!f que «son pays s^étendàit jusqu'à Tétbaghiâ oii Toorkistan. Mabmet, émir du Khorasan, y fit des cap- 
tîfe ; Doghiou-Bek , appartenant à cette nation , devint sultan , et apurés lui Alp-Aslan . Ce passage'é 
été traduit tout différement dans le Bulletin scientifique, t. V, N. 8. La raison de ces difTéreoces tietit'i - 
ee que; fo manuscrit du. Musée asiatique eist extrêmement défectueux, et que j'ai rectifié ma traduction 
sur le manuscrit XC de la Bibliothèque royale , qui nous fut très obligeamment communiqué en 18*0. 
Voici , du reste , cette courte phrase : Il X^^ un^pu ^ p^miujfiiu , nup Pni.f^l,uu»tul ^it^/li, 

iti.iMit/1 fl^pu (M. de Paris, ^irpl^u) ^mii JL^J^in uiJl,fHM»l& funpmnMèÈAmj. jitpJ^ tuff^ ifiti.|^^«o. 
ÎHuguiL, ^nfl^L. ui^l^ L Iru» Inyui iu^LUBu ut/iJuX (Ijs. j&u» Inpui iui^uMufu»L), 



Addition XII. 221 

m 

celui-ci la couronne, au moment où il sentit sa mort prochaine. L*émîr fut yictorieux^ 
8*empara de la Perse et se fit sultan. 11 se nommait Dog'bla-Bak, ainsi que le dit Vaïram ^)^ 
fib de Tigron, l'historien. 

«Mais le vénérable prêtre Mkhithar d'Ani , dont la mémoire est dans le livre de vie, 
s'exprime de la sorte : G*a été un g^rand travail, que de chercher tout ce qui concerne le 
sultan des Turks. Voici ce que j'en ai appris, par la g^nice de Dieu: Mahmoud, dont j*ai 
parié , était fils de Sébekthan ; sorti d une famille obscure et devenu puissant , comme 
Artachir le Sassanide , il enleva le commandement à la race de Mahomet , dans la per- 
sonne de Mahmad-Mustafa^ le 33e descendant de Mahomet, en Tan 24^6 de l'hégyre^). Il 
devint puissant dans la ville de Bahl, du Kouchastan ; le bruit de sa puissance fit trem- 
Mer le khaliphe, qui lui envoya des présents, uu drapeau, le Lalap (liuiuMiMf)^ et les titres 
d'Aminadaulah et de sultan, honneurs qui augmentèrent l'influence. de Mahmoud. Ayant 
entendu parler de Tidole de Mathan , dans Tlnde , il alla la renverser et revint avec son 
butin, laissant-là son fils Mahmad. Pour lui, il alla à Gourgan, se^t payer par le maître 
de ce pays -t'OOOO pièces d*or et donner une maison pleine d armures. Ensuite il marcha 
contre Rhé. Machaddaulab-Roustam, qui y commandait, avait, trois jours auparavant, réuni 
les Dilémites et s'était avancé à sa rencontre. Il arriva à Srav , avec une armée consi- 
dérable et 250 éléphants. Ayant vu Machaddaulab, il lui dit : As-tu lu le Ghah-Nameh? — 
Oui. — Le roi entre-il dans le palais d'un autre roi ; oui ou non ? — L'autre se tut. 
Sur ce , il le fit enchaîner et l'envoya dans le Kborasan , s'empara de tous ses trésors et 
de Rhé. Puis il dépôtha son fils Makhsout dans le Tabaristan^ à Tarhab et à Sarthaa, se 
rendit maître de Rhé , de Ghazouin , du Krbastan ') tout entier. Laissant son fils à Rhé, 
il alla à Srav, y prit 100000 dinars et passa' à Nichavour, en l'an 4'21 de l'hégire 
(comm. jeudi 9' janvier 1030 de J.*G.). Makhsout prit Uamian, Ispaban, et revint à Rhé. 
Informé qu a Ispaban on a tué ses officiers, il y retourne, fait périr (^DOO hommes et re^ 
prend le chemin de Rhé. Il apprend alors la nouvelle de la mort de son père et de l'u- 
surpation du sultanat par son frère Mahmoud. Il se hâte alors de partir, prend son frère, 
le fait aveug-ler et s'empare du tr6ne et de l'autorité. Leur père, en allant au secours 
d'une tribu, dont les chefs se nommaient Khter-KJian et Bokhr-Rhan, avait rencontré en 
route une multitude de TuTks ; en revenant par le même chemin , il avait remporté une 

^) Je appose que ce doit être Vahram d'Ourba» dit Raboun, auteur d*une Histoire en vers des roÎA 
de Cilicie, imprimée en 1810 i Madras, et en 1832 à Calcutta, par J. Avdall. Quadro délia storia lett. di 
Armen. par Soukias 3omaI; Venise, 1829, p. 114 ;.Nouv. Joum. asiat. t. XVI, p. 287. M. Neumann, de 
Munich, en a publié une traduction anglaise, aux frais du Comité de traductions, orientales, de Londres. 

'] Commencée le jeudi 28 mar«, 860. Cette indication n'est pas tout à fait exacte. Si l'on s*en tient à 
Tannée de Ihégyre, Maksam-Djafr ou Mohtazem, ci-dessus nommée régnait alors ; si Ton veut trouver le 
nom de Mahmad, il faut descendre jusqu'à Mehthédi-Mahmet, qui régna en 870 — 892 de J.-C. et Ait le 
iie khaliphe. Je crois pourtant que c'est ce dernier que Mkhithar avait en vue. 

^} Le Kborasan ou le Kotirdistan. 



222 Additions et écLiiRcissENENTS. 

victoire sigoalée et pris leur émir, nommé Apaghon, qu*il ayait emmené dans le Kborasm 
et mis en prison. La nation le fil redemander au prince , puis à ses fils , qui refuaèrenl 
de le rendre. Dans leur funuir , ils passèrent le Djihon, avec toutes leurs tribus, se bat- 
tirent en désespérés, eurent Tavantage» prirent INiehavour et taillèrent en pièces les trou- 
pes du sultan , à Dadanghan , près de iVlrmen. Le sultan vaincu alla à Ghasouin et delà 
dans rfaide, mais il fut tué sur la route , et son frère Taveugie fut mis sur le trône, k 
QdMoxmxn. Y étant resté longtemps^ il eut des iils, qui régnèrent successivement dans cette 
ville, jusqu a ce jour. Mais un chef turk, nommé Mousepb, 61s d'Aghou-Sartchouk, avait 
cinq neveu nommés Abousaiis, Davouth, Tchagbr-Bek , Abou-Daliph et Tbougril- Bek ; 
celui-ci prit le titre de sultan, et n*ayant cessé de conquérir durant quinze anaées, par- 
tagea tout le pays de Khorasan. Etant venu à Rhé, il y trouva deui caves pleines d'or, 
S*«Q empara et envoya demander la bénédiction du kbaliphe. Ce dernier le fit traiter magmi^ 
fiquemeiit, par des personnages distingués de sa cour, lui donna un étendard et d'autnes 
présents, et lui conféra le titre d'Imambar , avec le siu'ttoa de Doukhar-Agba : dryaîa^ 
H fut reconnu comme le maître du monde. Il eut pour successeur Alpaslan, fils du firèR 
de Thougbril, qui ensanglanta tout Tunivers, et qui eut trait fils. Ensuite rautorilé échut 
à Mélik-Ghab , prince bon et pacifique , puis à Mahmoud-Sultan , puis à son frère aioé 
Bakiaroukb , qui le fit périr et occu|)a le trône pendant 4*0 ans. Doudouch • fils 4*Aip- 
aslan, s*étant révolté contre lui. Bakiaroukb le vainquit, tailla son armée en pièces et le 
tua. Mabmoud-Sultan, fils de Mabmo^, jeune encore, battit Bakiaroukb et porta le litre 
de sultan pendant 12 années. Il eut pour successeur son fils Mahmoud, qui eat ii co»- 
hattre Sandcbar-Sultan , le battit, prit possession de l'Aragh et Ty laissa eomuie agha» 
Après lui, son fils Davoud fut sultan et périt sous les coups des Moulicls. Ensuite parut 
Thogrtl, pois Makhsout, puis son fils Asbn, puis Tusorpateur Tbonghrilt qui vivail au 
tempe de notre historien Mkbitbar, que Dieu honore !j»*) 

Voici maintenant le récit , d'après les Byzantins » de la campagne de Theghrit-^Beà» 
en lOM. 

«Ayant appris qu une grande armée turque, oomaidodée par Asan^ était entrée dna le 
Vaspouracan, Aron-VeAès, gouverneur de cette province pour les Grecs ^ manda ii Cala» 
cabn*-Vestès, dit Kékauménos, ou le Brûlé, de venir promptemeot à sen secours» AuasitM 
'qu*il eut reçu ces lettres , Gatacalon rassembla ses gens en toute hâte , et se porta da 
Côté d'Annu Leurs troupes étant réunies ^ les de« chefs aie nrirent en enhweade , artU- 
qnèrent et baMrreat (es Turks, qni marchaient contre eux. A cette iiofivdle le soHaii ea-» 
Toya de nouveau contre les Romains une armée considérable, sons les ordres d'Abrakam» 
Alîm, son frère. Les Grecs, après avoir délibéré sur la conduite des qiératfains mïUtafatsi, 
marchèrent vers llbérie et s*arrêtèrent dans une jplaine , nommée Osourtrou *) par les 

^) Vardaa, p. 75, sqq. 

*) Cbez Et. Orbélian (passage omis dans l'éd. de S.-Martia, Mém. t.ll, p. 68) ce lieu est nommé Ordono- 
Giough «|ffji|i«i.-f^i.f , village d'Ordor; je pense que le nom grec se sera formé de l'accusatif imffmpm^^ 



Addition XIL 323 

habitants do pays, où ils campèrent en plein air. Là ils se tinrent tranquilles, et ayant 
an préalable fait entrer dans les places fortiGécs tous les gens de la campagne, avec leurs 
enfants et leurs effets précieux, ils dépêchèrent à l'empereur un courrier, porteur de 
lettres annonçant Tarrivée de l'ennemi. 

s Ayant lu ces dépêches, IVmperenr leur prescrtvit de ne faire aucun mouvement jus-* 
ifak ce que Liparit arrivât, avec. les troupes ibériennes, et engagea par écrit ce dernier *)« 

f^i.j^y répooéie naturelle â la que«tion qui dut être faite par des gens ignorant comment le lieu s'appelait. 
Voici le texte, d'après mon M-it: L ^^ UÉj^uit^i^lt^ ^ntnn^i^filt "Luifu '^^ix^V^ ^Hl> LiuuufuâmÊulilnuÊ^^^ 
Dans la liste des sufTragants du patriarche d*Antioehe , on trouve -. Sedes duodecima , Tbeodosiopolis, ' 
et parmi les sept évécbés dépendant de cette ville , le premier nommé est celui â'Ortros , qui me parait 
avoir la plus grande analogie avec le nom qui nous occupe ; Gesla Dei per Francos, Hanoviae , 1611, 
p. IMi. Pour le dire en passant , parmi les noms des 12 métropolites jper se subsisienies ^ relevant aussi 
d*Antioche, je ne trouve que ceux de Eyroi, Verea et Ralquis qui rappellent nn tant soit peu la Géorgie :. 
le Koar? llbérie? la Colchide? 

^) Vardan, p. 79, et Matthieu d*£desse , p. 73, nomment Grigor-Magistros, personnage célèbre 
à cette époque , en Arménie , parmi ceux qui invitèrent Liparit à venir se joindre aux Grecs. Ces 
damiers se trouvaient , lors de la venue du prince géorgien , près du fort de Capoutrou , dans le 
canton d*Ardchovit , au pays de Vanand , dont Cars était la capitale , et dont les Turks venaient de 
«'emparer. Liparit avait placé en sentinelle , pour la nnit , le brave Tcbortovanel , fils de sa soeur : 
on ne sait à qui cette soeur était mariée. Bientôt les infidèles ayant commencé un combat nocturne, 
Liparit en entendit le bruit, et des voix qui disaient: «Viens, car nous sommes cernés par les in- 
fldëles. — C'est aujourd'hui samedi, répondit Liparit ^ et les Géorgiens ne combattent jamais ce jonr-lA.» 
Malgré les ténèbres , le brave Tchortovanel faisait face aux ennemis, avec un courage de lion , lorsqu'au 
irilieii de w^ exploits une flèche lui entra dans la bouche et ressortit entre les épaules : ainsi mourut ce 
naUe et vaillant homme. A la nouvelle de son trépas , Liparit , comme une bête furieuse , se met en ba- 
taille et disperse les infidèles , dans la plaine inondée de leur sang. Témoins de la valeur de Liparit , les 
soldats grecs prennent le parti de le sacrifier , Tabandonnent au milieu des ennemis , et tournent le dos, 
ain de lui ravir la palme de la bravoure. Les infidèles, à cette vue, revinrent tous ensemble, et fondirent 
snr les Géorgiens. Déji le combat s'était ranimé , et Liparit rugissait comme un lion , au milieu des infi- 
dèlas , lorsqu'un Géorgien , s'avançant par-derrière , coupa les deux jarrets de son cheval. Liparit , qui 
s'en aperçoit , se retourne vivement et porte un coup mortel au Géorgien. Pour lui , sautant à terre , il 
«'assied sur le sol et s'écrie: «Je suis Liparit.» Aussitôt beaucoup de Géorgiens sont massacrés, les autres 
nia en fuite, et Liparit, fait prisonnier, est conduit dans le Kborasan, auprès du sultan ThogrQ, qui avait 
pféoMemment entendu parler de lui et connaissait sa rare valeur. 11 resta là deux ans et se distingua en 
divan lieux , par de brillants exploits. Un jour , ayant été mis aux prises , sous les yeux du sultan , avec 
■a brave Abyssinien , il vainquit et tua l'infidèle. En cette occasion le sultan lui rendit la liberté et le 
lesToya en Grèce, avec de riches préuients. Liparit vint alors à C P. , d'où l'empereur Monomaque, 
eharmé de l'avoir vu , le renvoya avec de grands présents dans sa patrie, près de sa femme et de ses en- 
firnts. Ce Liparit était frirt de Rhat et de Zoiad et sortait d'une puissante famille géorgienne ; Matthieu 
d'Bd. p. 73. Suivant Et. Orbélian , p. 68 de TédiUon de H. S.-Martin, Liparit avait amené avec lui au 
secours des Grecs, 7<M nobles; ses vassaux, 1800» soldais de ses propres troupes, et 10800 kommes des 
troupes royales : les généraux grecs n'avaient aVèe en que 15808 bonnnes. Le mAme animr raeoBla 



2Stk Additions et i^glaiecissements. 

eu qualité dami et d'allié des Grecs , à aller, sans différer, rejoindre les généraux aTêc 
toutes ses forces. Ceux-ci , suivant leurs instructions , ne bougèrent pas , en attendanl 
Liparit, qui^ pour obéir à Tempereur^ réunit et arma ses gens, mais sans faire diligence^). 
Cependant le temps se passait. Abram ayant appris la retraite des Grecs en Ibérie , tH 
l'attribuant à la frayeur, se mit en marche pour leur livrer bataille. Les généraux impé- 
riaux , qui en eurent connaissance , craignant d*être forcés d'en venir aux mains avant la 
venue de Liparit, se retirèrent dans un lieu de difficile accès, environné de toutes parts 
de précipices et de ravins, et s'y tenant tranquilles, écrivirent k Liparit de venir en toale 
hâte. Pendant que les généraux grecs Tattendaient , les Turks prirent Artzen , bourg 
non moins riche que populeux , l'incendièrent et delà marchèrent contre les troupes 
grecques. 

«Liparit et les Ibériens étant enfin arrivés, les Grecs descendirent de leur forte posi-^ 
tion , dont on a parlé ci-dessus , dans la plaine ^) au bas de la colline que courooae le 
château de Capétrou; comme les Turks se présentaient en désordre, Catacalon proposa de 
fondre sur ces gens, tandis que leurs rangs étaient rompus; mais Liparit refusait de com- 
battre , parce qu'il regardait le samedi comme un jour néfaste et de mauvais augure. Or 
Ton était au samedi 18 septembre, 2e indiction'). Ayant appris par ses coureurs où 
était le camp des Grecs , et qu*ils ne faisaient pas de mouvement , Abram rangea ses 
troupes et s avança contre eux. A cette vue les généraux grecs se rangèrent malgré eux 
en bataille. Catacalon occupa laile droite, Aron la gauche, en face de Khorosanitès, autre 
général turk , et Liparit le centre, vis-à-vis d'Aspam-Sélar, frère d*Abram, mais d*fiB 
autre lit. .« 

«Lé combat s*étant engagé vers le coucher du soleil, Catacalon et Aron triomphèmot 
tous dent de rènnemi à qui ils avaient affaire, et le poursuivirent jusqu*au chant du téq; 

•■■■•.=''■•■•' • . : ■ ■ ,,l 

p. 74, les circonstahcés de la mort prétendue de Liparit : il est' incroyable qti*il ait pu se tromper ilif 
point de croire que Liparit eût succombé dans la bataille ôdntre lès Turks; et J'ai déjà dit p. 326 âé 
r^. de ûe., n. 4, ce qee je pense de la inahfère dont il faut entendre ce passage de son histoire. Àrialaèèi 
^e Lastiverd éist, de toiïs lés auteurs arniéniëris , celui cpii 'donné le moins dé détails siir le combat âùàt 
il s'agit : toutefois il assure que les généraux gréds avaient 6<y(K)0 hommes h leurs ordres, avant rarrftéé 
de Liparit, et ne purent s'entendre ni entre eux , ni avec lui'; que Ahron- Vestes, fils de Boùighar, fitt lé 
premier à lâcher pied, ce que voyant les Turks; ifs cernèrent Liparit, cocipèrent les jarrets de son rhevill 
et se saisirent de sa personne. Liparit fut ensuite conduit au khaliphe, qui lui accorda la liberté ; Artflftael 
et, 14, p. 5!^-. Oh v6i( qud bet auteur n^ést pas d*accord avec les autres sur les principaleé citrontstitiidii 
des faits. • ' -, ; ,,,. 



i \ 



') Aristacès dit en eflfet , p. 59 , qu*il fallut bien djes supplications' et dés présents pdiir le déciâê? 
vemr. • ' * 

') I^ans la grande plaine du Basian { ^ristaç. p. 58,. rubrique. du ch. XIÏI. /'\ , .... 

') L*iiid!ctioii doit élUce.mexêxiléd^ et je croîs .qfjfMxji ^(^.4p % M UM Ur^ aM:iiM>|i^.i2, .m; Vaopée. . j[(^ 
tail rindioiion ll«^ et la lae-oommiBCii ^n^pt^iie 4e.çeMp.70[^np|^.^n^. . . . ,. ^ ,j ,. ^ ...^ . 



Addition XIL i : 

imis Liparit , fariem de la mort d*mi de sas mveux ^) , et a^étadt trap . akindoBoé à ao& 
courage, eut son cheyal taé et fut pris. Retenant de la poursuite , les Grecd laUradeillv 
el le croient ég^aloment occupé à domer la cftusse à rennemi ; maio ao le vojant pia n^ 
venir, ila deviennent inquiets et ne satent ce q^ hii est arrivé.^ Pendiant qu*ila a*^uisaitnl 
en conjectures, un soldat qui avait combattu sons les ordres de Lîparil vient leur anoon-» 
oer qu'il est défait et pris ; qu'Abram et son frère , après l'avoir mis en déroule , ont 
forcé de marche et sont retournés à Gastrocome ^), avec Liparit et les chréliens captifs. 

«Consternés de cet événement, les généraux grecs se rendirent , le jour suivant/ les 
uns & Ibane'), capitale du Yasponracan, les autres à Ani. Pour Abram, très aatisiaili de 
s^Mn» emparé de Liparit,. Il se porta à Rhé*, en cinq jours de marches IbrcèBS, e4 detk i|. 
envoya au sultan des courriers, annoncer sa victoire et la prise du général ibérieo^ 
Thogbril, sous les apparences de la joie que lui causait uuo capture si importante», diss»« 
mulâ son ressentiment des glorieux exploits do son frère et no pensa phn qu'il cbercber 
l'occasion de se.défeire de loi. De son côté l'empereur, apprenant la capCivilé de Liparit, 
s'occupa uniquement de te délivrer.r II envoya an sultan - George Drose, secrétaire d*ArOn,- 
avec de riches présents pour sa rançon, et 6t demander en même temps» la liberté do. 
Liparit et la paix ^). Quand les dépotés arrivèrent près du* sultan, celui-K», pour se moa-^ 
trer souverain magnîBqoe , qui ne marchande pas la = guerre , renvoya Liparit en pur don,^ : 
& Tempereur; la riche rançoo offerte par lempereur, il ne la dédaigna pas, nais il en fit 
présent à Liparit, non sans rengager i conserver lo souvenir de co bienfait et k ne ph» 
prendre les armes contre les Turks. • ^) 

* L'année suivante, le sultan vint encore jusqu'i Castroeome, mais eommo les habitante 
s'étaient renfermés dans les forteresses; si nombreuses en Ibérie^ M rentfta dànS' le Vaspov^. 

') Je traduis ainsi le moifairuelU, qui signifie au contraire cousin^ afin de me conformer a l'indication 
donnée ci-dessus par Matth. d*Edesse. 

') Ce nom me parait cacher celui d*Ocom , localité connue, du canton de Basian, xaççrfv ^Oxofiiw} 
V. Indjidj , Arm. anc. , p. 386 , et Arm. mod. , p. 88. Ocùni était au piôd du mont Dzirani , non loin 
d'Hasan-Qalé. 

*) C'est certainement Van,' nommée primitivement Avan, ainsi que le prouve le P. Indjidj (Arm. anc. 
p. 178, suiv.). Ce nom et le géorgien Wani dérivent du sanscrite Vtma demeure, sens qu'il conserve dans 
les deux autres langues. 

^) Stritter, Mem. popul. t. IV, p. 30i-309. - î 

*) Un auteur arabe, cité par M. à-Martin, t^ II, p^ SfS, dit fM U toi dê$ Aphkhaz^ q4i avalV été fiât 
prisonnier , offrit, pour sa rançon 3Q00<M dinars , dont il donnait la tiers s^r-lo-champ , mais que sa pro- 
position ne fut pas acceptée.^ J^e n^^me dit. que Liparit^e trouva quelque temps dan< les- mains d'un cer- 
tain Mervan , prince musulman , vassal de l'empire grec , qui possédait une partie de l'Arménie et de la 
Mésopotamie ; ce, fut lui qui le remit à Tbogril-Bek , afin de se concilier son amitié , et ce fut i^ussi à sa 
pHéif^ que le sultan consentit à rendre (a liberîé à son captif. H est donc probable qu'Abram n*'avait pas' 
conduit Liparit prés du prince son frère aussitôt après sa victoire , et que tfamûi il seiiAvolta lui-même, 
comme il va être dit, il avait cédé le priiênnfer à ce Merwtfn'. 

Addit c»t éd. 29 



' ■ / 



Additions bt ic t a ih^CjI s s b m b r t s. 



racan sans aToir rien fait d'important. En i052 Abram, qui s'était rëvollé contre le soltan^ 
fnt Taincn et pris, et Thoghril entra dans Tlbérie^ où il mit tout ii feu et à sang; Mo- 
nomaque euToya contre lui Michdi Acolythe, dont l'arrivée le força ii se retirer sur 
TauÎB. Enfin en 1053, Tempereur, pour subvenir aui frais de div^^es constructioiia» 
licencia 5000 hommes , des troupes ibériennes et tira de ces contrées , au lieu de soldula, 
de grosses sommes d*argent, ce qui ne contribua pas peu à ruiner de ce côté les affaires 
de l'empire. 

Vardan raconte^ p. 80, que le sultan ayant fait engager Liparit à se faire musnhnan| 
celui-*ci répondit: «Quand j'aurai vu ta face, je ferai ce que tu mé commandes.» Mais 
aussitôt qu'il fut en présence du prince, bravant tous les dangers, il lui dit: «Maintenant 
que j'ai eu l'honmur de te voir, je ne t'obéirai pas. — Que veux-tu? lui dit le sultan. <— ^ 
Si tu es marchand, vends-moi; si tu es bourreau, tuè moi; si tu es roi, rends-moi a la 
liberté, comblé de tes présents. — Je ne marchande pas un homme si brave ; je ne vem 
pas^ comme un bourreau, me rougir de ton sang; cooune je suis roi, va où tu veux;» et 
il le renvoya avec des marques de sa munificence. L'empereur ayant désiré ie voir, il ae 
rendit auprès de lui , avec des troupes qui lui furent données , rentra en Ibérie , prit le 
roi Bagrat et lenvoya à Tempereur, et lui-même s'empara de ses états. Le même autear, 
p. Skf dit que le r^ Bagrat ne revint qu'en 537 — 1088; mais cet anachronisme apparent 
tient à la manière dont Vardan groupe les faits, afin que l'on en puisse saisir l'enchaî- 
nement, ce qui est sans doute très utile dans une histoire universelle, aussi abrégée que 
la sienne, où il réunit toujours ensemble, portion par portion, les détails relatifs. à une 
dynastie, k un personnage; mais quand ces récits se trouvent au voisinage d'une date 
précise, ils semblent s'y rapporter, quoique souvent un intervalle très grand les sépare. 



Chronologie du règne de Bagrat IF. 



lOH Naissance de S. Giorgi-Mthatsmidel. 

1027 Au mois d*août, Bagrat devient roi. 

1028 Mort de Constantin VIII, Porphyrogénète, le 12 novembre. 

1032 1er voyage de la reine Mariam à G. P., ou tout au iUdins envoi de pi*ésents et 

d'une ambassade ; Bagrat devient courôpalate et épouse la nièce de l'empe- 
reur Roinain-Argyre. 

1Ô33 Aida, veuve du roi Gioj^ 1er, et son fils Démétré^ vont & C P., ils livrent Ana- 

cophia au:f Grecs^ 
— (?)Mort de la reine Eténé et second mariagie de Awat 



' :v 



A B D I T I O FI Xil.' 

1033 Gioi^i-Mthatsmidel revient en George. 

1036 Victoire sur Phadlon oa plutôt Aboul-Séwar, émir de Oovin. 

1 038 (?) Siège de Tiflis par Bagrat; dure deux ans. 

— Tentative de Liparit et des Grecs pour placer le prince Démétré sur le trdne. 
lOïO Prise de TiQis. 

10^2 Reprise de Tiflis. 

— Second retour du prince Démétré. 

iOkk Giorgi-Mtbatsmidel va à Jérusalem, puis au mont Athos. 

10^5 Ani se livre ou du moins vent se livrer à Bagrat. 

10M(?) Expédition de Liparit contre Dovin» sous Constantin IX, dit Monomaque. 

l04-7(?) Victoire de Liparit sur le roi Bagrat. 

lOthS En septembre, bataille contre les Seldjoukides, prise de Liparit. 

1050 Giorgi-Mtbatsmidel devient abbé du mont Athos. 

— Liparit est délivré; reprise de Tiflis par Bagrat. 

«-• Voyage de Bagrat en Grèce ; il y reste trois ans ; Giorgi-Mthatsmidel vient à C. P. 
1053 Retour de Bagrat, de G. P. en Géorgie. 

— (?) Expédition de Michel Acolytbe, contre Gandza. 

105^ Irène, princesse Alaine (probablement Aphkhaze et fille de Démétré, frère dn roi 

Bagrat) devient la maîtresse de Constantin X, Ducas ; Marie ou plutôt Martha, 
fille de Bagrat, va à G. P. ponr épouser le fils de l'empereur, et revient en 
Ibérie, à cause de la mort de Timpératrice Théodore. 

1055 Giorgi-Mthatsmidel se démet du titre d*abbé du mont Athos; U va i Jérusalem, 
où il voit le P. Prokhoré, occupé k bâtir le couvent géoi^n de la Croix. 

1059 Liparit est pris par le roi Bagrat. 

— Giorgi-Mthatsmidel vient en Géorgie, y reste cinq ans. 
1062 Victoire de Bagrat sur les Abazadzé. 

1064h Mort de Liparit, & G. P. 

— Invasion d*A!p-Aslan. — Prise d'An!. 

1065 Martha, fils du roi Bagrat, épouse l'empereur Michel VH, Ducas, dit Parapiaace. 
-* (?)Mort de Giorgi-Mthatsmidel. 
1068 Autre invasion des Turks en Géorgie, en décembre. 

— Campagne de Phadlon, sa captivité. 

1071 Expédition des Grecs en Géorgie. 

1072 Mort de Bagrat IV, en novembre, à l'âge de 63 ans. 



Additions kr iècliircissbiients. 



ADDITION XliL 



§. 1. Extraits de divers guteurSf relatifs w règne de Ika^id U. 



Les témoignages relatifs au règne de David II étant trop longs poor être bus en Mtr, 
je les réunis ici, pour compléter ce que nous sayms d'ailleurs sur les faite. 

«Voici maintenant, dit Mattbiea 4'Edesse, p. SKi9, 830^. ce qui anira ^ns l*aonée «r« 
ménienne 57U — 1121; un émir du.pAjs de Tzao^) nomiDé Kiiazi *), homme ^sanguinain^ 
impudent et cruel ^voleur, résidanl au voisinage de la Géorgie, était ami et sujet de Danlfc^ 
roi de cette contrée. En cette année il forma . Ofl détestable projet ; avec deux mjrriades 
de Turks, il pénétra en Géorgia, fit des prisonaiers dans on certain canton ^), et s enniOa 
camper dans sa province. A cette nouvelle, le roi Davitk tiivoya secrètement des tronpêt 
géorgiennes, qui tombèrent sur les Torks, en tuèrent 30,000, s'emparèrent de leurs fenuBetff 
do leurs enfants et da nombreux troupeaux 4e moutons, fu'ils transportèrent en Géorgie, 
sans compter d*autres riches dépouilles. Les Turks restants, se v(ijant dans une ei cruelle 
position, déchirèrent leurs habits, se jetèrent de la poussière sur la tète , etla tète une, 
eouverts de vêtements noirs, ils se rendirent près' de leur sultan, Mélik, fils de Tapkar, 
9 Ganlzac^). Là, d*une voix lamentable, ils exposèrent Irar inferiune, tandis que d'autres 
aHaient au pays de Garmian '), occupé par les Arabes, sous le commandement de Khazi, 
fils d'Artoukh, lui racoottr en soupirant les. pertes qu'ils avaient faites. Gciui*ci, fier de sa 
puissance et. de aa haute poeitioa» ordonna de rassembler des troupes nombreuses, fots 
les Tnidta de k Grèce , jusqu*^ l'orient , et dn pays de Garmian, dont le nombre s*éleva 
i 1 50,000 hommes. Il envoya encore au pays des étrangfers , du sud , et manda le rof 
des Arabes, Sagha, fils de Doubaïs^). Celui-ci, gui était un brave goeivisr^ et qui awit 

^) Petite subdivision du canton de Cotaïk, dans la province d'Ararpt^ du câté où psi le moderne Edch- 
miadzin; un autre canton du même nom est dans la Siounie, mais les faits racontés me paraifisent se rap- 
porter mieux au premier. 

^)t9ut ce peMonnagé/Àa généalogie^ son hUileipe, v. S.-Mavtin^ ' Mém. 1. 1, p, I2T, 1-28. 

'] Dans le Thrialeth et aux environs; Annales, p. 2H. Khaâ avait WOQO bonnaeA; Tehamitdi, 
t,ni,p.i3. . 

^) I. E. à Tauriz, que les Arméniens nomment aussi Qantzac-ÇhahastaD. 

^) Ce canton, que Matth. d*Edesse p. 166, nomme encore Carmr, était dai^ les environs, ou tout au 
moins aous la dépendance de Témir de Merdîn, ibid. p. 21^. Suivant M. de.'BfamDier (Bist. de l'emp. oU. 
trad. fr. 1. 1, p. 53, 246), le sandjakb dé Kermîân oemprend la Rûjr^e teptehtriônale, et la capitale en est 
voisine de Koutahié. Je crois qoe ce doit être le même pays que le ^Jftp Gamir, qui dans les Actes des 
ap. ch. II, Y. 9, répond à la Cappadoce des testas gnw, lalia at géorgien. 

*) Je traduis ainsi, parce que le texte arménien ne comporte pas un autre sens, et parce que ce Sagha 
est encore mentionné, p. 237 , sons la forme de «Salé , fils de Doubaïs et gendre de Khazi.» II me parait 
pourtant que Ton devrait trouver id le nom de Doubaïs, fils de Sadaka, le même dont parlent rannaliste 



A O t I T i N XIIL 

pris h TiUa de Bagdad et livré trois eomb^to à Taphar, aulUn de Perse, vint avec 10000 
honaies. TaBt6t yainqueur, taolM wucu dans ses eipédiUoos, H appartenait à la triba 
des Rbavat ^) , était un grand blasphémateur de Mahomet et de tous les musulmans , et 
CMnpait entre TElhiopie et riode. U était ?ena dans ce temps là et avait épousé la fille 
d» t'émir persan Kbazi. 

c Cette année Kbaii, avec des troupes nombreuses, alla h Gantzac, pour delà se rendre 
en Géorgie; au même temps Malik, sultan de Gantzac, s*avançait avec fkOOOO braves sol- 
dats, et ces masses réunies pénétrèrent en Géorgie, du côté de Tiflis, par la montagne de 
D*cer*). A cette nouvelle le roi Davîlh, fils de Gîorgî, fils de Bagrat, vînt présenter la 
kàlaiile aui Turks, avec *0000 soldats braves, déterminés et exercés à la guerre. Il avait 
enoore i 5000 braves , fournis par le roi des Kaptchaks , 500 Alaios et une centaine de 
Francs (lis. Varangues) ^). Le jeudi, 13 du mois daoût, durant le carême de la Mère de 
Dieu, il y eut un rude combat, entre deux montagnes, dont les échos répétaient les voci- 
ferations des assaillants. Dieu daigna protéger les Géorgiens, qui, par leur bravoure, mirent 
Tannée turque dans une déroute complète, et en firent une horrible tuerie. Les fleuves 
et les vallées regorgèrent de cadavres ; le carnage s'éleva à k myriades ; 30000 hommes 
furent faits prisonniers, la surface des plaines fut couverte d*armes et de chevaux, et les 
Géorgiens continuèrent la poursuite durant huit jours, jusqu'aux confins de la ville d'Ani. 
Malik , sultan de Perse , et Khazi , sVnfuircnt précipitamment chez eux , la honte sur le 
front, ramenant à-peine un guiTrier sur mille. *) 

fèorgien, p. 214, et M. S.-Martin , Mém. t. II , p. 234 , en le qualifiant de la même manière. Mais je re- 
marque que, p. 237, le «avant français renverse les termes et nomme «Sadaka, 61s de Doubaïs, prince de 
HiOalL» J'ignore s'il y a ici faute d*impreision, ou «i c'est une inexactitude échappée au savant firançais. 
Quant à Doubaïs, c'est évidemment le Dourbez de l'auteur géoripen. 

A) Ce mot nous fait connaître positivement la nationalité de Dobaïs : il était de la tribu Kourde des 
Béwadi ou Réwazi , précisément comme Pbadioun , de qui M. S.-Martin aflinne la même chose , Mém. 
t. n, p. 235. 

*) C'est le Did-Gor , la partie la plus «urientale de la chaîne qui forme , au S , le bassin du Kour , et 
d'où sort la rivière d'Algeth. 

') Comparez ces chiflbes avec ceux donnés par les Annales géorgiennes, p 211. 

^] C'est cette bataille qui est mentionnée dans les Bella Antiochena, par Gantier chanoeliier*. «Ayant, 
dit cet auteur rassemblé, un grand nombre de Turcomans et d'Arabes, Algazi résolut de marcher contre 
le voi David , dans l'Ibérie (dans le texSe latin on lit : eontrà regem David in *enetiam equîtare ; je ne 
dente pas que le mot précédé d'un astérique ne doivtt se lire IbéHmn) , afin d'assorer , en exterminaBt ce 
prince, son empire sur Antioche et s«r Jémsalcai. Mais le jour où Algazi , avec le Soudan (soldanus Cho» 
rscensinm) et €00000 soldats, allait entrer dans le pays chrétien, David, qui avait 80000 guerriers Mèdes 
et chrétiens , rangea son armée entre deux montagnes couvertes de forêts épaisses et s'arrêta dans une 
valée par oè l'on présumait qu'arriverait l'ennemi. Fois il exhorta êeê gens à vaincre ou à mourir, et à 
s'ôter même toute possibilité de fuir , en bouchant avec des retranchements les issues de la vallée. A- 
peine avait-il placé en tète deux cents soldats francs (francigenas) ,- Tennemi parait , la bataille s'engage. 



390^ Additions et icLAiRCissEiiEiiTS. 

ffCeUe même année Davith, roi de Géorgie , enleTa Tiflis fiu PiersaM, dont il fit 
grand carnage dans la ville , et en 6t empaler 500 ea état ^le porter répé« , qui 
rnrent misérablement. ^) 

et En 572 — i 123 *) , Davilli , roi de Géorgie, massacra six myriades de Persana. fit 
effet le sultan de Gantzac , s'éiant mis en campagne et ayant jeté sor le Konr un port 
de bateaux, entra au pays des Apbkbaz') avec 60,000 hommes. A cette nouvelle le roi 
envoya d^ hommes , qui détruisirent le pont et tuèrent tout ce qui avait passé. Le aid* 
tan s*enfuit en Perse et se rétira dans la ville d'Hozcan , auprès de son oncle paternel *). 
Le roi Daviib combattait bravement contre les Persans ; il les vainquit et les tailla m 
pièces en plusieurs rencontres , et leur enleva plusieurs belles provinces , par la force di| 
glaive. Il prit Tiflis , Dmanis , Ochrovan (lis. le Cbrovan ou Cbirvan) , Chaki , ChaaduN; 
et beaucoup d'autres contrées^ C'était un roi saint et vertueux, rempli de religioo €l 
d'équité , qui se montra bon et favorable envers les Arméniens. Les débris de la natioil 
arménienne se rassemblèrent autour de lui; il construisit pour eux, en Géorgie» une vilk» 
où il établit plusieurs églises et monastères, et la nomma Gorha')* Il avait eu d*vM 
femme arménienne ^) un Ois légitime , nommé Démétré. Le frère du roi se nomiuit 
Thotormé. 

«En 573 — 112^^), Davith, roi de Géorgie, fît un nouveau massacre, d>nviroD 
deux myriades de Persans ; il prit la ville royale arménienne d*Ani , en tira les fils de 
Manoutché et les envoya à Tiflis : c'est ainsi que fut délivrée de la servitude la ville 

les infidèles tombent sons les coups des Francs, qui en tuent 400000, tant sur le champ de bataille, qu^ea 
les poursuivant durant trois jours. Algazi fut lui-même blessé à la tète et ne dut son salut qn*à DébeiÉ, 
roi des Arabes. Ceci eut lieu en 1 119 ou 1120.» Gesta Dei per Franeos, Hanoviae, 161 1, 1. 1, p. 465, 4CCi 
Cf. Ha pars Hisl. hierosol. ibid. p. 615 ; Guill. Tyr. I. XD, ibid. p. 820, 822. 

>) V. Annales, p. 214, 216. 

') Matth. d*Ed. p. 234 ; ce passage se rapporte à Texpédition racontée p. 216 des Annales , après lé 
prise de Tiflis. 

*} Le M-it porte mJtfap^j , qui doit être corrigé , ou comme je Tai fait , ou en lisant tÊuf^futmg , 
de Tiflis. 

*) Dans les dernières lignes de notre historien, en 577—1128, il est dit: «Mahmoud, sultan de Porae, 
mourut ; il eut pour successeur son frère Malik, le même qui précédemment résidait à Gantzac et avait 
été obligé de s'enfuir en Perse. • 

^) n n'y a pas lieu de douter qu'il ne s'agisse de Gori , ville encore tout arménienne , dont Wa^ 
khoucht dit (Descr. de la Gé. p. 245), qu'on ne connaît pas le fiondaleur. Je ne sais d'où Tchamitch» i. m, 
p. 43, parlant de Cette vilie , a pris qu'elle se nonunait K'orfaa ou K'orana. 

*) r4ette assertion , que l'auteur répète p. 241 , parait devoir être admise, malgré le silenoe des Géor- 
giens ; ces derniers ne parlent pas non plus de Thotormé , frère de David , comme aussi de Tiouata ou 
Tzota , son fils , qui est pourtant nommé dans son Testament ; Mém. de l'Acad. Se. mor.| et pol. L'Wé 
p. 363.. 

') llaUb. d'Ed. p. 237 ; cf. Annales gé. p. 217. 



A D D I T I H XIH. 231 

nqrale d'Âiii, soixante ans après y être tombée. Quant i la magnifique cathédrale de cette 
Tille, dont on avait fait une mosquée, dans une réunion d'évèques, de prêtres et de re* 
ligieuz , elle fut bénite en grande pompe , k la satisfaction générale du peuple arménien, 
?<qrant la sainte cathédrale affranchie du joug des musulmans. 

«En 574— -1125 ^) , un général persan, Témir Ibrahim, fils de Souliman, se mit en 
campagne , avec des troupes nombreuses. Accompagné de Témir de Hantzith , Davouth , 
fils de Soukman , fils d'Ortoukh *) , et de plusieurs autres émirs , il alla au pays des 
Géorgiens. Le roi s'avança contre eux et les mit en fuite, avec grande perte des leurs. 
Le carnage fut plus considérable encore que précédemment; durant cinq jours qu'il s'a- 
chama k leur poursuite, les montagnes et les plaines regorgèrent de leur sang, et leurs 
cadavres empestèrent an loin la terre. 

« Cette même année *) , mourut le pieux roi de Géorgie , Davith , et son fils Demé- 
taré , homme brave , pieux et en tout semblable à ce prince , pour la pratique des vertus, 
monta sur le trône. Il renvoya à Ani les fils de Manoutché *) ; il leur donna cette ville, 
après les avoir obligés par les serments les plus solennels , à se reconnaitre , durant toute 
lear vie , ses vassaux et serviteurs. En effet Ani avait beaucoup souffert , de la part des 
Persans , depuis la mort de Davith , et le roi Démétré , qui était fils d une Arménienne , 
avait à s'occuper de beaucoup d'autres guerres , en d'autres contrées. Les fils de Manou- 
tché jurèrent que la sainte cathédrale d'Ani resterait toujours aux Arméniens, et qu'aucun 
Tadjic ni musulman n'y entrerait. » 

Le résumé du règne de David , donné par Vardan , p. 93 , 9^ , est trop intéressant 
pour ne pas le transcrire ici , malgré les répétitions. 

• Dans le même temps, dit -il, devenait puissant Davith, fils de Giorgi, fils de Ba- 

») Ib. p. 240. 

') Sokman , l'un des deux fils d'Ortokh, avait fondé une petite principanté à Hisn-Kelb ; il eut pour 
fik Ibrahim , qui fut père de Rokn-ed -Daulah Daoud ; S.-Martin , Mém. 1. 1 , p. 428. Hantzith est m 
canton de la le Arménie ; ib. p. 93. Quant à l'émir Ibrahim , fils de Souliman , je ne sais si ce ne serait 
pas un petit-fils de Ghazi , frère de Sokman , dont je viens de parler , mais qui n*est pas mentionné dans 
la généalogie de cette femille ; ibid. p. 429. 

*} Ib. p. 241 ; cf. Ann. gé. p, 230. 

^) Démétré ne renvoya pas à Ani les fils de Manoutché , ou plutAt d'Abou-l-Sévar , qui , selon Var- 
dan , p. 93 , ne revirent jamais leur patrie : mais Phadion , l'un des fils de ce chef, qui était dans le 
Kborasan , lors de la prise d'Ani par tes Géorgiens , vint , du vivant même de David D , assiéger cette 
▼file , qu'Abouleth , du consentement de Démétré , rendit Tannée suivante , en 1126 , selon Tchamitch , 
t. m, p. 44 , 45 , après avoir , il est vrai , soutenu le siège pendant près d'un an , contre des troupes 
très nombreuses. Samuel d'Ani , Thislorien , fut témoin de ces fiiits , qui pourtant ne se trouvent pas 
mentionnés dans toutes les copies de son ouvrage. Quant aux détails du siège et sus suites de la domi- 
de Phaltoun , V. Tchamitcii , h0. rà. 



23S^ Additions- BT icLiiRctssENENTS. 

grat y qui prit Ttflis sur les Persans , fit sapporler de rtides échees k MëSk , tollaii 4e ' 
Gantzae , et fit mourir sur f^ |^1 ') , à Tiflis , 500 hommeff en état de porter l'épée. 

«Manoutché, étnir d'Afri, étant mort k eette époque, Aboo-l-Sévar, son fils, deiM 
maître de la ville. C'était un homme lâché et efféminé , qui Toolnt la vendre à Fénrif de 
Gats y pour 60,000 dinars. Il fit apporter d'AkbIath et placer sur ta eoupole de la ca- 
thédrale- un eroissfant non moins grand que précieux , en remplacement de celui qui y 
était aMitcfôfs; alors les chrétiens appellèrent l^vHh et lui Ittrèrent leur ville, pofe Hs 
renversèrent du faîte de ter vénéraMe cathédrale le signe abominable qu'elle avait porté 
durani M ans y pour nos péchés^), ils le firent disparaître et y placèrent, comme ëiSK' 
déme d'honneur, la couronne de J.-C. ^ la gloil'e de TapAirte Saint Paul, rinstrumenl 4è 
notre salut, la croix qui porta un Dieu, pour la rédemption des fidèles* 

«Le roi Davitli- fàissa dans Ani Abouleth et Ivarté , sm fils, et retovirna dans ses 
états ^ emmenant Abou-I^-Sévar avec ses fils, qui y moururent, sans sortir jaiomis de leap^ 
captivité. JXon-seulcment il agrandit ses demies psfr la conquête d^Oukhtbik (0Mii8)^et- 
de son territoire , de Gag , de Téroonaicaai , die Tavoueb^^ de Manitanabérd étiole toutar h' 
princr|tauté d^Arménie; il sOumit encore^ Giourrcé et Abas, lès montagnes dui^ucase, le 
royaume des Souanes'), le Radcfaa , le Gdjeth (€lardjeth) , le Héretli, le pays jusq»*à la 

mer Caspienne , à Haband et à la ville de Cbabouran. *) 

* • ■ . • 

^) J'ignore si réellement Tusage du pal était déjà connu en orient, et c'est. par oopjeeture que j ai 
tcaduit ici les mots ^"^p^puàgnjg '^ 'fi^'j'^ i/ïu^nc , comme précédemment ceux-ci , de Matthieu d'E- 
desse : '^ ifttujm ^tuhh-un. Quant à ufttu^tuho, ou uptu^iuL^^ qui manque dans le dictionnaire d'ÀY- 

ger , je crois Tavoir bien rendu , des deux côtés , par « en état de porter Tépée. » 

*) Lors de la prise d'Ani , par AIp- Aslàn en lOGi^'Ia croix qui figurait au soiAlnet' ds la cathédrale 
avait été abattue , foulée au pieds et remplacée par un croissant ou un fer à cheval , car c*est plutôt là 
le sens de l'arménien £u/^, en géorgien ^^' Abou-I-Sévar, de son côté, y fit replacer le mAmeTeiÉbléme 

dn bjrsUgipn mnsnUoaae. Trois- «9^ i^près que PhajltQan/ fils d'A^oa^i-Sévajr^ eut f^yi;if Aiii^ iL.jrovluC 
enaoce: suVsljImr le croissait ^ la qvoix , loak U en. fol empêché- pac une visjpn mir^lf^use >,. akisJL que 
It. idj4 Vardani , àla fin de ce. passage ,1 p.. 94 , que je n>i.pas ti^uit, peur c^se d<; briè^refé. 

. '^ tfPmtfMÊÊLjtpm-p^ l^iif^ V^^ij^iH^. ^ rpyauKe desSpiiaacs subfis^it,.doQC epsoret pomme ^ 
au Vie siècle, au temps des guerres entre l'empire grec et la Pai«e. .9^^^ auX:MradcbQi|lkvStéfanoaOr: 
bélian , p. 62 , éd. S.-Martin , emploie déjà ce nom , qui a tout-à-fait la forme géoipenne, f'^^'jsr^ • ceux 
de Radcha • Seulement la terminaison ouli ne s'emploie que pour les choses, et il' foui pour les hdnmiea 
uêr* trM, 9AJ^<,ii^«., MitûdcktêéH'J ou simplement ^^. Ataeèn passage: de FhisloîreféopgîeBdé neildollne 
à enCMdre que deux dé Rsrildhi aient jaamk , dasn^ M temps anokwv formé m^et prmcipaoté Hépaiée. 

' ^y Dbns-itile [ifëêe géorgieMm qpiwfw èèh coÉsmuniquée- , nui» doat je m'ai aneiin bHtyear de. inastai^ 
rautheetteifé, à savoip le Testament de Aaiid'ir; ee privée-, parlant de yétondne?de staa jeaUinas , âU 
qu'ai t»mp^ennent Tespaee énige Wico^hsia et la mer dsi Derbé»d , i cniie rOsetfii.fl!8er êl Argitat jësie: 
saif , * encore atfjo«r4*hui; ee qne.e'M qot bû denadefniera payis. €émÉBBr.Siiiet:8at<mm finrlo mtadelfe 
de rArgouéth , ^n^IméreA , et quîéntÉe ce lie» et VOaelb font la Soumiie e|«b fiédeha ,;pattC^élim le ni- 
fait-il allusion à la conquête de ces contrées, qui lui est attribuée pat VAidaiiM.OiiaBt à:Aaj^ eè 



Addition XIII. 233 

f Etendant ses soins snr la nation ignorante des Géorgiens , il choisit qoarante jeU" 
nés gens , qu*il envoya en Grèce , pour apprendre les langues et faire des traductions » 
qu'ils rapporteraient chez eux , comme ils le Grent réellement Trois d*entre eux , qui se 
trouvèrent plus intelligents et plus habiles que les autres, policèrent ce peuple grossier* 
Ce prince n avait pas de répugnance pour les prières ni pour les églises des Arméniens; 
il mettait souvent sa tète entre nos mains et sollicitait notre bénédiction. Il rogna 33 
ans. Etant mort à Tiflis , tl fut enterré à Gélath , dans la sépulture de ses pères ^) , et 
la couronne passa à Démétré, son fils^ qui non -seulement conserva cet héritage, mais 
conquit sur les Persans les villes de Dmanis et de Khounan. 

« Dans ce temps*là un Gis d*Abou*l*Sévar , qui était dans le Khorasan *) , ayant ap« 
pris le sort de son père et de ses frères, et la mort de Davith , se présenta pour rede- 
mander Aniy à titre de patrimoine. 11 adressa sa prière à Abouleth et aux principanx de 
la ville , et comme celle - ci était dans un grand danger du côté des Turks , Abouleth » 
par pitié pour les chrétiens et surtout par tendresse pour son Gis Ivané, qu*il voulait ga- 

rait bien être la montagne d'Aragadz , sur la gauche de TÂraxe et vis-à-vis du Masis ; v. le Testam. de 
David, Mém. de TAc. Vie sér. se. mor. et pol. t. IV, p- 363. Dans la même pièce, le roi nomme son flis 
aine , Dimitri , à qui il lègue , avec la couronne , ses trésors et tous ses biens , et un autre Gis , Tzouata, 
qui n*est connu que par ce passage. Quant au prince Wakhtang , de qui la naissance eài pacoutée dans 
les Ann. gé. p. 212 , nous ne savons non plus quel fut son sort. Si Ton en croit le titre de ce singulier 
document , il fut , dit on , dicté par le roi , à son directeur Arséni Iqalthoel , à qui il légua , par une dis- 
position particulière , ses richesses déposées à Aténi. Ces richesses , que le roi nomme douccU et polonais 
me paraissent avoir consisté en pièces d*or et d*argent frappées sous Constantin et Michel Ducat, et sous 
Ifîcéphore Botoniate , dont les noms me semblent assez reconnaissables dans Taltération géorgienne. — 
M. Platon losclian a vu un exemplaire du Testament de David-le-Réparateur, trè$ ancien Becbiia 4peBeHi, 
au couvent de Mghwimé , en 1845. SaKaas. B-ibcTBHKi 1845 h. Hco«<i»Ha. p. 132. 

*) Comme le couvent de Gélath fut fondé par David 11 , aucun de ses ancêtres ne put y être enterré , 
€6 qu'au reste l'histoire nous apprend' sufGsamment. En ce qui concerne la durée du règne de ce prince, 
il faudrait , tout au moins , changer en 4 le second 3 , ce qui nous ramènerait au chiffre donné par \eê 
Annales , p. 230. Quoi qu'il en soit , la tombe de David , à Gélath , est une simple pierre , sur laquelle 
on lit ce verset du psaume : • C*est ipi le lieu de mon repos ; j'y demeurerai parce qu'il me piait. » Le 
portrait de David se voit sur le mur N. de l'église principale du couvent .* le roi est en habits royaux , et 
porte dans sa main gauche le modèle en petit du couvent même; isa droite, Ëwdémon, catbolicos d'Apb- 
khazeth , XV^le s. ; plus loin , le roi Bagrat 111 , et à sa droite la reine Eléné, son épouse ; puis le roi 
^es rois Giorgi ; un jeune prince , portant le nom de Bagrat , et la reine des reines Roiisoudan : en tout> 
^ept portraits , tous accompagnés du nom du personnage. Us ont été copiés par les soins du prince Bara- 
tbsaef, grand amateur de numismatique et d'antiquités ; v. le lie de mes Rapp , p. 13. 

' '] L'auteur géorgien, p. 217, ne parle pas de ce Gis d'Abou-1-Sévar, mais ce n*est qu'un témoignage 
Miégatîf , qiki ne prouve rien contre un fait. D'ailleurs on a vu , p. 343 de l'Hist. de Gé., n. 4 , que lors- 
C|ue Gandza fut pris par Mélik-Chah et la puissance des Béni-Cheddad anéantie, les débris de cette famille 
fuirait emmenés en captivité 9 notre Pbaltoon a pu être du noiîibre. 

Àddit. et éd. 30 



23% Additions et iCLiimcissEiiEiiTS. 

rantir dea chances de guerres conUnuelles , b lui céda ^) ; pour lui » fli aila daaa sa fa- 
faille. Pbaltoun , fiis d*Abou«l-Sévar , saufa par soo Babileté h ville et soo territoire , et 
par de courageui efforts sut maintenir h paix. Il s'empara également do Dofin ol do 
Gantsac et se rendit célèbre • . • • 

Avant de nous séparer entièrement de Matthieu d*Edesse, dont le récit se termine 
on 577 — 1128, à la mort du sultan Taphar, qui eut pour successeur son frère Mélik, 
d- devant prince de Gandza ou Tauriz, je dirai quelques mots sur la manière dont soo 
ouvrage est rédigé. 11 commence en 401 — 952 , et , comme je Tai dit ailleurs , offre 
beaucoup de confusion et de bouleversement dans les premières pages , les faits étant ex* 
"posés pèle - mêle et sans ordre. Ici toutefois il renferme quantité de détails extrêmement 
curieux et tout nouveaux pour l'histoire grecque. 11 y a, entre autres, deux lettres de 
Fempereur Zimiscès, Tune ii Achot IH , roi d'Arménie, lautre au vartabied ûhévond, 
dans lesquelles il fend un compte très détaillé de ses campagnes en Syrie , et qui sont 
très importantes, tant pour la géographie de ces contrées, que pour l'histoire du temps. 
Je les aurais insérées dans la nouvelle édition de l'histoire du Bas-Empire , si j'avais pu 
<d)tenir alors communication des deux manuscrits de Mattlu d'Edesse, appartenant k la 
Bibliothèque Royale de Paris. 

Arrivé k la Gn du Ve siècle de. Tère arménienne, notre auteur reprend haleine; 
après avoir, à ce qu'il paraît, posé la plume pour un moment, il se décide k poursuivre 
son travail, d*un seul trait, de l'an 1051 k 1100. Il Gxe lui-même ainsi la date de cette 
interruption : f Nous nous sommes arrêté ici , dans nos recherches scientiGques , laissant 
à d'autres le soin et la fatigue de ce travail, et sortant de la carrière, nous faisons place 
aux hommes éloquents , instruits et habiles. . . • C'est sous les ptriarches arméniens Ter 
Grigoris et Ter Barsegh , que nous commençâmes cette histoire du monde ; sous le pa* 
triarcat de Nicolas , en Grèce , à Constantinople ; de Jean , à Antioche ; de Siméon , à 
Jérusalem; de Jean, à Alexandrie; d'Athanase^ en Syrie; Tan 6610 depuis Adam. a 
C'est donc en Tan 1102 que Matth. d*Edesse commença son travail, et par conséquent il 
put être bien instruit des faits, par des témoins oculaires et auriculaires* De son aveu, 
il écrivit dans le Xlle siècle. Arrivé jT la première année de ce siècle, il nous apprend, 
p. 179, fquil était resté 10 ans sans s'occuper de chronologie ni d'aucun travail litté- 
raire. • Bientôt les graves événements dont l'Asie fut le théâtre, à la suite de la prise de 
Jérusalem, par les Croisés, et les guerres des Seldjoukides , ranimèrent la verve de no- 
tre historien , qui reprit ses recherches , sous le patriarcat du même Grigoris , et encore 
du vivant de l'empereur Alexis 1er Comnène , donc avant l'année 1118. En cet endnrft 
il annonce l'intention de raconter l'histoire de 25 années et de Gnir k la 30e du Xlle s. » 
ce qu'il a réellement exécuté. 11 mourut lui-même vers 1 !<►<►, et Tun de ses disciples, Gri- 
gor Erets, continua son histoire jusqu'en 1161 ou 62 ^), mais cette continuation me manque. 

^) L'historien des Orbélians oe mentionne pas cette cession. 

*) V. Tcham. t. III, p. 67; dans le Quadro délia storia leUer. di Arm. p. 901 on lit : « Jusqu'en 1136. 



Addition XIII. 235 

Il existe une notice sur Matthieu d'Edesse, dans le t. IX des Notices et extraits des 
M*its de la Bibliothèque Royale, par M. Cirbied, et la traduction des fragments relatifs 
aux croisades^ le tout avec des notes de M. de Sac;, Cette traduction est médiocre et peu 
exacte. Je ne sais pas sur quel fondement le savant auteur du Quadro délia storia 
lett. di Armenîa , p. 90, 91, dit que Thistoire de Matth. d'Edesse commence en 958 et 
finit en 1132; peut-être cela tient-il à la différence de nos manuscrits, mais je garantis 
qoe le nôtre ne dépasse pas Tannée 1130. Il fut copié en 18l<k, à Tiflis, aux frais du 
chancelier Roumiantzof, si zélé pour les recherches historiques; il est très beau, en écri- 
ture cursive , on ne peut plus élégante , fort exact , et de la main du pritre Barsegb 
Kbatchatour , de Vagharcbabad. Ter Nersès , archevêque des Arméniens de Giéoi^'e , au- 
jourdbui patriarche d*Edchmiadzin , s'était chargé de le faire exécuter; il fut collationné 
par l'archevêque Minas , d'Edchmiadzin , par le vartabied Martiros , supérieur du couvent 
de S.-Stathé, et par Meikisédcc , curé de la cathédrale arménienne de Tiflis, qui ont 
signé tous les trois: il se compose de 2^2 pages in-^^ et a servi d'original pour une 
copie qui se trouve au Musée asiatique de l'Académie. 

Au moment même ou ces lignes s'impriment, je reçois une nouvelle traduction fran- 
çaise de- la partie de l'ouvrage dont je parle, contenant «Récit de la Ire Croisade ex<» 
trait de la Chronique de Matthieu d*Edesse et traduit de l'arménien sur quatre M-its de 
la bibliothèque du couvent de S.-Lazare , à Venise, et un M-it de la bibliothèque Natio- 
nale , à Paris , par Ed. Dulaorier , prof, de malai et de javanais à l'Ecole spéciale des 
LL. 00. vivantes; Paris 1850, in-'ii'^, 108 p.» Ce nouveau travail du savant auteur de 
. la Notice sur Mikael Asori (Journ. asiat. 1848) est fait pour inspirer la plus grande con- 
fiance. 

Quant au style de notre historien , il est bon , soutenu , parfois élégant et s'élève 
même à Téloquence. On rencontre chez lui quelques mots étrangers , et on peut encore 
lui reprocher les longs discours qu'il met dans la bouche des vartabieds, au sujet des 
grands, phénomènes de la nature , comme tremblements de terre , éclipses et autres évé- 
nemcnts de ce genre , discours trop mystiques pour pouvoir intéresser les lecteurs qui ne 
partent pas du point de vue religieux. 

U nous reste maintenant à Gxer la durée du règne, l'époque de la mort et l'âge 
de David-le-Réparateur. Ce prince monta sur le trône en 1089 — 309; les derniers ex- 
ploits qui lui soient attribués par l'annaliste géorgien, sont de Tannée 1124* on 85 et 
p«r Matth. d'Edesse, de l'an 1125, ce qui nous conduit à l'année du cycle pascal géor* 
gien 3<k5: v. Annales gé. p. 215, 2)6, 2|7: ainsi David II aurait régné 36 ans, chiffre 
fOi dépasse de deux années celui fourni par les Annales , p. 230 , et serait mort dans 
sa 52e année, ce qui ne fait qu'une différence minime relativement an chiffre des Anna- 
les. Je ne me lancerai pas dans une série de conjectdres , pour mettre ces calculs d*ac- 
cord avec cenx de Wakhoueht et autres. M. S.-Martin, Mém. t. I, p. 379, avait adopté 
l'anoée 1125 pour Tépoque de la mort de David: pour cela il s'en tenait à de nonriirtil» 



236 Addition- 8 et iCLiiiicissEiiENTS. 

ses autorités. Mais dans soo second volunie , p. 232 , sur la foi des ertraits fournis par 
Klaproth, il plaça le même événement en tl30. Je ne vois aucune raison pour accepteir 
ce chiffre, tandis que celui de 1125 est plus conforme à ce que dit IjUatth. d^Edesse^ 
cité plus haut , des premiers actes du roi Dimitri. Enfin Tinscription de Gélath ,• citée 
dans une note à la p. 369 de THist. de Gé., où est mentionné la 13e année du roi Dkniiri» 
avec des caractères qui la font répondre à 1138 de J. -G. , me paraît ne laisser aucmi 
doute. Ainsi je m'en tiens à ce qui a été dit et dans l'Introduction, p. 10, n. 4*, et 
dans les notes sur la p. 230 des Annales. Il* n'y a, ce me semble > contre cette opinion ^ 
que laulorité de Yardan , qui attribue à David 33 , et des Annales , qui lui donnent 
34 années seulement de règne : en tout cas l'époque de sa mort n'en serait qu'avancée 
d'un ou deujt ans, bien loin d'être reculée de cinq. Cf. Rapports sur un Voyage ardu 
lie Rapp. , p. 40. 



§. 2. Extraits dauieurs musulmans, relatifs à la prise de Tiflis, par David-le-Reparateur. 

r 

' Les extraits que Ton va lire ont été réunis par un savant orientaliste de ce pays, et 
traduits par un ami, aujourd'hui absent, connaissant bien les langues musulmanes : tous deui 
veulent que leur nom reste caché. L'essentiel est, que ces fragments sont pleins de détails 
curieux , qui ne permettent guère de les abréger ; ^mais si , après les avoir lus , on reste 
encore indécis à l'égard de la date du fait principal, on verr^^ que, du moins, rien D*e 
été omis de ma part pour arriver autant que possible à une précision rigoureuse. On aura 
encore la ressource de confronter ces textes avec les résultats des belles recherches de 
M. Defrémery , relatives aux mêmes faits , résultats consignés dans le Journ. asiat. juin 
1849, et dont je présenterai plus bas le tableau. 

I. Yakout, t 626 H. — 1228. 

— Après cela Tiflis , où les habitants avaient pris la religion mahométane , resta 
déjà dans les mains des musulmans, jusqu'à ce qu'en 515 (comm. mardi 22 mars 1121)^ 
une foule de chrétiens, nommés (Gourdj) , sortirent des montagnes de Tedjar ^) , den$ 
le voisinage de Tiflis. Ceux - ci , en nombre abondant , firent une invasion dans le paye 
limitrophe, dont les préfeti ressortaient des rois Seidjoukides, qui devenaient plus faibleet 
car .lorsque différents rois se suivaient l'un après l'autre, chacun cherchait le pouvoir 
pour soi-même. Cette année 1121, 2, il existait une discorde entre Mahmoud et Masodd» 
fils de Mohammed, fils de Mélik-Ohah, et ....... ^ . • 

tantôt ici , tantôt là. Etant occupés à pacifier la frontière , les Géorgiens attaquèrent kn 

^) jbe? , peut se lire aussi Bkluuf , et ce seraient alors les monts des Aphkhas • ou mieux , à oe qa*3 
semble > Tegor , comm^ l'a fait KL S. - Martin , Mém. t. II , p. 235 , auquel cas se serait le mont 
an 1^4 ](>•■ de Tiflis •.■.i',- .■■..«: /« ".^* ... 4 . . . » • 5;= ,•. '. ., . 



Addition XIII. S37 

t 

préfets de rÂrménie à plusieurs reprises, si bien qa*à la Ga ils s'en rendirent maîtres , chas- 
sèrent les musulmans, se placèrent devant Tiflis et, après le siège, s'en emparèrent par la 
force: un grand nombre de musulmans fut tué. Ayant pris la ville, ils s y établirent, 
mais ils traitaient très bien les habitants qu'ils s'étaient soumis. Les Géorgiens cependant 
n'y restèrent pas longtemps à avoir le pouvoir et faire des incursions contre les musul- 
mans , tantôt dans TArran y tantôt vers TAdcrbcidjan , et tantôt yers Khélat. Les préfets 
les laissèrent en repos, buvant eux-mêmes du vin et faisant ce qui est défendu, jusqu'à 
Tao 623 (1226) , quand Djelal-ed-Din Mancberni les attaqua. 

;. IL Mohammed el Ilaméki, écrit en 631 — 1233. 

En 516 (comm. dimanche 12 mars 1122), le roi des Djourz sortit et prit Tiflis; 
cette ville resta dans la possession de sa famille jusqu'en 623 , où Djélal-eddin-Chah do 
Kharezm , s'en empara. 

L'an 517 (jeudi 1 mars 1123) mourut le roi des Djourz: il possédait une grande 
connaissance de la religion mahométane et disputait souvent avec le cadhi de Guendja , 
si le Coran est créé ou éternel. 

IIL Aboul-Faradj , f 685 — 1288; Chron. ar. p. 377. 

En 5H (1120, 1) sortirent les Géorgiens, c'est-à-dire les Djourz, ensemble avec 
les KipdjakS et autres peuplades, contre les possessions musulmanes. L'émir llghazi , Do- 

béïs , fils de Sadacah, et le Mélic Toghroul s'allièrent 

et ^marchèrent contre les Géorgiens jusque dans le voisinage de Tiflis. Lés mahométans 
avaient une très forte armée, qui s'élevait à trente mille hommes. On se rencontre et les 
deux armées se rangent pour la bataille-; voilà que deux centaines de Kipdjaks sortent de 
leurs rangs. Les musulmans, qui les croyaient transfuges, ne prenaient pas garde à eux, 
•qui entraient au milieu d'eux et les attaquaient de leurs flèches, en troublant ainsi l'ordre 
des mahométans. Ceux qui étaient placés derrière eux présument qu'ils fuient et prennent 
;eox - mêmes la fuite : par la grande masse des combattants , l'un pousse l'autre , et une 
•énorme quantité périt. Les Géorgiens les poursuivirent à une distance de dix parasànges, 
Ml toant et faisant des prisonniers : la plupart furent massacrés et quatre mille hommes 
iaits captifs ; cependant le mélic Thogroul , llghazi et Dobéïs se sauvèrent. Les Géor- 
giens, étant de retour, assiégèrent la ville de Tiflis et firent passer au fil de l'épée les 
habitants. Cet affaire accabla les habitants , et les affligea vivement» Le siège dura jus- 
i|il*en 515 (1121 , 2) ou la ville fut prise par force. 

-' IV. Aboul-Féda, écrit en 715 — 1315; Ànn. mosl. t. IFI, p. 398. 

En 5 H (1120, 1)> les Géorgiens marchèrent contre le pays musulman, ils s'empa- 
tèk'ent'de Tiflis, pillèrent et massacrèrent une bonne partie des mahométans. 

V. El Séhéby, t 7W — 13*7. 

^.^.^. Dfns cette année 1^ Djourz et les Kipdjaks sortirent et firent, une invasioit; pour 




"- » 



238 Additions et icLAiECissEiiEiiTS. 

les repousser* Dobéîs et Ilghazi , prince de Mardio , marcbèrent contre eux avec trente 
mille hommes. La bataille étant livrée , les musulmans furent défaits , tués et massacrés ^ 
et lennemi Gt quatre mille prisonniers: Tiflis fut pendant deux ans assiégée et enfin priât 
par la force des armes. 

VL Ibn-Késir, f 77* — 1372. 

En 5 H (1120, t). Dans cette année il eut lieu une bataille entre les Géorgiens et les 
musulmans , près de Tiflis. Les Géorgiens , renforcés par les Kipdjaks, tuèrent bon nom- 
bre de musulmans , firent un ample butin et environ quatre mille prisonniers (mais ooos 
sommes à Dieu, et c*est à lui que nous retournerons). Les Géorgiens pillèrent 
contrées et y firent des horreurs: après un siège de quelque durée ils se rendirent 
force maîtres de la ville de Tiflis , ayant maltraité (?; le cadhi et le khatib , lesquels^ de 
la part des citadins, étaient venus demander grâce. On tua les habitants^ on fit esclatei 
leurs familles et on s*empara de leurs biens. 

517 (1123, k). Dans cette année le sultan Mahmoud marcha contre les GéorgieMi 
qui s'étaient alliés avec les Kipdjaks. II les combattit et les mit en fuite, grâce i Dieik 
Ensuite il retourna à Hamadan , pour secourir Mansour. 

VU. Ibn-Khaldoun , t 808 — H05. 

Les Géorgiens avaient auparavant fait des invasions dans TAderbeidjaû et dans TAiw 
ran. Ibn Eletbir prétend que les Géorgiens sont les mêmes que les Djourz , et nous aviM 
expliqué la vérité de cette opinion, lorsque nous parlions des généalogies. Les Djonti 
sont des Turcomans, à moins que les Géorgiens ne proviennent de quelque tribu d'eafre 

eux Quand le roi des Seldjouks arriva, ils s'abstenaient d'incursions dans ht 

pays voisins , mais dès que sultan Mahmoud -fut mort , ils reprirent leurs ravages : Itnri 
troupes de cavalerie et celle des Kipdjaks infestaient tour-à-tour la contrée, ensuite codj<mi^ 
temenL Le territoire, comprenant TArran, IVakhitchévan jusqu'à TAras, dans leur voisina^ 
appartenait au mélic Thogbroul : il y portaient leurs attaques. Dobéîs , fils de Sadacah ^ 

qui avait marché dans lirac pour s'emparer de Bagdad lui, l'atabek et II» 

ghazi , fils d'Ortok , sortirent avec trente mille hommes contre les Géorgiens : cepaidaHt 
les musulmans furent défaits, mis en fuite et un bon nombre d'eux tués. Les mécréMli 
les poursuivirent jusqu*à dix parasanges et , étant de retour, bloquèrent la ville de Tiflii, 
qu'ils prirent par force , après un an , et qu'ils pillèrent. 

En 516 (1122, 3) leurs cris furent entendus du sultan Mohammed, à HanmlaD) ifgl 
se hâta de les secourir; il fit halte à la ville.de Sérir(?), après avoir détaché des trou- 
pes contre les Géorgiens. Il arriva ce que nous allons rapporter. 

En .1. arriva auprès du sultan Mahmoud une députation de gens de Derbend.da 
Cbirvan , qui lui demandèrent secours contre les Géorgiens , et se plaignant de ce qu'ils 
avait à souffrir de leur part. Le sultan alla pour les secourir , mais lorsque les deux ar- 
ittéts iBè rékbMitrtreiil, le" mélic pensi au relMl>/éi sttu tfxir côbiçiiC lai même iâCe/ Alors 



Addition XIIL 239 

le peuple de Chirvan se mit à prier, le mélic resta et passa la nuit sans se coucher (?)• 
Une discorde éclata bientôt entre les Géorgiens et les Kipdjaks, qui se firent mutuelle- 
HienI la guerre : ils se retirèrent » en prenant la fuite , et le mélic retourna & Hamadan. 

Vm. El-Aïni, t 865 — iWO. 

De la bataille des Géorgiens contre les musulmans. 

Dans cette année 515 (1121, 2), les Géorgiens sortirent contre la Syrie, qu'ils 
avaient autrefois pillée , mais de laquelle ils se tenaient loin pendant le règne du sul- 
tan Mohammed. Cette année ils sortirent, et avec eux les Kipdjaks, et mirent en fuite 
les troupes du sultan et des peuplades du voisinage. Les émirs qui y vivaient l'un près 
de 1 autre se liguèrent, savoir: Témir Ilghazi , prince de Mardin et d'Âlep, Dobéïs, fils 
de Sadacah , prince de Hellah ^ le mélic Thogbroul , fils du sultan Mohammed , et Tata- 
bek Condoghdi, maître de l'Arran et de Nakhtchévan jusqu'à TAras. Les Géorgiens conti- 
nuèrent leur marche jusqu'aux environs de Tiflis , quoique les musulmans fussent en bon 
nombre , qui se montait à trente mille cavaliers : en se rencontrant , on se rangea pour 
livrer la bataille ; voilà que deux centaines environ de Kipdjaks viennent en avant vers eux, 
lesquels, parce que les musulmans les croyaient transfuges et n'y prenaient garde, les frap- 
pèrent de leurs flèches. Gomme l'ordre des musulmans en fut dérangé, on prit ce désordre 
pour une fuite: on s'enfuit réellement et l'un suivit l'autre. La mêlée devint confuse, de 
aorte qu'en se poussant l'un l'autre, une grande partie des musulmans succomba. Les mé- 
Gréants les poursuivirent durant dix parasanges, en tuant et faisant des prisonniers; il y avait 
qutre mille hommes de tués. Cependant le mélic Thogbroul, Ilghazi et Dobéïs, se sauvèrent. 
Les Géorgiens , étant de retour , ravagèrent le pays des musulmans et bloquèrent la ville 
de Tiflis, où le massacre devint affreux et l'affaire accabla fortement les habitants. On resta 
i assiéger la ville, jusqu'en 516, où elle fut prise par force. Des fuyards parvinrent à 
Bagdad, demandant le secours du khaliphe; ensuite ils s'adressèrent au sultan Mohammed, 
i Uamadan, pour obtenir secours. Il marcha vers l'Aderbeidjan, fit halte à la ville de Ba* 
lir y au mois de ramadan , et détacha ses troupes à la poursuite des Géorgiens. Mais 
Taffaire des musulmans ne finit qu'en 517 (1123, k) comme nous rapporterons tout -à- 
l^are> afin que le discours finisse selon Tordre. ^- En 517 l'oppression des Géorgiens 
dans le pays de l'islam était excessive, ce qui affligea vivement les habitants, surtout ceux 
de Derbend et de Chirvan. Le sultan se dirigea contre ceux qui étaient entrés à Chéma<- 
kha f et s'y arrêta aussi dans un jardin ; les Géorgiens s'y avancèrent contre eux et lee 
troupes les craignaient terriblement. Le vizir Chems-el-Mulc Othman, fils de Nizam-el- 
Mule, conseilla de se retirer ; mais comme les habitants de Ghirvan apprirent cela, ils cou- 
rurent vers le sultan» en s'écriant : • Nous combattrons autant que le sultan restera auprès 
de nous , mais s'il recule, nous serons affaiblis , les musulmans mourront , et les soldats 
périront • Ils éprouvaient une grande peur , quoique ayant Tintention de se ranger en 
ordre de bataille. La nouvelle leur parvint» qu*il y avait une dissension entre lea Gioi^ 



240 Additions et écLiiacissEMENTS. 

glens et les Ripdjaks, qu*il se faisaient la guerre entre eux, et qu'ils s'en* allaient comme 
des fuyards. Ainsi Dieu nous épargna - 1 - il de livrer bataille. Le sultan resta quelque 
temps à Chiryan et retourna ensuite à Hamadan, où il arriva le premier . djémadi 4b 
l'année 517. — Ibn-al-Kéthcr dit que dans cette année, c'est-à-dire, en 514 (1120, 1) 
les Géorgiens ont tué un grand nombre de musulmans, fait force butin et environ quatre 
mille hommes prisonniers ; qu'ils ont pillé ces contrées et commis des atrocités. Ils ont 
assiégé Tiflis pendant quelque temps, ils Toot prise par la force des armes, après avoir 
brûlé le cadhi et le khatib , qui de la part des habitants étaient venus demander quartier : 
ils ont tué toute la populace, fait esclaves les familles et se sont emparés de leurs biens. 
En 516 (1122, 3); Relation des choses merveilleuses. Un tremblement de terre à 
Horrah (Khoï ?) , d'autres prétendent à Guendja : un côté de cette ville disparut tout-i« 
fait, et la muraille s'écroula. Le roi des Abkhaz et des Géorgiens y arriva avec des troupes, 
entra, et poussa les habitants à Tiflis, de sorte qu'ils furent placés sur des charriots» et 
les musulmans furent menés comme un troupeau de bétail ; une grande partie en fut 
achetée , mais les habitants de Tiflis les délivrèrent, en disant qu'ils n'étaient jamais plus 
malheureux que cette année. 

Le reste des événements. 

Auprès de Tiflis il fut livrée une grande bataille entre Ilghazi et les mécréants, c*é-^ 
tait peu de temps avant la mort dJIgbazi. La cause en était , qu'une famille d'habitante' 
de Tiflis, nommés Benou-Djafar , s'étaient rendus maîtres de la ville et avaient gardé lé 
pouvoir durant deux cents ans. Les aînés de cette famille étant morts , il ne restait que 
des jeunes gens, qui gardaient le pouvoir tour- à -tour, chacun un mois: les choses se 
passèrent ainsi durant quarante ans. Lorsque David, roi des Abkhaz et des Géorgiens | 
cherchait à les opprimer, ils envoyèrent chez Thoghroul, Gis de Mohammed-Chah, prince 
de l'Arran^ qui leur dépêcha un de ses lieutenants^ sans que cela leur fût d'aucune utilil£. 
Ils écrivirent donc h Nedjm-eddin -Ilghazi, qui, accompagné de Dobéïs, (ils de Sadacah, 
fît l'expédition. Sibt raconte ainsi, mais il y a une narration, suivant laquelle la bataille- 
aurait été livrée au commencement de cette année , avant le retour de Dobéïs à Bag^ 
dad. Ilghazi partit donc avec Dobéïs, fîls de Sadacah , son gendre, qui avait épousé 

Cahar Khathoun, fîlle de Nedjm-ed-Daulah Ilghazi. Nedjm-ed-Daulah . • . 

à Chems - ed - Daulah , prince d'Erzeroum , et le sultan et d'autres Le rendez* 

vous était à la porte de Tiflis , mais quelques - uns manquèrent à s'y trouver. Nedjm- 
ed-Din (sic) arriva près de Tiflis et fit halte à moins d'une demi -journée de là, meie 

aucun ne vint avec des troupes Le roi David , venant des moi»«> 

tagnes ; les attaqua avec une grande armée , les chassa , prit leurs biens et fit un grand 
butin. Ainsi Nedjm-ed-Din et Dobéïs s'enfuirent , David avança vers Tiflis , prit la viU» 
par la force, la brfila et pilla. Il réjouit les coeurs des habitants, qui lui demandèrent 
différentes choses, (|u'il leur acoorda,. entre autres, ^uon n'y égoi^rait point de porcs > 



Addition XIIL 2M 

qnoD frapperait sar les monnaies: Au nom de Diea, de son prophète et de son khali* 

phe ; qu*on ferait la prière avec Fldzan et la Khotbah et les ; que les 

chrétiens n'entreraient pas avec les musulmans en même temps 'dans les bains; que le 
mécréant ne ferait point de mal au musulman : il leur accorda tout ceci. David avec 
son fils Dimitri entrait chaque jour dans la mosquée principale , entendait la prière pour 
le souverain, et la lecture du Coran ; donnait beaucoup d'argent au khatib et aux mou^ 
dzins, construisait des caravanseraïs pour les étrangers, des maisons pour les prédica- 
teurs, les soufis et les poètes, et leur allouait des pensions. Si quelqu'un d'eux voulait 
quitter Tiflis , il lui fit des libéralités et le pourvut d'une très grande somme pour le 
voyage. Il estimait les musulmans plus oue ne l'avaient fait les princes mahométans eux- 
mêmes. 

IX. Hadji - Rhalfa , f 1067—1656. 

5H (1120, 1). Les mécréants Géorgiens ou Djourz se rendent maîtres de Tiflis par 
un siège , après avoir défait Dobéïs et llghazi , chefs de l'armée mahométane. 

En 579 (comm. sam. 7 févr. 1125), le roi des Djourz prit la ville de Dovin et tua 
du monde sans nombre. 



S 3. Rdcvé chronologique de faits mentionnés chez les auteurs musulmans. 

Ce relevé est extrait des belles recherches de M. Defrémery dont j*ai parlé plus haut^ 
et contient les indications que je n*ai pu faire entrer dans les notes de l'Histoire de Géor- 
gie, alors en cours d'impression. 

Année de 
l'Hé^. J.-C 

k2i 1030. Fadhloun le Courde fait une expédition contre les Khazars, lis. contre 

les Djourz ou Géorgiens , et retire un butin considérable , qui lui est 
repris, avec perte de 10,000 hommes. (Ibn - al - Athyr] ; Joum. as. juin 
18^9, p. ^80; cf. Hist. de Gé. p. 299; 316, 332. 

tô9 1037,8. Le roi des Aphkhaz assiégea Tiflis; manquant de vivres, les habitants 

implorèrent le secours des musulmans. Les Ghoz ou Turks seidjoukides 
s'étant mis en marche , les Aphkhaz décampèrent ; alors Vahsoudan , fils 
de Mamlan ou Mamioun , prince de l'Aderbidjan , ayant vu la force des 
Goz , s'allia avec leur chef par un mariage et réclama son appui (id. , 
ibid. p. 483). Cf. Hist. de Gé. ; p. 317, 320, 323; Bagrat IV assiégea 
deux fois Tiflis, mais les Annales ne disent pas précisément l'année. 
Quant à Mamlan , j'ai parlé de lui p. 299 , n. 1 , en l'assimilant mal-à- 
propos à Phadloun. Son nom reparaîtra plus bas, dans une liste des 
émirs musulmans. 

Sik 1120,1. Les Khazars, lis. les Djours et les Kifdjaks, ayant fait une incursion 

Àddit. et écL 31 



S42 Additions bt iïci.ai»€I88eiient8. 

dans les pays duisuUmos, llgbasi, prince de Mardio ; Dobéïs» fils de Sa* 
daqah, qui était près de lui; iiéUk Thoghril, fils de Sullao-Mohammed, 
maîlre de l'Araa et de NakhtchévaD, jusquà TAraie, et soo atabefc 
Keotoghdi, réunirent 30^00 bonoies et s'approchèrent de Tiflis. 200 
Ki£djaks sortirent des rangs et mirent le désordre chez les aHisulnans, 
dont les trois cbefs réussirent ii 8*écbappen Les Géorgiens allèrent donc 
attaquer Tiflis, dont le siège dura jusqu'en 515 — 1021 , 2, refusèrent 
une capitulation aux habitants , pillèrent et brûlèrent la ville et en ex-* 
terminèrent les défenseurs. Quelques-uns s'échappèrent pourtant et aUèreiA 
demander du secours» soit k fiagdad» aoit k Hamadan, où se trouvait 
le sultan seldjoukide Mahmoud, qui passa à Tauriz et envoya une année 
contre les Géorgiens (ibid. p. 478). 

Suivant Chems-ed-Din lousouf, ou Sibt Ibn-al-Djaouzi, écrivain mort 
en 655 — 1256 de J.-C. , la défaite dllghazi et la prise de Tiflis eurent 
lieu en 516 — 1122, 3. Une famille musulmane, les Béni-Dja(ar, s*était 
emparée de lautorité à Tiflis, et s'y maintenait depuis 200 ans; k l'épo- 
que ou nous nous trouvons, il ne restait de cette famille que des jeunes 
gens, qui gouvernaient tour-à*tour pendant un mois, ce qui dura ainsi 
M) ans. Le roi David ayant resserré la vifle , les chefs demandèrent du 
secours à Thogril , fils de Mohammed - Chah , prince de TAran , (pii en- 
voya un chésèoh ou préposé, lequel ne fit rien ; Ujghazi vint ensuite avec 
ses alliés , et . entre autres avec Dobaïs , mari de sa soeur Kéhar - Kha- 
thoun. Le rendez-vous était sous les murs de Tiflis. Le roi David descen- 
dit alors de ses montagnes , vainquit les musulmans , et , après avoir 
pris la vihe • accorda aux habitants : qu*on ne tuerait pas de porcs k 7i- 
flis; que les noms de Dieu et du prophète seraient frappés sur les dir- 
liems ; que la prière musulmane du vendredi ne serait pas interrompue ; 
et lui-même, avec son fils Danteri, lis. Dimitri, ne refusait pas d'entrer 
dans les mosquées , pour se eonc9ier Tanitié des habitants (id. ibid. p, 
k8k). Cf. Hist. de Gé. p. 365 , suiv. En ce qni concerne les monnaies 
géorgiennes avec mention, si non de Mahomet, an moins du khaliphe 
alors régnant , Moktafi , il en existe en effet nn certain nombre , du 
règne de Dimitri 1er et de son fils Giorgi III , père de Thamar , dans 
Vouvrage de Numismatique du prince Barataïef: HyMHaMamsecRie «airru..., 
S.-Pét. 18^6, Ille section, PI. I, IV; €ompte-Rendu des Prix Démidof, 
S.-Pét. 1846, p. 290 — 295: un extrait de ce dernier ouvrage, sous le 
titre de Numismatique géoi^enne , se vend «éparénent. 
517 112314*. Les Géorgiens ayant fait beaucoup de mal anx musutnans, surtout du 

Ghinm et dé; Deri>end , ceoi^rf porteront Jcm fdainles an snltM M^r 



I ■ 



Addition XIII. 9U 

moad y qui se porta da côté de Cbamakhû Comme il était campé li, 
les Géorgiens étant arrivés , son ? izir loi conseillait de partir : il resta 
néanmoins. Durant la nuit il s*éleva une querelle entre les Kifdjaks et 
les Géorgiens, qui se battirent entre eux et décampèrent (id. ibid. p. 
487). Cf. Ilist. de Gé. p. 367. D'après cela M. Défrémery croit pou- 
voir conclure que sous le roi David les Géorgiens Grent aussi des ex- 
cursions du côté de Derbend, ce qui est fort possible, mais les Annales 
n'en disent rien. En outre l'auteur arabe contredit Tbistorien géor- 
gien ainsi que Yardan (sup. p. 229) , qui parlent de la fuite du sultan; 
Enfin Ibn-al-Athyr raconte la mort du roi David en 518 — 112%, 5, et 
le savant français croit (Journ. as. p. <k89) qu'en effet cela arriva en H2k. 
Or Tannée indiquée de Thégyre ayant commencé le 19 février 1124, et 
le roi étant mort un samedi 24 janvier, je ne vois pas de raison de 
changer ce que j'ai dit dans THist. de Gé., p. 10, 380, et sup. p. 235. 

516, 12 mars 1122. Dans chacune de ces deux années Ibn*al-Athyr mentionne un trem- 

534 1139,40. blemeot de terre ressenti à Gandja ; lors du premier, le roi des 

Aphkbaz (alors David II) pilla la ville et en enleva des captifs ; lors du 
second , il y eut 23,000 morts , et parmi eux deux fils de Carasoncor , 
prince de ce pays (ibid. p. 486 , 489). Cf. Hist de Gé. p. 369 ; et 
plus bas, p. 246. 

548 1153,4. Grand combat entre les Géorgiens et Salik (lis. Saldouk), prince d*Ar- 

zen ou Erzroum, qui est battu. 

556 1161. Autre combat entre les mêmes; Salik, fils d*Ali, est battu et pris. Sa 

soeur Cbah-Banou, mariée à Sokman Chahi-Armen, fils dlbrabim, fils de 
Sokman , prince de Khélath , obtient sa liberté (id. ibid. p. 491 , 492 , 
498). La généalogie de cette famille , plus complète qu'on ne peut la 
former d*après les auteurs géorgiens , se trouve à la dernière citation ; 
cf. Hist. de Gé. p. 457. 

599 1202, 3. Les Géorgiens prennent et pillent , après un long siège , la ville de Do- 
vin, qui appartenait à Aboubekr, fils d*Al-Pablovan (id. ibid. p. 507); 
suivant Ibn - Kbaldoun , la ville était alors au pouvoir d*Usbek , frère 
d' Aboubekr (ib. p. 508). 

601 1204, 5. Expédition des Géorgiens dans TAderbidjan ; ils s'avancent aussi jusqu'à 

Khélath et Mélazkert. La même année, ils reviennent encore, contre Khé- 
lath et Ardjich , sont battus par Thogri! , fils de Kilidj-Arslan , prince 
d'Arzen, et leur chef Zakaré- le - Petit est tué (ibid. p. 509, 510). Le 
dernier renseignement est inexact , comme on le verra dans une Addition 
concernant le régné de Thamar. 

602 1S05, 6. Les Géorgiens pillent de nouveau , sans rencontrer de résistance , le pays 



fkh Additions et iEclâircisseiients. 

de Khélath , dont le prince était un enfant ; enfin ils sont battus dans 
une vallée. Mélik-Mansour fils de Bectimour, ajoute M. Defrémery, a?ail 
alors au moins 1 9 ans (id. ibid. p. 511, 5 1 i»). 

La même année Âboubekr épouse la fille du roi de Géorgie. Ceci 
sera expliqué plus bas. 
603 1206,7. Les Géorgiens prirent Cars, dépendance de Khélath, après l'avoir assi^ 

durant longtemps, et perçu durant plusieurs années les impôts du pays. 
Le gouverneur, ne se voyant pas secouru, fit sa paix avec eux (id. ibid. 
p. 515). 

Daprès la même autorité, Khélath fut occupé en 60ï — 1207, 8, 
par Nedjm-ed-Din Eïoub , ou Mélik-el-Âuhad , au grand mécontentement 
de ses voisins ; les Géorgiens , notamment , ayant fait des courses conti- 
nuelles dans le pays , les musulmans se révoltèrend contre Auhad , qui ^ 
en 605 — 1208, 9, laissa les Géorgiens prendre la ville d'Ârdjich, de 
peur que, s'il sortait pour la secourir, on ne lui fermât, au retour, les 
portes de Khélath. 

La même année 602 — 1206, 7, suivant Ibn-Kballican , eut lieu Tes- 
pédition des Géorgiens contre Mérend ; toutefois cet auteur cite un autre 
historien, Ibn Satieh , qui place ce fait en 606 — 1209, 10. ce qui ap- 
proche plus de la vérité (ibid. p. 517 , 520). Cf. Hist. de Gé. p. 470. 
607 1210, 11. Suivant Aboulféda, les Géorgiens assiégèrent Mélic-el- Auhad dans Khélath; 

leur roi fut pris et offrit de payer 100,000 dinars de rançon (ibid.). Ce 
témoignage sera discuté plus bas. 

On trouvera dans ces notes des faits bien postérieurs au règne de 
David II; ce seront du moins des matériaux pour liiistoire de Géorgie 
jusque dans les premières années du XlIIe siècle. 



ADDITION XIV. 
Règnes de Dimitri 1er et de Damth III. 



Le règne de Dimitri 1er est si succinctement raconté par Taluteur géoi^en , qu*il est 
très important de ne laisser perdre aucun des renseignements foiunis par d'autres au- 
torités. 

Dès la première année de son règne , ce prince perdit la ville d'Ani , lâchement cé^ 
dée à Phadioun, fils d' Aboul-Séwar , par Abouleth Orbélian : ce fut donc en 1126^ aind 
que le dit Tchamitch , t III , p. 4t- » kS. Je ne sais pourquoi M. S.-Martin, Mém. t. U^ 



Addition XIV. 2k5 

p. 236 , dit que Phadloan était fils aîné d'Aboul-Séwar ; Tchamitch , il est ?rai , est de 
cet avis, loc* cU., mais il faut qu'il ait puisé ce renseignement autre part que chez Yar- 
dan ou Matth. dTdesse , qui n*en parlent pas. La même année , d après Samuel d'An! ^ 
cité par M. S. -Martin « t. 11, p. 237, et rectifié, Kbounan fut pris par Ivané et son fils 
Sembat Orbélian , à qui le roi donna cette ville ; enfin la prise de Dmanis , mentionnée 
par les mêmes auteurs, eut lieu la même année. 

Voici maintenant ce que raconte Vardan , p, 96 , des événements de ce règne et de 
ceux qui s'y rattachent. 

c£n 579 — 1130, Ggbin, fils de Kourtb , vint à Dovin et se saisit de Phaltoun ^). 
Ce dernier , qui. avait été blessé dans un combat , fut étranglé secrètement par des hom- 
mes perfides, qui alléguèrent sa blessure pour cause de sa mort, bien qu*elle ne fût pas 
mortelle. Kboucbler, frère cadet du défunt, prit le titre (l*émir. Peu après ce fut Mah- 
moud , et la contrée d*Ani tomba dans de nouvelles inquiétudes. 

« Dans le même temps et peu après , Ivané , fils d*Abouletb , voulut tuer Démétré 
et Giorgi, son frère ^); il en fut empêché par son père, qui étala devant lui ses cheveux 
blancs : Abouleth et Ivané étaient alors détenus au fort de Dmanis, pour quelque intrigue 
entre les deux frères. Démétré , en ayant été informé , dit à Ivané : « Eh bien ! tue - moi 
donc.» Celui-ci, touché de repentir, répondit: «Non, sire; je mettrai^) entre vos mains 
votre frère , qui aspire à votre couronne. » Cependant Démétré le prit (son frère) le mit 
en prison , puis lui rendit la liberté. 

«Dans ce même temps la plaine de Gag se remplit d*une innombrable multitude de 
cavaliers, de toutes les nations infidèles^ qui voulaient brûler la Sainte-Croix « sous l'in- 
toeation du général Sargis *) , mais dans leur rage ils devinrent comme des fous frénéti- 
ques et se tuèrent les uns les autres; ce qu*ayant appris Démétré, il arriva et s'empara 
sans peine de leurs bagages. 

« Dans le même temps ') , un jeune frère de Phaltoun , apprenant que son aïeule 
Cataï , de la famille royale des Bagratides *) , était chrétienne , conçut le désir d*embras- 

^) n parait évident qu'il s*agit du fils d*Aboul-Sévar qui avait repris Ani en 1126. Tcham. t. H, p. 
i7 , dit qu'il mourut en 1 1 32 et eut pour successeur son frère Mahmoud. 

*) Les Annales de la Géorgie n'attribuent aucun frère de ce nom au roi Dimitri 1er. Etienne Orbélian 
(éd. S.*Martin , p. 78) dit que Ivané , mentionné ici , et son fils Sembat , furent fort aimés et honorés du 
hn Dimitri : si cela est , Ivané ne s'en montra guère recotinaissant. 

') L'Arménien emploie le parfait kmaL. fai livré , mais je crois qu'il a le sens du futur. 

^) n y a deux monastères de ce nom : l'un au village d'Ouch, non loin d*Erivan, l'autre au voisinage 
de Dovin ; je pense qu'il est question ici du premier. 

•) Vardan , p. OT. 

*) Tchamitch, t. m, p. 46, croit que l'aïeule de Phaltoun était une Bagratide arménienne; or 
Ttfeule de ce prince devait être femme de Manoutché. D'antre part on sait par les Annales, p. 360, 397^ 
que Thamar , fille de David-le-Réparateur , avait épousé Aghsarthan prince de Ghirwan ; il me semble 
que l'on pourrait trouver là l'explication de l'origine bagratide de Phaltoun. 



. » 



il4 Additions tT iGLAiftctssBMENTs. 

fter la foi de J.^d ; il alla dans la montagne de S.-Grégoire ^) , recul le baptême et vé* 
cnt 15 ans en religion, jeûnant sévèrement et veillant les nuits, tellement que I'm 
apercevait des flots de lumière sortant de sa cellule. Il se rendit ensuite à Drazarc , oè 
il passa vers le Christ, 

«En 580 — 1131, Ivané, fils d*Abouleth , ayant fait une incursion vers Garhni^ set 
troupes furent battues par Kourth ^) , qui fit couper et bouillir les tètes des morts , et 
leurs crânes furent placés au sommet des minarets et des remparts de la ville. L^année 
suivante ') , le brave Ivané fut tué en trahison par le roi Démétré ; son fils Tbirkach se 
rendit auprès de l'émir Ghahi-Armen, reçut de lui le pays d*Arfeharouni et ravagea la 
Géorgie avec une grande intrépidité. 

u En 588 — 1139, Gantzac fut renversé par un tremblement de terre ^). Sept ans au- 
paravant Gbahi-Armen s'était emparé de la ville de Klatfa et de plusieurs autres. Il était 
petit-fils de Soukman , avait fait périr son aïeule^ qui avait tué ses enfants, et lui-même 

~^) Si la montage , ici nommée , de S.-Grégoire , est celle où le saint Illuminateur mourut , en 336, 
c'est le monl Sépouh , situé dans le canton de Daranaghi. Quant au couvent de Drazarc , je n'en comiaii 
pas d*aatre que celui de ce nom , situé dans le pay^ d'Anavarza, on Anasarbe, eu Cilicie. Dans les Hâpp« 
sur mon Voyage , 6e Rapp. p. 133 , j'ai cité une inscription qui semble se rapporter à un Béni-Cbeddad, 
Elmélik , fils de Pbadla , fondateur d*une église chrétienne. 

^] Par l'émir Couz, en 583—1136 (lis. 1134) , Sam. d'Âni , Ed. Zohrab. La diffirence des deux dalM 
permet de croire que le dernier chiffre a été omis dans le M-it de V^ardan. 

') Samuçl dAni, en 5^5-^-1138 (lis. 1136) : «Le roi Démétré prend Abouleth et Ivané.» Et plus hM» 
en 588-^1141 lis. 1139) : « Qarasghour, i. e. Qara-Sonkor, bat Ivané à Qangendch. • M. S.-l^larlin expose 
tout autrement les faits relatifs à Ivané (Mém. t II, p. 237), d'après le M-it de Samuel d'Ani appartenant 
à la Bibliothèque Royale de Paris. «En 584 — 1135. Abouleth et Ivané furent battus par Tatabek Eldi- 
gouz , et sans doute faits prisonniers, puisque en 586 — 1137, le roi Démétrius reprit ces généraux. En 
588—1139, ils furent encore battus par Qara-Sonkor^ qui tenait l'Aderbidjan en fief, des rois seidjou- 
kides : cette défaite eut lieu à Khatchenk , i. e. dans le canton de Khatchen. Enfin en 594—1145, IvtBé 
fiit tué par le roi de Géorgie. > Il est très difficile de concilier ces indications avec celles de Vardan. 

^) Ce tremblement de terre est curieux , parce que le roi Démétré en profita pour venir â Gandja et 
en enlever les portes , qu'il fit transporter dans son pays. Ce sont , selon toutes les probabilités , ceê 
portes de fer , dont une se trouve encore au couvent de Gélath, qui passaient jusqu'à présent pour avoir 
été prises à Derbeud par David-le-Réparateur (Wakhoucht, Géogr. de la Gé. p. 359) , qui ont fourni ooe 
si intéressante dissertation à M. Fraehn (Mém. de l'Ac* VIesér. se. oior. et pol. t. III, p. 531). Le texte de 
Ciracos, M-it de l'Ac. p. 51 , 93 , où est raconté cet enlèvement, est imprimé dans l'Arménie ancienne, en 
arm., du P. Indjidj , Venise , 1822 , 4^, p. 312 , et une notice dans le Joum. de S. - Pét. en français» 16 
mars 1847 , Cn6. iHUoh. 13 mars. J'ignorais, j'en fais l'aveu, quand je donnai cette double notice, que 
le texte qui concerne la porte de Gandja eût été publié. V. la traductiun de ce passage Hist. de Gé. p. 
369 ; le petit lac mentionné là est celui de Shue , sur le monl Alharac ; il donne naissance à une rivière 
sans liom connu. Sargis Dchalaliants , Voyage dans la Gr.-Arménie , en ann. Tiflis, 1842, petit îa-^^ 
p. 173. 



Addition Xlli. MT 

8*était emparé de l*aatorité. Ce pirince ^) étaol devenu puitsaot , oo avait aussi voulu le 
renverser , mais Dieu lui accorda la faveur d échapper au complot , et il prit le titre de 
roi d*ÂrméDie ou Cbalii-Armen, dans la langue de son peuple. Espérant par- là (aire le 
bien du pays , il épousa la fille de Saltboukb. 

« Dans ce temps - là parut Tatabek Tcouz , qui , par un effet de la même bonté de 
Dieu , fut , ainsi que les deux précédents , ami des chrétiens. • • Eltcouz ^) , général per-^ 
San , se mit en campagne contre Yégen , maître du pays de Sasoun ,.•. . prit cette ville 
et maintint une paix profonde pendant 60 ans. ... 

«Cependant') Déitoétré , roi de Géorgie » niourut après un règne de 33 ans*). Il eut 
pour successeur son fils Dâvitb , homme sage et hou , qui rendit à la liberté Tbirkacb ^ 
emprisonné par son père , et le mit à la tète de ses trqupes 11 mourut un mois après , 
empoisonné , dit - on , par les Orbélians Sembat et Ivané , parce qu'il avait donné leur 
place à Thirkacb ; eeaxH!i étaient convenus avec Gorgt , frère de Davith , que le généra-* 
lat leur serait donné. Gorgi prit la couronne en 605^^1156.»') 



Chronologie des faits connus du règne de Dimiiri 1er. 

1126. Âni est cédé à Phaltoun. 

1128. Prise de Dmanis et de Khounan. 

— Âbouleth et Ivané sont emprisonnés. 

— Dimitri bat les Turks dans la plaine de €rag, met en prison son frère et lui rend 

la liberté. 

1) U <se nommait Mirman et était fils d^Ibrahim , fils de Soukviao. Il fit en effet périr sa grand* mère 
Iniinedj-SJiathoun, régente pendant son enfance ; S.-Martin, Mém. 1. 1 , p. i31 ; Tchamitch, t. II , p. (7. 

*) Ghems-ed-Din Ildigouz était originaire du pays deQipbtchaq; amené de son pays comme esclave, 
Q devint peu- à-pen ^ï puisant , qu*il exerça la principale autorité dans l'empire des Seldjoulddes , et fi- 
nit par épouser la veuve du sultan Thoghroul , frère des sultans Mahmoud et Haghsoud : il mourut, ata- 
bek d'Aderbidjan , en 1172 ou 1173 ; S. Martin , Mém. t. II , p. 24.7. 

^ Vardan , p. 99 : eet auteur vient de raconter lès Uàa accomplis en SOk ^ 1155 , en aerte que la 
vflletir du Mot cependant se treuve par-li fixée. 

«) Stienne'OrbéUan, p. 79, attribue â Démétni 33 ans de règne, et p. SI . dit qn*a mowmt en 607^ 
1158 ; à David il donne 2 ans de règne « tandis qne las Annales , p. 291 ^ ne lui aUribuent que si^ moi»* 
Tchamitch , 1. 111 , p. 79 , adopte la date de 1156 , pour la mort de Démétré , et ne donne qu'un mois de 
rf^ fpam i son fiLi , ce qui prouve que Je M-it de Vardan dont s'est servi cet auteur étiût conforme au nô- 
tee^i comme on va le voir. 

*) ai Etienne OnbiUiii n*4issignai| , ainsi ««e je vieiii Ai le 4ire * m nègne 4b ^nx ans à I>avi4 . te 



2M Additions et icLiiRGissEiiENTS. 

1131. Ivané est battu à Garhni, par Témir Koorth. 

1132. — est mis à mort par Dimitri. 

Les deui dernières dates, tirées de Yardan, me paraissent moins exactes que 
les suivantes , de Samuel d'Ani. 

113iii' ou 1135. Ivané et son père sont battus et pris par Couz ou Udigouz. 

1136. Ils sont repris par Dimitri. 

1139. lis sont battus par Qara-Sonkor, à Khatchen. 

1H5. Ivané est tué par Dimitri, et son frère Tbirkach mis en prison. 

1152. Saldoukh est battu et pris sous les murs d'Ani. 

1156. Mort de Dimitri 1er; David III, son (ils, qui lui avait succédé, meurt avant 

lui ; Giorgi III , frère de Dimitri , succède à David III. 



ADDITION XV. 

Notice sur les gouverneurs musulmans de Tiflis. 



Après avoir , au milieu du Vlle s. de notre ère , conquis TArménie et une portion 
de la Géorgie , les khalipbes établirent dans ces contrées un de leurs lieutenants , qui 
résida soit à Nakhtchévan , soit à Dovin , soit dans quelque ville de TAderbidjan , à sa 
convenance , et qui nommait ou déplaçait à son gré les émirs , gouverneurs des villes 
principales. Tiflis , entre autres , eut ses émirs particuliers , comme le prouve la Uste 
suivante , extraite des Annales géorgiennes. 

Cet ouvrage mentionne des chefs musulmans sous quatre souverains, Achot couropa- 
late , Bagrat 1er , Adarnasé II et Bagrat IV, durant un espace d'environ trois siècles : ce 
sont les noms de ces personnages qu'il s agit de vériGer, afin de s'assurer du degré de 
confiance que méritent , à cet égard, les traditions géoi^iennes. 

y 
diflérence entre cette date et la sienne ne «erait pas aussi grande qu'elle le paraît ; car c*est une erreur 
très fréquente en arménien, que celle d'un & 5 , écrit ou lu pour un ^ 7. Or on se rappelle ici que , d'a- 
près les Annales , Dimitri se fit moine -, et mourut un an après , -en 1 156 , la même année que son fils. 



A D Dil T 1 ON XV» ^ 

Je ne sais ai le nom d'Aboolcasim donné à Moarwan-QroH fMir Mo Biographie des 
saints Dawith et Gonstantiné » n*a pas quelque rapport avec celui du g^énéral Kasem, lieu- 
tenant de Mobamed-Okbah » qui exerça de grands ravitges en Arménie en 703, et princir: 
paiement à Nakbtchévan et à Dovin. Lebeau , t. XII , p. 56. L'écrivain géor{i«n avait 
bien pu confondre ensemble les noms de plusieurs dévastateurs. 731 de J.-Gw 

Sous Achot couropalate 787 — 826^ 

P. 155 Dchidcboum-Asem, que la Cbronique arménienne ttonme Djidiiaseiaiii, fils-deMudi; 
cinquante ou douze ans après Mounvan^Qroo. • i* 

P. 155 Ali, fils de Chonab, était à Tiflis au commencement du règne de ce prince^, i 
en juger par Tépoque, il devait avoir été placé là par ordre du khaliphè tla- 
roun ou par Alamin. 

ib. Kbalil , fils d'Iézid , ^ent tl*Arabie , s'empare de la Géorgie. 

Sous Bagrat 1er , 826 — 876. 

P. 157 II y revient après Tan 826; est tué. Ce Ait donc Sbus b kbnHpfae AbMUBMO. 
Ali , fils de ChMab , ^Mi par Khalil. 

ib. Sabac, fils dlsmaël , émir de Tiflis lors de lu tnoit 4'Aclwt , 626. «^ T4i6; 

ib. Momed, fils de Kbalil, quitte la Géorgie M 614, 80» «i k1ndi|^ Motafceili« ' 

ib. Bougha , envoyé en 851 par le kbaliphe Motazem. 

P. 158 II laisse le Karthli i Momed, fils tiè Rkard. ^'''' 

ib. Isé , fils de Chékh! , remplace Momed. 

Ib. Abram remplace Isé. 

ib. Momed, fils de Kbalil , revient. 

ib. Gabloutz, émir après Momed ; il était iparent de Sfthac. . . A\ 

Sous Adarnasé II, 881 -^923. ' 

P. 162 Abou'l-Casim , fils d*Abousadj , envoyé en Géorgie , sons le *kbaUphe Mohted. 
ib. Djaphar, fils d'Ali, était alors émir de Tiflis. 

Sous Bagrat IV* 
P. 181 Djapbar, émir de Tipblis. 

Si la liste géorgienne est exacte, les mêmes noms dorvent Èé tétr6xt9^t efaèi lèè aâ-^ 
teurs tant arméniens qu*arabes qui se sont occupés de cts point d'histoire. Sïins pri^ndre 
fournir ici quelque chose de complet, je vais réunir les indications tronvéèli pair ibbi Aans 
l'ouvrage inédit du vartabied Ghévond, «Sur ripparitfoil de Mabomet «t sufT sêé'snctéW^ 
seurs;» puis dans ceux d'AsoIic et de Yardail. 'Ce wm Un iritfiplè tdpëtioirè 4é tloms 

. I ' ' » tU t . . .'■ l . . ' • 



\\ 



propres. 

Addit et écl. 



39 



250 



Additions et icLiiBCisscNEfiTS. 



G B i V o fi h. 

En la 2e année de Temperenr Constant, petit- 
fils d'Héraclios , invasion des Arabes en 
Arménie , suivie d'une paix de f ans. 

Qthman et Ogbah (en 36 Hég. — 656 , 7) 
£9nt une incursion en Arménie; ils s'a- 
vancent jusqu a Nakhtchévan. Asolic (L 
II , c. ï ) nomme los généraux Abou- 
bekr» Otbman et Omar. 

Le kbalipbe Abd-al-Mélik , en la 16e année 
de son régne , envoie Mahmed ^) , avec 
des troupes, en Arménie. — Il éprouve 
des revers, mais Mahmed est renvoyé de 
nouveau, en la 18e année d*Abd-al-Mélik. 

Casim , lieutenant de Mabmed , du côté de 
Nakbtchévan, au temps du kbalipbe Yélid. 

Àbd-d'Àziz remplace Mabmed en Arménie, par 
ordre du kbalipbe Yélid. 

lUastamah envoyé aux Portes - Gaspiennes par 
le kbalipbe Souliman. 

Herth (général) est envoyé par Hicbam, dans 
la première année de son régne , pour 
faire le recensement de l'ArméDie. 

Harachy ou Sétharach, général arabe, qui 
tient tète aux Kbazars, dans une irrup- 
tion faite par eux k cette époque. 

Dchara^ autre général arabe, contre les Kbazars. 

lUslim , frère de Hicbam , envoyé contre les 
Kbazars , pour soutenir Haracb , puis en 
Grèce. 

Merwan . (Mourwan-Ie-Sourd) fils de Mabmed» 
envoyé en Arménie par le kbalipbe Hi- 
cbam, en remplacement de Setb-Harach. 

Isahac^ fils de Mslim, laissé en Arménie par 
Merwan». quand il allait combattre pour 
devenir kbalipbe, après Yélid IL 



A 8 o L 1 c. 

Première expédition des musulmans en Armé* 
nie, en l'an 85—636. 

En 95 — 6k6 autre expédition; prise de Do- 
vin (en 26 de Tbég.). Conquête de 
TArménie, de la Géorgie, de TAlbanie. 



En la ke année de JusUnien (690) autre 
expédition. 

^) Cf. A«olic , n , 4. 



En 1 4hO — 690 vient Tostican Abdalla ; — 
Okba est vaincu. 



Dans la 3e et dernière année de son règne 
(Asol. U , h). 



ADDITIO.ff XV. *** 

Ghbvond. Asotic 

Okba j officier musulman eo Arménie ^ sous 
Merwan et Isahac. 

Abdala envoyé en Arménie par le 1er khali- 
phe abasside , Abdala » son frère. 

lézid, fils d*Ousaïg, laissé par Abdala, quand 
il se retira ; — épouse une fille du roi 
des Kbazsirs. 

SouUman se trouvait dans le même temps en 
Arménie. 

Dtaldiy autre général musulman, de la même 

époque. 
Rouh _ ~ — 

Mousé — — — 

Bakar , fils de Mslim , remplace lézid , par 
ordre d*Abdalla. 

Hasan^ fils de Cabadba, remplace Bakar, un 
an après. 

Mahmed ( gouverneur de Dovin ) marche en 
Géorgie, contre les seigneurs arméniens 
réfugiés dans le Samtzkhé, sous la con- 
duite d*Artavatd. 

Jmrj envoyé en Arménie avec des troupes, 
par le kbaliphe Al-Mansour, fondateur 
de Bagdad. 

lézdd, envoyé de nouveau, pour remplacer Ha- 
San, Tannée ou mourut Al-Mansour (775 
de J.-C). 

Olhman^ gouverneur d'Arménie après la mort 
de Tadjat Mamiconien, au temps du kba- 
liphe Mahdi. 

Rhoh^ gouverneur d'Arménie, envoyé par Mahdi. 

Khaehm — — — ; — le 

khaliphe Mousa, en place de Rboh. 

Obécdala^ frère d*Ahron-al-Rachid, envoyé 
par lui dans TAderbidjan , et chargé de 
TArménie, Géorgie, Aghovioie. 



352 Additions EiI éoLiiacissEMENTS. 

Glé?OND. AStOL. ic. 

lézid , fils de Mzdeh , lieutenant d'Obeïdalla. 

Abd^al-Kébir^ remplace lézid, durant peu de 
temps. 

SouUman, — Abd-al-Kébir. 

Ibndocé, Grec, gendre et officier de Souléman. Mamounic , émir arabe , ^ient en Armérie 

sous le calbolkos Jean V (833 — 855). 

En '290— 81^1 KhaUipnizii , lis. Kbalil . fils 
de lézid, vient en Aménie et en Géorgie. 

En 300 — 851, AhouselK envoyé comme os- 
tican^ par le khaliphe Djapbar. 

Bouglia remplace Abousetb, qui avait p^ri \ 
— va à Tiflis vers 853, fait pendre Sa- 
haCf fils dlsmaël. 

En 3f2 — 863 , Chahap , fils de Sévada, 
vient en Arménie avec une grosse troupe. 

En 311 — 862, k khalipbe Ahmed envole 
en Arm. Me\ fils àÀhé (fis. Çheïkh?). 

Ahmad, général musulman, m temps dt 
S«mbat - te - Martyr , 890 — dt'ii'. Cf. 
Add. Vm, p. «37. 

Àfchin , fils de Sadj , ostican de Perse , 
vient ensuite. 

Housouf, frère d*Afchin , devient après lui 
ostican de Perse et d'Aderbidjan, reste 
7 ans en Arménie. 

Sepkij émir de Do vin, en 365—916. 

Àpelhadj^Telmasian^ fils de Rovand,, Emiih 
Salar, vient en Arménie^, eo. <h31 — 
982 ; — à Dovin , en W6 -^ 987 ; 
père de Mamia. 

jépoutelph^ émir de Goghthan» vainc Ap^- 
hadj, en 990. 

Bai, émir dç Klath. 

Ibn Khosro , émit de B^g^d » soujtjfuit la 
révolte de Sclérus^. 



Addition XV. 253 

L*Hi6kMjre du Bas -Empire, noav, éd., foomit eocort quelques iadicatioas, comme: 
Qkbe et sou lieutenant Kasem, t XII, p.' 55 , 5fi , Djabalah ou Gabalas, ib. 393; uo 
autre Kasem , p. %i9; Chouaïb , t. XIII, p. 6ï ; AU, fils de lahia , p. 223, 226. 

Mais le savant M. Pétermaon a imprimé à Berlia, en 184^0, in-i'^ 16 p., une dis* 
sertation u De Ostikaois arabicis Armeniae gubernatoribus , » ce qu'il y a de mieui sur la 
matière. A la liste que Ion peut extraire de ce travail , il me serait possible de joindre 
de nombreux renseignements, qui m'ont été fournis pr un savant orientaliste de ce pays. 
Mais pour être de quelque valeur, cette nouvelle liste devrait être soumise à un travail 
de critique , intéressant fort peu Tbistoire de la Géorgie : je me contente donc de ren- 
voyer Ijo lecteur au travail du savant prussien. 



ADDITION XVI 
Règne de Giorgi III. 



Je divise cette Addition en trots parties : Renseignements divers ; Episode de Demna, 
date de la mort de Giorgi et de Tavénement de Thanmr. 

§ 1. Memeignemenii dtver$. 

cEn 610—1161 , dit Yardan^ p, 99, Géorg, soi de Géorgie, prit Ani sur Témir 
Pbaltoun, qui avait succédé à son frère Chadad. Cinquante jours après, le Cbahi-Armen 
marcha avec une nombreuse armée expéditionnaire ^) , contre cette ville , affligée et déso- 
lée pr les Souanes. Ces nouvelles ayant forcé le roi Géorgé à revenir, il fit des ennemis 
on tel carnage , que le nombre des morts ne put être connu , et que celui des captifs 
8*éleva à 40,00.0. Il laissa dans Ani le prince Satoun *) , qui fût. bientôt soupçonné de 
défection, parce qu'on fut mécontent de ce qu*il fortifiait les remparts de la ville (p. 100). 
Le roi, qui en fut informé, le priva de son commandement. Celui-ci prit le parti de se 
réfugier auprès d*Ildigouz ^} , mais il fut pris en trahison par le gouverneur *) de Chaki 
et livré au roi. Il mourut , et le roi le. remplaça dans Ani par le prince Sargis , fils de 
Zakaré. Ildigouz , malgré son courroux , ne put rien entreprendre , parce que ïOOO Per- 
sans avaient été tués avec Sadoun. Pour le roi, il envoya rassembler les troupes du Cau- 



^y ^ffttviM*^^, mol qui me parait de même origine que ^«^a^ , cavalier , et dé même formation que 
^pmJêuL firman , ^p&^mtu^ envoyé , ^piuuiMsIu parasange. 

*) L'annaliste géorgien ne parle pas de cet émir p. 233 « mais il sera mentionné dans les estsaits de 
'Sncoê. 

*), H se fit musulman, d*après les autorités musulmanes' rapportées par M. S.-Uartin , t. II , p. 2i3. 
^) Vardan se sert du mot Igpfmpm^^ qui est la tnascription du géorgieB. a^Iu-r* 



25(k Additions et iêclàircissenepits. 

oase , marcha sur DoTin , le prit et mit tout à feu et à sang ^ en n'épaipiant que les 
habitants chrétiens. Il fit enlever les crânes bouillis de la mosquée ^) ; on les couvrit de 
tissus d or , on les mit dans des cercueils , dont on charg^ea * les moùghri *) , et .on les 
força de les porter, pieds -nus, dans la ville royale de Tiflis. »> 

Ainsi parle Vardan ; mais avant de commenter ses récits , il faut citer une phrase 
de Mikael Asori, M-it du Mus. asiat. p. 231: «En cette même année, dit celui-ci, Géorgi, 
roi dlbérie , battit Témir Salthouk , résidant dans la ville de Garin , le prit et l'emmena 
de là , Ê[jMM^utn.tu»y uil^plfî». Il se rassembla , pour la seconde fois , contre Géorgi , une 
grande quantité de Torks, qui lui tuèrent des milliers et des myriades d*hommes. » Or 
on a vu dans les Annales , p. 233 , que Giorgi , au commencement de son règne , Gt 
une expédition contre la ville de Catiréwan et dans le canton d*Achomi ; la ville de Ca- 
tiréwan est inconnue; il est vrai, mais en tout cas on apprend ici que Saldoukh résidait 
à Garin ou Erzroum , et rien ne s*oppose à ce que l'expédition contre Gatiréwan et celle 
contre Saldoukh n'aient eu lieu eu la même année, avant la prise d'Ani , i. e. en 1160. 

1 ) En ce qui concerne la prise d'Ani , racontée dans les Annales , p. 233 , et ici 
par Vardan, l'auteur géorgien ne parle nullement de Phaltoun; or on sait qu'en if 26 
le roi Dimitri avait cédé la ville d'Ani à Pbadioun il, qui mourut en. 1130 ou 1132, 
et qui eut pour successeur d^abord son frère Kouchler-, puis son autre frèr^ Mahmoud; 
V. la Généalogie des Béni-Gheddad , Hist. de Gé, p. Zkk. Phadloun III et Son frère Châ- 
dad furent sans doute fils de l'un des émirs que je viens de nommer , et probablement 
du dernier; mais Tchamitch, t. III, 79, n'hésite pas à dil*e que ce Phaltoun, contempo- 
rain de notre Giorgi, était neveu de celui qui reprit la ville en 1126. 

D'autre part Abou-'l-Faradj fixe la prise d'Ani par Giorgi en 1160 — 61 ; El. Orhé* 
lian, dont on verra plus bas le texte en entier, donne la même année que Vardan; Ibo- 
alrAtbyr , cité , comme le précédent , par M. S.-Martin , t. II , p. 24^0 , i;elate ce fait au 
mois de chabân 556 de l'Iiégyre, août 1161, et Samuel d'Ani (éd. Zohrab)') en 610— 
1161 de J.-G., le 13 juin; cet accord entre les historiens ne laisse guère de doute dans 
l'esprit du lecteur, et les hésitations de M. S.-Martin, loc. cit.^ provenant de rincertîtude 
des matériaux géorgiens qu'il pouvait employer, n'arrêteront point ceux qui prendront ea 
considération les preuves alléguées par nous relativement à l'époque^de la mort de Dimi- 
tri 1er et de David III , ainsi que de l'avènement de Giorgi III. 

2) La manière dont Vardan parle des Souanes, \)ohuMy^ me paraît confirmer en qael« 
que façon ce que dit l'Annaliste géorgien , p. 233 » de ce dadian Chanehé qui s'était ré- 

1) Pour ce déUil , v. TAddition XIV, eC ce que dit Vardan , en 580—1131. 

*) Ce sont les lecleun du Coran. Cf. Ann. p. 280. 

*) Le Mit de Paris, dont foisait usage M. S.-Martin, donne Tannée 1160. Cenk qui ent vu sC iniilleli 
Touvrage de ce chronograpbe a'espliqueroiit Men aiiémsat une m miiûiiie. 



Addition XVI. 255 

Yolté dans Aoi , et qui pouvait bien avoir en effet avec lui une troupe de soldats de 
cette nation. 

Ibn-al-Atb;r y cité par M. Saint-Martin, t. II, p. 24hl , mentionne en effet la prise 
d*arines du Gbahi - Armen , fils d'Ibrahim , fils de Sokman , et s'accorde pour une bonne 
partie des détails avec Vardan et Samuel d*Ani. Ce dernier dit : « Attaqué par 80,000 
soldats du Gbabi - Armen , le roi d'Ibérie le battit avec 7000 bomâaes ; nous lavons vu 
de nos yeux ; on fit une liste de 23,000 morts , sans compter ceux dont les cadavres 
couvraient notre pays;» ce qui eut lieu au mois d'août 1161 , donc, en effet, cinquante 
jours après la prise d'Âni , ainsi que l'affirme Vardan. Toutes ces indications montrent 
l'exactitude de Fauteur géorgien , p. 234' et suiv. , en ce qui concerne le Chabi - Armen ; 
car d'ailleurs TAnnaliste a confondu ici ensemble et Texpédition contre Salthoukh , et le 
combat contre le fils d*Orthokb. 

3) L'expédition contre Dovin n'est pas racontée formellement par l'Annaliste géorgien, 
mais seulement indiquée, p. 236, lorsque l'auteur dit que Giorgi marcha contre le sultan, 
et franchit les monts Boubakar. Quant aux auteurs musulmans , M. S. - Martin , t. II , p. 
24'2 , cite Ibn -al - Athyr, qui s'accorde, et pour le fait avec Vardan, et pour la date, 
du mois daout, avec Samuel d*Ani. En effet ce dernier dit que le 21 d'août, l'année 
qui suivit la prise d'Ani, donc en 1162, Giorgi prit Dovin, où il fit 60,000 captifs et 
détruisit les mosquées. Mikael Asori, M-it du Mus. asiat p. 273, s'exprime ainsi sur ce 
sujet : a En ce temps - là Giorgi , roi d'Ibérie , prit Dovin , extermina les Persans qui y 
étaient, et ruina le minaret qui avait été construit avec le sang et les os des chrétiens. » 
L'année n'est pas indiquée autrement que par ce qui précède chez cet auteur ; or il vient 
de parler d'un traité de paix conclu entre Andronic Gomnène , parent de Fempereur Ma- 
nuel, et Thoros roi arménien de Gilicie. Lebeau , t. XVI, p. 178, raconte un événement 
de ce genre, mais en 115ï, de sorte qu*il reste une grande lacune entre les deux faits, 
lacune d'après laquelle on ne peut rien conclure , eu égard à la rédaction de l'ouvrage 
de Mikael Asori, qui est, comme on le sait, un abrégé très succinct d'histoire universelle. 

«En 612 — 1163, continue Vardan, p. 100, Ildigouz accourut à Dovin, brûlé et 
dévasté. Le coeur ulcéré, rugissant comme une béte féroce, il marcha contre Mren, dont 
il livra la citadelle ayx flammes , et environ 4000 âmes y périrent en holocauste pour le 
Christ. Il vint ensuite dans la plaine de Gag et ordonna d'incendier la Croix merveilleuse; 
mais Dieu irrité le châtia par des serpents vénéneux, qui le poursuivirent jour et nuit, 
et il s'enfuit , de frayeur , devant le roi Giorgi , laissant la ses bagages et ses prison- 
niers ^). Toutefois il excita Aslan, fils de Mahmoud et sultan de la Mer ^), et le conduisit 

^) C'est ici le fait mentionné dans les Annales , p. 236 , teniê finrnn, 

*) Il y a ici deux fautes graves dans mon M-lt de Vardan ? au Heu de fit^^Jf mnt,iuiuiL i^pr^fi 
^ÊÊi^Atjm^^ tfUÊUfuih^ qui signifient ce que j'ai traduit, il fout lire i ii^f^^T* ••• Jiuufant.ÊÊMÊÊj fMM9|Mf& 
•Dirvit-Sultan , ou Aslan, fik de MasUiout ,».... Hagfasoat, le Masoud des auteurs européens. 



256 Additions kt HÉCLAimcissEMENTS. 

à ÂDi ^), qu*il Uni durant qoatre ans dans des transes eontinaelles, jasqn*à ee qi» Géorgé, 
roi dlbéric , se voyant hors d'état de défendre cette ville contre des légions dlnfidèles, 
la livra à Arsian - Sultan *) fils de Mahmoud • . . . 

«Dans le néme temps (en 1168) les derniers thâteaox de Capan : Ghram , Ghéghi 
et Gakaherd furent pris par les infidèles ^j, en punition de nos péchés. 

a En 626 — 1177 (p. 102) Géorg, prit Ani pour la Seconde fois, à Tinstigation du 
généralissime Ivané, qui voulait y commander et faire revenir les chrétiens captifs. Le 
roi emmena avec lui Témir Chahanchah ^)y qui n'y revint jamais '). Informés de ces nou- 
velles , ceux du Turkestan se réunirent en un seul corps. Sous la conduite du sultan 
Alp-Aslan, ils marchèrent contre Ani et dévastèrent le pays de Chirac. Ivané voulait 
rendre la ville , mais les hahltants , en ayant eu connaissance , ne le laissèrent pas exécu- 
ter son projet. Le sultan et son atabek s*en-allèrent donc découragés, et moururent l'un 
et l'autre la même année. *) 

«Dans ce temps Ivané fit paraître sa méchanceté; il attira Demné, fils du frère 
du roi Géorg , et beaucoup de nobles » et forma le projet de tuer le roi pendant qu'il 
ne serait pas sur ses gardes , à Sahath. Le roi en fut informé par quelqu'un et s'en- 
fuit à Tiflis , parce qu'il avait peu de DU)nde auprès de lui. Là , par un effet de la di- 
vine Providence I beaucoup de gens^ renonçant au fatal projet, se réunirent autour de 
sa personne. Aussitôt que son parti se fut fortifié, il voulut marcher contre les rebelles; 
ceux-ci s'étaient enfuis de Sahath dans leurs forteresses , et étaient entrés dans Lorhi , à 
l'exception de Liparit, qui, avec ses deux fils, s*était porté vers la Perse. Le roi sempara 
de tous les trésors des Orbélians (p. 103). Alors tous vinrent se jeter à ses pieds , tant 
son neveu que les autres et Ivané lui-même , qui fut aveuglé. Kavtbar, le plus jeune de 
ses fils, et Zinen^ fils de Liparit, furent mis à mort, et leur complot s*évanouit en fumée. 

*) Samuel d'Ani raconte la venue du sultan en 612 — 1163 , et dit qu^après trente jours de combats 
il se retira , ayant bien battu le roi Giorgi. C'est là , je crois , Texpédition indiquée en termes si vagues 
par Mikael Asori , dans la seconde phrase du passage cité plus haut , p. 25i. 

') Arsian sultan était fils de Mahmoud et de la femme de Talabek IMigovs ; en effel oe dernier anA 
épousé la veuve du sultan ; S.-Martin, t. n, p. 2i3. 

') Par Ildigouz : ainsi finit le petit royaoBoe de Pharhisos ; Tcbamitch , t. IH ^ p. 80. 

^) Tchamitch , t. III , p. H7 , le nomme Amir-Œiali , sans doute snr Tautorité d*un «ntenr qni ii6as 
est inconnu : il place aussi la seconde prise d*Ani en 1174, date qui est également rapportée par AboilK 
Faradj, cité par M. S. - Martin , t. II, p, 244. L'Ammfiste géorgien et £t. Orbéjian ne disent riea de ce UiU 

') L'auteur nous apprend un peu plus loin qu'il fut échangé contre uu seigneur, nommé Apirat, frère 
de l'évéque d'Ani , qui était alors prisonnier à Cam* 

*) L'atabek lldigoos mourut en effet en Tan SCS de l'hégyre,l172« 73 , de l.-C. , oe qni proave sur* 
abondamment que la date mise an commënoeaMit dëoe | est erronée. Quant mi snltM «eldjMkidè , ^é» 
gnant alors » o'étaU iUslan^iotolle Jls^ Tlii«hitt II , monUmir ilàir6Me«ïl7WAI7iSi^ ^$nlf^iim}m^ 



Addition XVI. 257 

«En 626 — 1177, à Alp-Aslan-Sultan succéda Tbo'ughril ; à Ildigouz, Pahlavan , qui 
commanda au fond du pays, et Qizil-Ogbian ^), qui gouverna la partie supérieure de FAr- 
ménie. Tous deux étaient Gis dlldigouz. 

« En 629 — 1180, Géorg fît disparaître de la terre les voleurs et les brigands. Ayant 
à cet effet , réuni toutes ses troupes , il prescrivit de pendre sans pitié les gens de cette 
espèce , pour tel délit que ce fût , grave ou non. Beaucoup de chefs de bandes furent 
traités de la sorte ; les effets que Ton trouvait étaient pendus avec les criminels. On n'é- 
pai^na pas même les animaux , les chiens , les rats , tellement que la paix la plus pro- 
fonde fut le résultat de cette terreur universelle. 

«En 633 — 118Ï (p. lOï) , mourut Giorgi , roi d'Ibérie. Gomme il n*avait point de 
fils^ et que Dcmna , fîls de Davith, était aveugle et eunuque, la couronne passa à Tha- 
mar, qui épousa un certain Soslàn^ fils du souverain des Rouz^)^ et s*empara de Dovio. 

§. 2. Episode de Demna. 

L'épisode si intéressant que Ton va lire doit se placer chronologiquement avant la fin 
des extraits qui précèdent. Il renferme les détails de la conspiration du prince Demna 
contre sou oncle Giorgi III, détails omis pour la plupart dans les Annales, p. 2^2, et 
qui ne pouvaient non plus trouver place dans la composition de Vardan; ils nous ont été 
conservés par Stéphanos Orbélian , historien de sa famille ^). Je m'étais proposé , il y a 
quelques années , de donner une nouvelle édition de cette histoire , et j*en avais déjà 
préparé le texte , une nouvelle traduction et beaucoup de notes. D'autres occupations ne 
me laissant pas Tespérance de pouvoir réaliser ce projet, j*extrairai ici un fragment de 
ma traduction, qui devra être regardé comme une rectification, aussi complète que j*ai pu 
la faire, de Tancienne, sans qu'il soit besoin de donner aucune remarque de détail. 

On a déjà vu précédemment par un passage de Vardan , p. 96 , 97 , que sous le 
règne de Dimitri 1er Giorgi III avait aspiré au trône de Géorgie , aux dépens de son 
frère aîné David , et qu'il n'avait cessé d'intriguer pour faire réussir son usurpation. C'est 
à la mort de David III que commence l'épisode de Demna, où les manoeuvres de Giorgi 
éclatèrent dans tout leur jour. 

a Etant près de sa fin , dit Stéphanos Orbélian ^) , Davith III appela le catholicos et 
les premiers didébouls, ainsi que son frère Gorgi et son jeune fils Demna. Ayant placé 

^) Lis. Qizil-Arslan. 

') Vardan a été mal renseigné, comme on le voit, et confond les noms; plus bas, p^ 110, il nommera 
Asian le second mari de la reine de Géorgie. 

') V. Mém. hist. et géogr. sur T Arménie , par S.- Martin , t. Il , p. 56 — 176 ; Bullet. scient, t. Vin , 
p. 177—189; t. IX,N^ 17. 

*) Cette histoire occupe les pages 81 »99 de Védition de M. S.-Martin : elle est tirée du chap. LXVl 
de l'Histoire de Siounic , dont un exemplaire complet m'a été obligeamment communiqué par M. Kotzé- 
bue , fonctionnaire russe dans le Caucase. Le texte en est inGniment plus correct que dans l'édition de 
Madras , qui sert de base à celle de Paris. 

Addit. et écL 33 



2S8 Additions bt éclaircissements. 

devant lui sa priocipale imagée , la croix du Rédempteur et le saint Erangile : « Grands 
de la Géorgie, vous savez par£aitement , dit -il, combien mon père a travaillé pour vous, 
qu'il a restauré cet empire , et qu'au lit de la mort il me concéda la royauté , par m 
acte solennel et écrit Pour moi , j'approche de ma fin*; mon frère Gorgi , que voici , 
n^ayant aucun droit ni prétention fondée sur ce trône « de même que la couronne m*a été 
dévolue par mon père» de même je la transmets i mon fik Demna, en présence de vous 
tous. Toi Gorgi , mon frère , prends ma place » commande les forces du pays , en jouis- 
sant de la portion d'héritage que tu tiens de mon père , jusqu'à ce que mon fils atteigne 
Tâge mûr. » Appelant Ivané , fils de Sembat Orbélian , il lui fit jurer d'observer ses der- 
nières prescriptions, puis il prit son fils et le remit aux mains d'Ivané , en le lui recom- 
mandant. U fit ensuite jurer aux autres didébouls de ne point trahir le jeune prince et 
de le sacrer roi, quand il aurait atteint sa majorité ; après quoi il mourut ^) et fut placé, 
avec ses pères , à Gélath. Depuis lors , l'enfant fut dans la maison dlvané, où il recevait 
la nourriture et l'éducation. 

i Cependant ayant gagné les coeurs des seigneurs les plus considérables et celui du 
catholicos , Gorgi voulait devenir roi , mais on n'osait communiquer ce projet au grand 
Sembat Orbélian ni à ses fils Ivané et Liparit. Un mois après, tous les didébouls et 
les aznaours s'étant rassemblés auprès de Gorgi , Ivané vint aussi avec les siens. Le 
prince lui fit part de ses intentions et le persuada , à force de prières , en ajoutant : 
ff A la majorité de mon neveu , je ne le dépouillerai pas de ses droits , mais je le place- 
rai sur le trône royal , suivant le testament de mon frère. » C'était un homme heureux 
dans toutes ses entreprises, plein de vigueur et très judicieux. De son temps, le royaume 
prit une grande extension ; lui-même livra en personne beaucoup de combats, et par Ten- 
tremise du brave généralissime Ivané, il ébranla toute la maison des Persans et des Turks. 
Ce Gorgi prit la ville d*Ani en 610 — 1161, puis la maison entière de Chirac, qu'il 
donna au grand Ivané , généralissime suprême de Géorgie , fils de Sembat Orbélian , de 
sorte que la propriété lui en fut désormais dévolue. Un jour, aux portes d*An!, cet Ivané 
battit le Chahi - Armen , qui était venu attaquer la ville avec (•0,000 combattants ; car il 
avait engagé la bataille sans attendre le roi Gorgi , qui venait i son aide *j. Une autre 
fois il défit le grand atabek Ildigouz , dans la plaine de Gag , lorsqu'il marchait avec 
100,000 soldats contre le roi Gorgi, pour ruiner la Géorgie entièrement et s'emparer du 
monarque. Ivané se conduisit si ' habilement , et par son héroïque bravoure réduisit les 
ennemis à de telles extrémités, qu'abandonnant leurs tentes, leurs armes, une immense 
quantité de bagages et leurs bêtes de somme, ils s'enfuirent précipitamment durant la nuiL 



') Ce récit n*admet pas le soup(on d'empoisonnement, dont Vardan , p. 97, charge la mémoire des 
deux Oii>é1ians. 

*) Compares ces chiibes avec ceux de Samuel d'Aai , et sur le fidt de rabseoee du roi, Ion de la bt» 
taille , voyez l'assertion opposée de l'Annaliste géorgien , p. 234.^ 



Addition XVI. 259 

Mais malgré tant de services rendus et d'actions éclatantes, c'était seulement en apparence 
que le roi témoignait tant d'égards à Ivané et 1 élevait en dignité. Au fond du coeur» U 
se méfiait de lui, à cause de son jeune élève, et guettait « mais en vain, roccasion 
d^empoisonner celui-ci secrètement: Ivané le comprenait , du reste. Son père Sembat 
mourut dans un âge avancé et fut déposé près de ses ancêtres, laissant l'tiéritage de sa 
principauté à ses fils Ivané et Liparit. 

«En Tannée 626 — 1177 , il y eut du trouble et de l'agitation dans le royaume de 
Géorgie, et la maison des Orbélians fut entièrement exterminée» Le roi Gorgi avait régné 
21 ans , et le jeune Demna était entré dans sa majorité. Tandis qu'Ivané , ses frères et 
ses fils, étaient à Darbas, dans Agarac ^), se livrant avec eux au plaisir, on vit venir les 
principaux didébouls , et avec eux Demna. «Ivané, dirent-ils, souviens-toi de ta promesse 
et du serment fait par toi au roi David: garde -toi bien de commettre un parjure. Le 
temps est venu d'installer Demna sur le trône ; Giorgi se repose maintenant à Sakbaté ^) , 
avec une poignée de monde; pour nous, nous sommes tous décidés à remplir notre en- 
gagement. <-— Dieu nous préserve; répondit Ivané, de songer à massacrer celui qui a reçu 
l'onction royale ! Mais pour tenir la foi jurée , tout en plaçant Demna sur le trône , sai- 
sissons-nous de Gorgi et exigeons de lui la promesse solennelle et écrite d'obéir à son 
neveu , après quoi , nous le relàcberons et le laisserons vivre dans l'apanage qu'il a reçu 
de son père. » Tous s'étant rangés à cet avis , ils se bâtèrent de lever des troupes ; mais 

^) L*auteur arménien nomme quatre fois dans son récit cet Agarac et ce Darbas : L matMêu iJùi ^ 

Âfuâtuuunn^flt uâiLuunuâh uttrnp fimpr. ^h tnhnpj njutniMiUMun : -»- "V / uuini^n iUitLtuptulA La/ tntuii 
MUupiMÊUMUp * — tMàJhrlâh ohutlâ hlâhuMi l^pu tun. uum tiuauÊpiuUh n.tupiMpuu \ -^ ra. c b'ahu» afâauiu 

juMt^puàlf» ; éd. S.-Martin , p. 78 , 86 , 90. D*un autre côté Thistorien géorgien , p. 242 , dit : • Le roi 
parcourut le Tachir , jusqu'aux portes de Loré , et vint camper à Agarani ; ^ Giorgi qui était alors à 
Agaranî ...» Une foule d'autres passages des Annales nous montrent clairement qu' Agarani était le nom 
d'un canton de la Géorgie méridionale, H. de Gé. p. 334, 5; 398, 9; et un autre texte très décisif nous fdt 
voir non moins clairement qu'il y avait en ce lieu une forteresse du même nom. En&n Wakhoucht, dans 
sa Géogr. de la Géorgie, p. 179, dit que l'espace compris entre Bolnis , la Choulawer et le Kour , s'appe- 
lait autrefois Gardaban, et plus tard Agarani. Or dans la carte N^ 2, jointe à la Géographie de Wakhoucht, 
on trouve dans ce territoire deux villages nommés Darbazi : l'un sur la Pholadaour , au S. E, de Bolnis ; 
l'autre au S. du premier , et en outre , plus à l'O. une résidence princière , du même nom , sur la Gétis- 
Tsqal , au S. 0. de Tandzia. Cette dernière localité est peut - être trop éloignée et hors des limites assi- 
gnées au canton d'Agarani , mais son caractère de résidence princière semble indiquer la demeure d'un 
ancien thawad -. sous ce rapport elle convient bien à un personnage de la famille orbéliane. Tous ces 
motife me forcent à m' écarter un peu de la rigueur littérale des quatre textes arméniens cités au commen- 
cement de cette note et de traduire : « Le roi lui donna (à Ivané) , le lieu dit Darbas . dans l'Agarac ; — 
Pendant qu'il était dans l'Agarac, ainsi nommé, de Darbas ; — Tous s'étaient rendus auprès de lui, à Dar- 
bas, dans l'Agarac ; — Le roi ne les trouva pas dans Agarac. Cf. Addit. IX, p. 180. 

^ Ce nom représente assez bien celai de Sahath , mentionné par Yardan, p. 102 (t. ci-dessus) ; mais 
je ne nonnais pas la situation de la localité en question. 



260 Additions et éclaircissements. 

an enfant de bas âge , qui arait entenda cette décision , alla nuitamment en donner avis 
au roi y qui monta sur-le-champ à cheval, s*enfuit à Tiflis et s'y fortiGa. Sans en rien 
savoir y Ivané continua à rassembler des cavaliers et à se former une armée. Tous les 
grands et les nobles Géorgiens étaient d*accord avec lui et venaient en masse le joindre 
à Darbas , dans Agarac. C'étaient les éristhaws du Karthli ^) , les Ghorghoraïk » ceux 
du Djawakheth , Gakhaï et ses fils » le grand Camragel y Memnaï Dchaghel, ceux de Ta- 
chir y Hasan de Gaïen , Grigol fils d'Apirat , d'Ani » dont les forces réunies se montaient 
à plus de 30,000 hommes. 

« Cependant, seul et sans troupes, le roi manda un certain Qiphtchakh, nommé Khou- 
pasar , et n'ayant pas d'autres auxiliaires , il réussit à rassembler 5000 hommes. Ayant 
appris l'entrée du roi à Tiflis et ses préparatifs , au lieu de marcher contre lui , les con- 
jurés attendirent qu'il se mît en campagne. Gomme l'affaire traînait en longueur , cédant 
à l'inconstance naturelle de l'esprit humain , Gamragel sortit du complot et vint nuitam- 
ment trouver Gorgi ; ce qu'ayant vu Grigor Majistrosian , il agit de la même manière. 
D'autres , les imitant , commencèrent en secret , l'un affres l'autre , à aller près du roi , 
de sorte que son parti se fortifia d'autant que s'affaiblissait celui de Demna. En effet , 
tous ceux qui se rendaient à Gorgi étaient reçus très honorablement^ comblés de présents 
et joyeusement traités , et on leur promettait les opulentes dépouilles des Orbélians. Se 
voyant alors si puissant et en forces, et connaissant la faiblesse de son neveu et d'Ivané, 
Gorgi marcha contre eux avec un grand appareil. A cette nouvelle^ Ivané rassembla tout 
ce qu'il possédait , dans la forteresse de Ghamchoïldé, le dépôt des trésors de sa famille, 
depuis les anciens temps , et qui regorgeait de bagages ; il y établit des commandants 
du rang le plus élevé , et avec ses troupes , avec les principaux de son parti et Demna , 
il entra dans Lori, où il se. fortifia extrêmement. Pour son frère Liparit, il l'envoya avec 
ses deux fils , auprès de Tatabek Ildigouz , pour demander un secours de troupes *). En 

^) Le terme dont se sert notre auteur, ^uj^p^^ci Ê^pftuPiuJp^ accuse l'origine géorgienne de ses ma- 
tériaux., puisque ce sont, les deux mots j^^^»!» ^<iUii>>3Co, simplement transcrits. Quant aux noms propres 
qui suivent : Ghorghoraïk est le nom bien connu de la famille Qouarqouaré , qui paraît ici pour la pre- 
mière fois dans l'histoire, mais qui jouera plus tard un grand rôle dans celle d*Akhal-Tzikhé ; Cakhài 
est le géorgien Cakha , qui paraîtra souvent sous le règne de Thamat* ; Dchagbel signifie • commandant 
de Djaq , d*où Djaqel : Djaq est un fort 'sHiuk sur Tun des petits afQucnts de la rivière d*Akhal - Tzikhé ; 
Grigor, fils d'Apirat , dit plus bas Grigor Majistrosian, était un descendant de Grigor Magistros , cet Ar- 
sacide qui prit tant de part aux affaires d*Arroénie au milieu du Xle siècle : son père Apirat avait été 
racheté par Giorgi, en iVlk, lors de la reprise d*Ani; enfin le nom de Camragel a déjà paru dans l'histoire 
géorgienne au temps de Bagrat IV (Addition IX , p. ISt , fomm) , et a formé celui de Gamrécel , qui fi- 
gurera souvent dans les Annales , et qui subsiste encore. 

') M. S - Martin , t. II , p. 244 , trouve une grande difficnlté A ce que la guerre des Orbélians ait eu 
lieu en 1J77 , parce qu*il est dit qu Ivané envoya réclamer les secours d*ndigouz , dont tous les auteurs 
arabes fixent la mort en l'an 569—1173. Je ne peux conUredire ce £dt, n'ayant pas la possibilité de criti- 



Addition XVI. 



261 



arrivant dans Agarac , le roi Giorgi , ne les y trouvant pas , assiégea la citadelle d'Hi- 
sar^), pendant 25 joars, la prit et en massacra la garnison. Il s'empara en même temps 
de tons les riches trésors et des biens des Orbélians et alla camper autour de Lorhé. 
Mais comme Ivané y était entré le 13 du mois de hrotits, et qu'il y resta jusqa*au 5 de 
méhec *) , les habitants de la citadelle étant réduits à Textréiiyté , les nobles commencè- 
rent à descendre , les uns après les autres , nuitamment , au moyen de cables , le long 
des murs y et à se rendre auprès du roi. Bientôt les principaux didébouls, les amis et 
les confidents divané, lui écrivirent une lettre d*avis, qu'ils lancèrent dans la place avec 
une flèche , l'engageant à se réconcilier et à se soumettre , parce qu'ils redoutaient Tar- 
rivée de Tatabek Udigouz. La lettre était de cette teneur: 

«Grand Ivané ^ héros brave et invincible, originaire de la Chine ^)^ issu d*un puissant 
monarque , et venu dans ce pays dlbérie ^) , où tu trouvas des honneurs inappréciables ; 
chef suprême de la maison royale et généralissime du roi Gorgi, si tu aimes ton repos, 
ta vie et tes titres^ si dignes d'envie, et tes immenses patrimoines, plus grands que la 
moitié de la maison de Géorgie, oublie ton premier serment, ta promesse et le testament 
de David , soumets-toi à Gorgi , le puissant monarque des Géorgiens ; prends et apporte* 

quer les auteurs en question. Mais je ferai remarquer que, suivant rAnnalisle géorgien, p. 242, ce fut au 
fils d*Ildigouz que s adressa Ivané. Au reste M. Saint -Martin raisonnait dans Thypothèse que le chiffre 
donné par Klaproth , pour la mort de Giorgi III , en 1 174- , était exact , tandis que , si TAnnaliste géor- 
gien fait mourir ce prince en Mlk- , j*espère démontrer qu*il mourut en effet en llSi-. 

^) Je ne fais aucun doute que ce mot arabe , si singulièrement employé ici , et qui signifie citadeUe , 
ne soit un attribut de Samchwildé , dont il vient d*étre parlé , comme du dépôt des trésors dlvané. 

*) Hrotits ou le mois du feu étant le 12e , et méhec , le mois de la mort^ le 7e de Tannée arménienne, 
le siège de Loré avait donc duré 232 jours , ou 7 mois et 22 jours. S'il s*agit ici d*une année fixe, ce se- 
rait du mois de juillet 1176 au mois de février suivant. S* il s agit au contraire d*une année vague, nava- 
sard , le 1er mois , commençant , pour 1176 , au 26 février , Touverture du siège aurait eu lien le 18 
janvier 1177, et Tépoque de la lettre à Ivané, le 11 août de la même année , ce que je crois, puisque les 
événements eurent lieu à une époque où la nouvelle forme du calendrier n*était pas connue. 

') Sur l'origine chinoise des Orbélians, v. llntroduction au 2d volume des Mémoires de M. S.-Martin, 
le texte et les notes du chapitre premier, les Annales, p. 9 et TAdd. XI, p. 213. 

*) Je traduis ainsi l'arménien uMpjuuàn^, . 'IJ^p^jl'^ P^nr conserver une partie de la valeur étymo- 
logique du second mot. Ce dernier n'est pas même arménien , rigoureusement parlant , mais formé pour 
la rime, de la préposition ijjrft, *(» t^trpuuj^ «en haut,» et signifie conséquemment «Supérieur.» En sorte 
que, pour les Arméniens, la Géorgie est le pays Supérieur. Elle est plus spécialement encore désignée sous 
06 nom parMoyse de Khoren, 1. II, ch. VIII, qui dit : Jhpl»b utyL ui^fuuÉft^^ «ce pays de Véri, ou Supé- 
rieur;» delà se forftie, dans le même chapitre, Tadjectif ^fr^^ui^^ Vériatsi. Ces deux témoignages, rap- 
prochés , laissent peu de doute que ^(ipp et ^^«^j/l» Virk et Vratsi , Géorgie, Géorgien, ne soient l'a- 
Iwéviation des deux formes plus longues « objet de cette note , dont l'étymologie se trouve , par-là* 
ooDstatée. Cf. un passage d'Aristacès, sup. p. 216, n. 2. 



263 Additions et icLiiRcissEMENTS. 

lui on riche présent, le jeune Demna, fils de David, la cause des maux sans n(milNre qiM 
tu as soufferts ici-bas. >i 

«Ayant reçu cette lettre, Ivané écrivit la réponse, qu'il attacha de même à une flèche 
et lança dehors: 

«Mes chers didébouls, ^^^nds et puissants princes, moi Ivané Orbélian j*ai lu \m 
arertissements contenus dans votre lettre, mais je ne partage point les idées qu'elle ren» 
ferme. L'homme qui, par amour pour la vie présente, transgresse la loi divine et devienl 
parjure à son serment , recevra la part des renégats : il brûlera dans Tétemelle géhenne, 
parmi la troupe des démons. Je ne puis , créature faible et périssable , pour la vie à'vm 
jour, fouler aux pieds les engagements pris par moi ni fausser une promesse solennelle: 
je mourrai donc , fidèle à ma parole , et , près de mon aimable seigneur , j'irai recevoir 
l'ineffable trésor que personne ne saurait dérober.» 

«Bien que le tout fût (en langue géorgienne, nous Ta vous traduit et arrangé en arméirira* 

«Quand on eut compris que sa volonté était inflexible, on poussa activement la guerre; 
mais Demna, s'effrayant trop facilement^ se laissa glisser par un câble, durant la nuit, k 
long du mur , alla près de son oncle paternel et le conjura , à genoux , de lui accorder 
seulement la vie. A cette vue , le roi triomphant expédia un homme vers Ivané : « Qu*a- 
vais-tu à combattre, lui dit-il, pourquoi étais-tu avide de vengeance contre moi ? et main* 
tenant quel motif soutient ta révolte ? — Ce qu'ordonne ^] le roi est juste , répondit-il; 
qu*il jure donc de ne me pas maltraiter, de ne pas m'enlever mes domaines, et jlrai 
près de lui.» Gorgi en fit le serment et s'engagea de la manière la plus solennelle envers 
Ivané, qui se détermina h se rendre au monarque. Celui-ci, au comble de la joie, le reçut 
d'abord avec une bonté excessive, le couvrit des plus brillantes distinctions, jusqu'au moment 
ou il eut sous la main tous ses fils et sa famille. Puis, oubliant et promesses et serment» 
solennels, il fit saisir Ivané, à qui Ton creva les yeux ; quant à Demna, qui était devenu gea» 
dre d'Ivané, non content de l'arrêter et de lui crever aussi les yeux*), il le fit mutiler, afin, 
disait-il, qu'il n'eût pas d'héritiers. Kavthar, frère cadet d'Ivané^ Sembat son fils, et ZinÉT 
son neveu, furent mis à mort, par ordre du roi ; tous ses parents, en général, hommes et 
femmes, périrent ou furent immolés, les uns par des breuvages mortels, d'autres noyés 

^) C'est une tournure toute géorgienne: ce que dit le supérieur est toujours un ordre, dans le langage 
reçu , et ce que dit Tinférieur est une prière de se ressouvenir : ^^^ ^^^^^^ «qu'ordonnez- vous, que dites 
vous?» ^«^0*^3^3^ «je vous rappelle;» telles sont les formules. Et encore y*Ci^^«, ÇaUaC^*, 9«U*P(^, î^^ACi^, signi* 
fie : «vous êtes, il s en est allé, il s'assit, il partit, il vint,» en parlant d'un supérieur, ou poUment. 

*) Je ne puis ro*empécher de remarquer que cette phrase , depuis qttani , manque dans f édition de 
Paris ; je l'ai trouvée dans mon manuscrit , ainsi conçue : L ifkXuMfi^ np 4/* tfifFuuufutghtui^ /li-t»^^^, 

pJ^phhruM^ L kui tfuif_u ifinp&i_ Je ne sais si elle se trouve dans l'édition de Madras, que je n'ai 

pas i ma disposition. Tchamitch, t. m , p. U8, se trompe , s'il n'a pas eu d'autres autorités que Vardaa 
et Stéphanos, en disant que Denma et Ivané furent ninUlés. 



Addition XVI. 



M3 



I 



dans les eaux, quelques-uDS précipités du haut des rochers, tcltemeot que leurs noms dis- 
parurent de la maisoa de Géorgiic Le roi prescrivit encore d'anéantir tout souvenir de 
la race orbéliane et d'écrire l'Iiistoire de ce soulèvement, non d'après les véritables causes, 
mais suivant sa fantaisie , eu la surchargeant de calomnies et de faussetés insif^nes contre 
les Orbélians. Ou lança, en outre, des anathèmes contre quiconque prononcerait leur nom 
en Géorgie, et coutre ceux d'entre eux qui pourraieat pénétrer dans ce pays: et ce cruel 
édit fut déposé dans les archives. Cela eut lieu en 626 — 1177. 

aXelle fut la lin des supplices des Orbélians, le massacre et l'expulsion do ces princes 
de kurs domaines héréditaires, plus de mille ans, ainsi que l'on calcule, après leur arrivée 
de Chine '). Quelques-uns les accusent méchamment d'avoir eu la folle ambition d'aspirer 
h la royauté, ce qui est une fausseté manifeste ft une clabauderie de chiens ; car ils sacri- 
Oèrcnt leur vie à cause du serment fait au roi David , au sujet de son lils , ainsi qu'il 
convient à des hommes loyaux et dévoués ù leur maître. A son tribunal incorruptible, 
Dieu saura bien juger et les oppresseurs et les opprimés. 

nCepeadant Liparit, frère d'Ivané, qui était allé chez l'atabek Itdigouz, avec ses deui . 
fils Elicoum et Ivaoé , avait mis en mouvement la maison de Perse et venait au secours 
de son frère avec une cavalerie nombreuse, formant environ 60000 soldats ; mais dès qu'il 
eut appris la cruelle catastrophe: «Quel crime ont commis ces innoncents chrétiens, dit-il; 
en quoi nous sont-ils redevables du sang ré|iandu, pour que je les chiitie*)'? Il retourna 
donc sur ses pas et resta chez l'atabek lldigouz ; en proie à d'aifrenses angoisses et à une 
profonde affliction, Il mourut sur la terre étrangère. L'un de ses tîls, Elicoum, demeura 
là ; Ivané, frère de ce dernier, alla chez l'émir de Gantzac, où il vécut comblé d'honneurs 
et de distinctions. Puis, sous le règne de Thamar, on le décida, à force de suppUcations 
et de serments, à revenir, et de toutes ses propriétés on ne lui restitua qu'Orbetb. Il eut 
des enfants, qui sont les Orbels d'aujourd'hui. *) 

') Cette expression esl bien vague, et ne donne pas même une idée approximative de l'époque où les 
Orbélians vinrent de Chine en Géorgie^ noire auteur, au commencement de son Histoire, indique cet évé- 
nement sous le régne de Kékbosrou , et les montre déjà en faveur sous le roi Phamawaz , p. 57 , 63 . éd. 
de Paris. I>e son câté l'Annaliste géorgien, p. ?, parle d'une émigration de Tnrks en Géorgie, à la même 
époque de Kbosro ; il faut donc conclure rjue les Orbélians arrivèrent bien avant la venue d'Alexandre, 
an moins quatre ou cinq siècles avant J.-C. , et ce chiffre , ajouta k celui de 1 177 , de l'ère chrétienne, 
donne de 16 à 1700 ans. 

') On pourrait peut-Ctrc traduire ce second membre de phrase - >Les gens qui me doivent du sang 
oà sont-ils ?■ mais ceci me parait moins logique , puisque les auteurs de la ruine des Orbélians étaient 
en Géorgie. 

*) La généalogie des Orbélians, durant leur première période, se trouve dans l'Addil. I, p. âlS,- avec 
Liparit , que notre auteur vient de nommer , se termine leur seconde période , dont le tableau généalo- 
gique a été tracé sous le règne de Giorgi III, p. 23*. des Annales. Sous David-le-Réparaleur, ils formaient 
deux familles , celle d'Aboulelh , fils d'Ivané II , et celle d'un autre Ivané , dont le père n'est pas connu 
Dans la suite nous présenterons la descendance de Liparit V. qui jouera un grand rôle sous les Mongols 



2(yk Additions et éctiiRCissENENTS. 

«Après TexpulsioD des Orbélians, Gorgi partagea lears possessions, dont une partie fat 
donnée à leurs ennemis et délateurs, et le reste au Qipbtchakh Khoupasar ^), ci-dessus 
mentionné. Le roi éleva même ce dernier an commandement qu'avaient les Orbélians, et le 
créa généralissime de toute la Géorgie ; mais il n'avait pas d autre héritier de sa conronne 
qunne fille, nommée Thamar, et mourut en Tan 633 — llSIh.» 



§ 3. Date de la mort de Gicfgi III et de Varinemtnt de Thamar. 

Klaprotb., je ne sais sur quel fondement, indique la mort du roi Giorgi 111 en 1171 
et ne lui attribue que 2 1 ans de règne ; Wakhoucbt fait régner ce prince 2\ ans « de 
1150 à 1I7Ï; selon les Annales, il régna 1156 — 1174-; Samuel d*Ani (Manascril de 
Paris) et Et. Orbéliau placent son avènement en 1158; Vardan donne cette même date 
et place la mort du roi, comme Et. Orbélian, en 118V. C'est ce dernier autenr qui me 
paraît être le guide le plus siîr, du moins en ce qui regarde la mort de Giorgi III, et 
quant à la date de Tavénemcnt, nous avons un point de repère qui n*est pas moins carac- 
térisé. En effet, toutes nos autorités s*accordent à placer la première occupation d*Ani par 
Giorgi III, en 1161, année que Tcbamitcb, t. III, p. 79, dit avoir été la cinquième do 
règne de ce prince ; d autre part Vardan , d accord avec Et. Orbélian , place Tepisode de 
Demna en 1177, et ce dernier dit formellement que c'était alors la 21e année de Giorgi: 
ce qui nous ramène toujours à Tan 1 1 56. Enfin nous avons deux témoignages irrécusables 
du règne de Giorgi en 1181 et de sa mort en 118ï. L*Académie possède plusieurs copies, 
toutes d'accord entre elles, quoique provenant de diverses sources, de plus de 300 înscrip- 

juAqu*à ce que Thi-stoire perde de vue la connexion de ces personnages avec ceux qui perpétuent aujoar- . 
d*hui le nom de la famille. Quant à la postérité d*Abouleth , le noeud de la 2e époque à la 3e nous 
échappera également ; mais nous verrons reparaître une série de Souramels, que je crois être la postérité 
de Thirkach on Kirkich, petil-fiU d'Abouleth. 

') y. sur ce personnage, Annal., p. 251. Je soupçonne que le nom de Ghphlchakhavank, ou Monastère 
de Qipbtchakh, l'un de ceux que porle le couvent de Harhidja , dans le canton de Chirac, non loin d*Am, 
sur le bord de la rivière Carcadchasah , doit tenir en quelque façon à celui de Qoubasar, le QiphtchaUi, 
bien qu*à vrai dire on ne sache pas positivement que ce personnage ait contribué à son embellissement; car 
la principale église est une fondation de Zakaré-le-Grand, en 650 — 1201 , comme en fait foi une inscrip- 
tion (Chakhathounof, Description d'Edchmiadzin, en arm. t. II, p. 265). Cependant une autre inscription, 
sur le porche du N., mentionne une fondation de 10 messes, pour Khoupasar, pour Cimaïth (sa femme?], 
pour Ilovhannès, enGn pour Sanasar, un des fils de notre personnage : fondation faite par les deux frères 
Sanasar, ci-nommé, et Paghtasar; y. Chakhath.ib., et Saisis Dchalaliants, Voyage dans la Grande-Arménie, 
en arm., Tiflis, IStô, in-t»^, p. 215. Dans ce dernier livre, à la fin de l'inscription, on lit la date impossible 
«2:; niais dans le premier : itA^ 684 — 1235. 



Addition XVI. 96S 

tkMM^ recueillies sur les églises et noDastèFes de rArménie ^) ; moi-même j'en possède mut 
quatrième, qui m'a été donnée par feu le baron Schilling; ; or, dans trois de ces fnscrip* 
tiOBS, le règne de Giorgi III est mentionné directement^ de cette manière : 

cEn 630 — 1181, au temps du roi victorieux Géorgé (autre copie, Giouricé), sous le 
généralat de Sargis, de ses fils Zakaria et Ivané, et sous l'émirat de Kourd, moi Hovaii- 
Qèfl^ supérieur du saint couvent de Sanahin, j'ai construit cette église, avec l'assistance de 
i*émir Kourd, du grand vartabied Grigor et du Christ divin; j'ai aussi, ayec une pleine 
confiance en Dieu , construit le porche , depuis le fondement , ayant pour collaborateor, 
parmi mes frères, le père Hovannès, digne de bénédiction, car de son temps les églises 
furent de nouveau affranchies de tout impôt. Souveoez-vons de moi auprès du Christ.»^) 

«Dans i*année où arriva la mort de Géorgé, roi de Géorgie, moi Grigor, vartabied, 
fils de Touta Khatchénctsi , j*ai demeuré sous la protection de Sourb-Astovadzadzin (la 
cathédrale de Sanahin ) , et j*ai élevé cette croix sur mon tombeau , ayant en vue le 
terme de ma vie. Maintenant je suis tombé et me trouve au pied de ce signe divin , et 
TOUS supplie de mes lèvres muettes, A Christ, d'être bienveillant pour moi, votre indigne 
serviteur, au jour de la grande manifestation ; vous qui adorez la croix, souvenez-vous de 
moi auprès de J.-C. Cette croix a été érigée sous le priorat d'Hovanès, en l'année où fut 
renouvelée la sainte cathédrale, en 633 — 118^. Souvenez-vous auprès du Christ de Mkhi- 
thar, qui Ta ornée. »') 

Deux textes pareils ne peuvent être rejetés qu*en mettant en doute Texactitude des 
chiffres , et en démontrant que les faits mentionnés sont d*une autre époque. Enfin , en 
preuve de bonne foi , je dois citer une 3e inscription , la 12 de Sanahin , dans la copié 
de l'Académie , ainsi conçue : 

« Sous le roi de Géorgie Ciouricé, sous le généralat de Zakaria et divané, son. frère^ 
en ikO — 1191 , nous Kourd-Hasan , Hamazasp et Sargis, fils de Sembat , fils du marz- 
pan Hamazasp , nous avons donné à Sanahin la moitié de Mathouch , notre patrimoine , 
terre nous appartenant, pour le salut de nos âmes, après nôtre mort*, et pour la pro- 
longation de notre vie. Le père Hovanès et les frères ont reçu ce présent, et nous avons 
fixé le jour de l'Ascension , dans toutes les églises de Sunahin , pur célébrer une messe 
pour nous , en conformité de leur engagement , et nous avons assigné en leur nom du 
pain pour la table de leurs hôtes. Que personne n y mette obstacle. » 

A mes yeux ce monument doit avoir autant d'autorité et de valeur que les précé- 

'] V. sur ces inscriptions un article très détaillé , BuUet. scient, t. X, N. 19 — 21. Je les citerai ici 
d'après une copie envoyée à rAcadéroie en 184-4 , afin qu*il soit loisible à chacun de les vérifier sur 
l'exemplaire qui me parait le pins digne dé confiance. 

^,^%6^ iQscription de Sanahin, sur la porte occidentale de l'église, ok, d'après la.copie ^ctôUL an fniliea 
du clocher, du côté de TE. 

*) âfie inscription de Sânia^hin , qui ne se trouve que dans mon exemplaire et dans Fouvragê du P. 
Svgîs 4^iti plus haui, p. iff. EUS est sur un» çtm 40 jiiern^ dite CroÎK 4piîfite4e Xouta. : 

Àddit el éd. 3% 



Il - 1 



268 ÂDDITIONé BT iCLilBGlSSEMEflTS. 

deats;, qu*il semble pourtant contredire. De deux choses l'ime , on oelni qld • suppléé 
lo: no». du roi dans la lacune «pie présente la copie de iSkk ^ s*est tMmpè^ ;oa la 
date est fausse; car je suis convaincu qu*en 1191 Giorgi était mort depuis lo0g;tMiflib 
Comme toutes nos copies s'accordent à donner la date armém'enne 6k0 , qm tods les 
JUltreë témoigoag:cs historiques et Tioscription 36e de la copie Scbill., devenue la miewie, 
apnt positifs, je crois devoir laisser de côté le témoignage «de cette inscription 12e, jus^ 
qvCk ce que j'aie pu avoir des renseignements sur les personnages ici nommés, et regarde 
oomma certaine la date 1 1 Sti* , assignée à la mort de Giorgi III. 



.■ • 



Chronologie du règne de Giorgi III. 

• I ■ 
11Ç6 Giorgi devient roi. 

1161 13 juin, il prend Ani, en expulse Gbanché, y établit le généralissime Saisis iMkhar- 

grdzel et Iwaoé Ôrbélian , puis Sadoun , — destitue ce dernier et le rem- 
place par Sargis MlihargrdzeL 
-— août; il bat Udigouz, près d'Ani. 

1162 U prend Dovin. 

1163 Udigouz prend Dovin. 

-7- Gag est pris par Udigouz ^ — Giorgi éprouve un échec , bat les musuhnans , est 

battu par Udigouz. 

1165 II rend Ani aux musulmans. 

1166 II marche contre Gandza. 
117^ Il reprend Ani. 

1177 II prend Loré; — les Orbélians sont exterminés. 

1178 Association de Thamar au trône. 

iiSkr Mort de Giorgi III et avènement de Thamar. 



ADDITION XVn, 
concernant U règne de Tfuunar. 



l 1er. tiUiee et dkaUê kùioriqueê $ur la famille dei Mkhargrdzilidzi. 

' L'histoire du règne de Thamar n*étant , pour ainsi dire , que celle des exploits des 
^Qkl^r^dzélidzéy je réunirai ici tout' ce que nous savons de cette famille'). Tchamitch 

') Au lieu de reprodidre intégralement ma Notice sur les couvents de Haghbat et de Sanahi 11 (BaU. 



Addition XVII. S67 

me foumira presque tous les matériaux de cette notice , parce qu'il* a eu entre les mains 
les ressources les plus abondantes , et notamment l'histoire de Giracos, écrivain arménien 
presque contemporain^). Pour contrôler ou conGrmer ses assertions, je n'ai que l'ouvrage 
de Vardan, si souvent cité dans mes Additions, et les nombreuses inscriptions des couvents 
arméniens, dont J'ai donné ailleurs un résumé complet et méthodique^): l'un me foumira 
un grand nombre de faits, souvent sans date certaine ; les autres, une foule de dates, qui 
serviront à ûxer d'une manière incontestable, à ce que je crois, la chronologie des prin- 
cipaux événements du règne de Thamar. 

Vardan résume, p. 109 et 110, les faits de cette période et énumère là les actions 
les plus remarquables de Zakaré et d'Ivané. Quoique ces mêmes faits doivent se retrouver 
plus tard dans les extraits de Tchamitch, je donnerai ici la traduction complète du pas* 
^sage de Vardan, qui doit être comme la base chronologique de tout le reste. 

«Dans ces temps-là , dit notre auteur , étaient célèbres les princes Zakaré et Ivané^ 
fils de Sargis, fils de Vahram , fils de Zakaré, fils de Sargis, de race kourde^), qui 

scient, t X , N. 19 — 21) , j*aime mieux reprendre mon sujet sur nouveaux frais , en profitant de ce qui 
est déjà publié, et le complétant par les matériaux neufs, acquis depuis l'impression du premier travail. 

^) Je n*ai pu consulter Ciracos que plusieurs années après la rédaction de cette Notice, et je donne 
de son ouvrage des extraits considérables , dans une des Additions suivantes. Cela entraînera, il est vrai, 
des répétitions, mais aussi les faits se trouveront contrôlé» une fois de plus. 

*) V. Bullet. scienlif. t. X, N. 19, 20, 21. 

^) Faute de renseignements plus précis , il est très difficile de traduire ces mots de Vardan : 
1' *BPt""Lt^ ^9utuàihuii_ Êun. puMt^iàML.t9pu Xnpnif.irinfÊ% ; car on ne Sait si c*est |>ar suite d*une con- 
quête ou par une soumission volontaire que l'ancêtre de celte famille était passé aux rois de Tzoroïgel 
Je m'en suis donc tenu à traduire littéralement, me rapportant au commentaire de Tchamitch (Hist. 

d'Arm. t. m, p. 149): ^uifinHnui_ ^fi ^p/f-my aiff ^4" 9 ir^h-uii_ ^p tun, Ptu^ÊUÊ-npm InpOMah-mlA 

• chassé de ou par la nation des Kourdes , il était venu auprès des rois de Tzoroîget.» On a vu que VAn- 
naliste géorgien , p. 306 , fait remonter l'origine des Mkhargrdzélidzé au roi Artaxerxès Longue-Main ; 
quant aux rois de Tzoroïget, ce sont les Coricians ou Aghovans postérieurs, auxquels l'historien arménien 
donne ce nom, parce que le canton de Tzoroïget faisait en effet partie de la province de Gougark, centre 
de leur domination. Cette notice ne permet pas de faire remonter très haut Torigine des Mkhargrdzélidzé, 
puisque d'un côté le premier roi Corician prit ce titre en 982, et que, de l'autre, Zakaré et Ivané étaient 
à la quatrième génération du premier Sargis. En effet, le texte de Vardan, objet de cette note, n*est pas 
complet. Une inscription , tracée sur la paroi extérieure , septentrionale, d'un oratoire , au couvent de 
Haghbat, nous fait connaître le père du premier Sargis, un certain Khosrov. Elle est ainsi conçue : 

•Plein de confiance, moi Avag-Sargis, je me suis affilié à Sourb-Nichan, sous le supérieur Ter H(riian- 
nès , auquel j'ai donné , suivant mes moyens , cinquante pièces d'or. Les moines ont reçu cette offrande, 
et m'ont accordé une messe pour le jour de S. Elie , en faveur de mon père Khostrov et de mon firère 
Karim. Ceux qui l'accompliront soient bénis de Dieu. Amen.» Pas de date. N. 68 des inscriptions de 
Haghbat, au Musée asiatique ; M-it arm. N. 7 t je citerai toujours ce N. 7, comme contenant notre meil- 
leure copie du recueil d'inscriptions arméniennes. V. le texte dans le Vojage en Arménie, par Sargis 
DchalalianU, Tiflis, 18(2, in-t.^ p. 63. 






ÂDDlTtONS ET iCLAIftCISSENENTS. 



atsûent passé aai rois de Tzoroïget» de la famille Bagratide. Ayant cm en J.*C., ils 
^evinreut honorés et reçurent le pajs de Kochorhni pour leur demeure. Etant très braimi^ 
Us grandirent de jour eo jour en considération et en honneurs; mais l'apogée de leur 
gloire fut sons le règne de Thamar , qui leur donna Lorhé ^) , et ils surent , par leur 
valeur 9 affranchir en peu de temps beaucoup de forteresses et de cantons de la dcmin»» 
tion turque.» 

L'histoire ne noua apprend absolument rien de ce que firent et Khostrov , nomné 
dans la note 3, p. 267, après qu'il eut passé dans les états des rois Côricians, et ses fifa^ 
Avag*Sargis et Karim, peut-être le Waram de Thistoire géorgienne, et enfin Zakaré, fils 
d'Avag-Sargis. Quant à Sargis II , fils de Zakaré , on la déjà vu jouant un rôle sous le 
père de Thamar, et chargé par lui du gouvememeot d'Ani, après la première occupatÎM 



iseC 



Une autre inscription , qui se lit sur une croix de pierre , placée sur la sépulture du grand 
de Zakaré, son fils, au couvent de SanaUn, est ainsi conçue : 

•Croix de Dieu , intercède pour Sargis , généralissime d'Arménie et de Géorgie ; le grand Sargis , fils 
de Zakaré et petit*fils d*Avag-Sargis , est mort en 636 — 1187. Nous Zakaré et ivané , aes fils , qui aTons 
élevé cette croix , souvenez-rous de nous dans le Christ.» N. 11 des inscriptions de Sanahin , au Musée 
asiatique, M-it arm. N. 7. Deux autres manuscrits oflTrent des variantes, mais sans intérêt historique.* Œ. 
Sargis Dchal. p. 28. 

De ces deux textes , le premier nous fiait corniaitre la souche la phis ancienne des Hkhargrdzélidsé, 
Khostrov , père d'Avag-Sargis et de Karim , à quatre générations avant les deux frères qui ont illustré le 
règne de Thamar ; vu la précocité des mariages en Arménie , il ne permet pas de remonter beaucoup 
plus haut que le cornmencement du Xlle siècle. Malheureusement nous ne pouvons fixer Tépoque os 
Ter Hohannès était supérieur de Haghhat; car le P. Indjidjian (Arm. anc. p. 346, n. 2), dans la série 4es 
archevêques de ee couvent , ne donne pas les dates de leur installation , et indique de suite trois person- 
nages du nom de Jean, les 5e, 6e et 7e. Or Tinstitutioa de cet archevêché remonte au tems de Coricé ov 
Gourgea, troisième roi Aghovaa de Gougark, 104^*— 1061 de J.-C. Ainsi le premier Uohannèfi dut siéger 
ou à la fin du Xle ou au commencement du XUe siècle, d*oà je conclus que Khosrov put être contenp^K 
rain de David-le-Béparaleur. On remarquera , en outre , que Vardan indique une filiation differeite de 
celle qui est constatée par les inscriptions ; Khostrov , père d*Avsg- Sargis et de liarim ; Sargis ier , pèce 
de Zakaré 1er ; celui ci, de Sargis H ; celui-ci, de Zakaré II et dlvané 1er, le« deux frère^i â qui est 
crée cette note, il me semble qu une inscription, tracée sur une matière solide, mérile plus de coni 
qu*un historien , dont le texte est sujet k des altérations, et que d'ailleurs un monument historique, pCD* 
venant des personnes qui étaient le plus à portée d*en survedler Texactitude , doit être plus véridifHe 
que les traditions recueillies par un écrivain à deux sîèdes d'intervalle des faits. On n'oubliera pas, non 
plus» que les Annales géorgiennes mentionnent un autre Waram Mkhargrdzélidzé, père d'un autre Zaka- 
ria, et celui-ci très probablement père de IVaram Gsgel , aussi nommé dans les Annales (p. 2â7, 269, 
302, etc.). Vardan , ou plutôt les auteurs qu'il a consultés , a bien pu confondre ensemble les membres 
des deux branches d'une même famille, contemporains et portant le même nouL 

Enfin le généralissime Sargis nomâié dans nos inscriptions est certainement celui dont les Anualea 
rapportent la nomination et la mort, p. 253y ^69. 

') Cf. Annales, p. 253. 



A D » I T 1 OH XVII. ' 269 

de cette rille, en 1161, avec le titre de général 'j, A la mort itu généralissime Qoutwsar, 
qui arriva en la secantlt; aonée de Thauiar , Sargis fut nommé pour le remplacer *) , et 
mourut en 1187, après avoir rempli peu de temps cette fonction. 

Sargis H mourut en 636 — 1187, d'après une inscription de croix, à Sanahia , dans 
l'ouvrage du P. Sargis Dcbalaliants, Voyage dans la Grande- Arménie, Tiflis, I8V2, p.'iS: 
«En 63G — 1187 mourut dans te Ciirist le grand Sargis, fils de Zakaré, petit-Ois d'Avag- 
Sargis. Nous ses fUs, Zakaré et Ivanê, avons érigé cette croix ; souvenez-vous de lui dans 
le Christ.» Et tout à côté: aNoos Zakaré et Ivané, fils du grand Sargis, avons construit 
cette tombe. Souvenez-vous, dans le Clirist ; en G38 — 1190.» V. plus haut, p. 268, n. 
les variantes qu'offre une autre copie, moins complète que celle-ci, à ce qu'il paraît. 

On peut voir dans les Annales , p. 253 , quels honneurs furent conférés aux deux 
fils de Sargis, Zakaré et Ivané, par la reine de Géorgie: je dois pourtant faire une 
remarque quant au grade d'amir-spasalar ou généralissime , douné à Zakaré. L'historien 
géorgien nomme, avec te titre de généralissime, un certain Gamrecel, p. 269, et seulement 
après sa mort Zakaré, Cls de Sargis. Or Ganiréccl ne mourut qu'après le second mariage 
«le Thamar , ou plutôt après la première rentrée du prince russe. Comme donc Thamar 
n'épousa David-Soslan qu'en 1193, suivant mes calculs, Zakaré ne devint généralissime 
qu'à une époque postérieure. Toutefois une inscription de Sanahin , la 12e, le désigne 
déjà comme amir-spasalar en 1191. A la tète et sur la paroi extérieure méridionale da 
porche de l'oratoire de Sanahin, on lit : 

«Sous le roi de Géorgie *) , bous 1 "amir-spasalar Zakaré et Ivané, son fjrére, 

cQ &\0 — 1191, moi Kourd-llasan , Hamazasp et Sargis, fils de Sembat , Ois du marzban 



') Anik p. 233. 

*) C'est ce que dit l'bîstoire géoi^enne, p. 2!»1 ; mais une inscription de Sanabin, tracée sur le mur 
«rienfal d'un oratoire de ce couvent , et datée de 630 — 1 181 , fait entendre qiio Sai^s était déjà généra- 
liMime en celte année. 'An temps dn roi victorieux (imrgii [on Ciouricé , suivant un autre cojiic} , de 
l'amir-spasalar Sargifi , de ses fds Zakaré et Ivané . et de l'émir Kourd , moi ilovfaannès, supérienr de ce 
«aint couvent, j'ai bAti cette église, avec l'assissiance du grand émir Kourd, du grand vartabird Grigor et 
du ChHst divin ; j'ai aussi bâti ce porebe , depuis le fondement, avec «ne grande confiance en Dira , étant 
«econdé par les frères et par le père Hovhannès. digne du toute bénédiction. Eu effet, de leur temps, 
nous avons de nouveau affermi nus églises cl les avons affranchies de tout tribut. Souvenez-vous de mot 
dans le Christ.» Il se présenterait à l'esjirit beaucoup de conjectures . pour expliquer celte ani ici pat ion. 
mais j'aime mieux m'en abstenir , faute de preuves pour soutenir mes assertions. Je ferai seulement ob- 
server qu'en-citanl cette inscription, la 36e de Sanabin, d^ns ma copie (Bullet. scient, t. X, p. 318], j'y ai 
omis in V ol on lai rem en l le nom de Sargis, bien que je me sois appuyé sur le fait lui-même, p. 322.; 

') Cette lacune n'existe ni dans la copie Schilling , qui m'appartient . N. 20 , ni dans celle donnée i 
l'Académie par M. le comte Benkendorf^ là on trouve le nom de Ciouricé '(liorgi], dont il est si difficile dr 
«'expliquer la présence en cette année (v. Bullet se. t. X. p. 318. lont en haut). Avec le nom de Thamar. 
toutes mes incertitudes se dissiperaient, mais il resterait à concilier avec m'-s autres calculs et avec le texte 
«les Ann. p. 269 , Je titre de généralissime attribué i Zakaré deux ans plus tOl que je ne le crois cenve- 



270 Additions et écLAiRCissEMEFiTS. 

Hamazasp , nous avons donné à Sanahin la moitié de Matouch , notre patrimoine et terre 
nous appartenant, pour Tàme de ceux des nôtres qui sont morts ^ et pour la prolongation 
de notre vie ; le P. Hohannës et les moines ont reçu notre offrande , et nons avons Gxé 
le jour de rAsconsion pour qu'il soit dit une messe pour eux, dans toutes les églises, en 
considération de notre voeu, et en outre assigné le pain nécessaire pour la table des hôtes 
du couvent. Que personne n'y mette obstacle.» 

Continuons maintenant à traduire le texte de Vardan commencé plus haut: 

(cEn effet, en 6^0 — 1191^ ils conquirent le canton de Chirac; en 6k5 — 1196, ils 
prirent Anberd; en 6^8—1199, Ani ; en 650—1201, Bdchni ; en 652—1203, Dovîo; 
en 655 — 1206, ils enlevèrent Cars à son roi, puis Gétabac et Tcharek , et leuf nom se 
répandit dans tout l'univers. Cédant aux instigations de la reine Thamar , Ivané faiblit 
dans la foi ^) ; il eut des revers et fut fait prisonnier à Khlath. Grâce à son valeureux 
frère, il recouvra la liberté de revenir chez lui^ on donnant sa fille en mariage à Mélik- 
Achraph, seigneur de Khlath.» 

D'un autre côté, Stéfanos Orbélian parle en ces termes des conquêtes et des exploits 
des Mkhargrdzclidzé (Ed. S.-Martin, Mém. sur l'Arm. t. II, p. 100): a Après la mort de 
Giorgi, Thamar distingua Zakaré et Ivané, fils de Sargis, fils du prince Zakaré, de race 
arménienne et professant la foi orthodoxe (on a vu plus haut qu'ils n'étaient pas d'origine 
arménienne ) et qu'Ivané embrassa la religion grecque)^ et elle les éleva aux emplois 
les plus, honorables. Zakaré fut créé par elle généralissime , en placé des Orbélians , et 
reçut d'elle Lorhé, qui était un domaine de ces derniers. Son frère Ivané fut fait atabek^) 
de l'Arménie et de la Géorgie. A force d'exploits , ils délivrèrent l'Arménie du joug 
persan, conquirent les pays de l'Arhan au Basen-lnférieur, de Barcoucbat à Mjncert; ils 
prirent Cars, Vagharchacert , Gaghzovan , Sourb-Mari , Ani, Anberd, Bdchni^ Garbni, la 
métropole de Dovin, Tcbariakh^ Her, Chamkor, Cbaki, Bardav, Tcharaberd; en 660 — 1211» 
ils soumirent la Siounie, Orotn^ Borotn, Bghen, Barcoucbat. Quoique ces conquêtes aient 
eu lieu en différentes années , cependant il faut les attribuer à eux et à leurs enfants, 
ainsi que raffrancliissement du pays de la dure tyrannie des Turks.» 

A Tappui de cette énumération des conquêtes des deux frères, je citerai une inscrip- 
tion du couvent de llaghartzin ou Uaghartzni , dont je possède trois copies. Ce couvent, 
dont le nom s'écrit aussi Khaghdrtzin et Havardzin, chez Ciracos, était dans ta province 
d'Artsakh. Il eut pour supérieur , au Xir siècle , un certain vartabied Khatchatour , très 
considéré de Giorgi III, père de Thamar, qui donna à ce couvent les villages d'Abazatzor 

nable. Je laisse à de plus habiles à se démêler de ces noeuds inextricables. Les expressions dont se sert 
l'Annaliste, «dans ce temps-là, alors," sont elles si rigoureuses qu'on ne puisse, en présence d'un monu- 
ment, les étendre ou les resserrer? V. le texte chez le P; Sargis, p. 18. 

») Ann. p. 289. 

') Après la mort de Zakaré, en 1212 ; Ann. p. 307. 



Addition XVIL 271 

et de Tantzout, et la vigne de Midchnachen; Indjidj, Arm. anc. p. 312, sq. L'inscriptioa 
ci-jointe est tracée sur une des colonnes de la porte : 

« Par la volonté de Dieu , cet écrit est un monument à perpétuité » en souvenir des 
fils du grand Sargis , Zakaré et Ivané y de race Bagratide. Quand la bonté de Dieu se 
répandit sur les créatures et nous permit d'entrer en jouissance de Théritage de nos 
pères, il mit d'abord entre nos mains Timprenable cbàteau d'Anberd et la ville royale 
d*Ani, puis la forteresse de Bdchni et Marand, jusqu'à Gouchank ; Thévriz ; Garnoukalak, 
jusqu'à Khlath ; Ghaki , le Ghirvan ; Barda , jusqu'à Bélouqan , et beaucoup d autre pays, 
avec leurs frontièresi que nous regardons comme inutile de mentionner. Ge Dieu qui ne 
se courrouce point aima Zakaré, la couronne* de notre tête> et appela à lui ce héros 
paissant. Alors moi je construisis cet oratoire, dans notre couvent héréditaire de Haghar- 
izin^ en pierres de taille, de couleur rouge, à la porte de l'église de Sourb-Grigor, et je 
lui donnai un vignoble, sis à Erivan, en mémoire de mon frère. Les serviteurs de ce lieu 
<loivent célébrer, sans interruption, une messe dans la chapelle principale; ceux qui l'ac- 
compliront^ qu'ils soient bénis de Dieu.»'^) 

La date, qui manque, sera facilement suppléée d*après ce que Ion dira plus bas sur 
l'époque de la mort de Zakaré. Quant à la qualité de Bagratide, que le prince Ivané donne 
à sa famille, il faut l'expliquer par les alliances que contractèrent sans doute les premiers 
Mkhargrdzélidzé avec les rois Goricians, et notamment par le mariage d'une soeur de 
Zakaré et d*Ivané, dont il sera question en son lieu, avec un certain Abas. 

Maintenant, au lieu de continuer le texte de Vardan, qui est trop concis, je vais 
donner des extraits de l'Histoire d'Arménie, beaucoup plus explicites. 

a Un an après Géorgé, roi de Géorgie, en 1185, mourut le grand émir Gbahi-Armen, 
résidant à Manazcert, seigneur de Khlath et de beaucoup d*autres contrées de l'Arménie; 
Bec-Thamour , qui était administrateur de toute la maison du Gbahi-Armen , s*empara de 
l'autorité et exigea des impôts de toutes les églises et couvents de TArménie, qu'il liran- 
nisa cruellement .... Cependant les princes arméniens Zakaré et Ivané , instruits de ses 
exactions, marchèrent contre lui ^ avec les troupes arméniennes et géorgiennes, et envi- 
ronnèrent Khlath , où était Mélik-Achraph , fils de Bec-Thamour. Mais pendant qu'on se 
battait en ce lieu , Ivané tomba dans un piège et fut pris par les ennemis. A cette vue, 
son frère Zakaré fut obligé de traiter de la paix; il donna pour épouse à Mélik-Achraph 
Thamtha, fille d'ivané, qui recouvra ainsi sa liberté. Quoique cela fût extraordinaire, il en 
résulta du bien pour les chrétiens de Khlath et de Taron , parce que la pieuse princesse 
Thâmtha s'intéressa beaucoup à eux et veilla au maintien de leur tranquillité. Gomme lés 
deux frères s'emparèrent de plusieurs localités dans ces régions , beaucoup de couvents, 
devenus déserts par suite des vexations, se remplirent de nouveau.»*) 

*) V^. le texte, dans l'ouvrage du P. Sargis, p. 131. 
*) Tdiamitch, t. Dl, p. U9, 150. 



272 Additions et ÉctiiRCissBiiENTS. 

Il esl fâcheux que ce passa^ de rbisiorien arméniea ait échappé à M. S.- Martin, 
qui saos doute aurait expliqué la grande difficulté résultant d'une différence de 20 ans 
entre les dates fournies ^par les autorités arméniennes et par les écrivains mnraknans. 
Nous voyons qu'ici la guerre de Khiath est rapportée eu 1185, tandis qn Aboo-l-Farai^ 
la place en 120 1^ , 5 ; il dit même qu'un général géorgien , Zakaria-le-Jeune , y firt toé^ 
en combattant contre Mohammed , fils de Bec-Thimour , et contre Tbogril-Ghah , priaoe 
Seldjoukide d*Arzroum. Ibn-aUAthyr parle aussi d'une expédition des Géorgiens contre 
Kblath, en 1205, 6, qui paraît être la même, et dit que cette année Aboubekr, pelîi-flla 
d*Eldigooz, épousa une fille du roi de Géorgie. Or on a vu dans les Annales, p. 27^ 
qu en effet Amir-Miran demanda la main de Rousoudan, qui lui fut refusée. Enfin, suivant 
Abou-1-Faradj et Ibn-al-Athyr, en 1206, 7, les Géorgiens firent une nouvelle expédition 
contre Khiath, alors saos souverain; en 1208, 9, ils revinrent une troisième fois; m 
1210, il, le roi de Géorgie vint encore assiéger Khiath^ fut pris dans une sortie, et 
entre autres conditions qui lui furent imposées pour obtenir sa liberté, il dut donner en 
mariage sa fille au roi de Khiath. 

On comprend que Thistorien arménien d'où Tchamitch a tiré ses renseignements ait 
pu confondre ces diverses expéditions , mais une différence de plus de 20 ans d^ins les 
dates ne se comprend pas; v. S, -Martin, Ném. t. II, p. 251 — 253, où ces faits 
sont relatés. 

D*un autre côté TAnnaliste géorgien n*a pas oublié de mentionner les nombreuses 
incursions de ses compatriotes au S. de la Géorgie , mais il a entièrement passé sous 
silence la prétendue mort de Zakarie-le-Jeune, la prise dlvané et le mariage dé Thamtha. 

Tous ces faits me semblent faciles à coordonner et à concilier. L'Annaliste n*a pas 
relaté toutes les expéditions faites sous le règne de Xhamar , mais Vardan et Etienne 
Orbélian, qui les rapportent en gros, ont fixé assez bien l'ensemble des faits et des dates. 
Admettons donc que les Géorgiens aient guerroyé plusieurs fois contre Khiath, de 1205 
à 1210, mais établissons les faits qui cooeernent les princes musulmans de cette ville. 
D'après Abou-1-Féda, à la fin de Tan 579 1183, le Ghah-Armen Sokman, fils de Dahir- 
ed-Din, mourut, et la ville fut occupée par Bck-Thimour, l'un de ses serviteurs. Celui-ci 
se trouva dès -lors en guerre perpétuelle avec les Ortokides d'Amid et de Miafarékin , et 
par suite^ avec les princes Eïoubites. Il fut battu en 587 — 1191, 2, par Taki-ed-Din 
Omar^ neveu du grand Saladin, qui mourut de maladie, heureusement pour lui, an si^ 
de Mélazcert. Lui-même, lors de sa mort, arrivée en 589 — 1193, laissa un fils âgé de 
sept ans, et Tautorité passa à son gendre, Aksonkor, dit Ilézar- Dinar. Après diverses 
révolutions intérieures. Mohammed, fils de Bek-Tbimour, fut reconnu maître de Kblatb» 
en 59Ï — 1197, 8. Enfin, en 60^ — 1207, 8, la ville tomba volontairement au pouvoir de 
Malek-el-Auhad Nedjm-ed-Din , neveu du grand Saladin. Pendant que ce dernier était à 
Khiath^ en 607 — 1210, 11, les Géorgiens vinrent attaquer la ville; leur roi (i. e. l'un de 
leurs généraux) Ivané, échauffé par le vin , se promenant impnideme«t sons .les imirB de 



Addition XV|L 273 

la place, avec singi cavaliers^ les musulmans firent ane sortie, le renversèrent de cheval 
€t le prirent. Il n*obtint sa liberté qu*en promettant de rendre plusieurs citadelles et 
5000 captifs musulmans, de payer 100000 pièces dor, de faire une trêve de 30 ans et 
de donner sa fille Thamtha en mariage à Auhad. Ces conditions furent acceptéesi on se fit 
des serments réciproques, et le Géorgien fut renvoyé après avoir rempli ses promesses. 
Cependant Auhad étant mort la même année, son frère Mélik-Achraph prit le titre de 
Chahi-Armen, et épousa sans doute la fille promise à Auhad, car elle tomba, en 1230^), 
entre les mains de Djélal-ed-Din. Les auteurs arméniens, faute d'avoir connu les cir- 

■ 

constances précises des troubles de Khiath , auront cru que Mélik-Achraph était fils de 
Bek-Thimpur, et placé sous le successeur immédiat de cet usurpateur ce qui devait être 
raconté beaucoup plus tard. Toutefois il faut faire attention que Yardan ne commet pas 
les erreurs que je relève ici dans le récit de Tchamitch ; elles appartiennent peut-être 
aux relations anonymes compilées par ce dernier, ou lui sont personnelles. 

Quant à la prétendue mort de Zakarie- le -Jeune , rapportée par Abou-1-Faradj en 
120iii', 5, et à celle d'un roi de Géorgie, en 1206, 7 (Ibn-al-Athyr cité par S. -Martin, 
t. II, p. 2k9) , il paraît que ce sont de faux renseignements , à moins que le premier de 
ces auteurs n ait eu en vue la captivité d'iwané, frère cadet de Zakaria^ et le second, la 
mort du roi David-Soslan, qui en effet, suivant mes calculs, dut arriver en 1208 ou 1209, 
après la prise de Gars. 

M. Dorn ma communiqué un extrait de Zakaria-ben-Mohammed-et-Qazwini , où cet 
aoteor, mort en 1283, raconte que, lors du siège de Khiath par les Géorgiens, au temps 
de Nalek-el- Auhad, les habitants ayant sapé le pont jeté sur la rivière qui arrose la ville, 
El-Ivané , roi des Géorgiens , voulut y passer. Il y était excité par les prédictions d*un 
astrologue habile, en qui il avait confiance, et qui lui avait prédit qu'avant la fin du jour 
il serait assis sur le trône de Khiath. Ivre de boisson, il monte à cheval , passe le pre- 
mier sur le pont, dont la coupure était déguisée^ et tombe au milieu des ennemis, qui le 
guettaient en bas. On le mène dans la ville, on le place en effet sur le trône , puis on 
le prive de sa liberté. Afin de Tobtenir , il fit remarquer aux habitants que , s*ils ne 
le relâchaient, il serait bientôt remplacé par un autre général. Le reste se passa comme 
le raconte Abou-I-Féda, sauf le mariage de la fille dlvané, dont Qazwini ne parle point. 

Ivané , d après le dire de Tchamitch, t. III, p. 185, avait trois soeurs, Chouchen, 
Khorichan et Nanan. Chouchen fut mariée à un certain David et donna le jour à Grigor 
Douphian^); Khorichah épousa Vakhtanc Sacarhian, c.-à-d. fils de Sacarh, maître de la 
forteresse de Hathcrk , au pays de Khatchen , de race arménienne. Elle eut trois fils, 

») Cf. Hist. de Gé. p. 505, n. 1. 

') Celte Chouchen se nommait aussi Douph, ainsi que je l'ai montré dans le Bull, scient, t. X, p. 323 
et 33i, n. 93. 

Addit.etécL 35 



87» 



ÂDDITlONi ET éCLAIftClSSEMERTS. 



Dchalal ^) oa Hann , Zakaré et lyaoé * le - Petit. A la mort da priiioe Vakhtane , ea 
663— « I2llh , Khorhichah ae rendit à Jérasalena , où elle mourut aaintemeDt. Vardao est 
tout à la fois plus et moins complet, quand il dit, p. III: «En 666 — 1217, le paya de 
Hatherk fut donné h Ivané, par ses possesseurs; en effet Vakbtane, ^ui en était maitre^ 
étant mort avant le temps , ainsi que ses fils et on autre Vakhtane Sacarhian, beau-frère 
dJvané *) , qui laissait deux fils , Hasan , nomasé par amitié Dchalal-Tliob, et Zaknré oO 
Nasratolé^ Ivané eut soin d'eux et de Khorhicbah, leur mère. Celle. d alla par la suite 1 
Jérusalem ^ où elle passa dans le Seigneur , après une yie pleine d austérités , et en tout 
point dig;ne d'éloges.» 

Pour Naoan, continue Tcbamitch, elle épousa Abas Corician. Au sujet de ce prince 
il faut savoir qua la mort de Coricé, Bagratide'), roi d'Aghovanie, fils de David -Sans- 
Terre, il restait de lui deux fils, David et Abas. Pressés par les Géorgiens, ceniH» aban- 
donnèrent leur ville de Lorhé et allèrent auprès du maître persan de la province de 
Rban , par Fassistance duquel ils obtinrent en possession héréditaire les deux forteresses 
de Tavouch et de Madznaberd. La première étant tombée plus tard entre les mains dei 
Persans, les deux frères résidèrent dans Tautre. Quand ils moururent, David laissa un fils, 
nommé Coricé , qui résida au même lieu ; celui-ci , en mourant , laissa également un fils, 
nommé Abas, et une fille, Boréna: ce fut cet Abas, le cadet « qui devint beau-frère de 
Zakaré-le-Grand et d'ivané, en épousant leur soeur Nanan *). Il ne vécut pas long<*tenips^ 
et mourut deux ans après , laissant un fils à la mamelle *) , qui fut élevé par sa tante 
Boréna , et se nommait Aghsarthan. Quand il fut en âge d*bomme , il hérita de MadauH 
berd et se disting:ua par sa piété.*) 

J'ajouterai ici quelques remarques: 1^ sur les titres de Zakaré, sur l'époque de sa 
aMHt et sur le lieu de sa sépulture ; 2^ sur le sort de ses soeurs. 

I* On ne sait quelle faveur fut accordée à Zakaré , lorsque son père Sargis devint 
généralissime (Ann. p. 251), mais il devint lui-même généralissime après le preiùier retour 
du prince russe en Géoi^ie , lorsque Gamrécel mourut (ibid. p. 269) : Tbistolre ne lui 

^) Une fille de ce prince épousa , en 1339, Booghan» fils du général osoagol Dcharmaghan ; AnnaleSé 
p. 336 et note. 

') Ce Vakbtang est mentionné dans les Annales, p. 278. 

'} V. la Table généalog., dans TAddition IX et dans celle contenant la fin de Thistoire des Orbéliaas. 
) n épou«a , dit Ciracos , M-it du Musée asiatique , p. 72 , la fille du pieux prince Sargis , fils de Za- 
karé, fils de Yahram (suivant le système de Ciracos) , soeur des grands princes Zpkaré et Ivané , nommée 
Nanan ; il mourut après 2 ans de mariage , à Tâge de 19 ans ; il s*était marié â 17 ans , et mourut b 
même année que son père , car Thistorien vient de dire qu*il resta orphelin â 19 ans. Inscr. de Sanahin, 
impr. chez le P. Sargis Dchalaliants, p. 38, Abas mourut à Césarée. 

^) Fils d'une autre femme que Nanan, et il était très vieux au temps de Thistorien Ciracos ; ibid. 

*) V. aussi sur ces princes , la Monographie des monnaies arméniennes , -p. 30 — 33; Ballet aeientilL 
. VI, N. 3,4» 



Addition XVIL £75 

donne pas d autre titre. Cependant plusieurs inscriptions arménienne le nomment Mandater^- 
Tbakhoutsës on plutôt Mandatorth<-Khoutzési, chef des appariteurs du palais, et ce, à one 
époque où il était déjà amir-spasalar^, généralissime, en 1201 et 1211. Afin d'éviter les 
longueurs erles redites, je prie le lecteur de s en référer au Bull, scient, t. X, p. 326, 
327. En outre, une inscription tumulaire de Sanabin est ainsi conçue : cMoi le Mandator*^ 
Thakhoutsès, je me consume dans ce tombeau; souvenez- vous de moi auprès du Christ.» 
Jl n*y a ni date ni nom^ mais Tindication se rapporte si bien à celle de Vardan, citée 
plus haut, qu'on peut bien croire qu'il s*agit ici de Zali;aré. 

Quant à Tépoque de sa mort, elle est très importante à fixer, parce que, d'après 
l'Annaliste géorgien , p. 306 , elle précéda celle de Thamar. Suivant Vardan , il mourut 
après lexpédition d*Artavel , en 661 — 1212, en 1211 d'après Tchamjtch, on ne sait 
sur quelle autorité. 

Voici quelques monuments qui pourront nous éclairer à ce sujet: la 50e inscription 
de Ilaghbat, tracée sur Tune des trois croix de pierre, qui se voient au N. de Téglise dite 
d'Hamazasp, porte : 

«Au nom de Dieu , moi Nadchvardin ou Nadchmatin , fils de Sembat et petit- fils 
d'Onkan, et mes fils Sembat et Vahram, ayant confiance dans la sainte croix de Haghbat, 
nous avons établi en ce lieu notre sépulture ; sur les dons que nous avons reçus du roi 
des rois Géorgé et de sa fille Thamar, à cause de notre dévouement, nous avons offert à 
ce couvent Dzoph, pour lequel nous avons une charte , et les paysans qui y çivent , ainsi 
que la vigne de Cétcbevnout: le tout pour la longévité de Zakaré, de Chahanchah et 
d'Ivané, et pour la rémission de nos péchés. Ter Hohannès et les moines nous ont ac- 
cordé une messe pour le jour de la, Venue du S.-Esprit^ à notre intention et à celle de nos 
enfants. Celui qui y mettra obstacle répondra de nos péchés : ceux qui l'accompliront 
soient bénis de Dieu. En 660 — 1211.» Ainsi Zakaré vivait encore en 1211; vivait-il en 
12 H? Voici à ce sujet une inscription douteuse, la première d'Aïrivank. 

Au temps de Zakaré, de race royale, de son frère Ivané et de leurs fils Chahanchah 
et Avag, sous le supérieur Barsegh le moine et par les soins des deux frères, a été con- 
struite cette magnifique cathédrale, en 663 — 12Hi>^). La construction aurait pu être 
commencée du temps de Zakaré et finie plus tard; mais une inscription de Ghphtcha- 
khayank, la setonde, est plus formelle. Elle est tracée sur une pierre de la façade et sur 
la voûte de l'église de ce couvent. 

"En 663 — 1214*. Par la grâce de Dieu^ moi l'amir-spasalar Zakaré, j'ai construit 
nette cathédrale ; nous Pétros, supérieur de Harhidja, et tous les moines, nous avons con- 
firmé à jamais les dispositions de ce testament, pour qu'il soit immuable jusqu'à la venue 

^) Le texte est publié dans l'ouvrage : Description de Téglise patriarcale d'Edchmiadsin et des cinq 
provinces d'Ararat , par Tévéque Jean Chakhathouniants Ghahriartsi , Edcbmiadzin , 1842 , deux vol. 8^, 
en arménien, t. II, p. 284*. 



•r 



276 Additions et écLAiBcissEiiEiiTS. 

du Christ.» Le reste se rapporte aux concessions faites en cette rencontre par Pétros, 
supérieur de Harbidja , sans autre allusion à la vie ni à la mort du fondateur ; ao lieu 
qu'une inscription de Saghmosavank , la Ire, indique, très clairement la mort de Zakaré. 

aEn 664* — 1215. Animé d*un véritable aigour du Christ, et tourmenté de celui du 
Créateur^ moi Vatché , prince des princes , fils de Sargîs , et mon épouse Mamakhathoun, 
connaissant la puissance de N.-S. , j*ai bâti cette sainte église de Sion , pour le salut de 
mon àme^ en souvenir de l'amir-spasalar Zakaré, et pour la conservation de la vie de son 
fils Chahanchah , qui est la lumière de nos yeux et le refuge de notre vie ^) ». Le reste 
contient les conditions pieuses de la fondation. Je sais combien est grave la conclusion 
que Ton peut tirer de ces textes, puisque Zakaré mourut avant Thamar, mais il n*en est 
pas moins vraisemblable que cet événement n'ait eu lieu après l'an 1212, à moins qu'on 
ne veuille contester ces chiffres , ou soutenir que les Annales se trompent en relatant la 
mort de Thamar après celle de Zakaré. Ce dernier ne semble guère probable, vu la ma- 
nière dont est racontée Texpédition dJvané dans le Mthiouleth ; Annales, p. 307. 

2^ En ce qui concerne les soeurs de Zakaré et dlvané, nos inscriptions en nomment 
quatre : Nedchomin ou Nerdchis, mariée à un personnage inconnu, qui fut mère de Jean, 
évêque de Haghbat, se fît religieuse et fut enterré dans ce couvent*). Je ne connais cet 
évèque Jean que par son épitapbe '). Après son nom Ton a mis cette remarque : «C'est 
lui qui a bâti Caïan-Berd.» C'est sans doute à cela que fait allusion un passage de Ciracos, 
cité par Indjidj (Aim. anc. p. 346): oll construisit entre Haghbat et Sanahin une forte- 
resse , avec de solides murailles , qui fut pour ces deux grands couvents une source de 
vives contestations , comme si elle se fût trouvée sur le territoire de Sanahin. Le prince 
Chahanchah, fils de Zakaré, prit parti contre ce dernier, parce que Haghbat appartenait 
alors aux rois de Géorgie. Quand Tévêque Hohannès mourut, les murs de la forteresse 
furent rasés, par ordre des Thathars.» Je n'ose pas assurer qu'il s'agisse ici de notre 
Hohannès , parce que le P. Indjidj dit que le fondateur de la citadelle était fils d'un 
autre Jean; mais l'analogie entre la remarque citée plus haut et le texte de Ciracos me 
paraît frappante. 

Thamtha, autre soeur de Zakaré, destinée d'abord à Liparit, fils d'Elicoum Orbélian*), 
paraît être la même que Khorhichah , nommée par Vardan , p. 1 1 1 (v. ci - dessus) , qui 
épousa Vakhtanc Sacarbian, qui se fît religieuse en 1214* et alla mourir à Jérusalem. 

Doph ou Douph, selon toute probabilité, la même que Cbouchen, épousa un certain 
David , qui fut père de Grigor Douphian ; enfîn Vané , Nané ou Nanan , épousa Abas, 
Bagratide , fils de Coricé Hl , roi d'Aghovanie. Comme nos connaissances sur ces rois 

• 

*) Le texte est publié daiu l'ouvrage de J. Chakhathounof, d-desmu indiqué, t D, p. 122. 

*) Inocr. de Haghbat, N. 91. 

*) Ibid. N. 90, 137. 

*) Eût. det Oriiéliuu, dana lea Mém. de S.-Martin, t. II, p. 111. 



Addition XVII. 277 

Coriciaos sont très bornées , je donnerai ici quelques détails généalog^iqucs > fournis par 
DOS recueils d*inscriptionSy et qui ne se trouvent pas ailleurs. 

Voici les rois Goricians d'Aghovanie, nommés dans ces iuscriptions : 

1^ Gourgen , fils d*Acbot -le- Miséricordieux, le même que Goricé 1er: cCeci est le 
tombeau de Gourgen - Cbabancbab , Bagratide, Gis d*Acbot- le -Miséricordieux;» il mourut 
en 989 et fut enterré à Haghbat. ^) 

2^ David-Sans-Terre, fils du précédent: aEn 457 — 1008, sous le règne de David 
et sous le supérieur Hovsepb , m^i Mesrop ^ j'ai élevé cette sainte croix , au couvent de 
Haghbat^)»; il mourut en 104*6 et fut enterré à Sanahin^), mais son épitapbe me 
manque. 

3^ Giouricé II, fils de David: «En 510— 1061 , sous le règne de Giouricé , fils du 
roi David, et sous le supérieur Dioscoros, moi Gbapoub, prince des princes, de la famille 
Pahlavide, de la race Arsacide, fils de Garbaniel ...*);» le reste contient des donations 
faites au couvent de Sanabin. On ne sait quand mourut Giouricé II, mais il vivait encore 
en 1081 « et Ton trouve parmi les épitapbes de Haghbat celle de deux rois de ce nom, 
sans date '). II paraît que ce Giouricé eut une soeur nommée Anouch ^) ; en effet , une 
inscription de Sanabin est ainsi conçue: aEn 512 — 1063, sous le supérieur Dioscoros 
et sous les rois Goricé et Sembat, moi la reine Anoucb, fille du roi David, j'ai construit 
ce dépôt de reliques et cette église, et j*ai donné à Sanabin le lieu dit Noracbenk, pour 

la rémission de mes pécbés et pour la longévité de mes frères » Gette inscription 

constituera une nouvelle difficulté pour ceux qui s*occupent d'éclaircir la généalogie, si 
embrouillée, des Goricians ; car il semble que la reine, i. e. la dame Anoucb, en se disant 
fille du roi David, et parlant des deux rois Giouricé et Sembat, comme de ses frères dit 
que ces princes étaient frères entre eux. Or Tbistoire nous apprend bien que David-Saos- 
Terre eut un frère nommé Sembat, qui régna d*abord conjointement avec Goricé II, trop 
jeune alors '') , mais nulle part il n*est dit que Goricé eût un firère nommé Sembat , une 
soeur nommée Anoucb. 

k^ Abas 1er et David II, fils du précédent. On n*a que leurs épitapbes, à Haghbat'), 

^) Inscr. de Haghbat, N. 21. 

«) Ibid. N. 129. 

') Tchamitch, t. H, p. 937, iOVI ; il s'appuie dans le second passage d*un texte de Ciracos. 

^) Inscr. de Sanabin, N. 2. 

*) Inscr. de Haghbat , N. 75 , 81. On ne pourrait que se perdre en conjectures pour déterminer ces 
inscriptions, qui se composent de deux mots : «Giouricé, roi.» 

*) C'est dans les copies du comte Benkendorf et du baron Schilling qu'on lit Ànaueh; celle de 
J. Chahkhathounof, porte Hranouch. 

Tchamitch, t. Il, p. 977. 

') Insc. N. 73, 74, 80; au N. 71', le copiste met cette note: ^David (peut-être le frère germain d'Abas), 
de la race royale). • 



9Y8 Additions et £glairci88eiient8. 

sans aucune date. Aussi bien, quoique Abas porte là le titre de roi, il n a pas réellement 
régné, et Ton ne sait quand il mourut, non plus que son frère. On dit que leurs femmei 
Mamkan et Rousoukan se Grent religieuses. ^) 

5^ Goricé III, Gis de Da^id II. 11 avait une soeur, nommée Rhonzougan, et fut marié 
à une princesse Thamar, dont lorigine n'est pas connue. Il eut pour Gis Abas II, et pour 
Glles, Bourina, Mariam, Rhouzougan et Vané. Voici ce que Ton sait de quelques-uns de 
ces personncges: «En 634* — 1185, moi Mariam, Glle du roi Goricé, j ai. bâti avec grande 
conGance cette maison de prières , sur ce tombeau , qui est celui de ma tante paternelle 
Rbouzougan, de ma mère Tbamar, et le mien, à moi Mariam, sous le supérieur «t arche* 
vêque Barsegh . . . ^) p. Quant à Vané, elle épousa un certain Aran , mentionnée dans une 
inscription: aEn 638 — 1189, sous le supérieur Ter Barsegh, Gis du frère de mon père, 
moi David , Gis d*Aran , j'ai bâti cette chapelle et cette église sur le tombeau de mon 
père et de ma soeur Bourdoukhan; je vous prie donc, saints frères, de faire mémoire de 
ma mère Vané , Glle du roi Giouricé , de ma soeur Bourdoukhan et de mon père Aran, 
les samedis et dimanches de Garême, et après moi encore de ma soeur. »>^) 

On a aussi les tombes et epitaphes de Giouricé, de sa femme Thamar, de sa soeur 
Rhouzougan, de ses Glles Mariam, Rhouzougan et Bourina *). 

La plupart des personnages de cette génération paraissent tour-*à-tour dans les in- 
scriptions de Sanahin : Mariam , Glle de Goricé , Gt dresser une des colonnes d'un grand 
clocher dans le couveut ; Bourina et Rhouzougan , soeurs de la précédente , une seconde 
et une troisième ; Thamar , leur mère , et Rbouzougan , leur tante , Grent les frais des 
autres '). Je remarquerai que dans la copie qui me vient dq baron Schilling et dans celle 
du comte Bcnkendorf, au Musée asiatique, on lit toujours Rousoudan, qui me paraît phis 
exact que Rhouzougan, de Tautre copie du Musée asiatique. On sait qu*en arménien les 
lettres f ^ et ^^ d sont très faciles à confondre. J'hésite pourtant à donner à ce nom la 
physionomie géorgienne, parce que j'ai trouvé Rouzoukan chez Tchamitch, t. II, p. 10^7, 
et dans d*autres ouvrages. 

6^ Il a été plusieurs fois mention d'Abas II , beau - frère des princes Zakaré et 
Ivané. 

7® EnGn je citerai, mais sans assurer qu'il s'agisse d'un prince Gorician, une mscrip- 
tion où est mentionné un certain Thaghiathin: cEn 698 — i2k9. Par la volonté de Dieu, 
moi Grigor, frère de Ter Hamazasp, supérieur de Haghbat, j'ai donné à ce saint couvent 

") Tchamilch, t. H, p. 104.5. 

*) inficr. ée Haghbat, N. 10. 

Ibid. N. 9. 

*) Ibid. N. 75, 76, 77. 

') iDicr. de Sanahin, N. 7, 8, 9, 10. 



Addition XVII. 279 

te fillage d'Aghrevatzor ^ dit Mamkhout , qne j'ai acheté de Sargis , dd des fils de Tha- 
gbiatitt . . 1 Les dates concordent assez avec le temps où pat vivre le fils d'Aglisarthan, 
pour qne Ton paisse croire qa*il est qaestioo de loi. G*est| je crois, ce Tbagbiatin, 
Bagratide , qai assistait , en 1 260 ^ an siège de Miafarékin par les Mongols ; Tehamitch, 
t. m, p. 237. 

Je profiterai de cette occasion poar citer un passage de Ciracos, M-it dn Mus. asiat 
p. ^2, l'S, relatif an couvent de (lagbbat. tfCiouricé, roi Bagratide, fils de David, fils de 
Dérénic {Us. fils de Ciouracé on Gonrgen), qui fonda le superbe couvent de Hagbbaty 
ayant vu que le catbolicos Ter Grigoris ou Grigor II, avait quitté son siège pour aller k 
Rome (1071), manda Ter Hovsepb, catbolicos d'Agbovanle, et lui fit sacrer Ter Barsegh, 
tatholicos d'Arménie. Il obtint aussi la consécration épiscopale pour Hagbbat, à un éer* 
tatn Sargis , de Garbni , prêtre de sa maison : Hagbbat devint dès-lors un évècbè. A 
Saisis succéda Géoi^, puis Barsegb, qui était remarquable par sa beauté. Tbamar, reine 
de Géorgie, l'ayant vu, Tbonora beaucoup, à cause des agréments de sa personne, car ses 
frères^ étaient employés (fA^m^^^) dans la maison royale. Après Barsegb ce fut Grigoris, 
fils de Touta, parent de Zakaré et dlvané, qui vivait de notre temps ^ puis Hovbannès, 
homme aussi doux qu énergique, parent des princes de Kbatchen, qui abattit le petit 
dAiBe de la porte de la cathédrale de Hagbbat, et en construisit un grand et beau, frap- 
pant d*admiration ceux . qui le voient. Après lui , un autre Hovbannès , fils de la soeur des 
princes Zakaré et Ivané , et du frère du premier Hovbannès. Celui-ci ayant construit une 
forte citadelle entre Haghbat et Sanahin, il y eut désaccord entre les deux grands couvents, 
comme si cette citadelle eût été sur le terrain de Sanahin. Chahancbah, fils de Zakaré, 
prit parti pour Sanahin^ parce que son père y était enterré, et que sa famille regardait 
ce couvent comme sa propriété, tandis que Haghbat était alors au pouvoir des rois de 
Géorgie. Après la mort de Hovbannès, la citadelle fut détruite, par ordre des Thathars. 
A celui-ci succéda Hovbannès, fils d'Aghsthan, Bagratide, de Madznaberd, durant 2 ans; 
n'ayant pas été sacré évêqne » à cause des troubles de cette . époque , il le fut plus tard, 
par Nersès, catbolicos d* Aghovanie, pour le pays dépendant de Madznaberd. A prés lui, ce 
fat Hamazasp, d*Ani, qiy construisit ici une belle église, avec clocher et oratoire en avant, 
giand et admirable. »> Ce témoignage ajoute beaucoup à ce que Ton sait de Hagbbat, et 
la liste des évêques est ici plus complète que chez Indjidj. Arm. anc. p. 3^6. 



{ 2. Affairée d$' religion. 

Les querelles de religion entre les Arméniens et les Géorgiens furent fréquentes soos 
le règne de Tbamar. Ainsi qu*on Ta vu , p. 290 des Annales , Zakaré n'avait pas voulu 
renoboer ii la foi arménienne, quoiqw son frère eut cédé k cet égard, soit par conviction, 
soit par politique. 






\ 






eo 



un 



^>- rJ --r*- c<: r^n «r^;., ^;::r* ^ ^ 

.. *»^' « G"" 1^ 10«1 1 • ' !e»\et «>» "''te te»^»"' !> ^ ^ 






t.ttV'ï 



A D D I T I o 11 XYII. 281 

restèrent seuls dans la foi. Quant au Grecs et aux Francs, ils étaient imbus des fausses 
doctrines semées par l'impur hérétique, Irbion, qui plaçait la date de Pâque au 5 avril et 
faisait rencontrer la pleine lune avec le samedi de la semaine du Lazare ^) ; mais les 
Arméniens et les Syriens y d*accord avec les Juifs , la plaçaient au 6 avril , et la pleine 
lune le jour de la fête de Bzarhzardar^). Or ce comput du cycle avait été faussé et 
entravé par le philosophe romain Irhiton (sic) j parce que lorsqu'on avait fixé celui du 
cycle de 19 ans, rassemblée des savants ne l'avait pas appelé dans son sein : aussi, animé 
de jalousie contre eux , il vint en secret enlever ce qui avait été écrit , y substitua un 
5 et mit les derniers nombres les premiers, d*oà il résulte toujours une erreur pour la 
Pâque , chaque 95e année. Par ce motif les Grecs et les Romains font alors une bévue, 
causée par les calculs du Romain Irhiton . « . Or déjà les Grecs avaient erré de la sorte 
à regard de la Pâque ; les lampes ne s*étaient pas allumées à Jérusalem , les infidèles 
avaient passé au fil de Tépée tous les chrétiens occupés à prier, du temps de Basile, en 
^55 — 1006; cest, dans notre livre, le second exemple de l'erreur des Grecs» (Matih. 
d*Ed. p. ISt*^). Ces derniers mots font allusion à une Fausse- Pâque tombant du temps de 
l'empereur Basile H , au sujet de laquelle ce prince prit conseil des docteurs arméniens 
Hovseph. abbé. d*Eodzaïk, Jean Coziern et Samuel, et d un rabbin juif, de l'île de Gypre, 
nommé Mousi. 

En Gt'O— 1197, suivant Abou-1-Faradj, cité plus haut, la Fausse-Pâque excita les 
mêmes troubles dans l'église; elle eut -lieu encore en lk\ — 1292, au temps du roi Cili- 
cien Héthoum II (Khatchathour , op. cit. p. 118) et en 1387; après celle elle n'est pas 
mentionnée dans les années H82, 1577, comme cela devrait être, si Terreur revenait 

^) Le samedi avant les Rameaux. 

') Ou Dzaghcazard, la fête des Rameaux. 

'] L'historien arménien Ciracos, de Gantzac, M-it du Musée asiatique, p. 99, donne les mêmes détails, 
mais il en ajoute d'autres ; notamment il nomme Iron l'auteur de l'altération des calculs dont il rient 
d'être parlé , et dit que l'erreur en question se reproduit tous les 55 ans (&lr iuiT). Voici ses paroles : 

"Ces calculs furent altérés par l'impur Iron, qui était à la cour de Timpie^ Justinien, parce qu'on ne l'avait 

pas appelé au concile tenu à Alexandrie au sujet de la pleine lune pascale et des autres fêtes. Quand^ le 

cycle de 200 ans d'André fut fini, toutes les fêtes anticipaient de neuf ans, sans que Ton pût remédier au 

défaut des combinaisons, quand il fut révolu. Un savant, nommé Eas, éleva donc la voix et appela près de 

lui des savants de toutes les nations, le Juif Phinéhès, le Syrien Gigan, Addé de Gamr (la Cappadoce), le 

Grec Elog et plusieurs autres^ Ceux-ci supputèrent les années dans leur cabinet, inventèrent et Gxèrent 

le cycle de 500 ans , pour être invariablement employé à jamais. Quand on le présenta â l'empereur 

Justinien , il le donna à Iron , qui , frappé de jalousie à la vue de cette habile combinaison , et par amour 

propre, parce qu'on ne l'avait pas appelé, voulut déranger du moins les choses et changea le 17 avril en 

16, et le chiffre 6 en 5, prétendant que le reste était juste , et que ce chiffre 16 n'était pas faux ; or ce 5 

est fautif tous les 55 ans, pour les Juifs, qui célèbrent la Pàque avant la pleine lune; car pour eux, ce 5 

est le samedi , et le 6 est pour nous le dimanche ,» et plus bas , «il en résulte que les Grecs et autres 

nations font la Pàque un dimanche , et les Arméniens le dimanche suivant. » Cf. Dulaurier (ouvrage cité, 

p. 235), p. 28. 

Addit et écL 36 



282: Additions et ^claibcissbiients. 

régulièrement au bout de 95 aimées; mais Wakhoucht en parïe dans ses Dates, en 
1539 ^) ; puis, après un silence de plusr de deux sièdes^ l'histoire d'Arméoie la mentioQne 
en 1083— 1(>3(^, en 1178—1729 (cf. Dates de Wakhoueht, et Chronique de Sekhina 
Tchkhéidzé ^) , manuscrite, même année), en 1273 — 1821»'); y. Tchamiteh;!, Hist. d'Arm. 
t. m, p. 23, 161, 286, 4*21, 615, 80<». iles personnes ' qui examineront attentÎTement ces 
dates Yerront qu*entre 1292 et 1539, au lieu de progresser par des intervalles de 95 ans, 
suivant le dire de Matthieu d*Edesse^ il y a tout-a-eoup une absorption de (•8 ans^ que 
rien n'explique. 

11 me semble à-propos' de citer encore ici l'historien Arakel, pariant des mêmes bits 
dans un chapitre de son Histoire d'Arménie , qui ne contient que des dates sommaires* 
En 54*9 ->- HOU, les Grecs font Fausse-Pàque. En 551-^1102, dix nations font Fausse- 
Pàque, le jour dé Dzarhzardar; les Arméniens et les Syriens restèrent dans le vraL En 
64-5 — 1196, les Grecs font Fausse-Pàque. En 6^9 — 1200 , les Géorgiens et les Grecs 
trouvent faussement la précession de la Pâque. En 717 — 1268, dix nations se trompent» 
es Arméniens et les Syriens restent fermes. En 7iii;0~-1291 , les Grecs se trompent el 
font Fausse-Pàque. En 988 — 1539,; le Grecs font la Pàque le jour de Dzaghcazard. En 
1083 — 1631^ les Grecs se trompent et font Fausse-Pâque ; mais les Arméniens, les Abys- 
sins, les Syriens et les Coptes restèrent dans le vrai. Plusieurs des dates fournies par cet 
auteur ne se trouvent pas dans la liste précédente , et les intervalles de- retour de la 
Fausse-Pàque sont de 2, 94, !►, 68, 33, 95 années, sans compter ime lacune de 238 ans. 

^) Les termes dont il le sert ordinairement sont wa^ic V^^d^ 's^a^d^V^ *^^ Arméniens flUDqnèraal 
la pleine lune de Pâques. 

*) P. 616 ; cet auteur s* exprime ainsi W3^i»« *ç»i^ô«^34 j^f^jj^i* e^aV» <?* «j^ji^^^i*^ ^^ ^^ J*3j\ «Les 
Arméniens attendirent la Pàque le jour du Dimanche-Vivifiant , et mangèrent de la viande durant la 
semaine de S. Théodoré.» En effet, en 1729, la Pàqvie grecque tombait le 6 avril, ainsi le carême 
dut conmiencer le 16 février, et toute Ja semaine de S. Théodore (17 févr.}, être consacrée à rabstineooe; 
mais les Arméniens, devant faîlre la Pàque le 13 avril, commencèrent le carême et Tabslinence une se- 
maine plus tard. 

*) Une Histoire moderne de la Géorgie donne ici l'année 1822 , et assure , d*après le témoignage do 
vartabied Gévourka, de Théleth, que pareille chose arrive tous les 80 ans. Notre manuscrit de Thistorieii 
Ciracos , p. 99 , en parlant du même fait en 1197 , année où fut achevée Téglise du couvent de Gétic , et 
entrant dans les détails donnés par Matthieu dTdesse , dit que la reine Thamar et le généralissime Za- 
karia envoyèrent i ce sujet deux princes , Tun Géorgien , Tautre Arménien, à Jérusalem, avant la fête de 
Pâques , afin de savoir à quoi s* en tenir. Comme la ville était au pouvoir des Turks , le conunandant dé- 
cida que la nation dont la lampe s'allumerait d'elle-même le jour de Pâques serait censée avoir raison 
dans sa manière de fixer Tépoque de cette fêle. La porte du temple fermée et scellée du sceau du com- 
mandant, avec un homme chargé à l'intérieur d'examiner le foit, aucune lampe ne s'alluma le jour où les 
Grecs voulaient célébrer la Pâque , mais bien le dimanche suivant , jour fixé par les Arméniens : leur 
lampe prit feu à la lOe heure. Ceux qui avaient mal calculé furent bafoués et bétonnés.. Cette nouvelle 
combla de joie Zakaré et les Arméniens servant dans les troupes géorgiennes. 



Addition XVIL 283 

Vers la même époqae dont je viens de parler, il y eut une antre querelle religieuse, 
m sein même de la nation arménienne , quand le rdl Léon , de Glicie , sur le point de 
recevoir la couronne que le pape Gélestin lui envoyait, par les mains de l'archevêque de 
Maïence , consentit à réformer , d*après le rit latin, quelques cérémonies du culte arménien. 
Les évêques de Tzoroïget , de Hagbbat et de Sanahin , et entre autres Grigor , Gis de 
Touta , mirent à ces réformes les plus grands obstacles , en refusant absolument de. s*eD* 
tendre avec Tégiise latine. Je n'en dirai pas davantage, pour ne pas être entraîné trop 
loin , et je n ai même mentionné ce fait que parce que les couvents de Uaghbat et de 
Sanahin étalent alors au pouvoir des rois de Géorgie* On peut, à ce sujet, voir le 22e 
ehap. du cinquième livre de -Tchamitch, t. III, p. 16^ — 167- 

Tout le 2ke chapitre du même livre, ibid. p. 179 — 188, est consacré aux Mkhar- 
grdzélidzé : je vais en faire connaître les portions les plus intéressantes, textuellement ou 
par extraits. 

En 1204>, voyant qu'obligé de camper dans des lieux découverts, durant ses conti- 
nuelles expéditions, il était privé du saint sacriOce^ lui et ses troupes, Zakaré, qui était 
un homme pieux, souffrait beaucoup de cet état de choses ; et cela surtout, parce que les 
princes géorgiens et leurs soldats nobles avaient avec eux des prêtres et des autels , ce 
qui leur permettait d assister à la sainte messe, de communier souvent, d entendre les 
chants ecclésiastiques et de célébrer les fêtes en temps convenable. Enflammé donc d'une 
sainte jalousie , il désirait jouir des mêmes avantages , ce qui lui était impossible , parce 
que la coutume des Arméniens s'opposait à ce que la messe fût célébrée dans des* lieux 
ouverts. En effet, ainsi que l'historien l'a fait remarquer, lors de Textinction de la dynastie 
Bagratide, cet usage avait été aboli '). Aussi les Géorgiens invectivaient-ils contre Zakaré 
et contre ses gens, en leur disant: a On ne voit en vous aucune marque de christia- 
nisme.» 

Zakaré se hâta donc de. rassembler auprès de lui les vartabieds qui se trouvaient 
dans ces contrées, et leur demanda s'il pouvait avoir à sa suite des prêtres et un autel pour 
célébrer la messe, a Cette coutume, répondirent -ils, subsistait dans les temps anciens; le 
roi Trdat, le général Vardan et d'autres l'observaient;» mais quand Zakaré les pria de 
donner des ordres pour que cela se fît de nouveau: a Nous ne pouvons, dirent-ils, For- 
donner sans l'assentiment du catholicos et de notre roi Léon.» Ayant entendu ces paroles, 
Zakaré écrivit au roi Léon et au catholicos Hovhannès, car on n'avait pas encore appris 
l'élection du catholicos David^ et il leur envoya des députés, pour les prier de prendre des 
dispositions relativement à trois objets: 1^ Pour qu'il pût faire porter à sa suite un autel; 
2^ Pour que les prêtres offrissent solennellement le saint sacrifice, comme le faisaient les 
Géorgiens, avec l'assistance des diacres et des lecteurs; 3^ Pour qu'ils célébrassent les 
fetes, et surtout celles dis l'Assomption et de la Croix, avec les Géoif;iens, au jour 
convenable. 

^) Hist. d'Arm t. II, p. 1006. 



28^ Additions et i^glairgisseiien t's. 

Ayant reçu {ambassade de Zakaré et entendu les paroles des envoyés , le roi Léon 
eu conféra avec le patriarche David , et ordonna de réunir en toute bâte , à Sis , les 
évéques du voisinage, les supérieurs des monastères et les savants, afin de délibéra 
en concile sur les demandes contenues dans la lettre de Zakaré. Le concile s étant réuni, 
tous, après un mûr examen, tombèrent d*accord que cela était juste, raisonnable et con- 
forme aux canons des apôtres : huit points particuliers furent donc décidés. ^) 

1^ Qu'il fallait célébrer la messe , avec l'assistance des diacres et des lecteurs et en 
habits sacerdotaux, suivant l'ancien usage de la nation arménienne et la coutume de tous 
les chrétiens ; 2° Qu*il serait permis de le faire dans une tente , au milieu du camp , sur 
une table mobile , dans un |ieu ouvert ; 3® Qu'on la célébrerait non - seulement pour les 
morts, mais aussi pour les vivants; k^ Que la ftte de TAssomption serait célébrée le 
1 5 d août , ' quelque jour qu elle tombât , et celle de la Croix le 1 ¥ septembre , dans les 
pays de la domination grecque et géorgienne ; . . . . Les choses ainsi réglées , on envoya 
des députés en orient, au prince Zakaré ; cependant le catbolicos de Hromcla, Hovhannès, 
avant le départ de la députation du concile de Sis^ avait fait préparer et expédier an 
même prince une tente à coupole et semblable à une église, ainsi qu*une table de marbre 
et tous les ornements nécessaires pour cette table et pour les ministres du culte. Il avait 
dépéché en même temps un évéque, nommé Minas, trois prêtres, quatre diacres et lectenrs 
au chant mélodieux , avec une lettre par laquelle il autorisait Zakaré à faire ce qu'il dé«* 
sirait. Le roi Léon, dès qu'il en fut informé, ne dit quoi que ce soit et garda le silence, 
comme si cela S était fait par son ordre, afin de ne pas soulever de bruit en orient. 

Arrivés à Lorhi, les députés des deux parties offrirent à Zakaré leurs présents et 
placèrent devant lui la lettre et les décisions du concile. Zakaré en fut très joyeux et fit 

^) Vardan , p. 110 , parle de cette ambassade de Zakaré au roi Léon : «11 voulait , dit - il , pouvoir 
célébrer les fêles de la Viei^e el de la Croix à des jours non fériés , ne pas brûler de cierges, empêcher 
les moines de manger de la viande , faire des sacrifices d*animaux , célébrer la messe dans une tente, 
l'entrée ouverte, avec des diacres et des lecteurs ... On tarda à lui répondre, parce qu'après le trépas 
de Ter Grigor, Grigor-Tgha (l'Enfant) lui avait succédé sur le trOne patriarcal, que Léon l'avait arrêté et 
mis en prison , et que celui-ci , en voulant s'échapper , s'était cassé le cou en tombant et était mort de 
cette fracture. Apirat siégea ensuite, durant sept ans, puis Ter Hovhannès, qui était en révolte contre 1% 
roi ; ce prince , mécontent de lui , nomma catholicos David , du sang royal. Après ces dissentiments , les 
esprits s*élant â grand* peine rapprochés , on songea à faire réponse aux demandes de Zakaré. «Cela n'est 
point ,'lui dit-on , contraire à l'Ecriture ; bailleurs , vous occupez notre patrie , et la ruine de nos églises 
est la cause de ces désordres.» Mais quoiqu'il se fût tenu un et deux conciles d'hommes consommés , ai 
orient , à Lorhi et dans Ani , ces décisions ne forent pas adoptées. «Peut-être , disait-on , serions-nous 
'aussi forcés de nous rallier à l'hérésie des Grecs et des Géorgiens.» Pour savoir à quelle époque remon- 
taient les tentatives de Zakaré, il faut se rappeler que Grigor V, l'Enfimt, fut catholicos en 1193—1195; 
Apirat bu Grigor VI , 1 195 - 1202 ; Jean VII , înt déposé 'en 1203 , el David II! siégea jusqu'en iSt», 
époque où son prédécesseur fut réinstallé. D'autre part le roi Léon U fut couronné en 1198 eC régna 
depuis lors 21 ans. '« . . ,..*/» 



Addition XVi/. 



2S5 



sur-le-champ Réunir un coocile. On vit venir à Lorhi : Grigor, de Snnabin, fils de Touta, 
qui devint évoque de Haglibat, et qui était parent de Zakaré ; Jean, vartabied de Sanahin; 
David, de Kobar ; Sargis, évèque d'Aûij car Barsegh était mort; Vrlhanès, évêqlie de 
Bdchui ; Grigor , évêqu» de Dovin ; llovhannés , évf'quc de Cars ; Eghia , supérieur du 
couvent de Havoutsthar; Thoarkîc, de Théghen ; Mononîc Grigor, de Cétcharous; Sargis, 
de Sévan, et d'autres supérieurs de couvents et nombre de prêtres. Parmi eux se distin- 
guait , au premier rang , Khatcbatour , vartabied , de Taron , supérieur du couvent de 
Hogliartzin ou llaghartzin , ainsi que Mkhitar, vartabied, de Gantzac . supérieur de Gétic, 
surnommé Goch. 

En 1205. Ceux-ci s'étant tous réunis à Lorhi, le prince Zakaré onlonoa de lire 
devant eux la décision du concile de Sis , les lettres des catholicos Jean et David et le 
message du roi Léon. Quand ils eurent entendu et connu la teneur des lettres et des 
décisions, quelques-uns y accédèrent sur-le-champ, et principalement les vartabieds Kha- 
tchatour et Mkhithar ; d'autres se montrèrent récalcitrants , et spécialement Grigor , tils 
de Touta; David, de kobar; Jean, de Sanabin, et d'autres, en assez grand nombre, qui, 
refusant leur assentiment, causèrent de la discorde dans l'assemblée. 

A cette vue Zakaro sentit son courroux s'allumer contre cui , mais pour ne point 
exciter de trouble dans le concile, il garda le silence ce jour-là. Cependant, comme quel- 
ques-uns de ceux qui s'étaient dispersés au sortir delà craignaient qu'il n'usât de violence, 
les uns se cachèrent dans des retraites sûres, les autres s'enfuirent nuitamment de la ville 
et retournèrent dans leur pays. Zakaré, qui en fut informé, fit arrêter les autres dans la 
ville, et ayant rassemblé ceux qui étaient bien disposés, ordonna de célébrer la messe, en 
habits sacerdotaux et avec l'assistance des ministres du culte. Comme c'était, pour cette 
époque , une nouveauté , surtout à cause des ornements d'église et des assistants , le var- 
tabied Kliatcbatour prononça , au sujet des mystérieux habits du prêtre , cet hymne mer- 
veilleux qui commence par les mots: «Mystère profoud , impénétrable, sans commence- 
ment . . etc., que l'on répète encore aujourd'hui, dans l'église arménienne, quand le prêtre 
se revêt de ses ornements de cérémonie. 

Après cela Zakaré e\pédin des messagers à tous les couvents de ses domaines , lear 
enjoignant d'agir en conformité , en célébrant les fêtes de la Vierge et de la Croix au 
jour convenable, et non le dimanche. Comme les ordres du prince étaient rigoureux, il se 
passa des événements réellement, tristes et déplorables , au dire de Ciracos. C'étaient des 
inimitiés, des dissensions, des cris, des discordes, des meurtres même, par suite de l'in- 
docilité et des mutineries de certains personnages grossiers , qui , résolus à ne suivre que 
leurs caprices , s'armèrent et se révoltèrent contre leur prince et contre les volontés d'un 
concile. Mais plus ils s'échauO'aieut, dans leurs mouvements séditieux, plus le prince Zakaré 
se montrait inilexihle à leur égard , au point qu'il les obligea , bon gré mal gré . à faire 
ce qu'il voulait : sur ces entrefaites mourut le catholicos David , ayaot occupé le ponti- 
ficat environ trois années. ■i-">b ^'ol-;- unijun ■■: .o.'l uiî jb ru^uMH'. 



286 Additions et éCLAiiiGfrssEiiENTS. 

Ayant j en partie , soumis les couvents du voisinage , Zakaré envoya à Haghbat 
révêque Minas, qui était venu de la part du catholicos Jean» ainsi que ses assistants, 
afin d'engager ceux de ce monastère à agir comme il fentendait. Mais le fils de Tonta, 
informé de leur arrivée , dépêcha à leur rencontre des scélérats déterminés , qui les at- 
teignirent sur la route et les battirent furieusement, à coups de bâton, et particultèrement 
réYêque. Quant à leurs bétes de somme, ils les tuèrent et les précipitèrent du haut des 
rochers, et revinrent eux-mêmes au couvent. Les malheureuses victimes restèrent sur 
place , dans la plaine , sans pouvoir marcher , car ils étaient à -demi morts de coups et 
blessés sur le dos et à la tète. Ceux qui avaient été le moins maltraités louèrent pour de 
Targent des mulets» dans les villages voisins, et relevèrent révêque et les autres blessés, 
qu'ils conduisirent à Lorhi, près du prince Zakaré. 

Celui-ci, à cette vue, enflammé d*une colère furieuse, envoya des troupes à Hagfaliat, 
pour saisir Tévêque Grigor et les exécuteurs dun tel forfait, et pour les lui amener, 
chargés de chaînes. Mais Grigor, qui en eut vent, sortit à -propos du monastère, 8*enfoit 
pieds-nus , -avec ses grossiers complices , et parvint dans le canton de Caïen. Là il entra 
dans le couvent dit de Gétic et trouva un asyle auprès de Mkhithar-Goch, qui y résidait. 
Comme ce dernier avait beaucoup d assurance auprès de Zakaré, Grigor espérait, par-li, 
échapper au ressentiment du prince. Il échappa en effet, pour le moment ; mais plus tard 
il fut arrêté sur le territoire de Cétcharons et mis en prison, et comme le vartabied Jean, 
de Sanabin , s'était volontiers soumis aux désirs du prince , il fut nommé par lui à l'évè-* 
ché de Haghbat, en place de Grigor, principalement parce que ce vartabied, précédemment 
supérieur de Haghbat, avait été dépossédé par Grigor, qui s^était fait son successeur. 

En 1207. Cependant Zakaré, voyant croître de jour en jour les troubles des monas- 
tères de Torient, ordonna de nouveau d'assembler un concile dans le canton de Chirac, 
dans la ville d'Ani , qu'il avait arrachée lui-même aux Persans, et tous les évéques et 
vartabieds qui avaient précédemment formé la réunion de Lorhé prirent part à celleH;l. 
Toutefois, prétextant sa vieillesse et sa maladie, Mkhithar-Goch n'y vint pas, et se con- 
tenta d*écrire au prince Zakaré : a Je donne , moi aussi , mon assentiment à ce que déci- 
deront les membres du concile ;» car il cherchait à calmer les esprits. Aussitôt que 
l'assemblée se fut organisée , Zakaré s^efforça d'attirer les vartabieds à ses inteoUona et 
et de les faire souscrire unanimement au concile de Sis. Se voyant tellement . pressés, ils 
dirent tous ensemble : «Nous ne pouvons faire cela sans le grand vartabied Mkfaithar.» 
Zakaré leur présenta alors la lettre de ce dernier, et l'ayant lue, leur dit: ,c Voilà sa 
signature; si vous consentez, il consent lui-même.» A cela les évêques se rendirent. 
Toutefois quelques-uns des vartabieds refusèrent leur adhésion et demandèrent un ped de 
répit' à : Zakaré 9 ^din de lui écrire qu'il vint en personne, ils lui envoyèrent donc une 
lettre, où ils le conjuraient de venir en toute hâte au concile: «Ne mata pas en avant» 
loi dirent*«iis, la faiblesse de ton oorps; si la mort te frappe sur la route, nous .ferons 
mémoire de toi avec les anciens saints docteurs: viens seulement icL» A jFant la fettf 



ÀDDiTioif XVIL 287 

lettre et voyant que , sans loi , ils ne se rendraient pas , Mkhilhar sortit de son couvent 
et vint à Ani. Avant quïl entrât en vilte, Zakaré lui. envoya un prince, pour le prier de 
ne pas se présenter au concile sans lavoir vu lui-même ; et comme il refusait de le faire, 
le prince prit la bride de son cheval et Teatraîna rapidement auprès de Zakaré*. . 

A cette nouvelle, les vartabieds du concile furent extrêmement agités et envoyèrent 
on des leurs , ' nommé Nersès , afin de rengager à ne pas entrer dans la résidence de 
Zakaré avant de les avoir vus. Nersès rejoignit à-peine Mkbitbar, et le trouva à la porte 
de Zakaré , comme il pénétrait à l'intérieur. Ne pouvant y entrer lui - même , il Fappela 
par son nom, lut fit connaître le message du concile et le pria de retourner sur ses pas, 
pour y venir. N*àyant pas réussi dans ce dessein , il vint vers ses collègues , et leur dit 
beaucoup de choses l^ontre Zakaré , tellement que le bruit et l'agitation recommencèrent, 
et qa*il se fit un grand mouvement. 

Dès qu*il vit Mkhithar, Zakaré lui demanda son opinion ; mais quoique celui-ci par- 
tageât l'avis du prince, il ne put obtenir l'assentiment du concile, et Zakaré l'engagea à 
aller en personne renvoyer chacun chez lui, avec l'intention de les chasser tous de ses 
domaines. Mkhithar envoya donc à l'assemblée le message du prince, engageant chacun 
à se séparer et à rentrer dans les couvents d'où ils étaient venus ^). Peu après, Zakaré 
les exila et les dépouilla de leurs emplois, à l'insu les uns des autres. Par la suite Ivané 
ée porta médiateur entre eux et son frère et les réintégra , ce qui fit que quelques-uns 
consentirent à adhérer au concile de Sis, tandis que d'autres gardèrent l'ancienne cou- 
tume de célébrer la messe sans assistants , sans habits sacerdotaux , sans ouvrir la 
porte de l'église à l'heure des saints mystères, et excitèrent, peu après, de nouveaux 
désordres. 

En 1209, après avoir réglé ces choses, le prince Zakaré se mit en campagne, avec 
son frère Ivané , fondit sur la province de Maraud , qu'il enleva aux Persans , et mit au 

^) L*un des motifs de la condescendance de Mkhithar , ainsi qu'il le dit à &e8 collègues , ce fut qu1l 
caraignait que Zakaré ne se rangeât à la religion des Géorgiens , comme son frère : ce qui prouve que la 
conversion dlvané fut antérieure â Tan 1207. Au dire de Ciracos , Thistoire du concile d*Ani avait été 
écrite par Yanacan , témoin oculaire et auriculaire des faits : le livre de Yanacan est malheureusement 
perdu. Du reste, Mkhilhar mourut en 1213. Parmi ses disciples se distingua Jean Yanacan, du canton de 
Tavouch, dans TArtsakh. Celui-ci écrivit, entre autres, Thistoire de l'invasion de Tchinghiz-Khan et fut 
fidt prisonnier par les Mongols. Lors de l'arrivée de Djélal-ed-Din , il se réfugia dans sa patrie , et e«t 
pour disciples Thistorien Ciracos , qui a fourni , notamment po*jr Tépoque où nous vivons , quantité de 
bons matériaux à Tchamitch ; etf rhistorien Yardan , si souvent cité dans mes notes. Malakia-Abégha, 
autre historien, passe pour avoir été Télève de ces derniers ; Tcham. t. III, p. 187. Yardan, p, 111, nous 
apprend que Mkhithar fut enterre à Gétic , couvent fondé par ses soins et par ordre d*Ivané , fils de la 
soeur du grand prince Kourd ; celui-ci Tavait &it venir à Tancien Gétic , dans le territoire de Caïen. En 
effet , Kourd possédait alors Caïen et son territoire, qu'il tenait d'Hasan Caïénétsi, fondateur de la cita- 
delle.* Ces détails, tous nouveaux sont très intéressants pour Thistoire. 



» 



« 






,xifi» 



sfi» 












t«* 






Je 



tft' 



at^ 



fc ««^ > ^^ 



\J0 












Àe 






V\ 



ipV^* ' '• » tJvo<^' 



s<tf 






.^tv 



^ ^^f V^* 






\es 



■Vfes 






.àîW>«^» 









ce - « ^«* "' co^*® ' ., \e* 



^ 



•'^ 



« .x:*k< ' >«« 






Wse- 



.ut^^**"' A*. V«* vfe ^ ^'l. W »«•■ ôsi^t^s 



\* ^^''"xi^s^' 















CV^^^'^cW^cfeA"^ 



% 



%■ 



$^ 




•Jl»*' 



,1»»ft^- 



\xi 



de 









t^*'*': -A V»'''^'Vt«ss^«^ 



Ac 









«V 



àe 



ce 



M 



»t* 






cow' 






Nt^^! 



X8.8X 






^e» 



atv< 



\ A*» .agacte 



^^ \'.:.« to»»'*'":. cot*T'i^ çv^c» ^^^ ^^we 



5*»* 



co<»^ 



^:>^^^^^.^-^ 



Addition XVII. 



dans les régions du Caucase, au voisinage, des ég-liscs du vrai Dieu, dont les traces et les 
ruines s'j voient encore, et ils étaient soumis au patr. d'Anlioche. V. Codin, Notit Graec. 
episcop. p. 364-. (invojé par son père , Mstislaf rencontra la princesse aux cataractes du 
Dniepr et l'amen» en grand appareil à Kief.» Et dans la note Z5k relative au roAme évé- 
nement, on lit: «Dans l'automne de l'année 1153 Mstislaf (Ois d'isiasiaf) fut envoyé par 
son père au devant de sa future belleniére, avec Volodimer Andréévitch et Béroiida ; ils 
allèrent jusqu'à Oléchié, d'où, ne l'ayant pas trouvée, ils revinrent.» Puis en 115'»: «tsiaslaf 
envoya de nouveau son lils au-devant de sa future belle-mère, car il (Isiaslaf) avait choisi 
pour femme une Abaze (ateiiy nai. Ofleai), une fille de roi. suivant la Cbronii|ue de Rief 
(uapcoy 40^1.) ; Mstislaf la rencontra prés des cataractes , la conduisit à Kief, et alla lui- 
même à Péréiasiavl. Pour isiaalaf, it célébra la noce et prit cette princesse pour femme.» 

Si l'on s'en tient aux termes de l'historien russe, il faut trouver une princesse Abaze, 
une fille de roi, qui, en 1151^, ait épousé !e grand-prince russe. Or, d'après des calculs 
que je crois suffisamment établis '), c'était le roi Dimitri 1er qui régnait alors en Géorgie, 
et à qui l'histoire du pays n'attribue aucune fille mariée à un prince russe. Si c'eut été 
une fille de ce prince, ou même de Giorgi III, son successeur, les Annales géorgiennes 
auraient-elles passé un tel fait sous silence? ou bien, s'agirait-il donc d'une princesse qui 
ne fût pas du sang royal géoi^ien, mais appartenant .'i quelque autre famille de ces contrées? 
Tout cela est possible, mais les preuves manquent, et quant au silence des Géorgiens sur 
le fait en lui-même, il ne me semble pas étonnant, pour des temps si reculés, puis qu'au 
XVIIe siècle même, ce sont des documents russes qui nous révèlent l'existence d'une fille 
de Giorgi I\ , Eléné , promise en mariage au fils de Boris - Godounof, et de son neveu 
Khosro, destiné à être l'époux de la fille du même Boris ; puisqu'cnfin ces mêmes docu- 
ments nous parlent d'une fille du roi Théimouraz Icr enlevée par ('hah-Abas II , et dont 
l'histoire géorgienne ne dit pas un mot. V. Bull, scient., t. IX, p. 356, 362. 

Il n'est pas invraisemblable que cette première alliance ait donné lieu et préparé les 
voies à la seconde , qui , par contre , n'est pas mentionnée d.ins l'histoire russe , quoique 
les Annales géorgiennes en aient conservé le souvenir et les détails. D'autre part, il semble 
qu'il y avait alors des communications régulières entre la Russie et la Géorgie , puisque 
c'est un habitant de Tiflis qui révéla à ses compatriotes l'eiisteoce et le nom du prince 
russe dont nous allons parler. 

On n'oubliera pas que les princes géorgiens ont été de tout temps très attentifs à 
préserver leurs familles de toute alliance qui en eût altéré la noblesse. Wakhoucht le re- 



marque dans ]'liitroducli( 
Arakel observe avec aigreur , 



la Géographie de la Géorgie 
p. 105, que les Géorgiens, 



p. 7 ; et l'historien arménien 
et surtout les femmes , étateut 



I') Ces calcuU fie réduisent à ceci t David -le -Béparatenr, mort en 1125, après 3t>aiu de régne , eut 
pour successeur son fiU Dimîlri 1er; celui-ci régna 31 ou 32 ans, et laissa en 1156 le Irdne à David III, 
qui ne l'occupa que six mois ; enfin Giorgi III, frère de David, régna jnsqu'en I I8i. 
Addit. ei Éd. 37 



890 Additions et é€LAiEGi8SENENTS. 

fort préoccupés de leurs privilèges aristocratiques: c^est un fait encore facile à obsenw 
de nos jours. Aussi voit -ou que dans ces temps reculés la famille royale de Géoi^ 
occupait, à l'égard des alliances, un rang fort élevé dans l'opinion générale : les emperewa 
de Grèce y cherchèrent souvent leurs épouses, sûrs qu'ils étaient d'y trouver une noblesse^ 
sinon aussi puissante, du moins aussi pure que la leur. Les souverains et émirs les plui 
redoutés de leur voisinage tenaient également à honneur de s'allier avec eux, témofan 
Alp-Arslan, Djélal-ed-Din, Aghsarthan, Kaï^Kboaro II, sultan dlcone. 

Ces réflexions mises en avant, voici en quels termes Karamzin parle du mari ruaM 
de Thamar , en copiant littéralement les expressions d'un ouvrage devenu rare , et qsA 
mérite, à mon sens, d'être regardé comme classique en aon genre ^) : 

«A l'histoire de ce temps se rapporte, dit Karamzin, t. III, p* 137 , l'événeiMQt 
suivant, qui est curieux, quoique peut-être non entièrement vraisemblable. Après Tan 1 175 
nos annales ne parlent plus de Georges, fils d'André Bogolioubskoï» mais <mi le voit jomr 
un grand rôle dans les annales géorgiennes. En 1171 la jeune Thamar, fille du foî 
Geoig;es III, hérita du trône de son père. Comme le clergé et les nobles lui cherchaieil 
un époux, un grand (sejbiioaca) de Tiflis, nommé Aboulasan, représenta à TassemUéft 
que le fils d'André , grand-prince de Russie , avait été chassé par son oncle Ysévolod et 
banni à Savalth , d'où il était passé à Svintch , près du khan des Kiptchaks (ou dm 

Polovtses) ; cédant aux désirs de ses conseillers , elle dut le renvoyer , mais en le 

récompensant magnifiquement ; il voulut ensuite prendre Tiflis , mais vaincu par 

Thamar il put , avec sa permission , se retirer sûrement et avec honneur ; on ne sait oA 
il alla.» Après avoir analysé exactement, en quelques lignes, ce que l'on sait du règne de 
Thamar, l'historien russe termine en disant: «Georges Lacb, fils de Thamar^ régna aprièe 
la mort de sa mère, de 1198 à 1211.» Je remarquerai tout de suite que, suivant c# 
récit , Thamar se serait de bon gré mariée avec le prince russe , qu'eUe l'aurait renvoyé 
de l'avis de son conseil, et enfin qu'il n'eût fait qu'une seule tentative pour rentrer en 
Géorgie. Karamzin s'écarte donc de l'auteur où il a puisé ses renseignements, seulement 
dans le troisième point, car on lit dans le Tableau de la Géorgie, p. 17, qu'au contraire 
le prince russe as'arma une seconde fois;» quant aux deux autres points, d'af^-ès les m^ 
nales géorgiennes, Thamar se résolut avec peine k épouser un prince étranger, et ce fint 
par le fait de sa seule volonté qu'elle se sépara de lui , après de longs efforts pour le 
ramener à une plus sage conduite. 

Mais laissons de côté ces détails pour examiner la partie la plus intéressante de Qa 

^) BcTopHHecKoe Hao^paaceBÎe FpysiB, bii nojirni^ecKon , nepKOBHov& b y«ieÔHOv& eacocTOamB; 
coqHHeHo Kb AjeKcaHApo-HeBCKoii ÀKsueiriB, C. II. 6yprB, 1802. Cet ouvrage est généralement attribué 
au Rd. Eugépius , mort en 1837 , métropolitain de Kief ; il est mis sous son nom dans le Catalogne de 
la Bibliothèque de lecture de Smirdin , et à la Bibliothèque Impériale publique. Il a été traduit en alle- 
mand, par un certain Sehmidt, et imprimé à Riga en 1803. Y. p. 15, 16 de l'édition russe, le passage au- 
quel je bis ici allusion. 



\ 



Addition XVII. 



291 



I 



Tédt , et essayons dVn éclaircir les points obscurs. Je ne dirai rien des dates adoptées 
par l'historien rasse, au commencement et k la fin de la citation précédente, parce qu'il 
devait suivre ses autorités, mais ce que j'ai dit précédemment, p. 26^, sur l'époque de 
l'avènement de Thamar et sur celle de Giorgi-Lacha, me paraît suffisamment démontré. 

Karamzîii trouve le mariage de Thamar avec un prince russe «un événement cunem, 
mais peut-être invraisemblable.)) Pourquoi ce dernier trait? L'alliance d'Isiaslaf avec une 
princesse Abaze , le premier fait de ce genre, avait eu lieu une trentaine d'années avant 
celle-ci; elle est racontée par plusieurs chroniqueurs russes, et cependant aucun passage 
des chroniques géorgiennes ne le mentionne. Il était bien naturel que les grands-princes 
tournassent leurs vues vers un royaume que la valeur de David 11 et de Dimitri 1er avait 
élevé à une prospérité remarquable, qui devait jouir par conséquent d'une grande renom- 
mée dans les pays étrangers , qui , d'ailleurs , servait de passage au commerce de l'Asie 
avec l'Europe, et qui avait, sans doute, des relations suivies avec la priucipautc de Tmou- 
tarakan, qui, enfin, était au S.-E. limitrophe avec les provinces occupées par les Slaves. 
N'est-il pas plus étonnant que les annales russes ne disent pas ce que devint le fils do 
grand-prince André liogolioubsko'i ? Le silence de l'histoire peut cependant s'eipliquer, 
quand il s'agit de personnages, même appartenant aux familles souveraioes, dont la desti- 
née n'eut aucune inlluence sur celle de leur patrie , ce qui arriva précisément au prioce 
Georges. On écrivait peu , eu Russie , comme en Géorgie même , à l'époque dont il est 
I qoeslion : par conséquent ceux qui se mêlaieut d'écrire s'attachaient surtout aux faits les 

■ plus importants et négligeaient souvent les petits détails, qui sont pourtant le vrai critérium 
des histoires. 
Au Xlle siècle la Géorgie eut des rapports fréquents avec les princes Qiphtchaqs ou 
Polovtses: David II leur emprunta un secours de ^0,000 familles ou soldats, qui prirent 
part à toutes ses guerres et y acquirent honneur et profit. Ceux d'entre eux qui sur- 
vécurent à ce monarque s'établirent en Géorgie ; un généralissime de cette même nation, 
Qoubasar, servait encore sous Georges 111 et au commencement du règne de Thamar. Le 
nom des Qiphtchaqs se retrouve encore dans une inscription arménienne et dans celui du 
couvent de Ghphtchakbavaok '; , situé dans le canton de Chirac, qui avait peut-être été 
fondé par une personne de cette uation. Enfin , sous Thamar même , un frère du roi des 
Qiphtchaqs se trouva en Géorgie avec une armée considérable *j : en voilà bien assez pour 
expliquer comment les auteurs géorgiens pouvaient savoir ce qui se passait chez les 

I Qiphtchaqs ou Polovtses. 
Le fils d'André Uugolloubsko'i , ayant perdu son père lorsqu'il était lui-même en bas 
âge, s'enfuit, h ce qu'il paraît, chez les Polovtses, pour se soustraire aux persécutions de 
: 



') V. Bullel. scient., 1. VIIl, p, W, 

'} C'était, d'après mon calcul, vers 1203, lorsque Amîr-Miran ou Uzbek, fils de Pahlawan, vint réela- 
iner le secours de Thamar. L'Annaliste géorgien dit alors , à deux reprises , que Séwindj , frère de Sa- 
vallh, roi des Qiphtchaqs, était à cette époque en Géorgie, avec des troupes, pour servir Thamar. 



292 Additions bt écLiiACissEMENTS. 

Vsévolod^ soo oncle; delà cette eipressioo de 1 auteur géorgien: • Chassé par son oncle 
Sawaltb et exilé pr lui.» Ceux qui ont l'habitude de la langue russe savent que le B 
initial du nom de Ysévolod (Bcet0J04'^) est peu sensible à Toreille d'un étranger; que 
l'accent tonique étant sur la première syllabe » les autres sont presque absorbées par la 
rapidité de la prononciation ; que le premier o prend un son clair , approchant de Va : 
que le second o disparaît presque, euGn que le 5 final donne au â la valeur du t ; d où 
il résulte qu'un étranger n*entend guère que Séçalt^ convenablement représenté par h 
transcription géorgienne Sawalth. Comment se fait-il que le rédacteur du Tableau de la 
Géorgie ait fait de ce nom d^bomme un nom de ville? «Chassé par son oncle Ysévolod, 
et exilé à Sat^alia;» c'est ainsi que s exprime louvrage en question. Karamzin ne pouvait 
faire autrement que de copier lettre à lettre ; mais malheureusement son erreur a été par- 
tagée et répétée: ainsi voit-on un Géoi^ien, dans un article de la Minepsa, de Moscou, 
imprimé en 1837 » au lieu de donner par lui-même une nouvelle traduction du passage 
qui nous occupe, se référer à l'extrait fourni à Karamzin, et y introduire même deux on 
trois nouvelles erreurs, qu*il serait trop facile de relever. 

Quant au personnage géorgien qui parla le premier à Thamar du jeune prince rusw, 
cet Aboulasan, que l'annaliste géoi^en dit être un tbawad, c.-à-d. un prince, je ne 
sais par quel hazard il s*est transformé en marchand chez plusieurs écrivains. L'Annaliste 
géorgien que je traduis définit sa qualité, p. 255: «Un thawad demeurant à Tiflis, et 
qui , par la faveur des rois , avait été nommé émir de cette ville et du Karthli : b mais 
Wakhoucht, p. 58, dit: ^b^3<>»-j|g92^sa> ^^^ 3^$^^^ C/^^^S^ "^' ^ présenta devant eux un 
marchand de Tiflis.» L auteur de larticle de la iMneepsa , ci-dessus mentionné, a copié 
Wakhoucht et blâmé Karamzin d'avoir suivi des indications puisées à une source plus 
ancienne; le tsarévitch David, dans sa KpaTRaa ncropia o Fpyain, S.-Pét. 1805, p. 69, 
dit aussi: 04m Tb^mcm Kyne^fi^): enfin dans le journal PyccRii atcrrarb, 18kl, 
n. 8, p. 319, on lit: OAmn-h udrh Tb^jbccrixi» ipoMcdaH»^ «un bourgeois de Tiflis.» Pour 
moi je pense qu^il faut s'en tenir au plus ancien annaliste, qui nomme Abou*l-Hasan avec 
le titre de Ihawad et d>Wr.*) 

Le biographe original de Thamar ne nomme nulle part le fils du grand-prince russe 
qui épousa la reine de Géorgie. Sans doute ce silence est extraordinaire^ mais on remar- 
quera que même le surnom du second mari de la reine géorgienne , Soslan - David , ne 
paraît pas dès Tabord dans les Annales, ce qui montre qu'il ne faut pas être trop exigeant 

*) Cet auteur ajoute que le marchand en question , «avait vu le jeune prince nisse auprès du khan 
de Qiphtchaq. • 

'} Sous le titre de rpyaHnrsili x&Tooncem , le journal dont je parie contient, dans les NN. 8 el 11, 
une revue ou plut<)t un abrégé des Annales géorgiennes juAqu*à nos jours, que l'on m*a dit être Touvrsge 
posthume d*un Géorgien, anciennement attacha comme interprète au service russe, et que je ne nommerai 
pas, de peur d'erreur. Je m'abstiendrai aussi de toute remarque pour des motifs faciles k apprécier. 



Addition XVII. 293 

«BTers an moîney plutôt apologiste qu'historien exact. Au reste, les auteurs russes i ou du 
moins Karamzin , ne doutent ps qu'il ne s'agisse ici du prince Georges , dont le nom se 
retrouTe, d'ailleurs, dans l'histoire des Orbélians (S.-Martin, Mém. II, 101), ce qui fait 
disparaître le doute prudemment laissé par Tauteur du Tableau de la Géorgie , p. 17^), 
ainsi que par celui de l'article du PyccK. BtcTOBRi», cité plus haut. Dans la Minepea de 
Moscou, on suppose, comme si cela était écrit dans les annales géorgiennes, que ce prince 
se nommait Georges : mais le tsarévitch David ^ dans sa KpaTR. ncr. o Fpyain , p. 69 , le 
nomme André : OpHaBan-b Ôujh» b3t> KiCsara Kaasb AH4peii m^rt poAa Boasa poccivcsaro 
BceBOiOAa: «On appela le pnnce André, de la famille du prince russe Vsévolod;» et le 
même, dans son Histoire de Géorgie, en géorgien, imprimée à Tiflis en 1800*), dit: 
^â5()^J^ é^bjoDoo) GboDjbbijo oQ<^<n.bç»jo'bb : «On flt venir de Russie un parent ou descen- 
dant de léroslaw.» Klaproth a répété cette assertion dans son Voyage au Caucase, éd. 
aliem. , t. II , dans l'article consacré à Thamar ; et enfin , par une erreur qui ne peut 
être que d'inattention , le traducteur français de Karamzin , t. III , p. 163 , nomme ce 
prince André. 

Il me reste à faire quelques remarques sur la ville de Svindj où s'était « dit-on, re- 
tiré le j>rince russe qui épousa Thamar. Notre annaliste dit : g^^Sc^obj^^s s^b &^b o^o 
I|oog6bgar>5 Sj'igobs bjoG^b ^^c^^^bs 'SoGs: ail s*est enfui et se trouve dans la ville de Svindj, 
appartenant au roi des Qiphtchaqs.» Je ne dirai rien du titre de kJuinj substitué à celui 
de roi par l'auteur du Tableau de la Géorgie , par Karamzin et ses copistes , et par 
d'autres. Qn'il y eut alors un souverain des Qiphtchaqs, ou plutôt des Polovtses, deux 
noms signifiant également «habitant des plaines,» l'un en tartare, l'autre en russe, c'est 

ce dont l'histoire de Russie ne permet pas de douter, bien que cela paraisse extraordinaire I 

k M. Saint-Martin, Mém. t. II, p. 1^9. Mais qu'il y eût dans le Qiphtchaq une ville de ' 

Svindj, c*est ce qu'il m'est impossible de démontrer, parce que je n'ai pu encore trouver 
ce nom nulle part, et que personne n'a pu me l'indiquer. 

Wakhoucht, p. 58, dit: <^<'^<)^c9o s<^b bjo^^b J»s:9^Jb& 'SoG^, «Qui est dans la ville de 
Swiadj , en Qiphtchaq;» Tauteûr de l'article de la Manepaa : «Ho ovb yme^'B OTTjia bi> 

GBian^b, wh xaiiy RHunaRCROMy : Mais il s'en est allé delà (de Savalta) à Svianj, auprès du ^ 

khan de Kiptchak;» et dans l'article du PyocKie BtcTHBirb, p. 319: «4to wh KiD^aRCRONi» 

^) Il dit que le grand-prince André avait cinq , ou «elon d*autre« iix fils , et que chacun peul choisir 
entre eux, celui qu*il jugera à-propos, pour mari de Thamar. Etienne Orbélian n'admet pas ce doute. Je 
remarquerai à ce sujet que la table généalogique des souverains russes , par M. Oustrialof (Hist. de Rus- 
sie, 2e éd. t. m. Tableau placé à la fin), ne mentionne aucun fils d'André, mais cinq fils de Vsévolod, son 
firère, parmi lesquels se trouve Feopritt, f 1236. 

') Cet ouvrage, qui fut imprimé k Tiflis, sous le titre de ^^^-a** est divisé en deux sections, la première 
consacrée à l'histoire ancienne proprement dite , et l'autre k celle de la Géorgie. Quoiqu'il ne soit pas 
bien précieux , il est rare , et je ne le cite que d'après un manuscrit de 1799 , copié suns les yeux de 
fauteur, et qui m'appartient. 



296 Additions et iSclaibcissements. 

Quant à Tâge du prince Georges el aux événements de sa vie racontés dans les 
Annales géorgiennes, M. Boudkof croît que Georges naquit d'un second mariage contracté 
par son père, vers 1159, avec une femme osse; celle-ci ayant pris part à un complot 
d'Anbal, intendant d* André Bogolioubskoï , contre ce dernier, Georges fut chassé par les 
Novgorodiens, à cause du crime de sa mère, celle-ci nojée dans le lac Klechtchina , et 
Anbal pendu. Alors Georges ne serait retiré chez les parents de sa mère, ou sur le Don, 
ou dans le Caucase, ou eoGo dans une ville des Khazars, sur la Soundja^). En eflPet, 11 
y avait là des villes, dont on voit encore les ruines. A l'âge de 18 ans, donc vers 1178, 
Georges aurait épousé Thamar. 

Toutes ces explications n'ont rien à* illogique ; seulement elles ne concordent, pour les 
dates, qu'avec le système chronologique qui fait régner Thamar entre les années 1171 — 
1198, que je crois évidemment inexact. Mais comme les {époques du prince Georges, ne 
sont point relatées dans l'histoire russe , on a toute latitude pour les fixer plus tAt ou 
plus tard, et rien n'empêche d'admettre tous les faits énumérés dans l'article en question, 
en les plaçant aux dates plus reculées que je crois beaucoup plus vraisemblables. 



§ 4. Chronologie du règne de Thamar. 







Wakhoacht. 


Rectifié. 


Avènement de Thamar 




fl7^ 


118^ 


Premier mariage 




1177 


1187 


Conquête de Chirac 






1191 


Diverses expéditions 






1187—1191 


Premier départ du prince russe 




1180 


1192 


Second mariage de Thamar 




1181 


1193 


Premier retour du prince russe 


1 


1 


119% 


Naissance de Giorgi-Lacha 




1183 


H9k 


— — Rousoudan 




118^ 


1195 


Expédition de Barda 






1195 


— d'Erzroum , un mois 


après 




— 


— de Gélakoun, d'Anberd 




1196 


Second retour du prince russe 









Victoire de Chaukor , prise de Dovin 


1193 


1203 


— sur Rokn-ed-Din 




1196 


1203 


Conquête de Trébisonde 






120% 



1 italique , parce qu'il peut fournir une nouvelle oonjeçture 
Stfindf, 



m • 



Addition XYU. 297 

Expédition da Cars 1207 oa 1208 

Association de Giorgi Lacba 1196 — 

Lâcha roi, mentionné en 1206', 

(Sarg. Dchalal. p. 101) 

Mort de David-Soslan 1199 1208 ou 9 

Prise d'Ani 1209 

— d'Ardébil, expédition à Khorasan 1210,11 
Mort de Zakaria 1212 

— — Thamar 1201 1212. 

Les dates jusqu'à présent assignées à la mort de Thamar ne valent pas la peine 
d'être discutés , puisqu'elles ne sont fondées sur aucun fait positif , excepté celle de M. 
S.-Martin (Mém. t. Il, p. 21^9, 255), qui suppose^ que cet événement ne put avoir lieu 
avant 1206 ou 1207, et qui par conséquent approche le plus de la vérité. 

Voici pourtant le tableau de ces dates , avec les noms de ceux qui les soutiennent : 

Klaproth 

Wakhoucht 

S.^Martin 

Yardan 

un M-it 

Rottiers 

Nous avons des témoignages positifs que Thamar vivait encore en 1201, 1204', 
1205, 1210. 

1201. Une inscription se lit au N. , sur la paroi extérieure de la muraille d'une 
^lise, au couvent de Harbidja ou Ghphchakhavank , dans le canton de Chirac. 

«Par la grâce et la miséricorde du Dieu aimant les hommes, moi Zakaré, manda* 
torth-khoutsès , amir-spasalar d*Arménie et de Géorgie , fils du grand Sargis , j'ai acheté 
le merveilleux couvent de Harbidja , de ses légitimes propriétaires , pour la vie ^) de ma 
souveraine , la pieuse reine Thamar , pour mon salut , pour celui de mon frère germain 
Ivané^ de nos fils Chabanchah et Avag, et de nos parents; j'y ai construit une forte- 
resse, et j'ai pourvu la cathédrale, avec beaucoup de dépenses, de tous les ustensiles et 
choses saintes .... En 660 — l201. » 

120^11'. Thamar apprend la prise de Gonslantinople par les Croisés , et aide Alexis 
Comnène à s'emparer de Trébisonde. 

1205. Sur la partie postérieure d'une croix rouge, en dehors et à TE. de Tenceinte 
île Sanabin: ' . 

^) Les mots jiifi|ufff n ^Ir&f ii«&iv&.pf ne peuvent s'entendre qoe de la vie matérielle , tandis que le 
itliit spirituel s'exprime par ^plfm^pfê . • *.} . 

Àddit. etécL « 38 



Avènement. 


Mort. 


1171 


1198 


un 


1201 




1206 ou 7 


1184^ 


1207 


ydk— 118V 


426 — 1206 


1217 


12U. 



998 Additions et icLAiicissEiiBiiTS. 

c Ed 65%— 1205 , sous le règne de Thamar el sous le généralat des frères germaiiis 
Zakaré et Ivané , Gis da g7*and Sargis , moi le père Hohannès , da cantoo de Khatchen , 
je suis venu demeurer à l'ombre de la Sainte-Mère de Dieu (nom de l'élise de SanaUn), 
et j'ai construit un hospice pour le salut de mon âme et pour la longévité de mes maî- 
tres , Zakaré et Ivané. J*ai aussi élevé cette croix et donné à l'hospice la vigne de Goo- 
mark. Maintenant , celui qui mettra obstacle à ma fondation sera jugé de Dieu ; Amen. » 

1310. Une monnaie , parfaitement nette et lisible^ du Musée asiatique , porte: 

restes de la légende 

«En Tannée k30 — (1210) a eu lieu la fabrication de cette monnaie.» Au centre, le 
chiffre de Thamar^ en lettres enchevêtrées, vulgaires ; au dos, la légende arahe ordinaire 
« . • Thamar , Glle de Giorgi • • » Sans doute nous avons aussi des monnaies de Giorgi , 
fils de Thamar, portant la même année kZO — 1210 et une où probablement se trouve 
la date (-SI — 1211 ^) ; mais, que Thamar vécût encore ou non à cette époque, on sait 
que Giorgi-Lacha lui était associé dès Tannée 1207 ou 1208; ainsi la difficulté n'est pas 
entièrement sérieuse. 

Enfin , si Thamar mourut après Zakaria , comme cela doit se conclure des récits de 
TAnnaliste géorgien, le généralissime n*étant mort qu'en 1211 ou 1212, car je n*oae 
admettre la conclusion résultant de TinscripUon de Tan 1214- (v. sup. p. 275), il en résulte 
que la mort de Thamar arriva, au plus tôt, en 1212. 

Vardan n'attribue à Thamar que 23 ans de règne , donc I I8ï — 1207 ; mais Klap- 
roth, Tchamitch, Rottiers et Wakhoucht lui en donnent 27: donc, llS^lh *— 1211. 
Quant aux chiffres renfermés dans les premières lignes du règne de Giorgi-Lacha, ils oe 
fournissent que des éléments de calcul , plus ou moins hypothétiques , mais ps de dates. 
Si mes raisonnements n'atteignent pas à l'évidence, j'ai pourtant la confiance qa*ils oe 
sont pas très loins de la réalité. 



ADDITION XVIII. 

r les règnes de Giorgi-Lacha el de Bousaudan. 



l 1. Extraite de Tardan^ etc. 

Je me suis contenté jusqu*i présent d'ajouter au texte géorgien des règnes de Giorgi- 
Lacha et de Rousoudan les notes nécessaires pour le faire comprendre : ici je donnerai 

>) y. Compte-Rendu des Prix Démidof , pour 184S , p. 299, 30S. 



Addition XYIIL 299 

des extraits d*auteurs arméDieos, la plupart inédits, relatifs h la même époque. Vanacan, 
Giracos de Gantzac, Malakia-Abégha , Yahram, Mikhael Asorii Hayton, ont écrit avec 
de grands détails rhistoire des Mongols. Contemporains , spectateurs et victimes des faits 
accomplis; vivant, voyageant, restant captifs au milieu de ces barbares; employés par 
eux comme interprètes , comme courtiers, ils ont eu les moyens d*étre bien renseignés, et 
ils le furent en effet. Une nouvelle source m*est devenue accessible, c*est la Vie de Djé- 
lal-ed-Din , par Nisawi , déjà consultée , il est vrai , par D*Herbelot et par M. D'Ohsson , 
mais non pas exclusivement en ce qui concerne la Géoi^e. 

Le vartabied Hohan , surnommé Vanacan , natif de Tavouch^ dans la. province d*Ar* 
tsakb> eut pour maître Mkhitbar Goch, mentionné dans l'Addition précédente p. 285, et qui 
mourut en 1213. Elevé au couvent de Gétic , il fut fait prêtre, à Tâge de 30 ans. Lors 
de la venue de Djélal - ed - Din , en 1225, il s*enfuit on ne sait où. Quand les Mongols 
arrivèrent, sous la conduite de Moular-Noïn , il se réfugia, en 1238^ avec beaucoup de 
fidèles , dans une caverne , qui ne recevait le jour que par une ouverture pratiquée en 
haut , et par la porte. Les coureurs- mongols entendirent parler de ce refuge et se pré- 
sentèrent à l'entrée, dont ils s'emparèrent. Comme les malheureux n'osaient sortir ni 
même faire le moindre bruit, les vivres et Teau étant venus à leur manquer, Vanacan, 
avec deux prêtres ses disciples , Marcos et Sosthénès , alla trouver le chef de ces barba- 
res, qui le reçut honorablement et lui demanda tout ce qu'il pouvait savoir sur le lieu 
de la retraite de Vahram, prince du pays. Sur l'invitation de Vanacan, tous les malheu- 
reux réfugiés dans la caverne en sortirent, mais ils furent pillés et emmenés dans une 
contrée lointaine , qui était le rendez - vous des captifs. Beaucoup moururent , par suite 
des mauvais traitements qu'ils éprouvèrent; quelques-uns réussirent à s'enfuir^ mais pour 
tomber plus loin sous le fer des ennemis. Quant à Vanacan, il fut acheté, pour 50 piè- 
ces d'or , par des chrétiens de Gag. Il se rendit dans sa patrie , et écrivit son histoire 
de l'invasion des Mongols dans un couvent dépendant de la superbe église de Khorana- 
chat, bâtie précédemment par ses soins, et qui tirait son nom de la quantité de cha- 
pelles dont elle était décorée. Il prit part à toutes les grandes affaires ecclésiastiques de 
son temps, et composa aussi plusieurs livres relatifs à la religion et à Texégèse. Il sur- 
vécut 15 ans à sa délivrance, mourut le 18 mars 1251, âgé de 70 ans, et fut enterré, 
suivant ses dernières volontés , dans un cimetière consacré aux pauvres , à l'entrée da 
couvent de Rhoranachat, vis-à-vis et à l'O. de la citadelle d*£rgévank. Son histoire, mal- 
heureusement perdue, n'est plus connue que par les fragments qu'en a conservés Vardao 
de Bardzrberd, son contemporain. Elle renfermait les événements de 30 années, 1236 — 
1265 ^) , i. e. toute l'invasion des Mongols en Géorgie et en Arménie. 

^) C'est ainsi que s'exprime le Rd. père Somal , dans une note de son Quadro , qui va être cité plus 
bas, p. 109 ; mais il y a évidemment une inadvertance du très sâvant et oonsciencieux MékbiUriste ; car 
fl a dit , i la page précédente, que Vanacan mourut vers la moitié du XlUe s,: ainsi les 30 années de 



300 Additions. BT écLAiRcissEMBiiTs. 

Disciple du précédent , Ciracos de Garitzac avait été pris avec lui par les Tartares , 
qui le retinrent , tout en le traitant honorablement, pour leur servir dUnterprète \. mais il 
réussit à se- sauver au couvent de Gétic , et suivit le parti de son maître dans toutes les 
questions religieuses où celui-ci se trouva mêlé. Il mourut en 1271. L'histoire qu'il a 
écrite commence h S.-Grégoire-riUuminateur et s'étend jusqu*à l'an 1260. Les temps an- 
ciens y sont traités brièvement , mais les invasions des Mongols sont exposées avec beau- 
coup de détails : le style en est peu isoigné. Cet ouvrage , dont le père Tchamtchian a 
tiré un grand parti , se trouve en manuscrit à Venise ; il est mentionné dans le Catalo- 
gue imprimé de la bibliothèque d*Edchmiadzin IN^ 109. J'en ai vu un très bel exemplaire 
à St. - Pctersbourg , mais il ne m'a pas été possible ni de le faire copier ni même d'en 
user pour mon travail: tout ce que je peux dire, c*est que je l'ai vu^ et que dans le 
même volume se trouvait aussi une copie de l'histoire de Mikhael Asori ^). Depuis lors , 
grâce à Tobligeance des PP. Mékhitaristes de Venise , notre Musée asiatique possède une 
copie de son ouvrage, dont j*ai tiré très grand proGt, et je me propose den donner de 
longs extraits dans une Addition subséquente. 

Malakia-Abégha » ou le moine, qui passe pour avoir été disciple de Vanacan , a écrit 
rhistoire de la même époque que les deux précédents, mais jusqu*en 1373 ; son style est 
beaucoup plus pur que celui de Ciracos. Nos autorités ne nous apprennent rien de plus 
sur son compte ^). Comme le travail de Malakia est très court, j'en donnerai une traduc- 
tion complète , faite sur la copie que notre Musée a reçue de Venise , par les soins du 
P. Gabriel Aïvazofski , traducteur de Moïse de Khoren en italien et actuellement direc- 
teur du Collège arménien de Mourat, à Paris. 

Vahram , secrétaire de Léon III , roi arménien de Cilicie , a écrit en vers une chro- 
nique allant jusqu*à Tannée 1380'), qui fut imprimée à Madras en 1810, et réimprimée^), 
2^ ans plus tard, à Calcutta, par les soins de M. J. Avdall. Elle fut traduite en anglais 

son histoire devaient embrasser l'espace entre 1220 et 1250 , et son livre doit avoir été commencé k 
Khoranacbat , non en 1265 , mais probablement en 12i5 , si tant est qu'il mourut en 1251 , comme le 
dit Tchamitcb ; t. III, p. 210. 

Quadro délia stor. letter. di Arm. , par le père Soukias Somal , Venise, 1829, p. 107 ; Tchamitch, 
t. I , p. 19 ; t. in , p. 187 , 209 , 2i0 ; Vardan , p. 115 , 116. Ce dernier dit expressément que depuis 
Tan 685—1236 , jusqu'en 714—1265, l'histoire ayant été écrite en détail par Vanacan, il n*a point osé 
la répéter m parler mal- à -propos des mêmes £iits^ et s'est contenté d'extraire de son ouvrage les notes 
les plus importantes. 

^) V. sur cet auteur , Tchamitcb , 1. 1 , p. 16 ; ID , 210 , 271 , et le Quadro , p. 112. 

*) V. Tcham. ibid, Quadro , ibid. 

•) V. Quadro, p. lU. 

^) Du moins je le conehis de ce que l'ouvrage fut envoyé k la Sodélé asiatique de Paris , dans la 
séance du 5 septembre 183S. V. Joum. as. septembre 1835 , p. 2^7: 



A D D I T I a II XYIIL 301 

ptr M. Neumaon, dans un yolume intitolé Miscellaneous iraducUons ofchinese and ar* 
meniaa , Londres , 1832. 

Quant à Mohammed Nisa^i , il était natif de Nasa , Tille du Kharizm , d'où il a tiré 
son nom ^). Il était mpuchi ou secrétaire de Djélal-ed-Din, qu*il suivit dans toutes ses ex- 
péditions. Comme M. S.- Martin cite souvent avec éloge, dans ses Mémoires^ la biographie 
du Rharizmchah, par cet auteur, Tadminislration de la Bibliothèque Royale de Paris voulut 
bien, sur ma demande, communiquer à l'Académie son exemplaire de cet ouvrage, unique en 
Europe , et M. le docteur Gottwaldt a pris la peine d'en traduire pour moi les passages 
concernant particulièrement la Géorgie. 

Vardan raconte , p. 1 1 1 , un fait isolé , qui ne se rattache à aucune indication de 
l'histoire géorgienne , et que je placerai ici , aCu de ne point l'omettre entièrement : 

a En 668 — 1219*), dit-il, Ivané s'empara d'Orotn et des châteaux du voisinage, mais 
non de tous. En effet, lorsque ce pays était occupé par des princes arméniens, il y avait 
23 citadelles importantes, l<hOO villages et 38 couvents. La décadence de ce pays com- 
mença en 552 — 1103; C'est de ce pays que s'empara Ivané.» 

D'après la date , cette conquête dut avoir lieu dans les dernières années du règne 

de Giorgi IV; mais Etienne Orbélian , éd. S. -Martin, p. 103, dit que ce fut en 660 

1211 , que les frères Mkhargrdzélidzé • conquirent la Siounie, Orotn, Borotn, Bghen et 
Barcouchat. » Toutefois, pour faire disparaître ce qu'une telle indication aurait de trop 
exclusif, il ajoute que ces conquêtes eurent lieu- en divers temps, et furent laites par eux 
ou par leurs enfants. 

Le même auteur, après avoir mentionné un tremblement de terre qui eut également 
lieu en 668 — 1219, et d'un astre extraordinaire qui parut dans le ciel, ajoute, p. 113. 
«Ces deux phénomènes annonçaient le bouleversement de la paix dans l'univers, par des 
ennemis armés de flèches , ce qui eut lieu réellement en 670—1221 , lorsque les peuples 
mongols ou tartares, à la physionomie étrange et parlant une langue inconnue, prtis du 
Tchin et du Matchin , arrivèrent et entrèrent dans le pays de Gougark et dans les plai- 
nes voisines de l'Albanie, au nombre de 20,000 hommes, massacrèrent tout être vivant 
qui se trouvait sur leur passage et s'en retournèrent avec rapidité. Lâcha (p. 113) les 
poursuivit avec toutes ses forces , les atteignit sur la rivière de Cotman , fut vaincu et 
s'enfuit avec Ivané, à qui un cheval fut fourni par un certain prince nommé Zdchil, qui 
s*en était privé pour lui. Cependant Vahram , seigneur de cette contrée , combattit vail- 
bmment contre l'ennemi et en fit un grand massacre jusqu'à Gardian , sans savoir quel 
était le sort des autres. » 

Il me paraît qu'il s'agit ici des deux ou tout au moins de l'une des deux premières 
invasions des Mongols, qui sont mentionnées chez l'Annaliste géorgien, p. 322, et dont 

*) y. Abulfed. Ann. moslem. t. IV , p. 371. 
*) Stéf. Orb. p. 103, en 1211. 



802 



Additions et i g l a i e g i s s e m b h ts. 



parle aussi Iba-al-Athyr , sans indiquer, du moins la citation de cet auteur est incom* 
plëte à ce sujet, le lieu de la bataille. Ce que dit Vardan de la riyière de Cotman et du 
Gardman ne nous instruit pas beaucoup plus, puisqu'on ne sait pas clairement ce que c est 
que cette rivière non plus que le canton de Gardman : k moins que peut - être il ne 8*t- 
gisse ici d'un afQuent du Mtcouar^ coulant auprès du village de Codman, au N. de Mtzkhé* 
tha, et du canton de Gardaban^ sur la Ktzia, mais il serait facile de prouver par dea 
textes , que le nom de Gardman s'étendit souvent depuis là jusqu'aux limites septenirto* 
nales de la Géorgie , dans le Caucase , et qu'au sud il comprenait le Qarabagh , josqu'i 
Barda et au pays de Khatchen. 

Quoi qu'il en soit, ces deux combats, dont Tun fut défavorable aux Géoi^ens, et 
l'autre se termina glorieusement pour eux , sont mentionnés dans deux lettres , l'une de 
Rousoudan, l'autre d'Ivané, adressées au pape Honorius III. Comme ce sont dea docu- 
ments curieux , j'en donnerai ici des extraits considérables , laissant seulement les formu- 
les de côté. Elles se trouvent dans la continuation des Annales ecclésiastiques de Baronioi 
par Raynald, Coloniae, 1693, fol. t. XllI , p. 309. C'était lorsque ce pape 8*efibrçail de 
réchauffer le zèle des chrétiens contre les Turks, et que l'empereur Frédéric se pr^rait 
à partir pour l'orient ; il reçut ces deux lettres, malheureusement sans date dans l'ouvrage 
d'où elles sont tirées, mais la réponse qu*il y fit est de Tan I32<h, le huitième de mm 
pontificat , dans les premiers jours de mai. Avant de citer les lettres de la reine dk d'I- 
vané, il faut expliquer à quelle occasion ces princes se trouvèrent en relations avee la 
pape. En l'année 1219 , sous le pontificat d'Innocent III , les chrétiens de Jérusalem 
s'étaient emparés de Damiette. La nouvelle s'en répandit en Asie> et les Géorgiens ne 
furent pas des derniers h féliciter les Croisés de leurs succès et a les engager i ne pas 
s'en tenir là. Ils promirent même de faire leurs efforts pour envoyer des troupes dans ce 
but, et Giorgi Lâcha paraît avoir eu le désir de s'y porter en personne. Cependant ee 
prince mourut, ainsi que nous avons essayé de le prouver, en 1223. Aussitôt qu'elle lui 
eut succédé sur le trône , Rousoudan écrivit au pape , et lui fit porter sa lettre par une 
ambassade, qui arriva à Rome en I22<h« Sans doute, vu les difficultés de la route, ce 
message mit beaucoup de temps à parvenir, car Honorius ne le reçut qu'en la huitième 
année de son pontificat, ainsi que le raconte l'annaliste Raynald. 

La lettre de Rousoudan portait cette_ suscription: 

cSanctissimo papae, patri ac domino omnium christianorutn ^ tenenti sedem beati 
Pétri , Russutana , humilis regina de Anegvia (ailleurs Avoguia ^) , devota ancilla et fîlia 
sua , et înclinato capite ad pedes , salutem. a Puis , après quelques formules de politesse , 



^) Ainsi que l'a déjà fait remarquer M. S. - Martin , t II , p. 256 , ce mot et êeê varianteife sont une 
transcription imparfaite du nom de l'AphUiazeth. J'ai peine à .croire que l'original ait été en géorgien ou 
en latin , et je suppose plutôt qu'il était en grec , et fut traduit en latin par l'envoyé du pape dont il y 
est question. 



Addition XVIII. 
I Sanctitati tuae , quod fratcr i 



303 

elle conttaue ; a SigniGcamns Sanctitati tuae , quod fratcr meus , Urgianorum rex , mor- 

tuus est, et reg-num remansït mihi Pervenit a<l nos magnum consilium tuutn et 

mandatum pcr legatum tuum ') qui erat- apud Damiatam , quod frater meus veniret in 
subsidium christianorum, et ipse erat tn proposito et apparatu veniesdi ; et si vos audistis, 
illi maii hommes Tartari intraverunt îd tcrram nostram et multa damna intulerunt geoU 
Dostrae et interfcceruut scx millia de nostris , et nos non cavebamus ab ipsis, quia cre- 
debamus cos clirîstianos esse. Sed postquàm intelleximus eos non esse bonos cbristianos, 
collectis viribus iosurreximus in cos et interfecimus viginti quinque miltia de illis , et ce- 
pimas multos de illis , et rcliquos fugavimus de terra nostrâ , et propler hoc remansit 
quàd non venimus ad mandatum Icgati. 

« Quia vorô intelleximus quod imperator de mandato tuo nunc débet in Sjriam trans- 
fretare , ad lîberationem tcrrac sanctae , plurimùm gaudemus. Undè facialis dos scire 
quaodà transire dcbuerit imperator, et nos mittemus Joanncm comestabulum nostram, 

cum toto eiercitu, in auxilium cbristianorum Dictus comestaLulus nostcr et quam- 

plures alii nobiles de rcgno nostro accopcruut cruccm et expectant passagium 

Latori praesentium , diiecto nostro David , cpiscopo de Uauii , credas , tanquàm ab ore 
nostro audires , et faabeas nos recommeadatos in oralionïbus tuis sancUs. ■ 

Cette lettre contient trois faits très importants pour l'histoire de Géorgie : 1° L'ao- 
Donce de la mort de Giorgi , frùrc de Rousoudan , comme très jécente ; 2" le double 
combat contre lesTartares; 3" enOn la venue des Mongols sous l'apparence de chrétiens. 
Le premier point est mis hors de doute , tant par nos recherches précédentes que par la 
date même où arriva la lettre , après un long trajet. Le second est conforme à tout ce 
que disent et Vardan, cité en tûte de ces extraits, et les historiens musulmans qui nous 
ont fourni les dates à l'appui du texte , mais il faut remarquer que l'Annaliste géorgien , 
tout en parlant de ta défaite de ses compatriotes en 1220, omet le succès si glorieux 
que la reine s'attribue plus tard. Enlin le troisième est entièrement d'accord avec ce que 
dît Tchamitch , t. IH, p. 201, seulement d'après les historiens arméniens du temps: 

i Ils (les Mongols) faisaient courir le bruit chez les peuples lointains , qu'ils étalent 
chrétiens et sectateurs du magisme, et que Dchinghiz-Klian les avait envoyés pour déli- 
vrer Jérusalem des mains des barbares et la rendre aux chrétiens ; qu'ils avaient avec 
eux des évèques , des prêtres, une chapelle, une croix etc. Par- là les nations lointaines 
étaient sans mcGance , et même témoignaient leur joie. H j eut un prêtre arménien qui 
rassembla les gens de son village et vint au-devant d'eux avec la croix el l'Evangile; 
mais les Tatares fondirent sur eux, l'épée à la main, et les tuèrent avec leur prêtre.» 



') Je crois qu'il s'agit de Pélnge . légat du pape , qui eut des relations très fréquentes avec Itouben , 
prince de Cilicie, présent lui-même à l'expédition de Damietle, et qui, par l'intermédiaire des Annénieiu, 
aura pu se mettre en communication avec les Géorgiens. 



ZOk Additions et icLAiBCissEMEiiTS. 

Ivané ^) prend dans la suscripiion de sa lettre le titre de « vir obediens, serviens co- 
mestabulus totius Bratice sive Armeniae.» Du .reste il De fait que répéter littéralement le 
inessage de sa souveraine , sauf un petit nombre de traits qui lui sont propres, « Signi- 

(ico • . • quod dominus meus rex est mortuus . • • et nos elegimus alium in regem 

Legatus vester pervenit ad regem et ad me ; sed cùm praepararemus nos magniCcè in 
«rmis et equis, victualibus et personis, venire ad succursum christianorum et liberationem 
sepulchri , Tartari , cruce praecedente , intraverunt ^) terram nostram et sic sub specie 
christianae religionis j deceperunt nos et usque ad sex millia interfecerunt de nobis. Sed 

postquàm intelleximus Et ego in propriâ personà paratus sum in succursum terrâe 

sanctae venire cum quadraginta millibus bellatorum, ubi vobis placuerit Nam noveritis 
quôd ego et multi barones nobiles de terra nostrâ suscepimus crucem .... Nepos meus, 
fîlius fratris mei , Sanxa nomine , dominus quindecim magnarum urbium , inclinato capile 
ad pedes postulat benedictionem vcstram. j> 

Dans la réponse du pape on remarque les passages suivants , les seuls qui aient un 
intérêt historique. 

((.... Sanè super eo quod de passagio clarissimi in Ghrislo filii nostri Frederici, • • . : 
declaramus quôd idem imperator ad ipsius terrae sanctae liberationem magnanimiter se ac- 
cingit a festo sancti Joannis proximo ad unum annum ... : monemus igitur serenitatem 
tuam .•....» ici il annonce une indulgence pour ceux qui iront en Terre- Sainte ou j 
enverront quelqu*un en leur place. « Datum Laterani , IV idib. Maii , pontif. nostr. ann. 
YIII'). » Honorius était monté sur le trône papal le XV des calendes d'août 1216. 

L'historien Sanut , 1. 111, p. VIIl, c. 3, dit qu'a Tépoqne du siège de Damiette par 
les Croisés y en 1218, Coradin, prince de Damas, ayant vouhi renverser les murs de Je» 
rusalem , les Géorgiens lui écrivirent une lettre menaçante , où ils lui demandaient com- 
ment il osait, sans leur aveu, faire une telle entreprise; et quand les Croisés eurent pris 
' Damiette, en 1219, ils les excitèrent h faire quelque chose de mieux, en s*emparant de 
Damas ; ibid. P. XI , c. 9. « Georgiani , dit Sanut , bellicosi valdè et in proeliis strennl., 
fortes robore , innumerâ pugnatorum multitudine pollentes , valdè formidabiles Saracenis , 
Persis , Médis et Assyriis , in quorum confînio morantur , cunctisque inûdelibus à quibus 
nndique clauduntur, in expeditionibus fréquenter damnosi sunt ... ; quotiescunque ad se- 
pulcrum Domini visitandum veniunt , cum vexillo erecto , absque tributo , civitatem sanc- 

') Sanut , K III , p. XIII , c. v , le nomme Juanas , roi des Géorgiens ; il dit que, dans une bataille 
livrée dans la plaine de Mougan , les Géorgiens , après avoir longtemps résisté aux Tartares , furent 
forcés de prendre la fuite. 

*) Ici Raynald remarque que Jordan parle de cette invasion en 1220 : « Cette année , les Tartarei 
commencèrent à dévaster la Géorgie et entrèrent dans la Grande-Arménie. ■ 

*) Epist. Honor. lib. VIII , ep. 432 — l-Si. Je n*ai pu consulter Tédition driginàle de ces lettres , qui 
Je trouve danà : Quînta decretalium compUatio , par Innocent Giron , Tovloùse, 1645, fol. « (v. Biogf » 
univ. art. Honorius III) , où j espérais trouver les dates mancpiant ausdemcpremièrei;' 



Addition XVIII. 305 

tam ing^rediuntnr , nec eos Saraceni molestare praesumuDt , ne cum repatriant duriora vi- 
cinis Saracenis rependant. Fuerunt tqaoqoe nimiùm indignai! et minas intulerunt principi 
Damasceiio Goradino, eô quôd absque voluntate eorum muros Jérusalem evertere praesum- 

psisset , càm populus Latinorum civitatem Damiatae obsidebat Audita Damiatae 

ceptione , scripsere , turpe eis esse nisi et ipsi Damascum vcl alium famosum locum vir- 
tufe acquirant armoram ; scripserunt et Goradino , ut supra. » 

Les rapports des papes avec la Géorgie*se continuèrent plus tard. On trouve en ef- 
fet dans le même ouvrage , sous Tannée 124^0 , N. 39 — \\ y ike année de Grégoire IX , 
que Rusudes , reine de Géorgie , avait écrit ^) au pape , pour lui offrir de se soumettre à 
lai y et demander du secours contre les Tatares. Grégoire répondit: a. . . Rusudae re- 
ginae et David , nato » Georgianorum régi ^) , illustribus. o 11 la plaint , en termes géné- 
raux , de SCS défaites , la félicite de même des victoires qu*elle a remportées sur les 
Tartares ; dit qu'il ne peut la secourir , à cause des embarras que lui suscite Tempereur 
Frédéric , et que les Croisés ne peuvent aller eu Géorgie , parce que les Sarrasins leur 
bouchent le passage ; il les exhorte à se soumettre au pape^ « ce qu*ils n'ont pas toujours 
fait précériemment ; » il leur envoie a fratrem Huiguiecionem , Jacobum , Benvenutum Ru- 
binum , Petrum , Bemardum , Lambertum et Guizardum , ordinis Fratrum Praedicatorum. 
Laterani , idib. Januar. a. XIU. o ^) 

Ges mêmes communications eurent lieu sous le roi Démctrius II. En effet le pape 
Nicolas IV^ en Tannée 1289, la 2e de son pontificat, adressa à Démétrius, roi des Géor- 
giens, et à David, roi des Ibériens , une lettre, destinée à les engager h s'unir de com- 
munion avec Téglise romaine. L'original n*en est pas connu. Comme les Tartares sem- 
blaient vouloir se faire chrétiens , le même pape s'était mis aussi en relations avec 
Ai^oun et Cobilai-Khan. Raynald. Ann. t. XIV, a. 1289, N. 59. ^) 

Vardan , p. 113, continue ainsi: 

» En 671 — 1222, les noïns voulurent encore revenir, mais leurs envoyés ayant trouvé 
les Arméniens et les Géorgiens rassemblés et en armes, et leur en ayant porté la nou- 
velle, ils n'osèrent aller plus avant, et s*en retournèrent d*oà ils étaient venus. 

« La même année un détachement des Huns dits Khiphtchakh ^) , vint à Gantzac et 
s'entendit avec les ennemis. Comme les nôtres s'avançaient contre eux à la hâte et sans 
précaution , ils furent battus et mis en fuite , les uns furent passés au Gl de Tépée , les 
autres faits captifs, et les premiers seigneurs mis en prison. Parmi ces derniers étaient le 

^) L*original de cette lettre n'est malbeurensement pas cité. 

*) On a vu précédemment qu'en 1234 la reine Kousoudan s'était associé son fils et l'avait fait cou- 
ronner , à l'âge de six ans ; Uist de Gé., p. 508. 

») I. e. en Van 1240. 

*) V. dans le second des Rapports sur mon voyage archéologique , p. 140 — 141 , les traces encore 
subsistantes à Akhal-Tzikhé de relations de ce pays avec la cour de Rome , aux XlIIe et XlVe s. 

^) Plus bas on va voir dei Rhoutcftakh. 
Addit. et écl. 39 



306 Additions et ÉCLiiECissEMENTS. 

prince Grigor, fils de Khaghbac, et le brave et généreux martyr Papak ^)y fils de sou frère. 
iVos troupes les vengèrent Tannée suivante *) , en fai^nt mordre la poussière è un bon 
nombre de Khiphtcbakhs , lorsqu'ils entrèrent dans le pays de VardanachaL ') 

a Quand) par l'augmentation du comput , arriva Tannée 67i — 1225 , les deux fils du 
khorazmchah , vaincus et pressés par les Tartares orientaux , de Tarmée du nord , vin- 
rent avec 200,000 hommes, selon ce que Ton rapporte, à travers les pays d'Adelparacan, 
marchèrent sur la capitale de TArménie *) ,• s'en emparèrent , et couvrirent au loin la 
plaine de leurs tentes. Les nôtres marchèrent contre eux, furent battus, et beaucoup pé* 
rirent près du gros bourg de Garhni ') , la plupart tombant dans des abîmes profonds. 
C était un effet de la colère de Dieu^ irrité des crimes nouveaux et étranges commis par 
Ivané. En e£Pet un prêtre nommé Parcecht étant mort, Ivané le fit tirer de sa tombe et 
immola un chien sur sa place, parce qu*il venait un grand nombre de pèlerins visiter ses 
reliques. Nais Dieu les honora lui-même, en faisant briller au-dessus d'elles une lumière, 
à la vue des habitants de la forte ville de Bedchni , et une église y fut élevée ; en sorte 
(p. llJli') qu'il ne réussit point à déshonorer un prêtre attaché à la foi arménienne, et le 
calomniateur, cause de tant de mal, fut foudroyé par le Seigneur durant la nuit qui sui- 
vit le jour où il avait commis ces excès. ^) 

a Cependant le sultan victorieux, comptant pour rien Jbs trésors acquis, ravagea plu- 
sieurs contrées et revint à Tauriz. Un an après (1226) il alla par les plaines de Gag à 
Tifljs ; après y avoir exercé de grands ravages , il marcha sur Klath , la prit , et devena 
riche, se porta contre Aladin, sultan de Ilrom, et contre Mélik-Achraph.' Ayant essuyé 
une sanglante défaite , il s*enfuit avec peu de monde dans la plaine de Moughan , qui 
produit tout ce que Thomme peut désirer. Là il fut bientôt atteint par les Tatares, qui 
lui avaient arraché ses premières possessions , et forcé de s'enfuir du côté d'Amid , il y 
mourut, sans que Ton sache comment, soit par Tépée d*un Ta tare , soit, comme on le 
dit , de la main de Tun des siens , dont il avait tué le parent sans forme de procès , 

') Ce fiont les ancêtres de Prhoch , un personnage que Ton verra jouer un rôle assez important, vers 
la fin dn XlIIe s. , et de qui il sera parlé avec détails dans TAddilion contenant la fin de Thistoirc des 
Orbélians. 

«) >(, ij.uMi_ umJI%, c. à. d. en 672 — 1223. 

') Ciracos , p. 95 , parle aussi de la venue des ITuns - Khoutchakh , et de la double bataille sons les 
murs de Gandza , que les Annales ne mentionnent pas , à moins que ce ne soit Texpédition par laquelle 
s*ouvre le récit du règne de Ciorgi-Lacha ; Hist. de Ce , p. 481. 

'*] jnutntuhi ^uMjn^, 11 me parait que ce mot doit signifier Gandza , qui fiit en effet enlevé à Ta- 

tabek Uzbek , ainsi qu'on Ta vu précédemment. 
^) Ann. p. 325 , sqq. 
') Cette phrase , très énigmatique dans le texte , me parait indiquer la mort dlvané : ^p k^ f uf- 

ptuLpiâiLt-n tunoMn »n^t§ *fi iJltb ^hp^ph» jnnnutT ^ ianupîtQlnuiâ aiu&UMptÊh uâuam ^f Jfr 



Addition XYUl. 307 

qui en conservait rancune ^ ou qui était ennuyé de ces marches sans fin. Ainsi fut vengé 
le sang innocent versé par lui. 

"Cependant les peuples nommés Tatares, peu nombreux en 669 — 1220, voulurent 
revenir en 671 — 1222 » mais ils n*osèrent pas. Recrutés de troupes innombrables, et sous 
la conduite du général Tchagharman, ils vinrent à Gantzac du Gbabastan, en 674 — 1225, 
Rs l'assiégèrent durant . . . jours ^) jusqu*à ce qu'ils leurent prise, et massacrèrent tout 
impitoyablement , à Texception des jeunes garçons et des femmes , objets de leur convoi- 
tise. De là , prenant leur essor , ils marchèrent contre le royaume de la Géorgie et par- 
tagèrent entre leurs princes' ou nouVns les lieux remarquables de chaque canton^ les for- 
teresses et les citadelles. Ces princes se rendirent dans les châteaux et provinces qui leur 
étaient échus, et qui leur furent bientôt livrés: c*était la punition de nos crimes nom- 
breux. Tchaghata - Nouïn prit la ville de Loré et les territoires environnants ; Dougbata^ 
Nouïn eut la forte citadelle de Caïan; d'où fut chassé Avag, seigneur du pays. Le 
grand Tcharmaghan prit Ani , Cars et les contrées voisines ; Ghatagha - Nouïn , les con- 
trées de Tcharek , de Gétàbac et de Vardanachat. Moular-Nouïn , qui avait dans son lot 
les citadelles des domaines du grand prince Vahram , s'empara par adresse de Chamkor , 
fît fuir d*un lieu à Tautre Vahram et son fils Akhbougha , jusqu'à ce que , sachant que 
les Tatares épai^naient les ennemis qui se sou